Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Addi Lahouari, 2013, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz

Paris, Éditions des archives contemporaines, 288 p.
Jonathan Glasser
p. 341-342
Référence(s) :

Addi Lahouari, 2013, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz, Paris, Éditions des archives contemporaines, 288 p.

Texte intégral

1Dans son nouveau livre, le sociologue Lahouari Addi rend compte de façon claire et stimulante d’une divergence épistémologique dans l’anthropologie anglophone du Maghreb (et plus spécifiquement du Maroc) des années 1960 et 1970. Le résultat est une étude en noir et blanc. D’un côté, la segmentarité et l’explication positiviste du philosophe devenu anthropologue Ernest Gellner, produit tardif d’un structuro-fonctionnalisme britannique appliqué au milieu berbérophone et tribal du Haut Atlas marocain, au lendemain de l’indépendance. De l’autre côté, les « toiles de signification » et la compréhension interprétativiste de Clifford Geertz, fruit hâtif d’une anthropologie humaniste post-fonctionnaliste à la mode américaine, issu d’un travail de terrain dans l’ancienne ville de Sefrou, dans le Moyen Atlas, dans la décennie suivant l’indépendance.

2Dans son exploration, Addi alloue le même espace à chaque anthropologue, mais dans ce dialogue transatlantique qui prend le Maghreb comme champ de contestation, il indique clairement sa préférence. La discussion de Gellner est largement une critique de sa dépendance envers les chercheurs de la période coloniale, l’immobilisme de sa vision du Maghreb et de l’Islam, et la distance entre ses modèles de segmentarité et la réalité maghrébine. À l’inverse, Geertz est présenté comme un ethnographe modèle à l’écoute du moment, malgré des critiques de l’auteur envers l’incohérence de sa distinction entre culture et société, et le manque d’attention porté au patriarcat. Pour autant, la pensée de Gellner n’est pas dénuée de valeur, dans ce récit, mais son utilité réside surtout dans la grandeur de sa vision intellectuelle, devenue l’instrument de l’exposition d’une alternative geertzienne qui ne dépasse toutefois pas la perspective synchronique.

3Réduits à l’état de sujets d’une étude de deux modèles théoriques divergents, Gellner et Geertz s’harmonisent parfaitement. Mais en quoi cette étude contribuet- elle à une meilleure compréhension du Maghreb ? On soupçonne qu’il y a là plus qu’une volonté de briser l’image réductrice du paradigme de Gellner. De fait, la réponse à cette question est peut-être à trouver entre les lignes du chapitre i, où l’auteur rend compte de l’anthropologie du Maghreb jusqu’aux années 1950. Ici, Addi fait allusion à un double aspect des études maghrébines anglophones. D’un côté, l’anthropologie anglophone présente une voie alternative, hors des structures coloniales de l’État français. Cette distance peut être libératrice pour les chercheurs francophones – elle suggère qu’une certaine autonomie du Maghreb comme champ de recherche, vis-à-vis de l’expérience coloniale, est possible. D’un autre côté, le contraste entre Gellner et Geertz met en évidence deux types de relation aux études coloniales. Comme le souligne Addi, Gellner est intellectuellement très proche de l’ethnologue colonial Robert Montagne, tandis que Clifford Geertz, même s’il puise aussi dans les sources coloniales et n’a pas accès aux sources en arabe, est plus proche de Jacques Berque, présenté en quelque sorte comme un interprétativiste avant la lettre, et de Pierre Bourdieu.

4La suggestion d’une affinité entre Geertz, Berque et Bourdieu est convaincante (le travail de Hildred Geertz sur la parenté au Maroc entretenait d’ailleurs un lien fort avec les études menées simultanément par Bourdieu sur l’Algérie). Néanmoins, l’auteur ne perçoit pas le contraste entre Geertz et ses homologues francophones, du point de vue politique. À l’échelle nationale, Geertz avait bien sûr des choses à dire, surtout concernant la monarchie alaouite et l’Islam, mais ses études maghrébines ne portent pas la marque de l’engagement politique si évident dans le travail de Berque, et surtout dans celui de Bourdieu sur la révolution algérienne et la vie des ouvriers. Tout comme, en Indonésie, lors du coup d’État contre Sukarno, Geertz avait très peu à dire concernant les années de plomb au Maroc. Ironiquement, les ouvrages anglophones les plus engagés politiquement sur le Maghreb de cette époque sont venus de chercheurs qui étaient plus proches des sensibilités de Gellner que de celles de Geertz.

5Il est heureux qu’Addi ne reproduise pas la division habituelle entre le Maroc et l’Algérie, mais il aurait cependant été utile de se demander pourquoi ces deux anthropologues ont poursuivi leurs recherches au Maroc. Il y a bien sûr un élément historique : la longue relation entre le Maroc et l’Angleterre, qui prit un caractère quasi-colonial pendant le xixe siècle, et les recherches anglophones de Westermarck, qui ouvrirent la voie du Maroc comme terrain d’enquête à plusieurs générations d’ethnologues français, Berque inclus. Il y a aussi l’image, inventée ou non, du traditionalisme dont se dote le Maroc, surtout en comparaison avec son voisin à l’est. Mais il y a surtout la question politique, et les positions des deux pays pendant la guerre froide. Il faut mentionner que le Maroc indépendant était plus accessible aux chercheurs que l’Algérie à cette époque, et plus sensible au paradigme de modernisation dans sa version américaine.

6Cela ne revient pas à dire que Geertz n’est pas préférable à Gellner à bien des égards. Il s’agit plutôt de suggérer qu’il conviendrait d’aller au-delà d’une opposition manichéenne entre objectivité et subjectivité, ou, pour reprendre les mots d’Addi, entre explication et interprétation. Deux anthropologues au Maghreb est admirable pour sa clarté, la précision du propos, et sa réelle valeur heuristique pour le spécialiste comme pour l’étudiant. Cependant, une troisième partie reste à écrire : une vision de l’anthropologie, et du Maghreb, qui pourrait marier les subtilités interprétatives d’un Geertz avec la vue d’ensemble d’un Gellner, en ajoutant une vraie dimension diachronique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Glasser, « Addi Lahouari, 2013, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 341-342.

Référence électronique

Jonathan Glasser, « Addi Lahouari, 2013, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5021

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals