Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DocumentsEtude de la migration corse au 20...

Documents

Etude de la migration corse au 20e siècle à Marseille : l’apport du témoignage oral

Marie-Françoise Attard-Maraninchi

Texte intégral

  • 1 Cf. informations sur Europe 1, le 21/02/99, 8 heures : annonce de la création d’un emploi-jeune à F (...)

1La tâche de l’historien, selon Michelet, consiste à “ ranimer les cendres ”, à retrouver les traces laissées par les hommes et les ramener à la vie. Cet objectif, sous l’influence de l’école des Annales, a conduit l'historien à étudier les fonctionnements sociaux et culturels (sociabilité, solidarités, attachement aux traditions, imaginaires) à partir de nouvelles sources, notamment le témoignage oral. Mais les raisons propres au devenir des sciences sociales ne suffisent pas à expliquer le rôle de l’oralité pour l’historien. Une part de responsabilité incombe également à une demande plus diffuse, qui naît de sociétés où les media entretiennent un goût pour les images, les témoignages, en nous donnant à consommer de l’événement et de la vie. Ce souci débouche d'ailleurs sur de nouveaux emplois tel un poste de “ gardien de la mémoire ” créé à Fontenay-sous-Bois1.

2Un travail sur la migration nécessite une étude dans la communauté de départ et dans la ville d'installation. La rencontre des acteurs et de leur entourage se présente comme une source nouvelle mais précieuse pour comprendre les raisons et la façon dont s'est organisé le départ. Cette approche en histoire contemporaine présente un double avantage : elle permet de recueillir auprès des acteurs le souvenir de l’événement, qu’il soit individuel ou collectif, et favorise une étude des représentations de la société corse, la permanence des structures sociales, culturelles dans la ville d'accueil.

  • 2 Marie-Françoise Attard-Maraninchi, Le Panier, village corse à Marseille, Paris, Autrement, HS n° 98 (...)

3Trois travaux serviront à illustrer ce propos : une maîtrise portant sur l'exode calenzanais, village de Haute-Corse, qui a perdu l'essentiel de sa population active dans l'Entre-deux-guerres ; une thèse sur les associations corses à Marseille au XXe siècle, et un ouvrage sur un lieu de mémoire, le Panier, "village corse"2 à Marseille. Nous verrons les raisons du choix de la source orale et ce qu'elle a apporté à ces recherches ; tout en sachant qu'il n'existe pas une méthode miracle, on évoquera celle qui a été utilisée, avant d'aborder la confrontation entre les témoignages et des sources plus traditionnelles.

Choisir l’oral

  • 3 Ph. Joutard, Ces voix qui viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, 268 p., coll. Temps et des Homm (...)

4L’histoire s’écrit à partir d’une multitude de sources croisées, son rôle étant de fournir des informations sur une société, ses pratiques, évolutions et représentations. Le témoignage oral donne alors encore plus de vie à ces traces, il permet à l’historien de rencontrer des hommes ou des femmes, de "donner la parole aux silencieux,"3 d’interroger des sources vivantes qui apportent leurs émotions, leur sensibilité à une page d’histoire.

  • 4 A. Prost, Douze leçons pour l’histoire, Paris, Seuil, collection Points, 1996, p. 241.

5Pourquoi l’oral dans le cadre de cette recherche ? Parce que le récit, rendant compte d'itinéraires individuels, "convient à l'explication des changements."4 Nous avions plusieurs types d'interrogations : pourquoi ces départs massifs ? Pourquoi sont-ils allés à Marseille ? Comment cette société corse a-t-elle fonctionné dans la migration ?

6Nous avons choisi cette source pour trois raisons, au moins :

  • pour conserver la mémoire  d’un lieu (histoire d'un village corse, Calenzana ou d'un quartier de Marseille, le Panier, occupé principalement par des Corses dans la première moitié du XXe siècle).

  • pour élargir l'échelle d’observation, en considérant la sensibilité de la famille, des femmes, des enfants mais aussi de ceux qui sont restés au village. L’oralité fournit les éléments de reconstitution du vécu inaccessible aux autres approches historiographiques en permettant de repérer les structures invisibles selon lesquelles l’histoire individuelle est articulée.

  • dans notre esprit, l’histoire orale n’est pas conçue comme une source unique, mais elle facilite une grille de lecture des faits tout à fait indispensable pour une histoire des mentalités désireuse de situer les hommes du passé dans le cadre de leur existence la plus quotidienne.

7Un événement se date, une conjoncture économique se mesure mais la perception d’une population ne se chiffre pas. Comment comprendre l’organisation du départ, la prise de décision, le choix du lieu d’arrivée, le processus de vente, le poids de la rupture, l’angoisse de l’inconnu, sans écouter les acteurs eux-mêmes parler de leur expérience ? La recherche en histoire contemporaine présente un précieux avantage, celui de la "proximité" qui autorise la rencontre précieuse des témoins. Pour mieux saisir les raisons du départ des Corses de leur village, le témoignage a souligné plusieurs intérêts :

  • une perception de la prédominance de la communauté sur l’individu, son rôle dans le choix pour Marseille, ses liens avec le réseau d’accueil.

    • 5 Mme R. M., née à Calenzana en 1910, arrivée à Marseille en 1930.

    un sentiment d’appartenance à la communauté d’origine exacerbé : le départ, c’est la prise de conscience de ce qu’on laisse derrière soi qui constituait l’identité. Dans une société où les repères sociaux, les critères d’identité comme la terre, l’histoire commune, la langue sont intégrés à un vaste ensemble de rapports familiaux, l'attachement au village est tellement charnel qu'il génère un besoin de “ reproduire ”. Pour se sécuriser, ces migrants cherchent à vivre en continuité, comme s’ils n’étaient pas partis : "au Panier, lorsque je me mettais à la fenêtre, j'avais l'impression d'être au village5."

  • une évocation de la sociabilité que les sources écrites ne peuvent pas traduire de la sorte : le rôle des lieux de sociabilité chargés d'émotions et de symbolique, la solidarité fondée sur des relations d’échanges de services.

  • 6 Il s’agit d’un quartier de Marseille, proche du port, où les Corses se sont installés. Cf. notre ou (...)
  • 7 Entretien, Ch. G., originaire de Calenzana, arrivé à Marseille en 1930, installé rue des Muettes, d (...)

8Comprendre les raisons du choix pour Marseille est facilité par les souvenirs : “ On ne savait pas que la France existait, mais on savait qu’il existait Marseille depuis la maternelle, car on nous faisait chanter au village Voilà Marseille au bord de l’eau, on glisse, on glisse sur l’eau. Pensez donc, si petit, on connaissait déjà Marseille et, ensuite, un peu plus grand, on ne connaissait pas la Canebière, on connaissait le Panier6 parce que ceux qui revenaient au village, ils ne parlaient que du Panier. On se demandait ce que c’était ce Panier et on voulait y aller. C’était comme une épidémie, on partait tous. ”7 Une telle évocation, émaillée de détails qui semblent sans importance, apporte pourtant nombre d’indicateurs à l’historien : elle exprime les rapports anciens entre Marseille et la Corse, la présence de parents ou d’amis qui rendront la rupture moins douloureuse, le choix d’un quartier qui n’est pas une terre inconnue, le phénomène contagieux de la migration, l’aspect collectif du départ.

  • 8 D. A., originaire de Morosaglia, fonctionnaire.
  • 9 L. M., originaire de Castagniccia, enseignant.

9De même, le rôle de la tradition dans le fonctionnement de cette société, récurrente dans les témoignages, incite le chercheur à élargir son questionnement et à travailler sur la communauté de départ presque autant que sur celle qui migre. Les témoins eux-mêmes nous engagent à effectuer ce va-et-vient : “ Chez nous, qui maintenait la tradition ? Les vieux. Ils nous ont tout appris ; et continuer comme avant (à Marseille), c’est assurer cette fleur odorante qu’est la solidarité. ”8 Les Corses de Marseille ne peuvent se passer des relations humaines qui s’appuient sur le maintien des formes traditionnelles de la communauté d’origine. Un enseignant justifie cette transposition en évoquant son éducation et l’exemple des anciens, exprimés au travers du souvenir de sa grand-mère : “ Elle a passé sa vie à partager, et à donner, elle avait une humanité extraordinaire ! Comment ne pas rester fidèle à tout ça ? ”9 Au delà du souvenir nostalgique, on saisit l’ancrage des valeurs ancestrales, la conformité à un modèle que traduit bien le témoignage.

10Le choix du témoin constitue un travail minutieux qui s’intègre dans une démarche méthodologique qu’il convient de souligner.

Organiser les entretiens

11Puisque l'histoire sociale consiste à poser des questions sur l'homme, les lui poser directement permet d'enregistrer ses réponses, d'échanger, sans pour autant considérer ces informations en explication unique. Chaque fait social ou culturel pris dans son ensemble, sous toutes ses facettes et dans toutes ses relations avec les autres traits de la culture abordée s’obtient grâce à la minutie de l’interrogation, la multiplicité des sources et le long temps passé sur le terrain.

12Pénétrer dans la vie d'autrui, atteindre sa confiance et l'inciter à révéler des souvenirs qu'il a parfois toujours refusé d'évoquer chez lui, ne supporte pas précisément une méthode-type ; celle qui a été utilisée n'est pas proposée comme modèle, tout au plus a-t-elle le mérite de servir d'exemple. La compréhension s'effectue à partir de nos expériences personnelles et d'une sorte d'intuition dans les relations humaines.

Choix du sujet

13Cette étude sur la migration corse comporte une part d’histoire personnelle, elle s’appuie sur des origines insulaires (Calenzana), et sur une implication dans la communauté corse de Marseille. Choisir de travailler sur l'histoire de sa "famille" n'est pas une solution de facilité. Ce partage de racines introduit une variable supplémentaire, elle nécessite un besoin de distance par rapport aux témoignages et à son histoire familiale. Il n'est pas toujours évident de créer cet écart dans la mesure où le témoin connu revendique précisément cette proximité. Pourtant, l'appartenance commune s'est présentée comme un formidable avantage dans la collecte des informations : sans parler des relations privilégiées que les entretiens ont créées, la sympathie pour le sujet (indispensable à toute recherche en histoire orale) a été facilitée, et le contact avec les témoins connus a souvent facilité l'acceptation du magnétophone et évité une part de timidité de l’informateur. Cette complicité a suscité la mise en confiance dans la mesure où une garantie de l'anonymat des témoins a toujours été assurée.

  • 10 Même si, inversement, "l’étranger" peut recueillir des confidences qu’on n’ose pas dire à des proch (...)

14Le discours tenu au proche par la parenté, l’espace géographique, linguistique ou idéologique n’est pas le même que celui tenu à un “ étranger ”10. L’échange de paroles suppose un minimum de référents communs rendus plus faciles par l’interconnaissance. Le décodage réciproque de gestes, intonations, sourires de connivence, pauses, constitue une indication fondamentale qui structure le discours et permet à chacun de vérifier qu’il est bien compris.

15La connaissance intime du sujet procure un sentiment de contact direct et étroit, une perception fine de la mentalité dans la mesure où le chercheur "sait" ou "sent du dedans" comment les choses peuvent se passer au sein du groupe étudié. Il peut ainsi orienter l'entretien vers des faits auxquels l’observateur extérieur ne songerait pas.

16Appartenir au groupe ne dispense en aucune manière d’une information préalable sur le sujet abordé, sur le contexte général et l’histoire de la communauté. Le travail de connaissance préalable a été indispensable à deux niveaux : il a situé la monographie dans une histoire plus large (régionale et nationale) et face aux témoins, il a prouvé le besoin d'apprendre. On atteint là un niveau de réciprocité dans l'effort : l'informateur fera d'autant plus un travail de souvenir, qu'il constate que l'historien connaît son sujet.

Choix du terrain

  • 11 Des entretiens ont été organisés à Toulon, Paris mais le principal de l’étude porte sur Marseille.

17Une étude sur la migration impose, lorsque cela est réalisable, un terrain double : parler de la migration ne revient pas uniquement à enregistrer les souvenirs de ceux qui sont partis, les "autres" restés au village, ont aussi beaucoup à apprendre à l'historien sur leurs sentiments face à ce phénomène qui a touché la collectivité. Nous avons donc pratiqué des enquêtes orales en Corse, principalement à Calenzana et à Marseille11 pour suivre le parcours de ces migrants. Il n’était pas question d’établir la moindre comparaison entre milieu rural et milieu urbain. Le travail sur Marseille s’entend sur un quartier de Marseille, le Panier dont le fonctionnement présente beaucoup d’affinités avec une vie de village.

Echantillon et choix des temoins

  • 12 J. Revel, préface de G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont au XVI (...)
  • 13 Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont au XVIIe siècle, Pari (...)

18Notre travail s’est porté sur une “ histoire au ras du sol ” comme l’appelle J. Revel12. L’échelle réduite13 permet la prise en compte de destins individuels qui invitent ensuite à analyser les comportements individuels et collectifs, les formes d’organisation sociale… Elle favorise le départ de la recherche, le choix des témoins privilégiés qui servent ensuite de relais auprès d’autres personnes interrogées.

19L’histoire orale ne relève pas de l’histoire sérielle mais elle a le souci de la diversité des visions pour établir des hypothèses. Dans cette collecte de trajets individuels, le nombre de témoignages n'a pas constitué une règle : ce n’est pas le nombre qui offre forcément la plus grande représentativité, mais plutôt l’appartenance sociale, le lieu de naissance, les conditions du départ.

  • 14 Notre thèse de 3ème cycle, Les sociétés corses à Marseille à partir de 1920 : étude des solidarités (...)
  • 15 Sur 80 associations recensées, nous avons pu rencontrer une trentaine de présidents ou membres acti (...)

20L’échantillonnage des témoins a imposé un élargissement des relations familiales, précieuses pour le démarrage de l’étude. L’élargissement du choix est facilité par les nouveaux contacts que chaque témoin ne manque pas de proposer, mais cela n'a rien de bien original. Les critères ont varié en fonction de l’étude. La recherche monographique a consisté à rencontrer des hommes et des femmes nés à Calenzana, partis pour Marseille entre 1918 et 1939. L'étude des associations corses à Marseille14 imposait de rencontrer un grand nombre de présidents d’amicales corses créées entre le début du siècle et 196015. Le besoin de rencontrer ces présidents a imposé la collaboration avec la fédération des groupements corses : de ce fait, le problème du porte-parole autorisé s’est posé car l'inévitable présence du secrétaire général de la fédération a créé une hiérarchie au sein de l’entretien, a intimidé davantage le témoin et compromis quelquefois le tête-à-tête. Par bonheur, d’autres rendez-vous ont pu être organisés avec ces mêmes personnes, hors du cadre institutionnel, sans un tiers, et leur concours a été précieux. L'ouvrage sur le Panier nous a conduit à recueillir le témoignage de Corses et non Corses (hommes et femmes) habitant ou ayant habité le Panier entre 1900 et 1980 puisqu'il s'agissait de mettre en valeur la mémoire d'un lieu.

21L'objectif principal étant de laisser le témoin raconter son itinéraire, ces travaux se sont déroulés au cours d’entretiens semi-directifs de façon à respecter le récit, mais en réorientant parfois la conversation. Ainsi, un aide-mémoire a été utilisé de manière à pouvoir comparer certains éléments au moment de l'analyse. Quelques exemples de réponses donneront une illustration de la richesse des contacts :

  • âge et lieu de naissance,

  • date et lieu d’installation à Marseille, éventuelles adresses successives,

  • parcours des parents,

  • fréquentation de l'école (en Corse, Marseille), niveau scolaire atteint,

  • activité professionnelle,

  • situation de famille,

  • origine du conjoint (corse ou non- corse),

    • 16 Entretien Mme M., née à Ajaccio, rue Baussenque, n'a jamais quitté le Panier.

    lieux de sociabilité à Marseille, importance du café, de la rue : "quand j'étais petite, la rue m'a tout appris : à partager, à pas parler si on voyait des choses qui se passaient, à tricoter, à jouer au diabolo"16. Ce souvenir met en priorité la solidarité et le silence qui sont les règles de fonctionnement de la société corse : la permanence du village corse au Panier est bien assurée.

    • 17 Entretien à Calvi, Mr. A., ancien navigateur né et retiré à Calvi.

    amitiés (corses, non- corses) : "on se recherchait, on recherchait la Corse"17. Le besoin de rester entre soi, n'est pas une originalité insulaire mais exprime une affinité entre la migration régionale et internationale.

    • 18 Entretien à Marseille, Mme. FJ., rue Sainte Françoise.

    loisirs, espaces publics : "la veillée dehors réunissait des gens de tous âges ; c'était la famille.18" L'apparence du village corse se complète par les chaises que l'on descend dans la rue, cet espace public qui est un élargissement de l'espace privé, trop exigu.

    • 19 Entretien Mr. J. A. fonctionnaire à Marseille.

    fréquence des retours au village. "Le Corse ne s'en va pas, il s'absente19" : le projet migratoire s'appuie sur un mythe du retour qui permet de vivre dans un état d'attente heureuse, même si ce retour n'est pas définitif.

  • entretien de la maison du village,

  • implication dans la vie politique du village, de Marseille,

    • 20 Entretien à Calvi, Mr. A., ancien navigateur né et retiré à Calvi.

    pratique de la langue corse et lieu de cette pratique (maison, café, rue, travail ; en Corse, à Marseille), transmission de la langue aux enfants. "Dans la rue, on ne parlait que corse, sans respect de celui qui ne comprenait pas, on s'excusait mais c'était plus fort que nous, au bout de quelques phrases on reparlait corse20". Tous les témoignages prouvent que la langue demeure le ciment indispensable des Corses lorsqu'ils sont partis de "chez eux" (de Corse), même s'ils sont conscients de la coupure que crée l'usage de la langue avec les non Corses.

    • 21 Entretien Pr. J. C., né à Sotta, en Corse du Sud.

    permanence des traditions :" les Corses ont emmené en pensée leur village. Ils ont recréé un village à Marseille (…) ils se sont déplacés mais n'ont jamais oublié les habitudes collectives.21"

    • 22 Entretien à Ajaccio J. R., journaliste.

    cuisine et rôle des aliments culturellement identifiés à la Corse (farine de châtaignes, cabri, fromage, canistrelli…) : "à travers la soupe, c'est un peu la Corse que nous mettions à la bouche.22" A Marseille, les habitudes alimentaires restent les mêmes qu'au village et la création de magasins de produits corses dans le Panier en dit long…

22En considérant ces critères et les témoignages, il a été possible de percevoir le souci de transposition pour supporter la séparation avec l’île natale et pour réussir l'adaptation au milieu urbain, l'attachement quasi-charnel au village, le désir de prouver que le départ ne correspond pas à une rupture. Ecouter parler un témoin de la façon dont il a vécu une situation et porter une attention particulière à ses émotions conduit obligatoirement à élargir le questionnement.

Ecrire une histoire vivante

23Le choix de l’individuel rend possible une approche différente et permet de saisir la multiplicité des relations, la compensation des difficultés d’installation par un réseau complexe de liens. L'analyse du langage, même pour un non spécialiste, mérite une attention particulière : il est la traduction d'une origine sociale, d'une appartenance identitaire que des sources écrites ne mettent pas en valeur. Les récits apprennent beaucoup sur leur auteur, sur ce qu'il a du mal à exprimer, ce qu'il oublie ou qu'il cache délibérément. Le ton avec lequel il exprime un souvenir traduit également sa sensibilité par rapport à l'événement tandis que ses paroles révèlent une part de sa culture.

  • 23 Témoignage de Mme J., place de Lorette.

24L’évocation de la guerre, selon les Corses habitant le Panier interrogés, met en évidence des priorités au quotidien différentes de ce qu’on serait en droit de penser : nous avons pu recueillir de nombreux témoignages qui exprimaient “ pour nous la guerre a commencé en 1942, en novembre, quand les Allemands sont arrivés à Marseille, alors là tout a changé... ” Naturellement, la guerre a commencé à Marseille, y compris au Panier en 1939 et non en 1942, mais ces témoins ont réussi à maintenir une telle sociabilité et une solidarité dans le quartier du Panier qu’ils ont supporté les débuts de la Guerre et n’ont pas gardé un mauvais souvenir “ nous n’avons pas trop souffert ”23 répètent-ils. Les colis familiaux reçus du village sont répartis entre amis, et cette vie de partage leur fait “ oublier ” les privations, les hommes partis au combat ou en captivité ; pour beaucoup, si la guerre ne commence qu’en 1942 c’est parce que leur quotidien change vraiment à ce moment là pour trois raisons majeures :

25A partir de novembre 1942, les relations avec la Corse sont interrompues, ce qui signifie soit une perte de travail pour le grand nombre de marins corses qui habitent le Panier, soit une navigation uniquement entre la Corse et l’Algérie qui implique une séparation obligatoire avec la famille restée à Marseille,

26Novembre 1942 représente une rupture forte avec les origines, c’est la fin des colis familiaux confiés aux marins corses qui compensaient les rationnements, tout en maintenant un contact avec la famille restée en Corse,

27Enfin, en janvier 1943, deux mois après l’arrivée des Allemands à Marseille, la population est chassée du Panier, les Corses (comme tous les habitants du quartier) doivent partir. Certains sont envoyés à Fréjus, en déportation... tandis que d'autres doivent se débrouiller pour trouver un logement chez des amis. C’est un profond traumatisme pour ces migrants qui ne trouvent plus de protection dans ce quartier refuge.

  • 24 Témoignage C. S., rue des Pistolles, 1996.

28C’est pourquoi, cinquante ans après, le récit demeure chargé d’une émotion considérable : “ à partir de là, c’est plus pareil ; là…, là alors…, ça fait trop mal quand on parle de ça. ”24 . Dans ce témoignage, les silences et les répétitions en disent plus long qu’un discours. Le chercheur naturellement tient compte de cette émotion dans la retranscription et dans son analyse.

29Tous les Corses interrogés connaissaient parfaitement la date de la déclaration de la guerre...mais on voit bien que l’événement transmis “ pour nous la guerre a commencé en 1942, en novembre ” exprime autre chose qu’une vérité historique et pourtant nécessaire à considérer.

  • 25 J.-N. Pelen, "L'Histoire, l'Autre, le texte. Difficultés de la raison ethnographique", J. Metral (c (...)

30La constitution d’archives orales a nécessité systématiquement un recadrage afin de saisir un travail de définition de frontières, des limites que s’imposent les acteurs. Le devoir de lucidité de l'historien passe par la compréhension de son sujet et par la distance à prendre ensuite pour fonder l'analyse. Le style peut être empreint d’emphase dans l’affirmation qui trouve dans expression une force de conviction. On ne peut occulter les limites elles-mêmes du témoignage qui repose sur la mémoire individuelle avec tout ce que l'acteur projette sur cet entretien ; son discours reste nourri, au delà de son histoire, de stéréotypes, de nostalgie et de ce que la mémoire collective a retenu. Les témoignages offrent une représentation du passé au présent avec tous les risques de débordement que cela comporte. Le travail de la mémoire de l'acteur peut s'appuyer sur un double problème dont il convient de se méfier : une reconstruction collective de la mémoire, inspirée par des commémorations, conférences et une mise en scène du passé suscitée par la littérature ou le cinéma. L’entretien est une aventure commune, un dialogue qui suppose une participation des deux. Le rapport à l’autre n’est pas une relation neutre comme le souligne Jean-Noël Pelen25 puisqu’elle confronte un demandeur très motivé à un répondant parfois méfiant, libre ou non de se livrer. Chaque récit de vie s’inscrit dans l’histoire des rencontres du témoin et de l’enquêteur et les significations qui s’en dégagent sont multiples, en fonction de l’histoire personnelle de chacun. L'entretien fournit une variation d’échelles d’observation puisque le chercheur lui-même est acteur dans l’entretien par les questions qu’il pose, il intervient.

  • 26 Recensements, état civil, listes électorales, en Corse et à Marseille.
  • 27 Notre article Revue Etudes corses, 1986.

