Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesComptes rendusCoquet Michèle, 2019, L’Aurès de ...

Mélanges
Comptes rendus

Coquet Michèle, 2019, L’Aurès de Thérèse Rivière et de Germaine Tillion. Être ethnologue dans l’Algérie des années 1930

Lormont, Le Bord de l’eau, 192 p.
Georges Benguigui
p. 162-164

Texte intégral

1Cet ouvrage est remarquable parce qu’il pose la question de la relation entre un ethnologue et son terrain, sujet important insuffisamment étudié de façon approfondie. Que se passe-t-il entre l’ethnologue et son terrain ? Quel effet la subjectivité de l’ethnologue, avec ses origines sociales, sa formation, son idéologie, son caractère, a-t-elle sur son travail et sa perception de la population qu’il observe ? Quel peut être la bonne distance par rapport au terrain ? Inversement, le terrain a-t-il, sur l’ethnologue, des effets spécifiques ? L’implication de l’ethnologue, dont témoigne souvent l’usage de la première personne du singulier ou du pluriel, est-il normal ? À propos de toutes ces questions, le nom de Bronislaw Malinowski vient automatiquement à l’esprit, avec son observation participante, d’une part, et le journal dans lequel il parle de la souffrance liée au terrain en question, d’autre part. On pourrait citer également Claude Lévi-Strauss et son célèbre Tristes Tropiques ou Philippe Descola et son livre Les Lances du crépuscule. Rares sont les ethnologues à fournir de telles informations. Le livre de Michèle Coquet est d’autant plus passionnant qu’en se penchant sur le travail de la mission Rivière-Tillion dans les Aurès, dans les années 1930, il permet de redécouvrir une expédition tombée longtemps dans l’oubli.

2En décembre 1934, Thérèse Rivière, alors âgée de 34 ans, chef de mission, et Germaine Tillion, 28 ans, partent pour une mission ethnographique de deux ans dans les Aurès, vaste massif montagneux dans l’Est algérien qui s’étend jusqu’au Sahara. La population locale est composée d’environ 60 000 chaouias qui sont des Berbères pratiquant une économie agropastorale. Cette mission, financée par l’International Society of African Languages and Cultures de Londres, était en outre placée sous l’égide de l’Institut d’ethnologie de Paris au Trocadéro (futur musée de l’Homme), alors dirigé par Lucien Lévy-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet et dont Georges Henri Rivière, frère aîné de Thérèse, était le directeur adjoint. Cette mission était issue d’un rapport du représentant en France de l’International Society of African Languages, Henri Labouret, dans lequel cet ancien gouverneur des colonies proposait de très nombreux objectifs de l’enquête et où l’on retrouvait notamment les mots : « apporter une contribution efficace aux méthodes de colonisation [et] une exploitation plus rationnelle des richesses naturelles ». Étape par étape, Thérèse Rivière était devenue directrice du petit département « Afrique blanche et Levant » du musée d’Ethnographie. Elle connaissait donc la pratique muséographique et les objets. De son côté, Tillion, une étudiante de Mauss, remplaçait la personne prévue initialement pour accompagner Rivière, qui s’était désistée. Toutes les deux n’ont aucune expérience du travail ethnologique de terrain, c’est leur première mission et c’est d’ailleurs aussi la première mission ethnologique dans les Aurès.

3Ce que Coquet réalise dans ce livre, c’est une analyse fouillée des conditions d’exercice de l’ethnologie sur un terrain colonial. Pour cela, elle utilise deux approches. La première consiste à mobiliser des données biographiques issues de la correspondance privée, des notes de terrain, des écrits postérieurs, des photographies, etc. Coquet tente de montrer que Rivière et Tillion, indépendamment de leurs objectifs ethnologiques, sont dans une sorte de quête intime liée à leurs milieux sociaux, familiaux et culturels assez différents. Tillion est issue d’une famille bourgeoise cultivée, son père est magistrat, ses parents sont issus de deux lignées de notables. Rivière est issue d’une famille également bourgeoise du côté paternel, mais dont la mère a été bonne à tout faire. Thérèse et son frère aîné Georges nourrissent une admiration et une affection sans borne pour leur oncle Henri, artiste peintre, graveur et collectionneur. Cette admiration explique d’ailleurs que Georges ajoute à son prénom celui de son oncle. La seconde approche vise à resituer la mission dans le contexte d’un pays sous domination coloniale qui comporte une méfiance à l’égard de l’islam. Les Aurès sont, de ce point de vue, un véritable cas d’école dans le cadre d’un dur passé (par exemple, la révolte de 1916) et d’une célébration nationale incroyable, de la part de la République, du centenaire du début de la colonisation de l’Algérie en 1830, qui dura plus de six mois, ainsi que l’Exposition Coloniale de 1831.

4Coquet commence par décrire le travail de terrain des deux ethnologues qui parfois se recouvre : Rivière, plus orientée vers la culture matérielle, les savoir-faire, s’implique totalement dans l’observation participante de la vie des chaouias, quand Tillion s’intéresse davantage aux institutions. Malgré leur implication totale dans leur enquête, les retombées scientifiques de ces travaux seront très faibles. Pour Tillion, la raison en est bien connue. Il s’agit de son engagement dans la résistance au musée de l’Homme, de son arrestation – avec la perte de son manuscrit de thèse – et de sa déportation à Ravensbrück. À son retour, Tillion se consacre pendant dix ans à l’histoire du réseau de résistance du musée de l’Homme, à la déportation, au régime concentrationnaire. Au CNRS, Germaine Tillion change d’ailleurs de section, passant de l’ethnologie à l’histoire. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’elle reviendra à l’ethnologie, notamment avec son livre Il était une fois l’ethnographie. Pour Rivière, les choses sont bien différentes. Littéralement passionnée par les chaouias, comme le décrit si bien Coquet, elle se consacre à son terrain avec une empathie extraordinaire et, en rentrant, en France, se retrouve rapidement confinée dans un espace d’autant plus réduit que les travaux pour le musée de l’Homme ont commencé et qu’elle est sous la tutelle proche de l’institution. Sa santé mentale se dégrade peu à peu. Elle finit par passer de maison en maison jusqu’à sa mort, en 1970, dans un hôpital psychiatrique de Bretagne.

5Coquet poursuit son travail à propos de l’expédition Rivière-Tillion en posant une question essentielle : « Qu’est-ce que faire de l’ethnographie dans l’Algérie de l’entre-deux-guerres ? » Ce genre de question n’est pas toujours posée, alors même que bien des travaux d’ethnologie ont été réalisés dans des régions sous régime colonial. Coquet présente longuement le contexte colonial dans lequel travaille l’équipe Rivière-Tillion. On se souvient des arguments de type totalement colonial de Labouret pour justifier l’envoi de l’équipe Rivière-Tillion dans les Aurès. Il s’était déjà exprimé en 1929 sur l’intérêt de ce genre d’étude en parlant d’« élaboration d’une doctrine coloniale rationnelle ». L’Institut d’ethnologie était sur des positions proches, même si Mauss semble avoir été très prudent sur ce sujet. Cette situation coloniale dans les Aurès est marquée par les expropriations, le peu d’apports à une population locale jugée « sauvage et fruste », la révolte de 1916 contre l’enrôlement des jeunes Algériens dans l’armée française pour se battre en France suivie d’une terrible répression, la coercition des autorités coloniales, etc. La résistance au changement en Algérie est considérable tant de la part des Français d’Algérie que de la droite. Un exemple : en 1931, un an après la fastueuse commémoration du centenaire de la conquête de l’Algérie, Maurice Viollette, ancien gouverneur de l’Algérie, publie un livre intitulé L’Algérie vivra-t-elle ? pour lancer le débat sur la « question algérienne ». Il s’agit pour lui du statut politique de l’Algérie et de l’intégration de certains Algériens. C’est un échec total et le projet de loi Violette est rejeté au parlement en 1931, en 1935 et en 1936. En face, les courants nationalistes algériens sont en train d’émerger et de se développer.

6C’est dans ce contexte économique, social et politique que Rivière et Tillion débarquent en Algérie. Ce contexte, elles ne le connaissent pratiquement pas et il ne sera pas vraiment dans leurs préoccupations. C’est ainsi que Rivière écrit dans l’un de ses rapports, en 1935 : « On a négligé systématiquement les pratiques générales de l’islamisme, pour grouper tous les faits ayant un caractère local ». De même Tillion écrit en 1937 : « Je n’ai pas la prétention d’analyser la “question algérienne”, si tant est qu’il y en ait une, mais seulement ses aspects dans les régions que j’ai visitées. » Tillion est plutôt claire dans son acceptation des objectifs définis par Labouret, le service d’une colonisation réussie mais qui doit être aussi humaine. Tout cela se passe dans un contexte d’anti-islam défendu depuis le xviiie siècle, notamment par Ernest Renan. En fait, dans l’ethnologie française des années 1930, la question de la colonisation en tant que telle n’existe pas vraiment, à quelques très rares exceptions.

7Coquet montre longuement que l’observation participante, quoique très différente chez Thérèse et chez Germaine, était aussi une expérience intime de soi. Germaine semble avoir été plutôt intéressée par les institutions chaouias et leur avenir. Thérèse « collait » littéralement à son terrain dans une relation de confiance réciproque. Elle savait tout faire comme une chaouia : filer, tresser, danser, cuisiner, etc., s’impliquant corps et âme dans ces activités de la vie, et n’hésitant pas à défendre les chaouïas face à l’administration coloniale – tout cela pouvant se lire dans les nombreuses photos réalisées pour le musée. Coquet veut voir dans ces photographies l’influence imposante de l’oncle artiste adoré, Henri Rivière. C’est probablement le passage le plus difficile à évaluer. Cela n’enlève rien à ce livre remarquable et passionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Benguigui, « Coquet Michèle, 2019, L’Aurès de Thérèse Rivière et de Germaine Tillion. Être ethnologue dans l’Algérie des années 1930 », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 162-164.

Référence électronique

Georges Benguigui, « Coquet Michèle, 2019, L’Aurès de Thérèse Rivière et de Germaine Tillion. Être ethnologue dans l’Algérie des années 1930 », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10968

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search