Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Deveau Jean-Michel, 2015, La Reine Nzingha et l’Angola au xviie siècle

Paris, Karthala, 168 p.
Philippe David
p. 356-359
Référence(s) :

Deveau Jean-Michel, 2015, La Reine Nzingha et l’Angola au xviie siècle, Paris, Karthala, 168 p.

Texte intégral

1Sauf erreur, cette biographie (ou tentative de biographie) de Nzingha est au moins la troisième. Essayons de voir si elle sera la meilleure.

2Tout compte fait, sur ce personnage terriblement énigmatique, reine mythique d’une partie de l’Angola actuel morte en 1663, les historiens, après bientôt quatre siècles, ne savent absolument rien d’autre que ce que nous en ont appris les récits contemporains parfois fantastiques et fort peu chrétiens, des missionnaires ou chroniqueurs portugais qui furent, selon les cas et les époques, ses alliés, ses ennemis, peut-être même ses intimes et ses amants, en tout cas ses cajoleurs, ses persécuteurs, ses convertisseurs et ses baptiseurs. La première et la plus influente de ces œuvres discutables et déformantes est certainement cette anonyme et mystérieuse Histoire universelle depuis le commencement du monde jusqu’à présent, publiée à Amsterdam en 1765. L’auteur ne la cite pas moins de 42 fois, puisant aussi, faute de mieux, dans Cavazzi, publié en 1687 (13 citations), Prévost, publié en 1748 (9 citations) et Labat, publié en 1732 (9 citations également), dénonçant avec raison les outrances et les partis pris de ces divers auteurs inévitablement alignés sur les dogmes religieux, politiques et coloniaux de l’époque.

3Au-delà de ces données très imparfaites, parfois même caricaturales et contradictoires, toutes supputations supplémentaires seraient vaines et hasardeuses, puisque aucune découverte n’est plus jamais venue enrichir nos connaissances. Pourtant, tout au long de son livre, l’auteur prend le risque de nombreuses adjonctions de son cru plus ou moins prudentes, parfois même tout à fait péremptoires : « Ngola [...] se fit usurier, prêtant à des taux que nous ignorons mais qui ne devaient pas être anodins » (p. 38) ; « [o]n connaît mal sa politique intérieure mais elle ne put que contraster avec celle de ses prédécesseurs » (p. 45) ; « on peut sans erreur avancer que » (p. 66) ; « [s]i aucune chronique ne peint l’horreur de la situation, il n’est pas difficile d’en imaginer la désespérance lorsque l’on sait que dans un même village la mort frappait souvent neuf hommes sur dix » (p. 69) ; « les missionnaires souffraient de très dures conditions de vie. On estime que près de la moitié ne survivait pas plus de quelques mois » (p. 76) ; « [l]es vagues migratoires qui déferlaient de tous côtés montrent suffisamment qu’elle [la famine] éprouva probablement des centaines de milliers, voire des millions de personnes fuyant en quête de nourriture » (p. 85) ; « [n]ous n’en savons rien mais à n’en pas douter » (p. 104) ; « [é]videmment, Nzingha ne pouvait pas laisser passer une aussi belle occasion » (p. 122) ; « [p]endant ce temps, Nzingha rongeait son frein, tout en préparant sa revanche » (p. 125) ; ou encore : « [n]e sachant plus à quel saint se vouer, la souveraine... » (p. 128).

4Ce récit ajouté, un peu trop risqué et souvent fait au pas de charge, est grevé ici et là d’un vocabulaire anachronique ou relâché qui détonne et surprend. D’un côté : missionnaires en colonnes serrées, des sujets tétanisés, hordes de terroristes, parti colonialiste, bataillons de choc, sécuriser l’accès, développé une métallurgie, question anxiogène, des bandes qui court-circuitent les réseaux commerciaux, drastiques, économie mafieuse, structurer une logistique, bouchère ruisselante d’hémoglobine, fantasmer, sectes paramilitaires, contestataire, pression fiscale, racket, cause nationaliste, raisons géostratégiques (p. 6, 44, 46, 47, 56, 61, 62, 65, 66, 69, 81, 82, 99, 101, 109, 115, 119, 123, 124, 154). Et, de l’autre côté : orgies cannibales, pagaïe, accourus à la curée, maquignonner de conserve, une guigne, société mise cul par-dessus tête, concupiscence de cannibales, envoya promener le bon père, (p. 19, 40, 45, 50, 100, 109, 113, 117, 119).

5En tout cas, longtemps décrite comme une affreuse, impitoyable et sanguinaire créature, Nzingha décède à 82 ans environ, en décembre 1663, convertie et baptisée sur le tard, fidèle à sainte Anne, sa patronne. L’auteur, dans sa conclusion, a de nouveau raison de revenir encore sur l’effet terriblement déformant des seuls témoignages dont disposent les historiens d’aujourd’hui, dénonçant plus particulièrement celui du capucin Cavazzi, dont le « racisme inhibe entièrement la perception ». Spécialiste de l’histoire de l’esclavage et de la traite en général, il leur consacre évidemment de longues pages (62‑77), ainsi qu’aux Hollandais, moins soigneux de leurs esclaves, et maîtres de Sâo Tomé et de l’Angola portugais pendant une cinquantaine d’années (même chapitre et p. 119‑124). Rappelant qu’on ne sait absolument rien de l’histoire de l’Angola antérieure à l’arrivée des Portugais (p. 33), Jean-Michel Deveau ne parvient pas non plus à résoudre l’énigme de ces mystérieux Jaga dont les « hordes sanguinaires » nomades d’origine inconnue et descendues du nord auraient été intégrées aux armées de Nzingha (chap. iv). Il évoque ici et là, mais sans s’y attarder, les prêtres angolais singhilles ou xingula (p. 23, 45, 107, 128) ainsi qu’un « mal dangereux » appelé « bittios de cu » (p. 70, 75). Il jongle aussi avec tous les toponymes de l’époque et de la région (villes, pays, provinces ou royaumes) mais sans faire l’effort d’interroger d’un peu plus près la géographie pour essayer d’en mettre au moins quelques-uns en correspondance avec ceux d’aujourd’hui. Aucune carte, ancienne ou moderne, de cet Angola pas ou peu connu des lecteurs français ou francophones n’est là pour nous y aider.

6Décidément, pour l’instant, Nzingha, « incontournable héroïne, Jeanne d’Arc africaine », semble encore condamnée à un flou durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Deveau Jean-Michel, 2015, La Reine Nzingha et l’Angola au xviie siècle », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 356-359.

Référence électronique

Philippe David, « Deveau Jean-Michel, 2015, La Reine Nzingha et l’Angola au xviie siècle », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5038

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals