Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Les ateliers de sous-traitance de...

Les ateliers de sous-traitance de numérisation des archives sonores au Centre de détention de Poissy (Yvelines)

Céline Della Savia

Texte intégral

Céline Della Savia "Les ateliers de sous-traitance de numérisation des archives sonores au Centre de détention de Poissy (Yvelines)", Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS n° 25, automne 2003, p. 8-9

1Le Ministère de la Culture a lancé en 1999 un plan national de numérisation des archives sonores aux côtés d’un plan de numérisation des collections d’images qui a été géré par la Mission Recherche et Technologie (MRT). C’est Nicolas Frize qui a été chargé du projet de restauration et de numérisation d’éléments du patrimoine sonore. En s’appuyant sur une expérience antérieure réalisée dans la prison de Saint-Maur, il a organisé la numérisation des archives au centre de détention de Poissy. Quatre phonothèques ont bénéficié de l’appel d’offre de 1999 : les archives nationales de France, le Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP) à Paris, le Centre de Recherches Bretonnes et Celtiques (CRBC) à Brest et la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) à Aix-en-Provence. De ce programme de sous-traitance, plus de 1000 heures ont été numérisées depuis 1999.

2Je suis actuellement assistante phonothécaire à la MMSH parallèlement à des études d’ethnologie. J’ai eu l’occasion de participer à une visite de l’atelier de numérisation de Poissy, et de connaître les acteurs et le cadre de ce travail de numérisation. C’est cette journée que je décris ici. Sans aucun doute, il me manque des informations techniques et je ne connais pas encore très bien toutes les institutions en présence, mais il m’a semblé que cette expérience méritait d’être décrite et intéresserait ceux qui souhaiteraient répondre aux prochains appels d’offre que lancera la MRT.

3Neuf détenus ont été recrutés à partir d’un entretien de motivation. Une enfilade de sas, dix sept portes au total, jalonne le parcours conduisant de la cour centrale à l’atelier son situé au troisième étage du dernier bâtiment de Poissy. L’activité des détenus se déroule en trois temps : formation, travail, création. Ils effectuent leur travail dans un atelier son divisé en une salle de réunion et de supervision, une salle de repos, cuisine, toilettes. Six studios, appelés « cellules », ce sont effectivement d’anciennes cellules, sont dédiées à l’acquisition et à la gravure du son. Trois sont destinées à la sous-traitance des archives radiodiffusées de l’INA, trois autres au MNATP, CRBC et MMSH. Chaque studio est équipé d’un lecteur source (STEINER) connecté à un Macintosh qui effectue l’acquisition du son avec le logiciel PROTOOLS. Ensuite les index sont créés à partir de documents que les institutions ont envoyés (photocopie des cahiers d’inventaire pour le MNATP, notes manuscrites pour le CRBC, catalogues informatiques imprimé pour la MMSH). Puis, la gravure s’effectue sur des disques QUANTEGY à partir d’un autre Macintosh situé dans la même pièce, équipée d’un graveur. L’impression des cédés s’effectue à l’imprimante à jet d’encre, sans chauffage du cédé. L’espace de travail comporte également une salle de formation et de création équipée d’un matériel plus performant que celui des studios. Cette formation initiale puis mensuelle (visites de musiciens, compositeurs, techniciens…) est paradoxalement obligatoire et a pour objectif de fournir un encadrement culturel destiné à donner du sens aux métiers du son (radio, archives, musique, expositions, environnement sonore, bruitage, acoustique…)

4L’équipe de travail se compose d’un responsable d’équipe qui tourne tous les deux mois et qui vérifie l’ensemble de la chaîne, analyse les arrivées et les départs de bandes son. Un responsable qualité, qui permute également, vérifie l’ensemble des cédés gravés, les entrées et les sorties. Un technicien son évolue dans chacun des studios. L’ensemble des détenus est supervisé par une personne payée par la Régie Industrielle des Etablissements Pénitentiaires (RIEP), au sein duquel se trouve le Service de l’Emploi Pénitentiaire (SEP). La plupart du temps un surveillant de prison est présent. En matière de droit, l’action de Nicolas Frize est exemplaire dans la mesure où il a introduit le contrat de travail en prison, contrairement aux dispositions de la loi, puisque le contrat de travail y est interdit. Ce contrat de travail, qui n’a pas de valeur légale, est signé entre le détenu et les Musiques de la Boulangère puis validé par l’administration. N. Frize a créé un dispositif de congés payés et s’est substitué à la sécurité sociale pour leur assurer une couverture maladie. Les détenus sont rémunérés au SMIC.

5Cela reste une expérience pilote au sein du monde pénitentiaire, caractère dont il faudrait se départir. « D’avoir écouté tout ça » a mentionné un détenu, « ça m’a ouvert les murs ». Franchir les murs en transitant par les 17 portes vers la sortie avec l’idée que les personnes avec lesquelles l’on vient de discuter reprennent leur vie à l’intérieur laisse une étrange impression. Prendre un café à l’extérieur devient alors un moment privilégié… En 2003, un nouvel appel d’offre est paru pour la numérisation des archives sonores, gageons que ce projet permettra de développer ce support dans la recherche en sciences humaines et auprès du grand public, de mettre enfin le son au même niveau que l’image et le texte.

6Les ateliers de Poissy continuent leur travail de numérisation. Pour prendre contact avec la Régie Industrielle des Etablissements Pénitentiaires de Poissy, écrivez à Corinne Le Gal : corinne.legal@riep-justice.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Della Savia, « Les ateliers de sous-traitance de numérisation des archives sonores au Centre de détention de Poissy (Yvelines) »Bulletin de l'AFAS [En ligne], 25 | automne 2003, mis en ligne le 01 octobre 2003, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/afas/830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afas.830

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search