Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesComptes rendusPaulais Thierry, 2021, De l’aboli...

Mélanges
Comptes rendus

Paulais Thierry, 2021, De l’abolitionnisme au colonialisme. Province de Freetown. Naissance de la Sierra Leone

Paris, Nouveau monde éditions, 220 p.
François Gaulme
p. 175-177

Texte intégral

1Rares sont les livres en français sur la Sierra Leone. La guerre civile dans ce pays durant la dernière décennie du xxe siècle a suscité immédiatement de remarquables travaux universitaires, principalement en anglais, d’où se dégageaient les contributions de Paul Richards et de Stephen Ellis, ce dernier soulignant à chaud le rôle de Charles Taylor dans des rébellions nées au Liberia.

2Le propos de Thierry Paulais, également auteur d’un ouvrage sur l’histoire du Liberia paru en 2018, est tout autre et se situe dans une conjoncture locale plus apaisée que celle de cette époque, alors que l’épicentre de la tension armée sous-régionale s’est déplacé vers le Sahel. Son livre se concentre également sur une période plus reculée mais qui fut déterminante pour l’avenir d’une péninsule découverte par les Portugais au xve siècle puis fréquentée par les pirates et les négriers, du fait de l’excellence de son port naturel. Mais à la charnière du xviiie et du xixe siècle, c’est la naissance de la colonie britannique de Sierra Leone, qui est à l’origine de l’État moderne du même nom, bien qu’elle n’en représente qu’une faible partie, la majorité de son territoire actuel étant constitué de l’ancien « protectorat » créé en 1885 et distinct de la « colonie » côtière établie en 1808.

3D’une manière quelque peu inattendue pour un lecteur africaniste, mais parfaitement adaptée à son propos, le livre de Paulais, après une introduction présentant ses différents chapitres, s’ouvre sur trois d’entre eux sans rapport direct avec la Sierra Leone. Ils traitent du mouvement abolitionniste britannique de la fin du xviiie siècle et des projets de colonies sans esclavage, puis de la guerre d’indépendance américaine et du sort des loyalistes noirs. L’analyse embrasse aussi, avec un regard très critique, les idées du Virginien Thomas Jefferson, auteur de la Déclaration d’indépendance des États-Unis mais propriétaire d’esclaves qui prônait, pour éviter une guerre raciale dans son pays, d’envoyer d’anciens esclaves noirs en Afrique pour la coloniser sur la côte au nom de la « civilisation ». Il demanda en vain d’accueillir en Sierra Leone des Noirs venus des États-Unis.

4Tous ces positionnements intellectuels qui aspiraient à dépasser l’utopisme en se concrétisant furent en effet à l’origine de la création, en 1787, de la « Province of Freedom » avec quelque 400 colons, initiative abolitionniste britannique privée en faveur des « noirs pauvres » de Londres, puis, après son échec au bout d’un an seulement, de la Sierra Leone Company à charte. Elle fonda Freetown et fit traverser l’Atlantique à un millier de Black Loyalists, anciens esclaves américains évacués de Nouvelle-Écosse en 1792 par les Britanniques. Les deux épisodes, sans succès final l’un comme l’autre, sont nettement distingués par Paulais. Il voit dans une troisième étape, la cession à la Couronne en 1808 du domaine de cette compagnie à bout de souffle, le début d’une nouvelle ère, celle de la colonisation européenne systématique au sud du Sahara.

5D’un style limpide et d’une lecture agréable, Province of Freedom est en effet plus un livre de conviction et de démonstration que d’érudition. S’appuyant sur une abondante bibliographie, en français et en anglais, il propose essentiellement une synthèse de sources secondaires sur cette expression concrète de l’abolitionnisme britannique que fut la création d’un établissement sur la péninsule de Sierre Leone, en se concentrant sur son destin particulier, rapporté dans le détail, plus que sur les relations entre colons noirs ou blancs et sociétés locales, proches (Temne), ou plus lointaines (Peul, etc.), qui ne sont évoquées qu’en fonction des besoins du récit et non d’une manière plus analytique.

6L’objectif final de ce que l’on pourrait qualifier de synthèse engagée de faits connus de longue date dans le monde anglophone, mais bien peu du public francophone, se révèle pleinement dans l’épilogue du livre : l’abolitionnisme n’aurait été qu’une première étape dans la colonisation systématique de l’Afrique par les puissances européennes et n’aurait pris pleinement son sens – d’une manière rétrospective – qu’après la conférence de Berlin définissant en 1885 les conditions du partage de l’Afrique par les puissances européennes. C’est sans doute s’avancer un peu vite et un peu loin dans une conception de l’histoire très déterministe. L’on s’étonne en effet que rien ne soit dit sur les conséquences en Sierra Leone du Congrès de Vienne où, en 1815, l’Angleterre parvint à arracher aux puissances européennes continentales l’interdiction de la traite atlantique des esclaves.

7Freetown devint alors, comme Libreville au Gabon une vingtaine d’années plus tard, sous la monarchie de Juillet, la relâche d’escadres britannique et française chargées d’arraisonner les navires négriers au large de côtes africaines systématiquement visitées. C’est ce dont témoignèrent alors des ouvrages remarquables avec, en anglais, la célèbre Polyglotta Africana du missionnaire allemand Koëlle, dont les matériaux ont été recueillis à Freetown parmi les esclaves débarqués et libérés sur place et, en français, le livre de l’amiral Bouët-Willaumez sur le commerce et la traite esclavagiste le long des côtes du golfe de Guinée. La simple production de tels écrits suggère que ce ne fut donc pas une rivalité « coloniale » par anticipation qui marqua à cette époque, en Sierra Leone, au Gabon et en Côte d’Ivoire, les relations entre marines britannique et française, mais la complémentarité dans une même mission que l’on classerait aujourd’hui comme étant du domaine « humanitaire ». Celle-ci découlait directement du triomphe du courant abolitionniste de la fin du xviiie siècle, mais sans rien annoncer encore des vues colonialistes et mercantiles de Joseph Chamberlain ou de Jules Ferry, quelques décennies plus tard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gaulme, « Paulais Thierry, 2021, De l’abolitionnisme au colonialisme. Province de Freetown. Naissance de la Sierra Leone », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 175-177.

Référence électronique

François Gaulme, « Paulais Thierry, 2021, De l’abolitionnisme au colonialisme. Province de Freetown. Naissance de la Sierra Leone », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/10995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.10995

Haut de page

Auteur

François Gaulme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search