Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Lorillard Marie, 2013, Souffrances discrètes, fatigue ordinaire : regard sur le monde rural sénoufo

Paris, IBIS Press, 226 p.
Roland Colin
p. 364-365
Référence(s) :

Lorillard Marie, 2013, Souffrances discrètes, fatigue ordinaire : regard sur le monde rural sénoufo, Paris, IBIS Press, 226 p.

Texte intégral

  • 1 Gagliardi Elizabeth, 2015, Senufo sans frontières, la dynamique des arts et des identités en Afriqu (...)

1Cet ouvrage de 200 pages, complété par une bibliographie de 13 pages, traite un sujet sensible selon une approche singulière, à l’heure où la culture du monde sénoufo fait l’objet d’une attention particulière de la recherche anthropologique, ainsi qu’en fait foi la grande exposition présentée au musée Fabre de Montpellier, conçue au départ par le musée de Cleveland (États-Unis), et illustrée par une belle présentation de Susan Elizabeth Gagliardi1.

2Marie Lorillard est une jeune anthropologue qui a mené ses recherches doctorales sur une population sénoufo du nord de la Côte d’Ivoire, à travers des séjours conséquents sur le terrain, complétés par des enquêtes chez les Sénoufo du sud-Mali et du Burkina Faso.

3Elle est entrée en profondeur dans l’intimité culturelle et sociale de ce peuple, avec une bonne maîtrise de la langue sénoufo, ce qui lui a permis de façon remarquable la « traversée du miroir ». Elle a choisi une clé d’investigation originale et pertinente. Les Sénoufo ont la réputation de cultiver le secret, la discrétion. L’objectif de l’auteur est de percer le voile des apparences, et elle y parvient dans une démarche d’exigeante authenticité. Après avoir dressé le cadre historique et géographique indispensable, montrant que cette population s’est enracinée dans sa terre à travers de multiples épreuves, elle se met en devoir d’éclairer la vision intérieure de cette socialité robuste et résistante à tant d’épreuves avant, pendant et après le « temps de la force », sous la domination coloniale. Tout le processus de la socialisation, par le jeu des rites de passage, et particulièrement du Poro touchant garçons et filles, est une extraordinaire entreprise d’affrontement à la « souffrance », physique autant que morale et relationnelle, pour l’humaniser en la maîtrisant. L’auteur montre aussi la façon dont la parole curative et rédemptrice, exprimée notamment dans les chants qui ponctuent les travaux et les jours, permet de dire ce que la retenue sociale ordinaire (fèrè : la « honte », la « pudeur », la « réserve ») voue habituellement au silence. La parole des femmes, spécialement dans les « chants à moudre » recueillis dans les péripéties du quotidien, avec une charge de poésie impressionnante, se fait contre-pouvoir régulateur, pour faire face aux épreuves et rétablir les équilibres humains.

4Le récit de Marie Lorillard est d’autant plus intéressant, dans l’originalité et la profondeur de son approche, qu’il décrit une communauté non seulement dans le patrimoine de ses racines, mais aussi dans le choc des événements contemporains, la guerre au nord de la Côte d’Ivoire avec ses blessures et ses vicissitudes. Cette recherche contribue, par là même, à l’éclairage des épreuves du présent de l’Afrique.

5La langue est claire et limpide. On suit l’auteur dans ses plongées personnelles au sein du monde qui l’accueille. Elle raconte, campe les situations et les personnages, sans se départir des exigences d’une analyse rigoureuse. Les illustrations photographiques sont intéressantes et utiles. Une belle anthropologie de l’intériorité.

Haut de page

Notes

1 Gagliardi Elizabeth, 2015, Senufo sans frontières, la dynamique des arts et des identités en Afrique de l’Ouest, Cleveland, Paris, The Cleveland Museum of Arts, 5 Continents Editions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Colin, « Lorillard Marie, 2013, Souffrances discrètes, fatigue ordinaire : regard sur le monde rural sénoufo », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 364-365.

Référence électronique

Roland Colin, « Lorillard Marie, 2013, Souffrances discrètes, fatigue ordinaire : regard sur le monde rural sénoufo », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5046

Haut de page

Auteur

Roland Colin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals