Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Miezan Frédéric, 2012, Histoire de la Banque africaine de développement et de sa contribution à l’essor de la Côte d’Ivoire, 1963‑2005

Paris, Publications de la Société française d’histoire des outre-mers, 480 p.
Philippe David
p. 372-37
Référence(s) :

Miezan Frédéric, 2012, Histoire de la Banque africaine de développement et de sa contribution à l’essor de la Côte d’Ivoire, 1963‑2005, Paris, Publications de la Société française d’histoire des outre-mers, 480 p.

Texte intégral

1L’auteur, maître de conférences à Bouaké, décédé prématurément en 2010, étudie successivement la création, la structuration, l’action et l’évolution de la Banque africaine de développement (BAD) jusqu’en 2005, puis examine ses relations particulières et privilégiées avec la Côte d’Ivoire qui l’héberge sur son sol. Tout au long de cet ouvrage riche mais ardu, Frédéric Miezan se montre ultra-scrupuleux, toujours inquiet de ne pas être assez explicite ou complet, soucieux à la fin de chaque grand chapitre d’en donner la « conclusion », hésitant aussi, jusqu’à la p. 79, à lâcher le « nous » par lequel il aime annoncer ses intentions et ses objectifs. Il est vrai que le sujet est particulièrement aride et complexe et son souci d’avancer pas à pas, pour bien expliquer et bien se faire comprendre, l’entraîne inévitablement à de nombreuses répétitions, plutôt précieuses, d’ailleurs, pour le lecteur non spécialiste. Lecture faisant, on se laisse vite capter par l’univers, ici aussi impitoyable, des grandes banques mondiales et régionales, par l’extrême complexité juridique et technique de leurs statuts et par le cynisme de leurs rivalités.

2Car la naissance de la BAD, créée à Khartoum en 1963 avec 22 États sur une idée déjà ancienne de quelques années, tient presque du miracle, « caractéristique – écrit le préfacier, Hubert Bonin – des utopies panafricaines » des années d’indépendance (p. 9). Toutefois, son affirmation progressive, le soutien plutôt protecteur de la Banque mondiale qui lui a servi de modèle, le ralliement d’États toujours plus nombreux (ils seront 53 en 2005) et son ouverture prudente mais nécessaire à des capitaux non africains consolident son rôle et son prestige. « Hésitante » jusqu’en 1971, « consolidée » ensuite jusqu’en 1975, la BAD est « confirmée » depuis cette date (en tout cas jusqu’en 2005). L’auteur analyse les mécanismes de formation et de fonctionnement de ses organes statutaires (conseil des gouverneurs, conseil d’administration et présidence) et dresse le portrait de ses sept présidents successifs, en fonction chacun pour cinq ans (ou parfois dix). Il souligne aussi la qualité de « fonctionnaires internationaux » de tous ses agents (au nombre de 1 015 en 2005, Ivoiriens et Togolais en tête), lesquels bénéficient d’un Centre de formation intégré créé en 1978, et de règles de promotion interne qui permettraient l’accession à la présidence de n’importe lequel d’entre eux (p. 138 et 156). Autre originalité : la recherche par la BAD de ressources supplémentaires l’a amenée, pour la mobilisation de capitaux non africains, à créer d’abord, en 1969, une société internationale financière appelée SIFIDA, multinationale de droit luxembourgeois « habilitée à investir directement dans les pays africains » (p. 225) mais qui va décevoir ; puis, en 1972, un Fonds africain de développement / FAD, « entité juridique indépendante » (p. 228) gérée en commun par les pays membres de la BAD régionaux africains ou non régionaux (p. 237), et particulièrement consacrée aux projets à vocation sociale difficiles à financer autrement. Ici transparaît la priorité que la BAD entend donner à la bonne gouvernance et à la réduction de la pauvreté. Enfin, en 1975, l’AIAFD, Association des institutions africaines de financement du développement, est venue compléter un arsenal complexe mais innovant dont la BAD estimait avoir besoin.

3La BAD accorde, souvent avec d’autres financeurs, sa priorité à des programmes multinationaux ou bilatéraux pour renforcer la complémentarité et l’intégration des économies, et ne s’interdit pas d’aider le secteur privé « considéré comme la clé de voûte pour la croissance africaine » (p. 272). Particulièrement sensible au développement agricole, elle s’est vu encourager, en 1986, par l’adoption aux Nations unies du plan d’action de Lagos, plus spécialement fondé sur le concept d’autosuffisance alimentaire. Son dynamisme et son inventivité ne l’empêchent cependant pas de présenter un « bilan... moins flatteur que celui de ses homologues interaméricain et asiatique » (p. 303), à cause de fortes difficultés purement africaines, telles que la balkanisation, le maintien privilégié de relations bilatérales avec certaines métropoles, les querelles de frontière, l’insécurité et des pénuries alimentaires majeures.

4Le dernier quart de l’ouvrage, consacré aux relations de la BAD et de la Côte d’Ivoire, est particulièrement intéressant puisque c’est à Abidjan, sur un site très avantageux, que cette institution a pu s’implanter en 1968, et que ses relations avec l’État-hôte sont, par la force des choses, un peu particulières, compliquées d’ailleurs aussi par la persistance de liens très étroits du pays avec son ancienne métropole, puis par de graves troubles politiques (qui obligeront la BAD à se replier sur Tunis, en 2003, pour plusieurs années). L’auteur estime cependant que le banque s’y est montrée « réellement active » (p. 387), en dépit de négligences touchant le secteur social, le suivi des projets et ses relations avec les organisations de la société civile. Les 44 opérations (projets et études plus un « programme ») recensées de 1971 à 2005 ont concerné, pour plus de la moitié, l’agriculture et l’hydraulique villageoise, les transports maritimes et ferroviaires et le réseau routier (p. 430).

5Soucieux jusqu’au bout de fermer son livre – qui comporte déjà 29 tableaux et deux cartes – sur une conclusion cette fois générale, Frédéric Miezan rappelle encore la « naissance difficile » de la BAD, son positionnement particulier par rapport aux autres institutions, les critiques qu’elle a subies de leur part pour se montrer trop présomptueuse à leur goût et ses efforts à partir de 1995 « vers plus de pertinence ». « Et si la BAD n’avait pas été créée ? » (p. 434).

6Une impressionnante énumération, sur 28 pages, des sources consultées achève cet ouvrage aride, qui requiert du lecteur beaucoup de concentration, mais incontestablement aussi foisonnant qu’enrichissant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Miezan Frédéric, 2012, Histoire de la Banque africaine de développement et de sa contribution à l’essor de la Côte d’Ivoire, 1963‑2005 », Journal des africanistes, 86 : 1 | 2016, 372-37.

Référence électronique

Philippe David, « Miezan Frédéric, 2012, Histoire de la Banque africaine de développement et de sa contribution à l’essor de la Côte d’Ivoire, 1963‑2005 », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 1 | 2016, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5053

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals