Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Jolly Éric, Lemaire Marianne (édition établie par), 2015, Cahier Dakar-Djibouti

Meurcourt, Éditions Les Cahiers, 1408 p.
Anaïs Mauuarin
p. 358-361
Référence(s) :

Jolly Éric, Lemaire Marianne (édition établie par), avec la collaboration de Julien Bondaz, Claire Bosc-Tiessé, Marie Gautheron, Brice Gérard, Jean Jamin, Makeda Ketcham, Cécile Van den Avenne, Anaïs Wion, 2015, Cahier Dakar-Djibouti, Meurcourt, Éditions Les Cahiers, 1408 p., 524 ill.

Texte intégral

  • 1 Les travaux pionniers ont été ceux de Jean Jamin, qui contribue d’ailleurs à ce Cahier : « Objets t (...)

1C’est une réelle somme, fruit d’un travail de compilation intense, que nous livrent Éric Jolly et Marianne Lemaire : au fil de 1 400 pages, ils nous permettent de pénétrer au cœur de la fameuse mission Dakar-Djibouti, de son histoire et de ses écrits. Si les travaux sur cette mission, conçue comme le point de départ de l’ethnologie française moderne, sont déjà pléthore1, le présent ouvrage prend un angle inédit, largement laissé dans l’ombre. Il livre en effet des sources, les textes publiés, ou écrits en vue de l’être, des sept membres qui ont pris part à cette mission entre 1931 et 1933 : outre ceux de Marcel Griaule et Michel Leiris, on en trouve de bien moins connus, par Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner. Ce sont autant des articles scientifiques issus du Journal de la Société des africanistes, d’Aethiopica, de la Revue de synthèse ou du Journal de psychologie normale et pathologique, que des articles de journaux grand public tels Le Monde illustré et Le Monde colonial illustré, ou de revues plus connues et plus hétéroclites, comme Documents, Minotaure ou, plus tard, Présence africaine. Ils côtoient de nombreux communiqués officiels, ainsi que les radioconférences racontant la mission. Au total, 77 textes sont rassemblés et accompagnés de riches introductions et d’annotations précises. Pour ce travail colossal, un groupe de 8 collaborateurs, historiens et historiens de l’art, anthropologues, et linguistes, a épaulé Jolly et Lemaire.

  • 2 « Note sur la présente édition », Cahier Dakar-Djibouti, op. cit., p. 68.

2Cela n’a pas dû être une mince affaire que de choisir la manière d’organiser et présenter cet ensemble de textes. Face à la diversité des sources et des auteurs, les deux éditeurs ont adopté le parti de construire l’ouvrage en « respect[ant] la chronologie et la progression géographique2 » de la mission Dakar-Djibouti. Alors que la première partie rassemble les textes relatifs aux préparatifs, et la dernière ceux qui explicitent les résultats obtenus au retour de la mission, les cinq parties intermédiaires déclinent, dans l’ordre, de l’ouest à l’est, les endroits où la mission a fait étape. La seconde partie regroupe ainsi les textes faisant référence au trajet de Dakar à Mopti, avant que la focale ne se déplace vers le pays Dogon, puis le Dahomey, et ensuite vers le Cameroun, jusqu’à l’Éthiopie. Au fil de ces parties, c’est donc la mission que l’on suit, et, à ce titre, l’ouvrage peut apparaître comme le pendant de L’Afrique fantôme de Michel Leiris (1934), comme l’envers de cette littérature qui soulignait les contradictions de la démarche ethnologique. Les textes du Cahier Dakar-Djibouti sont plus officiels, plus positifs, et rétablissent en cela un équilibre historique en termes d’appréciation de la mission et de déploiement textuel. Chaque partie fait autant place à des textes écrits à l’époque, relatant le déroulement de la mission, qu’à des études élaborées à partir des matériaux récoltés dans chaque lieu.

  • 3 Voir notamment l’article de Christine Barthe, 2000, « De l’échantillon au corpus, du type à la pers (...)

3À ce découpage par étapes géographiques, s’ajoute, au sein des parties, une segmentation thématique. La partie consacrée au pays Dogon décline d’abord les textes consacrés aux « Cérémonies funéraires et objets rituels », puis ceux sur la « Langue des masques », sur les « Peintures sur roche », et enfin sur la « Circoncision ». Les thèmes sont tout autres en ce qui concerne l’Éthiopie, qui regroupe le plus grand nombre de textes : à la suite des « Récits de voyage », s’égrainent le « Christianisme éthiopien : pratiques artistiques et religieuses », le « Zar », les « Populations non chrétiennes », l’« Ethnozoologie », puis l’« Esclavage ». Cette déclinaison en thèmes au sein d’ensembles géographiques, qui fait écho aux méthodes classificatoires classiques de l’ethnologie telles qu’on pouvait les trouver au sein de la photothèque du musée de l’Homme3, permet de cerner quelles questions et quels types de savoirs ont été élaborés au cours et à partir de cette mission. Elle conduit également à appréhender les différentes temporalités qui sont à l’oeuvre dans la construction de ces savoirs, et dans leur publication. Si une majorité des textes date des années 1930, certains sont toutefois largement postérieurs. Le dernier texte de Griaule, écrit à partir des données de cette mission, date de 1942, alors que Leiris continue à en tirer des fils jusqu’aux années 1980.

4Cette organisation laisse la possibilité de naviguer au sein des savoirs ethnographiques élaborés au cours de cette mission, et de plonger, par exemple, dans le travail au long cours que Michel Leiris a élaboré en neuf textes sur les génies Zar. Makeda Ketcham, qui introduit cet ensemble d’écrits, souligne d’ailleurs à quel point les travaux de Leiris gardent une qualité scientifique avérée, que les études postérieures ont contribué à développer et à affiner, sans les contredire. Le ton de cette introduction tranche toutefois avec celui de nombreuses autres, qui mettent davantage en avant le contexte d’élaboration et de publication des textes, laissant de côté leur potentielle valeur scientifique. L’objectif de l’ouvrage ne semble pas en effet de réactualiser les résultats publiés à l’époque pour la présente recherche en anthropologie – comme on le fait des articles disséminés d’un chercheur reconnu, afin de leur donner une nouvelle disponibilité scientifique.

5La perspective est bien plutôt historienne. Si l’ouvrage donne accès à des textes variés et disséminés, un effort intense a été fourni afin de les recontextualiser de manière particulièrement fine. Rien n’est laissé en suspens, tout semble avoir été vérifié, le moindre détail, et il en ressort une vive impression d’érudition de la part des coordinateurs et collaborateurs. C’est par exemple le cas à propos de la date de la conférence donnée par Griaule au Lyceum avant le départ de la mission, qui, en recoupant diverses sources, s’avère fausse sur le manuscrit original, et qui est ici corrigée – elle a donc lieu le 20 décembre 1930. Le passage de la mission en Éthiopie, dans un contexte de tension avec l’Italie, est lui aussi très bien explicité, au point de souligner la naïveté dont l’équipe de Griaule a fait preuve dans un premier temps. L’ouvrage constitue un effort de synthèse impressionnant, qui s’est nourri des nombreux travaux qu’a suscités la mission Dakar-Djibouti depuis plusieurs années, conjugué à un travail de recherche inédit, mené par Éric Jolly et Marianne Lemaire, notamment à partir des archives de la mission et de Marcel Griaule, conservées à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie de l’université de Nanterre.

  • 4 Éric Jolly est en effet l’auteur du Carnet no 4 (Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan, janvier (...)

6Par cet ouvrage, il s’agit donc de contribuer à rendre disponible et à contextualiser une partie importante des matériaux de l’histoire de l’anthropologie française. Éric Jolly et Marianne Lemaire n’en sont d’ailleurs pas à leur première contribution, dans ce champ en plein essor. Ils oeuvrent au contraire à en forger les problématiques depuis plusieurs années, aux côtés de Jean Jamin, Daniel Fabre, Christine Laurière, André Mary ou encore Vincent Debaene. Plus récemment, ils ont également contribués aux Carnets de Bérose4. C’est dans le sillage de ces activités que se situe aujourd’hui le Cahier Dakar-Djibouti. La diversité des textes rassemblés a encore été peu explorée et étudiée. La donner ainsi à lire contribue non seulement à éclairer un pan de l’histoire de la discipline en permettant de cerner, dans le texte, les présupposés et les acquis de la mission Dakar-Djibouti, mais, de façon peut-être plus significative encore, cela concourt à historiciser les pratiques discursives en anthropologie.

7Si l’ouvrage confirme les liens de l’ethnologie avec les avant-gardes, qui se manifestent notamment par les textes parus dans Minotaure et Documents – et qui justifient en partie le choix de l’éditeur, qui a déjà publié les Cahiers de Leiris, Bataille et Artaud –, il est loin de s’en tenir à cette histoire séduisante. À travers la diversité des textes qu’il rassemble, se construit clairement la reconnaissance de l’histoire hybride de la discipline, qui va au-delà des avant-gardes. On s’étonne toutefois, face à cette ambition, de l’absence de certains titres de presse, auxquels plusieurs membres de la mission ont participé. Le Monde illustré et Le Monde colonial illustré sont les seuls représentants de la presse populaire illustrée, alors que des articles paraissent à la même période dans Voilà, Marianne ou Sciences et voyages. Certaines images du Cahier y font pourtant directement référence, comme cette double page présentant un fac-similé de l’article de Gaston-Louis Roux, « Au pays des rois féodaux », paru dans Voilà le 10 août 1935. Malgré une connaissance de cette littérature, le choix a donc été fait de laisser de côté le contenu de ce genre de revues. Si l’on peut regretter que ce pan de l’histoire culturelle et populaire de l’ethnologie reste encore à l’arrière-plan, cela n’enlève rien à la qualité et à l’importance de l’ouvrage que publient Éric Jolly et Marianne Lemaire. En donnant accès à cet ensemble de textes et en les recontextualisant finement, ils affirment la nécessité de cerner l’histoire de l’ethnologie sous un angle cultuel, et invitent les chercheurs à y contribuer.

Haut de page

Notes

1 Les travaux pionniers ont été ceux de Jean Jamin, qui contribue d’ailleurs à ce Cahier : « Objets trouvés des paradis perdus. À propos de la mission Dakar-Djibouti », in Jacques Hainard, Roland Kaehr (dir.), Collection passion, Neuchâtel, musée d’Ethnographie, 1982. Il a encore consacré un ouvrage à la mission en 2014, le deuxième numéro des Carnets de Bérose : Le Cercueil de Queequeg. Mission Dakar-Djibouti, mai 1931-février 1933, Lahic/DPRPS – Direction des patrimoines, 2014 (en ligne : <http://www.berose.fr/IMG/pdf/jj_6-09web.pdf>, consulté le 8 juin 2016). Parallèlement, les travaux de James Clifford et Benedetto Caltagirone ont fait date, et, depuis le début des années 2000, les recherches se sont multipliées : voir notamment les ouvrages et articles de Fernando Giobellina Brumana, Clémentine Deliss, Nicolas Sanchez Dura et Hasan G. Lopez Sanz.

2 « Note sur la présente édition », Cahier Dakar-Djibouti, op. cit., p. 68.

3 Voir notamment l’article de Christine Barthe, 2000, « De l’échantillon au corpus, du type à la personne », Journal des anthropologues 80-81 : 71-90) et le mémoire de Céline Scaringi, 2009, Le Difficile Statut de la photographie ethnologique : étude du fonds photographique du musée du quai Branly, ENS Louis-Lumière.

4 Éric Jolly est en effet l’auteur du Carnet no 4 (Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan, janvier-avril 1935) et Marianne Lemaire du Carnet no 5 (Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier-octobre 1935), tous deux parus en 2014 et disponibles en ligne : <http://www.berose.fr/?-Les-Carnets-de-Berose-240-> (consulté le 8 juin 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Mauuarin, « Jolly Éric, Lemaire Marianne (édition établie par), 2015, Cahier Dakar-Djibouti », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 358-361.

Référence électronique

Anaïs Mauuarin, « Jolly Éric, Lemaire Marianne (édition établie par), 2015, Cahier Dakar-Djibouti », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5040

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals