Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93-1/2MélangesComptes rendusMauuarin Anaïs, À l’épreuve des i...

Mélanges
Comptes rendus

Mauuarin Anaïs, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950)

Philippe Charlier
p. 384-385
Référence(s) :

Mauuarin Anaïs, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2022, « Cultures visuelles », 486 p.

Texte intégral

1Voilà une brillante étude qui vient enrichir le champ disciplinaire de l’anthropologie visuelle, signée d’Anaïs Mauuarin, historienne de la photographie, professeur adjointe et chercheuse à l’université de Gand, en charge de la collection photographique des musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles. Cet imposant volume de près de 500 pages, publié par les presses de l’université de Strasbourg (avec le soutien du musée du quai Branly – Jacques Chirac), porte un regard singulier sur l’usage de la photographie par les ethnographes français entre 1930 et 1950. La période est clé pour cette discipline qui vient d’abord en complément de l’ethnographie « écrite », avant de devenir un outil de fixation d’information (substitut ou complément du dessin, ou bien de la prise de notes), puis de propagande coloniale pour les scientifiques – devenus presque des « politiques » – du musée du Trocadéro d’abord, et du musée de l’Homme ensuite.

2Très richement illustré, l’ouvrage donne à voir l’évolution de cette technique, sur une courte période destinée à « saisir au mieux les morceaux du réel », elle s’est développée sous l’impulsion première de Marcel Mauss (mettant en avant « l’objectivité mécanique » de cet outil), puis de Marcel Griaule. Les premières grandes séries photographiques commencent à être déposées au musée dans le courant des années 1930 : missions Dakar-Djibouti (1931-1933), Faublée à Madagascar, Leroi-Gourhan au Japon, Métraux dans le Chaco, etc. Dans son court essai, Balinese Character. A Photographic Analysis, publié en 1942 avec Gregory Bateson, Margaret Mead considère même l’outil photographique comme une méthode propre et novatrice de l’ethnographie ; cela fait écho à l’œuvre menée par Jeanne Cuisinier en Asie du Sud-Est, notamment en Inde et en Indonésie (celui-ci isolant chacun des gestes des individus observés, à la façon d’un Muybridge : « le découpage de ces gestes avait pour objectif de les rendre visuellement intelligibles, quand des prises de vue sur le vif auraient vraisemblablement rendu moins lisible la succession des différents gestes », p. 73).

3Envisagée comme une « vision augmentée », la photographie devient « science ethnographique » à part entière. Griaule donne les détails de son usage strictement encadré dans la revue Minotaure (no 2, juin 1993), à l’occasion du rapport sur les funérailles d’Ayaléo observées lors de la mission Dakar-Djibouti (1931-1933) : chaque observateur professionnel, installé dans l’espace entourant le lieu de la cérémonie, devait être muni d’un appareil photographique et enregistrer par ce moyen l’ensemble des gestes et actions dont il pouvait être témoin. Amateur de « l’idéologie du surplomb », il n’hésite pas à développer des plans singuliers, notamment des clichés « par le dessus » (zénithaux) totalement atypiques sur le plan artistique, mais d’un intérêt majeur sur le plan ethnographique et même anthropologique (physique).

4Cette pratique du surplomb connaît un essor très important grâce à l’introduction de la photographie aérienne dans l’enregistrement des données, souvent en lien avec l’armée de l’Air (Georges Condominas franchira lui aussi le pas, avec ses missions en Asie du Sud-Est). Au-delà de l’exposition de cette vue « d’en haut » qui donne à voir les terrains anthropologiques de façon presque topographique, la photothèque du musée d’Ethnographie du Trocadéro, mise en place en 1933 (c’est-à-dire dès son ouverture au public), va graver dans le marbre cette technique et fonder une collection de référence pour la recherche francophone : objets, lieux, cérémonies, « types » (sujets vivants de face et de profil), crânes, et mêmes vitrines du musée. Tout y est inventorié de façon systématique, afin de centraliser l’ensemble des connaissances scientifiques acquises et à venir. Très vite (au milieu des années 1930), par leurs qualités documentaires et esthétiques, les photographies changent de paradigme, conservant leur statut de donnée brute, mais développant la possibilité d’être exposées (de façon permanente ou temporaire) comme des productions artistiques ; pour preuve les clichés d’Ella Maillart, Odette Arnaud, Henry de Monfreid, René Zuber, Pierre Verger ou André Steiner. Faute de photographies convenables, certains éditeurs tels Christian Zervos dans les Cahiers d’art refusent dorénavant de publier des récits ethnologiques : c’est devenu un appui obligatoire et systématique de tout texte « exotique » (les productions d’Alfred Métraux dans la presse quotidienne en sont un bon exemple).

5La dérive de tout ceci est aisée à deviner : la mise en scène – ce que l’auteur appelle « la tentation du spectacle ». Pour la quête du beau cliché, ou pour impressionner l’œil qui regarde, quelle vérité ne serait-on pas prêt à transformer ? L’analyse de la célèbre suite de clichés de la mise à mort d’un gorille par les Pygmées lors de la mission Ogooué-Congo, réalisée par Noël Ballif (1946), montre bien ce « façonnage du réel » et ce « recadrage de l’exploration », pour reprendre les justes expressions d’Anaïs Mauuarin.

6Dans la dernière partie, la chercheuse interroge le regard du photographe et celui du modèle : quel rapport de force et de domination s’établit entre le premier et le second ? Dans quel sens est-il dirigé ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Charlier, « Mauuarin Anaïs, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950) »Journal des africanistes, 93-1/2 | 2023, 384-385.

Référence électronique

Philippe Charlier, « Mauuarin Anaïs, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950) »Journal des africanistes [En ligne], 93-1/2 | 2023, mis en ligne le 12 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/13373 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11tew

Haut de page

Auteur

Philippe Charlier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search