Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Magrin Gérard, 2013, Voyage dans l’Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement

Paris, Publication de la Sorbonne, 424 p.
Bernard Salvaing
p. 365-366
Référence(s) :

Magrin Gérard, 2013, Voyage dans l’Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement, Paris, Publication de la Sorbonne, 424 p.

Texte intégral

1Les réflexions sur l’articulation entre le poids de systèmes rentiers séculaires et le processus de développement en Afrique sub-saharienne sont entrecroisées ici avec la démarche du géographe qui réfléchit en termes de territoires. Ce recours constant à la dimension locale conduit à une géographie de la complexité, soulignant la diversité des évolutions liées aux caractères différents des espaces considérés.

2L’auteur appuie sa démonstration sur des exemples pris essentiellement dans l’ouest africain, en recourant à la comparaison de quelques cas précis choisis successivement en fonction des thèmes traités. Ainsi, selon lui, l’extraversion du Sénégal, sans conduire au développement, s’accompagne d’une certaine paix sociale et d’une modération plus ou moins démocratique, alors qu’au Tchad, avec la rente pétrolière, certaines dérives politiques et économiques n’empêchent pas aujourd’hui une marge de manœuvre réelle face aux compagnies pétrolières. Bref, « la rente oriente, elle ne détermine pas » (p. 133), et « les dynamiques contemporaines, qu’elles soient internes ou externes, ouvrent [aujourd’hui] des espaces de bifurcation qui n’existaient pas il y a cinquante ans hors de l’ornière de la rente stérile » (p. 362).

3D’où un optimisme mesuré : « Le seul avenir possible de l’Afrique n’est peut-être pas une insertion croissante dans la mondialisation à partir d’enclaves extractives, agricoles ou forestières et d’aires protégées, la crise généralisée des autres parties du territoire étant gérée par l’aide, les camps de réfugiés, les transferts migratoires » (p. 319). L’auteur ne partage pas non plus le point de vue selon lequel « le temps du développement de l’Afrique viendra, peut-être, quand le coût du travail augmentera en Asie, ce qui prendra bien encore vingt ans au moins ». Il insiste sur les possibilités offertes dès aujourd’hui par l’approfondissement du marché inter-africain, favorisé par l’intégration économique du continent et par les potentialités liées à l’expansion démographique. Ainsi, la boucle est bouclée. Dans le passé, « les dirigeants africains ont tôt mis l’accent sur la captation des flux associés à l’extraversion [...] pour compenser les difficultés à disposer des forces productives peu nombreuses et dispersées sur de vastes espaces » (p. 355). Et il faut souligner (p. 45) « l’ironie féroce qui voyait un continent sous-peuplé exporter ses hommes ». Aujourd’hui, au contraire, « l’expansion démographique donne une épaisseur à la géographie » (p. 280‑296).

4Cependant, on doit éviter toute approche ou corrélation faussement évidente. Par exemple, l’auteur souligne que la décentralisation n’est pas forcément une panacée ; il affirme « l’inégale vulnérabilité des systèmes rentiers », et à quel point « les conditions locales comptent dans l’articulation du donné des sociétés et du jeu des relations extérieures ». Il montre que certaines notions, quel que soit leur intérêt, doivent être relativisées : ainsi celle de « malédiction des ressources naturelles » (p. 103‑131).

5Dans le traitement, par ailleurs salutaire, de « la malédiction des ressources naturelles », on peut cependant regretter l’amalgame à mon avis un peu facile fait par l’auteur entre cette notion et les dérives idéologiques portant sur l’Afrique continent maudit (il évoque à ce sujet la malédiction de Cham, les excès de l’afropessimisme et les généralisations de la première partie du discours de Dakar). De même, lorsque l’auteur écrit que « les États-Unis n’ont pas cherché à se créer un empire colonial [en raison de] leur passé de colonie britannique et leurs bases philosophiques libérales » (p. 184), il serait facile de répondre que, comme la Russie d’alors, ils ont préféré conquérir leur hinterland continental, à une époque où les puissances européennes étriquées dans un petit territoire se tournaient vers le grand large. Du reste, la colonisation des Philippines coïncide à peu près avec l’achèvement de la conquête de l’Ouest.

6On aura compris que ces réserves restent mineures, au regard de la mine d’informations fournie, au service d’une approche souvent convaincante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Salvaing, « Magrin Gérard, 2013, Voyage dans l’Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 365-366.

Référence électronique

Bernard Salvaing, « Magrin Gérard, 2013, Voyage dans l’Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5048

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals