Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2Les randonnées d’Henri Lhote. Eth...

Les randonnées d’Henri Lhote. Ethnologie, exploration et tourisme saharien (années 1920-1950)

Henri Lhote’s Saharan escapades : ethnology, exploration and tourism (1920-1950)
Julien Bondaz
p. 152-174

Résumés

Le cas d’Henri Lhote, à la fois ethnologue, archéologue, naturaliste et explorateur, est exemplaire du paradoxe soulevé par le double enjeu de légitimation scientifique et de popularisation de l’ethnologie entre les années 1930 et 1950. La mobilisation des images liées à l’exploration dans ses diverses publications et son implication dans le développement touristique du Sahara contribue à brouiller les distinctions qui se mettent en place, à l’époque, entre les figures de l’ethnologue, de l’explorateur, de l’aventurier et du touriste. Son intérêt pour les exploits automobiles et sportifs, pour le kayak, pour le camping ou encore pour la chasse fournit différents points de rencontre entre l’ethnologie, alors en cours de professionnalisation, et les mouvements de plein air, tel le scoutisme, qui connaissent un grand succès dans l’entre-deux-guerres. Le Sahara se trouve ainsi investi d’intérêts diversifiés et parfois contradictoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une version orale et réduite de ce texte a été présentée lors du colloque international « Anthropol (...)

1Entre la fin des années 1920 et les années 1950, la disciplinarisation de l’ethnologie française et la professionnalisation des ethnologues ont conduit à une affirmation toujours plus importante de la spécificité des méthodes ethnographiques et des distinctions entre les manières de voyager1. L’ethnologie ne peut alors échapper à la « fatalité distinctive qui enveloppe le discours sur le voyage » (Debaene 2010 : 217). Dans leurs écrits, les ethnologues de l’époque ne cessent, le plus souvent, de se démarquer d’autres figures de voyageurs : l’explorateur, l’aventurier, le touriste. L’importance rhétorique d’une telle logique distinctive se comprend parfaitement du point de vue des enjeux de légitimation scientifique de l’époque. Elle est révélatrice du « lien complexe et parfois querelleur entre l’exploration, l’expansion impériale et la “science de l’Homme” » (Thomas et Harris 2018 : 1-2). Mais lorsqu’on s’intéresse aux stratégies éditoriales de nombreux ethnologues, l’affirmation d’une telle différence entre ethnologie, exploration et tourisme mérite d’être nuancée. Les premières générations d’ethnologues professionnels français mobilisent en effet des registres qui relèvent du champ de l’exploration (Bondaz 2016a, Mauuarin 2021).

  • 2 Pour une comparaison avec l’anthropologie anglo-saxonne, voir notamment Thomas et Harris 2018.
  • 3 La notion de « popularisation » est à peine moins problématique que celle de « vulgarisation ». On (...)

2Pour mieux comprendre ces enjeux, il faut donc s’intéresser à la multiplicité de leurs publications : articles ou ouvrages scientifiques, formats variés de récits de voyage (livres, articles, chapitres d’ouvrages collectifs), articles de presse dans des journaux ou des magazines à destination de publics divers, livres ou albums pour la jeunesse (Bondaz 2018), formes mixtes d’écriture, etc. Comme l’ont souligné Éric Jolly et Marianne Lemaire, les choix scripturaires des ethnologues peuvent en effet être analysés comme « un élément important de leur stratégie de légitimation et d’insertion professionnelles » (2011 : 14). Le choix des illustrations, le recours au dessin ou à la photographie, participe d’une même logique de brouillage stratégique entre images savantes et images populaires (Joseph et Mauuarin 2018). Ces stratégies éditoriales ne s’expliquent pas uniquement par les intentions des ethnologues. Elles dépendent également des logiques marchandes (ou militantes) des maisons de presse et d’édition, et plus largement de la constitution du champ de l’édition dite de vulgarisation, à une époque où les livres de géographie et d’ethnologie se retrouvent souvent dotés d’« appendices touristiques » (Fierro 1991 : 347). La multiplication de petites maisons d’édition spécialisées dans le tourisme, le camping, les récits d’exploits sportifs et de voyage constitue donc l’arrière-plan des stratégies éditoriales des ethnologues. La fin de la première moitié du xxe siècle voit ainsi surgir un paradoxe constitutif de l’ethnologie française2. D’une part, dans une perspective de légitimation et de consécration scientifique, le discours des ethnologues ne cesse d’affirmer la distinction entre leur activité et celles des explorateurs et des touristes ; d’autre part, dans une optique de popularisation et de consécration médiatique, leurs stratégies éditoriales donnent à voir un brouillage continu entre ces différents champs d’expérience. Ce double objectif apparemment contradictoire invite à étudier conjointement l’institutionnalisation de l’ethnologie et sa popularisation (MacClancy et McDonaugh 1996)3.

  • 4 Voir Peltier-Caroff 2017 : 501-503.
  • 5 Sur ces différents points, on se référera notamment à la riche biographie d’Henri Lhote établie par (...)

3Le cas d’Henri Lhote, à la fois ethnologue, archéologue, naturaliste et explorateur, est exemplaire de ces enjeux. Son parcours fournit une part d’explication à ses choix diversifiés de publication. Dans de nombreux récits autobiographiques, il a notamment insisté sur son expérience du scoutisme chez les Éclaireurs de France (expérience qu’il partage d’ailleurs avec de nombreux ethnologues de l’époque, au premier rang desquels Paul-Émile Victor et Paul Coze4), sur sa formation naturaliste (en herpétologie, notamment), sur son intérêt pour le Sahara et sa passion enfantine pour les explorateurs du désert ou pour le roman de Pierre Benoît, L’Atlantide (1919), enfin sur sa conversion à l’ethnologie puis à la paléoanthropologie5. Il partage la passion du public français pour le Sahara, entretenue par la propagande coloniale de l’époque et mobilisée dans des projets de développement touristique (Dulucq 2009, Zytnicki 2013 et 2016, Lucas 2013).

4Lhote insiste sur cet engouement, notamment dans l’avant-propos de sa monographie Les Touaregs du Hoggar, parue chez Payot en 1944 :

La littérature, les récits de voyages, les reportages journalistiques ont fait, ces dernières années, connaître au Grand Public le Hoggar et ses habitants, les Touaregs. Le goût de l’exotisme, comme une connaissance plus approfondie des populations indigènes placées sous notre drapeau, se sont faits de plus en plus sentir et au moment où le Sahara entre dans une phase nouvelle de son histoire, il était désirable que le grand public pût trouver une documentation succincte sur le mystérieux pays de l’Atlantide et ses non moins mystérieux hommes voilés (Lhote 1944a : 7).

5La monographie sérieuse et érudite qu’il propose au grand public est ainsi présentée comme un nécessaire complément aux textes littéraires et journalistiques qui ont favorisé l’attrait des Français pour le Sahara. L’insistance sur le caractère mystérieux de celui-ci, la contamination des descriptions du désert par le romanesque, sa romantisation, même, permettent à l’auteur de se positionner non seulement comme « défricheur » du Sahara, mais aussi comme son déchiffreur. Quelques années plus tard, Lhote opposera d’ailleurs les livres des bibliothèques à la métaphore classique du désert – et plus largement de la nature – comme livre :

Tout cela ne se résout pas dans des laboratoires ou dans des bibliothèques, mais au long des pistes en tirant son chameau par la bride. Le livre de la nature est là, grand ouvert, formidablement éclairé, trop parfois, et il suffit d’ouvrir les yeux et de déchiffrer (Lhote 1952a : 80).

6Arpenter le désert constitue une expérience alternative de lecture, la seule qui puisse véritablement permettre de résoudre ses énigmes, sur le mode de la révélation. Le cas de Lhote est d’autant plus intéressant que ce rapport au désert donne par ailleurs lieu, à l’époque où il se lance dans une carrière saharienne, à des stratégies distinctives, qui sont internes au champ d’émergence et de développement du tourisme colonial. Le tourisme saharien est alors promu comme une expérience de voyage élective, par opposition à la démocratisation des loisirs et du tourisme qui marque la fin de la première moitié du xxe siècle : « À un moment où les loisirs avaient commencé à se démocratiser, où le fait de voyager n’était plus l’apanage de l’aristocratie, les croisières dans le Sahara permettaient à des happy few de s’éloigner des régions les plus fréquentées » (Zitnicki 2013 : 108). Cette logique de valorisation aristocratique du désert n’est d’ailleurs pas sans lien avec la construction des stéréotypes associés aux populations qui l’habitent (Bourgeot 1990). Les relations entre riches touristes et nobles Touaregs sont mises en scène dans de nombreux récits de la fin de la période coloniale.

7Dans le même temps, le développement du tourisme en Afrique subsaharienne laisse la place à une rhétorique de distinction entre les randonnées au désert, qui seraient restées proches du stade de l’exploration, et les circuits balisés de découverte de l’Afrique de l’Ouest ou de l’Afrique centrale. C’est ce qu’expriment très bien Jean-Claude Berrier et Raymond Denizet, dans un récit d’expédition préfacé par Lhote en 1953 :

En quittant l’Ouadaï [territoire à l’est du Tchad], l’équipe laisse derrière elle les peuplades primitives dont la pénétration européenne n’a pas encore défloré les traditions ancestrales. Nos Savanes traversent maintenant l’Afrique des touristes, cette Afrique équatoriale dont les forêts vierges, jadis hantées par les bêtes sauvages et les tribus de cannibales aux tatouages bigarrés, enchantèrent nos imaginations d’enfants (Berrier et Denizet 1953 : 131).

8La carrière saharienne de Lhote trouve ainsi son origine dans un contexte de mise en place de critères distinctifs à la fois entre les diverses expériences de voyage qui coexistent à l’époque et entre les différents modes de tourisme qui se définissent alors, sinon se partagent le continent africain.

Modes de déplacement : la voiture, le chameau et le kayak

  • 6 L’influence de la Croisière noire sur Marcel Griaule témoigne en outre des liens entre ces grandes (...)
  • 7 L’analogie entre le désert et la mer explique le transfert du vocable « croisière » dans le context (...)

9La carrière saharienne de Lhote commence par un rendez-vous manqué qui paraît rétrospectivement significatif. Profondément marqué par les premiers essais d’automobilisme saharien du général Laperrine à partir de 1916, puis par la première traversée du Sahara en automobile organisée par André Citroën en 1922, Lhote s’intéresse vivement à ces expérimentations menées au cours des années 1920 et à leurs développements à partir de la décennie suivante, dans une double logique d’exploration mécanique du désert et de valorisation du tourisme saharien. Au retour de la mission Citroën de 1922, l’industriel notait que, « parmi les conséquences presque immédiates à tirer du raid africain, on peut [...] mentionner le développement du grand tourisme ; il suffit pour cela d’organiser le ravitaillement et de jalonner les itinéraires » (Haardt et Audouin-Dubreuil 1923 : 23). Citroën développe alors un projet de Compagnie générale transafricaine (CEGETAF), puis Compagnie transafricaine Citroën (CITRACIT), avec pour objectif d’organiser des liaisons régulières entre l’Algérie et la boucle du Niger, tout en dotant le Sahara de routes et d’établissements hôteliers. Deux ans plus tard, il organise la fameuse Croisière noire, « première manifestation tangible du grand tourisme transsaharien en automobile » (d’Orgeval 1932 : 104), amplement médiatisée en France. Lhote insistera plus tard sur son importance dans l’histoire de la pénétration française au Sahara6, parlant à son propos de « randonnée prestigieuse » (Lhote 1960 : 84), établissant ainsi un lien entre le modèle classique de la randonnée et celui de la croisière7.

  • 8 Pendant six semaines, Chaix est accompagné du général Andlauer pour diriger les 14 touristes de cet (...)

10Comme l’a montré Alison J. Murray Levine (Murray 2000), la médiatisation de la Croisière noire fournit à Citroën un moyen d’occulter l’échec de son projet transsaharien. Le voyage inaugural de la première ligne automobile régulière, prévu le 6 janvier 1925 et conçu comme une tournée de promotion du tourisme saharien, est en effet annulé au dernier moment. Lhote, recruté comme aide-cuisinier, en fait les frais (Vérité 2010 : 36). Sa première expérience saharienne est reportée, mais il conservera un véritable attrait pour l’automobilisme durant la première décennie de sa carrière, participant lui-même au développement technologique des véhicules. Sa première expédition (il est chargé d’une mission pour le Muséum national d’histoire naturelle de Paris) se déroule finalement de 1929 à 1932. Elle coïncide avec la mise en place de croisières sahariennes par Edmond Chaix, le directeur du Touring Club de France, dont la première est organisée à la fin de l’année 1931, entre Alger et Conakry, en passant par le Sahara8.

11La valorisation de l’automobilisme par Lhote est continue, durant les années 1930, et ses exploits sont largement relayés par la presse. Au seuil de l’exposition Sahara, organisée du 15 mai au 28 octobre 1934 au musée d’Ethnographie du Trocadéro et à laquelle il participe, est mise en avant une « documentation sur les transports et l’aménagement touristique du Sahara », juste à côté d’une salle consacrée au raid Citroën. Des objets collectés par Lhote sont également donnés à voir au public. Organisée par l’Office algérien d’action économique et touristique, cette exposition (dont le commissariat est assuré par Éric Lutten, l’un des membres de la mission Dakar-Djibouti) constitue un important événement de valorisation scientifique, coloniale et touristique du Sahara (Loyau 2017 et Bernasek 2019).

12Quelques mois plus tard, en février 1935, Lhote participe au premier raid automobile Djanet-Agadez à travers le Ténéré (1 200 kilomètres), dirigé par le capitaine Gay. Le 26 juin 1938, à l’occasion de la fête « Plein jeu » organisée par les Éclaireurs de France au Jardin d’Acclimatation de Paris, il expose la Ford 19 CV, surnommée « Grenouille », avec laquelle il s’apprête alors à partir pour sa quatrième mission (Vérité 2010 : 92-93). Avec elle, il expérimente les pneus fabriqués par Dunlop : il se plaît à rappeler que ces pneus joueront plus tard « un rôle prépondérant dans la campagne de Libye » (Lhote 1953 : 8). La conquête automobile du désert ne cesse d’être étroitement liée à sa conquête militaire. C’est dans cet imaginaire conquérant et guerrier que s’inscrit d’abord le développement du tourisme saharien, porté notamment par la Compagnie générale transafricaine, appuyé par le Gouvernement général de l’Algérie et dans lequel s’investissent de nombreux militaires (Berthonnet 2009). En mai 1938, dans la Revue du Touring Club de France, Chaix se réjouit de « la conquête de l’Afrique pour le tourisme » (Chaix 1938).

  • 9 Dans la littérature coloniale comme dans les récits de voyage, le terme de dromadaire, plus précis (...)

13Dans ses écrits, Lhote multiplie les comparaisons entre l’automobile et le chameau9, cliché que l’on retrouve dans tous les récits sahariens de l’époque, au moins dès la publication du livre sur le raid Citroën de 1922 (Haardt et Audouin-Dubreuil 1923). Dans un article intitulé « Le tourisme saharien en 1934 », paru dans un numéro spécial du magazine Les Amis du Sahara, le général Octave Meynier, organisateur du rallye automobile Méditerranée-Niger en 1930, comparait les mérites réciproques de l’avion, de la voiture et du chameau en faisant référence à Lhote :

[L]e cheval et plus souvent le chameau resteront toujours les moyens de transport préférés pour les amateurs de ce camping saharien qui ne ressemble à aucun autre — pour les rêveurs et les poètes que la solitude et le silence enthousiasment, — pour les sociologues et les savants que les détails de l’existence des sahariens retiennent. J’en veux pour témoins ces globe-trotters intrépides, les Kilian, les Petit-Lagrange, les Henri Lhote pour qui rien ne vaut au monde le voyage et même l’existence nomade du désert (Meynier 1934 : 19).

14Lhote lui-même a insisté à plusieurs reprises sur le caractère poétique du déplacement à dos de chameau. Il décrivait par exemple, à l’occasion d’une radio-conférence du musée d’Ethnographie du Trocadéro, son arrivée dans les campements touaregs :

  • 10 « La femme touarègue », radio-conférence du musée d’Ethnographie du Trocadéro, 12 octobre 1936, arc (...)

Il y a dix ans, l’automobile ne circulait pas encore au Sahara, et tout voyageur devait, pour atteindre le Hoggar, s’imposer en partant de Ouargla, 45 journées de chameau. Quittant les oasis aux populations grouillantes du nord, il devait cheminer lentement au long des pistes sahariennes en pays complètement désertique. Les yeux finissaient par se déshabituer de tout visage humain, et c’était une véritable joie que d’arriver un jour dans un campement. Là, le voyageur revoyait des visages souriants et se reprenait à écouter un langage, que la plupart du temps il ne comprenait, mais qui lui enlevait l’impression de sa solitude.
La tente de cuir rouge, le matériel sordide qui s’abritait dessous, prenaient brusquement un caractère de poésie, et l’humeur joviale des Touaregs contribuait à placer l’étranger dans une ambiance favorable10.

15Après la Seconde Guerre mondiale, Lhote se détourne cependant de l’automobilisme, en exprimant la nostalgie de ces longues randonnées propices aux effets de contraste :

C’est un anachronisme assez curieux de voir qu’avec les moyens modernes dont on dispose aujourd’hui, la pénétration (au sens propre du mot) et, par conséquent, l’exploration en détail, sont beaucoup moins actives qu’à la période du chameau ! L’automobile a tué l’esprit méhariste et la connaissance du pays en souffre (Lhote 1952b : 67).

  • 11 Voir aussi Lhote 1945.

16Entre-temps, en 1938, il avait expérimenté un nouveau moyen de locomotion, en descendant le fleuve Niger en kayak, ce qui lui fournit la matière d’un récit d’aventures fluviales intitulé Le Niger en kayak, paru pendant la guerre et sous-titré « Histoires de navigation, de chasse, de pêche et aventures » (Lhote 1946a11). Outre de nombreuses anecdotes, il y donne quelques pages de conseils techniques de navigation et d’équipement, dressant le plan d’organisation de son embarcation et listant son propre équipement. Il note :

Les pratiquants de kayak ne m’en voudront pas de m’être un peu longuement étendu sur la description de mon matériel et de son arrimage, car ils savent qu’une embarcation mal chargée est une source d’ennuis et de fatigues, et peut-être trouveront-ils là matière à en tirer parti pour eux-mêmes (ibid. : 65).

  • 12 De nombreux autres dessins présentent la culture matérielle des populations ou les espèces ornithol (...)

17Richement illustré de dessins et de photographies de l’auteur, l’ouvrage mobilise également l’ethnographie et les sciences naturelles pour rendre compte des différents aspects de la vie du fleuve. Les dessins de « pirogues et pagaies du moyen Niger » ou de « pirogue songhaî » et les photographies des techniques locales de navigation établissent une continuité entre le kayak de Lhote et les embarcations des populations riveraines12.

  • 13 Albert Mahuzier est l’une des figures médiatiques de l’exploration au sortir de la Seconde Guerre m (...)

18La descente en kayak de Lhote inspire ensuite Jean Rouch, Jean Sauvy et Pierre Ponty pour leur descente du Niger en pirogue en 1946-1947 (Rouch 1954) et le réalisateur-conférencier Albert Mahuzier, promoteur du kayak et du camping (Mahuzier 1943), pour sa descente du Chari et sa navigation sur le lac Tchad en 1950 (Bouquant et Mahuzier 1949)13. On passe du raid automobile à ce que Mahuzier appelle, à propos de la descente de Lhote, une « randonnée nautique » (Mahuzier 1951 : 438). Lhote est ainsi à l’initiative du transfert en Afrique de l’Ouest de pratiques sportives et touristiques alors en pleine expansion en France.

19Dans l’entre-deux-guerres, le Canoë Club et le Touring Club de France ont en effet favorisé le croisiérisme sur les rivières métropolitaines, mais aussi la publication de nombreux récits d’aventures en canoë-kayak (Hajek et Marsac 2008). Entre exploration et loisir, le kayak signale ainsi chez Lhote la rencontre entre exploration, ethnologie et tourisme nautique. Son intérêt pour ce mode de navigation coïncide avec la création par Henri Lauga, en 1937, du Club des explorateurs et des voyageurs (ensuite renommé Club puis Société des explorateurs), dont il devient membre comme de nombreux ethnologues de l’époque – Marcel Griaule, Jean-Paul Lebeuf, Paul-Émile Victor, entre autres – et qui se fixe pour objectif de rassembler « voyageurs-sportifs » et « voyageurs-savants » (Sirost 2009a).

Manières d’habiter : camper chez les « peuples campeurs »

  • 14 Le même mouvement s’observe à l’époque en géographie, la géographie humaine se définissant alors co (...)

20Au-delà de la promotion de l’automobilisme et du kayakisme, Lhote s’inscrit plus largement dans le vaste mouvement de promotion du plein air et du camping qui marque alors la période. La définition maussienne de l’ethnologie comme « science de plein air » (Mauss 1913 : 821)14 est en effet contemporaine de la valorisation des pratiques sportives et de l’immersion dans la nature qui marque l’entre-deux-guerres (Sirost 2001, 2003 et 2009b). Rétrospectivement, Lhote souligne l’influence de ce vaste mouvement. En 1932, de retour de sa première mission, il insiste sur ce point dans un entretien pour un magazine à destination de la jeunesse :

J’étais entraîné, car je cumule dix-sept ans de présence chez les Éclaireurs de France. Grâce à la préparation que j’ai reçue du scoutisme, j’ai atteint des performances morales et physiques sans lesquelles je ne serais pas resté huit jours à mener la vie que j’ai vécue trois années. [...] J’ai fait beaucoup de camping, ce qui m’a durci et préparé à coucher sous la tente des Bédouins, quand ce n’était pas dans le sable et à la belle étoile. Sur la Seine et sur la Marne, je me suis livré au camping avant que de traverser en pirogue les rapides du Niger, et chaque jour, depuis longtemps, je ne néglige jamais mon quart d’heure de culture physique, méthode Hébert, dont je suis un adepte. Ajoutez à cela de nombreux matches de tennis, dix-huit mois de service militaire dans l’aviation, et vous aurez le secret de mon endurance (Guy 1932).

  • 15 L’hébertisme est une « méthode naturelle » d’éducation physique qui valorise les éléments naturels (...)
  • 16 En introduction à un article présentant les aspects sportifs de sa première mission (Lhote 1933), l (...)

21Présentées comme des exploits sportifs rendus possibles par un entraînement de longue date, les missions de Lhote s’inscrivent dans un contexte, celui des années 1920 et 1930, où un certain nombre de pratiques sportives – les raids aériens, nautiques, automobiles ou l’alpinisme, notamment – contribuent à redéfinir la notion et l’idéal de l’aventure (Venayre 2002 : 182-188). Lhote se réclame par ailleurs, à plusieurs reprises, de l’hébertisme15, et collabore à la revue L’Éducation physique, organe principal de ce courant pédagogique16.

  • 17 Voir, par exemple, son encart publicitaire dans le numéro de juillet 1939 de La Montagne. Revue du (...)

22Dans cette logique de valorisation du camping et du sport, Lhote publie plusieurs ouvrages aux éditions Jean Susse, dans lesquels il présente son expérience saharienne comme un lieu d’apprentissage de la vie en plein air. L’éditeur Jean Susse joue alors un rôle central dans le travail de transfert et de comparaison entre les campeurs français, les ethnologues campeurs (Paul Coze et Paul-Émile Victor en particulier) et les populations nomades qu’ils observent. Après avoir participé à la fondation, fin 1925, de la Société des campeurs de France, Susse devient le rédacteur en chef de son bulletin mensuel, Camping : pour les promoteurs du tourisme français, il s’agit entre autres de transmettre ou de s’approprier les techniques et les savoir-faire des ethnologues en matière de camping. Dans les années 1930, le tourisme saharien naissant est présenté par la revue comme un lieu d’expérimentation de la rencontre entre campeurs français et « indigènes ». Plusieurs articles de Susse, mais aussi de Pierre Ichac, ancien scout devenu reporter également intéressé par l’ethnographie, militent dans le bulletin en faveur du camping et des bivouacs au Sahara, en prenant la tente touarègue ou bédouine comme modèle. C’est dans cette perspective que s’inscrit alors Lhote, notamment dans la revue des Éclaireurs de France, Le Chef (Lhote 1946b), devenant alors le promoteur de ce que Mahuzier appellera plus tard le « camping chamelier » (1948). Ces invitations au camping saharien s’inscrivent également dans une logique d’échange de bons procédés : le fabricant grenoblois de tentes André Jamet met du matériel à disposition de l’ethnologue tout en utilisant son nom pour faire la publicité de ses produits, en se présentant comme son « fournisseur17 ».

23Lhote accepte d’autant plus volontiers ce travail de transmission qu’il est (avec Paul Coze et Paul-Émile Victor) l’un des spécialistes des « peuples campeurs ». Cette expression, proposée dans le numéro de Camping de mars 1931, devient centrale dans la mise en récit de ces affinités. À une époque où les troupes de scouts ou d’éclaireurs et les clubs de camping se multiplient en France, les techniques d’habitation des « peuples campeurs » intéressent particulièrement les promoteurs du scoutisme et du tourisme « sous toile », et, au-delà, les jeunes auxquels ils s’adressent, le lectorat visé par Susse.

24Devenu président de la Société des campeurs français en 1931, ce dernier organise sa fusion, cinq ans plus tard, avec le Camping Club français, fondé en 1910 et qui entretenait alors des liens étroits avec le scoutisme (Sirost 2001). Le bulletin de la Société devient une revue richement illustrée, sous le titre Camping plein air, dans laquelle l’expérience saharienne de Lhote se trouve à son tour mise à l’honneur et comparée au camping familial et au camp scout. Paul Étoural écrit par exemple :

Quand Lhote, perdu dans le Tanezrouft, se guide à la boussole ou sur la lune, et tente de chanter [des rengaines scoutes] pour se donner du cœur au ventre ; quand il se fait dénicheur de serpents ou collectionneur de graminées ; quand, plus simplement encore, il confesse des mésaventures comme il en arriva aux seuls pionniers et campeurs, nous retrouvons avec bonheur l’ambiance familière de nos sorties et de nos camps (Etoural 1941 : s. p.).

25Après la Seconde Guerre mondiale, la revue accueille plusieurs articles de Lhote. En février 1949, dans une rubrique éphémère intitulée « Les explorateurs français campent aux 4 coins du monde », ses missions sahariennes sont annoncées aux côtés de celles d’autres ethnologues (Marcel Griaule, Jean Rouch, Germaine Dieterlen, Dominique Zahan, Jean-Paul et Annie Lebeuf, notamment). Le travail de l’ethnologue se résume ainsi pour la revue à camper dans un lointain pays...

26Susse fonde également une maison d’édition, qui publie, outre des guides et des manuels de camping particulièrement bien diffusés, plusieurs collections, dont l’une est précisément consacrée aux « peuples campeurs ». En 1947, Lhote y publie un ouvrage intitulé Comment campent les Touaregs, dans lequel il propose une définition de l’expression qui sert de titre à la collection : sont considérés comme « peuples campeurs [...] tous ceux qui se déplacent constamment et vivent sous des abris portatifs » (Lhote 1947a : 9). La même année, Lhote fait paraître, chez Les Œuvres françaises, Dans les campements touaregs (Lhote 1947b), un récit ethnographique très documenté qui obtient le prix Voyages et Aventures (la collection « Voyages et Aventures » avait été lancé par Susse en 1940). Cette distinction entre manuel de camping et récit ethnographique est cependant toute relative.

27Après la Seconde Guerre mondiale, Lhote poursuit son implication dans la promotion touristique du désert. Il invite à plusieurs reprises les jeunes éclaireurs à faire de « l’alpinisme saharien ». Dans un numéro spécial de la revue Le Chef consacré au camp scout, il témoigne de son expérience de campeur au Sahara avant de conclure que « tout groupe de routiers ou même d’éclaireurs peut camper en région saharienne en tout temps avec son matériel de campement normal, ou, ce qui est mieux encore, bivouaquer à la belle étoile en se munissant des couvertures nécessaires » (Lhote 1946b : 184). L’expérience de l’ethnologue campeur est susceptible de servir de modèle aux scouts et aux éclaireurs, et, plus largement, à tous les amateurs de camping.

  • 18 À la même époque, ce transfert de l’alpinisme dans le Sahara n’est pas seulement touristique et spo (...)

28La popularisation des techniques d’habitation des « peuples campeurs » et leur traduction en méthodes de camping ne se limitent pas à des publications d’articles ou d’ouvrages destinés aux scouts ou aux apprentis campeurs. De retour en France, Lhote met également en pratique les savoir-faire acquis ou observés sur le terrain, à des fins de transmission. Il s’investit dans différents projets d’alpinisme saharien au Hoggar ou imagine, en 1946 et selon une autre inspiration, de reconstituer un igloo au sommet du mont Blanc18. L’année suivante, il constate l’importance de la diffusion de ces modes d’habitation, à l’occasion du grand événement scout de l’après-guerre, le Jamboree mondial pour la paix, à Moisson, dans l’organisation duquel se retrouve d’ailleurs impliquée la revue Camping plein air. Lhote est chargé de la direction interfédérale des activités naturalistes au Jamboree. Du campement touareg au camp scout, c’est de nouveau la question des rapports entre ethnologie et pratiques de loisirs qui se retrouve ainsi posée.

Formes de prélèvement : motifs cynégétiques et tourisme de chasse

  • 19 Jourbel est, comme Lhote, Éclaireur de France.

29Les pratiques cynégétiques fournissent un troisième point de rencontre entre exploration, ethnologie et tourisme chez Lhote – comme, du reste, chez nombre de ses collègues de l’époque (Bondaz 2015). Dans les multiples biographies de Lhote, notamment celles destinées aux enfants, l’origine de sa vocation d’explorateur ou d’ethnologue est recherchée dans ses chasses enfantines aux vipères. Dans un article dédié à l’enfance des « grands explorateurs » et publié dans la revue d’Alain Saint-Ogan, Cadet-Revue, il est par exemple décrit comme « un véritable braconnier à douze ans ! [...] Ses jeux préférés n’étaient ni le football, ni les barres, ni les gendarmes et les voleurs, mais la chasse aux vipères ! Mais oui, parfaitement, aux vraies vipères ! » (Sainderichin 1939 : 4). Par un biais rétrospectif classique, la chasse est présentée comme le fondement de sa motivation. Dans le portrait que dresse de lui Fernand Jourbel dans Le Chasseur français, c’est le scoutisme qui est mis en avant pour expliquer sa « prouesse sportive » et ses pratiques de capture et de collecte (Jourbel 1941)19.

  • 20 C’est un synonyme de Philochortus zolii, décrit deux ans plus tôt.

30Ces affinités entre le goût de l’aventure, la vocation d’explorateur et la chasse sont constamment mises en avant par Lhote lui-même. Naturaliste avant de devenir ethnologue, il ne cesse de pratiquer la chasse sur le terrain, en partie pour le compte du Muséum national d’histoire naturelle. Il collecte de nombreux spécimens zoologiques, herpétologiques pour l’essentiel. Parmi plusieurs espèces ou sous-espèces nouvelles qu’il rapporte (Angel 1936a), un lézard, Philochortus lhotei, lui est dédié (Angel 1936b)20. Lhote consacre en outre un article scientifique aux reptiles du Sahara et du Soudan avec Fernand Angel, assistant d’herpétologie au muséum (Angel et Lhote 1938). Dans cet inventaire, les déterminations et descriptions zoologiques côtoient les noms vernaculaires des espèces et quelques observations ethnographiques – sur les amulettes en peaux d’addax confectionnées par les Touaregs pour se prémunir des vipères et des scorpions, par exemple. Ces imbrications entre les données herpétologiques et les notations ethnographiques s’inscrivent ainsi dans les perspectives ethnozoologiques encouragées par Mauss et mises en application, à la même époque, par les missions dirigées par Griaule (Bondaz 2015 et 2016b).

  • 21 Sur la notion de « collecte mixte », voir Bondaz, Dias et Jarrassé 2016.
  • 22 En 1939, Lhote expédie 35 caisses d’objets à l’IFAN. Critiquant les conditions dans lesquelles ces (...)

31Mais les pratiques cynégétiques de Lhote trouvent d’autres justifications. Présentée tout à la fois comme scientifique, sportive et utilitaire, la chasse suscite un intérêt, sinon un engouement, largement partagé par les ethnologues africanistes de l’époque. Elle signale la rencontre entre exploration, ethnologie et tourisme cynégétique. Lhote lui-même insistait sur cette conjonction, définissant ses terrains de recherche comme des « terrains de chasse » ou déclarant « faire la chasse aux gravures et aux peintures » (Lhote 1952 : 70). Les recherches ethnographiques et archéologiques étaient ainsi contaminées par la métaphore de la chasse. Cette logique de prédation s’observe de manière transversale dans les collectes mixtes de Lhote, à la fois zoologiques, ethnographiques, archéologiques et anthropologiques21. Surnommé le « déménageur du Sahara » par les journalistes, Lhote rapporta en effet, outre des spécimens naturalistes, des ossements humains, des centaines de mensurations anthropologiques, de calques ou de photographies de gravures rupestres et des milliers d’objets ethnographiques ou archéologiques au musée de l’Homme (3000 avant 1940) et à l’Institut français d’Afrique noire, au point que les autorités du Soudan français s’inquiétèrent des troubles politiques que des collectes d’une telle ampleur auraient pu occasionner22.

32Mais la chasse ne se réduit pas aux captures scientifiques et à une entreprise massive de collecte. Elle est souvent, d’abord, présentée comme alimentaire. Au sujet de sa première mission notamment, la faim fournit un motif cynégétique récurrent, renforçant le caractère aventureux et risqué de son expédition :

[E]n me réveillant, j’aperçois une gazelle en train de brouter sans méfiance à un acacia. C’est là un bienfait des Dieux, car, depuis plus de vingt jours, je n’ai pas mangé de viande fraîche, sauf deux lézards fouette-queue capturés dans les rochers, au départ d’Anfeg. Mon fusil chargé est là, à portée de la main. Sans me lever, je puis donc tirer l’inoffensif animal, qui s’écroule foudroyé, dans une mare de sang (Lhote 1936 : 86).

33De même, dans Le Niger en kayak (1946), les récits de chasses aux canards ou aux crocodiles rythment celui de la descente du Niger, justifiés par des impératifs de ravitaillement. Ce motif de la chasse alimentaire explique également l’insistance de Lhote sur ses pratiques d’entomophagie, qui contribuent à le présenter comme un modèle de « jeune explorateur » dans les ouvrages destinés aux enfants, tel celui qu’Henri Pellier consacre à sa première mission dans la collection alors fameuse des « Livres roses pour la jeunesse », chez Larousse :

[Lhote] fait chaque jour des observations intéressantes. Son carnet de route les enregistre, et déjà il a pu capturer un certain nombre de reptiles et d’insectes. Il se familiarise peu à peu avec les coutumes des indigènes au milieu desquels il se trouve, s’initie à leurs mœurs, adopte leurs habitudes, leur costume et même, à la longue, leur nourriture, ce qui manque souvent de charme quand le menu n’est composé que de sauterelles (Pellier 1933 : 13).

34Les pratiques et les récits cynégétiques de Lhote rendent également compte de motivations sportives. En 1933, sa deuxième mission en Afrique est un safari de chasse organisé par Jean Lebaudy, riche industriel sucrier qui financera plus tard la mission Niger – lac Iro de Marcel Griaule, en 1938-1939 (Jolly 2016). L’expédition de Lebaudy, à laquelle participe Lhote, est rejointe à Douala par le comte Antoine de la Chevasnerie, qui joue alors (avec Lebaudy) un rôle important dans la promotion du tourisme cynégétique dans les colonies françaises. Il est en effet administrateur du Syndicat d’études des grandes chasses coloniales françaises, mais aussi de la revue mensuelle Au-delà des mers, organe du groupe colonial et cynégétique du Touring Club de France, dans laquelle il publie de nombreux articles. Au retour du safari, la Chevasnerie devient membre du Comité de tourisme d’outre-mer et colonial.

35Monique Vérité, biographe de Lhote, a noté que ce dernier avait peu écrit sur cette expérience de safari, faisant l’hypothèse de tensions entre le jeune chercheur, le riche industriel et l’aristocrate. Dans les quelques pages d’Aux prises avec le Sahara qu’il consacre à cette deuxième mission, Lhote note que « les récoltes zoologiques [qu’il a] faites au Cameroun, grâce aux possibilités que m’avait données le chef de mission, valaient à elles seules la peine d’entreprendre le voyage » (1936 : 183). Mais il n’a pas du tout apprécié l’attitude de ses patrons passionnés de safari, qui abattent des centaines d’animaux, se comportant comme des « ferrailleurs » meurtriers (Vérité 2010 : 57). Lhote a cependant longuement insisté, près de vingt ans plus tard, dans un numéro des Cahiers de chasse, sur les chasses et les observations naturalistes effectuées tout au long de l’expédition (Lhote 1950). On y lit des récits de captures de serpents et de chasses aux lions qui s’inscrivent pleinement dans la double tradition orale et écrite des récits cynégétiques, comme lui-même le souligne, à propos d’un récit de chasse au lion qui faillit tourner mal :

Il fallut que je reste toute la soirée au campement pour raconter l’aventure, et toute la nuit on entendit autour des feux de camp toutes les histoires de lions du pays oulliminden. La mienne en fera une de plus à ajouter à une série qui n’est pas encore close (ibid. : 13).

  • 23 Lhote a recours à une typologie des pièges (« pièges », « demi-pièges », « pièges vrais », « trappe (...)

36À l’occasion de ses missions suivantes, il ne cesse de noter ses observations cynégétiques et zoologiques, fournissant la matière de nombreuses publications relevant de différents registres. L’ouvrage La Chasse chez les Touaregs, paru chez Amiot-Dumont en 1951 (Lhote 1951), consiste en une vaste monographie rassemblant des données géographiques, ethnographiques, archéologiques et zoologiques. La description des différentes techniques de chasse employées par les Touaregs occupe la deuxième partie de l’ouvrage. La typologie et le fonctionnement des pièges sont notamment détaillés23. Lhote a en effet collecté plusieurs pièges pour le musée de l’Homme : il en décrit l’usage, en propose le croquis et, pour certains, en montre le fonctionnement ou l’installation grâce à des photographies de terrain (c’est le cas du piège à pointes radiaires utilisé pour la chasse aux gazelles, documenté par une série de sept photographies). La troisième partie de l’ouvrage, qui compte plus d’une centaine de pages et est de loin la plus importante, est consacrée aux différentes espèces chassées. Mais les descriptions zoologiques et les notes concernant leur comportement ne cessent d’être complétées par des récits de capture ou de chasse rapportés ou vécus par Lhote lui-même. Une photographie le montre d’ailleurs en compagnie de ses « rabatteurs touaregs » lors d’une chasse au lion. Ces mises en intrigue de la chasse sont parfois justifiées par Lhote. Quand il propose « un récit vécu de la chasse à la gazelle », c’est, selon lui, pour donner « un aperçu exact de l’utilisation des pièges » (ibid. : 95). Mise au service de la production de connaissances ethnozoologiques et présentée sur le mode testimonial, son expérience de chasseur brouille ainsi à de nombreuses reprises les distinctions entre la monographie scientifique et le récit cynégétique. Dans sa préface, Lhote note d’ailleurs que certains Touaregs « pratiquent la chasse par plaisir et par goût sportif » (ibid. : 11), faisant de la chasse sportive un point de rencontre potentiel entre les chasseurs français et eux.

37Dans un contexte où les récits de chasse et de capture connaissent un succès éditorial continu (Rothfels 2002), ceux de Lhote ne servent pas seulement à rendre plus vivante la documentation ethnographique ou zoologique. Ils alimentent nombre d’articles à destination du grand public, tel « La chasse au mouflon dans les montagnes du Hoggar », dans Sciences et voyages (Lhote 1944). Dans le numéro 7 de la revue Camping plein air, Lhote livre même un récit de « chasse aux contrebandiers » en plus de ceux dédiés aux chasses aux hyènes ou aux lions (Lhote 1946c). En 1954, il collabore en outre à la rédaction d’un guide de chasse en Afrique (Lhote 1954). Décrire les techniques de chasse des Touaregs et témoigner de ses expériences de chasseur saharien contribuent ainsi à faire connaître et à valoriser les ressources cynégétiques du Sahara, à un moment où le développement du tourisme colonial repose en grande partie sur de telles stratégies de valorisation.

38Les stratégies scripturaires et éditoriales de Lhote n’expliquent pas seulement son succès médiatique dans les années 1930. En 1937, lors de la parution d’un ouvrage à destination de la jeunesse aux éditions Bourrelier, Le Sahara, désert mystérieux (Lhote 1937), la Revue du Touring Club de France recommande sa lecture « à tous ceux que tente le tourisme saharien, désormais pratiquement organisé, mais aussi à la jeunesse avide de beaux exemples et d’exploits inédits » (janvier 1938, p. 29). Lhote est présenté davantage comme un explorateur et un promoteur du tourisme saharien que comme un ethnologue, un archéologue ou un naturaliste. Son cas permet de comprendre comment se mettent en place différentes stratégies distinctives à l’époque de l’autonomisation du champ ethnologique et de la figure de l’ethnologue, qui forment ainsi la matrice des logiques de redéfinition des expériences du voyage au cours de la seconde moitié du xxe siècle.

  • 24 La durée du séjour se construit peu à peu comme un marqueur de distinction entre le touriste qui ne (...)
  • 25 Sur ces dernières, voir en particulier Crick 1995. Pour une réflexion sur l’actualité de ces enjeux (...)

39La diversité des formats et des choix d’édition comme celle des lectorats et des publics visés, chez Lhote mais aussi chez nombre des premiers ethnologues professionnels français, mérite d’être comprise moins comme le résultat d’un éclectisme – sinon d’un éparpillement ou d’un amateurisme –, qu’en tant que projet trouvant sa cohérence dans une volonté de popularisation de savoirs mixtes, ethnographiques, bien sûr, mais aussi, souvent, géographiques, archéologiques ou naturalistes. Les trois points transversaux évoqués au sujet de Lhote et présents dans une grande variété de publications, l’automobilisme saharien, le camping au contact des « peuples campeurs » et les pratiques cynégétiques, témoignent chacun d’effets de continuité entre les techniques d’exploration, les stratégies d’immersion des ethnologues et les modalités du voyage touristique. Le premier, en construisant une opposition entre l’automobile et le chameau, soulève la question du mode de déplacement du voyageur et de la durée de son séjour24. Le second, en faisant du camp ou de la tente un refuge en même temps qu’une zone de contact entre le voyageur et la population locale, permet de pointer les manières d’habiter comme autant de signes distinctifs, sinon électifs. Le troisième enfin, qui montre l’importance transversale du paradigme cynégétique, permet d’insister sur l’ambivalence entre la volonté d’inventaire et la logique prédatrice. Ces trois aspects (modes de déplacement, manières d’habiter et formes de prélèvement) se retrouvent au cœur des relations ambivalentes entre ethnologie et tourisme et continuent de motiver, autant sur le plan des discours que sur celui des pratiques, les stratégies distinctives actuelles25.

Haut de page

Bibliographie

Angel Fernand, 1936a, Description d’une espèce nouvelle du genre Philochortus provenant des confins saharo-soudanais et tableau synoptique des espèces du genre, Bulletin de la Société zoologique de France 61 : 100-105.

— 1936b, Sur quelques formes nouvelles de reptiles et de batraciens du Sahara central, Bulletin de la Société zoologique de France 61 : 273-277.

Angel Fernand, Lhote Henri, 1938, Reptiles et amphibiens du Sahara central et du Soudan, Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française 21 : 345-384.

Bernasek Lisa, 2019, Colonial, Popular, and Scientific? The Exposition du Sahara (1934) and the Formation of the musée de l’Homme, Museum Anthropology 42 (2): 89-108.

Berrier Jean-Claude, Denizet Raymond, 1953, Hauts lieux d’Afrique. L’expédition française Tibesti-Congo-Éthiopie, Paris, Amiot Dumont.

Berthonnet Arnaud, 2009, Le rôle des militaires français dans la mise en valeur d’un tourisme au Sahara de la fin du xixe siècle aux années 1930, in Colette Zytnicki, Habib Kazdaghli (dir.), Le Tourisme dans l’empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (xixe-xxe siècles), Saint-Denis, Publications de la société française d’histoire d’outre-mer : 79-96.

Bondaz Julien, 2015, Bêtes de terrain. Savoirs et affects dans l’invention de l’ethnozoologie, Anthropologie et sociétés 39 (1-2) : 37-59.

— 2016a, Les grands explorateurs comme ancêtres. André Leroi-Gourhan, Marcel Griaule et la popularisation de l’ethnologie, in L’homme [l’objet] : André Leroi-Gourhan. Catalogue d’exposition, 11 octobre-22 décembre 2016, Lyon, université Lyon 3, « Collection ethnographique de l’université Jean-Moulin » : 54-74. URL: https://bu.univ-lyon3.fr/catalogue-d-exposition-l-homme-l-objet-andre-leroi-gourhan

— 2016b, Ethnozoologie, À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939), http://naissance ethnologie.fr.

— 2018, L’ethnologie pour tous, in Julien Bondaz (dir.), Le Magasin des petits explorateurs, Paris/Arles, musée du quai Branly – Jacques-Chirac / Actes Sud : 312-317.

— 2019, Les pièges de la collecte. Techniques d’acquisition et collectes ethnographiques en Afrique (1928-1960), Techniques & culture 71 (1) : 46-49. URL : https://journals.openedition.org/tc/11034.

Bondaz Julien, Dias Nélia, Jarrassé Dominique, 2016, Collectionner par-delà nature et culture, Gradhiva 23 : 28-49.

Bourgeot André, 1990, Identité Touarègue. De l’aristocratie à la Révolution, Études Rurales 120 : 129-62.

Bouquant Maurice, Mahuzier Albert, 1949, Aventure au Tchad. En kayaks sur le Chari et sur le Tchad, Paris, Édition de L’Ermite.

Chaix Edmond, 1938, Les routes africaines, Revue du Touring Club de France 522 : 137-139.

Conklin Alice L., 2015, Exposer l’humanité. Race, ethnologie et empire en France, 1850-1950, Paris, Éditions scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle.

Crick Malcolm, 1995, The Anthropologist as Tourist : Identity in Question, in Marie-Françoise Lanfant et al. (eds.), International Tourism, Identity and Change, Londres, Sage Publications : 205-224.

Debaene Vincent, 2010, L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard.

Doquet Anne, 2016, Ethnologues et touristes au papier-calque, EspacesTemps.net, www.espacestemps.net/articles/ethnologues-et-touristes-au-papier-calque.

Dulucq Sophie, 2009, L’émergence du tourisme dans les territoires de l’Afrique tropicale française (années 1920-1950), in Zytnicki Colette, Kazdaghli Habib (dir.), Le Tourisme dans l’empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (xixe-xxe siècles), Saint-Denis, Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer : 61-71.

Etoural Paul, 1941, Au désert avec Henri Lhote, Camping Plein air 26 : s. p.

Fierro Albert, 1991, Des encyclopédies aux livres pratiques, in Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. IV. Le livre concurrencé 1900-1950, Paris, Fayard-Promodis : 342-351.

Godde Henri, 1949, Alpinisme saharien... alpinisme de demain ?, Camping plein air, mars 1949 : 9.

Guy Michel, 1932, Le pèlerin du désert, À la page 143 : 8-9 et 13.

Haardt Georges-Marie, Audouin-Dubreuil Louis, 1923, La Première Traversée du Sahara en automobile. De Touggourt à Tombouctou par l’Atlantide, Paris, Plon.

— 1927, La Croisière noire. Expédition Citroën Centre-Afrique, Paris, Plon.

Hajek Serena, Marsac Antoine, 2008, Les récits de croisière. Développement d’une culture touristique du canoë dans la France de l’entre-deux-guerres, Loisir et société 31 (2) : 233-265.

Jolly Éric, 2001, Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956), Journal des africanistes 71 (1) : 149-190.

— 2016, Jean Lebaudy, À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939), http://naissanceethnologie.fr

Jolly Éric, Lemaire Marianne, 2011, Ethno-graphies, L’Homme 200 : 13-17.

— La mission Dakar-Djibouti au fil des textes, in Marcel Griaule et al., Cahier Dakar-Djibouti, Meurcourt, Éditions Les Cahiers : 11-67.

Joseph Camille, Mauuarin Anaïs, 2018, Introduction. L’anthropologie face à ses images, Gradhiva 27 : 4-29.

Jourbel Fernand, 1941, L’explorateur Henri Lhote, Le Chasseur français 603 : 537.

Lemaire Marianne, 2017, Le monde mis en ondes. Les radio-conférences du musée d’Ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme (1935-1939), in André Delpuech, Christine Laurière et Carine Peltier-Caroff (dir.), Les Années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, Paris : 777-829.

Lhote Henri, 1933, 15 000 kilomètres à travers le Sahara, L’Éducation physique 26, 31e année : 136-139.

— 1936, Aux prises avec le Sahara, Paris, Les Œuvres françaises.

— 1937, Le Sahara, désert mystérieux, Paris, Bourrelier.

— 1944a, Les Touaregs du Hoggar, Paris, Payot.

— 1944b, La chasse au mouflon dans les montagnes du Hoggar, Sciences et voyages 98 : 35-37.

— 1945, Descente du Niger en kayak, Camping plein air 1 : s. p.

— 1946a, Le Niger en kayak, Paris, Jean Susse.

— 1946b, Camping au Sahara, Le Chef 260 : 183-184.

— 1946c, Tedigres, la jeune Targuia, Camping plein air 7 : s. p.

— 1947a, Comment campent les Touaregs, Paris, Jean Susse.

— 1947b, Dans les campements touaregs, Paris, Les Œuvres françaises.

— 1950, Lions et serpents, Les Cahiers de chasse 3 : 3-17.

— 1951, La Chasse chez les Touaregs, Paris, Amiot-Dumont.

— 1954, La chasse au Sahara, in collectif, Le Grand Livre de la faune africaine et de sa chasse II : Chasse, Zurich/Genève, Éditions Godefroy Schmid et René Kister : 87-94.

1960, Les déserts, in collectif, Les Explorations au xxe siècle, Paris, Larousse : 55-104.

Loyau Anne, 2017, Sahara, 1934. L’exposition d’une union sacrée coloniale européenne ?, in André Delpuech, Christine Laurière, Carine Peltier-Caroff (dir.), Les Années folles de l’ethnographie. Trocadéro 28-37, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle : 735-775.

Lucas Joana, 2013, Orientalism and Imperialism in French West Africa. Considerations on Travel Literature, Colonial Tourism, and the Desert as a “Commodity” in Mauritania, in João Sarmento, Eduardo Brito-Henriques (eds.), Tourism in the Global South. Heritages, Identities and Development, Lisbonne, Centre for Geographical Studies : 25-43.

MacClancy Jeremy, McDonaugh Chris (eds), 1996, Popularizing Anthropology, London-New York, Routledge.

Mahuzier Albert, 1943, Manuel du kayak, Paris, Jean Susse.

— 1948, Camping chamelier, Camping plein air, XXe année : 14-15.

— 1951, En kayak sur le Chari et le lac Tchad, Le Chasseur français 653 : 438.

Mauss Marcel, 1913, L’ethnographie en France et à l’étranger, Revue de Paris 20 : 815-837.

Mauuarin Anaïs, 2021, L’ethnologue en explorateur ? Rechercher la filiation, redéfinir l’exploration, in Christine Laurière (dir.), Années 50. Aux sources de l’anthropologie française contemporaine (Carnet de Bérose 15), www.berose.fr/rubrique240.html.

Meynier Octave, 1934, Le tourisme saharien en 1934, Les Amis du Sahara 12 : 7-28.

Montandon Georges, 1934, Traité d’ethnologie culturelle. L’ologénèse culturelle, Paris, Payot.

Murray Alison, 2000, Le tourisme Citroën au Sahara (1924-1925), Vingtième siècle. Revue d’histoire 68 : 95-107.

Patin Christelle, 2015, Le musée vivant face au défi de l’éducation populaire, in Claude Blanckaert (dir.), Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée laboratoire, Art Lys editions / musée de l’Homme, Paris : 210- 233.

Pellier Henri, 1933, Seul dans le Sahara, Paris, Larousse.

Peltier-Caroff Carine, Un potlatch au Trocadéro. Paul Coze, indianiste ethnographe, in André Delpuech, Christine Laurière, Carine Peltier-Caroff (dir.), Les Années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, Paris : 481-535.

Robic Marie-Claire, 1996, Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie humaine moderne (1900-1950), in Claude Blanckaert (dir.), Le Terrain des sciences humaines (xviiie-xxe siècle), Paris, L’Harmattan : 357-388.

Rothfels Nigel, 2002, Savages and Beasts. The Birth of the Modern Zoo, Baltimore/Londres, John Hopkins University Press.

Rouch Jean, 1954, Le Niger en pirogue, Paris, Nathan.

Sainderichin Pierre, 1939, À quoi jouaient nos grands explorateurs lorsqu’ils étaient petits ?, Cadet-revue 156 : 3-5.

Sirost Olivier, 2001, Camper ou l’expérience de la vie précaire au grand air, Ethnologie française 31 (4) : 581-589.

— 2003, La mutation des pratiques de plein air en France (1937-1963), in Nicolas Bancel, Daniel Denis et Youssef Fates (dir.), De l’Indochine à l’Algérie, la jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Paris, La Découverte : 299-310.

— 2009a, Le Club des explorateurs français : des pratiques de plein air aux musées, in Régis Meyran, Denis-Michel Boëll et Jacqueline Christophe (dir.), Du folklore à l’ethnologie, 1936-1945, Paris, Éditions de la MSH : 113-123.

— 2009b, La vie au grand air ou l’invention occidentale des milieux récréatifs, in Olivier Sirost (dir.), La Vie au grand air. Aventures du corps et évasions vers la nature, Nancy, Presses universitaires de Nancy : 7-44.

Thomas Martin, Harris Amanda (eds.), 2018, Expeditionary Anthropology. Teamwork, Travel and the « Science of Man », New York, Berghahn.

Venayre Sylvain, 2002, La Gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne 1850-1940, Paris, Aubier.

Vérité Monique, 2010, Henri Lhote. Une aventure scientifique au Sahara, Paris, Ibis Press.

Villaret Sylvain, Delaplace Jean-Michel, 2004, La méthode naturelle de Georges Hébert ou « l’école naturiste » en éducation physique (1900-1939), Staps 63 (1), 2004 : 29-44.

Zytnicki Colette, 2013, « Faire l’Algérie agréable ». Tourisme et colonisation en Algérie des années 1870 à 1962, Le Mouvement social 242 (1) : 97-114.

— 2016, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial, Paris, Vendémiaire.

Haut de page

Notes

1 Une version orale et réduite de ce texte a été présentée lors du colloque international « Anthropologie et tourisme. Horizons critiques » organisé au musée du quai Branly – Jacques-Chirac, les 24 et 25 mai 2018. Je remercie Frédéric Keck et Aurélie Condevaux de m’y avoir convié.

2 Pour une comparaison avec l’anthropologie anglo-saxonne, voir notamment Thomas et Harris 2018.

3 La notion de « popularisation » est à peine moins problématique que celle de « vulgarisation ». On lui préférerait volontiers celle de « démocratisation » ou de « médiatisation ». Elle paraît cependant pertinente au regard du contexte des années 1930, qui est celui du Front populaire et de l’essor des mouvements d’éducation populaire, dont le tout nouveau musée de l’Homme est alors non seulement le témoin, mais aussi l’un des acteurs. Sur cet aspect, voir Conklin 2015 : 157-215 et Patin 2015.

4 Voir Peltier-Caroff 2017 : 501-503.

5 Sur ces différents points, on se référera notamment à la riche biographie d’Henri Lhote établie par Monique Vérité (2010), qui fournit de nombreux détails et documents inédits.

6 L’influence de la Croisière noire sur Marcel Griaule témoigne en outre des liens entre ces grandes expéditions et la mise en place des premières missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (Jolly 2001 : 159, Jolly et Lemaire 2015 : 23).

7 L’analogie entre le désert et la mer explique le transfert du vocable « croisière » dans le contexte du tourisme saharien. Léon Poirier, le cinéaste de la Croisière noire, en serait à l’origine, si l’on en croit la mise en récit de sa vision : « à l’heure du grand mirage », dans le Tanezrouft, le désert lui apparut comme une mer et les voitures comme des « vaisseaux étranges », des « croiseurs » (Haardt et Audouin Dubreuil 1927 : 16-17). Comme on le verra plus loin, le directeur du Touring Club de France, Edmond Chaix, sera l’un des premiers à organiser des « croisières touristiques » au Sahara (Dulucq 2009 : 68). À cette époque, il est également vice-président du Club des amis des croisières, qui vise à développer les croisières maritimes. Le terme de « randonnée » était utilisé de manière usuelle depuis la fin du xixe siècle pour désigner les trajets sahariens. Il a en effet pris le sens, au siècle précédent, d’une longue promenade ininterrompue, généralement circulaire. Au cours de la période qui nous intéresse, il change peu à peu de signification, de l’idée d’« exploration extensive » exprimée par Lhote à celle de tourisme sportif. On assiste alors à la multiplication des ouvrages consacrés à la randonnée et à la mise en place d’une typologie distinguant le raid, la semi-randonnée, le camp de base.

8 Pendant six semaines, Chaix est accompagné du général Andlauer pour diriger les 14 touristes de cette première « croisière ».

9 Dans la littérature coloniale comme dans les récits de voyage, le terme de dromadaire, plus précis (il désigne l’espèce de chameau à une bosse présente en Afrique du Nord), est rarement employé.

10 « La femme touarègue », radio-conférence du musée d’Ethnographie du Trocadéro, 12 octobre 1936, archives du musée du quai Branly – Jacques-Chirac, DA000315/15065 (voir aussi Lhote 1936 : 182-183). Sur les radio-conférences du musée d’Ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme, voir Lemaire 2017.

11 Voir aussi Lhote 1945.

12 De nombreux autres dessins présentent la culture matérielle des populations ou les espèces ornithologiques et ichtyologiques observées. Quelques dessins ou photographies sont des portraits, parfois érotisants (une photographie de « crâne d’hippopotame et petite Vénus noire » est notamment frappante en ce qu’elle participe à la logique de prédation qui anime Lhote, comme on le verra plus loin).

13 Albert Mahuzier est l’une des figures médiatiques de l’exploration au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir accompli des exploits sportifs en solitaire et collaboré avec Lhote pour réaliser un documentaire sur les Touaregs en 1948 (intitulé Touareg, ce film de 19 minutes était produit par les Actualités françaises), il se spécialise, à partir des années 1950, dans le voyage familial (présenté comme une nouvelle forme de l’exploration), partant en voyage avec sa femme et ses neuf enfants dans différentes zones géographiques, publiant de nombreux ouvrages, réalisant des films et multipliant les conférences au sein de l’association Connaissance du monde.

14 Le même mouvement s’observe à l’époque en géographie, la géographie humaine se définissant alors comme une géographie de « plein vent ». Sur ce point, voir Robic 1996.

15 L’hébertisme est une « méthode naturelle » d’éducation physique qui valorise les éléments naturels (l’eau, l’air et le soleil) et s’inscrit dans un cadre plus large de thérapeutique naturiste. Elle doit son nom à son promoteur, l’officier de marine Georges Herbert, et a connu un grand succès au début du xxe siècle. Sur ce point, voir Villaret et Delaplace 2004.

16 En introduction à un article présentant les aspects sportifs de sa première mission (Lhote 1933), le rédacteur de la revue insiste sur ses qualités, dans un portrait qui mérite d’être cité presque in extenso :
Lhote n’a physiquement rien d’extraordinaire, son raid constitue pourtant un « tour de force » dont peu de soi-disant athlètes eussent été capables. Grand mais mince, charpenté solidement mais sans muscles proéminents, Henri Lhote est cependant un être fort tel que nous le comprenons.
Il a de la Résistance. Imaginez quelles réserves il faut posséder pour mener durant trois années une vie aussi intense dans des conditions aussi dures et aussi déprimantes, pour supporter toutes les fatigues et vaincre tous les obstacles qui se dressent sur la route de l’explorateur.
Il a du muscle. Durant 60 jours de marche il a journellement chargé et déchargé ses chameaux des 400 kilos que représentaient les collections études et documents qu’il ramenait. Lorsque ses chameaux ont été épuisés, il a marché durant de longues journées, il a couru après son gibier, escaladé des rochers, pagayé sur le Niger pendant des centaines de kilomètres.
Il est vite et adroit. Lhote a tué et rapporté du Hoggar plusieurs espèces de serpents très venimeux, à la détente rapide et déconcertante. Dans ces sortes de chasses la lenteur et la maladresse d’un homme peuvent causer sa mort.
Il est viril. Son exploit est avant tout dû à son énergie, à sa volonté, à son courage, à son sang-froid. S’il avait eu, sur ce point, une seule défaillance, Lhote ne serait jamais revenu.
Il est entraîné aux intempéries. Les variations de la température sont très grandes au Sahara et il faut pouvoir les supporter.
Il est sobre. Il a su se passer du confort habituel des Européens et adopter une nourriture très frugale tout à fait élémentaire.
Ces qualités physiques, viriles et morales, mises au service d’une grande intelligence, d’une curiosité toujours en éveil et d’une érudition très poussée, ont permis à Henri Lhote de réaliser un exploit surhumain (Lhote 1933 : 136).

17 Voir, par exemple, son encart publicitaire dans le numéro de juillet 1939 de La Montagne. Revue du Club alpin français.

18 À la même époque, ce transfert de l’alpinisme dans le Sahara n’est pas seulement touristique et sportif (Godde 1949). Il se joue aussi sur un plan scientifique, comme en témoignent les recherches du géographe Robert Perret, qui déplace ses investigations de la Savoie au Sahara à partir de 1931. Perret collabore d’ailleurs avec Lhote, en 1934, pour des relevés de plans et de gravures rupestres dans le tassili n’Ajjer.

19 Jourbel est, comme Lhote, Éclaireur de France.

20 C’est un synonyme de Philochortus zolii, décrit deux ans plus tôt.

21 Sur la notion de « collecte mixte », voir Bondaz, Dias et Jarrassé 2016.

22 En 1939, Lhote expédie 35 caisses d’objets à l’IFAN. Critiquant les conditions dans lesquelles ces objets ont été collectés, Jean Desanti, le gouverneur du Soudan, se plaint auprès du gouverneur général de l’AOF de ne pas pouvoir contrôler les pratiques des chercheurs. Il propose que les « chargés de mission » confient désormais aux « représentants de l’Administration Locale » la liste des objets à acquérir, au motif que ces derniers « procéderont toujours aux achats avec plus de prudence qu’un chercheur qui ne s’entoure généralement pas de considérations politiques » (Lettre de Jean Desanti au gouverneur général de l’AOF, Pierre Boisson, 6 mai 1939, archives de l’IFAN-CAD, dossier A1/40).

23 Lhote a recours à une typologie des pièges (« pièges », « demi-pièges », « pièges vrais », « trappes ») inspirée par celle de Georges Montandon (1934), pourtant largement compromis par ses positions favorables au régime de Vichy et aux thèses racialistes. Lhote a suivi les cours de Montandon à l’École d’anthropologie entre 1936 et 1938. Sur l’intérêt des ethnologues africanistes de l’époque pour la collecte et la description des pièges, voir Bondaz 2019.

24 La durée du séjour se construit peu à peu comme un marqueur de distinction entre le touriste qui ne fait que passer (comme autrefois l’explorateur) et l’ethnologue, qui séjourne pour une immersion plus longue.

25 Sur ces dernières, voir en particulier Crick 1995. Pour une réflexion sur l’actualité de ces enjeux dans la zone autrefois explorée par Lhote, voir Doquet 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Les randonnées d’Henri Lhote. Ethnologie, exploration et tourisme saharien (années 1920-1950) », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 152-174.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Les randonnées d’Henri Lhote. Ethnologie, exploration et tourisme saharien (années 1920-1950) », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10060 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10060

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Université Lumière Lyon 2
Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC)
Centre Alexandre Koyré (UMR 8560, EHESS-CNRS-MNHN)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search