Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Cros Michèle, Bondaz Julien et Michaud, Maxime (textes réunis par), 2012, L’Animal cannibalisé. Festins d’Afrique

Paris, Éditions des archives contemporaines, 203 p.
Manuel Bello-Marcano
p. 349-352
Référence(s) :

Cros Michèle, Bondaz Julien et Michaud, Maxime (textes réunis par), 2012, L’Animal cannibalisé. Festins d’Afrique, Paris, Éditions des archives contemporaines, 203 p.

Texte intégral

1Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont issus d’un colloque international organisé en 2009 à l’université Louis-Lumière Lyon 2, et font partie du fruit d’une collaboration entre le Centre de recherches et d’études anthropologiques de Lyon 2 et le musée des Confluences.

2Divisé en trois parties : « Consommer l’ordinaire », « Accommoder l’imaginaire », et « Digérer le sauvage », cet ouvrage a pour but, d’une part, d’élargir la connaissance de la place de l’animal dans les interactions sociales et, d’autre part, d’approfondir, dans l’imaginaire occidental, souvent caricatural et réducteur, le rapport entre l’Afrique noire et les animaux. À l’aide de plusieurs enquêtes, ce livre rassemble divers essais ainsi que différents travaux de terrain, qui vont du parc zoologique situé au Mali aux collections du Musée national de Boubou Hama au Niger. Le regard sur la question de l’assimilation de l’animal se fait à partir d’un point de vue que l’on pourrait qualifier d’éthno-éthologique. En explorant autant le quotidien des négociations et des pratiques de consommation que la variété des procédures rituelles, des narrations et des représentations de l’animal, l’ouvrage esquisse de diverses manières comment l’Afrique subsaharienne humanise l’animal afin de produire un rapprochement des bêtes qui permet de mieux les manger, de mieux les digérer. Cela désigne une hypothèse innovante par le biais d’une image puissante : celle de la cannibalisation de l’animal. Ce parti pris d’un animal cannibalisé fournit un travail pluridisciplinaire qui parcourt nos rapports à l’animal, à travers plusieurs objectifs.

3Premièrement, il s’agit d’explorer les procédures et les limites qui séparent les animaux des humains. Suivant le corpus théorique développé par l’anthropologie de la nature, L’Animal cannibalisé reprend la question toujours inconfortable, voire dépassée, de la limite entre la nature et la culture. Celle-ci est présente par exemple, dans la description du trajet qui va de l’abattoir au parc zoologique, analysé dans l’article de Julien Bondaz « Carnivores et dévorés, la fabrication et la circulation de la viande dans les zoos d’Afrique de l’Ouest (Mali, Niger, Burkina Faso) ». L’auteur met l’accent sur le passage contemporain d’une relation alimentaire que l’on pourrait qualifier d’archaïque, telle qu’elle a été énoncée par Georges Bataille, par exemple, à une relation de consommation, où l’animal est intégré dans la dynamique sociale. D’un point de vue plus large, Bondaz avance entre autres que, dans la ville, il n’y a plus de relation alimentaire avec l’animal, mais une simple consommation. Le « contrat » alimentaire dépasse par conséquent le pacte sensible entre l’animal cannibalisé et donc humanisé, et l’animalité de l’homme dans sa relation nourricière à la bête.

  • 1 Nous utilisons le terme anthropozoologique, conscient de l’usage erroné qu’en faisait Carl Hagenbec (...)

4Deuxièmement, l’ouvrage pose la séparation humain-animal au centre d’une réflexion muséologique. Cette démarche très originale place les différenciations entre l’humain et les animaux au milieu d’une prise en charge muséale de l’« anthropozoologie1 », tout en évitant les pièges politiques et le militantisme d’une « cause animale ». Ainsi, les allers-retours incessants entre des caractères et des descriptions domestiques et étrangères permettent une lecture critique des fantasmes et des imaginaires (alimentaires, zoophiliques, épidémiologiques, racistes) que nous avons de l’Afrique noire et de son rapport à l’animal et au sauvage. Dans le même sens, cette lecture permet de rentrer dans certains rapports quotidiens des pratiques anthropozoologiques (l’élevage, la chasse, la guérison et la divination), des représentations (zoomorphisme et trophées de chasse) ou des imaginaires gustatifs (prohibitions interculturelles, interdits religieux et pouvoirs surnaturels), olfactifs, auditifs.

  • 2 Cf. Merleau-Ponty, 1994, La Nature. Notes cours du collège de France, établi et annoté par D. Ségla (...)
  • 3 In Steve Baker, 2000, The Postmodern Animal, London, ReaktionBooks : 135.

5Le mot « cannibalisé », utilisé dans le titre de l’ouvrage, renvoie directement au fait que l’animal est « post-facto » humanisé. Cela désigne la relation homme-animal comme une relation plus que simplement intersubjective ou inter-animal (comme l’avance Merleau-Ponty2), pour proposer également l’humanimal comme une relation inter-alimentaire. En montrant des logiques de consommation humaine de l’animal, de découpage et d’approvisionnement de viande, ou de circulation et d’échanges symboliques et colonisateurs de l’animal, cet ouvrage se penche sur les conséquences du contrôle spatial de l’animal à travers, par exemple, sa « mise en musée ». Ainsi, une autre dimension sur laquelle s’appuie ce recueil d’articles est celle des expositions muséales et des représentations zoologiques. Ce terrain se révèle être un objet d’étude qui permet de réaliser l’articulation entre plusieurs propos autour des modes de consommation humaine des animaux. Les animaux n’ont pas besoin de l’homme mais nous, les hommes, avons besoin des animaux non seulement pour nous nourrir ou nous tenir compagnie, mais aussi pour l’échange et la circulation du pouvoir. Comme l’énonce la photographe allemande Britta Jaschinski3 : « We need animals. We constantly look for any kind of connection we can possibly get to them ». Cette logique fait de l’animal et de sa mise en scène le support d’un imaginaire et d’un discours du sauvage et du prestige, ainsi que de la connaissance et de l’exotique dans sa dimension symbolique et culturelle. C’est l’objet du texte de Nélia Dias, « Les trophées de chasse au musée du duc d’Orléans », où l’historienne de l’anthropologie cherche à comprendre l’obsession muséographique sous-jacente à la collecte et à la mise en exposition de trophées de chasse.

6Le problème de l’incorporation muséologique et de l’exposition contemporaine de l’animal est au centre d’une autre contribution, celle de Martine Millet : « Exposer le monde animal, pistes et enjeux au musée des Confluences ». Ici se pose la question de la place de la représentation et de l’imaginaire animal dans un contexte comme celui d’un discours muséographique. Comment traiter (digérer) l’animal et le sauvage dans un musée, sans en faire un objet de convoitise ou de distinction sociale, comme ce fut jadis la fonction du safari ? Il s’agit ici d’assimiler le sauvage comme un élément permettant de faire rentrer l’animal dans le discours muséologique. Ainsi, cela nous met face au problème de la compréhension des « cultures digestives » du sauvage qui peuvent exister aujourd’hui, depuis les environnements domestiques les plus protégés, jusqu’aux espaces d’exposition les plus fragiles.

7Cette compilation de textes met en évidence la complexité de l’imaginaire animal – cannibale présent dans diverses dynamiques de consommation, au vu desquelles il semble essentiel de replacer nos rapports à l’animal dans un contexte tant physique que symbolique. Autrement dit, il est nécessaire de ne jamais penser l’animal isolé d’un contexte social, culturel mais aussi biologique. L’éthologue Jakob Johann von Uexküll préconisait de penser l’animal dans son Umwelt, dans son milieu. Objectualisé, l’animal, quoique consommé, reste pourtant difficile à « digérer » – ce qui nous ramène à « l’indigestion du sauvage » tel qu’il fut mis en scène dans les encyclopédies et la taxinomie du xixe siècle, et dont les conséquences taxidermiques, cette fois, restent actuellement visibles dans certains musées.

8Ce livre constitue un atlas tant ethnologique que muséologique dans lequel l’animal, sa représentation, sa muséification, sa consommation, sa cannibalisation, sa domestication font partie de la construction d’une identité qui rassemble un territoire, un peuple. Ces festins d’Afrique délimitent avec justesse, dans l’espace et dans le temps, une anthropozoologie qui nous permet d’explorer autrement une société avec ses traditions, ses pratiques et ses imaginaires.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons le terme anthropozoologique, conscient de l’usage erroné qu’en faisait Carl Hagenbeck pour nommer ses premières expositions (mises en scène) ou « zoos humains ». Cf. Bancel Nicolas, Blanchard Pascal, Boetsch Gilles, Derroo Éric, Lemaire Sandrine (dir.), 2002, Zoos humains. Au temps des exhibitions humaines, Paris, La Découverte.

2 Cf. Merleau-Ponty, 1994, La Nature. Notes cours du collège de France, établi et annoté par D. Séglard, Paris, Seuil. Voire également Éliabeth de Fontenay, 1998, Le Silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard.

3 In Steve Baker, 2000, The Postmodern Animal, London, ReaktionBooks : 135.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Bello-Marcano, « Cros Michèle, Bondaz Julien et Michaud, Maxime (textes réunis par), 2012, L’Animal cannibalisé. Festins d’Afrique », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 349-352.

Référence électronique

Manuel Bello-Marcano, « Cros Michèle, Bondaz Julien et Michaud, Maxime (textes réunis par), 2012, L’Animal cannibalisé. Festins d’Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5029

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals