Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86-2Du Bornou au Baguirmi, le pèlerin...

Du Bornou au Baguirmi, le pèlerinage d’un mahdi, Mallum Debaba (1856-1860)

From Borno to Bagirmi : The pilgrimage of a Mahdi, Mallam Debaba (1856-1860)
Christian Seignobos
p. 52-91

Résumés

La traversée du Baguirmi (1856-1860) par un Mallum peul à la tête de milliers de pèlerins qui entraîne l’effondrement du royaume a rarement été évaluée à l’aune de son importance. Pourtant, cet événement météorite est révélateur de l’histoire même du Baguirmi. Des principautés peules installées dès avant la fondation de Massenya, la capitale, ont été le vecteur de l’islamisation de ses princes au xvie siècle, puis du royaume. En dépit ou à cause de leur poids historique, les communautés peules demeurent irrémédiablement suspectées de vouloir se réapproprier le pouvoir. L’arrivée d’un religieux, Peul de l’ouest et de surcroît réformateur de la foi, ne pouvait qu’inquiéter l’appareil d’État baguirmien éduqué dans le fantasme du complot peul. La confrontation des pèlerins et de l’armée de Massenya tourne au désastre avec le massacre du sultan et de la fine fleur de l’armée. La région connaît alors une période d’anarchie extrême, entraînant une famine désormais inscrite dans les chroniques. Après l’abandon par le Mallum de sa troupe ingérable, ces mêmes pèlerins coloniseront une région entière au nord de Bousso. Les Bornouans, majoritaires, formeront une communauté, les « Borno malama » marquée par son histoire et qui essaimera ultérieurement dans tout le Tchad méridional.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Debaba », ici, ne renvoie nullement à la region « Debaba », au nord du Baguirmi, entre Kozzan et (...)
  • 2 Carbou (1912 : 55) parle du « faqih Cheref ed Dîn, Poul de naissance et originaire des pays du Nige (...)

1Au milieu du xixe siècle, le royaume du Baguirmi a été marqué par un événement qui faillit entraîner sa perte : le passage d’une importante troupe de pèlerins venus du Bornou à la suite d’un homme inspiré qui les conduisait à La Mecque. Cet événement a lieu entre le passage de Barth, reçu par le Mbang Abd El Kader en 1852, et le séjour au Baguirmi en 1872 de Nachtigal auprès de son successeur, le Mbang Abbu Sakin. Ce mystique est appelé Mallum Debaba1 ou Mal Deba par les Bornouans, et Mallum Galba (i.e. « Mallum des rives du fleuve », gal = côté, rive + ba = fleuve) par les Barma. Quant aux Arabes showa, ils le désignent par Malam Mohamed Abbu Ca’ar (« le Mallum aux cheveux tressés »). Son nom serait Mohamed ou Ibrahim shariif el Diin2. Dans les traditions orales populaires, il est simplement nommé Mallum fellata (i.e. le Mallum peul). Il est présenté comme un Peul d’une grande prestance, avec une forte chevelure, constituée d’une multitude de petites tresses. Ses connaissances religieuses et sa piété sont reconnues de tous. Il savait enflammer les foules par ses prêches et passait pour être le Mahdi (le guide, l’envoyé de Dieu). Il affectait un mépris pour les grands, affichait une vie frugale et ne se déplaçait qu’à pied, refusant toute monture, fait également signalé par Devallée (1925).

  • 3 Cf. Muhammad M. Alhadjj, 1973, « The Mahdist Tradition in Northern Nigeria ».
  • 4 Il s’agit de correspondances sur ce même sujet entre Shehu Mohaman Bello et moddibbo Adama de Yola  (...)
  • 5 La plupart des données de cet article ont été rassemblées entre 1973 et 1979 alors que j’enseignais (...)

2Mallum Debaba témoigne de l’effervescence religieuse qui, un demi-siècle après le djihad d’Usman Dan Fodio de Sokkoto, agite encore les communautés peules. Le mouvement mahdiste couvait depuis cette époque3. Il renvoie à une sorte de prédication récurrente du shehu Usman Dan Fodio selon laquelle le peuple des croyants devait faire mouvement vers La Mecque sous la conduite d’un mahdi. Et ce voyage vers le Nil et La Mecque passerait nécessairement par le Baguirmi4... Différents récits font venir Mallum Debaba des bords du Niger, de Sokkoto, mais ses origines restent inconnues. A‑t‑il suivi là ses études de théologie ? Mallum Debaba appartiendrait au groupe des Tooroo’be – dont nous aurons à reparler. Il ne s’agit pas d’une fraction peule, mais plutôt d’une forme de cléricalité. Cette élite religieuse s’inscrit dans le camp des réformateurs. Mallum Debaba aurait, dans ses prédications, tancé les princes de Sokkoto vivant dans l’opulence et ayant trahi l’idéal théocratique des premiers émirs, ce qui lui aurait valu d’être mis à l’index des milieux religieux officiels de Sokkoto. Lorsqu’il entre au Bornou, une renommée certaine l’a précédé5.

Prédications et exode du Mallum Debaba

3Alors que le soulèvement islamique peul né à Sokkoto s’emparait des États hausa et d’immenses territoires vers l’est et le sud, le Bornou parvint à rester à l’écart de cet embrasement religieux. Il aurait même pu être emporté par le jihad peul au début du xixe siècle si la parentèle kanembou du Bornou, au nord du lac Tchad, n’était intervenue pour chasser les Peuls séditieux (1811). À peine remis de son long épuisement historique – il s’agit d’un royaume millénaire –, le Bornou retombait dans son apathie. Toutefois, cet assoupissement politique contrastait avec l’animation religieuse qui régnait dans la société bornouane, en particulier dans la capitale, Kukawa, qui faisait la part belle aux nouveaux prédicants venus la visiter, s’enflammant pour les uns, se moquant des autres ou les rejetant. À Sokkoto, l’appareil dynastique peul avait durci son contrôle sur les cercles religieux. Parmi ceux qui en furent chassés, beaucoup allèrent ensuite prêcher auprès des communautés bornouanes, toujours réceptives aux aventuriers de la foi. Le Bornou, étape incontournable sur la route de La Mecque, où l’ancienneté et l’excellence des écoles coraniques étaient partout reconnues, offrait un milieu particulièrement propice à ce type de prêche.

4Dans la seconde partie du xixe siècle apparaît une nouvelle génération de prédicants, des réformateurs postdjihad dont l’islam revivaliste pourrait être qualifié de quiétiste. Mallum Debaba en serait une sorte de parangon.

  • 6 Barth, vol. II, 2011, fait le portrait de « Chékou Omar », qui sera repris par Urvoy (1949 : 111).

5Ses prédications au Bornou trouvent un terrain favorable dans l’entourage de May Omar6 (1835‑1880), lui-même très versé dans la religion. On le dit soumis à une camarilla de clercs, qui affaiblirait considérablement son propre pouvoir. Mallum Debaba prêche à Kukawa et dans la partie orientale du Bornou. De grandes foules suivent ses prédications, des Bornouans, des Peuls, mais aussi de nombreux Arabes showa. Aussi le pieux – et un peu veule – May Omar et son entourage voient‑ils sans déplaisir partir de Kukawa cette troupe de pèlerins dont certains, fanatisés, étaient d’ores et déjà indésirables dans la capitale. Ce fut un soulagement plus grand encore à Kukawa lorsqu’ils franchirent les portes du royaume à Ngala.

6La lenteur de la progression du Mallum donne aux gens le temps de régler leurs affaires, de vendre leurs biens afin de rassembler un pécule pour le rejoindre. Notables et princes sont là, mais aussi ceux qui fuient leur basse condition, et d’autres encore qui voient dans ce pèlerinage une aventure pleine d’opportunités. Dans la marche des pèlerins exaltés par les sermons du Mallum, relayés par de nombreux traducteurs et commentateurs, il semble qu’à tout moment l’invisible puisse transfirer le visible.

7Cette levée en masse de pèlerins devait déstabiliser complètement la région à l’est du Bornou, vers Ngala, en 1857 et les années suivantes. « On dit à cette époque que la population arabe du Bornou diminue de moitié, et que, lorsque le pèlerin susnommé [Mallum Debaba] atteignit le Baguirmi, il avait au moins autour de lui une troupe de 50 000 hommes » (Nachtigal, 1880 : 350). Ce chiffre sera repris par Lanier et Boujol (1939 : 16).

8Nachtigal (1880 : 532-533) fait état, après le passage du Mallum, non seulement d’une forte diminution de la population due aux départs et au non-retour, mais aussi à des famines subséquentes. Arabes showa et Kotoko auraient payé le plus fort tribut en pertes humaines : « Des localités entières se trouvèrent vidées d’un seul coup, c’est ainsi qu’à Ren, cité sô [kotoko] naguère très peuplée, il ne restait plus, lors de mon passage, qu’une cinquantaine d’habitants à peine, et que la ville d’Afadé où Barth avait trouvé huit mille âmes, n’en renfermait plus que deux mille. »

  • 7 Seignobos 2000 : 111.

9Dès le départ, les pèlerins, trop nombreux, vidaient les greniers dans les villages traversés. Ceux qui en sont revenus les années suivantes, épuisés par les privations du voyage, se montrèrent incapables de reprendre le travail sur leurs champs. Une sécheresse avait de plus déjà anéanti tout espoir de récolte. Dans ces régions où les populations vivent dans des équilibres précaires, le passage d’une « multitude », suivi d’une sécheresse, entraîne une véritable catastrophe. À Makari, Maladi et Afadé, cette famine est encore qualifiée : Fal Mallum (la famine du Mallum)7.

  • 8 Carbou (1912 : 54-55) donne l’itinéraire généralement suivi par les pèlerins depuis le Bornou jusqu (...)

10Lorsque cette foule bigarrée se présente aux frontières du Baguirmi, deux itinéraires s’ouvrent à elle pour rejoindre le Seenaar et le Nil, soit via le nord du Baguirmi, par les États bulala et le Wadday, soit par le sud, sur les marges méridionales du Baguirmi, par le Bahr Salamat8. Lorsque la première voie, plus directe, devenait peu sûre – les pèlerins étaient arrêtés et vendus par les pillards kreda ou par de cupides notables waddayens –, l’itinéraire méridional, qui empruntait d’abord la rive du Chari, était privilégié. Le Mallum opte pour cette solution, le parcours directement par l’est à travers une région peu peuplée étant écarté. Les pèlerins bornouans, Peuls et aussi Arabes showa y ont toujours, dans le passé, trouvé de petites colonies apparentées qui autorisaient des haltes de quelques jours à une saison de culture, voire plus. Longer le Chari leur permettait d’obtenir des vivres auprès des villages, tous implantés sur la rive orientale. Les pèlerins kotoko et même bornouans étant pêcheurs, ils pouvaient également s’adonner à cette activité.

11Massenya, capitale du Baguirmi, voit avec une grande inquiétude s’approcher ce flot humain, véritable migration d’hommes, de femmes et d’enfants, d’autant que le personnage qui les guide, le Mallum, semble difficile à cerner et que ses objectifs apparaissent encore peu clairs. Les bruits les plus divers courent à son sujet. Il serait le fils de Mbang Bar, neveu de Mbang Hadji Wuli, grand conquérant baguirmien du milieu du xviiie siècle. Ce prince (maïn) serait donc un prétendant possible à Massenya. Cette nouvelle est lancée par Maram Bodor, une noble baguirmienne mariée à Goulfey et sorte d’agent de renseignement dans une cité à la frontière des principautés kotoko soumises au Bornou, et du royaume du Baguirmi. Le patia (1er notable) Mamat Nariye cherchera à instrumentaliser certaines rumeurs afin d’empêcher le passage du Mallum.

12D’autres disent que Mallum Debaba est un Peul appartenant à un lignage de fellata Baagarmi venu pour soulever ses frères contre Massenya. Son entourage serait « manipulé » par Kukawa, ce qui pouvait être crédible dans la logique de la rivalité séculaire opposant les royaumes du Bornou et du Baguirmi. Le Mallum Debaba, présenté comme un Peul Tooroo’be passé par Sokkoto et grand lettré, posait un énorme problème aux Baguirmiens en raison même de l’histoire de ce royaume.

Les relations ambiguës des Peuls et du Baguirmi

13Pour une meilleure compréhension du contexte historique de la venue de Mallum Debaba au Baguirmi, il nous faut ici rappeler les relations, parfois schizophréniques, que la dynastie au pouvoir depuis quatre siècles à Massenya a entretenues avec les Peuls. Le manque de références bibliographiques sur le sujet nous contraint à quelques développements.

L’ancienneté des Peuls au Baguirmi

  • 9 Les Peuls darkan ont toujours été présentés comme premiers occupants de la terre de Massenya. Ils s (...)

14Les Peuls étaient présents en tant que principautés, en particulier celle de Darkan, dès avant le xvie siècle, où le royaume du Baguirmi a été fondé9. Ils ont été à l’origine de l’islamisation des Mbang du Baguirmi. Ils furent présents au moment de la fondation de la muraille (bum) de Massenya, et la mosquée de la capitale a été construite sous leurs auspices. Abdallah, le premier Mbang à réellement embrasser l’Islam, charge des lettrés peuls de Biddiri d’islamiser trois jeunes hommes par village autour de Massenya et dans le pays kubar. L’histoire du Baguirmi va voir alterner les périodes pendant lesquelles les Peuls sont indésirables, persécutés et chassés du royaume, et celles où ils jouent un rôle prépondérant. Sous Mbang Malo (1548‑1568), par exemple, les Peuls darkan sont en partie bannis du royaume ; sous Abdallah (1568‑1608), les Peuls sont perçus comme indispensables pour islamiser le pays. Les persécutions reviennent avec Mbang Lawal (1739‑1741). Mohammadou Eldridge (1975 : 108‑109) signale :

C’était devenu une tradition à la cour de Massenya de tenir ces hôtes de première heure dans la plus grande suspicion [...] longtemps mêlés aux affaires les plus intimes de l’État et de la cour, l’influence de leurs moodi’b’be était grande sur le plan religieux, moral et intellectuel, provoquant l’ire de certains Mbang [...]. La place de choix qu’avaient tenue dans la tradition la plus reculée du royaume les ancêtres de ces marabouts leur assurait une véritable immunité.

  • 10 « Fittobe », fi’tu’be, viendrait sans doute de fi’tugo en peul, « rester seul », « les derniers », (...)
  • 11 Les fellata sont soumis, en principe, à une zakkat en bétail qu’ils doivent verser après la fête du (...)

15Les Peuls et les religieux ne sont pas soumis à l’étiquette qui impose de se découvrir l’épaule gauche en présence du Mbang et de mettre de la poussière sur sa tête. Le rôle de ces religieux peuls au bagage de connaissances surprenant est parfaitement décrit par Barth (2011 : 273) lors de son séjour au Baguirmi (de mars à août 1852) par le biais de son « ami » le Faki de Massenya, Sambo, un Peul « fittobe10 » originaire du Wadday. Leur fonction est de recevoir des visiteurs de marque. Ils représentent la face policée et religieuse du royaume et masquent celle brutale et pseudo‑païenne. Ils n’en restent pas moins, pour le compte du Mbang, la qualité des nouveaux venus et leurs intentions. Nul doute que ces religieux adhèrent d’une certaine façon à cette charte de cohabitation reposant sur des mythes fondateurs comme une sorte de « constitution » régissant le royaume. Il n’en va pas de même des communautés d’éleveurs fellata disséminées dans le royaume et qui restent sous le total arbitraire du Mbang et des différents notables qui les ont reçus en apanage11.

Fig 1 : Le camp de Mallum Debaba

Fig 1 : Le camp de Mallum Debaba

© Christian Seignobos

16Très tôt, la dynastie issue des fondateurs de Massenya nourrit une méfiance envers les Peuls, qui va aller croissante jusqu’à s’institutionnaliser. Si les Arabes purent être convoqués comme auxiliaires dans les armées du Mbang, ce ne fut jamais le cas pour les fellata. On enfermait les Peuls dans leurs strictes charges de Faki voués à la justice et à l’encadrement religieux. Dans les institutions et le corps des dignitaires, ils n’étaient que rarement incorporés et toujours à titre individuel, et jamais comme représentant de leur communauté. Et en dépit de toutes ces restrictions, les Baguirmiens se sont toujours sentis potentiellement menacés.

17Le Baguirmi connaît son apogée dans la seconde moitié du xviiie siècle, sous Mbang Adji Mohammed el Amine dit Mbang Adji Wuli (1741‑1784). C’est lui qui soumet définitivement les populations banre et dam du Chari et les islamise. Pour ce faire, il mobilise de nombreux faki peuls. Il place un imam peul, Atim Buba d’Abugern, à Maïpa, un autre, Moddibbo Sambo, fellata Abdala’en, à Mafaling, qui tous deux superviseront l’ensemble de l’islamisation des cités du fleuve. Cette islamisation représentait la condition nécessaire à la barmaïsation desdites populations. Profitant de cette période d’islamisation faste pour les Peuls, certains se firent remarquer et devinrent les protégés de Mbang Adji.

Carte 1 : Carte de situation, ethnies et principautés

Carte 1 : Carte de situation, ethnies et principautés
  • 12 Informateurs, entre autres : Abderaman Elu à N’Djamena et Djama Bouba à TchiknaMassenya. Toutefois, (...)

18À lui seul, Patia Arueli (parfois orthographié Patcha Araueli ou Ruweli) révèle l’ambiguïté des rapports des Peuls avec le pouvoir de Massenya. Homme du sérail, Patia Arueli, de son véritable nom peul Alwali, est un fellata du village d’Am Diage, près de Seyta, et sa mère est une Arabe jubur. Orphelin, il est élevé par le très influent notable ngarmane, qui le fait entrer comme ngar tulu dans la foisonnante titulature baguirmienne. Ce titre, même mineur, confère une reconnaissance sociale. Arueli soutient, très jeune, la cause de Mbang Adji Wuli et se fait remarquer par son intrépidité au combat. Lorsque le patia Kano, connu pour ses faits de guerre, meurt, une partie de l’assemblée des notables se montre favorable à la candidature d’Arueli pour lui succéder. Patia Arueli s’avère alors un grand tribun et un meneur d’hommes sans égal ; il passera sa vie à guerroyer et à repousser les limites du royaume. Les chevaux relevant du Mbang, Patia Arueli conduit indépendamment la plupart de ses « guerres » grâce à une piétaille de 3 500 guerriers (Devallée 1925 : 49) entièrement à sa dévotion. Ses campagnes pouvaient durer plus de deux années d’affilée, jusqu’à ce que ses troupes implorent sa pitié ou se mutinent pour repasser enfin le Chari et gagner Massenya. Homme fort du Baguirmi pendant près d’un demi-siècle, il fera et défera les Mbang. Il s’agit d’une véritable mise sous tutelle des représentants de la dynastie par le Patia. Ses partisans le poussent à renverser la lignée en place. Il hésite : sera-t-il plus puissant qu’il ne l’est déjà ? Une fois au pouvoir, pourra‑t‑il contenir les forces occultes liées au pouvoir de Massenya ? Durant tout ce temps, les Baguirmiens s’attendent à ce que Patia Arueli prenne un pouvoir qui s’offre à lui, mais Arueli ne franchira jamais le Rubicon. Le fantasme baguirmien d’une prise de pouvoir par les Peuls ne s’est pas encore réalisé12.

L’échec des Peuls du djihad devant le Baguirmi

  • 13 Le centre de lettrés peuls de Biddiri à 10 km de Massenya, créé bien avant la capitale du Baguirmi, (...)

19Lorsque le grand renouveau religieux peul de la fin du xviiie siècle et du début du xixe prend son essor depuis Sokkoto et se matérialise par de fulgurantes conquêtes, il parvient au Baguirmi comme étouffé, très éloigné de l’épicentre. Mais à Sokkoto, l’entourage du Shehu, féru d’histoire, connaît l’ancienneté et l’importance religieuse passée des communautés peules du Baguirmi13, avec ses « saints » tel Wal Dede, qui rayonna sur tout le Bilad Al-Sudan.

20Certains se prennent à rêver d’un émirat peul du Baguirmi, favorisé par le soulèvement des communautés peules‑fellata, à l’image de ce qui se passe ailleurs, en pays hausa, au Bornou et parmi les principautés païennes.

21Mohammadou Lamine, dit Aahi Buulo (aahi : abréviation de ahiijo = lettré, buulo = chauve), fils de Mal Daneeru, est de ceux-là. Compagnon d’étude du shehu de Sokkoto et combattant du jihad de la première heure à ses côtés, il a à ses côtés sa famille, des Peuls tooro’b’be, également issue d’une souche fellata baagarmi, les Hille’en. Il se revendique comme descendant d’Ardo Tira, grand lettré d’Abugern, bourgade fondée également avant Massenya.

  • 14 Cet événement reste généralement méconnu des chroniques peules car il fut un échec. On le retrouve (...)

22Aahi Buulo quitte Sokkoto, passe par Gurin et, grâce à son haut niveau dans les sciences coraniques, prend la tête d’une coalition peule entre monts Mandara et Logone. Il s’agit du soulèvement des Peuls éleveurs qui occupent les marches méridionales du royaume du Wandala, également au contact de nombreux groupes païens. L’armée du Wandala est défaite à Lara (1805, 1807 ?). Aahi Buulo, qui délimite à Lara la première mosquée, pense rassembler là les forces peules pour les canaliser avant de les lancer à la conquête du Baguirmi. Mais les Peuls yillaga, derrière Moddibbo Buba Bindir et M. Buba Birowo, déjà en rivalité entre eux, refusent de le suivre, occupés qu’ils sont à se tailler des fiefs dans l’aire d’influence du Wandala, au détriment à la fois des groupements païens et de leur ancien suzerain. Il se tourne alors plus au nord, vers les Peuls taara de Bogo qui, entièrement mobilisés contre le Wandala proche et offensif, répugnent à gaspiller leurs forces à l’est. Aahi Buulo se retrouve seul dans son entreprise contre les Baguirmiens, que les Peuls appellent Kuka14.

23C’est entre Bogo et Guirvidig qu’il fait ses préparatifs. Il n’a que trente-six cavaliers et trois fois plus de fantassins, pour la plupart ses élèves (fukaraa’be), ses fils et ses esclaves (maccu’be). Son entreprise semble une folie. Il déploie son étendard à Pouss, bourgade musgum inféodée au Baguirmi (1820) et force le passage du mayo Bori (le Logone). Il veut profiter d’une vacance du pouvoir à Massenya. A-t-il la volonté d’entrer en contact avec le Patia Arueli, alors en dissidence, et qui oppose des Mbang fantoches à Burkumanda (1806-1846) ?

  • 15 Parmi ceux qui étaient contre chez les Hille’en, les Kaga’en (subdivisés en Bu’du’en, Boray’en) et (...)

24Aahi Buulo s’installe sur une île du Chari bien connue des Peuls d’aujourd’hui (Doungel Amadou Nianga) en face de l’actuel Magrao, en amont d’Andja. De là, il envoie des messages à Ardo Buba Dadi, personnage influent des fellata Baagarmi, et à son frère Aman Djuma, représentant des Peuls (Kada fellata) auprès du Mbang. Ces gros éleveurs, devant la situation d’insécurité qui prévaut au Baguirmi, forment le projet de partir se réfugier au Wadday. Les aînés de lignages (legnol) se réunissent néanmoins : 12 seraient pour le soulèvement et 10 contre, mais ces derniers sont les plus puissants15.

25La période ne leur semble pas favorable : le jihad s’essouffle à l’ouest et les Peuls viennent d’échouer dans leur tentative de conquête du pouvoir au Bornou (1811), puis, peu après, au Wandala, et ce sont les éleveurs peuls de ces royaumes qui en ont fait les frais. Les faki fellata envoient deux de leurs représentants de Biddiri pour dissuader Aahi Buulo. Les religieux et les juges forment une quasi-caste sacerdotale respectée par Massenya, protégés par la superstition qui entoure toute la genèse du royaume. Ils tiennent à leur monopole du savoir et ne sont pas prêts pour une sédition. De plus, Aahi Buulo, ce Peul venu de Sokkoto, de lignée prestigieuse certes, n’est pas connu d’eux. Et enfin, ont-ils des leçons à recevoir des Peuls de l’Ouest en matière de pratiques religieuses ?

  • 16 Migri est devenu, entre-temps, Anja, puis, déserté, le lieu est aujourd’hui appelé Kut Anja (l’« an (...)

26Mais Aahi Buulo, qui a vécu les victoires de Sokkoto, encore dans l’excitation de la conquête, croit en sa mission et en l’onction du Shehu. Sa mission doit pousser le jihad au Baguirmi, toujours plus en direction de La Mecque. En se plaçant en face de l’ancienne cité de Migri16, il suit, à rebours, le parcours emprunté jadis par sa famille qui fuyait la persécution de Massenya sous Mbang Lawal. Elle avait cherché à entraîner d’autres groupes de fellata Baagarmi qui non seulement ne la suivirent pas mais la trahirent. Au moment de passer le Chari à Migri, leur arrière-garde fut massacrée. Aahi Buulo veut remonter l’histoire, mais il reste prisonnier d’un temps religieux et il construit sa légende avant même d’engranger ses premières conquêtes.

27Les arguments qu’il avance auprès des fellata reprennent les sempiternelles accusations de tous les réformateurs peuls envers les dynastes du Bornou, du Wandala et, maintenant, du Baguirmi : leur islam est sale, il faut le purifier. Les interdits alimentaires sont peu respectés, les pratiques matrimoniales restent douteuses, la chefferie prime sur le religieux ; la prière du vendredi est annulée lorsque le Mbang est absent, etc. Le Baguirmi est d’ailleurs partout dénoncé pour ses pratiques religieuses peu orthodoxes. Une intervention s’impose au nom de Dieu. Alors qu’Aahi Buulo attend des réponses des ardo’en peuls en faisant force ista ira, pratiques divinatoires autorisées par l’islam, pour savoir si son projet réussira, sa troupe est surprise à Migri sous un grand Ficus platyphylla, au cours d’une prière. Le Mbang Burkumanda, alors accompagné de mercenaires waddayens, les massacres, Aahi Buulo et un grand nombre de ses fils trouvent la mort.

Carte 2 : La tentative de conquête de Ardo Ahi Buulo

Carte 2 : La tentative de conquête de Ardo Ahi Buulo
  • 17 Nos informateurs principaux sont faki Ahmat, Peul Hille’en de Djalingol-Doundéré, Mal Djama Bouba, (...)

28La sœur d’Aahi Buulo, Mama Adde, prend le commandement et, « comme un ardo », fait repasser le Chari et le Logone aux rescapés avec ce qui leur reste de troupeaux. Les Musgum, avertis de l’affaire, se jettent sur eux lors du franchissement du Logone et achèvent de piller leur cheptel. Mama Adde installe le reste de la colonne dans la région de Kalfou, qui deviendra une vingtaine d’années plus tard le siège d’un émirat du Baguirmi (Aamiiru Baagarmi) fictif. Kalfou recevra sa bannière non de Yola, mais directement de Sokkoto17. Après cette entreprise manquée, le Baguirmi massacrera et brûlera quelques villages fellata et razziera de nombreux troupeaux.

  • 18 Barth 2011, vol. III, p. 339: « He described to me with delight how his countrymen had driven back (...)

29Les chroniques du Baguirmi font assez peu état de cette velléité de conquête peule en 1824. Barth parle, de son côté, d’une tentative d’invasion du Baguirmi. Les Peuls sont châtiés et les Baguirmiens les poursuivent jusqu’à Bogo18. Pour Devallée, « les Fellattas du Mandara essayèrent également quelques incursions contre lui [Burkumanda], mais sans succès » (1925 : 14).

