Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Labou Tansi Sony, 2015, Poèmes

Paris, CNRS, « Planète libre », 1252 p.
Xavier Garnier
p. 361-363
Référence(s) :

Labou Tansi Sony, 2015, Poèmes, édition critique coordonnée par Nicolas Martin- Granel et Claire Riffard (en collaboration avec Céline Gahungu), Paris, CNRS, « Planète libre », 1252 p.

Texte intégral

1On a d’abord découvert l’écrivain congolais Sony Labou Tansi comme romancier, à la fin des années 1970, puis comme dramaturge, dans le courant des années 1980 ; il se révèle aujourd’hui, vingt ans après sa mort, comme poète. L’édition génétique et critique de la poésie de Sony, qui vient de paraître dans la collection « Planète libre », est un événement : un pan considérable de la production littéraire de cet auteur majeur de la littérature africaine accède à la publication après avoir attendu pendant près de quarante ans dans ces petits cahiers d’écolier qui étaient le support principal de son écriture. En effet, une partie essentielle de cette œuvre poétique a été écrite au tournant des années 1970, avant que l’auteur ne fasse mine d’abandonner cette voie, comme en témoigne ce qu’il écrit en mars 1977 à Sylvain Bemba : « la poésie je n’y crois plus. Je me fais un chemin sur le roman ». Certes, on trouve également dans cette édition quelques recueils importants qui ont été écrits au cours des années 1980 (930 mots dans un aquarium, Le Quatrième Côté du triangle) et jusqu’en 1993 (pour Poèmes et vents lisses), mais ces textes avaient, depuis la mort de l’écrivain, déjà eu accès à la publication. Le projet de publier l’ensemble des cahiers de poésie de Sony n’était pas une entreprise simple à mener à bien, tant ces poèmes se reprennent, s’accrochent les uns aux autres, font pelote, dans un bouillonnement créatif d’une incroyable intensité. Chaque cahier (dont la couverture est photographiée) est reproduit dans une transcription diplomatique qui laisse apparaître les ratures, les alignements de vers, les différents effets graphiques. Les remarquables introductions de Céline Gahungu et de Nicolas Martin-Granel permettent de comprendre comment ces différents cahiers naissent les uns des autres, sont pris dans des jeux d’échos, dans des cycles emboîtés, mis en phases.

2Les poèmes, les strophes, les vers circulent d’un cahier à l’autre, pris dans des agencements en perpétuelle variation : la première version des Vers au vinaigre, qui comporte quatre sections – « Les promenades » (on en trouve 67), « Le monde à l’envers », « De l’être au néant » et « L’autre monde » –, se réagence dans la seconde version en sections aux titres apparemment moins ambitieux – « Les salades », « Les choux-fleurs » (section subdivisée en « poèmes électriques », « poèmes à vapeur » et « poèmes tranchants »), « Les machins » et « Poèmes en panne ». De la première à la seconde version des Vers au vinaigre, une orientation différente est donnée à des poèmes d’abord écrits à la fin des années 1960 sous le sceau d’une métaphysique de l’être et du néant, puis repris au début des années 1970 dans une poétique de l’efflorescence énergétique au coeur du monde. Le jeune étudiant, alors en prise directe avec la poésie française à laquelle il a accès, entraîne des accents hugoliens, puis baudelairiens, dans l’expérience qu’il fait d’un Congo postcolonial où il oscille entre la révolte et l’ennui. À la lecture de ces deux premiers recueils, on comprend la force poétique de la mise en variation des poèmes à partir d’un changement de tonalité. Observons ce qui se joue entre cette « première promenade » de la version 1, « Mes pensées sont derrière/ les tombes devant/Je pense ardemment/À l’oiseau au sein blotti/Dans le nid/Du corsage fait exprès de coton/La rue me dit toujours : “Partons !”/Et je dis où est l’homme ? » et cette « Salade » tirée de la version 2 : « Et je me demande : Où est l’homme/ Ah !/Mes pensées sont derrière/Les tombes devant/Je pense ardemment/ Je pense rouge/Et la rue me dit : “Vite !”/Et je réponds : “La ferme !” » De l’une à l’autre version, Sony Labou Tansi change d’orientation, et cette mise en variation va continuer au cours des années 1970, jusqu’au diptyque de 1977 formé par Le Pays intérieur, d’une part, et Le Poète en panne, d’autre part. La distribution des poèmes, désormais simplement numérotés, en un premier recueil (que Sony considère en 1977 comme « le plus fort ») condensé sur le pays et un second voué à la dispersion du poète, semble interrompre le cycle.

3Au sein de cette tourmente poétique ouverte par Les Vers au vinaigre et qui se referme en 1977 avec Le Poète en panne, Sony parvient à écrire trois cycles bien distincts, qui se succèdent. Au tout début des années 1970, un fascinant diptyque, probablement marqué par la lecture des poésies de Rimbaud, formé par La Vie privée de Satan et Les Yeux de l’espoir ; deux recueils qui semblent se répondre de part et d’autre du « cosmocide » en une poésie du flux, « sans maître » et « sans principes » : « Je ne suis plus qu’une ardeur/Qui arpente/Les rues/Une épave/Ou une panne/Qui flotte dans la vie ».

4Le deuxième cycle est ouvert par le séjour en France que Sony effectue durant l’été 1973. Les poèmes de La Troisième France, Poèmes de Sony Lab’ou Tansi et L’Autre Rive du pain quotidien sont écrits entre 1973 et 1975 et témoignent de l’événement que fut cette rencontre avec la France dont il fait une expérience à la fois intime et violente : « À qui est ce pays/Toutes les vaches ont sonné/On dirait que les toits/Sont fruits de coeurs/Et les coeurs de tuiles ‑ »

5Le troisième cycle s’étend de 1973 à 1977. Il est ponctué par La Peur de crever la vie, Ici commence ici, L’Acte de respirer (version 1), L’Acte de respirer (version 2), L’Acte de quitter la vie et se termine par Déjà... j’ai habité tous ces mots. La poésie y devient de plus en plus cellulaire, procédant par écroulement de mots en cascade sur la page, comme pour forcer la respiration de celui qui la dit (ou même la lit). Les mots-cellules, libérés de la syntaxe, circulent d’un recueil à l’autre, comme portés par le même souffle en flux et reflux, proclamé colonne de gravité d’un monde qui s’effondre.

6Difficile d’identifier des cycles à partir des années 1980. Les poèmes, écrits à travers le monde (la poésie semble chez lui de plus en plus faire corps avec les déplacements), circulent par bribes de façon inextricable pour donner lieu à trois recueils majeurs : 930 mots dans un aquarium, Le Quatrième Côté du triangle, et enfin Poèmes et vents lisses, au début des années 1990. On comprend, en lisant ces textes tardifs, à quel point la poésie est restée essentielle dans l’aventure littéraire de Sony, notamment comme opératrice du basculement du côté féminin que l’on a pu repérer par ailleurs dans son roman et dans son théâtre. Les « 100 femmes » qui ouvrent 930 mots dans un aquarium rayonnent dans toute cette poésie qui s’ouvre à l’espoir : « Moi/J’attendrai la vague/et ta voix/et tes yeux/et le corail et ton odeur/dure de femme férue/Ensemble nous/allons fustiger/le grand complot/ où je te laisse pleurer/d’amour – »

7Insistons sur ce point : cet ouvrage est un événement d’importance, qui nous révèle un immense poète et dont l’impact ne pourra rester sans effets sur les lectures à venir de l’oeuvre dramaturgique et romanesque de Sony Labou Tansi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Garnier, « Labou Tansi Sony, 2015, Poèmes », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 361-363.

Référence électronique

Xavier Garnier, « Labou Tansi Sony, 2015, Poèmes », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5044

Haut de page

Auteur

Xavier Garnier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals