Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47LectureGiving a Voice to the Oppressed: ...

Lecture

Giving a Voice to the Oppressed: The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks / Agnès Arp, Annette Leo, Franka Maubach

Véronique Ginouvès
p. 180-187
Référence(s) :

Giving a Voice to the Oppressed: The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks / Agnès Arp, Annette Leo, Franka Maubach (éd.), Berlin, De Gruyter, 2019

Texte intégral

  • 1 En tant qu’archiviste, je m’intéresse en priorité les activités de l’AFAS (Association française d (...)
  • 2 Le groupe était composé de Maryline Crivello (historienne, Aix-Marseille Université), Anne-Marie G (...)
  • 3 Pour découvrir le travail de Mercedes Villanova en langue française, nous vous renvoyons vers le n (...)
  • 4 Anna Maria De La O Castellanos Pinzón, université de Guadalajara, était la présidente de l’associa (...)

1Power and Democracy: the many voices of Oral History, tel était le titre du 18e congrès de l’association internationale d’histoire orale, l’IOHA, qui s’est tenu à Barcelone en 2014 ; j’en garde un souvenir mitigé après une soirée de clôture orageuse, le 12 juillet. Tout s’était pourtant bien déroulé et pendant quatre jours, dans l’ambiance passionnée des 71 conférences, des centaines de participant·e·s1 enthousiastes se retrouvaient comme s’ils·elles s’étaient quitté·e·s la veille. La force de ce réseau international et les liens humains qui l’unissaient étaient palpables. Je m’y étais rendue avec un petit groupe d’historiennes et d’archivistes françaises2, mais la majorité des congressistes venait du monde anglo-saxon et hispanique – en majorité d’Amérique latine –, de l’Est de l’Europe et de l’Asie. Après ces quatre jours de travail et d’échanges intenses, l’ambiance du dernier social event était plutôt joyeuse. Lorsque l’historienne catalane Mercedes Villanova3 a commencé son allocution en langue anglaise, les conversations à voix basse et les rires des convives sonnaient encore. Puis une certaine tension dans la salle nous a fait tendre l’oreille au fur et à mesure que la voix résonnait comme une semonce – invoquant les précédentes présidences et celle à venir4. En revenant sur l’histoire de l’association, Mercedes Villanova insistait sur certaines règles et modalités de fonctionnement qui, d’après elle, n’étaient plus tenues. L’ambiance rafraîchie soudainement, nous avons quitté le congrès en commentant le fait que notre pratique de l’histoire orale et de son archivage n’était pas suffisante pour appréhender le fonctionnement de cette association, que certains codes nous manquaient. Or, sept ans plus tard, l’occasion m’est donnée de lire cet ouvrage collectif Giving a Voice to the Oppressed : The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks et il me semble avoir en main toutes les cartes pour interpréter l’histoire de l’IOHA dans sa complexité, ainsi que son réseau d’hommes et de femmes impliqués dans un projet collectif éclairant une vaste partie du mouvement mondial de l’histoire orale.

  • 5 « In many respects of the edges of the academic world, suddenly finding yourself amongst companion (...)
  • 6 Synthèse d’une traduction de l’auteure, page VI : « Sometimes for instance in Germany, oral histor (...)

2L’ouvrage nous donne l’occasion de revivre les conférences qui se sont déroulées entre 1976 et 1996 et de parcourir les titres et les lieux de toutes celles qui se sont tenues jusqu’en 2020 (pages 307 et 308). Il nous fait aussi découvrir ses fondateurs, le réseau qui s’est construit peu à peu autour d’eux et entre eux, les projets qui l’ont traversée et bien sûr les questionnements de cette discipline, l’histoire orale, liés à aux carrières des universitaires qui la pratiquaient et se trouvaient alors « à bien des égards sur les berges du monde universitaire » et qui « se retrouvait soudain, de nouveau, avec des compagnons de route »5. En effet, tous et toutes sont solidaires face à une forme d’adversité académique, et la situation que décrit Alexandre von Plato dans son introduction pourrait être celle de la France ou de l’Italie à cette période : « En Allemagne par exemple, les historiens oraux ont été dénigrés, surnommés les “historiens aux pieds nus” ou les “croqueurs de graines”. Cela a sûrement contribué à encourager les historiens de l’oral à échanger et à se rapprocher au niveau international »6.

  • 7 « We were sitting around, talking, Annemarie and Luisa and Sally and Ronny and Daniel, and we were (...)

3Après la présentation de Manja Finnberg dans le chapitre « The intellectuals of the international oral history network » des compétences de ces expert·e·s de l’histoire orale, leurs positions universitaires et leurs connexions, Christian König revient sur les origines des amitiés constitutives de l’association, à travers des correspondances et des extraits d’entretiens réalisés pour cet ouvrage. Dans ce chapitre « Movement and solidarity. A network of friends as an Academic phenomenon », nous suivons le parcours de l’historienne toscane Luisa Passerini, la première à vouloir sortir de son isolement scientifique en lançant l’organisation d’un colloque à Bologne en 1976. Nous la voyons s’engager l’année suivante avec Paul Thompson dans un nouveau projet de réunion et inviter en 1979, lors de la First international oral history conference les précurseurs de la discipline : Sven Lindqvist se déplace de Suède, Daniel Bertaux et Philippe Joutard de France, Annemarie Tröger et Lutz Niethammer d’Allemagne, Christina Borderias d’Espagne et Eugenia Meyer du Mexique. Lorsque le deuxième congrès se tient à Aix-en-Provence en 1982, l’ambiance est chaleureuse. Par exemple, dans les interstices des conférences, un working connection se transforme en moments de rires et de récits de souvenirs. Ces pionniers de l’oral avaient entre trente et quarante ans au moment des manifestations de 1968 et ces discussions amicales transforment la recherche universitaire en « thérapie autoréflexive »7.

4Pour autant, l’ouvrage insiste sur la complexité de la quête de structuration de ce réseau humain et disciplinaire. Les équipes de l’histoire orale aixoise n’ont ainsi pas réussi à l’intégrer réellement ni à nouer de liens assez forts avec Paul Thompson. D’ailleurs, l’histoire de l’association s’écrira sans eux. Le lecteur suit le suspens du récit des différents congrès jusqu’au coup de théâtre de 1996 dans le chapitre de Julie Boekoff « For a power structures of a leadership Council to an elected board ». Après Aix-en-Provence, Pau Thompson écrit d’abord à Lutz Niethammer le 28 octobre 1982 puis à Ronald Grele le 17 novembre 1982 (page 101) car, selon lui, ce congrès n’a pas permis de discuter en profondeur des projets des jeunes chercheurs issus « de la base » [« community based projects »] parce que les ambitions académiques de ses organisateurs étaient trop fortes ; et d’après Mercedes Villanova, qui s’amuse en nommant François Bédarida le porte-parole « du petit groupe international », pas assez… internationales. Pour le noyau dur qui anime la future IOHA, il est nécessaire de travailler les futures thématiques, de s’attacher beaucoup plus aux questions sociales et de se rapprocher de communautés plus diverses : il faudra presque trois ans pour préparer le colloque suivant, dont l’appel est diffusé en langues française et anglaise. Il se tient en 1985 à Barcelone avec un titre catalan et espagnol, sur les questions de pouvoir et de société. Lors de la dernière soirée, à l’Institut Municipal d’Història de Barcelona, Mercedes Villanova et le comité organisateur placent les premiers éléments pour la constitution d’une association qui aurait dû voir le jour en 1987, lors du 6e congrès, mais les discussions se multiplient et les congrès de 1990 (Essen, Allemagne) et 1993 (Sienne & Lucca, Italie) puis de 1994 (New-York) ne permettent pas l’adoption d’une constitution. Par contre, le réseau prospère et fédère désormais plus de 50 pays, travaillant en trois langues ­ anglais, espagnol, français – avec quelquefois l’organisation d’ateliers en langue portugaise. C’est en 1996 à Göteborg qu’un règlement officiel est adopté et que Mercedes Villanova devient la première présidente de l’IOHA. Le fondateur du réseau, Paul Thompson – qui aurait dû facilement être élu – mais aussi Luisa Passerini – et avec elle les autres pères fondateurs –, voient sous leurs yeux s’effacer la domination européenne « du Nord » sur l’association. Le récit nous laisse imaginer la tension le jour de cette élection et le discours de Mercedes Villanova 2014 résonne différemment. En 1998, le congrès se tiendra au Brésil, en 2000 en Turquie et en 2002 en Afrique du Sud. Le français comme langue de travail disparaît et seuls l’anglais et l’espagnol demeureront.

  • 8 Historia y fuente oral (0214-7610) de 1989-1995 devient Historia, antropología y fuentes orales (1 (...)
  • 9 Dans le catalogue collectif du Sudoc, aucune bibliothèque française de ce réseau ne possède de col (...)

5Dans son chapitre, « Crossing national border, with reactions », Agnès Arp – après quelques données statistiques sur l’origine des participants des différents congrès – nous donne l’opportunité de recontextualiser la place de l’histoire orale dans le monde académique des années 1960 à l’aube du xxisiècle en Europe et dans les Amériques. Elle revient sur l’isolement français, la nécessité de s’ouvrir à l’international pour avoir une carrière si l’on travaille en s’appuyant sur les méthodes de l’histoire orale, ou en utilisant les sources orales, comme préféraient le dire Philippe Joutard et Mercedes Villanova. Cette dernière y inclura l’expression dans le titre de la revue qu’elle fondera en 1980, Historia y fuentes orales qui deviendra Historia, anthropologia y fuentes orales en 19968. Dans son chapitre « The international oral history association as an interdisciplinary laboratory », Silvia Musso revient d’ailleurs sur la pluri ou inter disciplinarité des historien·nne·s de l’oral qui se sont rapprochés en particulier de la discipline ethnographique ou sociologique. Les articles publiés dans la revue de l’association Words & silences the journal of the International Oral History Association = Palabras & silencios9 n’a eu de cesse depuis leur création de promouvoir la méthodologie et les expériences innovantes de l’IOHA, véritable laboratoire interdisciplinaire.

  • 10 Le thème était Memory and Globalization.
  • 11 Estella de Carlotto a retrouvé la trace de son petit-fils quelques dix ans plus tard : https://pho (...)

6Franka Maubach revient sur plusieurs de ces problématiques en analysant les conflits liés aux langues officielles lors des conférences dans le chapitre « The freedom of speech as an Human right ». Même si l’anglais et l’espagnol demeurent les deux langues de travail, l’objectif de l’association est avant tout de faire entendre « la voix des opprimés ». Lorsque cela a été possible des traductions simultanées ont été organisées. J’ai ainsi encore vivant le souvenir du témoignage entendu lors de la 13e conférence internationale d’histoire orale, qui s’est tenue à Rome en juin 200410. En clôture des journées Estella de Carlotto, argentine de 75 ans, nous a raconté la mort certaine de sa fille dont le corps n’a jamais été retrouvé et de son bébé disparu né sur son lieu de détention, la création de l’association des grands-mères de la Place de Mai, leur combat pour retrouver les petits fils ou petites filles, desaparecidos·as. Dans nos oreillettes, les voix des traductrices en langues anglaise et italienne, étaient comme en suspens et la salle était plongée dans un silence dont l’émotion traversait les langues face à cette petite dame qui continuait tranquillement de raconter, en espagnol, l’importance des témoignages oraux pour garder trace de cette histoire11 dans le cas où des petits-enfants viendraient à s’interroger sur leur identité biologique.

  • 12 Le titre de sa conférence introductive, prononcée en langue anglaise, était « On globalization and (...)

7Enfin, l’historien·ne de l’oral se réjouira de lire les interactions entre les enquêteur·tice·s et les témoins, ces pionniers de l’histoire orale qui ont accepté d’être enregistrés. Les 37 entretiens sont aujourd’hui archivés en Allemagne, à Hagen, dans l’Institut pour l’histoire et les biographies (Geschichte und Biographie FernUniversität), dirigé par Almut Leh et cofondé par Lutz Niethammer et Alexander von Plato. Nous sommes impatient·e·s d’écouter – au regard de l’ouvrage – les voix de ces femmes et de ces hommes qui ont contribué à la création de cette association, entendre la trace de cette « Mémoire de la mémoire » comme l’évoque, dans son épilogue, Lutz Niethammer – s’inspirant lui-même d’une session de ce magnifique congrès de Rome qui avait été introduit par Carlo Ginzburg12. Et puisqu’il y a quelque malice à observer l’historien·ne de l’oral mal à l’aise pour son entretien, nous sommes curieux·ses d’écouter aussi celle ou celui qui les a interrogé·e·s. En attendant de consulter ces archives sonores, ne gâchons pas notre plaisir à lire cette histoire de l’IOHA. Elle s’inscrit dans le vaste mouvement de l’histoire orale du milieu des années 1970 à nos jours, restituant le récit d’une belle aventure d’une discipline qui a donné l’opportunité aux nombreuses voix de l’histoire orale/The many voices of Oral History de se faire entendre.

8Le site de l’association : https://www.ioha.org

9À lire également sur cet ouvrage :

10Donald A. Ritchie, “Giving a Voice to the Oppressed: The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks”, The Oral History Review, 47, 2, 2020, p. 363-364, https://doi.org/​10.1080/​00940798.2020.1771930.

Haut de page

Notes

1 En tant qu’archiviste, je m’intéresse en priorité les activités de l’AFAS (Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles : https://journals.openedition.org/afas) et de IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives : https://www.iasa-web.org) mais je garde toujours une veille sur les activités de l’IOHA, particulièrement innovantes dans le domaine de l’histoire orale.

2 Le groupe était composé de Maryline Crivello (historienne, Aix-Marseille Université), Anne-Marie Granet (historienne, Université de Grenoble) et Myriam Fellous-Sigrist (alors cheffe de projet au sein de l’Association pour l’histoire des chemins de fer). J’intervenais, avec cette dernière, au sein du panel dirigé par Rob Perks (British Library) « What happens when oral history goes public ? », dans une conférence sous le titre : « Back to identity : sound archive databases and the issue of witness privacy and acknowledgement » qui a été publiée, toujours avec Myriam Fellous-Sigrist, sous un autre titre : « Legal and ethical issues surrounding the online dissemination of audiovisual archives : needs, practices and solutions developed in France », IASA Journal, 42, janvier 2014, p. 63-69 [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00945213.

3 Pour découvrir le travail de Mercedes Villanova en langue française, nous vous renvoyons vers le n° 42 de Sonorités où ont été publiés le premier chapitre et l’épilogue de son ouvrage Mauthausen, después, Voces de espanoles deportados, Madrid, Ediciones Cátedra, 2014 : Mercedes Vilanova, « Voix de déportés espagnols… » introduit et traduit par Rosa Olmos et Florence Descamps, Sonorités. Bulletin de l'AFAS, n° 42, 2016, [En ligne] consulté le 26 mai 2021, DOI : https://doi.org/10.4000/afas.2977.

4 Anna Maria De La O Castellanos Pinzón, université de Guadalajara, était la présidente de l’association depuis 2012 et pour la première fois une historienne indienne venait d’être élue à la présidence de l’IOHA : Indira Chowdhury, directrice du Centre for Public History (Bangalore Urban, Karnataka, Inde) effectuera un mandat de deux ans, jusqu’en 2016.

5 « In many respects of the edges of the academic world, suddenly finding yourself amongst companions again », extrait d’un entretien avec Ronald Grele, 2005, traduit par V. Ginouvès ; p. 74.

6 Synthèse d’une traduction de l’auteure, page VI : « Sometimes for instance in Germany, oral historians were vilified as being "barefoot historians" or "grain eaters". That was surely an additional reason why oral historians exchanged information and became close on an international level. »

7 « We were sitting around, talking, Annemarie and Luisa and Sally and Ronny and Daniel, and we were just swapping stories about funny things we had done in the 1960’s. Luisa is, I think, tormented about the sixties. They are various versions of the beginning of this cooperation, but this is certain: the impulse for the researchers to occupy themselves academically with the 1960’s occurred to the participants due to their own involvement and difficulties with this time a fertile environment - academic research also as a self-reflexive "therapy" », extrait d’un entretien avec Annemarie Tröger, 2008, page 74 et 75.

8 Historia y fuente oral (0214-7610) de 1989-1995 devient Historia, antropología y fuentes orales (1136-1700) 1996-... Collections de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : n° 1 (1989) – n° 42 (2009) ; n° 44 (2010) – n° 49 (2016), cote : P-78 (recherche du complément de collection en cours).

9 Dans le catalogue collectif du Sudoc, aucune bibliothèque française de ce réseau ne possède de collection de cette revue ; elle est consultable toutefois à Paris au Deutsches Forum für Kunstgeschichte / Centre allemand d'histoire de l'art. Ajoutons que la revue Oral history journal (0143-0955), créé en 1972 est celle de l’association britannique d’histoire orale. Collections de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence : vol. 15 (depuis 1995), cote : P-39.

10 Le thème était Memory and Globalization.

11 Estella de Carlotto a retrouvé la trace de son petit-fils quelques dix ans plus tard : https://phonotheque.hypotheses.org/13707.

12 Le titre de sa conférence introductive, prononcée en langue anglaise, était « On globalization and memory ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Ginouvès, « Giving a Voice to the Oppressed: The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks / Agnès Arp, Annette Leo, Franka Maubach »Bulletin de l'AFAS, 47 | 2021, 180-187.

Référence électronique

Véronique Ginouvès, « Giving a Voice to the Oppressed: The International Oral History Association, Between Political Movements and Academic Networks / Agnès Arp, Annette Leo, Franka Maubach »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 47 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2021, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/afas/6414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.6414

Haut de page

Auteur

Véronique Ginouvès

Archiviste, responsable du secteur archives de la recherche de la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence, Véronique Ginouvès a co-dirigé avec Isabelle Gras l’ouvrage collectif La diffusion numérique des données en SHS : guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques et elle est coauteur avec Perla Rodriguez de l’ouvrage à paraître aux éditions de l’UNAM - Universidad nacional autónoma de México en décembre 2021, Buenas prácticas para la preservación digital de grabaciones sonoras en centros de investigación.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search