Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesComptes rendusKoffi-Didia Adjoba-Marthe, Coulib...

Mélanges
Comptes rendus

Koffi-Didia Adjoba-Marthe, Coulibaly Sidiki Youssouf (coord.), 2021, La ruralité en contexte africain des années 1960 à aujourd’hui, préface de Jérôme Aloko-N’Guessan

Paris, L’Harmattan Côte d’Ivoire, « Harmattan Côte d’Ivoire », 296 p.
Jean Boutrais
p. 172-175

Texte intégral

  • 1 Agnès Gnammon-Adiko, « Introduction générale », p. 15.

1Où en est aujourd’hui l’agriculture en Afrique ? Un collectif d’une quinzaine de jeunes géographes ivoiriens, rattachés pour la plupart à l’université d’Abidjan, secondés par des collègues béninois et togolais, a entrepris d’apporter des éléments de réponse à cette vaste question. Ce faisant, ils s’inscrivent dans une tradition de la géographie tropicaliste. Sous l’impulsion de Gilles Sautter et de Paul Pélissier, plusieurs générations de géographes, universitaires et chercheurs ont mis en évidence les originalités et le caractère élaboré d’agricultures africaines. La collection « Atlas des structures agraires au sud du Sahara » a accueilli beaucoup de ces travaux de 1967 à 1987. Ensuite, le relais a été pris par la série « À travers champs », de 1989 à 2014, dans une optique élargie à des approches voisines de la géographie. Dans l’ouvrage, une courte introduction générale revendique la pertinence actuelle de recherches sur le monde rural africain, étant donné la gravité des problèmes qui s’y posent : « territoires oubliés, pays ruraux marginalisés ou en marge du progrès, communautés villageoises exclues1 ». À ce sombre tableau souvent repris et véhiculé par les médias, il s’agit d’opposer « une résilience tous azimuts » et des capacités étonnantes d’adaptation des ruraux en Afrique.

2Pourtant, que l’on ne s’attende pas à lire, dans cet ouvrage, une grande synthèse sur les crises et les mutations des agricultures africaines. Il s’agit d’une succession de courtes monographies, chacune offrant un éclairage sur une composante de système agricole ou un marqueur de structure agraire. La majorité des douze études concerne des régions de Côte d’Ivoire, trois le Bénin et une seule le Burkina Faso. L’agriculture en zone forestière fait l’objet des investigations les plus nombreuses, tandis que celle du Sahel est à peine évoquée.

3La méthode d’enquête exposée au début de chaque contribution suit souvent un canevas similaire, ce qui rend la lecture de ces présentations liminaires un peu fastidieuse. Dans l’ensemble, les études réunies dans l’ouvrage sont issues d’enquêtes menées rapidement sur le terrain : deux à trois mois, voire seulement quinze jours. Le rapport entre le nombre d’enquêtés et la durée de l’enquête dénote une efficacité parfois remarquable… Sans doute s’agit-il alors de questionnaires fermés n’appelant que des réponses simples, suffisantes pour construire un corpus de données quantitatives. En effet, celles-ci servent de base privilégiée pour le raisonnement, dans la plupart des études.

4Plutôt que de commenter chaque contribution l’une après l’autre, je mettrai en avant quelques thèmes transversaux pouvant servir d’entrées. Bien que la distinction entre cultures de rente et cultures vivrières ait été légitimement contestée, plusieurs études apportent des éléments nouveaux sur les relations et le devenir des unes et des autres.

  • 2 Simplice Yao Koffi, « Impacts du zonage agro-industriel sur les systèmes de production du coton à O (...)

5Le premier texte restitue les enjeux actuels de la culture du coton au nord de la Côte d’Ivoire, à travers l’exemple d’un département2. Comme pour les autres cultures de rente, l’organisation dirigiste de la filière du coton a été remise en cause par une politique de privatisation. Cependant, cette libéralisation a suscité des désordres, aggravés par une crise politique, qui ont abouti à la faillite de l’ancienne compagnie cotonnière. Plusieurs sociétés cotonnières privées ont alors pris la relève, dans un contexte de rivalités. Le dernier épisode des réformes de la filière cotonnière est celui du « zonage agro-industriel ». Cette formulation techniciste désigne une attribution plus claire de zones à chaque société cotonnière. L’enquête montre que la majorité des producteurs de coton restent pourtant insatisfaits de cette réforme. Ils se plaignent de conflits fonciers persistants aux limites des zones cotonnières, comme de carences dans les fournitures d’engrais et les achats de récoltes. En dépit de ces critiques, la production de coton est repartie à la hausse. Ces constats recouvrent les stratégies divergentes des acteurs : d’un côté, les sociétés cotonnières hésitent entre des gestions dirigistes et libérales de la filière, d’un autre côté, les producteurs privilégient moins le coton en lui-même que comme support de cultures vivrières, notamment par des apports d’engrais.

  • 3 Eby Joseph Bosson, « Résilience des paysans face à la crise de la main-d’œuvre dans la région du Mo (...)

6Les économies de vieilles plantations caféières et cacaoyères se trouvent actuellement confrontées à des contraintes qui paraissent contradictoires, par exemple un manque de main-d’œuvre agricole et l’existence de producteurs sans terres. Le premier blocage est illustré par des enquêtes locales dans la région de Moronou, qui fait partie de l’ancienne « boucle du cacao3 ». La phase pionnière des plantations villageoises y attirait de fortes migrations de gens de savanes. Ensuite, le vieillissement des plantations et l’épuisement des réserves forestières ont détourné les migrations de manœuvres agricoles, tandis que la jeune main-d’œuvre familiale est scolarisée ou émigre au sud. Face à une grave pénurie de main-d’œuvre, les planteurs adaptent les contrats traditionnels de métayage ou inventent de nouveaux contrats, par exemple le « planter-partager ». Cependant, le nettoyage insuffisant des plantations se traduit par la prolifération d’adventices contre laquelle les planteurs recourent à des herbicides. Ce faisant, ils prennent des risques sanitaires dont ils n’ont pas conscience.

  • 4 Sidiki Youssouf Coulibaly, « Les paysans sans terre dans le développement des cultures de rente à K (...)
  • 5 Jean-Philippe Colin, 1990, La mutation d’une économie de plantation en basse Côte d’Ivoire, Paris, (...)

7La présence de producteurs sans terres est mise en évidence dans un village de la région des Lagunes où les cultures de rente sont anciennes et diverses4. En effet, plus de la moitié des agriculteurs n’y possèdent pas les terres qu’ils cultivent. Dès les années 1980, Jean-Philippe Colin5 avait souligné l’importance des producteurs sans terres dans un village voisin, constitués surtout d’anciens migrants arrivés lors de la phase pionnière des plantations. Aujourd’hui, ces producteurs ne disposent toujours que d’un accès précaire à la terre, par suite d’un protectionnisme foncier à l’encontre des allochtones. Mais une nouveauté tient au fait que la moitié des autochtones eux-mêmes ne possèdent pas de terres. Des fonctionnaires, néo-agriculteurs à double activité, sont devenus nombreux parmi les paysans sans terres.

  • 6 Kouadio Jules Yao, Jérôme Aloko N’Guessam, « Saturation foncière et stratégies de dével­oppement ru (...)

8Par rapport aux deux régions précédentes, le Sud-Ouest ivoirien, « dernier bastion du café-cacao », a bénéficié du déplacement le plus récent du front pionnier des plantations commerciales6. Une nouvelle fois, le « cycle de prospérité » a d’abord multiplié les créations de plantations et attiré des migrants agricoles. Pourtant, à présent, la région est entrée, à son tour, en situation de saturation foncière : fin des forêts à défricher, impossibilité d’acquérir de nouvelles parcelles. Face à ce blocage, les planteurs adoptent des techniques plus intensives lors du renouvellement des plantations et associent des cultures vivrières aux jeunes plants de cacao ou d’hévéa. Comme la population rurale continue d’augmenter, l’unique « porte de sortie » consiste à s’engager dans des activités non agricoles. Pénurie de main-d’œuvre à Moronou, main-d’œuvre sans terre à Kongodjan, excès de main-d’œuvre à Béagui marquent ainsi des étapes du cycle des plantations villageoises.

  • 7 Akoua Assunta Adaye, « Le manioc : une culture de sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire » : 243-260

9Loin d’en être séparées, des cultures vivrières sont souvent juxtaposées et, mieux encore, associées et intégrées aux cultures de rente. De plus, le statut de certaines d’entre elles tend à basculer. Ainsi en est-il du manioc en Côte d’Ivoire7. Ancienne culture d’un aliment de soudure et spécifique aux pauvres, il est devenu une culture commerciale bien adaptée aux consommateurs urbains, grâce aux qualités de conservation des produits. L’adoption par les hommes, comme culture de rente, de cette culture autrefois dévolue aux femmes, est porteuse de réaménagements agricoles et sociaux. Auparavant culture de fin de cycle agricole sur des sols appauvris par une succession d’autres cultures, le manioc bénéficie d’un reclassement dans les assolements. Il en résulte une recomposition complète du système productif.

10Au total, l’ouvrage démontre combien des études locales s’avèrent pertinentes pour rendre compte de la souplesse des agricultures africaines : revalorisation d’anciennes cultures vivrières, introduction de nouvelles cultures qui rendent les systèmes agricoles plus complexes. Pourtant, les études locales seraient encore plus convaincantes si elles s’exprimaient sous forme de cartes de terroirs. Si les contributeurs à cet ouvrage s’inscrivent dans l’héritage d’une géographie tropicaliste, ils n’ont pas repris à leur compte son approche privilégiée par les terroirs. Or, comment mieux restituer des paysages ruraux ou des réaménagements spatiaux de systèmes agraires que par des cartes de terroirs ? On peut tenter d’expliquer cette déshérence : lourdeur des levés de parcellaires, difficultés de publication de documents cartographiques peu adaptés aux formats habituels des ouvrages. Pourtant, il devrait être possible d’adapter et de renouveler l’ancienne méthode de terroirs par des approches allégées et rapides, en s’appuyant sur des images satellitales aux résolutions de plus en plus fines ou sur de nouveaux documents aériens. Une modernisation de « l’approche terroir » reste à inventer. Elle donnerait à voir, de façon plus spectaculaire que des tableaux statistiques, les mutations incessantes de l’agriculture en Afrique.

Haut de page

Notes

1 Agnès Gnammon-Adiko, « Introduction générale », p. 15.

2 Simplice Yao Koffi, « Impacts du zonage agro-industriel sur les systèmes de production du coton à Ouangolodougou, nord-est de la Côte d’Ivoire » : 21-40.

3 Eby Joseph Bosson, « Résilience des paysans face à la crise de la main-d’œuvre dans la région du Moronou » : 41-62.

4 Sidiki Youssouf Coulibaly, « Les paysans sans terre dans le développement des cultures de rente à Kongodjan, dans la basse Comoé » : 101-119.

5 Jean-Philippe Colin, 1990, La mutation d’une économie de plantation en basse Côte d’Ivoire, Paris, ORSTOM, « À travers champs ».

6 Kouadio Jules Yao, Jérôme Aloko N’Guessam, « Saturation foncière et stratégies de dével­oppement rural en zone cacaoyère : le cas du département de Méagui, sud-ouest de la Côte d’Ivoire » : 153-174.

7 Akoua Assunta Adaye, « Le manioc : une culture de sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire » : 243-260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutrais, « Koffi-Didia Adjoba-Marthe, Coulibaly Sidiki Youssouf (coord.), 2021, La ruralité en contexte africain des années 1960 à aujourd’hui, préface de Jérôme Aloko-N’Guessan », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 172-175.

Référence électronique

Jean Boutrais, « Koffi-Didia Adjoba-Marthe, Coulibaly Sidiki Youssouf (coord.), 2021, La ruralité en contexte africain des années 1960 à aujourd’hui, préface de Jérôme Aloko-N’Guessan », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10993

Haut de page

Auteur

Jean Boutrais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search