Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91-1MélangesComptes rendusSchmidt Peter R., Pikirayi Innoce...

Mélanges
Comptes rendus

Schmidt Peter R., Pikirayi Innocent (eds.), 2016, Community Archaeology and Heritage in Africa. Decolonizing Practice

Londres, Routledge, 324 p.
Alain Marliac
p. 180-182

Texte intégral

The more connected a scientific discipline is to society, the better
Bruno Latour

  • 1 Daniel Miller, 1980, « Archaeology and Development », Current Anthropology XXI (6) : 709-726 ; Alai (...)

1Cet ouvrage, fort intéressant, regroupe une série d’expériences et réflexions d’archéologues majoritairement africains, allant de l’Afrique du Sud au Mali, à propos de ce que nos collègues anglo-saxons ont baptisé community archaeology, c’est-à-dire la prise en compte des conséquences et relations que l’exercice de cette discipline peut avoir avec les peuples (communities) présents sur ou à côté du site fouillé ou prospecté, que ces peuples soient ou non en relation prouvée (parfois simplement revendiquée), parfois discutée, avec les fabricants du site (p. 184 et 243). Cela correspond à la « recherche participative », souhaitée et pratiquée de nos jours, y compris au-delà de l’archéologie1.

  • 2 Idem.

2Sous cet aspect d’applied archaeology, la discipline, souvent simplement nommée dans chaque contribution, est impliquée différemment selon deux domaines (p. 115) :
• a : en tant que n’importe quelle installation aux conséquences importantes sur la vie des occupants : leur environnement, leurs coutumes, les offres d’emploi, les infrastructures, les institutions (écoles, dispensaires, bâtiments religieux, musée, etc.), le marché local (prix, matériel importé, etc.) etc., sans exclure le pillage des sites et des objets (p. 189).
• b : en tant que science (archéologie historique) apportant des connaissances, éventuellement directes, quant au passé des peuples présents (traditions orales, cosmologies) revendiquant un lien (plus ou moins prouvé) avec le site exploité, parfois disputé (p. 195-197), et les vestiges exhumés. C’est de cette pratique, mal nommée archaeological enquiry into oral tradition (p. 201), qu’il s’agit massivement dans cet ouvrage (par exemple p. 190) : on y déploie ce que des histoires traditionnelles impliquent pour les peuples en y associant l’archéologie sans envisager la nature de ses produits et, en conséquence, le problème de l’association et de la traduction des modes de savoirs de nature différentes (comme les savoirs locaux et les connaissances archéologiques), chacun de ces savoirs impliquant une vision du monde et étant exprimé dans des langages particuliers (langues, arts, rites, coutumes, institutions, etc.)2.

3Le point de vue des auteurs est, le plus souvent, une position d’anthropologues, comme le révèle la prise en considération des intangible materials/heritage (!) si souvent soulignés et regrettés par ces auteurs (p. 185, 195, 200, 232, etc.), désignant l’immatériel quasi inaccessible à l’archéologie, comme on sait. De cette position, certains en viennent à opposer une African spiritual approach à une European physical approach (p. 145), ce qui revient à opposer l’anthropologie à l’archéologie stricto sensu. De même, si l’approche ou l’usage local actuel de l’art rupestre (rituels, p. 142) est parfaitement acceptable, elle ne relève pas de l’archéologie mais de l’anthropologie et de la gestion des résultats archéologiques, cette gestion exigeant la protection et la conservation de documents parfois fragiles (palais de Kanazi, p. 78, rupestres de Kamberg, p. 143). Est-ce que l’art rupestre doit être ainsi managed (p. 143) ou raisonnablement étudié et protégé ou, comme je le crois, les deux en même temps ?

  • 3 SSO : savoir scientifique occidental (en anglais WSK), ST : savoir traditionnel (TK en anglais).
  • 4 « Si les Occidentaux n’avaient fait que commercer ou conquérir, que piller, qu’asservir, ils ne se (...)

4Les contributions – tout en détaillant les multiples difficultés à résoudre y compris entre communities – exposent les deux perspectives a et b (p. 184) fonctionnant en même temps et en donnent d’excellents exemples variés, quoique répétitifs, et parfois biaisés par une critique de la discipline anachronique, limitée – car n’explicitant pas la nature du savoir archéologique – et erronée, car n’explicitant pas ce qui, dans ce savoir, serait the child of colonial entreprise (!) (Holl cité p. 136) ou deeply colonial (p. 186, 265), et en oubliant que cette question de la nature et traduction des savoirs concerne toutes les sciences (p. 230) et tous les savoirs. Pour ce qui est du domaine b, les contributions sont de beaux exemples à la fois d’appropriation par les Africains du SSO « moderne3 », d’une juste critique de son ostracisme vis-à-vis des autres savoirs, accompagnée de l’absence de prise en compte de la dimension épistémologique impliquée (approchée p. 201 et 263). On l’effleure dans les critiques de la domination du savoir scientifique elitism associated with archaeological discourse (p. 208). La question – si la science est, de facto, interconnectée avec la société, comment cela se passe-t-il dans le cas de l’archéologie ? – n’est tout simplement pas considérée (voir le diagramme p. 232), masquée sous l’expression Decolonizing Practice (aussi p. 256), alors qu’il s’agit plus aujourd’hui de quitter la pensée moderne4 qui, après s’être établie et avoir colonisé l’Europe (Renaissance et Lumières), a envahi la planète (p. 256-257).

5Cette façon, très vivante, d’aborder un « objet » (ici l’archéologie) dans toutes ses interconnexions, n’est pas réservée à une « spiritualité africaine » ni à l’archéologie. Elle est tout à fait universelle et quotidienne et concerne tous les savoirs, tous les peuples, nombre d’idéologies et les théories de la connaissance (actor network theory). Si ces contributions l’illustrent en soulignant et montrant qu’il faut s’intéresser à tous les savoirs sans exception, sans limite de temps et sans condamnations (rétroactives anachroniques globales, ou « moralement correctes »), par ailleurs inutiles sauf à contenter des pouvoirs et fermer un dialogue absolument nécessaire, elles n’entreprennent pas l’examen des fondements gnoséologiques de la pensée moderne qui s’est positionnée autrement (p. 263). Il faut, effectivement, ne plus se payer de mots mais travailler à créer de nouveaux concepts en réfléchissant au fondement de cette vision du monde moderne (grand partage entre Nature et Culture) et ses conséquences, aux contenus des termes qui l’expriment dont, dans cet ouvrage, ceux de community, archaeology, heritage, history making, colonial, knowledge, etc., mal définis car trop largement attribués d’une contribution à l’autre (p. 184, 185, 200, 226, 243, 252).

  • 5 « La société industrielle n’avait [...] pas plus d’estime pour ses paysans que pour ceux de ses col (...)
  • 6 Voir supra, note 1.

6Cet ouvrage qui soulève un important problème, effleuré mais non analysé (p. 267-268) – de cette façon idéologique propre à nombre d’universitaires états-uniens et leurs disciples : intellectual colonialism (p. 113) ou même white privilege (p. 228, 268)5 –, est à lire, même s’il « brille » par l’absence de traitement épistémologique des applications de son objet central, l’archéologie, et, comme trop souvent en milieu anglo-saxon, par l’ignorance de l’archéologie africaniste francophone où, après d’autres, l’on discutait de ce problème il y a vingt ans6.

Haut de page

Notes

1 Daniel Miller, 1980, « Archaeology and Development », Current Anthropology XXI (6) : 709-726 ; Alain Marliac, 1997, « Archeology and Development : A Difficult Dialogue », International Journal of Historical Archaeolology I (4) : 323-337 et1999, « Développement et archéologie : d’un langage à l’autre », Natures, sciences et sociétés VII (1) : 42-51.

2 Idem.

3 SSO : savoir scientifique occidental (en anglais WSK), ST : savoir traditionnel (TK en anglais).

4 « Si les Occidentaux n’avaient fait que commercer ou conquérir, que piller, qu’asservir, ils ne se distingueraient pas radicalement des autres commerçants et conquérants. Mais voilà, ils ont inventé la science, activité tout à fait distincte de la conquête et du commerce, de la politique et de la morale. » (Bruno Latour, 1994, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte : 133).

5 « La société industrielle n’avait [...] pas plus d’estime pour ses paysans que pour ceux de ses colonies » (Eugen Weber, 1983, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Paris, Fayard : 175). Et que dire du Fulani privilege colonisateur qui précéda la colonisation européenne du Cameroun du Nord ?

6 Voir supra, note 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marliac, « Schmidt Peter R., Pikirayi Innocent (eds.), 2016, Community Archaeology and Heritage in Africa. Decolonizing Practice », Journal des africanistes, 91-1 | 2021, 180-182.

Référence électronique

Alain Marliac, « Schmidt Peter R., Pikirayi Innocent (eds.), 2016, Community Archaeology and Heritage in Africa. Decolonizing Practice », Journal des africanistes [En ligne], 91-1 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/11008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.11008

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search