Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesNotes et documentsHamman Dakkere ou les aventures d...

Mélanges
Notes et documents

Hamman Dakkere ou les aventures du petit poucet peul. Essai sur un conte peul

René Dognin
p. 142-160

Notes de la rédaction

Alors qu’il partageait leur vie, René Dognin, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement, a recueilli auprès des Peul du nord-Cameroun, entre 1968 et 1972, une dizaine de versions d’un conte dont plusieurs auteurs avaient constaté ou présumé l’existence. Après les avoir transcrites et traduites, il s’est attaché à créer, à partir de ces différentes versions qui se complétaient sans se recouvrir, un texte qui transmette le plus fidèlement possible le sens caché de ce conte, sans prétendre reconstituer un problématique conte originel.
Dans le texte présenté ici, il a réuni (au sens mathématique du terme) et ordonné ces variantes pour composer un récit complet dont les douze épisodes se déroulent suivant une progression dramatique. Les nombreux commentaires qui ont accompagné le conte sous forme de notes constituent un apport précieux à sa compréhension.
Le Journal des africanistes a jugé que l’intérêt de ce texte, retrouvé après la mort de René Dognin (1933-2009), justifiait sa publication.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pfeffer 1939 : 285-307 – le conte s’appelle « Samandakere and the Lam’ido » – ; et Noye 1968. Beauc (...)

1Ce conte ne m’a jamais été raconté sous cette forme. Je l’ai écrit à partir de variantes que j’ai pu recueillir dans l’Adamaoua et la Bénoué, dont certaines correspondaient aux deux versions déjà publiées par Gulla Pfeffer, en 1939, et Dominique Noye en 19681.

2En découpant ces différentes variantes en épisodes, en alignant ces épisodes selon l’ordre qu’ils suivaient dans la transcription, et en faisant coïncider les séquences identiques, je me suis avisé que toutes les variantes étaient lacunaires sans l’être aux mêmes endroits, et qu’il était possible de restituer une version plus complète qui tienne compte de la progression dramatique du récit.

3En somme, le conte en entier n’existait que dans la bouche de l’ensemble de tous les conteurs possibles. La modestie du présent échantillonnage ne permet donc pas d’affirmer que cette version est « la bonne ». La bonne version, en toute hypothèse, ne pourrait jamais être atteinte. Mais telle quelle, cette version-ci permet de saisir un fil symbolique qui, trop souvent, ne peut apparaître dans une version tronquée.

4Les personnes de qui je tiens ces morceaux du conte étaient de tout petits garçons ou de vieilles grands-mères. Certaines savaient la raconter avec verve mais, généralement, leur talent de conteur était plus que médiocre. Les versions que je dois à ces esprits ordinaires m’ont été les plus précieuses, car on peut penser qu’un même trait, en apparence anodin, qui se rencontre dans la bouche d’un petit garçon à Meiganga et dans celle d’une femme âgée à Garoua a quelque chance d’avoir un sens. Tous ces traits ont été scrupuleusement conservés dans la présente version.

Le conte

5– 1 –

  • 2 Certaines versions font débuter l’histoire un vendredi, jour où le lâmîdo se montre en public. D’au (...)
  • 3 Le lâmîdo est un très haut personnage chez les Peul villageois, le plus élevé du lieu.
  • 4 Le sâré (saare, pluriel ci’e) désigne la concession close de sekkos (sekko, pluriel cekke, paille t (...)
  • 5 Variante : l’enfant sort en grignotant un épi, nourriture de sevré. Il naît avant son terme (« avor (...)
  • 6 Hamma (ou Hammadou, Hammadi) Dakkere : Hamma est le nom qu’on donne au frère aîné quand on parle de (...)

6Un jour2, le lâmîdo3 rassembla tous les gens qui possédaient quelque bétail et leur dit :
« Rendez-vous demain matin sous l’arbre du pâturage. J’organiserai un concours de paroles. Celui qui parlera le mieux gagnera les vaches des autres. »
Le lâmîdo savait que personne n’oserait parler mieux que lui et pensait s’emparer facilement du bétail de ses sujets. Dans l’assistance, il y avait un vieil homme qui avait beaucoup de vaches, mais il était si vieux et si décrépit qu’il ne pouvait plus faire grand-chose, et quand il partait au pâturage, on se demandait toujours s’il en reviendrait. Il rentra dans son sâré4 en pleurant pour y retrouver sa femme qui était enceinte.
Soudain, l’enfant qui était encore dans le ventre de sa mère lui dit :
« Mère, mère, je t’en prie, mets-moi au monde !
— Et comment je vais m’y prendre pour te mettre au monde ?
— Tu n’as qu’à faire sept fois le tour du foyer, après quoi tu piqueras une aiguille dedans et tu t’accroupiras dessus. »
Sa mère fit ce que lui avait dit l’enfant qui était dans son ventre, elle tourna sept fois autour du foyer, planta dedans une aiguille, s’accroupit par-dessus5 et l’enfant glissa par terre en poussant un juron. Sa mère s’étonna de l’entendre crier comme un homme.
« Comment vais-je t’appeler ? », lui demanda-t-elle. « Appelle-moi Hamman Dakkere6 », lui répondit le garçon.
Puis il demanda à son père :
« Père, père, qu’est-ce qui t’arrive pour que tu pleures ainsi ? »
Le vieil homme lui expliqua que le lâmîdo organisait pour le lendemain, sous l’arbre du pâturage, un concours de paroles auquel devraient participer les propriétaires de bétail. Celui qui parlerait le mieux gagnerait le troupeau des autres.
Et il pleurait parce qu’il y avait longtemps qu’il n’était plus maître de ses paroles et qu’il avait donc toutes les chances d’y perdre jusqu’à sa dernière vache.
« Demain matin, dit l’enfant, c’est moi qui me rendrai au pâturage. »
Mais son père refusa.
« Comment ! Toi ! Toi qui ne sais pas parler, qui ne sais même pas compter jusqu’à cinq et qui ne connais rien aux choses de la brousse ! Non, non, demain, c’est moi qui irai au pâturage et j’essaierai de sauver ce que je peux en discutant. »
L’enfant insistait : « Père ! Laisse-moi emmener les vaches demain au pâturage ! »
Cependant, le vieil homme s’obstinait à refuser.

7– 2 –

  • 7 Le corral où le bétail passe la nuit se dit wâldé, waalde.
  • 8 C’est une pratique courante, chez les enfants peul, que de jouer à se poser toutes sortes de devine (...)
  • 9 Je n’ai pas trouvé à quelle devinette référait la tête tressée de la mère qui est tombée et qu’elle (...)
  • 10 Hamman Dakkere regroupe ainsi les trois éléments d’une classe de mots énigmatiques commune à tous l (...)
  • 11 Cette insolence est empreinte d’une très forte charge d’agressivité et de dénégation si l’on consid (...)

8Le lendemain matin de très bonne heure, sans que son père s’en aperçût, Hamman Dakkere fit sortir le troupeau du corral7 et l’emmena au pâturage. Les autres propriétaires de bétail étaient déjà là, avec leurs vaches. Vers la fin de la matinée, le lâmîdo arriva. Hamman s’en fut avec les autres pour le saluer.
« Pourquoi n’est-ce pas ton père qui est venu ? lui demanda le lâmîdo.
— Mon père ? Le ciel était tombé, il est parti le relever8, répondit le garçon.
— Bon. Et ta mère ?
— Ma mère ? Elle était allée se faire tresser les cheveux. Quand elle en est revenue, elle s’est aperçue qu’elle avait oublié sa tête. Elle est partie la chercher.
— Bon. Et ton grand frère, alors ?
— Mon grand frère ? Le chemin était coupé, il est parti lui faire un nœud9.
— Vraiment ! s’exclama le lâmîdo. Eh bien, puisque c’est toi qui es là, dis-moi trois choses rouges. »
Sans attendre, Hamman Dakkere lui dit que le soleil était rouge quand il était à l’horizon, que la robe des vaches était rouge, et rouge aussi le feu10.
Le lâmîdo, qui voyait que le garçon avait réponse à tout, tenta encore une fois de le déconcerter.
« La nuit dernière, il a fait très froid chez moi. Est-ce qu’il a fait très froid chez toi aussi ?
— Oh oui ! Si froid, même, que le feu a dû prendre un pagne pour se couvrir.
— Cette nuit-là aussi, il a plu très fort chez moi. Est-ce qu’il a plu très fort chez toi aussi ?
— Oh oui ! Il a même plu si fort que les sourcils de mon père ont glissé dans sa barbe !
— Et cette nuit-là encore, continua le lâmîdo, il a fait très noir chez moi. Est-ce qu’il a fait très noir chez toi aussi ?
« Oh oui ! lui répondit Hamman Dakkere, il a même fait si noir qu’en me soulageant, j’ai raté la terre11.
— Ça suffit comme ça ! » trancha le lâmîdo rendu fou de colère par ces insolences.
Secrètement, il ne se tenait pas pour battu et ruminait déjà sa revanche. Mais il décida que le concours était terminé. Tous les troupeaux des autres furent rassemblés et remis à Hamman Dakkere. Le lâmîdo se fit seulement mettre de côté un taureau avec une marque au front.
« Viens me voir demain, dit-il au garçon. On verra si ta langue est toujours aussi bien pendue. »
Hamman Dakkere s’inclina et rentra chez lui avec toutes les vaches qu’il avait gagnées. Son père pleurait de joie. Maintenant, il avait un bon garçon pour protéger ses vieux jours.

9– 3 –

  • 12 Le barkehi, ou arbre de barka, ainsi appelé parce que ses feuilles reproduisent exactement l’emprei (...)
  • 13 Barka : c’est la façon d’un lâmîdo, ou d’un très grand personnage, de remercier quelqu’un de sa sal (...)
  • 14 La tache blanche est une marque que les Peul n’aiment guère sur le front. Ils croient qu’elle porte (...)

10Le lendemain matin, Hamman Dakkere vint saluer le lâmîdo. Celui-ci lui montra le taureau qu’il s’était fait mettre de côté la veille. On pouvait le reconnaître facilement parce qu’il avait une marque au front.
« Tu vois ce taureau avec une tache blanche sur le front ? Eh bien, tu vas l’emmener chez toi. Débrouille-toi pour que demain matin, il m’ait donné un veau mâle. »
Le garçon s’inclina et ramena l’animal chez lui.
Le lendemain, il se leva de très bonne heure et partit en brousse faire provision des jeunes feuilles encore fermées de l’arbre de barka12. Il en fourra plein son bonnet et se rendit au palais du lâmîdo.
« Dieu vous donne la tranquillité !
Barka13, lui répondit le lâmîdo. Est-ce que tu ne devais pas me ramener mon taureau et son taurillon ? Et qu’est-ce que tu comptes faire avec ces feuilles ?
— Eh bien, c’est pour mes affaires, n’est-ce pas ! Mon père vient d’accoucher d’un garçon juste avant l’aube, et je m’en vais faire bouillir ces petites feuilles pour lui masser le ventre avec le jus.
— Tiens, tiens ! Voilà que les hommes accouchent, à présent !
Barkâma, lâmîdo, si votre taureau peut mettre bas un veau, pourquoi mon père ne pourrait mettre au monde un garçon ?
— C’est bon ! Tu peux la garder, cette bête, elle est à toi. Mais reviens me voir demain, dit le lâmîdo. »
Hamman Dakkere s’inclina et le remercia. Mais en rentrant chez lui, il passa par le marché et donna au boucher son taureau avec une tache blanche sur le front14.

11– 4 –

12Le lendemain, il vint saluer le lâmîdo.
« Que Dieu augmente votre prospérité !
Barka, lui répondit le lâmîdo. À présent, je veux que tu me rases la tête. »
Pendant qu’un serviteur allait chercher de l’eau et des rasoirs, le garçon sortit de sa poche un épi de mil bien mûr et l’offrit au dernier fils du lâmîdo, un bébé encore, qui faisait des galipettes sur la natte où son père était assis. Puis il rasa fort habilement le crâne du lâmîdo. Quand il eut fini, les cheveux noirs du chef se mêlaient sur la natte aux grains blancs de l’épi de mil égrené par l’enfant.
Le lâmîdo dit alors au garçon :
« Maintenant, tu vas me replanter sur la tête tous les cheveux que tu viens de raser.
— Comme vous voudrez, lui répondit Hamman Dakkere. Mais auparavant, pourriez-vous dire à votre fils de remettre sur son épi tous les grains qu’il en a fait tomber ?
— Et comment pourrait-il replacer des grains sur un épi qui les a perdus !
— Mais, lâmîdo, si une chose aussi simple est impossible à votre fils, comment pourrais-je, moi, votre humble serviteur, vous remettre sur la tête les cheveux que j’ai rasés ?
— C’est bon ! fit le lâmîdo. Rentre chez toi. »

13– 5 –

14N’ayant pu avoir le dessus dans sa joute avec le garçon, le lâmîdo projetait de l’atteindre à travers sa mère. Dans l’après-midi, il fit raser la tête de trois de ses servantes et les envoya se faire coiffer par elle. Elles allèrent trouver la mère de Hamman Dakkere, mais quand celle-ci apprit ce que le lâmîdo lui demandait de faire, elle fondit en larmes et courut raconter la chose à son fils.
Celui-ci la rassura. Il prit trois calebasses à baratter la crème, les remplit d’eau, en remit une à chacune des servantes et leur dit :
« Ma mère manque de beurre pour vous tresser les cheveux. Prenez ces calebasses et secouez-les jusqu’à ce que le beurre prenne. Après quoi, ma mère pourra vous coiffer. Moi, pendant ce temps, je vais aller chercher une de mes vaches qui n’est pas encore rentrée du pâturage. »
Les servantes prirent les calebasses et se mirent à les secouer, secouer, secouer, tant et si bien qu’elles les secouaient encore quand, vers la fin de l’après-midi, Hamman Dakkere revint du pâturage avec sa vache.
« Comment ! s’écria-t-il, vous n’avez pas encore fini ! Eh bien, continuez ! Moi, pendant ce temps, je vais traire mes vaches. »
Mais les servantes refusèrent de secouer plus longtemps les gourdes et retournèrent au palais du lâmîdo. Elles lui racontèrent que le garçon leur avait donné de l’eau à baratter pour que sa mère les coiffe avec le beurre qu’aurait donné cette eau.
Le lendemain matin, le lâmîdo envoya chercher le garçon pour qu’il lui présente des explications. Hamman Dakkere vint aussitôt et le salua en ces termes :
« Que Dieu vous garde !
Barka, lui répondit le seigneur. Je serais curieux de savoir comment de l’eau barattée peut donner du beurre.
— Bien volontiers, fit en retour le garçon, mais pourriez-vous me dire auparavant comment on s’y prend pour coiffer des têtes rasées ? »

15– 6 –

  • 15 Dans ces épisodes, comme dans celui du taureau, le garçon suit la conduite peule typique d’un infér (...)

16« C’est bon ! dit le lâmîdo, laissons cela. Tu vas aller en brousse me chercher des œufs de pintade. »
Mais voilà, on était en pleine saison sèche, il était donc impossible de trouver des œufs de pintade. Néanmoins, Hamman Dakkere sortit du palais et s’enfonça dans la brousse.
Quelque temps après, il fut de retour et se présenta, tout essoufflé, devant le lâmîdo. Celui-ci regarda les mains vides du garçon et lui demanda :
« Où sont les œufs que tu devais me rapporter ?
— Eh bien, j’en avais trouvé une dizaine, assez facilement, mais en me dépêchant pour vous les rapporter, j’ai glissé dans la boue et tous les œufs se sont cassés.
— Tu veux me faire croire qu’il y a de la boue sur les chemins ! En cette saison !
Barkâma, lâmîdo, ce n’est pas impossible, les pintades pondent bien en ce moment15 ! »

17– 7 –

  • 16 Si les veaux font des difficultés pour se laisser sevrer, c’est avec de la bouse de vache – et non (...)

18« Bon ! dit le lâmîdo. Puisque te voilà grand propriétaire de vaches, il serait temps que tu t’exerces aux choses du troupeau. J’ai plusieurs veaux à sevrer. Va dans mon corral et mouille avec de l’eau les mamelles de leurs mères pour les dégoûter de téter16. »
Hamman Dakkere inclina respectueusement la tête et pria le lâmîdo de lui donner une corne de cheval pour emporter de l’eau au corral. Le lâmîdo s’exclama :
« Et depuis quand les chevaux ont-ils des cornes ?
Barkâma, lâmîdo, depuis que l’eau empêche les veaux de téter. »

19– 8 –

  • 17 Un euphémisme courant pour le serpent est de l’appeler « corde de terre », « ‘boggol lesdi ».

20« Laissons cela ! dit le lâmîdo. Mais tu vas quand même aller dans mon troupeau pour traire ces vaches. Tu vois cette grosse pierre ronde, là-bas ? Eh bien, comme la calebasse à traire est cassée, tu vas prendre cette pierre, la couper en deux, l’évider et tu trairas mes vaches dedans. Elle au moins, j’espère qu’elle ne se cassera pas. »
Hamman Dakkere prit la grosse pierre ronde et demanda à un serviteur du lâmîdo de lui tresser une corde avec de la terre17.
« J’en ai absolument besoin pour marquer le pourtour de la pierre et la couper.
Le lâmîdo s’écria :
« Mais je ne vois pas comment on peut faire une corde avec de la terre !
Barkâma, lâmîdo, voyez-vous ici autre chose avec quoi je pourrais couper une pierre aussi dure ? »

21– 9 –

  • 18 Ample vêtement.
  • 19 Pluriel de hir’beere : calebasses décorées, de même taille, dont l’une sert de couvercle à l’autre, (...)
  • 20 Dans une version (Ngaoundéré), il est dit : « laam’do hoosi anniya majjungo mo », « le lâmîdo prit (...)

22Cette fois, le lâmîdo eut bien du mal à cacher son impatience. Il se fit apporter des graines de coton et les présenta à Hamman Dakkere.
« Tu vas prendre ces graines, et puisque tu es si malin, tu vas les planter tout de suite. Fais-les germer, pousser et fleurir aujourd’hui, en sorte qu’elles donnent des fruits et qu’ils éclatent aujourd’hui même. Recueille le coton, égrène-le, file-le et tisse-le aujourd’hui même. Enfin, couds-moi un grand girké18 et brode-le-moi de façon magnifique. Fais tout cela aujourd’hui même et apporte-moi le vêtement ce soir. »
Le garçon prit les graines et s’inclina respectueusement. Puis il fouilla dans la poche de son vêtement et en sortit quelques graines de calebassier qu’il tendit au lâmîdo :
« Vous aurez votre girké ce soir. Mais j’aurais besoin de belles kir’beeje19 pour vous le présenter. Pourriez-vous dire à vos serviteurs de planter tout de suite ces graines de calebassier pour qu’elles germent et poussent immédiatement ? Il faudrait qu’elles produisent d’énormes fruits dès aujourd’hui. Qu’on choisisse les mieux conformées de ces calebasses et qu’on les mette tout de suite à tremper pour que l’intérieur pourrisse. Qu’on les coupe alors en deux, qu’on en racle la pulpe, qu’on les fasse sécher, tout cela aujourd’hui. Enfin, qu’on les décore et qu’on me les fasse porter immédiatement afin que, ce soir, je puisse vous présenter votre magnifique girké dans un écrin digne de lui. »
Ayant ainsi parlé, Hamman Dakkere allait se retirer quand le lâmîdo le rappela :
« Hé là, pas si vite ! Dis-moi un peu comment vont faire mes gens pour arriver en un seul jour à façonner, à partir de ces graines, deux grandes calebasses décorées ?
Barkâma, lâmîdo, à vrai dire, je n’en sais rien. Mais à quoi servirait que je plante les graines que vous m’avez données, et qu’en un seul jour, je les fasse germer, pousser et fleurir, que je récolte le coton, que je l’égrène, le file et le tisse, que je couse et brode le magnifique vêtement que vous m’avez demandé, si vos gens sont incapables de me fabriquer dans le même temps le magnifique coffret dans lequel je pourrais vous le présenter ? »
C’est alors qu’excédé d’avoir toujours le dessous dans ses rapports avec le garçon, le lâmîdo résolut de le perdre20. Mais il voulait se donner le temps d’y songer.
« Cela ne fait rien, laissons cela ! Retourne chez toi et reviens me voir demain matin. »

23– 10 –

  • 21 Le lâmîdo saisit le premier prétexte venu pour disparaître sans que Hamman Dakkere puisse le suivre (...)
  • 22 Il s’agit d’un trait culturel moderne (riganruwa : le vêtement de pluie). Les objets diffèrent suiv (...)

24Le lendemain, Hamman Dakkere se présenta devant le lâmîdo. Il lui trouva l’air préoccupé mais, sans rien laisser paraître, il se prosterna et lui dit :
« Que Dieu vous aide à triompher de vos ennemis !
Barka, lui répondit le lâmîdo. Aujourd’hui, je pars en voyage et tu m’accompagnes ! »
Le garçon se souvint alors qu’il avait un petit trou à sa poche. Pendant qu’on amenait le cheval du lâmîdo, il s’accroupit près d’un foyer et remplit sa poche à ras bord des cendres blanches du feu de la nuit.
Puis ils quittèrent le village. Hamman Dakkere menait le cheval du lâmîdo par la bride tandis que de sa poche coulait sur le sentier un mince filet de cendre blanche.
Ils marchèrent, marchèrent, marchèrent pendant des heures jusqu’à ce qu’ils arrivent au milieu de la brousse, là où Hamman Dakkere n’avait encore jamais mis les pieds. Aussi loin que son regard pouvait porter, il ne voyait rien qui lui rappelât quelque chose. Ils continuèrent encore quelque temps, puis le lâmîdo dit qu’il voulait se reposer. Il descendit de cheval et s’assit au pied d’un immense baobab qui laissait pendre d’énormes fruits.
« Va me chercher ces fruits. Mes serviteurs seront contents de les avoir à manger21. »
Mais tandis que Hamman Dakkere disparaissait dans les branches, le lâmîdo sauta sur son cheval et s’enfuit au grand galop.
Quand le garçon eut fait tomber tous les fruits du baobab, il en redescendit et s’aperçut que le lâmîdo l’avait abandonné. Pour rentrer, il n’avait qu’à suivre la trace des cendres qu’il avait pris soin de laisser filer derrière lui. Il repartit aussitôt vers le village en courant.
De son côté, le lâmîdo, pressé de rentrer, avait pris ce qu’il croyait être un raccourci. Mais il se perdit plusieurs fois dans la forêt, et finalement, Hamman Dakkere arriva avant lui, au moment où un violent orage éclatait.
Le garçon se rendit tout de suite au palais et demanda à parler à la première épouse du lâmîdo. Il lui dit que son mari s’était arrêté à quelque distance du village pour s’abriter de cet orage imprévu, et qu’en attendant, il l’envoyait chercher son repas du soir et son vêtement de pluie22. La femme lui remit l’un et l’autre. Hamman Dakkere s’arrêta dans l’antichambre du palais, et là, derrière un pilier, il dévora tout le repas. Après quoi, il s’accroupit sur le plateau et se soulagea dans chacune des deux marmites. Puis, comme il pleuvait toujours, il mit le vêtement de pluie et rentra tranquillement chez lui.
La nuit était déjà tombée depuis longtemps quand le lâmîdo arriva au village et rentra dans son palais. Il était très fatigué et complètement trempé.
Quand il se fut changé, il demanda à manger et sa servante lui apporta le plateau de son repas qu’elle venait de trouver dans l’antichambre. Il souleva le couvercle de la marmite de boule, pouah ! ... mais quelle boule était-ce donc là ! Il souleva le couvercle de la marmite de sauce, pouah ! ... mais quelle sauce était-ce donc là ! Alors, il ordonna qu’on aille réveiller sa première épouse. En le voyant dans cet état, elle s’écria :
« Mais comment ! N’avez-vous pas vu Hamman Dakkere qui devait vous apporter repas et vêtement de pluie ? Il est si tard maintenant, je n’ai rien à vous offrir, même pas un fruit de baobab !
— Tant pis ! répondit-il. Je vais me coucher. Mais qu’on envoie quelqu’un chez lui pour lui dire de se présenter à moi demain. »

25– 11 –

  • 23 Amande de terre, wacuure (pluriel wacuuje), cyperus esculentus : rhizome au goût délicieux. C’est u (...)

26Le lendemain matin, Hamman Dakkere se présenta devant le lâmîdo. Il lui trouva l’air fatigué, mais sans rien laisser paraître de son côté, il se prosterna et lui dit :
« Que Dieu vous donne la santé ! »
Cette fois, le lâmîdo ne répondit rien. Il n’osait même pas lui demander raison de ses mauvais tours de la veille, tant il craignait que l’intelligence du garçon n’y trouve encore à s’exercer à ses dépens. Dans une des cours du palais, un toit de paille tout neuf attendait par terre qu’on le hisse sur les murs d’une case qui venait d’être refaite. Le lâmîdo ordonna à ses gardes de se saisir du garçon et de le jeter dessous. Il voulait l’y faire brûler vif, et pour cela, il envoya tout son monde chercher des troncs d’arbre pour édifier un bûcher sur le toit de paille.
Pendant ce temps, Hamman Dakkere réfléchissait au moyen de se sortir de là. Mais le chaume neuf était si bien tressé qu’il n’arrivait même pas à y passer le doigt. Et le toit lui-même était si lourd qu’il ne pourrait jamais le soulever assez pour se faufiler dessous...
Soudain, il entendit les enfants du lâmîdo jouer à se poursuivre autour de sa prison. Il ramassa sur le sol des petits cailloux et les fit crisser dans sa main. L’un des enfants s’arrêta et lui demanda à travers la paille :
« Hamman Dakkere, Hamman Dakkere, qu’est-ce que tu fais ?
— Je croque des amandes de terre23, répondit le garçon. Fichez-moi la paix !
— Oh, je t’en prie, Hamman Dakkere ! Donne-m’en une, donne-m’en une, je t’en prie ! »
Les autres enfants s’arrêtèrent et lui demandèrent aussi de leur donner des wacuuje.
« Impossible, leur répondit-il, le toit est trop épais pour que j’y passe la main, et trop lourd pour que je le soulève. Mais si vous vous y mettez tous, vous arriverez peut-être à le soulever, et je pourrai vous donner de mes wacuuje. »
Alors, ils s’y mirent tous, et tandis que les uns parvenaient à soulever un côté du toit, les autres le calèrent avec une branche fourchue. Ils se faufilèrent dessous comme des souris, mais Hamman Dakkere était déjà dehors et donnait un bon coup de pied dans le bâton. Le toit retomba sur les enfants du lâmîdo. Quant au garçon, il quitta le palais par une petite porte et rentra chez lui.
Peu après, les serviteurs revinrent avec des grosses branches et des troncs qu’ils disposèrent en faisceau sur le toit. Et c’est le lâmîdo en personne qui y bouta le feu.
Les enfants criaient :
« Père ! Père ! C’est nous, tes enfants ! Nous brûlons ! »
Leur père se moquait d’eux, croyant à une ruse désespérée du garçon.
« Ah ! ah ! Voilà bien ta dernière drôlerie ! Depuis quand suis-je ton père, maintenant ! »
Mais cette fois-là, pas de réponse. Enfin, les cris des enfants cessèrent et le toit s’effondra sur eux.

27– 12 –

  • 24 L’objet oublié varie selon les versions du conte. Le plus cité est koroowal, qui désigne un petit e (...)
  • 25 C’est un mouvement naturel, chez les Peul de brousse, que de quitter pour un autre campement où leu (...)
  • 26 Dans d’autres versions, « bâtard », et toutes sortes d’appellations qui mettent en doute les capaci (...)
  • 27 Dans plusieurs versions où le nom du héros est Hammadou (ou Hamman) Reggo-reggonde, le conteur empl (...)
  • 28 Chez les Peul, les femmes (et les concubines) préparent la nourriture à tour de rôle, du soir au le (...)
  • 29 Ce sont les mots prononcés dans la plupart des versions : « a gorko mi gorko / no ba’deten / waddu (...)
  • 30 Au début du conte, le conteur annonce qu’il va parler et demande l’attention : Voici un conte, un p (...)

28Le lendemain matin, Hamman Dakkere vint saluer le lâmîdo comme il avait pris l’habitude de le faire. Il lui trouva l’air abattu, mais sans rien laisser paraître de son côté, il se prosterna et lui dit :
« Que Dieu vous accorde une nombreuse descendance ! »
Le lâmîdo ordonna qu’on se saisisse de lui et qu’on lui lie bras et jambes. Puis il le fit jeter dans la cuisine d’une de ses femmes. Le garçon sentit qu’il était tombé sur quelque chose24. Il se redressa pour voir ce que c’était : un petit poinçon à natter la chevelure. Mais celui-ci était en argent.
Désespérant de jamais venir à bout de Hamman Dakkere, le lâmîdo avait décidé de partir du village avec tous ses habitants et de l’abandonner à son sort25. Tout le monde s’engagea sur la route, y compris le père et la mère du garçon qui resta bientôt seul dans le palais désert.
C’était à peu près le milieu de la journée et ils marchaient depuis le matin, quand la plus jeune des femmes du lâmîdo s’aperçut qu’elle avait oublié son poinçon à natter. Il était en argent et elle y tenait beaucoup. Elle voulait retourner le chercher. Comme c’était l’épouse préférée du lâmîdo, elle obtenait toujours ce qu’elle lui demandait. Il lui donna deux gardes et elle partit aussitôt, eux à pied devant et elle derrière, à cheval.
Arrivée devant le palais, elle confia son cheval aux gardes et pénétra seule dans l’enceinte réservée aux épouses du lâmîdo. Elle chercha partout son poinçon, mais en vain, et elle finit par arriver dans la cuisine où l’on avait attaché Hamman Dakkere. Elle lui demanda s’il ne l’avait pas vu.
« Je suis assis dessus, dit le garçon.
— Alors, rends-le-moi, je t’en prie ! J’y tiens beaucoup !
— Écoute, je veux bien te le rendre, mais desserre un peu ces liens qui m’empêchent de respirer. »
La femme du lâmîdo se fit longtemps prier, mais le prisonnier tenait bon et elle finit par accepter le marché. Dès qu’il sentit du jeu dans ses liens, Hamman Dakkere libéra ses poignets, défit les cordes et ligota la femme à sa place. Il lui arracha son foulard de tête et ses pagnes, et jusqu’à ses bracelets et sa ceinture de perles. Il se ceignit de la ceinture, enfila les bracelets et se drapa dans les pagnes. Enfin, il rabattit le foulard sur son visage et sortit du palais.
« En route ! » dit-il aux gardes ! Et ils repartirent comme ils étaient venus, eux à pied devant et lui derrière à cheval.
Quand ils eurent rejoint la troupe des villageois, le lâmîdo leur demanda si tout s’était bien passé. Le garçon feignit d’être enroué et lui répondit en toussant, comme pour s’éclaircir la gorge :
« Oui, ce fils de chien26 était toujours là-bas. Je lui ai donné au passage trois coups sur la tête27 et j’ai retrouvé mon poinçon. »
La nuit venue, toute la troupe arriva dans un petit village. Chaque concession reçut pour la nuit son lot de voyageurs. Le lâmîdo et sa suite furent hébergés par le chef du village.
Or ce soir-là, c’était justement à l’épouse qui avait oublié son poinçon de préparer le repas28 pour le lâmîdo et ses autres femmes. Hamman Dakkere s’en acquitta fort bien, et comme c’était aussi le tour de cette épouse de passer la nuit avec son mari, il prétexta qu’il était trop fatigué pour manger, parce qu’il avait peur d’être reconnu par les autres épouses en mangeant avec elles, et se retira dans la case du chef du village que celui-ci avait laissée au lâmîdo. Des servantes lui apportèrent de l’eau chaude pour faire ses ablutions. Mais le garçon s’était déjà glissé dans le lit du côté du mur et attendait le lâmîdo.
Quand la nuit fut tout à fait noire, le lâmîdo entra dans la case et suspendit son grand sabre au chevet du lit. Puis il se dévêtit et s’étendit à côté de celui qu’il croyait être une de ses femmes.
Alors, Hamman Dakkere se dressa, éclata de rire et lui dit :
« Tu es un homme ! Et moi aussi, je suis un homme ! Qu’est-ce qu’on fabrique ici ensemble29 ? »
Au son de cette voix, le lâmîdo gémit de frayeur. Il sentit son cœur crever comme une peau de tambour trop tendue.
Alors, Hamman Dakkere décrocha le grand sabre, lui coupa la tête et la balança hors de la case. Il sortit et se montra à tout le monde. Et tous tombèrent d’accord pour le proclamer lâmîdo30.

Haut de page

Bibliographie

Gaden Henri, 1911, Proverbes et maximes peuls et toucouleurs traduits, expliqués et annotés, Paris, Institut d’ethnologie.

—, 1913, Le Poular, dialecte peul du Fouta sénégalais, vol. I, Paris, Leroux.

Görög-Karady Veronika, 1970, « L’arbre justicier », in Geneviève Calame-Griaule (dir.), Le Thème de l’arbre dans les contes africains, vol. II, Paris, Bibliothèque de la S.E.L.A.F.

Lacroix Pierre-Francis, Lebeuf Jean-Paul, 1972, « Devinettes peules », Cahiers de l’homme, nouvelle série xii, Paris, Mouton.

Noye Dominique, 1968, Humour et sagesse peuls. Contes, devinettes et proverbes foulbé du Nord-Cameroun, Maroua, Mission catholique.

Pfeffer Gulla, 1939, « Prose and Poetry of the Ful’be », Africa, 12 (3): 285-307.

Haut de page

Notes

1 Pfeffer 1939 : 285-307 – le conte s’appelle « Samandakere and the Lam’ido » – ; et Noye 1968. Beaucoup de ces traits se retrouvent dans la version occidentale de ce conte publiée par Gaden (1913 : 156-163), dont le héros porte le nom de Samba hakilante (Samba l’intelligent).

2 Certaines versions font débuter l’histoire un vendredi, jour où le lâmîdo se montre en public. D’autres la font se terminer aussi un vendredi, qui peut être le jour choisi pour l’avènement d’un lâmîdo. De cette manière, les aventures du héros pourraient suivre un cycle hebdomadaire. N’ayant pas rencontré de version où les deux traits figurent en même temps, je n’en ai pas tenu compte dans la présente rédaction.

3 Le lâmîdo est un très haut personnage chez les Peul villageois, le plus élevé du lieu.

4 Le sâré (saare, pluriel ci’e) désigne la concession close de sekkos (sekko, pluriel cekke, paille tressée en surface plane) où sont réunies les habitations. Mais le terme a une signification beaucoup plus vaste et englobe en fait toutes les appartenances du propriétaire, en particulier ses femmes et ses enfants.

5 Variante : l’enfant sort en grignotant un épi, nourriture de sevré. Il naît avant son terme (« avorton ») et au lieu d’être « petit », c’est un homme.

6 Hamma (ou Hammadou, Hammadi) Dakkere : Hamma est le nom qu’on donne au frère aîné quand on parle de lui. Le dakkere est une bouillie de couscous de mil détrempé de lait. On le donne surtout aux bébés. Si ce mil est du gruau (grain décortiqué de son enveloppe), on peut opposer dakkere à doumo (le son, résidu de l’enveloppe du grain ; à noter que Gaden 1931 traduit dumo par « bale » (l’enveloppe du grain décortiqué) et non par « son »). Hamman Dakkere associe donc, dans son nom, l’homme fait et le petit enfant (sans sexe). Les variantes très nombreuses du nom du héros confirment cette hypothèse, en associant, dans la plupart des cas, un mot à connotations viriles à un autre à connotations enfantines : Madi Ketchel, qu’on pourrait traduire par « Madi le Bébé » ; Madi est un doublet (aphérèse) de Hammadi. Ketchel réfère à heci’da : être frais, jeune, vert, tendre. Un enfant de bas âge se dit ‘bingel kecel, littéralement « enfant frais » ; Doumo Ketcho, dumo, son (de céréale ; partie dure, non comestible, de la graine), keço, frais ; Hammadou (Hamman) Reggo-reggonde, dont une signification est « Hammadou qu’on-a-frappé-plus-d’une-fois-sur-la-tête-avec-le-poing » (à rapprocher de l’épisode final du conte) ; ’bii kilaajo, le fils du forgeron.
Dans la version de Gula Pfeffer, le héros s’appelle Samandakere, et chez Dominique Noye, Sambo. L’équivalent exact en français de « Hamman Dakkere » est « le Petit Poucet ». Il existe d’ailleurs un certain nombre de traits communs aux deux contes, en l’absence de toute diffusion possible.

7 Le corral où le bétail passe la nuit se dit wâldé, waalde.

8 C’est une pratique courante, chez les enfants peul, que de jouer à se poser toutes sortes de devinettes qu’ils puisent au fonds commun ou qu’ils inventent sur-le-champ. L’une d’elles est celle-ci : « Qu’est-ce que le grand arbre qui ne fait pas d’ombre ? — C’est le ciel. » Pour faire comprendre au lâmîdo qu’il est déjà rompu à toutes les finesses de la langue, Hamman Dakkere feint de parler du ciel comme si c’était un arbre tombé qu’on pourrait relever.

9 Je n’ai pas trouvé à quelle devinette référait la tête tressée de la mère qui est tombée et qu’elle est allée chercher. Quand Hamman Dakkere répond au lâmîdo au sujet de son grand frère, il se réfère aussi à des devinettes très populaires où le chemin est comparé à une bande d’étoffe ou à une corde interminables. Il feint de parler du chemin comme si c’était une corde qu’on pourrait rabouter en lui faisant un nœud. Un poète ne fait pas autrement en choisissant ses métaphores. Le jeu des devinettes dont raffolent les petits enfants peul est en fait une éducation au symbolique. La référence ciel-arbre figure dans Noye 1968 : 48. La référence chemin-corde interminable figure dans ibid. : 52, et dans Lebeuf et Lacroix 1972 : 43.

10 Hamman Dakkere regroupe ainsi les trois éléments d’une classe de mots énigmatiques commune à tous les dialectes peul, la classe -nge (noms de vaches, soleil, feu) où certains ont cru voir les trois piliers d’une religion hypothétique, ce qui, dans l’état actuel de la recherche, n’est absolument pas exclu. Certaines versions donnent « le sang » à la place de la robe des vaches (le sang n’appartient pas à cette classe). Je pense, quant à moi, que le feu allumé dans le corral quand le troupeau rentre le soir, et qui est empreint d’une grosse charge magique, est le substitut nocturne du soleil.

11 Cette insolence est empreinte d’une très forte charge d’agressivité et de dénégation si l’on considère que, dans la société peule, il serait parfaitement déplacé d’évoquer une fonction aussi triviale devant un supérieur aussi éminent. D’autres versions donnent : « Il a fait si noir que, dans la barbe de mon grand-père, sa moustache est partie s’asseoir à la place de ses favoris (gegeji) » (cf. Pfeffer 1939 : 303). Avec le froid et le noir, le lâmîdo tente d’introduire la mort dans le discours, comme une réalité commune à tous les êtres, mais qui devrait être encore inconnue de l’enfant qu’est Hamman Dakkere. Ce dernier lui répond qu’il sait mieux que lui ce qu’est la mort.

12 Le barkehi, ou arbre de barka, ainsi appelé parce que ses feuilles reproduisent exactement l’empreinte des bovidés, est un arbuste très courant dans la savane, dont toutes les parties, à cause de cette métaphore feuille-empreinte de vache (généralement oubliée), ont une grande charge magique. Lorsqu’une femme a accouché, les matrones lui massent le ventre avec une décoction de feuilles de barkehi, dans laquelle ont parfois cuit aussi des pieds de vache. On utilise généralement pour ce faire les feuilles nouvellement écloses de l’arbre, par allusion au nouveau-né. Mais si ces petites feuilles sont toutes neuves, elles sont encore repliées sur la nervure centrale et ressemblent à des langues, de profil : on espère ainsi qu’elles hâteront la reprise musculaire du ventre qui se « fermera » de nouveau. Comme elles ressemblent à des langues, on s’en sert pour la magie de la parole : il suffit d’en placer une sur sa langue, et toute personne rencontrée ne pourra avoir de mauvaise parole envers vous (on voit que la protection de la mauvaise parole s’opère de manière sympathique, non par l’oreille mais par la bouche). Les écoliers s’en servent de cette manière dans toutes les occasions où le maître pourra avoir envers eux de « mauvaises paroles », par exemple, en ne lisant que les noms de leurs concurrents sur une liste de résultats. Hamman Dakkere joue sur les deux tableaux quand il affronte la « mauvaise parole » du lâmîdo avec ses « langues » de barkehi. Dans certaines versions, le taureau est remplacé par un troupeau de castrés.

13 Barka : c’est la façon d’un lâmîdo, ou d’un très grand personnage, de remercier quelqu’un de sa salutation en lui dispensant un peu de sa barka. Barkâma : c’est la façon d’un inférieur de dire à un très grand personnage, ou à un lâmîdo, « oui » ou « s’il vous plaît », le « non » n’étant pas envisagé. Signifie : « La barka soit tienne. » Par ce renforcement préliminaire de la personne éminente à qui l’on ose adresser la parole, on lui évite d’être « entamée » du fait d’une mauvaise parole involontaire. S’il s’agit d’une faveur exaucée, le souhait barkâma vient combler toute perte possible de puissance. Si au contraire, la faveur est refusée, le souhait barkâma évite au personnage le risque de se sentir ultérieurement « dévoré » par le demandeur insatisfait.

14 La tache blanche est une marque que les Peul n’aiment guère sur le front. Ils croient qu’elle porte malheur.

15 Dans ces épisodes, comme dans celui du taureau, le garçon suit la conduite peule typique d’un inférieur à qui un supérieur éminent demande quelque chose d’impossible : ne pas faire d’objections, partir immédiatement exécuter l’ordre et se tirer du mauvais pas en invoquant le premier prétexte venu. Gaden 1931 : 308, no 1238, cite : « “vîmi nī, wanmi nīko donnal boni », « “j’ai dit ceci, j’ai fait cela”, c’est que l’objet confié à porter est abîmé ». Se dit à celui que l’on avait chargé d’une mission et qui, en revenant, se lance dans d’interminables explications : c’est qu’il n’a pas réussi.

16 Si les veaux font des difficultés pour se laisser sevrer, c’est avec de la bouse de vache – et non de l’eau – que l’on barbouille les pis. Procédé d’ailleurs très efficace.

17 Un euphémisme courant pour le serpent est de l’appeler « corde de terre », « ‘boggol lesdi ».

18 Ample vêtement.

19 Pluriel de hir’beere : calebasses décorées, de même taille, dont l’une sert de couvercle à l’autre, le tout formant un coffret sans charnière ni loquet. Elles servaient autrefois à présenter des cadeaux coûteux ou à conserver des choses précieuses.

20 Dans une version (Ngaoundéré), il est dit : « laam’do hoosi anniya majjungo mo », « le lâmîdo prit la décision de le perdre ». Majjungo a les deux sens du mot français « perdre » : à la fois égarer et faire mourir. Ainsi, par exemple, daada ma majjiri mo (littéralement : sa mère l’a perdu) signifie : « il a perdu sa mère » (dans la foule du marché, ou bien, il y a vingt ans). L’absence est l’équivalent de la mort dans l’inconscient. Le conte va jouer sur les deux registres : le lâmîdo va d’abord essayer de perdre Hamman Dakkere dans la forêt, puis il va tenter de le perdre en le faisant brûler vif. Ensuite, Hamman Dakkere va perdre le lâmîdo en « l’absentant », pour reprendre le très joli mot franco-camerounais, puis le perdre en le faisant mourir de honte.

21 Le lâmîdo saisit le premier prétexte venu pour disparaître sans que Hamman Dakkere puisse le suivre. Les fruits du baobab ne constituent pas la nourriture d’un lâmîdo, quoiqu’ils soient consommés avec plaisir, hormis les graines, sans qu’il y ait nécessairement disette. Comme le dit Veronika Görög-Karady : « L’équivalence entre l’ascension de l’arbre et la condamnation à mort fait appel au sens symbolique dont l’arbre est quasi universellement investi. L’arbre apparaît comme lien rattachant les uns aux autres les trois compartiments de l’univers… Cette vision de l’arbre qui participe des trois règnes dont l’inférieur et le supérieur sont hors du monde humain, éclaire la fonction de donneur de mort. On envoie au haut de l’arbre la personne qu’on souhaite faire disparaître. Il (sic) passera dans le règne céleste, ou il tombera et entrera dans le monde souterrain. »

22 Il s’agit d’un trait culturel moderne (riganruwa : le vêtement de pluie). Les objets diffèrent suivant les versions. Ainsi, dans la version de Noye 1968 : 8, ligne 9, le héros se fait remettre des go’e. Ce sont des rhizomes fragrants, de la famille des cypéracées (employés d’ailleurs dans la parfumerie européenne), dont on peut se servir en inhalation, déposés sur des braises, soit pour lutter contre un rhume, soit pour se dégager de l’emprise d’un « sorcier ». Dans la version où cet objet est employé, le sens joue certainement sur cette association. L’intérêt manifeste de cet objet, quel qu’il soit, est que le lâmîdo a besoin de quelque chose pour se protéger de la pluie (ou de ses effets), et que le héros se l’approprie, ce qui assure la progression dramatique du conte : jusqu’ici, Hamman Dakkere n’avait pas touché aux possessions du lâmîdo.

23 Amande de terre, wacuure (pluriel wacuuje), cyperus esculentus : rhizome au goût délicieux. C’est une friandise dont les enfants raffolent.

24 L’objet oublié varie selon les versions du conte. Le plus cité est koroowal, qui désigne un petit escabeau de femme taillé d’une pièce dans une bûche. C’est un objet sans valeur. Il est ici en argent, rationalisation de conteur soucieux de justifier le retour de la femme du lâmîdo. Dans d’autres versions, elle oublie son poinçon à réparer les calebasses (duweere), ou son ‘bursirde (Garoua), dir’birde (Ngaoundéré), qui est la pierre à broyer les graines qui constituent la sauce, par exemple les arachides. Enfin, l’objet oublié est parfois un van, nyorgo.

25 C’est un mouvement naturel, chez les Peul de brousse, que de quitter pour un autre campement où leur barka a subi des revers, où ils ont perdu certains des leurs. Les versions du conte que j’ai recueillies chez des Peul de brousse (car il est aussi populaire chez eux que chez les Peul villageois) livrent cet épisode sans changement : il s’agit toujours d’un lâmîdo et du village où il réside, et non d’un ardo (chef de fraction, chez les Peul de brousse) et de son campement. Je pense cependant que le conte utilise ce trait culturel peul (eggol, le changement de campement) pour signifier que le lâmîdo fuit la mort, « sa » mort : celle de ses enfants et la menace que représente pour sa vie Hamman Dakkere.

26 Dans d’autres versions, « bâtard », et toutes sortes d’appellations qui mettent en doute les capacités génitales de son père ou les réduisent à celles d’animaux méprisés.

27 Dans plusieurs versions où le nom du héros est Hammadou (ou Hamman) Reggo-reggonde, le conteur emploie le mot regga qui signifie à la fois « taper sur la tête de quelqu’un avec la jointure du poing fermé » et « faire faire demi-tour (en particulier au bétail) ». Il joue ainsi sur les deux sens du mot regga et ment effrontément au lâmîdo en lui disant : « Je l’ai frappé du poing sur la tête » et « Je l’ai manœuvré », alors qu’en fait, c’est le contraire qui s’est passé. Dans les versions où le nom du héros est autre que Hammadou Reggo-reggonde, le conteur n’emploie pas toujours regga, mais un autre verbe comme tappa, qui signifie aussi frapper, mais sans jeu de mots. Ou bien, le plus souvent, il n’utilise pas ce détail. Il y a donc bien « jeu de mots » entre celui qui répond et celui à qui on tape sur la tête. Hamman Dakkere dit là au lâmîdo, « sous la langue », qu’il est lui-même et non sa femme.

28 Chez les Peul, les femmes (et les concubines) préparent la nourriture à tour de rôle, du soir au lendemain soir (la journée peule commence au coucher du soleil), et c’est à l’épouse qui a préparé la nourriture qu’il revient cette nuit-là de partager sa couche avec son époux. Hamman Dakkere sait donc qu’il couchera le soir même avec le lâmîdo.

29 Ce sont les mots prononcés dans la plupart des versions : « a gorko mi gorko / no ba’deten / waddu nga ma a tawa nga ‘am ». Ils excluent toute ambiguïté : le héros séduit le lâmîdo, puis le rejette. C’est ainsi que se comportent les jeunes gens peul à qui une jeune fille a refusé ses faveurs : ils cherchent, par des moyens magiques, à la rendre amoureuse d’eux et quand ils sont parvenus à leurs fins, ils « la laissent tomber ». D’autres versions plus pudiques disent la même chose dans un langage symbolique. Ainsi, dans Pfeffer 1939 : « La vieille épée de bataille du lâmîdo était suspendue au chevet du lit. Samandakere s’en empara, trancha la tête du lâmîdo, la traîna hors de la case et la jeta hors du palais. » Et dans Noye 1968 : 17 : « Il vint, entra dans la case de sa femme, il vint, il saisit le poteau central comme ceci [mais Noye n’indique pas la mimique du conteur]. Sambo lui dit : “Tu es un homme, je suis un homme. Où irons-nous ensemble ? Bon.” Le cœur du chef reçut un choc. Il mourut. »
À noter que la métaphore cœur-tambour, qui existe dans une version racontée chez des Peul villageois, est d’usage chez les Peul de brousse qui font le soro et jouent d’un petit tambour d’aisselle. Alors que les Peul villageois ne se servent pas du tambour, ou ne s’en servent plus.

30 Au début du conte, le conteur annonce qu’il va parler et demande l’attention : Voici un conte, un petit conte (taalol taalel). L’auditoire répond : yamma taBoyel, formule stéréotypée et intraduisible (« virelangue »), qui signifie en fait : « Vas-y, on t’écoute ». À la fin du conte, le conteur emploie une autre formule stéréotypée et intraduisible : takalamu, à laquelle il ajoute (à Garoua) : lestu bu’e gerto’de, « À terre, les crottes de poule ! » nda mi haa ‘do / nda gol haa to, « Moi, je suis ici, et le conte, il est là-bas. » Cette dernière phrase n’est pas la moins symbolique si on la met en rapport avec toutes les allées et venues du héros du conte, ou plutôt, avec tous ses allers et retours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Dognin, « Hamman Dakkere ou les aventures du petit poucet peul. Essai sur un conte peul », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 142-160.

Référence électronique

René Dognin, « Hamman Dakkere ou les aventures du petit poucet peul. Essai sur un conte peul », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10954 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10954

Haut de page

Auteur

René Dognin

Sociologue

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search