Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Questions de droitLe droit aux images à l'âge de la...

Questions de droit

Le droit aux images à l'âge de la publication électronique

Notice révisée le 15/07/2010

En février 2005, le portail Persée, spécialisé dans l'édition numérique rétrospective, ouvrait ses colonnes au public [1]. Parmi les collections disponibles en libre accès figurait une cinquantaine de numéros de la Revue de l'art (1988-1999). Un sort particulier avait été réservé à la plus prestigieuse publication française du domaine. Au lieu de l'abondante illustration accompagnant les numéros papier, les pages en ligne arboraient de vastes espaces blancs, des légendes renvoyant à des cadres vides. Aurait-on admis de voir une revue de littérature dépouillée de ses citations, une revue de mathématiques caviardée de ses équations? Nul ne s'interroge alors sur le symptôme inquiétant que représente une revue d'histoire de l'art débarrassée de l'objet même de ses travaux: son iconographie.

Devant le durcissement du dispositif légal concernant la publication sur internet, la rédaction de la revue Etudes photographiques prenait en juin 2006 la décision de renoncer à son édition en ligne [2]. Créée en 1996, la seule revue francophone consacrée à la recherche en matière de photographie avait ouvert dès 1997 un site permettant d'accéder gratuitement à une sélection d'articles, avant de rejoindre en 2002 le portail d'édition électronique Revues.org. Ce nouvel avertissement est l'indication d'une évolution préoccupante. Alors que l'entreprise de numérisation généralisée des textes du domaine public se poursuit à bride abattue sur tous les continents, alors que le libre accès à des centaines de milliers d'ouvrages sur internet fait désormais toucher du doigt le vieux rêve de la bibliothèque universelle, la situation des images semble aujourd'hui dans l'impasse. Qu'il soit pictural, photographique ou cinématographique, le patrimoine visuel fait partie des trésors les mieux gardés du monde contemporain. Réduit par les usages à l'état de marchandise, quand bien même il devrait dépendre du domaine public, il est aujourd'hui exclu des voies où se construit le bien commun de l'humanité. Quelles sont les raisons de cette situation paradoxale?

Vous pouvez lire la suite de cette passionante tribune sur le site de l'Observatoire critique. Elle est publiée simultanément par les organes respectifs des signataires: Actualités de la recherche en histoire visuelle (http://www.arhv.lhivic.org/), Around Wikipedia (http://soufron.typhon.net), Études photographiques (http://www.etudesphotographiques.org), Images Re-vues (http://www.imagesre-vues.org), Observatoire critique (http://www.observatoire-critique.org), La Tribune de l'Art (http://www.latribunedelart.com). Placé sous licence Creative Commons n° 2 (paternité, pas de modification), ce texte est librement reproductible à condition d'y maintenir ce dernier paragraphe (version html, version texte, janvier 2007).

Notes

[1] Persée, portail de numérisation rétrospective de revues françaises en sciences humaines et sociales (en ligne: http://www.persee.fr).

[2] Cf. André Gunthert, "Études photographiques renonce à l'édition en ligne", Actualités de la recherche en histoire visuelle (ci-dessous: ARHV), 30 juin 2006 (en ligne: http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2006/06/30/198).archivage, etc.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search