Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2MélangesComptes rendusBocoum Hamady, Féau Étienne, Crém...

Mélanges
Comptes rendus

Bocoum Hamady, Féau Étienne, Crémière Cédric (dir.), 2018, Vers le musée africain du xxie siècle. Ouverture et coopération

Paris / Le Havre, MKF éditions /Muséum du Havre, 144 p.
Séverine Dessajan
p. 242-244

Texte intégral

  • 1 François Mairesse (dir.), 2017, Définir le musée du xxie siècle. Matériaux pour une discussion, Par (...)
  • 2 Jacqueline Eidelman (dir.), 2017, Inventer des musées pour demain, Rapport de la mission Musée du x (...)

1Considérant que l’ICOM réfléchissait, en 2017, à une nouvelle définition du musée1, et que la ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, initiait une mission « Musées du xxie siècle » la même année2, il apparaît logique qu’ailleurs, et particulièrement sur le continent africain, les définitions, les reconfigurations des contours du musée soient interrogées, en même temps qu’est enfin posée, par les anciennes puissances coloniales comme par celles des pays autrefois colonisés, la question du statut des objets et œuvres d’art africain. Cela se passe dans un contexte particulier qui fait suite au discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou, le 28 novembre 2017, et à la commande d’un rapport, à Bénédicte Savoy et Felwine Sarr sur la restitution des œuvres d’art à leur pays d’origine. Lors de la remise de ce rapport, un an plus tard, il a notamment été proposé que vingt-six œuvres soient restituées au Bénin, qui en avait fait la demande. D’autres démarches similaires sont à mettre en place, en fonction des demandes des pays africains. Cela concerne potentiellement 90 000 œuvres présentes dans les réserves du musée du Quai Branly. Cet ouvrage s’inscrit dans une dynamique réflexive concernant les nouvelles coopérations à mettre en place.

2L’inventaire, dans les années 2010, d’une importante collection d’objets patrimoniaux, appartenant au colonel Archinard (1850-1932) et provenant du Soudan français, a éveillé la curiosité d’une délégation sénégalaise qui a demandé à les voir. Différents allers-retours eurent lieu entre Le Havre et Dakar, où, pour finir, ces objets furent exposés. Pour formaliser cette collaboration, une exposition intitulée « Le Havre-Dakar, partager la mémoire » (24 juin-31 décembre 2017) fut organisée au Muséum du Havre qui permit la rencontre d’œuvres d’hier et d’aujourd’hui, avec des œuvres d’art contemporain. Parallèlement à cette exposition, deux journées d’études réunirent des experts, spécialistes et artistes autour de la thématique « Nouvelles générations, nouveaux projets en Afrique ». Cet ouvrage en constitue les actes et s’organisent autour de trois parties : « Coopérer », « S’ouvrir » et « Nouvelles conceptions muséographiques ».

3L’intérêt de ce court ouvrage est de restituer des expériences de partenariat à partir d’objets tels que la statuette bamana du Muséum du Havre, ou des grands fossiles de Toumaï et d’Abel, ou encore de cartes postales anciennes, enfin de dessins élaborés lors d’une mission en Australie au début du xixe siècle. Le retour sur ces expériences permet aux conservateurs d’analyser les modalités de coopération multilatérales entre les pays concernés et cela dans un respect partagé. Ce respect se formalise par des expositions conçues par des professionnels, aux mêmes origines que les œuvres exposées, ou par la création d’un site de formation en ligne, e-patrimoine.org, permettant d’utiliser le numérique comme outil de coopération. L’enjeu est de concevoir des espaces qui réunissent des spécialistes du Nord et du Sud. Tout le propos de l’ouvrage est de réfléchir à ces modalités de partenariat, qui pourraient toutes ensemble prendre l’aspect d’une charte de bonne conduite, de réciprocité, de mise en commun, de partage de savoir-faire. La finalité serait, selon Étienne Féau, de définir « un nouvel esprit de coopération : celui d’établir de part et d’autre des frontières des corpus patrimoniaux, de restituer aux patrimoines de l’Afrique leur parole initiale et de les faire connaître au plus grand nombre, dans l’adéquation la plus juste de leur message spirituel et artistique » (p. 24).

4Ce qui est particulièrement stimulant, dans cet ouvrage, ce sont ces allers retours spatiaux et temporels, présentant des objets anciens et des œuvres contemporaines d’artistes africains, que ce soit sur des supports photographiques d’Omar Victor Diop ou Emo de Medeiros, ou une installation multimédia de Charlotte Yonga (voir l’encart présentant des photographies des œuvres au milieu de l’ouvrage). Le panorama est assez inédit en ce qu’il propose également des projets de lieux à repenser pour accueillir ces objets et œuvres sur le continent africain, tels que le Centre culturel de rencontre internationale dans la maison natale de Léopold Sédar Senghor ou le musée des Civilisations noires à Dakar, ou d’autres encore, devant permettre de réinventer les collections ethnographiques du musée de l’Homme. Sont également relatées des expériences, notamment celle d’étudiants en sociologie chargés de faire se rencontrer et interroger l’art contemporain avec des objets dits « patrimoniaux » africains. Une telle expérience, amenant à repenser la notion de musée comme lieu d’émotions et de connaissances, montre que « le patrimoine renvoie à la notion de culture partagée et non de résidu à conserver » (p. 78).

5Tout l’ouvrage interroge la notion de partage, qui renvoie judicieusement à la nouvelle poétique de la Relation d’Édouard Glissant, telle que l’exprime Laurella Rinçon (p. 112-119), sans aucune manifestation de « supériorité » de part et d’autre, se fondant sur des « interactions équilibrées », un « dialogue des continents », voué à « créer des passerelles entre les peuples ». Cela renvoie aussi à la « nouvelle éthique relationnelle » préconisée par le rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, qui suppose que les pays africains en fassent la demande et qu’un travail législatif soit mis en place en France afin de faciliter ces retours. Aujourd’hui, un processus irréversible est enclenché. Il a un sens profond, notamment pour la jeunesse africaine susceptible de se réapproprier enfin ces œuvres, traces d’une partie de son histoire occultée.

Haut de page

Notes

1 François Mairesse (dir.), 2017, Définir le musée du xxie siècle. Matériaux pour une discussion, Paris, ICOFOM, Sorbonne nouvelle. URL : http://network.icom.museum/fileadmin/user_upload/minisites/icofom/images/livre_final_definition_Icofom_Definition_couv_cahier.pdf.

2 Jacqueline Eidelman (dir.), 2017, Inventer des musées pour demain, Rapport de la mission Musée du xxie siècle, Paris, La Documentation française. URL : www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/Rapport-de-la-mission-Musees-du-xxie-siecle2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Dessajan, « Bocoum Hamady, Féau Étienne, Crémière Cédric (dir.), 2018, Vers le musée africain du xxie siècle. Ouverture et coopération », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 242-244.

Référence électronique

Séverine Dessajan, « Bocoum Hamady, Féau Étienne, Crémière Cédric (dir.), 2018, Vers le musée africain du xxie siècle. Ouverture et coopération », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10164

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search