Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesComptes rendusHaggar Bichara Idriss, 2017, Quan...

Mélanges
Comptes rendus

Haggar Bichara Idriss, 2017, Quand les hommes en armes s’imposent aux politiques. Tchad (1975-1982)

Paris, L’Harmattan, « Pour mieux connaître le Tchad », 206 p.
Catherine Vaudour
p. 169-172

Texte intégral

1Bichara Idriss Haggar revient dans ce livre sur une période charnière dans la vie politique du Tchad depuis son indépendance : le renversement de l’État nation par les « hommes en armes », militaires et rebelles. L’auteur apporte un regard critique sur les luttes intestines entre les factions armées pour la conquête du pouvoir, en soulignant leur rôle dans la fracture et les divisions qui perdurent au Tchad.

2Au début des années 1970, le Tchad est dirigé par le président François Tombalbaye. « Dès son accession au pouvoir, il a d’emblée rejeté le multipartisme et opté pour un pouvoir autoritaire dont le parti unique était le socle » (p. 175). Dans un tel contexte, toutes les conditions sont requises pour que le régime chute, comme le démontre l’auteur. À la fin de 1971, les lycéens font la grève pour exprimer leur mécontentement contre la Compagnie tchadienne de sécurité, « bras armé » du pouvoir. L’ampleur de ces manifestations ébranle la présidence Tombalbaye. S’ensuivent des arrestations et des exécutions ainsi que le développement de comités de vigilance. Dans ce climat répressif, la délation est encouragée. En 1973, le Parti progressiste tchadien et le Rassemblement démocratique africain (PPT/RDA) sont dissous pour créer le Mouvement national pour la révolution culturelle et sociale (MNRCS) qui « se veut l’instrument de la “révolution culturelle” » (p. 20) ou « Tchatitude ». Le président François Tombalbaye, qui est de l’ethnie sara, change son prénom pour celui de N’garta signifiant le « vrai chef », en langue sara. Il impose la pratique du yondo ou ndo, l’initiation, chez les Saras. « Avec le yondo, Tombalbaye tenait l’instrument presque idéal d’asservissement des populations » (p. 27). L’imposition du yondo est contraire aux valeurs des chefferies traditionnelles qui ont leur propre initiation. Le pouvoir despotique et répressif de Tombalbaye s’amplifie. Il s’en prend à l’armée avec l’arrestation de généraux et de chefs de la gendarmerie. Ce climat délétère est propice au renversement du pouvoir par l’armée nationale tchadienne, qui a lieu le 13 avril 1975. Le président Tombalbaye est tué. Le Conseil supérieur militaire (CSM) proclame la Deuxième République avec à sa tête le général Félix Malloum. Le CSM, une émanation du Groupe d’officiers des forces armées tchadiennes (GROFAT), n’a pas de programme, ni de constitution. Pour l’auteur, c’est la continuité d’une « politique de tribalisme, de favoritisme et de népotisme » (p. 55). Le président Malloum est d’origine sara et mbaye. Ce sont donc les Saras et les Mbayes qui se partagent le pouvoir.

3Les relations avec la France se sont distendues depuis l’enlèvement de Françoise Claustre le 21 avril 1974 par les Forces armées du nord (FAN). La France traitera avec le chef des rebelles Hissein Habré du FAN pour sa libération, en 1975. La Libye voisine, avec à sa tête le colonel Khadafi, occupe la bande d’Aozou située à l’extrême nord du Tchad. Kadhafi veut « réunifier » toutes les fractions du Front de libération national du Tchad (FRO.LI.NAT) dans le but d’étendre son influence et son territoire. Il peut compter sur l’appui de la France qui a des vues sur l’exploitation du minerai d’uranium sur la bande d’Aozou. Mais la réunification des mouvements armés souhaitée par Kadhafi est un échec et une scission de ces derniers se produit, d’où « la prolifération des tendances politico-militaires » décrite dans le troisième chapitre. On assiste alors à plusieurs tentatives de réconciliation nationale pour l’unification de toutes les tendances du FRO.LI.NAT. La question est : faut-il s’allier avec la Libye, qui occupe la bande d’Aozou, ou bien lutter contre elle ? Cette question divise les forces armées. La présence militaire de la Libye et de la France fait que « les Tchadiens, qu’ils appartiennent au pouvoir militaire de N’Djamena ou à l’opposition armée, n’ont plus la maîtrise de leur territoire » (p. 76). Le 29 août 1978, un nouveau gouvernement provisoire est formé avec le général Félix Malloum comme président et Hissein Habré, chef des Forces armées du nord (FAN), comme premier ministre. Les tensions et les dissensions au sein du gouvernement provoquent un « blocage des institutions » et un « affrontement Nord-Sud, plus précisément des musulmans contre les non-musulmans » (p. 87). Le pays est ainsi gouverné par deux présidents : Malloum et Habré, ce dernier étant soutenu par la France. Selon l’auteur, « les positions se cristallisent sur des bases ethniques, régionalistes et confessionnelles » (p. 90). N’Djamena se retrouve ainsi divisée en quartiers « nordistes » et « sudistes ». Les affrontements entre les deux camps sont le terreau fertile pour une guerre civile, qui éclate en février 1979. Le président Malloum en appelle à l’armée française qui refuse d’intervenir, mais invite à un cessez-le-feu qui sera signé le 19 février 1979. La reprise des combats y met fin. Le pays, divisé entre le Nord et le Sud, est en proie au chaos et à la violence. L’auteur s’interroge sur les causes de cette guerre civile. Il souligne le rôle de la France qui « n’est pas intervenue pour imposer le cessez-le-feu, mais, tout au contraire, [...] a contribué à intensifier le face-à-face entre les deux communautés » (p. 98). La France est favorable à un partage du pouvoir entre le Nord et le Sud, une « structure de type fédéral ». La Conférence de réconciliation qui se tient à Kano, au Nigéria, en mars 1979, est suivie des démissions du président Malloum et du Premier ministre Habré, en avril 1979.

4Un gouvernement d’union nationale de transition (GUNT) est formé le 4 mai 1979 avec Mahamat Lol Choua comme président. Son pouvoir est très limité car il n’y a plus d’armée nationale ni de moyens. L’ingérence extérieure, en particulier celle de la Libye et du Nigéria, n’arrange pas la situation. C’est à nouveau un échec et, le 29 août, le gouvernement présidé par Lol Choua démissionne. Goukouni Weddeye, des forces armées populaires (FAP), devient chef de l’État. Ce nouveau gouvernement inclut plusieurs représentants des groupes ethniques, mais c’est encore un échec. « Le GUNT, loin d’être un gouvernement d’union nationale, comme son nom pourrait le laisser entendre, est un conglomérat de toutes les divisions du pays ! » (p. 132.) Les rivalités entre les groupes armés font que chacun impose sa loi. La guerre civile qui éclate, dans la nuit du 20 au 21 mars 1980, durera neuf mois. Les factions coalisées du GUNT s’opposent aux troupes de Hissein Habré. Les médiations proposées par les pays étrangers n’y font rien. Pour l’auteur, « la guerre civile, née de la rivalité des chefs pour la prise du pouvoir, s’alimente de ressentiments d’ordre ethnique plus que de clivages régionaux » (p. 140). L’ingérence des pays étrangers ne fait qu’amplifier les conflits, chacun soutenant son camp. Par exemple, la Libye apporte son aide au GUNT alors que les États-Unis soutiennent Hissein Habré. Le 15 juin 1980, le GUNT signe avec Kadhafi un « accord de défense, requalifié de Traité d’amitié et d’alliance stratégique » (p. 143). Cet accord est signé sans l’aval des autres tendances signataires de l’accord de Lagos II. Dans le chapitre x, « L’après-guerre et l’occupation libyenne », on mesure le poids et l’importance de la Libye dans les conflits qui animent le Tchad durant des années. Le 6 janvier 1981, sans avoir concerté le GUNT, le président Goukouni annonce la fusion du Tchad et de la Libye « dans une seule Jamahiriya » (p. 148), provoquant de vives contestations à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les Libyens contrôlent une partie du Tchad et « la Libye est donc parvenue à opérer une mainmise politique et culturelle totale sur le Tchad » (p. 151). Une « force africaine de maintien de la paix » est envoyée au Tchad et le secrétaire général de l’OUA est mandaté pour préparer des élections avant avril 1981. Le 22 octobre 1982, Hissein Habré devient président de la république du Tchad. Si Kadhafi a retiré ses troupes, il a toujours des vues et une influence sur le Tchad.

5Dans sa conclusion, l’auteur déclare : « En résumé, l’arrivée des militaires au pouvoir au Tchad en 1975 laissait espérer une ère démocratique qui n’a pas eu lieu » (p. 177). Les « hommes en armes » se sont à nouveau imposés au Tchad. Mahamat Idriss Déby a pris le pouvoir le 20 avril 2021 après la mort de son père le maréchal Déby, tué lors d’une opération contre les rebelles du Nord.

6Les travaux de Bachara Idriss Haggar apportent un éclairage sur une période critique de la vie politique du Tchad. On en mesure toute la complexité à la lecture de son livre. L’auteur propose une table des sigles qui est bien utile pour se retrouver au milieu de toutes les factions armées. Une présentation même succincte (un tableau, une carte) de la multiplicité culturelle et linguistique qui compose ce pays aurait été bienvenue pour appréhender les fractures et les clivages Nord-Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vaudour, « Haggar Bichara Idriss, 2017, Quand les hommes en armes s’imposent aux politiques. Tchad (1975-1982) », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 169-172.

Référence électronique

Catherine Vaudour, « Haggar Bichara Idriss, 2017, Quand les hommes en armes s’imposent aux politiques. Tchad (1975-1982) », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10988

Haut de page

Auteur

Catherine Vaudour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search