Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48LectureSolliciter la parole. Les collect...

Lecture

Solliciter la parole. Les collectes dans le monde juif, xixe-xxie siècles

Laure Manoha
p. 260-264
Référence(s) :

« Solliciter la parole. Les collectes dans le monde juif, xixe-xxie siècles », 19 mai 2022 à Paris, compte-rendu de colloque

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces trois historiens mènent actuellement une recherche sur un concours d’écriture sur l’expérience (...)
  • 2 Jean Baumgarten et Céline Trautmann-Waller (dir.), Rabbins et savants au village  : l’étude des tr (...)
  • 3 Judith Linderberg (dir.), Premiers savoirs de la Shoah, Acte du Colloque « Écritures de la destruc (...)

1Comment recueillir, et « que faire des mots des autres » ? Ces questionnements qui traversent tout historien ont été discutés au cours du colloque « Solliciter la parole. Les collectes dans le monde juif, xixe-xxie siècles » organisé le 19 mai 2022 à Paris au musée d’art et d’histoire du Judaïsme (mahJ). Soutenu par le George and Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights and Conflict Prevention de The American University of Paris et le CERMOM de l’INALCO, ce colloque a donné à voir l’hétérogénéité des entreprises de collectes de récits personnels dans le monde juif. Hétérogénéité du point de vue des initiateurs de ces collectes et hétérogénéité dans la visée de ces entreprises pouvant s’inscrire dans un projet historique, politique, mémoriel, littéraire ou thérapeutique. Coordonné par trois historiens, Malena Chinski (FMS-EHESS), Constance Pâris de Bollardière (The American University of Paris) et Simon Perego (Inalco)1, il s’agit du troisième colloque au mahJ portant sur des entreprises de collecte de nature autobiographique ou ethnographique dans le monde juif. En novembre 2012, Céline Trautmann-Waller (Université Paris 3) et Jean Baumgarten (CNRS, EHESS, Paris) avaient présenté un colloque intitulé « L’étude des traditions populaires juives en Europe (xixe-xxe siècle) : réseaux, méthodes, pratiques »2. Deux ans plus tard, le colloque « Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1960 : productions, trajectoires, réseaux » s’était tenu dans le même auditorium3. Se situant dans le sillage de ces manifestations, le colloque dont il est ici question a souhaité renouveler l’approche historique des collectes de récits personnels (écrits, oraux et vidéos) et dépasser le seul cadre ashkénaze en englobant désormais des interventions sur les juifs d’Europe mais aussi sur ceux du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient.

  • 4 Valérie Assan a néanmoins signalé plusieurs exceptions, notamment Nathan Wachtel et Lucette Valens (...)

2Ouverte à d’autres disciplines, la journée a débuté avec la contribution d’un linguiste, Pandelis Mavrogiannis (CERMOM/INALCO), qui a présenté une enquête auquel il a lui-même pris part. En 2005, le ministère de la Culture français a entrepris une vaste campagne de relevé linguistique des langues dites « de France ». C’est dans ce cadre que Pandelis Mavrogiannis, spécialiste du judéo-espagnol, est parti recueillir la parole d’une dizaine de juifs parlant cette langue à Marseille. Lors du colloque, il a partagé avec ses auditeurs sa surprise (et les questionnements qu’elle a suscités) de constater que son questionnaire, initialement consacré à la « biographie linguistique », était inévitablement tordu, remodelé par les témoins qui évoquaient largement la déportation et la Shoah, ce qui n’apparaissait pas dans les questions initiales. Recueillir la parole de ceux qui tentent de « formuler l’exil » était le thème de ce premier panel consacré aux juifs du bassin méditerranéen et moyen-oriental dans lequel est intervenu Pandelis Mavrogiannis. L’historienne Valérie Assan (GSRL EPHE CNRS) lui a succédé au micro. Pour expliquer la relative rareté des collectes menées auprès des juifs du Maghreb4, elle donne plusieurs hypothèses : une absence d’intérêt pour leur propre histoire qui n’encourage pas les juifs du Maghreb à entreprendre des collectes documentaires dans leurs propres rangs, ainsi qu’une omniprésence de la guerre d’Algérie, écrasant toute tentative s’intéressant à d’autres événements de l’histoire des juifs du Maghreb. Valérie Assan a par la suite présenté les diverses collectes passées ou en cours, dont certaines sont réalisées dans le cadre de projets documentaires ou scientifiques plus larges. Elle a évoqué notamment les témoignages recueillis après-guerre par l’historien Robert Attal en Algérie. La présentation que devait faire Nadia Malinovich (Université de Picardie, Jules Verne, GSRL, EPHE, CNRS), absente ce jour-là, a été lue par Simon Perego (INALCO). Intitulé « un miroir déformant : l’impact de la Shoah sur l’histoire des Juifs des terres d’islam », la présentation de Nadia Malinovich était consacrée à la mémoire du Farhoud en Irak. Cette violente émeute antijuive appelée « Fahroud » a éclaté en juin 1941 ; bien qu’elle ait eu lieu en même temps, Nadia Malinovich précise qu’elle ne relève ni d’un point factuel ni d’un point de vue moral de la Shoah. Pourtant, elle estime qu’en Irak, la représentation (erronée) du Farhoud comme relevant d’un épisode de la Shoah prédomine.

3L’après-midi, la présentation de Thomas Chopard (CREE/INALCO) a initié le déplacement du cadre géographique du colloque du bassin méditerranéen à l’Europe. Présentant ses travaux sur les victimes des pogroms de la guerre civile russe, l’historien s’est concentré sur les milliers de témoignages sollicités par des comités d’aide de victimes de pogroms et collectés au lendemain même des événements. Les présentations de Thomas Chopard et de Laura Hobson Faure, qui a été la seconde intervenante de ce panel consacré aux violences antijuives, se sont rejointes sur plusieurs points, notamment sur la « co-construction » des témoignages ainsi que sur l’ouverture des collectes à des profils plus inhabituels. Ainsi, Thomas Chopard a montré que, si dans un premier temps, le « monopole de la parole » était donné aux figures tutélaires des communautés juives ukrainiennes, progressivement des personnes provenant de milieux plus populaires, des femmes ainsi que des enfants, furent sollicitées pour témoigner. C’est également à la parole des enfants que Laura Hobson Faure (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a consacré son étude, plus précisément à celle d’enfants juifs venus d’Allemagne nazie en France grâce au Kindertransport et dont les récits de vie furent collectés par les éducateurs de l’œuvre de la Guette. Socialistes et communistes, ces éducateurs juifs, imprégnés d’une pédagogie progressiste, sollicitèrent la parole de ces enfants et adolescents au printemps 1939. S’attardant sur cette « co-construction » des témoignages, elle met en garde contre la possible surinterprétation de la conscience aiguë concernant la situation politique qui semble émerger des écrits de ces enfants, en précisant que leurs récits de vie ne résultaient pas d’une expression spontanée et qu’il fallait prendre en compte la subjectivité des adultes qui se cachent entre les lignes. Si ces récits étaient collectés dans un but pédagogique et thérapeutique, la collecte évoquée par Zoé Grumberg (IEP Toulouse) fut, elle, entreprise dans un but politique et militant. L’historienne est revenue en détail sur le parcours de David Diamant qui fut, en 1945 et pour une dizaine d’années, responsable du centre de documentation de l’Union des juifs pour la résistance et l’entraide (UJRE), elle-même issue de la Main-d’œuvre immigrée (MOI), organisation du Parti communiste français. C’est dans ces années-là que David Diamant mena des collectes afin de retracer la vie de résistants juifs disparus. Sans méthode définie, il semble avoir mené des entretiens de manière assez informelle.

  • 5 Annette Wieviorka, L’Ère du témoin, Hachette, Paris, 2002 ; Ibid., L'Heure d'exactitude ; Histoire (...)
  • 6 Hélène Wallenborn, L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire  : le témoignage à (...)

4C’est également sur des questions de méthode que la dernière intervention de la journée a débuté. Sous la forme d’une conversation avec la journaliste de France Culture, Anaïs Kien, l’historienne Annette Wierviorka est en effet revenue sur l’antenne française « Témoignage pour mémoire » des archives Fortunoff de l’université Yale, dont elle était la responsable5. Ces entretiens effectués en France dans les années 1990 auprès de survivants de la Shoah étaient menés en studio et suivaient un protocole pensé par des psychanalystes : une seule prise était possible, aucune interruption ni correction de la part de l’enquêteur n’était autorisée. Ce retour réflexif sur sa démarche et sur sa participation à une entreprise collective a suscité une intéressante discussion. Ainsi, des réflexions sur les « témoins qui manquent » ou sur les possibilités de réemploi de ces témoignages dans le cadre d’autres formats ou projets ont émergé. Enfin, Annette Wierviorka a évoqué les thématiques qui n’étaient pas abordées dans les entretiens et qui restaient en dehors du champ d’accès des historiens. Prenant l’exemple du non-dit autour des stérilisations menées dans le cadre des expériences médicales nazies, sa démonstration a fait écho à la présentation de Thomas Chopard, au cours de laquelle celui-ci a révélé l’absence de mentions des violences sexuelles dans les récits étudiés, violences pourtant massivement répandues pendant les pogroms6. S’il reste donc des angles morts dans les récits de vie accessibles aux historiens grâce aux collectes, ce colloque a tout de même largement montré leur utilité pour le travail historique.

  • 7 Sur les archives Fortunoff, voir aussi Constance Pâris de Bollardière, « Du projet d’une « communa (...)
  • 8 Constance Pâris de Bollardière, « Le témoignage à la caméra : la Visual History Archive, une source (...)
  • 9 Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Éditions EHES (...)

5Accueillir ce colloque est aussi une manière pour le mahJ, selon son directeur Paul Salmona, de contrecarrer cette image de lieu conservant des connaissances figées et de montrer que les musées sont aussi des espaces de diffusion de la recherche. Initiative bienvenue, ce colloque a évoqué les archives vidéo Fortunoff7 (nées de la controverse autour du feuilleton Holocaust) et celles de la Visual History Archive initiée par le réalisateur Steven Spielberg8, mais a aussi fait place à des projets bien plus méconnus, offrant un large panorama des collectes dans le monde juif. Le geste de la collecte en lui-même n’a pas été éludé. Laura Hobson Faure, comme d’autres chercheurs présents, a bien montré que les récits n’étaient pas produits dans le vide et qu’il importait de considérer la manière dont ceux-ci avaient été récoltés. En contrepoint de la mémoire, l’oubli a traversé ce colloque en filigrane. Oubli personnel tout d’abord puisqu’Annette Wieviorka a livré très honnêtement l’imprécision de ses souvenirs sur la période où elle travaillait pour le programme des archives Fortunoff. Collectivement ensuite, puisqu’historiens et archivistes semblent sans cesse en lutte contre l’oubli. Les entreprises de collectes peuvent être envisagées comme des lignes de défense contre l’oubli et l’effacement des traces, pour reprendre un terme cher à Paul Ricœur. Et même si Annette Wieviorka dénonce la tendance actuelle qui irait vers un trop-plein des entreprises de collectes, elles peuvent être créées et vécues comme une urgence, un défi contre l’oubli9. Comme le montre l’enquête sur le judéo-espagnol menée par Pandelis Mavrogiannis ou celle sur la vie des juifs du Maghreb avant l’exil pour Valérie Assan, les collectes de paroles sont aussi une manière de garder trace des mondes et des langues en cours de disparition. « Je pense avoir fait mon devoir comme militant, et payé ma dette envers tous ceux qui ont payé de leur vie notre idéal commun. Je suis persuadé que grâce à cet effort, ils ne sont pas tombés dans l’oubli » : s’inscrivant dans une perspective mémorielle et militante, à différencier de celle des historiens, David Diamant, cité par Zoé Grumberg, semblait lui aussi préoccupé par l’inéluctable oubli.

Haut de page

Notes

1 Ces trois historiens mènent actuellement une recherche sur un concours d’écriture sur l’expérience juive pendant la Seconde Guerre mondiale organisé par le quotidien yiddish communiste parisien Naye prese entre 1947 et 1949 : https://akadem.org/sommaire/colloques/premier-colloque-de-la-societe-des-etudes-juives/langues-et-livres-juifs-17-07-2019-113083_4866.php

2 Jean Baumgarten et Céline Trautmann-Waller (dir.), Rabbins et savants au village  : l’étude des traditions populaires juives, xixe-xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 2014. (Colloque « L'étude des traditions populaires juives en Europe » : https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/rabbins-et-savants-au-village/)

3 Judith Linderberg (dir.), Premiers savoirs de la Shoah, Acte du Colloque « Écritures de la destruction », Paris, CNRS Éditions, 2017.

4 Valérie Assan a néanmoins signalé plusieurs exceptions, notamment Nathan Wachtel et Lucette Valensi (dir.), Mémoires juives , Paris, Gallimard Julliard, 1986.

5 Annette Wieviorka, L’Ère du témoin, Hachette, Paris, 2002 ; Ibid., L'Heure d'exactitude ; Histoire, mémoire, témoignage (Entretiens avec Séverine Nikel), Albin Michel, 2011 ; deux documentaires qui ont été réalisés précisément à partir de l’association Témoignages pour Mémoire : 14 récits d'Auschwitz, série documentaire proposée par Annette Wieviorka, avec Henri Borlant, réalisation de Caroline Roulet, 2002 et Témoignages pour Mémoire, écriture par Annette Wieviorka, Geneviève DecropClaudine Drame, et Régine Waintrater (traduction anglaise de Ruth Rachel Anderson-Avraham), réalisation de Claudine Drame, 2007.

6 Hélène Wallenborn, L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire  : le témoignage à l’aube du XXIe siècle, Loverval, Labor, 2006. Dans cet ouvrage, Hélène Wallenborn analyse un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi. Dans sa thèse, elle indique elle aussi que les questions sexuelles sont sous-évoquées. Lire en ligne de l’auteure : « Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi », Bulletin de l'AFAS, n° 27, printemps-été 2005 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.396

7 Sur les archives Fortunoff, voir aussi Constance Pâris de Bollardière, « Du projet d’une « communauté de survivants » à la plateforme Aviary. Introduction à l’histoire et au contenu de la Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies », Sonorités. Bulletin de l’Association française des archives orales sonores et audiovisuelles, 47, 2021, p. 124-143.

8 Constance Pâris de Bollardière, « Le témoignage à la caméra : la Visual History Archive, une source audiovisuelle pour la recherche sur la Shoah et les crimes de masse », Histoire@Politique (rubrique « Sources »), 33, septembre-décembre 2017 [en ligne : histoire-politique.fr]

9 Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Éditions EHESS, Paris, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Manoha, « Solliciter la parole. Les collectes dans le monde juif, xixe-xxie siècles »Bulletin de l'AFAS, 48 | 2022, 260-264.

Référence électronique

Laure Manoha, « Solliciter la parole. Les collectes dans le monde juif, xixe-xxie siècles »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 01 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/afas/7435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.7435

Haut de page

Auteur

Laure Manoha

A été durant la période 2020-2022, en master de recherche en histoire contemporaine à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne dans le master « Histoire des sociétés occidentales contemporaines » sous la direction de Fabien Théofilakis. Elle y a consacré son mémoire aux parcours de prêtres-prisonniers en stalags durant la Seconde Guerre mondiale, ainsi qu’au « pèlerinage des rapatriés » qui a rassemblé 100 000 anciens prisonniers de guerre, requis du Service du Travail Obligatoire et des « déportés politiques » au début du mois de septembre 1946 à Lourdes.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search