Navigation – Plan du site

L’Ankaratra au croisement de conceptions et d’intérêts divergents : conservation de la biodiversité et héritage ancestral

Ankaratra at the crossroads of divergent concepts and interests : Preserving biodiversity and ancestral inheritance
Lolona Razafindralambo
p. 86-104

Résumés

La forêt de l’Ankaratra (Madagascar) fait l’objet de différents enjeux, que reflète sa division en deux parties. Une partie de la forêt est constituée de conifères et d’autres espèces plantées depuis la période coloniale, qui sont l’objet d’une exploitation commerciale ; dans l’autre partie poussent des plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle et par les spécialistes magico-religieux ; s’y trouvent également des lieux de culte importants qui rassemblent au-delà de la région de l’Ankaratra. Ces lieux de culte constituent un élément fondamental de l’identité des originaires de l’Ankaratra. La forêt est menacée par les exploitants de bois et par les charbonniers, les coupables désignés étant les migrants et les descendants d’anciens esclaves des originaires de l’Ankaratra, qui gardent un statut dévalorisé. Originaires et exploitants de la forêt ont face à eux les autorités étatiques, les organismes internationaux, les ONG et les associations qui s’occupent de sa conservation. Les projets mis en œuvre dans ce cadre exacerbent les tensions entre groupes locaux, renforçant l’exclusion des anciens dominés et favorisant des factions parmi les anciens dominants.

Haut de page

Texte intégral

1La conservation de la biodiversité est devenue un enjeu non seulement au niveau mondial mais également dans les relations entre l’Occident et les pays du Sud comme Madagascar. Au cours du ve Congrès mondial des parcs à Durban, en 2003, Madagascar s’est engagé à accroître la superficie de ses aires protégées (alors de 1,7 million d’hectares) pour atteindre en cinq ans au moins 6 millions d’hectares, soit 10 % du territoire national. Cet engagement se traduit par les plans d’action environnementale (PNE) qui élaborent les programmes des aires protégées et leur gestion, et font la promotion d’un écotourisme de qualité qui assurerait une partie des frais de fonctionnement du réseau national. La priorité affichée est de mettre en place des activités de conservation financièrement indépendantes et pérennes.

  • 1 Voir le site internet de l’International Union for Conservation of Nature, <https://www.iucn.org/fr/propos/travail/programmes/aires_protegees>, consulté le 5 juillet </https>

2D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), une aire protégée est « un espace géographique clairement défini, reconnu, dédié et géré, par des moyens légaux ou autres, afin de favoriser la conservation à long terme de la nature et des services écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont liés1 ». Zone terrestre aussi bien que marine ou côtière, elle est consacrée à la protection et au maintien de la diversité biologique ainsi que des ressources naturelles et culturelles qui lui sont associées. Elle est gérée par des moyens adaptés et efficaces.

  • 2 Loi no 2015-005 du 22 janvier 2015 portant refonte du code de gestion des aires protégées. La loi i (...)

3Cette définition est reprise par la loi malgache, pour laquelle une aire protégée est « un territoire délimité, terrestre, marin, côtier, aquatique, dont les composantes présentent une valeur particulière notamment biologique, naturelle, esthétique, morphologique, historique, archéologique, cultuelle ou culturelle, et qui nécessite, dans l’intérêt général, une préservation multiforme. Elle est gérée en vue de la protection et du maintien de la diversité biologique, de la conservation des valeurs particulières du patrimoine naturel et culturel et de l’utilisation durable des ressources naturelles contribuant à la réduction de la pauvreté2 ».

  • 3 Selon l’art. 8j de la Convention sur la diversité biologique ratifiée par Madagascar.

4La conservation de la biodiversité ne peut plus être séparée de la notion de développement durable, ce qui a rendu nécessaire l’élaboration, par les autorités des pays dits « du Sud », de nouveaux modes de gouvernance, notamment en ce qui concerne la gestion des forêts. Ces nouveaux modes de gouvernance incitent à prendre en compte les dimensions sociales, économiques et environnementales dans les politiques de conservation, en s’appuyant sur la participation des communautés locales et autochtones3. Leur mise en place à Madagascar a été étudiée dans plusieurs travaux qui ont montré la complexité des situations rencontrées (Gezon 1997, Kull 2002, Goedefroit et Revéret 2006, Keller 2008), les limites ou les échecs de la participation paysanne à la gestion forestière (Goedefroit 2006), et l’impact de la politique conservationniste sur les populations riveraines (Harper 2002).

  • 4 Vakinankaratra : litt., « Traversé-par-l’Ankaratra ».
  • 5 Pour une description plus détaillée du site, voir l’article de Sophie Blanchy dans ce volume ; voir (...)
  • 6 Les incendies, causés notamment par la fabrication de charbon de bois, semblent avoir ravagé la for (...)

5Le massif de l’Ankaratra est situé dans la région du Vakinankaratra4, dans le sud de l’Imerina (Hautes Terres centrales), à une centaine de kilomètres de la capitale Antananarivo. On y trouve une forêt d’altitude5 actuellement dégradée à la suite des activités des exploitants forestiers qui, pendant de longues années, n’ont pas respecté les règles des contrats de sous-traitance, et également du fait des populations locales qui se livrent au charbonnage clandestin et à divers prélèvements illicites6. Néanmoins, des lambeaux de la forêt naturelle subsistent. Pendant la colonisation, une forêt de plantation a été créée à côté de la forêt naturelle avec notamment des espèces de conifères et d’eucalyptus. En 1923, une station forestière a été constituée en vue de l’exploitation d’espèces introduites et de la valorisation touristique des sommets.

  • 7 Les Vazimba sont réputés être les premiers habitants de l’Imerina, et les « maîtres-de-la-terre ». (...)

6Au milieu de la forêt naturelle, sur les hauteurs, se trouvent des tombeaux, ainsi que d’autres sanctuaires, sources ou cascades. Ces lieux abritent les ancêtres des Tankaratra (« ceux-de-l’Ankaratra »), les populations de la région, et d’autres esprits associés à la nature ou aux premiers habitants vazimba7 (Rakotomalala et al. 2001 : 197), auxquels des cultes et rituels réguliers sont adressés par des fidèles venant aussi bien de la région que de la capitale ou d’autres provinces de Madagascar. Ces lieux de culte « appartiennent » aux groupes qui se réclament être les descendants des ancêtres invoqués, et qui habitent dans les plaines au pied des montagnes de l’Ankaratra. Il faut encore ajouter que les plantes de l’Ankaratra sont très prisées par les tradipraticiens, leur situation sur les lieux de culte ajoutant à leur valeur thérapeutique une valeur symbolique.

  • 8 Boophis williamsi, Mantidactylus pauliani (Conservation International 2011).
  • 9 Lygodactylus williamsii, Calumma hilleniusii (ibid.).
  • 10 Arrêté no 14983/2013 du 18 juillet 2013. L’article premier de ce texte spécifie qu’il s’agit d’une (...)
  • 11 Soit cette cueillette n’est pas comprise dans l’activité rituelle, soit elle en est disjointe à par (...)

7Le reste de la forêt naturelle ainsi que les cours d’eau intéressent tout particulièrement les organismes de conservation, en particulier Conservation International (CI), dans la mesure où des espèces faunistiques menacées y ont été découvertes, essentiellement des amphibiens8 et d’autres espèces endémiques de lézards9 dont la préservation nécessite des mesures rapides et importantes. Depuis 2013, l’ancienne station forestière de Manjakatompo est ainsi devenue la « Nouvelle aire protégée Manjakatompo-Ankaratra10 », placée sous la gestion de l’État. Il est prévu que l’aire protégée en création soit aménagée en deux zones : une zone de conservation intégrale (« noyau dur ») et une zone d’utilisation contrôlée (ZUC) ou zone tampon. Dans la première, les seules activités légales sont celles liées à la recherche scientifique et à la conservation, celles liées à la promotion de l’écotourisme, les activités économiques traditionnelles et artisanales « compatibles avec la conservation », l’accès aux lieux de culte et les pratiques cultuelles. Quant aux autres activités, comme le ramassage du bois de chauffe, la collecte des plantes médicinales11, le pâturage ou la coupe de bois par les riverains, elles peuvent être autorisées à l’intérieur de la zone tampon.

  • 12 Sur la dimension historique de cette conception et ses effets à Madagascar, voir en particulier Ber (...)

8Plusieurs conceptions se font ainsi face. Tout d’abord, celle des populations locales, elles-mêmes divisées en différents groupes ayant des intérêts divergents, et pour lesquelles la forêt de l’Ankaratra constitue un élément de leur identité. Celle des tradipraticiens, ensuite, qui puisent leur matière première dans la forêt. Puis celle des organismes de développement introduisant la notion de gestion des ressources naturelles, et, à leur suite, celle des scientifiques et des organismes de conservation de la biodiversité qui privilégient les valeurs naturalistes (Cormier-Salem et al. 2002 : 19). Enfin, celle de l’État, conception héritée des politiques forestières coloniales, dont les mutations sont lentes et difficiles12.

  • 13 Projet CORUS, Approche sociohistorique de sites sacrés naturels et enjeux contemporains autour de l (...)

9Une des questions du programme dans lequel a été menée cette étude13 portait sur les implications éventuelles du caractère reconnu sacré de certaines forêts pour la conservation de la biodiversité et le développement durable. Lors des recherches de terrain, qui ont été effectuées en 2010 et 2011, différents entretiens ont été réalisés avec les membres de la population locale, des représentants de l’État, des employés des ONG et des associations impliqués en Ankaratra. Dans cet article, après avoir présenté les divers groupes d’acteurs en présence puis la succession des projets de conservation de la biodiversité élaborés pour l’Ankaratra, je discuterai des différentes stratégies que développent les acteurs face à ces projets.

Les Tankaratra et les « autres » : du patrimoine à la forêt

  • 14 Selon l’arrêté de 2013, plusieurs instances sont chargées de contrôler et de surveiller la nou- vel (...)

10L’Ankaratra se trouve dans le district d’Ambatolampy qui comprend 18 communes (voir la carte ci-contre). Avant la mise sous aire protégée, la forêt de l’Ankaratra dépendait du « cantonnement d’Ambatolampy », bureau régional du ministère des Eaux et Forêts de ce district14. Son responsable d’alors assure que ce sont les Terak’Ankaratra (« les descendants de l’Ankaratra ») qui, traditionnellement, ont géré la forêt et qu’ils sont toujours actuellement en charge des lieux de culte. Ils se sont d’ailleurs constitués en Association des descendants de l’Ankaratra pour la protection de la forêt (Fikambanan’ny Terak’Ankaratra miaro ny ala).

  • 15 Blanchy 1998a ; 1998b ; 2006 : 27-29 ; 2013 ; Blanchy dans Rakotomalala et al. 2001 : 194-205.

11Les traditions synthétisées ou recueillies par Sophie Blanchy soutiennent l’ancienneté de la présence des Tankaratra dans la région15. Elles ne sont pas contredites par les travaux historiques antérieurs, et sont corroborées par les traces archéologiques. Ces traditions que se transmettent les Tankaratra rapportent que les premiers habitants de l’Ankaratra ont occupé les sommets. Ces sites étaient entourés de fossés de défense, encore visibles aujourd’hui, et où sont situés les tombeaux des ancêtres. Les descendants de ces ancêtres, les Tankaratra, vivent dans des villages de la vallée où les ont rejoints des migrants venus des autres régions du Vakinankaratra, mais également de régions plus éloignées. Le Vakinankaratra a été intégré au royaume d’Imerina au xixe siècle, mais l’importance rituelle de l’Ankaratra remonte à une époque antérieure. La tradition rapporte que les rois d’Imerina avaient recours aux esprits des ancêtres de l’Ankaratra pour connaître l’avenir et que les Tankaratra avaient pour charge d’inaugurer ce qui touchait aux souverains (Callet 1908 I : 14 et sq). Jusqu’à nos jours, les Tankaratra effectuent, au début de la saison de la culture, un rituel destiné à assurer une bonne récolte. Quand en 2010, en début de l’année agricole, la pluie a tardé à arriver, les Tankaratra l’ont expliqué par le non-accomplissement du rituel.

Carte des communes du district (fivondronana) d’Ambatolampy.

Carte des communes du district (fivondronana) d’Ambatolampy.

SIG-GTZ / Programme Protection et gestion durable des ressources naturelles, Antananarivo, juin 2005.

12Par crainte de la sécheresse, certains habitants de la région ont alors décidé de se cotiser pour acheter le zébu nécessaire au sacrifice.

  • 16 Dans d’autres régions de Madagascar, notamment dans le Sud comme l’Anosy, ce terme désigne le potea (...)
  • 17 Callet parle de brouillard en plein jour, de grêlons, de gelée, et d’inondation (Callet I : 15).

13Les Tankaratra sont organisés en un dème dénommé Dimy Lahy manodidina ny kianja (« les Cinq Hommes autour de la place »). Ils se disent en effet descendants de cinq frères eux-mêmes issus de l’ancêtre commun Andriampenitra enterré à Ampasantelo, l’un des sanctuaires de l’Ankaratra. D’après les doyens du groupe, le terme kianja (« place ») désigne tous les lieux de culte dont les Cinq Hommes ont la responsabilité, soulignant ainsi leur fonction rituelle (voir notamment Blanchy 2006). Ce sont les aînés des lignes de descendance qui détiennent les charges rituelles. Ils gardent le bâton rituel hazomanga qui est utilisé lors des sacrifices16, et le couteau de circoncision. Le détenteur de cette charge est d’ailleurs appelé « maître du couteau de circoncision » (Blanchy 2006 : 28). Ils pratiquent la divination et sont les astrologues « guides des destins » (idem). Ils sont responsables du rituel de serment velirano, sont « maîtres de la forêt » (tompon’ny ala) et sont détenteurs des charmes contre la grêle (idem). Cette maîtrise des éléments de la nature qui menacent la récolte du riz, déjà mentionnée par les auteurs anciens17, est en relation avec les rituels agraires annuels que président les Tankaratra.

14D’autre part, les chefs des Cinq Hommes, héritiers de leurs ancêtres, disent « avoir le peuple en charge » : ils veillent au respect des interdits sur l’étendue du territoire, et règlent les conflits sociaux, jadis au moyen de rituels aujourd’hui en perte de légitimité (Blanchy 2013).

  • 18 Voir les cartes de cet article et de ceux de Corrèges et de Blanchy dans ce volume.

15Le territoire des Cinq Hommes comprend les villages et les rizières au pied de l’Ankaratra, à l’est. D’après les Tankaratra, ce territoire comprend cinq principaux villages : 1) Andraraty, dans lequel se dresse la « pierre de l’épreuve » devant laquelle sont accomplis les principaux rituels ancestraux des Cinq Hommes ; 2) Andravola ; 3) Ambatoharanana ; 4) Ambatomirahavavy ; 5) Antanimenakely. Ces villages sont situés dans les communes contiguës de Tsiafajavona Ankaratra et d’Andravola, à l’Ouest de l’Ankaratra18. Leur territoire comprend également les sites sacrés et lieux de rituels de la forêt des hauteurs. Officiellement, ce sont les représentants de l’administration, au cantonnement de la ville d’Ambatolampy, qui accordent les autorisations pour la cueillette des plantes médicinales, mais également pour toute intervention à l’intérieur de la forêt, que ce soit la forêt d’exploitation ou la forêt « ancestrale » où se trouvent les tombeaux. Néanmoins, certains, parmi les Cinq Hommes, estiment que ces derniers sont les seuls à pouvoir entreprendre certaines actions ou à les encadrer : certaines plantes ne peuvent être coupées que par eux, ou bien nécessitent d’être consacrées sur les sanctuaires avec des offrandes de poulet ou de miel.

16Ainsi, le patrimoine des Tankaratra comprend aussi bien le territoire et les éléments matériels qui y sont situés, que des droits, des charges et des responsabilités hérités des ancêtres, qui s’exercent dans les limites du territoire. Les Tankaratra sont identifiés à ce territoire et à ce patrimoine, comme le souligne déjà leur nom. Les ancêtres auxquels le groupe doit son existence ont vécu et ont travaillé la terre qui assure maintenant la subsistance des descendants. De leurs tombeaux sur les sommets, dans la forêt, leur bénédiction se répand sur leurs descendants. Les ancêtres assurent de cette manière la reproduction aussi bien physique que symbolique du groupe.

  • 19 L’esclavage a été aboli à Madagascar en 1895, au début de la colonisation par la France. Certains a (...)
  • 20 Voir cependant l’étude de Lucile Rabearimanana (1997) menée dans une région toute proche, au sud du (...)

17À l’intérieur du territoire des Tankaratra vivent également des populations ne descendant pas des mêmes ancêtres. Ce sont des migrants (mpihavy), dont le nombre est difficile à déterminer, qui habitent dans les villages de la plaine et dans les hameaux en retrait sur les hauteurs. Parmi les habitants de ces hameaux qui se déclarent migrants se trouvent sans doute des descendants d’anciens esclaves, un statut très infériorisé et donc souvent occulté19. Il s’agit des anciens esclaves des Cinq Hommes eux-mêmes, ou d’anciens esclaves venus de régions environnantes après l’abolition. Nombre de ces migrants déclarent en effet être originaires des zones périphériques d’Antananarivo, mais possèdent des tombeaux autour des villages de l’Ankaratra, ce qui prouve une arrivée relativement ancienne. L’insuffisance de travaux sur ce thème20 incite à conclure, de manière provisoire, que ces migrations n’ont pas été simultanées. C’est ce que confirment les dires des habitants. Or, il est inadéquat de parler de migrants lorsque c’est le père ou le grand-père qui est venu dans la région et y a trouvé une épouse. Bien qu’ils se déclarent migrants, ils ont établi des alliances avec les groupes locaux. Il est intéressant de noter cependant que, après trois générations, les descendants de ces unions vont chercher leurs conjoints ailleurs que dans les villages environnants, même si les alliances locales continuent de se nouer. Cette logique apparemment contradictoire correspond à celle des unions des descendants d’anciens esclaves qu’on retrouve dans d’autres régions des Hautes Terres (Razafindralambo 2005, Régnier 2014), où la crainte de l’endogamie est jointe à la nécessité de renforcer les liens de parenté entre habitants d’un même village, mais où on n’observe également aucune union avec les anciens dominants, ici les Cinq Hommes.

  • 21 Dans le discours, ces représentations servent à distinguer ceux qui se disent descendants des ancie (...)
  • 22 Par opposition aux églises chrétiennes « traditionnelles » implantées depuis le xixe siècle, et élé (...)

18Ces populations ne sont jamais désignées explicitement comme des descendants d’anciens esclaves, du moins en leur présence ou en présence d’étrangers. Cependant, les populations de la plaine ont élaboré à leur endroit différentes représentations liées à leur supposé statut d’anciens dépendants21, telles que : « ils ne sont pas descendants des ancêtres de l’Ankaratra, alors ils détruisent la forêt » ; « ce sont des voleurs » ; « ils travaillent les terres des Tankaratra ». Ce dernier point semble d’ailleurs être la seule relation qui lie ces populations aux Cinq Hommes de la plaine. Il faut souligner que ces groupes dominés participent aux cultes sur l’Ankaratra, principalement lors des trois grandes dates du calendrier rituel (Blanchy 1998b), comme l’ont rapporté des informateurs parmi les Cinq Hommes et parmi les habitants des villages des hauteurs. Parallèlement, la population fréquente aussi les nouvelles églises22 dont la présence est importante dans cette partie de l’Ankaratra.

  • 23 Le montant des prêts obtenus par le gouvernement malgache auprès des bailleurs de fonds internation (...)
  • 24 Administration coloniale – Coopération allemande – aide des États-Unis.

19Les autres acteurs en présence sont les agents de la conservation : services régionaux de l’État malgache, organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales, associations. Depuis les années 1980 en effet, avec la réorientation de la Banque mondiale, le principal bailleur de fonds de Madagascar, vers les problèmes de protection de l’environnement, on constate le « verdissement » de la coopération internationale (Rakoto Ramiarantsoa 2008)23. Par ailleurs, les crédits du gouvernement des États-Unis, par le biais de l’USAID (l’Agence américaine d’aide au développement), ont assuré, entre 1991 et 1995, 96 % des besoins de la composante biodiversité, et participent à plus de la moitié du financement de l’ANGAP, l’Agence nationale de gestion des aires protégées (idem). Et dans la mise en œuvre du PNAE (Programme national d’action environnementale), en 1990, l’appui financier des États-Unis était prépondérant au sein d’un groupe de bailleurs dont la Banque mondiale a été le principal coordinateur. En conséquence, les bailleurs ne peuvent qu’avoir la prééminence dans le contrôle des ressources de la biodiversité malgache (idem). Les projets de conservation de l’Ankaratra ne suivent pas une logique différente, comme l’atteste la succession d’organismes qui ont pris en charge les actions de protection suivant les aléas des relations entre l’État malgache et les pays étrangers24. Néanmoins, les acteurs présents physiquement dans la région sont les membres des associations de sous-traitance des grands organismes financés par les bailleurs internationaux.

À la recherche de projets de conservation de la forêt de l’Ankaratra

20Dans la région de l’Ankaratra, comme dans le reste de Madagascar, les communautés rurales sont confrontées à différents problèmes résultant de la pauvreté. Celle-ci est en partie due à la surexploitation des ressources naturelles disponibles, qui cause une dégradation de l’environnement : déforestation, érosion, perte progressive de la fertilité du sol, ensablement des rizières (Minten et al. 2003), provoquant ou aggravant l’exode rural (Rakotonarivo 2008 ; 2009). Ces difficultés mais aussi l’évolution d’une société ouverte qui intègre les apports de l’extérieur provoquent, entre autres, des changements dans l’organisation des communautés locales en transformant les valeurs considérées comme traditionnelles.

  • 25 Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, Société pour la coopération technique.
  • 26 Contrairement à ce discours des responsables du projet PDFIV, l’approche participative n’est pas in (...)
  • 27 Dans la structure administrative de l’État malgache : les régions (22) sont subdivisées en district (...)
  • 28 Loi no 96-025 du 30 septembre 1996 relative à la gestion locale sécurisée des ressources naturelles (...)
  • 29 D’après la loi no 96-025, chaque collectivité doit disposer d’un programme d’investissement public (...)

21La politique environnementale malgache est, d’une certaine manière, on l’a vu, commanditée par les bailleurs internationaux, et sa réalisation locale est confiée à des ONG internationales et locales. Ces dernières sont des structures de taille très variable à Madagascar, hiérarchisées selon l’importance des projets qui leur sont confiés et leur proximité avec les étrangers (Moreau 2010). Différents organismes malgaches ou mixtes se sont succédé durant ces dernières années dans l’Ankaratra, proposant alternativement des projets ayant pour ambition déclarée de lutter contre la pauvreté et de promouvoir le développement avec une gestion durable des ressources naturelles. En 1998, le projet PDFIV (Projet de développement forestier intégré dans la région du Vakinankaratra) a été mis en place par le ministère des Eaux et Forêts d’alors, avec la collaboration de la Coopération allemande (GTZ)25. Ce projet a initié une approche, qualifiée de « nouvelle », centrée sur les communes, et désignée comme « planification participative26 » (Laub-Fischer 2000 : 2). Le processus de planification devait permettre « une gestion plus rationnelle des ressources communales sur la base d’un consensus entre les populations et les élus » (ibid. : 3). L’importance accordée aux communes27 entre dans le cadre de la politique de décentralisation mise en place à Madagascar dans les années 1990 (Goedefroit et Revéret 2006). Dans le cadre de celle-ci, les communes détiennent la responsabilité de la gestion des ressources naturelles. Elles peuvent définir et gérer leurs programmes de développement, et décider de leur mise en œuvre en établissant des partenariats avec divers organismes28. D’autre part, d’après les textes, les communes doivent établir une planification financière29.

22Plusieurs catégories d’individus apparaissent dans les sources officielles comme participant au projet PDFIV : les membres de l’équipe technique composée des représentants des ministères concernés et des ONG sur place ; un modérateur désigné par les autorités communales ; les élus des communes ; les membres de groupes d’intérêt locaux. D’après ces documents en effet, le projet ne travaille pas uniquement avec les communes ou le département régional des eaux et forêts, mais aussi et surtout, comme les responsables du projet PDFIV le soulignent, au niveau des villages et des hameaux, suivant l’approche participative adoptée.

23L’élaboration de la planification prévue dans le projet PDFIV devait passer par plusieurs étapes. L’une des principales consistait à collecter les données de base sur les communes : histoire ; délimitation géographique et administrative ; ressources naturelles ; données ou situation démographiques ; données économiques ; données sociales. Ces dernières sont relatives à l’éducation, au logement, aux valeurs dites culturelles (religions, lieux et monuments historiques, us et coutumes), et à la structure traditionnelle des rapports sociaux. Une autre étape importante était la sensibilisation et la mobilisation de la population, notamment par la tenue d’assemblées villageoises.

  • 30 Tsinjoarivo ne fait pas partie de la région de l’Ankaratra au sens géographique et historique du te (...)
  • 31 L’ONG SAHA est une organisation d’envergure nationale qui œuvre dans tous les domaines du développe (...)
  • 32 Ils ont notamment encouragé plusieurs communes à mettre en place une offre de randonnée avec héberg (...)

24Suivant un schéma clairement défini, la mise en œuvre de la politique environnementale malgache (PNAE : Plan national d’action environnementale) s’est accompagnée de la création d’associations villageoises, jugées seuls interlocuteurs identifiables. Ce processus a entraîné l’essor des associations paysannes, comme le décrit Sophie Moreau (2006) dans le Betsileo, au sud-est des Hautes Terres. Ainsi, dans le cadre du PDFIV, trois communes de l’Ankaratra (Sabotsy Namatoana, Manjakatompo et Tsinjoarivo30) ont notamment constitué une association dénommée FFAV (Fampandrosoana ny faritr’avatr’Ankaratra : Développement du nord de l’Ankaratra) qui, en partenariat avec l’ONG SAHA31, s’est consacrée à des projets de développement du tourisme32. D’autre part, le projet PDFIV a mis en place l’Union forestière d’Ambatolampy (UFA), en charge de la gestion de la forêt de l’Ankaratra. Suite à des problèmes de gestion, le contrat de l’UFA a été suspendu en 2008 par l’État, qui a par la suite repris en main la gestion de la forêt.

  • 33 Plusieurs auteurs soulignent cet état de fait, comme Moreau qui rapporte que, dans le cadre d’un pr (...)

25L’action du projet PDFIV n’a pas véritablement fait l’objet d’une évaluation approfondie. Cependant, les promoteurs du projet ont cité comme causes de leur échec des facteurs caractéristiques du contexte prévalant à Madagascar (Laub-Fischer 2000), parmi lesquels le faible budget alloué aux communes par l’administration centrale et la faiblesse des recettes communales. Ce dernier point serait dû au fait que les élus privilégieraient leur intérêt politique au détriment de la perception d’impôts directs. Le manque d’expérience des élus est également souligné. L’adéquation entre le projet et les besoins véritables de la population n’a pas été questionnée, pas plus que le manque de connaissance réelle de la région de l’étude33.

26La destruction de la forêt s’est accélérée, en particulier à partir de 2008. Les coupes d’arbres et les feux de forêt se sont intensifiés. Les chargements de charbon de bois n’étaient plus le fait des seuls petits exploitants produisant quelques sacs, mais étaient emportés par charrettes et même par camions. La forêt naturelle a également subi des incendies : le plus ancien lieu de culte, le doany d’Ankaratra, a été partiellement détruit en 2010, et l’année suivante, un autre sanctuaire, le doany d’Anosiarivo, a connu le même sort.

  • 34 Appelées VOI : vondron’olona ifotony, au niveau des fokontany, les plus petites subdivisions admini (...)

27À partir de 2008, à la suite de la découverte d’espèces endémiques de batraciens, un « schéma d’aménagement du massif de l’Ankaratra » a été lancé par Conservation International, sur un financement assuré par la fondation MacArthur pour trois ans (2011-2013). Il a alors été prévu de mettre en place dans l’Ankaratra une « aire protégée ». Collaboraient à ce projet, outre Conservation International comme partenaire financier, la direction régionale des eaux et forêts (cantonnement d’Ambatolampy) en tant que partenaire technique, les ONG, les associations chargées de la mise en œuvre, et enfin les communautés de base (CoBa), formées des communes et des communautés locales34.

28Parmi les fonctions qui ont été attribuées aux communautés de base figure la charge de prendre soin de la forêt, de la surveiller, en contrepartie de l’exercice de droits ancestraux. Mais les CoBa ne correspondent pas aux groupes de descendance comme celui des Cinq Hommes qui assurent une forme de gestion traditionnelle de la forêt, élément de leur patrimoine. Alors que les groupes de descendance sont structurés par les relations entre parents ayant des ancêtres communs et qui partagent les mêmes droits sur tout ou une partie de leur patrimoine, les CoBa, elles, rassemblent plutôt les membres écartés des principales charges des groupes de descendance, cadets et femmes, ainsi que des migrants. Être actifs au sein des communautés de base permet à ces derniers d’acquérir un statut et du prestige. En un mot, la légitimité pour gérer la forêt et assurer son entretien s’appuie sur des principes totalement étrangers les uns aux autres selon que l’on considère les groupes de descendance des Cinq Hommes ou les communautés de base.

29Dans le cadre du projet de mise en aire protégée de l’Ankaratra, différents niveaux d’intervenants et de sous-traitants collaborent. Conservation International, qui collecte les financements, est représentée au niveau local, de même que les autres partenaires du projet, par l’association VIF, basée à Antananarivo. Celle-ci, et d’autres associations, est chargée du reboisement et de la protection des sources d’eau. VIF travaille à son tour avec une autre association, Lalona, basée quant à elle dans la ville proche d’Ambatolampy. La particularité de l’association Lalona est qu’elle est formée de personnes originaires du Vakinankaratra. Toutefois, les organismes commanditaires se sont assurés que les employés de Lalona ont bien intégré les « normes occidentales » en matière de gestion environnementale. Ce sont ces deux associations (VIF et Lalona) qui mettent en œuvre le projet, sont en contact avec les populations concernées, et supervisent les activités des communautés de base.

30Le projet comprend plusieurs actions. Tout d’abord, des réunions « d’information et de sensibilisation » ont été organisées à partir de 2010 pour présenter aux habitants des communes de l’Ankaratra les conséquences de la destruction de la forêt, n’empêchant cependant ni le charbonnage ni la coupe illicite du bois. Ce manque de résultats des campagnes de sensibilisation a déjà été mis en évidence dans différentes aires géographiques de Madagascar. Bien que la sensibilisation occupe une grande partie des activités des projets de mise en place des « aires protégées », elle ne parvient pas à emporter l’adhésion des acteurs les plus directement concernés (Cormier-Salem et al. 2002 : 19). Les réunions organisées dans ce cadre ignorent souvent les hiérarchies et l’organisation sociale locales ; de même, le contenu du discours reste éloigné des vécus des populations concernées.

31La structure de gestion de la future aire protégée sera placée sous la supervision de la direction régionale des eaux et forêts. D’après l’association Lalona, huit communautés de base sont installées et ont la charge de la sécurisation de la forêt, du nettoyage et du reboisement. Mais les incendies en lisière de forêt, et aussi de plus en plus près des lieux de culte, montrent que les CoBa ne parviennent pas à remplir leur tâche, au point que leur légitimité est contestée.

32Toujours dans le cadre du projet, des activités rémunératrices ont été mises en place par l’association VIF, notamment dans le domaine de la pisciculture, dans la logique des politiques de compensation à l’arrêt des prélèvements forestiers. Des activités de sensibilisation et des consultations de la population ont donc également été entreprises auprès des communautés locales, des écoles et de l’administration locale, ainsi qu’auprès des entreprises utilisatrices de l’eau de l’Ankaratra et des associations de guides touristiques locaux. Quant à l’étude des batraciens, elle revient à des institutions de recherche telles que l’université d’Antananarivo.

33En somme, les activités du projet concernent plusieurs volets. Une partie importante est occupée par le renforcement de la prise de conscience, qui consiste, selon le langage convenu, à convaincre les habitants du bien-fondé du raisonnement conservationniste (sans aborder la question de leurs besoins domestiques quotidiens ou de leur quête de revenus). Parmi ces activités figurent également le reboisement et la sécurisation du site, l’encadrement des communautés de base pour qu’elles puissent assurer une gestion autonome de l’aire protégée, et le développement d’activités génératrices de revenus. D’autre part, le projet inclut l’étude des espèces menacées et de leur habitat. Les valeurs culturelles et patrimoniales de la forêt ne sont prises en compte que dans la mesure où elles peuvent contribuer à promouvoir le tourisme, et qu’elles ne sont pas contraires aux contraintes de la conservation.

Confrontation de différentes conceptions de la forêt et stratégies de légitimation

34La forêt de l’Ankaratra est au cœur de différents enjeux qui s’entrecroisent. Les processus imposés par les bailleurs et les ONG internationaux obligent les autorités de l’État, impliquées dans la mise en œuvre de la conservation de la biodiversité, à mettre les communautés locales au centre du dispositif. Mais sous quelle forme, et avec quel résultat ?

  • 35 Dans le nord de Madagascar, comme le rapporte Gezon (1997 : 90-91), l’organisme qui s’occupe de la (...)

35Les principaux villages cités par les Tankaratra et marquant leur territoire appartiennent principalement à deux communes : celle de Tsiafajavona (Andraraty, Antanimenakely), et celle d’Andravola (Andravola, Ambatoharanana, Ambatomirahavavy). Il faut noter que la commune d’Andravola, où se trouvent des descendants des Cinq Hommes parmi les plus actifs dans la défense de leur héritage ancestral, est située dans le sud-est du territoire des Cinq Hommes, et ne touche pas directement les zones de forêt et les flancs de collines (voir la carte dans Corrèges, ce volume). La mise en place des communautés de base par le projet de conservation, à l’inverse, respecte la situation géographique et administrative des communes, en ne prenant en compte que les riverains de la forêt. Ainsi, on compte cinq communautés de base dans la commune de Tsiafajavona, et trois dans la commune de Sabotsy Namatoana, mais aucune dans la commune d’Andravola. En privilégiant la délimitation administrative, ce projet ne tient pas compte de la structure sociale traditionnelle, c’est-à-dire de la répartition du groupe qui se considère comme « propriétaire » ou « maître de la forêt ». Les termes utilisés par les différentes parties sont, à cet égard, éloquents. Alors que les autorités administratives locales qualifient la forêt dans laquelle se trouvent les lieux de culte de « forêt naturelle » (ala voa-janahary), les Tankatra revendiquent une « forêt laissée par les ancêtres » (ala nentin-drazana), leurs ancêtres. Pour soutenir cette revendication de leur statut d’héritiers, les Cinq Hommes d’Andravola ont tenté plusieurs fois, notamment en 2011, de se constituer en association, seule forme sous laquelle l’administration reconnaît un groupement d’habitants comme interlocuteur et partenaire valable35. Une association est indispensable, dans la mesure où aucune des communautés de base ne peut se dire représentative des Cinq Hommes. L’association projetée en 2011 n’a cependant pas vu le jour : il semblerait que ce soit des membres des Cinq Hommes de l’une des communes limitrophes de la forêt (Tsiafajavona) qui aient eu l’idée de la monter sans leurs parents d’Andravola, cette tentative illustrant l’opposition qui s’était formalisée en termes de « descendants des hommes » (tera-dehilahy), ceux d’Andravola, et les « descendants des femmes » (tera-behivavy), moins légitimes donc, ceux de Tsiafajavona. En raison de la forte endogamie du groupe, cette opposition constitue plutôt une arme rhétorique, un argument pour occulter d’autres éventuelles causes de factions. Les informateurs d’Andravola affirment ainsi que l’association n’a pu être créée sans eux, « descendants des hommes ». Ils ajoutent, comme une conséquence de ces tensions, que le sacrifice de zébu mazava loha (avec une tache blanche sur le front), prévu à un moment pour consacrer la mise en place de l’association, n’ayant pas eu lieu, la forêt de l’Ankaratra a brûlé. Pour eux, la division entre Cinq Hommes a été sanctionnée par la destruction partielle du sanctuaire de leurs ancêtres, le plus ancien lieu de culte et éponyme de l’Ankaratra, et leurs parents de Tsiafajavona restent ainsi, de façon arbitraire, les seuls bénéficiaires du projet de conservation en cours.

  • 36 Sur les feux de protestation à Madagascar, voir Kull 2002.

36Les autorités et organismes en charge de la forêt et de la conservation ne partagent pas la conception des Cinq Hommes quant à leur place dans le dispositif de conservation. Au sujet de la future association dont ils ont entendu parler, les autorités d’Ambatolampy déclarent qu’elle aurait pour objectif de « préserver la culture » (miaro ny kolontsaina), de s’occuper des lieux de culte, ceux-ci se trouvant, incidemment, dans la forêt naturelle. Il s’agit certes d’une reconnaissance du rôle rituel des descendants des ancêtres de l’Ankaratra, mais sans que soit reconnu à la forêt naturelle un autre statut que celui de forêt à exploiter ou à conserver, sur laquelle les droits et leur exercice sont déterminés par l’administration et les différentes instances auxquelles les représentants de l’État accordent une légitimité. Pour les Cinq Hommes non concernés par les structures de conservation, les incendies qui ont eu lieu sur les lieux de culte sont la manifestation d’une sanction ancestrale plus que d’une intervention humaine, et ils s’inquiètent que personne ne prenne la mesure de ce signe. D’une certaine façon, si la forêt brûle, personne parmi eux n’y peut rien. Dans le camp adverse, certains avancent que ce sont des membres des Cinq Hommes eux-mêmes qui auraient mis le feu en signe de protestation36. Mais par ailleurs, lorsque les autorités ont sensibilisé la population aux conséquences négatives de la destruction de la forêt, ceux-ci se seraient défaussés de toutes responsabilités en désignant « les autres » (rizalahy), à savoir principalement les populations très démunies de charbonniers qui vivent dans les villages isolés des hauteurs de l’Ankaratra (migrants et descendants d’anciens esclaves), même si la plupart des ménages de la région utilisent du charbon de bois provenant de la forêt pour leur cuisine.

37Les responsables des communautés locales sur lesquelles doivent s’appuyer les projets de conservation sont élus lors d’assemblées villageoises, et il est habituel, dans ces assemblées, pour différentes raisons, que les dirigeants traditionnels, ici ceux des Cinq Hommes, ne prennent pas de responsabilités. En effet, celles-ci nécessitent des compétences dont les chefs traditionnels ne disposent généralement pas. Une sorte de division du travail est ainsi établie, suivant laquelle les chefs traditionnels et les responsables du pouvoir « moderne » se répartissent les tâches : aux premiers, tout ce qui se rapporte aux ancêtres ; aux seconds, ce qui se rapporte à la subsistance et à la bonne marche de la collectivité. On peut ainsi noter que les dirigeants des communautés de base sont déjà responsables de fokontany ou possèdent des charges similaires (telles que conseiller communal ou instituteur). Il s’agit soit de migrants, soit de cadets des Cinq Hommes. De ce fait, on trouve parmi ceux qui seront exclus de la gestion de la future aire protégée aussi bien une partie des Cinq Hommes que les supposés descendants des anciens esclaves.

Conclusion

38Le classement de l’Ankaratra en « aire protégée », qui devait être achevé en 2015, en est encore au stade de la mise en « protection temporaire ». Le processus prévoit un inventaire de la faune et de la flore, des études socio-économiques poussées et une évaluation de l’impact environnemental. En fixant les communautés de base comme unique forme de représentation de la société locale, ce processus empêche la reconnaissance et la prise en compte des rapports sociaux locaux pertinents pour une véritable participation.

39La forêt naturelle de l’Ankaratra constitue un élément fondamental de l’identité des originaires de l’Ankaratra. Toutefois, il ne s’agit pas tant de la forêt comme formation végétale proprement dite, même si elle est qualifiée de ala nentin-drazana (forêt laissée par les ancêtres), mais de la forêt comme espace dans lequel ont vécu et sont enterrés leurs ancêtres. En raison de cela, les Tankaratra (les Cinq Hommes) estiment posséder des droits sur la végétation qui entoure ces lieux de culte, c’est-à-dire actuellement la forêt. L’administration et les organismes en charge de la conservation considèrent la forêt comme un ensemble de ressources de flore et de faune à préserver, et cela par l’intermédiaire d’une structure qui tient sa légitimité de l’État. Ces deux points de vue sont complémentaires au premier abord : référent identitaire d’un côté, conservation de la biodiversité de l’autre. Néanmoins, la non-prise en compte des structures et des enjeux locaux fait qu’une partie de la population ne se sent pas concernée par le projet de conservation, et s’en sentira sans doute victime par la suite. L’Ankaratra entre dans le processus du green grabbing (Fairhead et al., cité dans Evers et al. 2013 : 3) : la forêt et les ressources seront désormais contrôlées dans l’optique de la conservation.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand Alain, Karsenty Pierre, Montagne Alain, 2006, L’État et la gestion locale durable des forêts en Afrique francophone et à Madagascar, Paris, L’Harmattan.

Blanchy Sophie, 1998a, Ankaratra, la forêt des ancêtres (Madagascar 1997), VHS, 28 mn, CNRS, avec la collaboration de l’ICMAA (université d’Antananarivo), 1998, CNRS 2006.

— 1998b, Sites de cultes aux ancêtres dans la forêt de l’Ankaratra (Madagascar) : les descendants, les pratiquants et les agents des Eaux et Forêts, Actes du symposium international « Sites sacrés “naturels” », 22-25 septembre 1998, Paris, CNRS-Unesco-MNHN.

— 2006, Introduction, in Sophie Blanchy, Jean-Aimé Rakotoarisoa, Philippe Beaujard, Chantal Radimilahy (dir.), Les Dieux au service du peuple. Itinéraires, médiations, syncrétisme, Paris, Karthala : 7-61.

— 2013, Serment et cohésion sociale à Madagascar : l’imprécation tsitsika dans l’Ankaratra, in Raymond verdier, Nathalie Kálnoky et Soazick Kerneis (dir.), Les Justices de l’Invisible, Paris, L’Harmattan : 325-337.

Callet François, 1908, Tantara ny Andriana eto Madagascar, 2 vol. , Tananarive, Imprimerie officielle.

Chauveau Jean-Pierre, 1992, Le « modèle participatif » de développement rural est-il « alternatif » ? Éléments pour une anthropologie de la culture des « développeurs », Bulletin de l’APAD 3, mis en ligne le 5 juillet 2006, <http://apad.revues.org/380>, consulté le 14 février 2014.

Cormier-Salem Marie-Christine, Juhé-Beaulaton Dominique, Boutrais Jean, Roussel Bernard (éditeurs scientifiques), 2002, Patrimonialiser la nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux, Paris, IRD Éditions.

Evers Sandra, Campbell Gwyn, Lambek Michael, 2013, Contest for land in Madagascar, Leiden, Brill.

Frémigacci Jean, 1998, La forêt de Madagascar en situation coloniale : une économie de la délinquance (1900-1940), in Monique Chastanet (dir.), Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explorer, Paris, Karthala et CRA : 411-439.

Gezon Lisa, 1997, Political Ecology and Conflict in Ankarana, Madagascar, Ethnology 36 (2) : 85-100.

Goedefroit Sophie, 2006, La restitution du droit à la parole, Quel développement pour Madagascar ? Études rurales 178 : 39-64.

Goedefroit Sophie, Revéret Jean-Pierre, 2006, Introduction, Quel développement pour Madagascar ? Études rurales 178 : 9-23.

Harper Janice, 2002, Endangered Species. Health, Illness and Death Among Madagasca’s People of the Forest, Durham (North Carolina), Carolina Academic Press, “Ethnographic Studies in Medical Anthropology Series”.

Keller Eva, 2008, The Banana Plant and the Moon : Conservation and the Malagasy Ethos of Life in Masoala, Madagascar, American Ethnologist 35 (4) : 650-664.

Kull Christian, 2002, Madagascar Aflame : Landscape Burning as Peasant Protest, Resistance, or a Resource Management Tool ?, Political Geography 21 : 927-953.

Laub-Fischer R., 2000, Planifier ensemble l’avenir, Projet de développement forestier intégré dans la région du Vakinankaratra (PDFIV), ministère des Eaux et Forêts, Gesellshaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ).

Minten Bart, Randrianarisoa Jean-Claude, Randrianarison Lalaina (édité par), 2003, Agriculture, pauvreté rurale et politiques économiques à Madagascar, Édition USAID-Cornell University-INSTAT-FOFIFA.

Moreau Sophie, 2006, Des associations des villes aux associations des champs en pays betsileo, Études rurales 178 : 89-112.

— 2010, Sauver les forêts, sauver les hommes ou se sauver soi-même ? L’action des ONG environnementales à Madagascar, Actes du Festival de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, [en ligne], <http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2004/moreau/article.htm>, consulté le 8 juin 2015.

Rabearimanana Lucile, 1997, Les descendants d’andevo dans la vie économique et sociale au xxe siècle : le cas de la plaine d’Ambohibary Sambaina, in Ignace Rakoto (dir.), L’Esclavage à Madagascar. Aspects historiques et résurgences contemporaines, Antananarivo, ICMAA : 291-303.

Rakotomalala Malanjaona, Blanchy Sophie, Raison-Jourde Françoise, 2001, Madagascar : les ancêtres au quotidien. Usages sociaux du religieux sur les Hautes Terres malgaches, Paris, L’Harmattan.

RakotonArivo Andonirina, 2008, Migrations, lien social et développement dans les Hautes Terres de Madagascar, thèse de démographie, université Paris-Descartes.

— 2009, Migrations, lien social et développement dans les Hautes Terres de Madagascar, Bulletin d’information sur la population de Madagascar 46, IRD/LPED : 1-5.

Rakoto Ramiarantsoa Hervé, 2008, Madagascar au xxie siècle : la politique de sa géographie, ÉchoGéo 7, mis en ligne le 27 octobre 2008, <http://echogeo.revues.org/875>, consulté le 1er avril 2016.

Razafindralambo Lolona Nathalie, 2005, Inégalité, exclusion, représentations sur les Hautes Terres centrales de Madagascar, Cahiers d’études africaines 45(3-4) 179-180 : 879-903.

Régnier Denis, 2014, Pourquoi ne pas les épouser ? L’évitement du mariage avec les descendants d’esclaves dans le Sud-Betsileo (Madagascar), Études rurales 194 : 103-122.

Songadina, Bulletin de C.I. [Conservation Internationale -Madagascar] 9, 2011.

Haut de page

Notes

1 Voir le site internet de l’International Union for Conservation of Nature, <https://www.iucn.org/fr/propos/travail/programmes/aires_protegees>, consulté le 5 juillet 2014.

2 Loi no 2015-005 du 22 janvier 2015 portant refonte du code de gestion des aires protégées. La loi initiale no 2001/05 ne s’intéressait qu’à « une préservation contre tout effet de dégradation naturelle et contre toute intervention artificielle susceptible d’en altérer l’aspect, la composition et l’évolution ».

3 Selon l’art. 8j de la Convention sur la diversité biologique ratifiée par Madagascar.

4 Vakinankaratra : litt., « Traversé-par-l’Ankaratra ».

5 Pour une description plus détaillée du site, voir l’article de Sophie Blanchy dans ce volume ; voir également Déborah Corrèges (id.).

6 Les incendies, causés notamment par la fabrication de charbon de bois, semblent avoir ravagé la forêt depuis au moins la période coloniale. En octobre 2008, environ 70 hectares de forêt auraient été détruits par le feu.

7 Les Vazimba sont réputés être les premiers habitants de l’Imerina, et les « maîtres-de-la-terre ». Ils sont associés à la nature, et des cultes sont adressés à leurs esprits, en particulier auprès de ce qui est considéré comme leurs tombes.

8 Boophis williamsi, Mantidactylus pauliani (Conservation International 2011).

9 Lygodactylus williamsii, Calumma hilleniusii (ibid.).

10 Arrêté no 14983/2013 du 18 juillet 2013. L’article premier de ce texte spécifie qu’il s’agit d’une mise sous protection temporaire du site pendant une période de deux ans précédant le classement en aire protégée.

11 Soit cette cueillette n’est pas comprise dans l’activité rituelle, soit elle en est disjointe à partir d’une certaine quantité, quand elle est pratiquée par des revendeurs.

12 Sur la dimension historique de cette conception et ses effets à Madagascar, voir en particulier Bertrand et al. 2006 ; Fremigacci 1998.

13 Projet CORUS, Approche sociohistorique de sites sacrés naturels et enjeux contemporains autour de la préservation de ce patrimoine (Kenya, Madagascar, Ouganda), dirigé par Herman Kiriama (National Museum of Kenya) et Marie-Pierre Ballarin (IRD).

14 Selon l’arrêté de 2013, plusieurs instances sont chargées de contrôler et de surveiller la nou- velle aire protégée, y compris plusieurs ministères parmi lesquels celui chargé de l’environnement et des forêts, ou encore celui chargé du développement et de l’aménagement du territoire.

15 Blanchy 1998a ; 1998b ; 2006 : 27-29 ; 2013 ; Blanchy dans Rakotomalala et al. 2001 : 194-205.

16 Dans d’autres régions de Madagascar, notamment dans le Sud comme l’Anosy, ce terme désigne le poteau sacré au pied duquel on s’adresse aux ancêtres et où sont accomplis les rituels de bénédiction (comme la reconnaissance des nouveau-nés et la circoncision).

17 Callet parle de brouillard en plein jour, de grêlons, de gelée, et d’inondation (Callet I : 15).

18 Voir les cartes de cet article et de ceux de Corrèges et de Blanchy dans ce volume.

19 L’esclavage a été aboli à Madagascar en 1895, au début de la colonisation par la France. Certains anciens esclaves sont restés dans les villages de leurs maîtres, acquérant ainsi le statut peu envié de « nouveaux libres ». Des relations renouvelées se sont forgées entre eux et leurs anciens maîtres, souvent dans une situation économique aussi peu favorable que leurs anciens esclaves mais fiers de leurs ancêtres libres (voir Razafindralambo 2005).

20 Voir cependant l’étude de Lucile Rabearimanana (1997) menée dans une région toute proche, au sud du massif forestier.

21 Dans le discours, ces représentations servent à distinguer ceux qui se disent descendants des anciens maîtres de ceux dits descendants des anciens esclaves (voir à ce sujet Razafindralambo 2005).

22 Par opposition aux églises chrétiennes « traditionnelles » implantées depuis le xixe siècle, et élément de l’identité des anciens libres.

23 Le montant des prêts obtenus par le gouvernement malgache auprès des bailleurs de fonds internationaux est multiplié par 4 en 20 ans (1970-1990). Dans les années 1980, la Banque mondiale a augmenté son financement de plus de 30 %, et de 15 % au cours des années 1990. En 2011, en pleine crise politique (qui a duré de 2009 à 2014), la Banque mondiale a accordé un financement additionnel de plus de 50 millions de dollars pour la conservation de la biodiversité à Madagascar, alors même que ses programmes étaient gelés, du fait de la non-reconnaissance internationale du pouvoir issu du coup d’État de 2009 (source Banque mondiale).

24 Administration coloniale – Coopération allemande – aide des États-Unis.

25 Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, Société pour la coopération technique.

26 Contrairement à ce discours des responsables du projet PDFIV, l’approche participative n’est pas innovante, d’après Jean-Pierre Chauveau (1992), mais constitue « le modèle de référence des discours “développementistes” depuis la fin de la Première Guerre mondiale », c’est-à-dire depuis la période coloniale, servant aussi bien le « populisme colonial » que, après les indépendances, fournissant aux pays anciennement colonisés un vernis démocratique acceptable par les agences d’aide (Chauveau 1992).

27 Dans la structure administrative de l’État malgache : les régions (22) sont subdivisées en districts, puis en communes, et enfin en fokontany (la plus petite subdivision administrative).

28 Loi no 96-025 du 30 septembre 1996 relative à la gestion locale sécurisée des ressources naturelles renouvelables (GELOSE) ; loi no 97-017 portant révision de la législation forestière ; loi no 94-007 relative aux pouvoirs, compétences et ressources des collectivités territoriales décentralisées.

29 D’après la loi no 96-025, chaque collectivité doit disposer d’un programme d’investissement public triennal ou quinquennal.

30 Tsinjoarivo ne fait pas partie de la région de l’Ankaratra au sens géographique et historique du terme, bien qu’elle soit prise dans le découpage administratif délimitant la région Vakinankaratra.

31 L’ONG SAHA est une organisation d’envergure nationale qui œuvre dans tous les domaines du développement. Elle est partenaire de différents organismes comme la Coopération suisse ou l’Union européenne, et travaille avec des entreprises industrielles comme QMM-Rio Tinto, en Anôsy.

32 Ils ont notamment encouragé plusieurs communes à mettre en place une offre de randonnée avec hébergement, le parcours Lalan’andriana : « Les Sentiers des andriana », qui passe dans au moins un site de l’Ankaratra historique, Manjakatompo.

33 Plusieurs auteurs soulignent cet état de fait, comme Moreau qui rapporte que, dans le cadre d’un projet dans le Betsileo, le diagnostic de la société concernée a été effectué en une semaine seulement (2006 : 103) : les informations récoltées ne peuvent être qu’incomplètes.

34 Appelées VOI : vondron’olona ifotony, au niveau des fokontany, les plus petites subdivisions administratives.

35 Dans le nord de Madagascar, comme le rapporte Gezon (1997 : 90-91), l’organisme qui s’occupe de la conservation de l’Ankarana a d’abord travaillé en partenariat avec le chef traditionnel local, les intérêts de ce dernier étant alors convergents avec ceux de la conservation. Par la suite, quand les intérêts de ce chef ont rejoint ceux de la population, dans le cadre de conflits menaçant la forêt, les relations entre l’organisme et le chef ont été interrompues.

36 Sur les feux de protestation à Madagascar, voir Kull 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte des communes du district (fivondronana) d’Ambatolampy.
Légende SIG-GTZ / Programme Protection et gestion durable des ressources naturelles, Antananarivo, juin 2005.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/4892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lolona Razafindralambo, « L’Ankaratra au croisement de conceptions et d’intérêts divergents : conservation de la biodiversité et héritage ancestral », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 86-104.

Référence électronique

Lolona Razafindralambo, « L’Ankaratra au croisement de conceptions et d’intérêts divergents : conservation de la biodiversité et héritage ancestral », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 05 avril 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/4892

Haut de page

Auteur

Lolona Razafindralambo

Université d’Antananarivo, Madagascar

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals