Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Martinelli Bruno, Bouju Jacky (dir.), 2012, Sorcellerie et violence en Afrique|Fancello Sandra (dir.), 2015, Penser la sorcellerie en Afrique

Paris, Karthala, 331 p.|Paris, Hermann, 310 p.
Suzanne Lallemand
p. 366-372
Référence(s) :

Martinelli Bruno, Bouju Jacky (dir.), 2012, Sorcellerie et violence en Afrique, Paris, Karthala, 331 p.

Fancello Sandra (dir.), 2015, Penser la sorcellerie en Afrique, Paris, Hermann, 310 p.

Texte intégral

1Sorcellerie en Afrique.
Deux ouvrages sont récemment parus sur ce sujet récurrent et déjà fortement documenté. Nul hasard puisqu’il émane de groupe d’universitaires et de chercheurs participant au même programme, intitulé Violence, justice et droits de l’homme. Le premier ouvrage fut publié en 2012 : Sorcellerie et violence en Afrique, dirigé par Bruno Martinelli et Jacky Bouju. Le second, en 2015 : Penser la sorcellerie en Afrique, sous la direction de Sandra Fancello.

2Les deux livres ont les mêmes objectifs : rendre compte des comportements des populations, de leurs dirigeants, de l’appareil judiciaire et des églises nouvelles, ainsi que des désorceleurs traditionnels, face aux processus qualifiables, par eux, de sorcellerie. Les auteurs choisissent, comme terrains, non pas l’Afrique occidentale qui a fourni de nombreux textes sur ce sujet, mais l’Afrique centrale, avec la République centrafricaine, et, dans une moindre mesure, le Cameroun, le Gabon, le Congo, le Tchad. Ils sélectionnent aussi, dans ces pays, des situations contemporaines et des actes récents, voire ceux dont ils ont été témoins, comme le prouve l’abondance de leurs photos.

3Examinons le premier ouvrage, Sorcellerie et violence en Afrique. Dans la préface, après le rappel des caractéristiques déterminant le diagnostic de sorcellerie, les auteurs déclinent les différentes violences qu’elle déchaîne, tant chez l’accusateur que chez l’accusé : violence de la croyance, de celui qui se croit dévoré de l’intérieur et promis à tous les échecs sociaux, violences populaires qui vont de la torture au lynchage, violences juridiques (longues incarcérations). On pourrait y ajouter les violences religieuses, exigeant des aveux, jeûnes et purifications, et les violences familiales, pouvant entraîner jusqu’au bannissement et au meurtre.

4Bruno Martinelli nous dévoile aussi l’importance des enfants sur la scène sorcellaire. Une petite ville de Centrafrique est bouleversée : un pasteur meurt, son remplaçant tombe malade. Trois fillettes s’auto-accusent, elles ont respectivement 2, 8 et 11 ans. Les gendarmes ordonnent aux fillettes de restituer au pasteur vivant les parties invisibles du corps qu’elles lui auraient dérobées. Chose vérifiée, assure la police. Puis les enfants attaquent verbalement celles qui les auraient formées à la sorcellerie, deux vieilles femmes. La justice condamne ces dernières à dix ans de travaux forcés, suivis de dix années d’interdiction de séjour. La plus âgée meurt trois jours après avoir avoué tout ce qu’on voulait lui faire dire ; l’autre n’avouera jamais rien. Elle doit être encore en prison.

5On peut s’étonner de la facilité avec laquelle policiers et juges acceptèrent les accusations si lourdes de conséquences de la part de si minuscules accusatrices. En Afrique comme ailleurs, savoir et sagesse sont censés progresser avec l’âge. Le jeune enfant est celui qui ne sait rien ; comme en d’autres sociétés, ses propos ne sont pas audibles dans une affaire sérieuse. Sauf, nous dit l’auteur, en ce qui concerne l’accusation en sorcellerie. De la part d’un orateur petit ou grand, la parole dénonciatrice a immédiatement valeur de vérité, et place l’accusé dans une position inférieure et dangereuse. Paradoxalement, il arrive que la victime devienne coupable : alors les rôles s’inversent, ou bien la culpabilité se déplace sur des tiers, comme on le constate pour les trois fillettes.

6Quels sont les présumés sorciers en Centrafrique ? Les mêmes que ceux de l’Afrique occidentale : de fragiles vieilles personnes, des veuves non réépousables par les cadets des défunts, des handicapés, des jeunes orphelins nantis de belles-mères acariâtres, bref des gens plutôt pitoyables. Moins nombreuses, les personnes sans caractéristiques particulières, et l’opposé à fort statut, font plus rarement l’objet d’une dénonciation de ce genre. Mais nul n’est complètement à l’abri de la vindicte publique.

7Le lecteur peut penser, lorsque les aveux de culpabilité se multiplient dans une région, qu’ils signent la défaite de la famille étendue et de son exigeante morale. On appelle père non seulement son géniteur, mais tous les frères, cousins proches et lointains de celui-ci issus de la branche paternelle de la famille. Les enfants de cet ensemble se nommeront frères ; à cette similitude des appellations correspond un idéal : gommer la différence entre parenté par le sang, proche et lointaine, confondre verbalement la consanguinité et l’alliance. La tactique du lignage est celle de l’ouverture et du partage. Son objectif consiste à augmenter le nombre de ses participants, lesquels sont considérés comme la plus grande richesse de la famille. Or, il est courant que la dénonciation émane du groupe de résidence commun ; il le fait souvent éclater. De plus, malgré la séparation (par bannissement, enfermement, décès) du présumé sorcier, la réputation de son lignage en pâtira. Il lui sera difficile de marier ses célibataires, et les liens généreux du voisinage feront place à une distante méfiance.

8Sandra Francello nous livre une autre information de choix : comment obtenir l’aveu du présumé sorcier et la guérison de sa supposée victime ? La tradition voulait que l’on s’adressât à un nganga, guérisseur. Mais celui-ci, toujours sollicité, n’est pas à l’abri de soupçon : il mobiliserait des forces occultes pour réussir ses guérisons. Aujourd’hui, la famille d’un présumé sorcier dispose d’un grand choix d’exorciseurs issus du christianisme, certains célèbres, tel Éric de Rosny, d’autres en Centrafrique, notamment les Pentecôtistes. Ils n’ont pas supprimé les nganga, appelés plus volontiers pour le diagnostic que pour les aveux escomptés ; moins voyants, des marabouts proposent aussi leur savoirfaire. Les accueils hebdomadaires de missions à Bangui ont permis à l’auteure d’assister aux soins « musclés » appliqués à certains, et de recueillir les biographies de consultants.

9Ces histoires de vies sont intéressantes. Mais leurs analyses et conclusions un peu courtes : que les souffrances proviennent de faits familiaux n’étonne pas le lecteur, ni les blocages psychologiques ressentis par les patients. Pour le décryptage de ces textes, l’ethnologue est nécessaire, mais le freudien chevronné et in situ semble indispensable.

10Les informations données par Philippe Boeck sont les plus navrantes de tout l’ouvrage ; elles concernent les enfants des rues dans la capitale congolaise. Entre 20 000 et 30 000 y séjourneraient, dont beaucoup accusés de sorcellerie. À partir de 2 ou 3 ans, ils peuvent être tenus responsables des malheurs de leur famille ou de leurs voisins, battus et abandonnés. Les plus heureux sont conduits dans des églises où des prêtres devenus exorciseurs sont censés purifier ces petits sorciers par les jeûnes et des aveux qu’ils aident visiblement à formuler ou plutôt, selon une optique occidentale, à inventer. Tantôt le chef de famille est persuadé que des malheurs graves l’affectant ainsi que ses proches sont dus à la présence de tel enfant ; tantôt il en doute, mais alors c’est lui que l’on accusera de sorcellerie. Effectivement, la situation a peu d’issue... Or, Philippe Boeck, anthropologue spécialiste du sujet, s’insurge contre le mépris et l’indignation que suscitent ces abandons juvéniles auprès de leurs témoins européens.

11Alexandra Cimptic nous introduit dans l’univers du tribunal centrafricain. La pratique de la sorcellerie, délit ou crime, est punie par le code pénal de ce pays. Pour condamner, il faut des preuves ; or les juges sont unanimes en ce qui concerne la difficulté d’en obtenir. Beaucoup détournent cet embarras en se contentant d’aveux publics extorqués par la violence, ou bien de l’intime conviction de la culpabilité de l’accusé acquise au long du procès. En outre, s’ils ne condamnent pas le prétendu sorcier, ils seront accusés de lâcheté et de vénalité par la population locale.

12Émile Ndjapou, enseignant en droit à l’université de Bangui, relate des faits atroces commis collectivement sur des vieillards accusés de sorcellerie : enterrés vivants, suppliciés longuement par une population en colère, face aux autorités impuissantes. Il nous apprend aussi que le nouveau code pénal centrafricain de 2010 a fait l’objet d’une bataille serrée. Certains législateurs étaient partisans de la suppression totale du crime de sorcellerie : impossible d’en définir les pratiques, impossible d’en avoir les preuves. De plus, les accusés sont inlassablement les plus démunis socialement, personnes âgées, enfants, mais jamais riches ou influents. Leurs adversaires rétorquent qu’il faut d’abord un changement des mentalités – la disparition de la croyance – pour promulguer la fin de la loi anti-sorcellerie, et non l’inverse. Or il faudra du temps pour que l’incrimination disparaisse faute d’utilisateurs. Actuellement, les juges ont estimé avoir besoin de cette loi très punitive, qui n’a pas changé depuis quarante ans et leur assure « la paix sociale ». Finalement, l’auteur conclut par le constat d’un code très peu modifié, et d’une justice à deux visages : l’« une traditionnelle, tributaire des croyances » et l’autre « moderne [et] fondée sur des convictions rationnelles et le respect des conventions internationales ».

13Travaillant sur le thème de la violence à Kinshasa, Sylvie Ayimpam traque aussi celles qui émanent de convictions sorcellaires. L’étude de cas lui a permis de montrer de grands changements de statuts familiaux : ce n’est plus le chef de famille qui détient les cordons de la bourse et le droit de l’utiliser ; c’est un ou plusieurs de ses grands enfants, fils ou filles qui les ont gagnés. La hiérarchie s’effrite au point que les jeunes gens osent accuser leurs parents de les avoir ensorcelés lorsqu’ils échouent à des concours ou dans leurs vies professionnelles. Cette vision du vieillard démuni mais maléfique est aussi dénoncée et déplorée par Julien Bonhomme dans un autre chapitre.

14Andréa Cériana Manyeri raconte, dans la ville de Bambari, chez les Banda, l’irrésistible ascension de Jeanne, jeune fille de 15 ans en inlassable dénonciatrice de sorciers. On admire son don, son efficacité ; elle est épaulée par la gendarmerie, quelques prêtres catholiques et les autorités locales. Grisée de ses succès, entre 2005 et 2010, elle dénonce un homme de trop, haut fonctionnaire de bonne réputation. À son tour, elle est soupçonnée de sorcellerie et disparaît, déchue de ses pouvoirs. Elle a été vite remplacée.

15Cet ouvrage surprenant, relatant des faits que l’on croirait d’un autre temps, est en lui-même d’une violence inattendue. Comme l’ont rappelé en son sein quelques auteurs, des arrangements étaient possibles, des pardons octroyés, des crédulités mises en doute. Les vieilles dames veuves accusées d’avoir envoyé des maladies à un village, certes, étaient chassées mais pouvaient se rendre dans une de leurs familles, au Togo. Au Burkina Faso, elles allaient finir leurs jours à l’hôpital catholique de Sokodé, qui, après conversion, leur confiaient des champs à travailler. Les bébés et enfants du golfe du Benin, refusés par leurs géniteurs du fait d’une mâchoire suspecte ou de quelque autre indicateur d’agressivité réputé mortifère aux yeux de leurs parents étaient et sont encore pris en main par des prêtres qui leur donnent une excellente éducation dont ils n’auraient jamais pu bénéficier s’ils étaient restés avec leurs frères et soeurs dans la maison natale. Autres lieux et autres temps ont durci les chasses aux sorcières.

16Mais quels buts visaient les auteurs de ce premier ouvrage ? Ils souhaitaient être lus non seulement par leurs collègues, mais surtout par les habitants africains susceptibles d’abaisser le niveau de violence lors des confrontations entre sorcier(s) et supposés victimes et témoins. Réussir à introduire le doute sur la culpabilité constitue le premier échelon de la déconstruction du mythe sorcellaire. Quelques auteurs font allusion à leur échec, s’étant heurtés à « la mise en cause de l’ethnologue due à son extranéité culturelle » (voir marge, p. 35). Dans un chapitre différent, un autre chercheur, interrogeant victime ou coupable, se fait interpeller par un fonctionnaire qui lui dit à peu près : « Vous ne pouvez pas comprendre, vous êtes trop cartésien ! »

17Cette préoccupation consistant à faire baisser la violence est également sensible dans Penser la sorcellerie en Afrique, le second ouvrage de cette équipe.

18Les auteurs de ce dernier ouvrage se sont rendus dans les institutions judiciaires, les tribunaux mais aussi les lieux d’apprentissage de la magistrature, en proposant dans ces derniers endroits le savoir de l’ethnologue concernant la sorcellerie. Reprenant la plume, Bruno Martinelli s’applique à juger les juges avec prudence et modération. Il explique leurs difficultés, déjà mentionnées dans le premier ouvrage. Aux pressions très fortes de la population pour des condamnations interminables, s’ajoutent celles de la gendarmerie, de la police et de la préfecture. Quant à l’auteur, il déplore que certains magistrats « mélangent savoir et croyances » en Centrafrique, considérant la sorcellerie comme une initiation ésotérique nécessaire si l’on veut la combattre.

