Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

de Lorenzi James, 2015, Guardians of the Tradition. Historians and Historical Writing in Ethiopia and Eritrea

Rochester, University of Rochester Press, 219 p.
Anaïs Wion
p. 352-356
Référence(s) :

de Lorenzi James, 2015, Guardians of the Tradition. Historians and Historical Writing in Ethiopia and Eritrea, Rochester, University of Rochester Press, « Rochester Studies in African History and the Diaspora », 219 p.

Texte intégral

1En 1927, dans son catalogue des textes éthiopiens, l’historien Heruy Walda Selāssē s’insurge contre le passéisme de ses contemporains, les invitant à se saisir des outils intellectuels modernes et occidentaux sans perdre la spécificité de la longue tradition historiographique éthiopienne. C’est cette confrontation entre modernité et tradition qu’analyse cet ouvrage. Plus que du local, moins que du global, il s’agit d’une tentative de micro-histoire d’un phénomène intellectuel connecté.

2Un premier chapitre présente les traditions historiographiques éthiopiennes classiques. Rapide et linéaire, cette entrée en matière un peu scolaire mais bien documentée est nécessaire car elle décrit la toile de fond de la conception de l’histoire éthiopienne par les intellectuels du xxe siècle. Cette synthèse ne s’éloigne pas de la doxa, car ce n’est pas le propos de questionner ici les cadres de l’historiographie éthiopienne. Quelques erreurs doivent néanmoins être mentionnées. Ainsi, considérer l’Histoire de Grañ et des Galla comme un texte contemporain des événements qu’il relate est manifestement erroné, c’est un corpus de texte bien postérieur. La discussion sur le statut du sahafe te’ezaz avec une reproduction d’un tableau schématique et non sourcé de Marse’ē Hāzān laisse plus que sur sa faim. Enfin, l’affirmation que le Liber Aksumae aurait été produit par le rās Mikā’ēl, à la demande de James Bruce (p. 28), provient me semble-t-il d’une mauvaise lecture de mon article dans Oriens Christianus.

3Le deuxième chapitre est articulé autour de la figure exceptionnelle de Gabra Krestos Takla Hāymānot (1892‑1932), fils d’un prêtre orthodoxe de l’Hāmāsēn, ayant reçu une éducation à Asmara, à la mission évangélique suédoise où il s’initie, dès 1917, à la composition et à la fabrication d’ouvrages imprimés, alors une nouveauté radicale dans les sociétés de la Corne. Il part s’installer à Addis-Abeba, capitale en pleine éclosion de l’État éthiopien, où le jeune régent rās Tafāri Makwannen, futur empereur Hāyla Selāssē, le nomme directeur des presses gouvernementales qu’il est en train de mettre en place.

  • 1 L’auteur utilise un article en anglais d’Hartog, publié en 1996 dans KVHAA Konferenser. L’ouvrage q (...)

4Après avoir posé ces jalons biographiques, et pour dépeindre le contexte intellectuel, l’auteur dégage trois catégories d’historiens éthiopiens pour cette première partie du xxe siècle, en fonction des méthodes qu’ils emploient et de leur rapport aux régimes d’historicité tels que définis par François Hartog1. Le premier groupe est celui des réformistes. En fait partie Gabra Heywat Baykadāñ, qui publie dès 1912 une analyse critique du règne de Ménélik et de sa pratique exclusive du pouvoir, reprochant aux historiens éthiopiens d’être serviles face au pouvoir royal. Un autre intellectuel réformiste est Ta’ammrat Emmanuel, juif et anarchiste, qui traduit des extraits de la chronique du souverain Susenyos mentionnant les luttes, au début du xviie siècle, entre le pouvoir royal et les populations juives. Cette publication, en 1936, dans un journal sioniste italien, se veut un encouragement à la lutte des Juifs contre les pouvoirs totalitaires qui les oppressent. Mais elle permet aussi de faire connaître en Europe la bravoure et l’existence des Juifs éthiopiens.

5En opposition aux réformistes d’horizons variés, un autre groupe se dessine, celui des conservateurs, qui continuent à écrire des biographies royales, des histoires dynastiques et des chronographies universelles. Citons les célèbres alaqā Takla Iyasus Wāqǧirā, auteur de la Chronique du Goǧǧām, ou Afawarq Gabra Iyasus, qualifié ici d’« italophile pseudo-traditionaliste ».

6Au milieu du gué se trouve un troisième groupe, composé d’intellectuels et d’historiens qui utilisent des sources et des idées occidentales, tout en faisant une historiographie à la mode traditionnelle. Ainsi alaqā Tāyya, qui fut formé à Berlin entre 1905 et 1907, passa plus de dix ans à écrire, sur ordre du souverain Ménélik, une Histoire du royaume d’Éthiopie, aujourd’hui en partie perdue. En reprenant les périodisations et la trame narrative du récit national éthiopien classique, alaqā Tāyya utilise néanmoins de nombreux auteurs aussi hétérogènes qu’Hérodote, Al-Maqrizi, James Bruce, Champollion, etc. Il tente de croiser les sources qu’il collecte, qu’elles soient écrites, orales, archivistiques, afin de livrer une histoire la plus exacte possible. Dans ce groupe se place bien entendu Heruy, dont les oeuvres principales sont présentées ici dans leur dimension critique, au côté des aspects novateurs de leurs méthodologies. Puis l’auteur mentionne, très rapidement, Aṣma Giyorgis et Marse’ē Hāzān.

7Ayant terminé ce panorama, ce deuxième chapitre revient sur la principale oeuvre historique de Gabra Krestos Takla Hāymānot : son Histoire abrégée du monde, publiée en 1934, dans un amharique simple et empreint de néologismes qui ne fut pas du goût du linguiste Kidāna Wald Kaflē, qui y voyait un danger d’appauvrissement de la langue et de la pensée. Si la trame principale de son récit est le développement du christianisme et du protestantisme comme élément de développement de l’humanité, cet ouvrage exaltant l’idée de progrès place l’Éthiopie dans l’histoire globale, sans succomber à l’universalisme européen.

8Le troisième chapitre est aussi construit autour d’une figure emblématique, l’érythréen Gabra Mikā’ēl Germu (1900‑1969). Celui-ci reçoit une éducation traditionnelle orthodoxe, dans l’Aqala Guzāy, puis la complète par une éducation chez les capucins. Polyglotte, il maîtrise le tigriña, l’amharique, le ge’ez, l’italien et l’anglais. À Asmara, il devient journaliste. Très tôt, il copie, compile, annote, rédige des cahiers de notes historiques. La diversité des sources collectées, qu’elles soient orales, manuscrites ou imprimées, montre l’aisance de Gabra Mikā’ēl Germu à naviguer du monde intellectuel éthiopien au monde académique européen. Il est étonnant de constater que malgré la richesse des travaux en histoire de cet auteur, que ce livre permet de découvrir, rien ou presque n’a été édité ni traduit jusqu’à présent, et ce, malgré la grande accessibilité de ses manuscrits, déposés à l’Institute of Ethiopian Studies, à Addis-Abeba.

9Le contexte intellectuel dans lequel Gabra Mikā’ēl Germu évoluait est retracé autour des figures de blāttā Gabra Egzi’abhēr Gilāy, l’un des intellectuels érythréens les plus célèbres et les mieux étudiés, probablement grâce à son activité dans la résistance et son rôle de double agent. James De Lorenzi reprend ici l’analyse de ses travaux, et notamment de son Histoire de l’Éthiopie, qui délivre un des rares points de vue tigréens sur l’histoire nationale éthiopienne. Puis il s’attarde sur le cas de abbā Takla Māryām Samhārāy Salim, lazariste qui vécut à Jérusalem et à Rome et qui, s’engageant contre la latinisation du rite catholique éthiopien, fit l’histoire de la liturgie éthiopienne. Chez cet auteur, la question majeure est celle de l’appréhension du fait colonial par ces intellectuels en partie formés par le système colonial. C’est aussi à l’aune de cette question que l’auteur examine l’ouvrage de Gabra Mikā’ēl Germu, L’Italie et l’Éthiopie, dans lequel il accuse Ménélik d’avoir abandonné sa patrie et de l’avoir remise dans les mains d’une puissance étrangère. La sophistication de cet ouvrage, l’extrême diversité des sources employées montre l’approche dialogique de Gabra Mikā’ēl Germu, qui construit un discours incluant l’histoire locale et ses acteurs dans une conception très critique de l’empire.

10Le quatrième chapitre célèbre la créativité intellectuelle de Heruy Walda Selāssē, qui rédigea quatre récits de voyage (le voyage de la future impératrice Mannan en 1923, en Palestine et en Égypte ; le voyage du rās Tafāri en Europe en 1924 ; le voyage diplomatique de Heruy lui-même au Japon en 1931, ainsi que ses voyages en Palestine, Syrie, Égypte et Grèce, en 1932) et fit de ce genre nouveau pour l’Éthiopie un support privilégié d’une « stratégie politico-historique » visant à élargir le champ de connaissance et de perception de ses concitoyens et à placer l’histoire du royaume chrétien éthiopien et de ses souverains dans une histoire longue et globale. Dédaignant l’historicisation des situations, Heruy essentialise le pouvoir éthiopien orthodoxe chrétien pour montrer qu’il peut affronter la modernité et les changements techniques, religieux, et moraux qu’elle entraîne, puisqu’il a depuis toujours su trouver sa place dans les échanges globaux. Loin d’être simplistes, les « fictions factuelles mêlant la biographie et le reportage avec des démonstrations macro-historiques et des métaphores mythico-historiques » (p. 113) de Heruy, d’une grande beauté linguistique, savent trouver les mots pour s’adresser à un large public, qui reste bien entendu une élite lettrée.

11Le dernier chapitre couvre l’après-guerre et le Derg, en posant la question d’un « triomphe de l’historicisme ». Kabbada Tessema, premier directeur de la section d’archéologie au ministère de la Culture éthiopien, y est présenté comme le parangon de la modernité intellectuelle, en opposition – relative – avec des historiens plus « vernaculaires » tels que Yared Gabra Mikā’ēl, qui fit néanmoins une histoire urbaine d’Addis-Abeba, ou encore Marse’ē Hāzān, qui écrivit entre autres la première synthèse historique sur la toute récente période d’occupation italienne. Dans un groupe intermédiaire, à mi-chemin entre les normes académiques occidentales de la seconde moitié du xxe siècle et les usages hérités de l’historiographie chrétienne éthiopienne, l’auteur place Takla Ṣadeq Makuryā, qu’une longue carrière très productive conduisit finalement à écrire deux des chapitres consacrés à l’Éthiopie dans l’Histoire générale de l’Afrique de l’Unesco. La rupture, et l’essor d’une histoire proprement académique sont incarnés par des historiens tels que Bairu Tafla. Celui-ci signa un manuel d’histoire pour les élèves éthiopiens qui intégrait enfin l’histoire de l’Éthiopie dans un contexte africain, et prenait en compte ses populations non chrétiennes. Ce manuel connut une diffusion restreinte, juste avant la révolution de 1974.

12L’ouvrage se termine sur la notion de « gardiens du passé », montrant que la longue tradition historiographique de l’Éthiopie a su assimiler les méthodes, textes, rencontres avec des historiens venus d’autres horizons. Les trois historiens qui sont au coeur de l’ouvrage, Gabra Krestos Takla Hāymānot, Mikael Germu et Heruy Walda Sellāssē en sont chacun des exemples distincts, quoique maîtrisant tous des compétences acquises aux « branchements » des cultures et des époques. Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2008, était attendu. Il fait preuve d’une grande maîtrise de l’historiographie en langues éthiopiennes (amharique essentiellement, et, dans une moindre mesure, tigriñã), produite au JOURNAL DES AFRICANISTES 86, 2016 : 340‑378 356 xxe siècle, jusque dans les premières années du Derg. L’auteur, néanmoins, se positionne assez peu par rapport aux travaux académiques préexistants dans ce champ d’étude (ceux de Bahru Zawde, Donald Crummey ou Hussein Ahmed, notamment), qu’il connaît et utilise. On regrette aussi que, mis à part les réflexions préliminaires sur les pratiques des historiens non occidentaux à travers le monde, menant à une ébauche de comparatisme (« History in the Vernacular », p. 5‑9), cet ouvrage peine à sortir d’un effet de catalogue. L’effort consenti pour rassembler et analyser cette documentation difficile d’accès explique probablement pourquoi le lecteur reste sur sa faim en termes d’analyse. Et de fait, tous les éléments sont là pour proposer de nouvelles pistes de recherche, telles que l’étude des communautés intellectuelles, ou encore celle des méthodes de travail de ces historiens modernes et de leur rapport à l’écrit. Ainsi, la coexistence, jusqu’au milieu du xxe siècle, d’outils manuscrits et imprimés est ici très peu étudiée, alors même que bon nombre des travaux utilisés dans cet ouvrage restèrent sous forme manuscrite et furent diffusés de façon confidentielle. Nous invitons donc l’auteur à poursuivre et à compléter ce premier opus prometteur.

Haut de page

Notes

1 L’auteur utilise un article en anglais d’Hartog, publié en 1996 dans KVHAA Konferenser. L’ouvrage qui fait réference est néanmoins Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Wion, « de Lorenzi James, 2015, Guardians of the Tradition. Historians and Historical Writing in Ethiopia and Eritrea », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 352-356.

Référence électronique

Anaïs Wion, « de Lorenzi James, 2015, Guardians of the Tradition. Historians and Historical Writing in Ethiopia and Eritrea », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5035

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals