Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2MélangesComptes rendusAudard Alexandre, 2020, Libertali...

Mélanges
Comptes rendus

Audard Alexandre, 2020, Libertalia. Une République des pirates à Madagascar. Interprétation d’un mythe (xviie-xxie siècle)

Paris, Nouvelles Éditions Maisonneuve et Larose / Hémisphères éditions, « Histoire », XIV pl. + 270 p.
Faranirina V. Rajaonah
p. 233-235

Texte intégral

1Alexandre Audard, membre du laboratoire CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques) et doctorant en histoire de l’Afrique à l’université de Paris, publie ici son mémoire de master.

  • 1 1728, A General History of the Pyrates, t. II, Londres.
  • 2 David Graeber, 2019, Les Pirates des Lumières ou la Véritable Histoire de Libertalia, trad. de l’an (...)

2Selon le seul récit du capitaine Charles Johnson1, alias Daniel Defoe, Libertalia, située dans une baie au nord de Diego-Suarez, aurait abrité, fin xviie-début xviiie siècle, une « République des pirates », créée par le gentilhomme provençal Misson et le prêtre italien défroqué Carracioli. Tew, un troisième pirate, les rejoint. L’analyse des pratiques littéraires de Defoe a permis de conclure que cette communauté égalitaire n’a pas existé. Pourtant, Libertalia n’a cessé de susciter un intérêt jusque dans des milieux académiques. Récemment, l’anthropologue David Graeber situait à Foulpointe, sur la côte orientale malgache, une véritable Libertalia, à l’initiative du pirate Nathaniel North, censé avoir exercé une influence dans la formation de la confédération betsimisaraka2.

  • 3 Carlo Ginzburg, 1980, « Signes, Traces, Pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le débat 6 : (...)

3Pour Alexandre Audard, Libertalia reste un mythe dont il reconstitue la généalogie. Sa recherche des « signes, traces et pistes3 » l’a conduit dans les centres d’archives en France, à la Réunion, en Grande-Bretagne. En plus des informations recueillies à Diego-Suarez et Sainte-Marie, il utilise des sources variées : cartes, dessins, lettres personnelles et officielles, récits de voyage. Les écrits de Defoe, fasciné par Madagascar, sont bien sûr essentiels dans ce corpus et Audard donne une traduction personnelle des extraits qu’il cite.

  • 4 Philippe Beaujard, 2012, Les Mondes de l’océan Indien, t. II, « L’océan Indien, au cœur des globali (...)
  • 5 Hubert Deschamps, 1949 (rééd. 1972), Les Pirates à Madagascar, Paris, Berger-Levrault.
  • 6 Isabelle Laboulais-Lesage, 2001, « Les géographes français de la fin du xviiie siècle et le terrain (...)

4Au départ de l’enquête, la confrontation de la narration de Defoe avec les sources. On apprend par exemple que Libertalia ne pouvait être dans la baie de Diego-Suarez. Si des pirates ont réellement croisé dans les eaux malgaches, après leur dispersion de la mer des Caraïbes (1680-1730), le récit n’évoque pas des faits essentiels, comme la traite dans laquelle ils étaient impliqués et qui éclaire leurs relations avec les souverains de l’île ainsi que leurs alliances avec des femmes malgaches4. Aussi, une fois reconnus les défauts du livre d’Hubert Deschamps5, dans cette première partie (« Du texte au réel. Sociétés littorales malgaches et mondes pirates européens »), Audard donne les grandes lignes d’une première histoire documentée des pirates de Madagascar. Il nous fait ainsi découvrir la « Madagascar Connection » reliant aux marchands de l’Amérique et de l’Europe du Nord, les pirates, qui sont avant tout des commerçants, désireux à terme de rentrer chez eux. C’est une réalité que Defoe devait connaître mais il choisit le scénario d’une fin brutale de Libertalia : détruite par les Malgaches qui, dans les récits des Européens, sont stigmatisés pour leur duplicité (passant d’un commerce agréable à une incompréhensible hostilité) ou sont invisibilisés. À moins que, au-delà d’un attrait des lointains en une période de « géographie de cabinet6 », Madagascar, « île imaginée plus que connue » (p. 102), ait été pour des Européens le cadre d’une utopie paradoxalement située.

  • 7 François Leguat [1708], Voyage et aventures de François Leguat et de ses compagnons en deux îles dé (...)

5De fait, inventer la république de Libertalia a pu être pour Defoe un procédé permettant de parler des aspirations des dissidents sur le plan religieux (dissenters), rapprochés ici des pirates, également des exclus de la société. L’histoire de cette communauté égalitaire qui s’est constituée dans une île d’abondance, une sorte « de paradis perdu » (p. 103), malgré d’étranges créatures, ferait partie des utopies protestantes courantes à partir de la fin du xviie siècle (p. 141). Elle renverrait à la première colonisation anglaise en Amérique par des dissidents et aux exils ayant suivi la révocation de l’édit de Nantes (1685). Les lecteurs de Defoe auraient pu ainsi reconnaître dans Misson le huguenot François-Maximilien Misson, exilé à Londres, et auteur du voyage dans l’océan Indien de son coreligionnaire François Leguat7. Audard propose d’identifier Carracioli à l’Italien Galeazzo Caracciolo (1517-1586), critique à l’endroit du catholicisme et converti au protestantisme. Démontrer que le récit de Defoe fait sens à ses contemporains, tel est l’objet de la deuxième partie du livre « Du réel au récit. Madagascar dans l’imaginaire européen (xviie-xviiie siècle) ». Cependant, utilisée par les Français à partir du xxe siècle, cette narration eut une autre destinée, comme Audard l’étudie dans la dernière partie de son ouvrage : « Du récit au mythe. Succès d’une utopie pirate depuis l’époque coloniale ».

  • 8 Alfred Grandidier et alii, 1903-1920, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar, Paris, (...)

6La publication dans la Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar d’Alfred Grandidier, une référence majeure de la bibliothèque coloniale8, inscrit le mythe dans un « récit téléologique » (p. 165) : tout comme les autres Français établis quelque temps dans l’île depuis le xviie siècle, les pirates de Libertalia seraient les précurseurs des colons. Libertalia devient objet de discussion dans les cercles académiques. En 1949, l’historien et administrateur colonial Hubert Deschamps « légitime scientifiquement le récit de Libertalia » (p. 175) dans un livre dépourvu de références. Cet ouvrage peu critiqué, par déférence à l’égard du premier « maître » de l’histoire de Madagascar, a conforté le mythe utilisé dans des « [Re]lectures contemporaines anhistoriques » (p. 183), parmi lesquelles celles de libertaires ou de tenants de l’indianocéanisme, qui voient dans le pirate la figure du passeur dans l’espace multiculturel des îles du sud-ouest de l’océan Indien. Libertalia est également utilisé pour la publicité dont, évidemment, celle du tourisme. Aussi, Madagascar reste-t-elle pour une majorité des gens d’an-dafy (au-delà des mers) un lieu exotique, un monde rêvé.

7Enfin, des Malgaches se saisissent également du mythe, profitant de la ressource qu’il représente. Dans le sillage du spécialiste de l’histoire maritime Charles de la Roncière (1870-1941), des guides désignent comme site de Libertalia l’une des anses de la Baie de Diego-Suarez, la baie des Français, toponyme datant du début du xixe siècle. Libertalia pourrait d’ailleurs servir à l’histoire des représentations pour certains Malgaches. En effet, le relatif isolement de Diego-Suarez, à l’extrême-nord d’une Grande Île où les communications ne sont pas faciles, l’empreinte française sur différents plans et la volonté affichée par des Diegolais de préserver une liberté relative par rapport à Antananarivo suggèrent qu’ils pourraient bien s’accommoder de ce mythe. En tout cas, Audard a décrypté celui-ci de façon rigoureuse et selon une approche originale dans un récit d’une lecture agréable, avec des temps de respiration grâce à une iconographie riche et diversifiée.

Haut de page

Notes

1 1728, A General History of the Pyrates, t. II, Londres.

2 David Graeber, 2019, Les Pirates des Lumières ou la Véritable Histoire de Libertalia, trad. de l’anglais par Philippe Mortimer, Montreuil, Libertalia.

3 Carlo Ginzburg, 1980, « Signes, Traces, Pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le débat 6 : 3-44.

4 Philippe Beaujard, 2012, Les Mondes de l’océan Indien, t. II, « L’océan Indien, au cœur des globalisations de l’Ancien monde (viiie-xve siècle) », Paris, Armand Colin ; Stephen Ellis, 2007, « Tom and Toakafo : The Betsimisaraka Kingdom and State Formation in Madagascar, 1715-1750 », The Journal of African History 48-3 : 439-455 ou encore Samuel Sanchez, 2013, Le Long xixe Siècle de Nosy Be et de la baie d’Ampasindava (nord-ouest de Madagascar). Dynamiques malgaches et mondialisations dans un comptoir du sud-ouest de l’océan Indien, thèse de doctorat en histoire, Paris, université Denis-Diderot – Paris 8.

5 Hubert Deschamps, 1949 (rééd. 1972), Les Pirates à Madagascar, Paris, Berger-Levrault.

6 Isabelle Laboulais-Lesage, 2001, « Les géographes français de la fin du xviiie siècle et le terrain, recherches sur une paradoxale absence », L’Espace géographique 30-2 : 97-110.

7 François Leguat [1708], Voyage et aventures de François Leguat et de ses compagnons en deux îles désertes des Indes orientales (1690-1698), Paris, Les Éditions de Paris, introduction et notes de Jean-Michel Racault.

8 Alfred Grandidier et alii, 1903-1920, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar, Paris, Comité de Madagascar, 9 vol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faranirina V. Rajaonah, « Audard Alexandre, 2020, Libertalia. Une République des pirates à Madagascar. Interprétation d’un mythe (xviie-xxie siècle) », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 233-235.

Référence électronique

Faranirina V. Rajaonah, « Audard Alexandre, 2020, Libertalia. Une République des pirates à Madagascar. Interprétation d’un mythe (xviie-xxie siècle) », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10153

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search