Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Le droit et l’éthique : qu’est-ce...Le droit et l’éthique : qu’est-ce...

Le droit et l’éthique : qu’est-ce qui change dans les pratiques de terrain ?

Le droit et l’éthique : qu’est-ce qui change dans les pratiques de terrain ? – Introduction

Véronique Ginouvès et Véronique Traverso
p. 8-24

Texte intégral

  • 1 Le séminaire était organisé dans le cadre du programme mené par l’Université Libanaise, l'Universi (...)
  • 2 Le colloque a été co-organisé par l’Ifpo, l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Univer (...)

1Le projet de ce numéro 48 de Sonorités est né d’une rencontre entre une linguiste et une archiviste à Beyrouth en 2018 où nous étions toutes les deux engagées dans des projets liés à l’oralité. Nous utilisions l’une et l’autre l’enregistrement pour appuyer nos recherches pour des objets très différents et échangions régulièrement sur la façon de nous présenter sur le terrain ou d’expliquer aux témoins les futurs usages des témoignages collectés, sur la rédaction des contrats d’utilisation ou encore sur les modalités des enregistrements. Les acteurs scientifiques et culturels au Liban qui se préoccupaient de ces questions étaient nombreux et leurs points de vue originaux et féconds. Avec eux, nous avons organisé deux événements au mois de mai 2019. Une première journée, coorganisée avec l’Université libanaise, s’inscrivait dans le cadre d’un séminaire en partenariat avec le Centre des Sciences du Langage et de la Communication : Qui parle français à qui et quand ? Que dire des usages au Liban en 20191. Le second événement a réuni une centaine d’acteurs2 au sein de la bibliothèque nationale du Liban, sous le titre Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie.

2Ces journées nous ont fait prendre conscience de la nécessité de réfléchir collectivement à une meilleure prise en compte des questions juridiques et éthiques sur le terrain, en nous plaçant du côté des demandes institutionnelles, mais aussi des témoins, des chercheurs, de la diversité des utilisateurs comme de la demande sociale. En effet, dans le monde académique, les communautés de la recherche se sont trouvées dans la nécessité d’assimiler rapidement les lois françaises et européennes concernant les données produites sur le terrain, du fait de la demande désormais systématique de signature de contrats d’autorisation pour leur utilisation. Par ailleurs, de plus en plus d’institutions mettent en place des comités d’éthique qui établissent des règles régissant leurs appels à collaborations ou contributions et l’obtention de leurs financements. Nous voulions aussi prendre en compte le changement que ces nouvelles lois ont impliqué sur le terrain en offrant l’opportunité aux témoins de savoir et d’appréhender ce qui sera fait de leur image et de leur parole, et, plus encore, de comprendre qu’il leur serait possible d’avoir accès aux anciens enregistrements réalisés auprès de leurs communautés. La place de ces témoins dans le processus d’utilisation des données issues du terrain a en effet été modifiée elle aussi, puisqu’ils peuvent maintenant demander à avoir accès et, si possible, à exploiter les films ou les enregistrements pour des finalités personnelles ou patrimoniales. Enfin, de nouveaux acteurs s’emparent aujourd’hui des archives sonores et audiovisuelles et les utilisent pour des créations ou des expositions, posant de nouvelles questions sur les droits relatifs à ces interactions et leurs modalités de diffusion.

3Dans le contexte évolutif où se déroulent aujourd’hui toutes les étapes du processus allant du recueil et la création des données du terrain jusqu’à leur archivage, les chercheur·e·s sont parfois désespéré·e·s, car en manque de formation, de connaissances et d’outils dans le domaine juridique et éthique pour soutenir leurs recherches et se conformer aux nouvelles obligations. Cela d’autant plus qu’ils doivent faire avec les injonctions à la pluridisciplinarité qui demandent de faire évoluer leurs méthodes, tout en brouillant les pistes dans les SHS où se mélangent l’influence du domaine de la santé, le modèle du consentement éclairé et la révolution entraînée par le numérique en matière de données (mode de collecte, quantité, stockage, etc.).

4Tous ces débats que nous avons menés, nous avions envie de les partager et d’ouvrir nos discussions vers d’autres domaines. Nous avons choisi de le faire à travers un appel à contribution pour la revue Sonorités publié en quatre langues3 explicitant nos questionnements, tournés vers les acteurs : celles et ceux qui enregistrent ou qui réutilisent les enregistrements ou les films. Ce numéro présente à la fois des articles de réflexion, des exemples de cas particuliers et de solutions qui ont été mises en place pour résoudre les difficultés rencontrées ou encore des récits de situations qui ont impliqué des changements radicaux dans la façon de travailler. Les contributions émanent du monde de la recherche, mais aussi de celui des associations, des archives, des musées ou encore de la société civile.

5Rédiger cette introduction a été une belle opportunité pour expliquer aux lecteur·trice·s nos démarches mutuelles, leurs proximités et leurs éloignements – entre chercheure et archiviste. Vous lirez donc deux « je » dans ce texte, celui de la linguiste et celui de l’archiviste.

… La linguiste

6Chercheure en linguistique, dans le domaine de l’interaction, trois expériences ont particulièrement influencé ma manière de réaliser et d’utiliser les enregistrements. La première est au fond le champ de recherche de l’interaction lui-même, qui s’attache à la description des usages situés de la langue et des autres ressources sémiotiques que les participants mettent en œuvre dans leurs activités sociales. Ce type de linguistique repose sur l’étude de corpus audio et vidéo enregistrés in situ (réunions de travail, consultations médicales, conversations, etc.). La seconde expérience majeure est en lien avec les projets de recherche financés, ANR ou autres, aujourd’hui soumis aux nouvelles directives des organismes financeurs en matière juridique et éthique. Enfin, j’ai été responsable jusqu’en 2017, avec Christian Plantin, Lorenza Mondada et Carole Étienne, de la base de données CLAPI (Corpus de Langue Parlée en Interaction), dont le projet a été initié en 1999.

• La base de données CLAPI (Corpus de Langue Parlée en Interaction) est la seule base de français exclusivement consacrée à l’oral en interaction. Elle met à disposition des chercheurs et des enseignants des données audio et vidéo de données collectées dans des situations sociales naturelles, dans des contextes variés (interactions professionnelles, institutionnelles ou privées, commerciales, didactiques, médicales, etc.). Chacun des corpus est accompagné de sa transcription, qui est effectuée selon les principes de l’analyse conversationnelle (convention ICOR).
• La base de données est équipée d’une plateforme d’outils qui permettent des recherches automatisées dans les transcriptions, avec un retour systématique aux données elles-mêmes (voir une sélection des publications du Groupe ICOR en bibliographie).
• D’autres réalisations ont été associées à la base CLAPI : le site CORINTE présentant les principes de collecte des données sur le terrain pour l’interaction, et leur traitement, sur les plans, techniques, éthiques et juridiques, et analytiques ; la base CLAPI-FLE, utilisation de la base CLAPI pour l’enseignement du Français Langue Étrangère.

7Ces expériences m’ont confrontée aux questions qui se posent à chaque étape de la chaîne de production des corpus pour l’étude de l’interaction. Chacune d’entre elles a mis au premier plan certains aspects du travail sur les corpus oraux.

8En tant que linguistique interactionniste, deux aspects prédominent dans ma relation aux enregistrements et aux corpus : d’un côté, réaliser mes propres corpus, ce qui signifie « faire le terrain » et construire la relation avec les participants, enregistrer les données, les transcrire et les analyser ; de l’autre, en ligne avec les principes de l’analyse d’interaction, préserver autant que possible l’écologie des situations, permettre que les activités que l’on enregistre se déroulent le plus possible comme à l’ordinaire, pour les objectifs qui sont ceux des participants et non pour répondre aux attentes des chercheurs.

  • 4 Je renvoie aux nombreuses anecdotes que nous sommes certainement très nombreux à avoir vécues, rap (...)

9D’autres aspects sont devenus prioritaires à partir de l’expérience d’encadrement de jeunes chercheurs puis de responsable de projets de recherche. Tout d’abord, l’aspect archivage (au sens simple d’organisation) des données. Mon intérêt profond pour les données collectées a vite rendu évident à mes yeux qu’il fallait informer et former sur les versants très concrets et matériels de la recherche, comme l’importance de nommer les enregistrements (et les cassettes, puisque tels étaient les supports au départ) de façon à pouvoir s’y retrouver, de les conserver même après transcription, de savoir où ils sont rangés, de faire rapidement une première description succincte et longitudinale de leur contenu, etc.4.

10Les projets financés ont ensuite mis en avant le collectif : tout faire à plusieurs (terrains, archivage, transcription, analyse, publications) implique d’autres organisations, beaucoup plus strictes et formalisées, de sorte que, par exemple, tous les participants puissent comprendre à quoi renvoie le nom des enregistrements ou que tous les participants utilisent les mêmes conventions pour la transcription des données, etc.

  • 5 Conjuguée d'ailleurs à la responsabilité scientifique du suivi des projets sélectionnés sur le pro (...)
  • 6 Voir par exemple le projet réunissant linguistes et juristes (2003-2005), "Pour une archive des la (...)
  • 7 Par exemple, en 1990 l’ouvrage de Chantal de Tourtier-Bonazzi ou en 2005 celui de Florence Descamp (...)
  • 8 Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès, 2002.
  • 9 Sur cette période, nous vous renvoyons vers l’entretien de Florence Gétreau avec Florence Descamps (...)
  • 10 Florence Descamps, op. cit.

11Enfin, la conception de la base de données CLAPI5 et sa mise en ligne (1999-2005) ont encore renforcé la conscience des conséquences du partage des données, et nous ont conduits à rechercher des réponses aux nombreuses questions qui se posaient concernant le stockage des données, le dépôt des corpus dans la base, les questions relatives aux données à caractère personnel et à la préservation de la vie privée, au droit d’auteur, etc.6 Cette période du début des années 2000 a vu, dans le domaine de la linguistique, une forte pression exercée pour que des bases de données de français soient mises à la disposition de la communauté scientifique et l’explosion d’initiatives dans ce sens (pour une mise en perspective, Bruxelles et al. 2009, Groupe ICOR 2017). Les champs disciplinaires restaient fermés les uns aux autres et, dans le domaine de la linguistique, on ne savait pas vraiment où chercher (voir mon article dans ce numéro). La publication d’un guide collectif de « bonnes pratiques » édité en 2006 apparaissait comme une des premières ressources et ce n’est que plus tard que nous avons découvert les réflexions déjà bien avancées d’autres acteurs qui, sur le terrain, enregistraient la parole – historien·ne·s ou archivistes de l’oral en particulier7. La préparation de ce numéro de la revue Sonorités m’a permis de comprendre que ce guide, qui avait représenté pour nous une première amélioration des ressources disponibles sur les questions de la collecte de données, était apparu comme insuffisamment informé, en particulier au regard des associations qui travaillaient depuis longtemps sur ces questions ou de certains historiens de l’oral. Ainsi, Dastum – dont le nom signifie « recueillir » en langue bretonne – avait déjà, à cette époque, numérisé et mis à disposition pour de larges publics des milliers d’heures. Un « pôle associé » sur l’oralité avait été créé à BnF dès 1999, regroupant des phonothèques en France8, qui s’appuyait sur des pratiques professionnelles nouvelles de mise à disposition des fichiers numériques accompagnés de métadonnées structurées. À la fin des années 1990, sur l’impulsion de Florence Gétreau9, le Musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) qui s’apprêtait à devenir le Mucem, proposait pour la mise à disposition de ses fonds sonores dans les régions où elles avaient été enregistrées, de signer des conventions avec les centres d’archives. Enfin, dans un chapitre de L’historien, l’archiviste et le magnétophone10, Florence Descamps avait publié un des premiers textes sur les questions juridiques que le chercheur devrait se poser au moment de l’enregistrement d’un entretien. Toutes ces ressources auraient été une vraie aide dans les réflexions que nous commencions à initier à cette époque-là.

12Depuis, l’usage de l’entretien enregistré est devenu transversal aux disciplines, l’intérêt de partager les pratiques est mieux apparu et ces questions ont progressivement migré du seul périmètre des chercheurs et des laboratoires pour être traitées par des instances et des initiatives de niveau national.

  • 11 Ce qui a d'ailleurs valu à la base CLAPI, pourtant pionnière comme base de langue dédiée à l'oral (...)
  • 12 Sur lequel on peut parallèlement avoir une réflexion critique (V. Traverso, 2019, et ici même).

13Aujourd’hui, qu’en dire ? La situation est à la fois plus simple et éminemment plus complexe. Il est plus facile de trouver des réponses à ses questions et des interlocuteurs pour discuter de son projet. Au laboratoire ICAR, où ces questions ont été soulevées relativement tôt grâce aux expériences de la base CLAPI et où les chercheurs disposent aujourd’hui d’un encadrement solide sur les plans techniques et juridiques pour la collecte et l’utilisation des données, nous avons, dès le départ, opté pour une ouverture vers le public (académique ou non), mais une ouverture évaluée au coup par coup plutôt que systématique. Et les discussions ont été longues, et souvent houleuses, pour se déterminer sur ce que l’on pouvait faire ou non, sur ce que l’on pouvait mettre à disposition, sur ce que l’on se réservait le droit de ne pas mettre à disposition, sur la possibilité de faire signer des conventions d’utilisation pour certains corpus sensibles, etc. Si nous adhérions sans hésitation aux principes de la science ouverte, il nous a toujours semblé important de défendre le droit à la recherche (par rapport aux directives générales trop restrictives quant à ce que l’on peut ou non enregistrer et comment), de laisser un libre arbitre aux participants d’un projet (les chercheurs, les informateurs) quant à la mise à disposition des données qui les concernent11, de permettre la suppression de passages d’un enregistrement ou de morceaux d’un corpus, même si toutes les autorisations de mise à disposition ont été obtenues, pour des raisons déontologiques (parce que cela peut nuire à l’image d’une des personnes enregistrées, ou d’une autre personne dont on parle par exemple), de ne pas déposer un corpus dans une base de données parce qu’on ne peut pas mesurer les impacts que cela pourrait avoir, (voir ce que dit ci-dessous Véronique Ginouvès à propos des entretiens réalisés par Marceau Gast au Yémen). Nous avons opté collectivement pour des manières de faire extrêmement précautionneuses, depuis déjà longtemps : signature systématique d’un formulaire de consentement éclairé12 et anonymisation des données en particulier pour la mise en ligne et toute forme de diffusion.

14Dans un article de 2016, reposant sur vingt ans d’expérience à la phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence, Véronique Ginouvès compare les pratiques différentes des chercheurs vis-à-vis de leurs archives en fonction de leur discipline, et observe que les linguistes « ont majoritairement anonymisé leurs témoins en collationnant le maximum d’information sur eux, pour savoir d’où ils parlaient et comment, envisageant le témoin plutôt comme un “groupe linguistique” » (2016 : 5). Cette remarque est intéressante car elle souligne en effet que, selon les types de linguistique que l’on considère, ce que l’on cherche à saisir, ce sont des lexiques, des usages syntaxiques, des discours, et parfois des locuteurs avec, au mieux, leur identité langagière (curriculum linguistique, rapport à la parole, etc.). En tout cas, c’est rarement la personne « complète » des informateurs qui importe dans la plupart des recherches ; ce que l’on cherche à étudier ce ne sont pas des individus avec leur histoire et leur personnalité. Les interactionnistes cherchent à saisir des procédés, des manières de faire récurrentes et reconnaissables, par lesquelles les personnes s’affirment comme des membres de groupes. Et il en va de même pour les travaux, forts nombreux, sur l’identité. Ce n’est pas telle ou telle personne que l’on cherche à saisir, c’est sa manière de faire ce qu’elle est dans la situation où elle se trouve : comment fait-elle ? et cela qu’il s’agisse du client dans une boulangerie, de l’écoutant dans une ligne d’entraide aux personnes isolées, du docteur dans une consultation, etc. Ceci explique probablement que l’anonymisation des noms et le gommage de toute caractéristique personnelle, outre que de correspondre aux principes de bonne pratique suggérés, n’apparaît pas trop problématique.

  • 13 Programme ANR : REMILAS – RÉfugiés, MIgrants et leurs LAngues face aux services de Santé https://a (...)

15Mais, moult anecdotes prouvent là aussi que ce n’est pas si simple. Par exemple, dans le projet Remilas13, où tout est scrupuleusement anonymisé, deux des professionnelles (soignantes), systématiquement anonymisées dans toutes les publications et conférences, ont finalement accepté de signer des articles avec nous sous leur vrai nom et d’apparaître dans un documentaire réalisé à l’issue de la recherche. Il m’est arrivé aussi que des personnes que j’avais anonymisées dans les transcriptions qui assistaient à une conférence, où j’utilisais les données où elles intervenaient, me fassent part de leur sentiment de s’être fait « voler la vedette ». Il m’est par ailleurs aussi arrivé, notamment à ma soutenance de thèse (basée sur un corpus de conversations entre amis, V. Traverso 1996), qu’une personne vienne me voir en me disant qu’elle s’était reconnue, alors que je savais que ce n’était pas elle. Ces anecdotes ne visent pas à défendre la « non-anonymisation » et le non-respect des principes, mais elles montrent que les choses sont toujours plus complexes qu’on ne le soupçonne.

… L'archiviste

16Lorsque j’ai rencontré Véronique Traverso, nous avons tout de suite partagé avec allégresse nos expériences autour de l’oralité et de l’enquête de terrain. Certes, une différence de taille nous séparait, de par notre métier : la linguiste interactionniste produit des données tandis que j’archive celles des chercheur·e·s qui ont choisi de les déposer à la phonothèque de la MMSH. Mais je discutais avec une chercheure qui s’intéressait tout autant à la production de ses données qu’à leur archivage et leur mise à disposition vers tous les publics : la situation n’était pas si commune. Certes, en tant qu’archiviste, j’interviens sur des données déjà collectées, généralement par d’autres, et ma première approche des documents sonores et audiovisuels est matérielle ; j’inventorie, je traite, je planifie la numérisation et les transferts, la conservation des supports… mais l’objectif est avant tout de mettre à disposition les contenus après avoir évalué et réglé les questions juridiques et éthiques. J’ai eu l’opportunité d’étudier ce processus du traitement des données sous de multiples facettes puisque j’ai le privilège d’avoir poursuivi une carrière professionnelle longue dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles. En tant que phonothécaire, j’ai commencé à travailler au temps de « l’ère analogique » et j’ai pris part aux réflexions animées par les professionnels des archives qui ont accompagné, non seulement les évolutions technologiques, mais aussi les enjeux des changements de statut des données.

La phonothèque de la MMSH est issue d’une phonothèque créée en 1979 par un ethnolinguiste, Jean-Claude Bouvier, et un historien moderniste, Philippe Joutard. Leur objectif était de créer un lieu de mémoire vivante rassemblant des sources d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire méditerranéenne pour documenter des champs peu couverts par les sources conventionnelles ou de les compléter avec le point de vue des acteurs ou des témoins enregistrés. Les thématiques de ces archives portent principalement sur la littérature orale et l’ethnomusicologie ; la mémoire historique et celle du vécu ; la mémoire des techniques ; l’identité linguistique et culturelle. Intégrée au sein d’un secteur Archives de la médiathèque de la MMSH, la phonothèque a continué à se développer pour donner à entendre aujourd’hui plus de 8 000 heures d’archives sonores, enregistrées de 1950 à nos jours. Le fonds est d’abord constitué des dépôts de chercheurs s’appuyant sur l’enquête orale ou filmée pour leurs travaux scientifiques qui peuvent être complétés par d’autres types de documents (photographies, carnets de terrain). Le catalogue est accessible sur la plateforme Calames, le catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les archives sonores qui sont en ligne ont fait l’objet de contrat d’autorisation et les informations d’usage sont systématiquement indiquées au cas par cas ; le travail des archivistes (métadonnées descriptives) est placé sous la licence anticipant le domaine public (CC0 - Public Domain Dedication).

Une partie des photographies qui peuvent accompagner les fonds sont sur la plateforme Medihal.

Une partie des carnets de terrain est sur la plateforme Transcrire.

Matteo Cialone et Véronique Ginouvès, « Quand les archives sonores nous chuchotent leur histoire : création et organisation d’une phonothèque de recherche à travers ses différents acteurs », Géolinguistique [en ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 1er décembre 2020, consulté le 3 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/​geolinguistique/​2151 ; DOI : https://doi.org/​10.4000/​geolinguistique.2151.

  • 14 La première édition du guide, dactylographiée, est diffusée dans les centres d’archives de la FAMD (...)
  • 15 La commission nationale de l'informatique et des libertés de France a été créée le 6 janvier 1978.

17J’ai déjà partagé, sous des angles divers, mon parcours professionnel, mais en quelques mots, lorsque j’ai intégré le CNRS, après avoir travaillé, entre autres, au sein du réseau de la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles, les modalités de traitement des données personnelles m’ont paru symétriquement inversées ; je m’explique. Au moment où je commence à travailler à la phonothèque de la MMSH, j’ai déjà publié, en collaboration, une première mouture14, du Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banque de données. Voilà pourquoi il me semble qu’organiser des archives sonores enregistrées par des chercheurs de sciences humaines et sociales, et non plus des collecteurs implantés sur le terrain locuteurs de langues régionales, ne me paraît pas très différent. Toutefois, la méthode d’anonymisation mise en œuvre par le CREHOP, laboratoire de recherche à l’origine de la phonothèque, m’apparaît comme inversée. En effet, si les noms des chercheurs sont clairement affichés, les témoins apparaissent systématiquement sous la forme d’un numéro, sans qu’aucun élément ne permette de savoir la façon dont le témoin souhaite que soit utilisé l’enregistrement. Une fiche cartonnée relie le numéro à un nom de famille et informe des données personnelles. Une fiche parfois intrusive et commentée sur un mode qui s’attirerait aujourd’hui les foudres du RGPD (Règlement général sur la Protection des données). D’un autre côté, excepté les noms de famille, aucune d’information n’est fournie sur les chercheur·e·s qui ont réalisé les enregistrements, or tous les enregistrements n’ont pas été suivis de publications. Sur les étagères de la phonothèque, dans les quelques boîtes d’archives, je ne trouve aucun contrat ou document informant sur les types de diffusion envisagées. Pourtant le projet des fondateurs de la phonothèque était clairement de mettre à disposition ces fonds, au moins vers un public académique. Comment comptaient-ils s’y prendre ? Tout en me posant ces questions, je débute une base de données – nous sommes en 1999 et Internet s’installe tout juste dans les pratiques. Dans la foulée, je mets en ligne des notices documentaires anonymisées sur un premier site, déclaré à la toute jeune CNIL15. Est-ce la rareté des documents de ce type à cette période sur un Web qui a tout juste 10 ans ? Dans les semaines qui suivent, je suis contactée par des témoins ou leurs ayants droit qui se reconnaissent ou retrouvent leurs familles, malgré l’anonymisation. Je les sollicite alors pour signer des contrats et expliciter les usages pour l’avenir. En parallèle, je recherche et repère des anciens collecteurs et collectrices. Tout s’enchaîne.

  • 16 Ludovic Le Draoullec, « L'utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats met (...)
  • 17 Citons par exemple l’article sur l’orphelinat américain de l’île de Syros : https://fr.wikipedia.o (...)

18En 2005, l’avocat Ludovic Le Draoulec est missionné16 par la Mission recherche et technologie du ministère de la Culture pour réfléchir à la facilitation de cette mise en ligne par les rédactions de contrats s’appuyant sur les expériences du Musée national des Arts et Traditions populaires, des Archives nationales, de la BnF, de l’IRCAM – Institut de recherche et coordination acoustique et de la Phonothèque de la MMSH. Aujourd’hui, plusieurs centaines de contrats et conventions sont archivés pour les seuls fonds de la phonothèque qui permettent de savoir ce que chacun·e, personnes témoins ou enquêtrices, souhaite qu’il soit fait de ces paroles. La clarification du règlement des questions juridiques, mais aussi la prise en compte des questions éthiques à la phonothèque est l’une des motivations souvent exprimées par les chercheurs au moment du dépôt. Par ailleurs, l’affichage des licences d’utilisation a facilité la consultation des supports et surtout multiplié les réusages au fil des années, pour aller de la simple citation sur Wikipédia comme source complémentaire d’information17, en passant par l’écoute en extérieur dans des balades sonores, des événements culturels ou encore par la réinterprétation par des artistes. Je pourrais en citer plusieurs, l’un des derniers que j’ai eu l’opportunité de partager mérite un récit rapide.

19L’œuvre se nomme Haraka. Il s’agit d’une installation circulaire métallique où le visiteur pénètre par un couloir plongé dans une pénombre brisée par un bref rail de lumière. Au cœur du cercle, une voix tombe du ciel, une question posée par un historien spécialiste de la guerre d’Algérie qui a recueilli les témoignages de harkis. Dans le noir, la réponse qui surgit est musicale. Elle restitue les récits dramatiques et contradictoires des supplétifs de la guerre, leurs silences, leurs hésitations, les manques au cœur des discours qui expriment l’indicible d’un événement traumatique. L’œuvre de l’artiste Jérémie Nicolas18 s’inspire de témoignages de harkis enregistrés par l’historien Grégor Mathias et conservés à la phonothèque. Un lien vers des extraits sonores permettront à celles et ceux qui n’auront pas la chance de « voir » l’œuvre19 d’en entendre un peu : https://soundcloud.com/​jeremienicolas/​haraka-extraits/​s-RVAQPRYPJwF ?si =b570cb571bdb49ebbe533e7b395240.

  • 20 Un exemple est présenté dans le billet « Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et se (...)
  • 21 Certaines de ces réutilisations ont été informées dans le billet « Métral, le sociologue compréhen (...)

20Les réusages académiques ne sont pas toujours aussi étourdissants que ceux issus de la création, mais ils peuvent s’avérer tout aussi inventifs. Le moment des confinements par exemple a été celui d’une période où beaucoup de choses ont été imaginées pour « reproduire » le processus de l’enquête. Dans le cadre d’enseignements de l’anthropologie ou de l’histoire orale, la pratique s’est accrue de demander un accès à des fonds d’archives sonores, soit pour les faire découvrir aux étudiant·e·s, soit pour pallier la fermeture des terrains d’enquête20. Dans ce cadre, la signature d’un simple contrat de consultation et d’utilisation permet concrètement de préciser les modalités d’usage de la source enregistrée, la façon dont doivent être cités témoin et enquêteur·rice, ainsi que l’enregistrement lui-même, mais aussi les obligations de la personne qui consulte quant au devenir du fichier numérique copié. Enfin, il est étonnant de remarquer que certains fonds, – peut-être en fonction des aires culturelles, des thématiques, des méthodes, ou de la période –, sont plus utilisés que d’autres : le fonds Métral, fonds inédit constitué en 1975 sur le thème « Les Français au Liban, une minorité allogène », est par exemple non seulement très écouté, mais il a été également réutilisé dans divers contextes21.

21Le « retour » des archives sonores dans les pays où elles ont été enregistrées est aussi au cœur du projet de la phonothèque. Résoudre les questions juridiques et éthiques peut alors s’avérer complexe. Une des difficultés réside dans la multiplicité de législations parfois peu conciliables avec le système juridique français, mais cela se résout lorsque l’entente est mutuelle ; une autre tient aux questions éthiques, qui peuvent ralentir ou stopper certains projets. En effet, il est difficile d’anticiper les effets de la mise à disposition d’archives anciennes dans des sociétés contemporaines aux systèmes économiques, culturels, politiques, parfois linguistiques complètement différents de ceux existants au moment des enregistrements. Nous ne pouvons que tâtonner. Un des outils mis en place est la constitution de petits conseils scientifiques consultables de façon virtuelle pour réfléchir sur les mises en ligne et accompagner les archivistes dans leurs prises de décisions. Par exemple, la mise en ligne des entretiens issus du fonds sonore de Marceau Gast enregistré dans les campagnes du Yémen durant les années 1970-1980 en 2014, correspond aux débuts de la guerre dans le pays22. Le conseil a été de ne pas mettre en ligne, même anonymisés, les enregistrements où l’on pouvait entendre des voix de femmes ou encore les hommes évoquant la mandication du khât et la consommation du vin. N’oublions jamais que la voix est une donnée personnelle qui peut être reconnue de façon univoque. Bien que Marceau Gast nous ait signé toutes les autorisations de diffusion, et que nous pouvions retrouver dans ses carnets de terrain des accords des témoins pour être enregistrés, nous n’avons pas pris le risque de le faire.

22D’autres exemples de « retour » sont ceux des dépôts d’archives sonores réalisées par des chercheurs d’autres pays et qui utilisent la phonothèque comme un lieu de sauvegarde pour la conservation sur le long terme des documents fragiles, mais aussi pour la mise à disposition. En ce cas, des conventions sont signées entre les différentes parties qui établissent la part de chaque institution et ce qui peut être fait des collections, adaptant les nécessités juridiques et éthiques à chacune des collections. Pour en citer quelques-unes, nous avons signé des conventions avec les archives nationales des Cyclades (Syros), l’IBSCA – Istituto Centrale per i beni sonori ed audiovisivi (Rome), le LASDEL – Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (Nyamey et Bangui), ou la bibliothèque nationale de Jordanie. Dans le cadre de notre collaboration scientifique avec cette dernière, en août 2022, deux archivistes jordaniennes ont été accueillies au sein du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH (nouveau secteur intégrant la phonothèque depuis septembre 2021). Elles ont été formées à la fois au traitement et l’analyse des archives sonores, mais aussi à la prise en charge des questions éthiques pour leur diffusion. Car la lettre « R » finale des principes FAIR, pour « Ré-usage », place les archives sonores au cœur de la science ouverte. La rédaction d’articles et de guides de bonnes pratiques sur la question est importante, mais rien ne remplace les ateliers en présentiel, pour travailler sur des questions précises !

Un numéro sur les changements que la résolution des questions éthiques et juridiques impose sur le terrain

23Les lectrices et les lecteurs de ce numéro l’auront compris, il n’y a aucune « recette » dans ce numéro de Sonorités. Nous gardons nos spécificités de métier, nos points de vue disciplinaires, tout en partageant nos méthodes, pour faire entendre l’oralité en respectant les règles éthiques et juridiques. La grande variété des retours suite à notre appel nous a réjouies. Nous avons découvert des terrains multiples, en Europe et au-delà, relatés par des professionnel·le·s des archives, des chercheur·e·s chevronné·e·s ou apprenti·e·s, travaillant dans des structures culturelles, patrimoniales ou de recherche, dans des langues diverses, mais dont les points de vue placent toujours au cœur de leur compréhension le témoin, celle ou celui qui produit la parole.

24Il s’est certainement passé beaucoup trop de temps entre le moment de l’appel à publication et la sortie de ce numéro, les articles ont été relus par des experts en double aveugle et nous avons attendu les modifications de chacun·e des auteur·e·s ; nous avons beaucoup discuté et échangé, nous n’imaginions pas que nous recevrions autant de propositions. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le conseil scientifique créé au moment du lancement des appels, international comme l’est notre numéro en trois langues : anglais, italien et français. Nous remercions chaleureusement chacun de ses membres pour leur rigueur, leur bienveillance et leur expertise : Agnès Arp (historienne, Université de Iéna, Allemagne) ; Florence Descamps (historienne, EPHE PSL, Paris, France) ; Loubna Dimachki (Université libanaise, linguiste, Beyrouth Liban) ; Myriam Fellous-Sigrist (archiviste, King’s College, London, Royaume-Uni) ; Isabelle Gras, SCD AMU (conservatrice des bibliothèques, Aix-en-Provence, France) ; Vanessa Piccoli (maîtresse de conférence en linguistique, Université Paris 8, Laboratoire ICAR) ; Perla Olivia Rodríguez (enseignante en bibliothéconomie, Universidad Nacional Autónoma de México, UNAM) ; Valentina Zingari (chercheure indépendante en anthropologue, Sienne, Italie)

25Tous les articles réunis abordent une thématique commune autour des changements qu’a impliqué la prise en compte des enjeux juridiques et éthiques dans les enregistrements de terrains. Tous rendent compte des complexités de l’application spécifique de la loi et chacun apporte son angle de vue, disciplinaire, culturel, social ou méthodologique.

26Certains d’entre eux portent sur des questions relatives à des corpus patrimoniaux et mettent au premier plan la notion d’ « héritage ». Ils s’attachent aux derniers représentants susceptibles de transmettre une réalité qui disparaîtra avec eux. Le plus représentatif de ce genre est la collecte présentée par l’anthropologue Vita Santoro, dans la ville de Matera (Italie), capitale européenne de la culture 2019 : « Il lavoro dell’antropologo in contesti patrimonializzati Riflessioni da una ricerca in corso nella città di Matera ». Au-delà de cette problématique, l’auteure revient sur les questions éthiques et juridiques liées aux restitutions notamment sous forme d’exposition. Des questionnements abordés également par Lisa Haustrate et Laurence Salze dans un article où elles font le récit d’une pratique au sein d’un Musée ethnologique, celui de Salagon. Elles proposent également, dans une approche transdisciplinaire, un Vademecum répertoriant les bonnes pratiques pour la production, la gestion, l’accès aux données orales et leur préservation émanant de projets de recherche. Cette entreprise concrète de rédaction d’un Vademecum ou de guide de bonnes pratiques, est reprise dans plusieurs articles de ce numéro. L’article collectif des chercheur·e·s italiens Silvia Calamai, Alessandro Casellato et Maria Francesca Stamuli, « An Italian Vademecum on the conservation, the description, the use and the re-use of oral », revient sur la nécessité pour celles et ceux qui enregistrent sur le terrain de ne pas se limiter à la collecte, mais bien de suivre la vie de la donnée. Ce Vademecum est aussi l’occasion de revenir sur les questions de méthode, sur les enjeux de l’anonymisation et le traitement des données, comme sur la signature systématique de formulaires de consentement éclairé. Dans cette même dynamique, l’article « Les données orales en linguistique : questions éthiques et cadre juridique » de Flora Badin, Caroline Cance, Céline Dugua, Layam Kanaan-Caillol, Anne-Lise Minard et Katja Ploog insiste sur cette nécessité d’une réflexion collective. Il donne l’occasion aux auteures de revenir sur l’historique et les motivations de la mise en place du groupe « Questions éthiques et cadre juridique » (QuECJ), au sein du consortium CorLI (CORpus, Langues et Interactions) soutenu par l’IR* Huma-Num. Toujours dans le domaine linguistique, mais avec une approche étroitement liée aux enjeux éthiques et déontologiques, Émilie Jouin et Anna Claudia Ticca, amènent les lecteur·trice·s à réfléchir à ces questions lorsque les chercheur·e·s sont impliquées dans des projets en lien avec des publics précaires et/ou vulnérables dans des contextes de communication plurilingue. Elles soulignent et discutent les discordances qui peuvent exister entre les intérêts de la recherche scientifique et ceux liés à la protection des personnes. Depuis une autre discipline, l’ethnomusicologue, Matteo Cialone, vient apporter une note particulière dans son article « En France et en Italie, archives de terrain et terrain d’archives. Entre stratification de sens et distorsion de l’information ». Il y aborde un aspect qui n’est souvent qu’effleuré – s’il est toujours noté – des questions éthiques et déontologiques, celui de la fabrication du document numérique et de ses métadonnées qui ont définitivement des conséquences sur leurs réusages. Cette question du réusage, Felicitas Söhner y revient dans son texte « Ethical Issues in Archiving and Reusing Interviewees’ Documents », mais du point de vue, cette fois, de l’histoire orale. Enfin, l’article de Véronique Traverso « Anonymisation, pseudonymisation, consentement : réflexions à partir d’expériences de collectes de données vidéo sur le terrain » se présente comme une forme d’extension de notre introduction, dans laquelle elle retrace l’évolution des pratiques dans le domaine de la collecte de données pour les études interactionnelles en France depuis les années 1990. Elle y insiste sur l’importance – et parfois la difficulté – à s’informer des pratiques dans les autres disciplines, et sur le fait que la standardisation des procédures risque dans de nombreux cas de rater le coche.

27Voilà ce numéro qui se clôture. Nous nous sommes réjouies de travailler ensemble et de croiser nos représentations de l’enregistrement sonore, réfléchir à nos pratiques, revenir sur les questions juridiques et éthiques que nous nous posons sans relâche. Mais surtout, nous avons été enchantées, à la lecture des articles en réponse à notre appel à contribution, de la vitalité de l’oralité et de l’usage des sources sonores dans le monde académique et culturel. L’interdisciplinarité, le partage des méthodes et surtout la prise en compte à part entière des témoins enregistrés semblent être désormais consensuel. L’ouverture des données a amplifié les modalités d’écoute et ce numéro vient en soutien pour faciliter de futurs usages. Documenter les nouvelles pratiques, donner une visibilité aux travaux utilisant la source orale en sciences humaines et sociales, recenser ces travaux et les faire connaître, voilà ce que nous pouvons espérer et souhaiter en écho à ce numéro.

Haut de page

Bibliographie

Baude Olivier, Blanche-Benveniste Claire, Calas Marie-France, Cappeau Paul, Cordereix Pascal, et al. Corpus oraux, guide des bonnes pratiques, CNRS Éditions, Presses universitaires Orléans, 2006, [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00357706.

Bonnemason Bénédicte, Ginouvès Véronique et Pérennou Véronique, Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banque de données, AFAS-Modal, 2001, [en ligne] https://web.archive.org/web/20220212211650/https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-02-0060-009.

Bonnemason Bénédicte, Ginouvès Véronique, « Les phonothèques de l’oral : collecter, documenter et valoriser les musiques traditionnelles », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, n° 2, p. 60-65, , [En ligne] https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-02-0060-009.

Bruxelles Sylvie, Mondada Lorenza, Simon Anne-Catherine, Traverso Véronique, « Grands corpus de français parlé : bilan historique et perspectives de recherches », Cahiers de Linguistique de Louvain 33/2, 1-14, 2009.

Descamps Florence, Ginouvès Véronique, Entretien avec Florence Gétreau, « Du musée instrumental du Conservatoire de Paris au musée des Arts et Traditions populaires », Sonorités. Bulletin de l’AFAS, 2021, n° 46, p. 154-165, DOI : https://doi.org/10.4000/afas.4196.

Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation. 2011 (édition numérique en libre accès). Paris. Ministère de l’Économie, des finances et de l’Industrie, Comité pour l’histoire économique et financière de la France. 2005. (Histoire économique et financière de la France. Série Sources), [En ligne] https://doi.org/10.4000/books.igpde.104.

Gaité Florian, « Focus / Haraka, installation sonore de Jérémie Nicolas », Point contemporain, n° 25, 2022, https://web.archive.org/web/20220629141321/http://pointcontemporain.com/focus-jeremie-nicolas-haraka.

Ginouvès Véronique, « Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives », Les carnets des archives et de la phonothèque de la MMSH, 8 décembre 2021, [en ligne] https://phonotheque.hypotheses.org/34147.

Ginouvès Véronique, « Enjeux et pratiques éthiques pour la diffusion des archives orales dans une phonothèque de recherche », in Cachat Séverine et Severo Marta (éd.), Patrimoine culturel immatériel et numérique, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 91‑107, [en ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01441604.

Ginouvès Véronique, « Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international », Les carnets de la phonothèque de la MMSH, 2 septembre 2019, [en ligne] https://phonotheque.hypotheses.org/30747.

Ginouvès Véronique, « Métral, le sociologue compréhensif et le réusage de ses archives », Les carnets des archives et de la phonothèque, 17 décembre 2021, [en ligne] https://phonotheque.hypotheses.org/34476.

Groupe ICOR (Baldauf-Quilliatre Heike, Colón de Carvajal Isabel, Carole Étienne, Jouin-Chardon Émilie, Teston-Bonnard Sandra, Traverso Véronique), « CLAPI, une base de données multimodale pour la parole en interaction : apports et dilemmes », Corpus, 15, 2016, [En ligne] https://doi.org/10.4000/corpus.2991.

Groupe ICOR (Bert Michel, Bruxelles Sylvie, Étienne Carole, Mondada Lorenza, Traverso Véronique), « Voilà : approche qualitative et investigations quantitatives. L’apport de la plate-forme outillée de Corpus de CLAPI », in Pusch Claus et alii (eds), Romance Corpus Linguistics III: Corpora and pragmatics. 3rd Freiburg Workshop on Romance Corpus Linguistics, Tübingen: Narr, 2006.

Groupe ICOR (Bert Michel, Bruxelles Sylvie, Étienne Carole, Mondada Lorenza, Plantin Christian, Traverso Véronique, Valero Daniel), « L’étude des particules à l’oral dans différents contextes à partir de la banque de données de, CLAPI », Texte et Corpus 3, 233-245, 2008.

Le Draoullec Ludovic, « L’utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats mettre en œuvre ? », Bulletin de l’AFAS, n° 29, été-automne 2006 ; [En ligne] https://doi.org/10.4000/afas.622.

Nicolas Jérémie, « Échos d’affect d’effroi : penser des accidents et des incapacités de l’écoute musicale » thèse en cours depuis 2019, sous la direction d’Anne Sédès et de Joseph Delaplace, Paris 8, école doctorale « Esthétique, sciences et technologies des Arts », https://theses.fr/s235800.

Tourtier-Bonazzi Chantal de, Le témoignage oral aux archives : de la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990, 100 p.

Traverso Véronique, « Sans-voix, sans parole, sans ressources : que peut dire la perspective interactionniste ? », Celotti Nadine, Falbo Caterina, numéro spécial de MediAzioni, La parole des sans-voix. Questionnements linguistiques et enjeux sociétaux, 2010, [En ligne], http://www.mediazioni.sitlec.unibo.it/index.php/no-26-special-issue-2019/119-articoliarticles-no-26-.

Haut de page

Notes

1 Le séminaire était organisé dans le cadre du programme mené par l’Université Libanaise, l'Université américaine de Beyrouth et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), sous le titre LanĠ(u)āGeS : les langues à Beyrouth, programme :https://phonotheque.hypotheses.org/29996.

2 Le colloque a été co-organisé par l’Ifpo, l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk. Une synthèse est présentée ici :https://phonotheque.hypotheses.org/30747.

3 L’appel à contribution en langue française : https://phonotheque.hypotheses.org/30861 (et renvoi vers les appels en langues anglaise, espagnole, italienne).

4 Je renvoie aux nombreuses anecdotes que nous sommes certainement très nombreux à avoir vécues, rapportées par Véronique Ginouvès dans le chapitre issu de l’ouvrage collectif Patrimoine culturel immatériel et numérique (2006).

5 Conjuguée d'ailleurs à la responsabilité scientifique du suivi des projets sélectionnés sur le programme « Corpus et outils de la recherche en sciences humaines et sociales » de l'ANR en 2005 et 2006.

6 Voir par exemple le projet réunissant linguistes et juristes (2003-2005), "Pour une archive des langues parlées en interaction. Statuts juridiques, formats et standards, représentativité" : http://icar.cnrs.fr/projets/corinte/documents/rapport_PLANTINmai05doc.pdf http://icar.cnrs.fr/projets/corinte/documents/Mondada_juridique_MARS05.pdf.

7 Par exemple, en 1990 l’ouvrage de Chantal de Tourtier-Bonazzi ou en 2005 celui de Florence Descamps L’historien l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, tandis que la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles publie dès 1997 des manuels sur les archives sonores republiés régulièrement.

8 Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès, 2002.

9 Sur cette période, nous vous renvoyons vers l’entretien de Florence Gétreau avec Florence Descamps et Véronique Ginouvès, 2021.

10 Florence Descamps, op. cit.

11 Ce qui a d'ailleurs valu à la base CLAPI, pourtant pionnière comme base de langue dédiée à l'oral et à l'interaction, pendant tout un temps, la réputation (parfaitement injustifiée) d'être fermée.

12 Sur lequel on peut parallèlement avoir une réflexion critique (V. Traverso, 2019, et ici même).

13 Programme ANR : REMILAS – RÉfugiés, MIgrants et leurs LAngues face aux services de Santé https://anr.fr/Projet-ANR-16-FASI-0003.

14 La première édition du guide, dactylographiée, est diffusée dans les centres d’archives de la FAMDT en 1991, rédigée par Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou puis en 2001 une nouvelle version est publiée par AFAS-Modal et une nouvelle version d’un collectif, en 2018. Deux nouvelles versions sont publiée s en langue espagnole (2007 et 2019).

15 La commission nationale de l'informatique et des libertés de France a été créée le 6 janvier 1978.

16 Ludovic Le Draoullec, « L'utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats mettre en œuvre ? », Bulletin de l'AFAS, n° 29, été-automne 2006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.622.

17 Citons par exemple l’article sur l’orphelinat américain de l’île de Syros : https://fr.wikipedia.org/wiki/Orphelinat_am%C3%A9ricain_de_Syros.

18 Jérémie Nicolas, https://theses.fr/s235800.

19 Une première présentation de l’installation sur le site de la MSH Nord est décrite ici : https://web.archive.org/web/20220911053741/https://www.mshparisnord.fr/autres-evenements-lies-aux-recherches-de-la-mshparisnord/haraka-2021 et un article du Point contemporain y revient avec plus de précisions en 2022.

20 Un exemple est présenté dans le billet « Annie-Hélène Dufour, l’anthropologue, l’enseignante et ses archives », Les carnets des archives et de la phonothèque, 8 décembre 2021, https://phonotheque.hypotheses.org/34147.

21 Certaines de ces réutilisations ont été informées dans le billet « Métral, le sociologue compréhensif et le réusage de ses archives », 17 décembre 2021.

22 http://www.calames.abes.fr/pub/ms/Calames-201310251610326414.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Ginouvès et Véronique Traverso, « Le droit et l’éthique : qu’est-ce qui change dans les pratiques de terrain ? – Introduction »Bulletin de l'AFAS, 48 | 2022, 8-24.

Référence électronique

Véronique Ginouvès et Véronique Traverso, « Le droit et l’éthique : qu’est-ce qui change dans les pratiques de terrain ? – Introduction »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 48 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/afas/7470 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.7470

Haut de page

Auteurs

Véronique Ginouvès

Archiviste au CNRS, responsable du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque SHS de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. Elle a co-dirigé avec Isabelle Gras, conservatrice des bibliothèques, l’ouvrage collectif La diffusion numérique des données en SHS : guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques et vient de faire paraître, avec Perla Rodriguez, un manuel aux éditions de l’UNAM — Universidad nacional autónoma de México en décembre 2021, Buenas prácticas para la preservación digital de grabaciones sonoras en centros de investigación. L’actualité de ses activités est publiée sur https://phonotheque.hypotheses.org et ses publications sont accessibles sur HAL-SHS : https://cv.archives-ouvertes.fr/vginouves.

Articles du même auteur

Véronique Traverso

Chercheuse CNRS, dans le domaine de l’analyse de la conversation, de la linguistique interactionnelle et de la multimodalité. Elle a travaillé sur un large éventail de situations sociales, dans des contextes français, arabes et multilingues. Elle a été une des instigatrices, à partir de la fin des années 1990 de la conception de la base de données CLAPI (http://clapi.ish-lyon.cnrs.fr/), dédiée à la parole en interaction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search