31Le croisement des sources traditionnelles avec des sources orales s’imposait parce que l’individu et la société dans laquelle il vit s’éclairent l’un l’autre. La confrontation des témoignages et d'autres sources, écrites, a fourni les éléments essentiels d’un contexte qui a élargi le champ d’analyse et permis de dépasser le simple enregistrement de singularités. La multiplicité de témoignages a conduit à un long va-et-vient entre les informations fournies et les sources écrites comme les listes nominatives26 et la presse. Quelques enquêtes orales ont même, dans certains cas, apporté un rectificatif aux informations des listes électorales de Calenzana et de Marseille ainsi que les listes de recensement de 1926 dans ces deux villes. Le témoignage, confronté aux sources écrites, a souligné une double inscription tout en lui donnant sa justification : ce type de dysfonctionnement n'est pas asocial, il trouve son origine dans un besoin d'inscription dans la communauté. Le migrant désire continuer à faire partie de la famille que représente la collectivité, même s'il n’y vit plus27.

  • 28 Le Petit Marseillais, éditions Marseille et Corse de 1923 à 1939, Marseille- Matin, édition Marseil (...)

32L’étude de la presse dans l’Entre-deux-guerres28 a fait apparaître l’image que les associations corses souhaitaient donner d’elles-mêmes. La publication intégrale des discours de présidents s'est révélée particulièrement féconde et complémentaire aux témoignages recueillis. L’analyse des communiqués des amicales a mis en évidence un souci de visibilité auprès de trois types de lecteurs de la presse quotidienne. D’une part, le communiqué s'adresse aux Marseillais : il s'agit là d'une affirmation identitaire, faire exister l'association, montrer que les Corses à Marseille sont actifs, en informant tous les lecteurs des moindres réunions conviviales ou statutaires.

  • 29 Le Petit Marseillais, édition de Marseille, 23/03/1925.

33Le communiqué s'adresse ensuite aux autres compatriotes, résidant à Marseille, éventuellement membres d’autres associations : pour eux le message s'interprète au second degré, il s'agit d'une évaluation entre les amicales, en fonction de la solidarité, la sociabilité ou le respect des traditions dont chaque association fait état dans la presse locale. Lorsque l'amicale ajaccienne rend compte d’une colonie corse “ implantée mais non déracinée 29”, elle souligne le lien indestructible avec la Corse et la culpabilité dans la migration. Tout le communiqué de presse présente l'amicale comme la meilleure représentante de ces Corses "déracinés" mais bien adaptés à la vie marseillaise. Quand la Calvaise insiste sur le “ culte de la famille et de l’honneur, l’amour du travail ”, elle veut se positionner comme le garant des valeurs ancestrales.

  • 30 Le Petit Marseillais, édition de Marseille, 30/05/1933.

34Le troisième souci de visibilité s'adresse à des lecteurs plus éloignés géographiquement, ceux qui sont restés au village : la publication du discours du président par exemple permet de montrer que l'on n’a pas rompu avec les origines et le lyrisme qui exprime la nostalgie du passé reste très significatif : “ à travers ces paroles magiques, comme la Corse paraissait belle et désirable 30” Ce souci de visibilité n'est qu'un exemple parmi d'autres de la complémentarité entre l'écrit et l'oral, indispensable à l'historien dans ce type d'étude. L'analyse d'archives écrites et orales permet de repérer de façon passionnante les variables, les dynamiques, les réseaux et d'apporter des réponses sur le fonctionnement d'une société.

35L'histoire orale donne un sens "humain" à l'étude d'un phénomène migratoire, elle offre un regard sur le quotidien des acteurs, sur leurs priorités. Les témoignages constituent une forme d'expression nécessaire, entre autres, à l'historien lorsqu'il étudie une organisation sociale et ses représentations mais son étude demeure un travail d'historien et non un travail de mémorialiste. Dans une histoire plus subjective, qui s'intéresse moins à des faits qu'à des relations, l'objet historique s'est déplacé en rendant plus présentes des personnalités.

Haut de page

Bibliographie

Cet article a été publié sur le Bulletin des adhérents de l’AFAS n°15, hiver 1999. Marie-Françoise Attard-Maraninchi est Ingénieur de recherches à l’UMR TELEMME (Temps espaces langages Europe méridionale Méditerranée) à la maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Elle a publié aux éditions Autrement en 1997 (HS n°98), Le Panier, village corse à Marseille (157p.) et, en collaboration avec Emile Témime, “ Le Cosmopolitisme de l'entre-deux guerres (1919-1945) ”, troisième volume de Migrance : histoire des migrations à Marseille, Edisud 1990 (188p.).

Haut de page

Notes

1 Cf. informations sur Europe 1, le 21/02/99, 8 heures : annonce de la création d’un emploi-jeune à Fontenay-sous-Bois au profit d’une jeune fille devenue “ gardienne de la mémoire ” de la ville. Elle est chargée d’enregistrer les souvenirs de personnes de plus de 70 ans, ayant toujours vécu dans la ville.

2 Marie-Françoise Attard-Maraninchi, Le Panier, village corse à Marseille, Paris, Autrement, HS n° 98, 1997, 157 p.

3 Ph. Joutard, Ces voix qui viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, 268 p., coll. Temps et des Hommes

4 A. Prost, Douze leçons pour l’histoire, Paris, Seuil, collection Points, 1996, p. 241.

5 Mme R. M., née à Calenzana en 1910, arrivée à Marseille en 1930.

6 Il s’agit d’un quartier de Marseille, proche du port, où les Corses se sont installés. Cf. notre ouvrage, op.cit.

7 Entretien, Ch. G., originaire de Calenzana, arrivé à Marseille en 1930, installé rue des Muettes, dans le quartier du Panier, fonctionnaire.

8 D. A., originaire de Morosaglia, fonctionnaire.

9 L. M., originaire de Castagniccia, enseignant.

10 Même si, inversement, "l’étranger" peut recueillir des confidences qu’on n’ose pas dire à des proches

11 Des entretiens ont été organisés à Toulon, Paris mais le principal de l’étude porte sur Marseille.

12 J. Revel, préface de G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont au XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989.

13 Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont au XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989.

14 Notre thèse de 3ème cycle, Les sociétés corses à Marseille à partir de 1920 : étude des solidarités, Aix-en-Provence, 1984, dactylographié.

15 Sur 80 associations recensées, nous avons pu rencontrer une trentaine de présidents ou membres actifs. Ce travail s’est étendu aux associations qui n’adhéraient pas à la fédération.

16 Entretien Mme M., née à Ajaccio, rue Baussenque, n'a jamais quitté le Panier.

17 Entretien à Calvi, Mr. A., ancien navigateur né et retiré à Calvi.

18 Entretien à Marseille, Mme. FJ., rue Sainte Françoise.

19 Entretien Mr. J. A. fonctionnaire à Marseille.

20 Entretien à Calvi, Mr. A., ancien navigateur né et retiré à Calvi.

21 Entretien Pr. J. C., né à Sotta, en Corse du Sud.

22 Entretien à Ajaccio J. R., journaliste.

23 Témoignage de Mme J., place de Lorette.

24 Témoignage C. S., rue des Pistolles, 1996.

25 J.-N. Pelen, "L'Histoire, l'Autre, le texte. Difficultés de la raison ethnographique", J. Metral (coord.) Les aléas du bien social. Constructions identitaires et culturelles dans la ville, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, La Documentation française, 1995.

26 Recensements, état civil, listes électorales, en Corse et à Marseille.

27 Notre article Revue Etudes corses, 1986.

28 Le Petit Marseillais, éditions Marseille et Corse de 1923 à 1939, Marseille- Matin, édition Marseille, 1933-34.

29 Le Petit Marseillais, édition de Marseille, 23/03/1925.

30 Le Petit Marseillais, édition de Marseille, 30/05/1933.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Françoise Attard-Maraninchi, « Etude de la migration corse au 20e siècle à Marseille : l’apport du témoignage oral », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 28 | hiver 2005 - printemps 2006, mis en ligne le 04 avril 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/afas/731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.731

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search