Navigation – Plan du site
Lu et écouté pour vous

Traditions orales en Haute Provence : Chansons

Cinquante-deux chansons de tous les jours et des fêtes recueillies auprès d’habitants du Luberon, de Lure et du pays de Forcalquier par Renat Sette, Jean-Yves Royer et l’association Cantar. Présentation et commentaires : Jean-Yves Royer.Les Alpes de lumière, n°138. 1 livre (120p.) + 1 cédé
Véronique Ginouvès

Entrées d’index

Géographie :

Italie, Provence, Piémont
Haut de page

Texte intégral

1Tout commence par une ambiance sonore. Un berger converse en provençal des bêtes, de la pluie et du beau temps, de la vie… puis il siffle son chien et lance un appel sonore. Bruit de pas, de sonailles, souffle du vent et murmure du ruisseau : nos oreilles sont prêtes à entendre le répertoire de Haute Provence que René Sette et Jean-Yves Royer ont collecté en ce début de 21e siècle. Voilà un bel exemple de restitution de la tradition orale qui souhaite s’inscrire avant tout comme une rencontre humaine riche, passionnante, surprenante aussi. Dans une région que l’on considère trop souvent comme acculturée par le tourisme, une trentaine d’informateurs ont restitué à nos deux enquêteurs 52 chansons et comptines qui témoignent de la vivacité de la langue provençale et de la tradition orale. Le cédé est accompagné d’un texte (numéro spécial de la revue Alpes de Lumière) très documenté qui présente chaque chanson, sa transcription et sa traduction et la relie éventuellement aux recueils de Damase Arbaud ou de Montel et Lambert. Dix thèmes sont ainsi abordés : berceuses, chants de l’enfance, chants à danser, chants rituels, chants à boire, chants de travail et de métier, chants d’amour, chants de soldats, chants satiriques et comiques, parodie du sacré. Pour certains « standards » comme Diga Janeta, La vièlha, Se canta, Adieu paure Carnavàs... les différentes versions ont été regroupées. Les interprétations laissent deviner la joie des informateurs à restituer ces chants et le plaisir de parler « la langue ». Si dans ces œuvres le provençal prédomine, on trouve aussi des chants en français, en italien, en piémontais et même dans une langue imaginaire puisque La Despartida, offre un cas particulier de lingua franca, langue qui n’a jamais été parlée mais qui est la convergence de plusieurs parlers. Ce sont des faucheurs piémontais qui ont transmis cette magnifique romance à Emile Lantelme, paysan né en 1904 aujourd’hui décédé. Mais ce chant émouvant demeure, par cet enregistrement mais aussi par la voix de René Sette qui l’interprète dans ses concert et dont le titre du dernier disque emprunte le dernier vers : Dona Bela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ginouvès, « Traditions orales en Haute Provence : Chansons », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 27 | printemps-été 2005, mis en ligne le 16 octobre 2005, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/afas/97

Haut de page

Auteur

Véronique Ginouvès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page