Skip to navigation – Site map

HomeNuméros90-2MélangesComptes rendusGiesing Cornelia, Creissels Denis...

Mélanges
Comptes rendus

Giesing Cornelia, Creissels Denis (enregistrement, transcription, traduction et commentaires par), Sissé Issufi, Mané Abù, Faty Ousmane (avec la collaboration de), 2017, Les mémoires de Maalam Galisa sur le royaume confédéré du Kaabu. Un récit en langue mandinka de la Guinée Bissau

Leiden et Boston, Brill, « African Sources for African History » 14, XXIV p. + 304 p.
Bernard Salvaing
p. 250-252

Full text

1On a longtemps sous-estimé l’importance historique du Kaabu, qui connut puissance et prospérité aux xviie et xviiie siècles où il prit une part importante dans la traite négrière, avant d’entrer en déclin au xixe siècle et d’être finalement conquis par le Fouta-Djalon.

2Après les ouvrages d’administrateurs portugais des années 1930 en poste en Guinée Bissau, une douzaine études sur le Kaabu sont parues depuis 1969. Cornelia Giesing avait publié en 2007, avec Valentin Vydrin, un manuscrit arabe, le Ta:rikh Mandinka de Bijini. Elle édite maintenant, avec le linguiste Denis Creissels et avec plusieurs collaborateurs guinéens, un récit en langue mandinka, enregistré dans la ville de Gabù (Guinée-Bissau) en 1988, lors de séances organisées à sa demande. Il a été récité par Maalan Galisa, accompagné à la kora par son frère Sirifoo Galisa, de la famille Galisa alias Kouyaté.

3La version bilingue, mandinka et française, a bénéficié de la compétence linguistique de Creissels. Elle est précédée de plusieurs chapitres introductifs : une présentation du récit et du narrateur, puis un « Guide de lecture », suivis d’une longue « Introduction historiographique, historique et ethnographique » et d’un « Commentaire linguistique ». Dans cette dernière partie, Creissels s’appuie sur l’analyse des particularités de langue de ce récit pour démontrer que « la variété de mandinka illustrée par ce texte », représentative d’une région dont le parler avait été très peu étudié jusqu’alors, vérifie « le caractère relativement limité de la variation dialectale en mandinka ».

4Pour mieux apprécier la portée de cette publication, on se reportera d’abord à la remarque que faisait Giesing dans sa présentation du Ta:rikh Mandinka de Bijini : « Tant que n’apparaissent pas de nouvelles sources et tant que les interprétations de celles que nous connaissons ne seront pas révisées, l’histoire du Kaabu restera quasi inconnue » (p. 4).

5On comprend mieux alors l’intérêt de la démarche consistant à se centrer sur l’édition d’une source mise en perspective par une présentation dense et érudite : une nouvelle synthèse sur le Kaabu, après celle d’auteurs comme Mamadou Mané ou Djibril Tamsir Niane, serait sans doute encore prématurée.

6Giesing croise ici les données mises au jour dans ses propres recherches et celles recueillies par ses prédécesseurs, tout en accordant une attention importante aux sources européennes, en particulier aux récits des voyageurs du xixe siècle comme Hyacinthe Hecquard ou André Rançon.

7Parmi les informations foisonnantes livrées au lecteur, on peut s’essayer à dégager quelques points :
• Giesing analyse de façon approfondie, dans une démarche à la fois anthropologique et historique, les mythes relatifs aux origines de la vie sociale et politique du Kaabu. Elle accorde une grande attention au passage d’une société matrilinéaire à une société patrilinéaire, avec l’arrivée des Malinke venus de l’est.
• On est frappé par le caractère composite de cet État multiethnique – une Confédération de royaumes dirigée par un empereur – au carrefour d’influences soninké, mandé, peules, venues s’ajouter à un substrat de population très ancien. Aussi, les influences réciproques entre ces groupes, résultant de leurs contacts multiséculaires, ne doivent pas être négligées.
• Ce récit, enregistré dans le sud-est du Kaabu, est « un des très rares textes sur les Maninka du Kaabu qui – bien que regorgeant de motifs et de thèmes partagés avec la tradition des Mandiŋ – n’est pas complètement assujetti à l’épopée de Sunjata qui présente le Kaabu comme œuvre politique du légendaire Tiramakan » (p. XIV).
• Il fourmille de détails concrets, on peut aussi le lire comme une satire sociale et y voir une très grande parenté avec les récits initiatiques (p. XIV).
• Il aborde des épisodes historiques relatifs à d’autres entités de la sous-région, preuve de la communication existant de longue date entre les communautés mandinka/jallonke des divers royaumes (p. 38) ; il incorpore ainsi des éléments venus d’ailleurs.
• Il reflète également les rapports approfondis existant, notamment au xixe siècle, entre les Peuls du Fouta-Djalon et certains habitants du Kaabu, qu’il s’agisse de Peuls installés au Kaabu ou de dirigeants locaux.
• Les conflits du xixe siècle avec le Fouta-Djalon y sont appréhendés selon la vision du Kaabu, à travers des archétypes fortement légendaires, dans lesquels les familiers de la version du Fouta-Djalon se retrouveront difficilement. En particulier, Giesing souligne le peu de traces laissées dans les sources contemporaines par la prise de Sankolaa, « dont le poids historique peut faire l’objet de doute » (p. 15). On pense ici aux conclusions extrêmes de George Brooks, qui nie toute historicité à cette bataille et remet donc en cause les récits portant sur l’effondrement du Kaabu.

8Pour terminer, insistons sur le service rendu à la connaissance par cet ouvrage qui livre une pièce importante du patrimoine culturel de Guinée-Bissau. Cette initiative se révèle d’autant plus opportune que les enregistrements originaux du récit ont été détruits pendant la guerre de 1998, que les récitants sont morts et que beaucoup de documents sont devenus inaccessibles ou sont définitivement perdus.

Top of page

References

Bibliographical reference

Bernard Salvaing, « Giesing Cornelia, Creissels Denis (enregistrement, transcription, traduction et commentaires par), Sissé Issufi, Mané Abù, Faty Ousmane (avec la collaboration de), 2017, Les mémoires de Maalam Galisa sur le royaume confédéré du Kaabu. Un récit en langue mandinka de la Guinée Bissau », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 250-252.

Electronic reference

Bernard Salvaing, « Giesing Cornelia, Creissels Denis (enregistrement, transcription, traduction et commentaires par), Sissé Issufi, Mané Abù, Faty Ousmane (avec la collaboration de), 2017, Les mémoires de Maalam Galisa sur le royaume confédéré du Kaabu. Un récit en langue mandinka de la Guinée Bissau », Journal des africanistes [Online], 90-2 | 2020, Online since 01 June 2021, connection on 25 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10179 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10179

Top of page

About the author

Bernard Salvaing

By this author

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search