19Un chapitre de Julien Bonhomme nous dévoile une des modernités de la sorcellerie : en 1990, les mass media obtiennent la possibilité de traiter de ce thème, préalablement négligé et jugé malséant. Erreur bientôt réparée. La presse populaire s’en empare, en fait « la une » de ses publications. Les radios locales ne sont pas en reste. Le numérique s’y intéresse. Une quarantaine de pays africains communiquent aisément et apprécient ce sujet, lequel gonfle démesurément puisqu’il peut être rapidement transmis de pays à pays. Peu contrôlé dans ses sources, le thème est relayé par la célèbre Radio Trottoir, et modifié par ses différentes présentations et selon ses relais. L’auteur de ce chapitre n’accorde aucune valeur informative au processus sorcellaire décrit par ces médias.

20S’il y a de toute évidence des crimes chimériques attribués aux enfants ou aux vieillards, André Mary et Maixant Mebiame Zomo assurent que dans la sphère sorcellaire, il existe vraiment ce que l’on appelle des crimes rituels. Ceux qu’ils décrivent ont eu lieu au Gabon. Ce sont des gens haut placés, mais qui ambitionnent plus, qui commanditent le crime. Un homme de main, payé très cher, se charge du meurtre et du dépeçage partiel de la victime. Il doit en rapporter les parties sexuelles, les lèvres et la langue. Outre un sénateur, divers hauts fonctionnaires ont été soupçonnés d’avoir été les instigateurs de ces assassinats très réels perpétrés surtout sur des adolescentes. Pour André Mary et Mexant Zomo, ces actes terrifiants, peu sanctionnés par la justice locale, sont révélateurs des crises morales et politiques qui affectent le pays. On les croit sans peine. Ce fléau existe ailleurs, avec d’autres modalités. Les migrants de l’intérieur (du Burkina Faso à la Côte d’ivoire) ont beaucoup craint d’en être les victimes.

21Andrea Ceréana Mayeri reprend l’étude des enfants des rues à Bangui, sujet que Filip de Boeck avait déjà traité dans Violence et sorcellerie à Kinshasa. Il dévoile une organisation inattendue en trente sections auxquelles l’appartenance exige de subir des sévices particulièrement brutaux. Ces sections permettent aux enfants de se regrouper le soir, non sous un toit, mais dans un marché ou une gare. Plusieurs récits d’abandons extrêmement douloureux, sur les plans psychique et corporel, difficilement obtenus, closent le chapitre.

22Jean Bruno Ngouflo intitule son texte : « Désensorceler la machine, la sorcellerie dans une entreprise d’électricité de Centrafrique ». Il est des lieux ou l’on ne s’attend pas à entendre parler de sorcellerie : une usine, une discussion entre la direction et le syndicat. La controverse ne s’y prêtait pas non plus – retard de payement des salaires et mise en place d’un contrôle de présence au travail. Le président du syndicat avait pris la parole : « Je ne défends rien que les droits moraux et matériels des employés [...]. Je ne suis pas atteint par vos fétiches ni par votre sorcellerie ». À vrai dire, le lecteur d’un autre continent peut interpréter très différemment le propos du syndicaliste. Celle de Ngouflo est l’adhésion de l’orateur au pouvoir sorcellaire. Mais pour l’incroyant, c’est peut-être une métaphore : « Je me moque de vos menaces et de vos manigances désuètes. » La question se pose de nouveau à propos des défaillances nombreuses de l’électrification de la ville. Les pratiques anti-sorcellaires sont très courantes. Deux ouvriers de l’usine sont supposés détenir des pouvoirs invisibles de guérisseurs de pannes. Dans une autre usine a eu lieu le sacrifice d’un coq blanc, dont le sang a ensuite été répandu dans les parties du bâtiment jugées ensorcelées. Là encore, on s’éloigne du sujet : les réparateurs de pannes ont droit à l’admiration universelle, ibi et orbi, et les sacrifices de poulets blancs n’ont rien de maléfique.

23Il n’y a aucune conclusion générale dans l’un ou l’autre des ouvrages de cette équipe variée d’auteurs, européens et africains, anthropologues pour la plupart, mais aussi sociopolitologues, juristes, enseignants du droit ; certains encore doctorants, d’autres professeurs d’université. On peut regretter, dans cette forte représentation des sciences humaines, l’absence de la psychologie sociale et de la psychanalyse, pour expliciter les nombreuses histoires de vies, imaginaires ou non, des supposées victimes de forces diaboliques. Cela dit, ces deux ouvrages constituent une mine d’informations, sur la nébuleuse sorcellaire africaine, absolument incontournables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Lallemand, « Martinelli Bruno, Bouju Jacky (dir.), 2012, Sorcellerie et violence en Afrique|Fancello Sandra (dir.), 2015, Penser la sorcellerie en Afrique », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 366-372.

Référence électronique

Suzanne Lallemand, « Martinelli Bruno, Bouju Jacky (dir.), 2012, Sorcellerie et violence en Afrique|Fancello Sandra (dir.), 2015, Penser la sorcellerie en Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5050

Haut de page

Auteur

Suzanne Lallemand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals