Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2MélangesComptes rendusCoppet Marcel de, Gide André, 202...

Mélanges
Comptes rendus

Coppet Marcel de, Gide André, 2020, Gide & la question coloniale. Correspondance avec Marcel de Coppet, 1924-1950, édition établie par Hélène Baty-Delalande et Pierre Masson

Lyon, Presses universitaires de Lyon, 240 p.
Julien Bondaz
p. 244-247

Texte intégral

1La publication de la correspondance d’André Gide et de Marcel de Coppet vaut moins pour le caractère inédit des lettres échangées (la plupart ont déjà été publiées ailleurs) que par la pertinence et le grand intérêt de la focalisation sur une problématique centrale de la vie de l’écrivain : le rapport au colonialisme et la part politique de son activité. Pour autant, nombre de documents publiés ici étaient jusqu’alors difficiles d’accès, et quelques inédits se révèlent particulièrement intéressants. Cette entreprise éditoriale est d’autant plus réussie que l’érudition des éditeurs permet d’apporter de nombreux éclairages, densifiant le dossier ainsi livré au lecteur.

2La correspondance publiée fournit évidemment de nombreux renseignements sur la préparation du voyage au Congo de Gide et Marc Allégret, conseillés par Coppet, sur son déroulement et ses aléas (les contretemps, les maladies), et sur les critiques adressées par l’écrivain aux compagnies concessionnaires. Le rôle de Raphaël Antonetti, gouverneur général depuis 1924, est par ailleurs éclairé, dans une lettre de Coppet datée du 17 mars 1926. L’administrateur rapporte les propos du gouverneur général, dont il dit qu’il « veut faire son chemin de fer comme un écrivain veut écrire un livre pour laisser quelque chose de lui ». Antonetti se serait adressé à lui en ces termes : « Si votre ami Gide est aussi influent que je l’espère, s’il veut vraiment nous aider aux colonies, en AEF surtout, qu’il s’attaque donc aux grandes concessions, à cet abominable régime d’annexion de toute une population entre les mains de gens d’affaires, c’est là qu’est le mal, la plaie, la gangrène du Congo. » La correspondance complète ainsi, sur de nombreux points, le récit de voyage de Gide, témoignant de sa volonté de révéler les scandales coloniaux et les ambiguïtés du pouvoir local à ce sujet. Tout ceci cependant est la part la mieux connue du dossier.

3Loin de se réduire à ce fameux voyage au Congo, cette édition érudite permet également de mettre en évidence l’intérêt de Gide pour l’Afrique occidentale française, d’expliquer ses deux séjours en AOF ainsi que son projet de se rendre au Dahomey, à chaque fois en fonction des réaffectations de son ami administrateur. De nombreux renseignements sont fournis au sujet de son second voyage en AOF (les éditeurs parlent même d’une « deuxième campagne d’Afrique »), organisé dans le cadre de la commission d’enquête coloniale mise en place par le Front populaire, à laquelle participaient notamment Robert Delavignette, Henri Labouret, Paul Rivet, ou encore Lucien Lévy-Bruhl. En son sein, Gide était chargé d’examiner les conditions de l’instruction au Sénégal, au Soudan français (Mali actuel) et en Guinée. Arrivé à Dakar le 19 janvier 1938 en compagnie de Pierre Herbart, il part pour Kayes et Bamako, où une crise néphrétique le contraint à raccourcir son voyage (il avait prévu de continuer jusqu’en Gold Coast, l’actuel Ghana). La commission d’enquête coloniale disparaît peu après son retour forcé, suite à la chute du gouvernement Blum et à l’arrivée au pouvoir, le 10 avril 1938, d’Édouard Daladier, et Gide semble n’avoir jamais terminé le rapport qu’il prévoyait d’écrire. En annexe figure cependant un inédit particulièrement intéressant : le préambule de ce rapport sur « les aspirations des indigènes ». Ces deux pages, dans lesquelles Gide exprime sa crainte de se « laisser entraîner dans un domaine politique » (p. 211), se terminent par un précoce éloge de Léopold Sédar Senghor, présenté comme une personnalité « remarquable » (p. 212).

  • 1 Pacha, administrateur de Boda, a été accusé par Gide de divers crimes, sur la base de plu­sieurs té (...)

4Les voyages et les projets africains de Gide sont étroitement liés à la carrière de Coppet, qui multiplie les invitations (seul Madagascar, où l’administrateur est muté juste avant la Seconde Guerre mondiale, n’attire explicitement pas l’écrivain). La correspondance en rend parfaitement compte. Elle met plus largement en évidence les réseaux coloniaux, politiques et scientifiques de l’écrivain. Se sentant responsable de la relative disgrâce de Coppet, des campagnes de diffamation de la presse d’extrême droite dont tous deux font l’objet, de sa carrière inégale et de ses mutations multiples, Gide œuvre pour lui assurer des soutiens. Ces tractations en coulisse sont également éclairées par des extraits de la correspondance de Roger Martin du Gard que fournissent les éditeurs, qui permettent de retracer ces sociabilités littéraires et politiques et ces mondanités parfois intéressées. Gide, plus discrètement, apporte également son aide sur le long terme à Daniel Garron, un chasseur d’éléphants professionnel qui lui a fourni des informations sur les exactions commises par l’administrateur Georges Pacha et qui, après la révélation du scandale, avait été obligé de quitter la colonie1. S’esquisse ainsi le portait d’un écrivain essayant de réparer les torts qu’il pense avoir commis envers ses informateurs, s’interrogeant, après coup, sur ses responsabilités.

  • 2 Pierre Herbart, 1939, Le Chancre du Niger, Paris, Gallimard. Le titre a été trouvé par Gide.

5Cela explique en partie sa prudence apparente lors de sa mission en AOF. Encouragé par Coppet, il s’emploie néanmoins à dénoncer l’Office du Niger, rédigeant la préface du livre accusateur de Pierre Herbart, Le Chancre du Niger, paru en 19392. Opportunément reproduit en annexe, ce texte résume parfaitement les expériences africaines de Gide. Il revient sur son voyage au Congo avant d’apprécier positivement l’action de la France en AOF (« On pouvait se sentir fier et heureux d’être Français »), puis, finalement, de dénoncer une entreprise « à première vue admirable » mais que l’enquête révèle « absurde ». La comparaison vaut d’être notée : « Le voyage d’études en AOF est semblable à la lecture d’un roman policier. On commence par flairer l’énigme ; on cherche le responsable de ce quelque chose qui cloche ; on s’inquiète ; on interroge : l’Office du Niger est la réponse aux questions » (p. 217). Gide n’était pas, on le sait, anticolonialiste : rien dans cet ouvrage ne permet de remettre ce point en question. Les correspondances et les textes présentés accumulent cependant les exemples de l’implication de l’écrivain pour humaniser l’administration et l’exploitation coloniales. Les éditeurs le résument parfaitement : « Il n’est pas question pour lui de remettre en cause le fait colonial, mais seulement de dénoncer les mauvais comportements – exploitation, mensonges, cruauté – qui empêchent certains pays colonisés de s’épanouir sous la sage administration d’un Coppet. [...] Gide approfondit ce jugement sans vraiment le modifier, envisageant le colonisé du point de vue culturel, mais non politique » (p. 26).

6Un autre aspect, enfin, est éclairé par la correspondance des deux hommes : les relations amicales de Gide. Le rôle d’« intercesseur » joué par Martin du Gard (dont Hélène Baty-Delalande est spécialiste) entre l’administrateur colonial et l’écrivain est notamment mis en avant. Quand Coppet épouse, le 31 décembre 1929, la fille de Martin du Gard, Christiane, de vingt-deux ans sa cadette, l’amitié entre l’administrateur et l’auteur des Thibault est cependant rompue. C’est alors au tour de Gide de faire le lien, adressant non plus seulement sa correspondance à Coppet mais aussi à sa jeune épouse, qui suit son mari en Afrique : « Gide se retrouve dans la position fort inconfortable du confident, à la fois de Martin du Gard, mais aussi du couple Coppet » (p. 22). Les époux finissent par se séparer lorsque Coppet est de nouveau affecté à Madagascar, comme haut-commissaire, en mars 1946, cinq ans avant la mort de Gide. Les amitiés plurielles de Gide, ses sentiments souvent mêlés (mais l’homosexualité de l’écrivain n’est pas interrogée dans l’ouvrage), sont aussi littéraires. Il faut rappeler que le prétexte initial aux échanges avec Coppet est fourni par le travail de traduction de l’administrateur colonial, passionné de littérature. Pour occuper ses loisirs à Fort-Archambault, Coppet s’est en effet lancé dans la traduction de The Old Wives’Tale d’Arnold Bennett (1908), sur les conseils de Gide. Le projet met de longues années à aboutir. La correspondance entre l’écrivain et l’administrateur rend compte de son avancée, mais aussi des goûts littéraires des deux hommes et des expéditions de livres à Coppet. Après la parution de Voyage au Congo (1927), l’administrateur est persuadé que la littérature a plus de pouvoir que l’autorité politique locale pour améliorer les conditions de vie des populations colonisées. Du Tchad, le 15 avril 1930, il écrit à Gide : « C’est la mentalité des Blancs à l’égard des Noirs qu’il faudrait changer. Est-ce possible ? En tout cas un nouveau livre de vous pourrait faire plus en ce sens que dix ans d’effort de ma part. » Ce pouvoir de la littérature est le véritable point de rencontre entre Gide et Coppet : l’un et l’autre l’envisagent, chacun à sa manière, comme un moyen d’ajuster le pouvoir colonial.

Haut de page

Notes

1 Pacha, administrateur de Boda, a été accusé par Gide de divers crimes, sur la base de plu­sieurs témoignages de première main et d’observations personnelles. Garon, dans son journal, rapporte notamment la répression dont s’est rendu coupable Pacha, qui aurait fait un millier de victimes. Il ajoute que « les gardes et les partisans étaient obligés, pour justifier leurs faits de guerre, d’apporter au “Commandant” les oreilles et parties génitales des victimes » (cité par Gide, Voyage au Congo [1927], dans Souvenirs et voyages, 2001, Paris, Gallimard, p. 399).

2 Pierre Herbart, 1939, Le Chancre du Niger, Paris, Gallimard. Le titre a été trouvé par Gide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Coppet Marcel de, Gide André, 2020, Gide & la question coloniale. Correspondance avec Marcel de Coppet, 1924-1950, édition établie par Hélène Baty-Delalande et Pierre Masson », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 244-247.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Coppet Marcel de, Gide André, 2020, Gide & la question coloniale. Correspondance avec Marcel de Coppet, 1924-1950, édition établie par Hélène Baty-Delalande et Pierre Masson », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10174

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search