Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2MélangesNotes et documentsLes hommages africains de Georges...

Mélanges
Notes et documents

Les hommages africains de Georges Balandier

Jean Copans
p. 218-224

Texte intégral

1Hommage à Georges Balandier (collectif), 2018,
Présence africaine 194, [1er semestre 2016 ; paru en 2018].
Tamba Moustapha (dir.), 2019, Georges Balandier et l’Afrique, Dakar, L’Harmattan-Sénégal.
Ossébi Henri, Tchikaya-Oboa Régine, Goyendzi Raoul (dir.), 2019, Retour aux « Brazzavilles noires ». Hommage à Georges Balandier, préface de Monique Hirschhorn, Paris, L’Harmattan.

  • 1 Ni d’ailleurs Paul Mercier. On peut penser que leur réserve à l’égard de l’ethnographie traditionne (...)
  • 2 « Ce que j’ai appris de l’Afrique », Journal des africanistes 69 (1), 1999 : 259-270. Présentation (...)
  • 3 Voir « In memoriam Georges Balandier (1920-2016) », reprenant les interventions de François Gaulme (...)
  • 4 S’y ajoutèrent une discussion-débat, le 25 janvier 2018, autour des deux numéros de revue (voir plu (...)
  • 5 Film réalisé par Pierre Gauge, 1995, 98 min. Disponible sur www.canal-u.tv/video/ehess/une_anthropo (...)
  • 6 L’Homme 221, janvier-mars 2017 : 5-10 et 11-40.

2Georges Balandier n’a jamais publié d’article dans le Journal des africanistes1 mais la Société des africanistes a publié, en 1999, le texte de la conférence qu’il donna sous le titre « Ce que j’ai appris de l’Afrique ». Il s’agissait de la première Conférence Marcel Mauss, et Balandier avait marqué sa fierté d’avoir été distingué pour cette occasion2. La Société des africanistes fut la première institution française à lui rendre hommage après son décès en organisant, dès le 8 juin 2017, une séance où François Gaulme et Claude-Hélène Perrot prirent la parole3. Le 11 décembre de la même année, ce furent l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), que Balandier avait présidée entre 1965 et 1968, et la faculté des sciences humaines et sociales de l’université Paris Descartes (antérieurement Paris 5 et, avant 1968, faculté des lettres et sciences humaines de la Sorbonne) où Balandier avait enseigné de 1962 à 1985, qui organisèrent une demi-journée d’hommage intitulée « Les mondes en mouvement de Georges Balandier » à l’instigation de Monique Hirschhorn4. Enfin, l’IMAF de l’EHESS organisa une soirée, le 24 janvier 2018, autour de la projection du film Une anthropologie des moments critiques : entretien avec Georges Balandier5, avec notamment une communication d’Emmanuel Terray qui fut reprise dans la section « In memoriam » publiée dans L’Homme, avec un article d’André Mary6.

  • 7 Ajoutons la publication des notes de Bernard Hours dans L’Homme et la Société (2017 / 1-2 : 21-23) (...)

3Ces activités publiques furent complétées par la publication d’un numéro entier des Cahiers d’études africaines, « Terrains et fugues de Georges Balandier », fort de quatorze contributions et d’un dossier spécial de cArgo, Revue internationale d’anthropologie culturelle et sociale, intitulé « L’anthropologie de Georges Balandier, hier et aujourd’hui » et comptant sept articles7. Sur ce total de vingt-trois textes, un seul est le fait d’un chercheur d’origine africaine. Je n’épiloguerai pas sur l’image africaine qu’on peut tirer de cet ensemble, terriblement francocentré par ailleurs, puisque nous pouvons heureusement le contrebalancer par les trois hommages plus proprement africains qui eurent lieu, l’un à Dakar en 2016 avant son décès (Tamba 2019), le second à Brazzaville en 2017 (Ossébi et al. 2019) et enfin celui de la revue Présence africaine, en 2018. Ce sont ces trois publications, qui comportent symboliquement un nombre à peu près équivalent de textes de chercheuses et de chercheurs africains, dont nous allons parler ici. Notons que l’hommage rendu par la revue Présence africaine consiste essentiellement en la republication des quatorze textes de Balandier parus dans ses pages entre 1947 et 1963 dont trois (un article et deux notes de lecture) dès le premier numéro de novembre-décembre 1947.

  • 8 Voir Frioux-Salgas (ouvrage coordonné et présenté par), 2009, « Présence africaine : une généalogie (...)

4En effet, dans l’immédiat après-guerre, avant son départ, en juin 1946, pour son premier terrain au Sénégal, Balandier a rencontré, grâce à Michel Leiris, qui fut l’un de ses initiateurs à l’ethnologie au musée de l’Homme, Alioune Diop, le futur fondateur de la revue et de la maison d’édition du même nom. Pendant plusieurs années, il est en effet l’un des deux directeurs de la rédaction, avec l’écrivain ivoirien Bernard Dadié. Le liminaire du numéro 194 de Présence africaine, rédigé par Romuald Fonkoua, rédacteur en chef actuel de la revue, évoque très brièvement les « soixante ans de compagnonnage » de Balandier, mais on peut regretter que ce texte ne mentionne pas les travaux de Sarah Frioux-Salgas qui a étudié cette collaboration en détail8. Les 110 pages de Balandier couvrent quasi exclusivement les années 1947-1952 et relèvent de plusieurs genres. On y trouve d’abord des textes issus directement de ses travaux de terrain au Sénégal, en Guinée et à Brazzaville. On y trouve ensuite des contributions aux numéros spéciaux de la revue, le premier, de 1950 (no 8-9), intitulé « Mondes noirs », dirigé par le directeur de l’IFAN, Théodore Monod, et le second, « L’art nègre », de 1951 (no 10-11), dirigé par Diop, dont il cosigne l’avant-propos avec Jacques Holwett ainsi que quelques notes de lecture. L’une d’entre elles porte sur les premières publications des travaux de l’Unesco sur la question du racisme, en 1951, qui comprenaient notamment l’étude de Leiris « Race et civilisation ». S’il ne rend pas compte de l’essai de Claude Lévi-Strauss, Race et histoire, également partie prenante de cette campagne de sensibilisation, c’est que ce dernier texte ne paraît que l’année suivante, en 1952.

  • 9 Voir Balandier, 1963, « Sociologie dynamique et histoire à partir des faits africains », Cahiers in (...)

5L’essentiel, à nos yeux, se trouve toutefois dans les deux textes « Le noir est un homme » (1947) et « Encres noirs » (1948) qui affirment haut et fort la solidarité de Balandier avec les populations noires. Dans ce dernier texte, il décrit par ailleurs son accueil par Diop, devenu chef de cabinet du gouverneur (socialiste !) d’AOF, en insistant sur le racisme larvé et hypocrite dont ce dernier est victime de la part des fonctionnaires et résidents français. Balandier publie un dernier texte dans la revue plus de dix ans plus tard, en 1963, « L’Africanisme face aux problèmes de l’anthropologie et de la sociologie politique », qui fait écho à sa toute récente élection à la Sorbonne, et à sa leçon inaugurale, qui insiste sur la dimension historique des phénomènes sociaux9.

6On trouve, dans ce dossier, une autre de ses leçons inaugurales, celle prononcée en juin 1958 à l’Institut du développement économique et social (IEDES) qu’il avait contribué à mettre sur pied, intitulée « Structures sociales traditionnelles et problèmes de développement ». Elle est présentée par Roland Colin, l’un des trois universitaires français participant à cet hommage, les deux autres étant Bernard Mouralis, qui aborde ses relations avec la littérature, et Catherine Coquery-Vidrovitch, qui évoque son sens de l’histoire.

  • 10 Georges Balandier, 2014, Un anthropologue en première ligne, Paris, PUF.
  • 11 « “Pour s’accorder à ce siècle, il faut l’explorer”. Hommage à Georges Balandier », Anthropologie e (...)
  • 12 Signalons que plusieurs contributeurs à tous ces hommages oublient dans leur bibliographie son dern (...)
  • 13 Voir ma communication à la journée du 11 décembre 2017, « Georges Balandier, l’homme sans tradition (...)

7Avant d’en venir aux revisites africaines de l’œuvre de Balandier, il conviendrait néanmoins de caractériser l’ensemble de son œuvre. Comme je l’ai expliqué longuement dans l’ouvrage que je lui ai consacré10 et dans les hommages auxquels j’ai participé11, celle-ci relève de plusieurs thématiques et problématiques contrastées. La distinction la plus importante sépare une première période africaniste, centrée autour de l’anthropologie politique et de la sociologie du développement (1946-1985), d’une seconde période plus postmoderne et mondialiste mais aussi paradoxalement très franco-centrée par ses études de cas (1987-2015). Seuls deux ou trois articles dans ces deux recueils portent sur sa seconde vie analytique : c’est dire que l’épistémologie afro-centrée qui mobilise tous ces lecteurs de Balandier remonte aux travaux des années 1945-1970, alors que tout hommage devrait passer par un examen de conscience historicisé plus complet, ce qui n’est malheureusement pas le cas ici12. Ce décrochage entre la sociologie actuelle de l’Afrique noire et la sociologie actuelle des Nouveaux nouveaux mondes est quasi total et la remémoration permanente des situations africaines, y compris de la découverte du Ndoep (cérémonie lébou, Sénégal), en 1946, par Balandier lui-même ne sert en fait qu’à conforter les raisons de ses nouvelles orientations13.

  • 14 Hirschhorn Monique, Tamba Moustapha (dir.), 2010, La Sociologie francophone en Afrique. État des li (...)

8Les deux ouvrages africains ne relèvent pas de la même approche. Celui codirigé par Monique Hischhorn et Moustapha Tamba poursuit en quelque sorte les états des lieux de la sociologie sénégalaise que ce dernier a régulièrement publiés depuis plus de dix ans14. Signalons que l’ouvrage paru en 2014 comportait, en couverture, les photos de quatre sociologues, deux sénégalais, Abdoulaye-Bara Diop et Boubacar Ly, mais aussi deux français, Louis-Vincent Thomas et Balandier, et qu’il est préfacé brièvement par Balandier lui-même. Tamba contribue aux deux ouvrages mais, comme on pouvait s’y attendre, le colloque dakarois est plus ouest-africain, et surtout sénégalais, alors que le colloque brazzavillois est congolais, à une exception près. Le premier aborde des thèmes variés, en écho à l’œuvre de Balandier, alors que le second préfère aborder les domaines ou les notions privilégiés par le sociologue français, en insistant sur un retour à son œuvre.

9Le recueil dirigé par Tamba vise à examiner la pertinence et l’actualité des préoccupations de Balandier, mais la diversité des objets et des modes d’approches rend cet ouvrage d’autant plus éclectique qu’on y retrouve des points de vue très contradictoires. Paradoxalement, le thème des pratiques corporelles, pourtant secondaire selon nous dans l’organigramme anthropologique de Balandier, bénéficie de deux textes, l’un sur le rapport au corps dans les populations du nord-Bénin (Baba-Moussa), et l’autre, sur les pratiques sexuelles des jeunes à Dakar (Sy Camara). Cependant, c’est l’actualité sociale qui domine la plupart des contributions : les migrants maliens de la région de Kayes (Koné), les enfants taalibe de Dakar (Diouf), la petite corruption dans les services hospitaliers dakarois (Tine) ou encore le rôle de la laïcité dans le développement ivoirien (Mel). Plus proches des démarches du chercheur français sont l’essai d’anthropologie politique à propos des Akan de Côte d’Ivoire et du Ghana (Agbroffi) et, surtout, l’exploration de la modernité et du culturel selon les écrits de Balandier (Sy). Notons enfin une relecture bien informée de ses analyses sur le développement (Sène).

  • 15 Ma propre contribution écrite pour l’ouvrage (« L’œuvre de G. Balandier au miroir de soixante-dix a (...)

10Plusieurs textes portent sur la dynamique des disciplines de la sociologie et de l’anthropologie telles qu’elles ont été élaborées par Balandier. Le sociologue ivoirien Roch Yao Gnabelli propose l’un des textes les plus éclairants de ce recueil, en conduisant une sorte de sociologie des pratiques d’enseignement et des attitudes étudiantes sur les campus ivoiriens qui met en avant une réflexion sur le contraste entre ces deux disciplines telles qu’elles sont perçues aujourd’hui. Les deux contributions sénégalaises sur ce point ne tiennent malheureusement pas leurs promesses. Souleymane Gomis pose la bonne question, « Repenser la sociologie à partir de réalités africaines : une sociologie d’Afrique est-elle possible ? » mais il se contente d’y répondre en deux pages, laissant son scepticisme sans réponse. Quant à la contribution de l’éditeur, Tamba, son ambition de faire le tour de « L’africanisme en France » tourne court à cause de son schématisme mais surtout à cause d’une périodisation très limitée qui s’arrête dans les années 1960, alors que la plupart des auteurs ont suivi Balandier jusqu’à la fin du xxe siècle15.

11Il semble aller de soi, pour tout africaniste un tant soit peu cultivé, que les Congolais célèbrent de manière plus marquée et intime leurs liens anthropologiques avec Balandier. Henri Ossébi, le plus ancien élève congolais de Balandier et initiateur du colloque brazzavillois, rappelle à juste titre que « Brazzaville lui doit bien ça » (p. 203). Les contributions se partagent en trois parties égales et passent en revue sa carrière et ses œuvres, ses thématiques dominantes et enfin ses perspectives analytiques.

12Hirschhorn rappelle dans sa préface les divers hommages qui ont été rendus à Balandier en 2017. Elle signale surtout la reconnaissance symbolique que manifeste Brazzaville en baptisant une rue de son nom. Tamba expose le parcours de Balandier en Afrique entre 1946 et 1952, en insistant sur la place des sociétés congolaises dans la fabrication de son anthropologie et de sa sociologie. En retour, plusieurs des contributeurs mettront en lumière l’importance de son héritage dans l’éducation et la formation des chercheurs congolais en sciences sociales, ce que résume très bien Jean-Pierre Banzouzi. Mais il revient à Ossébi de retracer son parcours et le rôle des liens personnels noués avec Balandier pour son devenir professionnel personnel auquel il associe plusieurs chercheurs du Centre d’études africaines. Ossébi se focalise ensuite, dans un texte stimulant, sur « le politique par le bas » chez Balandier. Bien que cette expression soit empruntée à Jean-François Bayart, il est certain que c’est son anthropologie politique qui a irrigué toute cette sous-discipline qu’il a implantée dans le domaine francophone. Les domaines symboliques, la nature des mouvements syncrétiques et prophétiques, qui sont au cœur des problématiques de Balandier, sont ensuite l’objet de mises au point pertinentes et utiles par Giscard Gandou d’Isseret et Joachim Emmanuel Goma Thethet. Enfin, Régine Tchikaya-Oboa et Damase Ngouma abordent la sociologie du travail, d’une part, et celle de la ville, d’autre part. Ces véritables nouveautés disciplinaires, au tournant des années 1950, oscillent entre sociologie et anthropologie. Ngouma élargit la perspective de ses coauteurs et coautrices en examinant l’évolution des « Brazzavilles noires » vers les « Brazzavilles actuelles ». Son texte est le plus copieux du recueil et démontre la pertinence présente de ce type d’approche.

13Le dernier tiers des textes porte sur les différentes démarches adoptées par Balandier tout au long de sa carrière mais secondes par rapport à ses préoccupations premières. Certes, il s’agit d’abord d’une question de vocabulaire qui permet de mieux définir la posture du chercheur. Ainsi les « détours » vus par Antoine Lipou permettent-ils d’introduire les notions apparues au cours du second Balandier, alors que les oppositions complémentaires entre « le dedans et le dehors » permettent à Raoul Goyendzi de traverser l’actualité politique africaine. Gilbert Mubangi Bet’Ukany, en poste à Kinshasa, se pose plus en héritier qu’en disciple, ce qui lui permet de mettre en lumière la notion de mutation examinée au travers des cas de l’église catholique ou des institutions hospitalières.

  • 16 L’ouvrage se termine avec les cinq allocutions officielles ouvrant le colloque dont celle de l’amba (...)

14Il n’est pas jusqu’à l’histoire précoloniale du Kongo qui soit présente (Yvon-Norbert Gambeg) tout comme la population pygmée, évoquée dans Afrique ambiguë, qu’Alexis Toubangui compare aux données de ses propres recherches. Si les Brazzavilles noires du titre du recueil peuvent induire en erreur par leurs limites territoriales ou conceptuelles, notre énumération devrait suffire à prouver que c’est presque toute l’œuvre de Balandier qui avait été convoqué au cours de ce réexamen congolais16.

  • 17 Même le sociologue Henri Mendras, dans son autobiographie professionnelle, pourtant parue en 1995, (...)

15Certains pourraient s’étonner du nombre limité d’hommages africains à Balandier ; les hommages français, on l’a dit, ne sont guère plus nombreux, mais c’est surtout le silence anglo-saxon qui pose problème. Il est vrai que son œuvre a fait l’objet de peu de traductions et que sa seule invitation dans une université américaine relevait plus d’amitiés francophones nouées au travers de l’AISLF que de véritables collaborations transatlantiques. Son absence du panorama dressé par le Grand Dossier du numéro 30 de la revue Sciences humaines consacré au thème « Les grands penseurs de la société. De Tocqueville à Saskia Sassen », en 2013, confirme bien, avant sa disparition, qu’il n’avait été considéré, malgré tous ses efforts, que comme un sociologue africaniste pour africanistes francophones17. Cela dit, aucun de ses élèves ne devint véritablement un disciple et, à l’exception de Claude Rivière, peu de ses collègues universitaires s’inspirèrent de ses approches pour ausculter les nouveaux mondes de la surmodernité mondiale.

16La conversion empirique des années 1970-1980 puis la nouvelle demande des générations de la massification de l’Université française après 1990 tournèrent le dos à ses préoccupations. Pourtant, la version africaine de ces mêmes processus trouvait toujours à s’inspirer de son œuvre, bien que de plus en plus datée, en attendant l’arrivée des chercheur·euse·s anthropologico-sociologiques africains capables de transcender les traditions encore naissantes des multiples nationalismes méthodologiques qui balkanisent depuis plus d’un demi-siècle le champ des études africanistes africaines. Faut-il chercher, dans ces bifurcations divergentes, la raison du fait que les ouvrages d’hommage soient d’origine africaine ou, au contraire, faut-il constater que face à l’inexistence de revues académiques africaines en sciences sociales, il n’y avait pas d’autre solution ? Toujours est-il que les seuls livres d’hommage français à Balandier remontent à son départ à la retraite, il y a déjà plus d’un tiers de siècle. À chacun de choisir son histoire...

Haut de page

Notes

1 Ni d’ailleurs Paul Mercier. On peut penser que leur réserve à l’égard de l’ethnographie traditionnelle et de son état d’esprit encore colonial les ait conduits à cette distanciation alors qu’ils n’arrêtaient pas de publier de nombreuses notes de lecture et articles scientifiques dans Notes africaines mais aussi dans des revues généralistes comme Esprit, Synthèses ou Les Temps modernes. Rappelons cependant que leur revue de prédilection était Les Cahiers internationaux de sociologie, fondés et dirigés par l’inspirateur conceptuel de Balandier, Georges Gurvitch, qui était leur maître théorique. Le premier article de Balandier y paraît dès 1950, ainsi que celui qui fonde sa réputation, « La situation coloniale : approche théorique », en 1951. Mercier y publiera sa série d’articles sur Dakar à partir de 1955.

2 « Ce que j’ai appris de l’Afrique », Journal des africanistes 69 (1), 1999 : 259-270. Présentation par Marie-José Tubiana, idem : 233-237.

3 Voir « In memoriam Georges Balandier (1920-2016) », reprenant les interventions de François Gaulme et de Claude-Hélène Perrot à cette séance, et suivi d’une bibliographie sélective : Journal des africanistes 87 (1-2), 2017 : 283-392.

4 S’y ajoutèrent une discussion-débat, le 25 janvier 2018, autour des deux numéros de revue (voir plus bas) lui rendant hommage, et une série de quatre conférences publiques, en février-mars 2018.

5 Film réalisé par Pierre Gauge, 1995, 98 min. Disponible sur www.canal-u.tv/video/ehess/une_anthropologie_des_moments_critiques_entretien_avec_georges_balandier.14097.

6 L’Homme 221, janvier-mars 2017 : 5-10 et 11-40.

7 Ajoutons la publication des notes de Bernard Hours dans L’Homme et la Société (2017 / 1-2 : 21-23) et de Thierry Paquot dans Hermès. La Revue (2017/1, 77 : 255-262).

8 Voir Frioux-Salgas (ouvrage coordonné et présenté par), 2009, « Présence africaine : une généalogie, des discours », Gradhiva (musée du quai Branly) 10 : 4-21. Frioux-Salgas est par ailleurs simultanément la commissaire d’une exposition portant le même titre, au sein du même musée.

9 Voir Balandier, 1963, « Sociologie dynamique et histoire à partir des faits africains », Cahiers internationaux de sociologie 34 : 3-11.

10 Georges Balandier, 2014, Un anthropologue en première ligne, Paris, PUF.

11 « “Pour s’accorder à ce siècle, il faut l’explorer”. Hommage à Georges Balandier », Anthropologie et sociétés 41 (1), 2017 : 317-329. « Les soixante-dix ans d’écriture buissonnière (1946-2015) de Georges Balandier », Cahiers d’études africaines 57 (4), 228, 2017 : 833-861.

12 Signalons que plusieurs contributeurs à tous ces hommages oublient dans leur bibliographie son dernier ouvrage, paru en 2015 !

13 Voir ma communication à la journée du 11 décembre 2017, « Georges Balandier, l’homme sans traditions ? » (non publiée).

14 Hirschhorn Monique, Tamba Moustapha (dir.), 2010, La Sociologie francophone en Afrique. État des lieux et enjeux, Paris, Karthala ; Tamba Moustapha, Sociologie au Sénégal, Paris, L’Harmattan, 2014 ; Histoire et sociologie des religions au Sénégal, Paris, L’Harmattan, 2016.

15 Ma propre contribution écrite pour l’ouvrage (« L’œuvre de G. Balandier au miroir de soixante-dix ans d’évolution des sociétés et des cultures de l’Afrique subsaharienne et des savoirs les concernant ») s’efforce de répondre également à cette question en concluant, sur le thème « De la sociologie d’une situation coloniale/postcoloniale à une anthropologie sociale de la mondialité africaine ». Ce texte est la variante africaine, dans ses intentions, d’un texte adapté simultanément aux publics québécois, d’une part, et français, de l’autre (voir supra, note 10). Cette gymnastique problématique peut se discuter mais il est évident qu’elle engage, d’après moi, différentes prémisses et différentes conclusions. J’avais d’ailleurs été invité, dès la parution de cet ouvrage, début 2014, à prononcer une conférence sur ce même thème lors de la cérémonie donnée à l’UCAD à l’occasion du départ à la retraite des deux fondateurs de la sociologie sénégalaise, Diop et Ly.

16 L’ouvrage se termine avec les cinq allocutions officielles ouvrant le colloque dont celle de l’ambassadeur de France au Congo mais aussi celles de Marc-Henri Soulet, président de l’AISLF et de Ossébi mentionné plus haut.

17 Même le sociologue Henri Mendras, dans son autobiographie professionnelle, pourtant parue en 1995, considère Balandier avant tout comme un chercheur spécialiste de l’Afrique noire : voir Comment devenir sociologue ? Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « Les hommages africains de Georges Balandier », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 218-224.

Référence électronique

Jean Copans, « Les hommages africains de Georges Balandier », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10143

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search