Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93-1/2MélangesComptes rendusGiordano Rosario, Quaretta Edoard...

Mélanges
Comptes rendus

Giordano Rosario, Quaretta Edoardo, Dibwe dia Mwembu Donatien (dir.), Dynamiques sociales et représentations congolaises (RD Congo). « L’expérience fait la différence », Volume hommage à Bogumil Jewsiewicki

Andrea Ceriana Mayneri
p. 381-383
Référence(s) :

Giordano Rosario, Quaretta Edoardo, Dibwe dia Mwembu Donatien (dir.), Dynamiques sociales et représentations congolaises (RD Congo). « L’expérience fait la différence », Volume hommage à Bogumil Jewsiewicki, Paris, L’Harmattan, 2019, « La Région des Grands lacs africains », 328 p.

Texte intégral

1L’ouvrage regroupe seize études organisées en trois parties : « Espaces coloniaux : discours savants », « Production et circulation des savoirs » et « Dynamiques sociales, identités et représentations ». Il est longuement introduit (p. 7-55) par les coordinateurs, Rosario Giordano et Edoardo Quaretta de l’Università della Calabria, Donatien Dibwe dia Mwembu de l’Université de Lubumbashi, et est enrichi d’une postface de Nancy Rose Hunt (University of Florida). On en soulignera d’abord la diversité des thèmes et approches, au croisement de différentes sources d’inspiration, dont, en premier lieu, la figure de Bogumil Jewsiewicki auquel le volume entend par ailleurs rendre hommage. Les auteurs de ce livre puisent en effet les principales matières de leurs réflexions dans les différentes productions d’une culture urbaine multiforme (p. 11), ainsi que dans une conception de la mémoire comme outil travaillant avec l’anachronisme et avec ce qui est tu par l’histoire (p. 28) – autant de thèmes chers à Jewsiewicki. Ce dernier a été, avec Dibwe dia Mwembu, à l’origine du projet « Mémoires de Lubumbashi » qui s’est déroulé de 2000 à 2010. Cet espace de collecte, de mobilisation et de diffusion de l’histoire orale urbaine a donné lieu, entre autres manifestations, à cinq expositions. À la suite de ce premier projet, des événements artistiques et académiques ont eu lieu à Cosenza, à Bruxelles et à Lubumbashi, suivis par un « projet relevant de l’intérêt national » (PRIN), qu’a soutenu le ministère italien de l’Éducation, de l’Université et de la Recherche entre 2017 et 2020, auquel ce volume est plus directement lié.

2Étant donné cet arrière-plan d’expériences multiformes, les contributions recueillies diffèrent par leurs approches et leurs développements, mais aussi, parfois, par leurs ambitions et leur qualité – c’est souvent le cas dans des volumes clôturant une expérience collective intense et de longue durée. Sans pouvoir entrer dans les détails des seize études, j’avoue surtout mon hésitation à la lecture de la contribution initiale : Benaouda Lebdai y propose un court rapprochement entre la vision de l’Afrique d’André Gide, exprimée dans Voyage au Congo, et celle exprimée dans « Le récit de Jacobus Coetzee », deuxième volet du volume Terres de crépuscule de John M. Coetzee (édition originale, Dusklands, 1974). L’idée, si je comprends bien, est que les deux écrivains (mais on ne sait pas bien lequel des deux Coetzee est concerné dans l’analyse, alors que la distinction serait cruciale) partagent nombre de stéréotypes à l’égard du territoire et des populations qu’ils décrivent, étant tributaires d’« un discours colonial intégré » qui ne les empêcherait toutefois pas de dénoncer « implicitement » l’idéologie coloniale (p. 70). Or on voit mal comment rapprocher les régimes discursifs de ces deux écrits : pour rappel, l’un, celui de Gide, relève plutôt du témoignage direct, rédigé par l’écrivain français pendant et à la suite de son séjour en Afrique équatoriale française en 1926-1927 ; l’autre, en revanche, rompt délibérément avec les conventions réalistes, parce que Coetzee brouille les pistes entre fiction et réalité en proposant des documents d’archives, parmi lesquels le récit « retrouvé » de son ancêtre Jacobus, dont l’exacte nature et le statut ne peuvent qu’interroger le lecteur. C’est là en effet le stratagème littéraire par lequel, à travers la fiction, Coetzee amène à réfléchir, en même temps, à la violence de l’expansion coloniale, à sa trace écrite, à sa conservation et à sa survivance postérieure. Une ambition complexe qui, malgré l’intérêt, mais aussi les aspects assurément problématiques du Voyage au Congo, n’était pas présente dans l’ouvrage de Gide.

3Les autres contributions se penchent sur des thèmes extrêmement différents. Pour ne citer que quelques exemples : les contextes de production et de diffusion de la bande dessinée congolaise d’inspiration « historique » (Sandra Federici) ; le langage populaire des dictons affichés sur les taxis et les taxis-bus (Jean-Chrétien Ekambo) ; les descriptions désenchantées de députés nationaux faites par de jeunes artistes musicaux dans leurs clips (Marcel Ngandu Mutombo) ; le travail de dépolitisation et celui de re-politisation autour de la figure iconique de Patrice Lumumba (Matthias De Groof) ; l’invention d’une nouvelle géographie politique internationale au moment de l’occupation du territoire congolais et ses effets successifs (Luigi Gaffuri) ; ou encore, s’agissant de la présence italienne au Congo pendant la colonisation, le rôle de certaines voix plus critiques ou d’autres, au contraire, nettement favorables à un engagement colonialiste, entre la période libérale et la période fasciste qui lui a succédé (Carlo Carbone).

4De cette grande diversité de contributions, je retiens surtout ici l’image du Congo et de ses villes principales, Kinshasa et Lubumbashi, dépeintes comme des lieux « caractérisés par la précarité et différents types de violence », mais aussi par l’énergie émanant de personnes qui trouvent des moyens de survie dans « cette situation de darwinisme social et économique » – je reprends ici les mots de Karen Bouwer (p. 181). C’est l’intérêt de ces approches et des thèmes choisis, de se tenir en équilibre entre, d’une part, une « vision apocalyptique du temps » postcolonial (p. 12, expression faisant référence au travail de Filip De Boeck sur Kinshasa) qui semble imprégner tant de strates sociales et de situations humaines, et, d’autre part, la capacité qu’a le geste artistique, dans toutes ses acceptions, de prendre du recul par rapport à cette vision, de la transfigurer, d’en changer le rythme et, ce faisant, de se proposer comme geste éminemment politique. En ce sens, la question que Kathie Tidmarsh pose dans sa contribution, où elle analyse la production théâtrale, musicale et littéraire liée au Congo, me semble pertinente, en ce qu’elle souligne la tension entre la confrontation nécessaire avec l’histoire (et ses séquelles sous forme de souffrances et de colères) et le rôle d’une création diasporique qui soit en mesure, sans trahir cet ancrage historique, d’anticiper les postures « post-postcoloniales ». C’est l’un des intérêts de ce livre que de soulever ce genre de questions et de montrer dans quelle mesure celles-ci s’ancrent dans des expériences congolaises nourrissant, depuis des décennies, plusieurs initiatives dans la zone de contact entre l’art et la recherche – je pense, par exemple, à la Biennale de Lubumbashi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Ceriana Mayneri, « Giordano Rosario, Quaretta Edoardo, Dibwe dia Mwembu Donatien (dir.), Dynamiques sociales et représentations congolaises (RD Congo). « L’expérience fait la différence », Volume hommage à Bogumil Jewsiewicki »Journal des africanistes, 93-1/2 | 2023, 381-383.

Référence électronique

Andrea Ceriana Mayneri, « Giordano Rosario, Quaretta Edoardo, Dibwe dia Mwembu Donatien (dir.), Dynamiques sociales et représentations congolaises (RD Congo). « L’expérience fait la différence », Volume hommage à Bogumil Jewsiewicki »Journal des africanistes [En ligne], 93-1/2 | 2023, mis en ligne le 12 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/13350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11tev

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search