Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesComptes rendusPourtier Roland, 2021, Congo, un ...

Mélanges
Comptes rendus

Pourtier Roland, 2021, Congo, un fleuve à la puissance contrariée

Paris, CNRS édition, « Géohistoire d’un fleuve », 272 p.
Pierre Jacquemot
p. 177-180

Texte intégral

1Le fleuve Congo est un superlatif : trop grand, trop long, trop agité. « Le fleuve fait des détours parce que personne ne lui montre le chemin », dit un conte gabonais. Il s’applique bien au Congo, Nzadi o nzere : « la rivière qui engloutit les autres rivières ». Après être né dans les Hauts-Plateaux, à la frontière entre la RDC et la Zambie, après avoir franchi, à deux reprises, la ligne de l’Équateur, il se cabre en mourant au lieu d’agoniser tranquillement. En amont de Kinshasa, jusqu’à sa source, la généreuse résurgence irrigue le pays de ses vingt-cinq mille kilomètres de réseau navigable. En aval, un escalier géant d’écume d’où émergent de grandes roches noires empêche de regagner la mer. Il termine sa course à l’estuaire, à Boma, déployant une force énergétique considérable, de 40 000 mètres cubes par seconde en saison des pluies.

2Dans ce livre qui inaugure une collection consacrée à la « Géohistoire d’un fleuve », le géographe Roland Pourtier, professeur honoraire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, grand spécialiste de l’Afrique centrale, retrouve la plume lyrique qu’avaient déjà les explorateurs pour relater la vision du deuxième fleuve d’Afrique par sa longueur (4 370 kilomètres), après le Nil, et le plus puissant du monde après l’Amazone. L’auteur est probablement très tôt tombé sous son charme, ne se lassant pas de contempler, d’une rive à l’autre, le vaste cours d’eau en majesté venu du fond du continent : « Rien de mieux pour une méditation contemplative sur le parcours mêlé des hommes et des forces de la nature que de s’attarder au Mami Wata, restaurant brazzavillois pieds dans l’eau. Le fleuve, levant le masque de sa turbidité, raconte ce qui se trame en amont, charriant des débris de toutes sortes, billes de bois, échappées des radeaux, branches mortes, jacinthes d’eau, cadavres parfois, déchets plastique de plus en plus envahissants de la civilisation industrielle que les courants déposent au fond des criques où il arrive encore, exceptionnellement, d’apercevoir un hippopotame » (p. 66).

3Congo : nom d’un fleuve ? d’un peuple ? d’un idiome ? d’un État ? de deux États ? C’est tout cela à la fois, mais dans des temporalités différentes. Ce guide, en forme de « pérégrinations aventureuses » (et visiblement amoureuses de sa beauté, mais la pudeur de l’auteur l’empêche de l’avouer), pour reprendre le titre de la vidéo qui l’accompagne sur le site de la Société de géographie, richement documenté, mais plus modestement illustré, incite au voyage sur le Majestic River et à remonter la courbe du fleuve du Pool Malebo vers Kisangani, ce site qui fut raconté par V.S. Naipaul.

4L’ouvrage se décline en six tableaux : l’histoire, avec bien sûr la référence incontournable tant à Stanley qu’à Brazza, et aux infrastructures fluvioferroviaires coloniales, qui s’imposèrent avec la création de la voie ferrée Matadi-Léopoldville en 1898, mais qui ne parvinrent pas à organiser l’architecture fonctionnelle des pays ; l’eau et les méandres mystérieux de son cours ; les gens et les 200 groupes ethniques, avec quelques dizaines de milliers de Pygmées vivant de pêche, de chasse et de cueillette, et des Bantous arrivés il y a trois mille ans pénétrant la forêt à partir des voies d’eau ; le vaste territoire, tantôt ses savanes et tantôt ses forêts ; les ressources de l’or bleu du bassin hydrographique, mal exploitées face à une nature trop puissante et des États corrompus, victimes de la malédiction des ressources ; enfin les villes escales là où se sont fixés les marchés locaux auxquels se sont superposés les « postes » de la période coloniale. Rien ne manque à l’inventaire, ni la littérature prolifique sur une rive (Brazzaville), ni la musique et la peinture qui le sont autant sur l’autre (Kinshasa), ou presque.

5Congo est le nom de deux pays dont les capitales, les plus voisines du monde (éloignées de 500 mètres par le fleuve), se font face. Antoine Mundanda chantait autrefois : « Brazza est une grande cité, mais Kinshasa est assurément l’Europe des Noirs » (Poto-Poto mboka munene, solo Kisasa, poto moyindo !). Elles se défient, l’une de taille humaine, l’autre démesurée. Depuis les terre-pleins des bars de Bandalungwa, faubourg populaire kinois surnommé « Petit Paris », les buveurs de bière observent sur l’autre rive du fleuve les lumières qui scintillent de son exubérant viaduc Talangaï-Kintélé, le pont à guirlandes du président Sassou-Nguesso. Brazzaville, que l’on scrute au-delà de l’onde placide du fleuve, semble une bourgade ordonnée bien différente de la fourmillante Kinshasa. Le bac qui conduit à Brazzaville depuis le débarcadère du Beach Ngobila, où meurent des carcasses rouillées de bateaux à moitié́ coulés sous un tapis de jacinthes d’eau, attend fébrilement d’être chargé à ras bord de marchandises, de commerçants de tout acabit, de réfugiés politiques.

  • 1 David Van Reybrouck, 2012, Congo. Une histoire, Arles, Actes Sud.

6On ne peut pas oublier que le Fleuve témoigne aussi des drames nés des conséquences dans le Congo du génocide rwandais. À différents endroits, comme à Tingi-Tingi, avant le port de Kisangani, où étaient venus se réfugier près de 140 000 Hutus, il y eut des massacres de grande ampleur par des groupes venus du Rwanda qui parvinrent à contourner les organisations humanitaires, comme le rapporte David Van Reybrouck dans son livre Congo. Une histoire, paru en 20121. Tant d’agressions et de violences, dans un contexte de misère généralisée, ne pouvaient conduire qu’à un nouveau désastre humain.

7Sur la majeure partie du réseau navigable, trois tronçons accueillent des convois poussés (Kinshasa-Kisangani sur le Congo, Brazzaville-Bangui sur l’Oubangui, Kinshasa-Llebo sur le Kansaï). La navigation y est souvent dangereuse, contrariée par la divagation des bancs de sable et les jacinthes d’eau, la disparition des balises et des dragues. Devant la liste dressée par l’auteur, on s’interroge : le fleuve Congo n’est-il plus qu’un « cimetière d’épaves » ? Il évoque aussi la pollution des quarante kilomètres du littoral coincé entre l’Angola, au sud, et son enclave de Cabinda, au nord. Sur place, on l’observe effectivement, mais elle serait moins due à l’exploitation pétrolière, au demeurant modeste, qu’au dégazage de navires à l’embouchure du fleuve Congo, un phénomène bien connu, la façade maritime congolaise n’étant pas surveillée faute de moyens (ou de volonté). La pollution terrestre serait quant à elle plutôt le résultat des vols des canalisations PVC pour leur revente dans la capitale. Le vandalisme est fréquemment observé, au Bas-Congo, dans divers sites industriels. Ces deux explications sont souvent avancées localement, mais pas dans les rapports des ONG étrangères parfois trop promptes dans la dénonciation.

8L’auteur explique comment les grands projets – barrages hydroélectriques, complexes industriels, ponts, ports à l’embouchure pour accueillir les navires à fort tonnage –, dont certains sont dans les cartons depuis cent ans, échouent dans leur mise en œuvre faute de financement, mais surtout par inconsistance et inaptitude des gouvernements à se projeter dans l’avenir. Ils renaissent selon un cycle de dix ou vingt ans. Le cas d’Inga est emblématique. Le projet de Grand Inga, d’une puissance équivalente à vingt-quatre centrales nucléaires, pourrait satisfaire 40 % des besoins énergétiques du continent. Sa conception reproduit le mythe des grands travaux. Àune échéance encore imprécise, sa réalisation est prévue là où existent deux barrages, Inga I et Inga II, construits dans les décennies 1970 et 1980, et fonctionnant très en deçà de leurs capacités. Sa réalisation, qui devrait suivre plusieurs phases et s’étaler sur le long terme, se heurte à de nombreuses difficultés, financières, mais aussi géopolitiques.

9Comment s’extraire de cette apparente contradiction qui assemble richesses naturelles et dénuement de la population ? La solution se trouverait, selon Pourtier, dans la gestion rationnelle de la vraie ressource, pas celle des mines et du pétrole, mais celle de la forêt du bassin, deuxième « poumon » de la planète après l’Amazonie et riche d’une vaste diversité animale et végétale. L’exploitation raisonnée, soucieuse des équilibres et du renouvellement des ressources forestières, autoriserait à croire au développement durable pour les populations et non pour une « oligarchie prédatrice ». Mais, au terme du voyage, Pourtier demeure prudent quand il avoue que « le Congo, toujours, gardera sa part de mystère » (p. 229). Certes, à l’image de la RDC, il se conjugue mal en un présent insaisissable et un avenir incertain, mais, grâce à cet ouvrage, il a désormais livré une part de ses mystères.

Haut de page

Notes

1 David Van Reybrouck, 2012, Congo. Une histoire, Arles, Actes Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Jacquemot, « Pourtier Roland, 2021, Congo, un fleuve à la puissance contrariée », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 177-180.

Référence électronique

Pierre Jacquemot, « Pourtier Roland, 2021, Congo, un fleuve à la puissance contrariée », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/11000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.11000

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search