30Les conquêtes de Sokkoto qui conduisent les Peuls à empiéter sur les terres de razzia du Baguirmi avec les lamidats de Mindif, Bindir, Bibémi et Rey, puis la tentative peule de conquérir l’empire multiséculaire du Bornou, modèle du Baguirmi, confortèrent les Mbang de Massenya dans leurs craintes ataviques envers les Peuls, et de redoubler de surveillance envers leurs communautés. Le moindre prêche d’un Mallum fellata, le moindre rassemblement de cheik fellata deviennent suspects.

31L’arrivée, en 1857, de ce mahdi peul venu du Bornou, entouré d’une garde rapprochée également peule et particulièrement voyante dans la foule des pèlerins, ne pouvait qu’alerter le pouvoir baguirmien.

Tractations et tergiversations pour la traversée du Baguirmi

  • 19 Barth (2011 : 442) signale que le Mbang Abd El Kader jeune, alors en mauvais termes avec son père, (...)

32Mallum Debaba envoie au Mbang Abd El Kader (1846-1858) une lettre mesurée l’avisant de ses intentions de poursuivre son pèlerinage et lui demande l’autorisation de traverser le pays en paix, tout en signalant les différents groupes qui l’accompagnent et leur nombre. D’autres versions, au contraire (Devallée 1925), affirment que Mallum Debaba renvoie les cadeaux du Mbang et répond sèchement que Dieu seul éclaire sa route et qu’il se soucie peu des princes de ce monde. Le Mbang Abd El Kader19 est enclin, quant à lui, à accorder le passage, mais une faction de notables avec, à sa tête, le très influent patia Mamat Nariyé, appelé encore patia Naria, qui n’est autre que le frère du Mbang, issu de la même mère, est contre. Patia Nariyé provoque le Mbang, l’accuse d’être timoré et lui demande de se présenter dorénavant au conseil en pagne. Pour lui, cette foule de femmes et d’enfants constitue l’équivalent de nombreuses razzias, c’est une opportunité qui ne se reproduira plus. Le Mbang lui oppose que le Baguirmi est traversé par les routes des pèlerins allant à La Mecque, un tel geste lui aliénerait bien des capitales de l’Islam.

  • 20 Carbou (1912 : 55) fait traverser le Chari par le Mallum « du côté de Bougouman, en 1857, avec une (...)
  • 21 Le Madiagho est la pointe de terre comprise à l’intérieur de la confluence du Chari et du Logone. L (...)

33Pour sa part, le Mallum semble lui aussi hésiter sur la route à prendre. Il quitte Kousseri, où il avait rallié encore un certain nombre de Kotoko dont des princes et des notables. Il traverse le Chari en face de Klessoum (1857), première cité peuplée de Barma. On signale, encore dans les années 1970, près de Klessoum le Kul Mallum, la voie empruntée par le Mallum et ses gens20. La question débattue par la suite sera celle de savoir quelle berge pourra être suivie par les pèlerins. Les Baguirmiens acceptent de leur octroyer la rive occidentale, vide, mais pas l’autre. Le Mallum défère à la proposition et repasse le fleuve. Il parcourt alors une partie du Madiagho, ralliant encore au passage des pèlerins venus des villages bornouans, déjà nombreux, vivant à cheval sur deux juridictions, celle du Baguirmi et celle de la principauté kotoko de Logone‑Birni21.

  • 22 Les gumti servent à une chasse à l’hippopotame, véritable activité identitaire pour les cités du fl (...)
  • 23 Informateur : Ngar Mamat Barka, chef de Maïlao.

34Mais, rapidement, la circulation sur la rive gauche, sans pistes, sans villages et, de surcroît, boisée, recoupant les parcours de nombreux troupeaux d’éléphants, s’avère malaisée et dangereuse. Le Mallum opte alors pour reprendre la rive orientale du Chari et se présente devant Ass qui est, à l’époque, une grosse bourgade. L’Alifa ba, notable préposé au fleuve, essaie de tergiverser et refuse de mettre à disposition des gens du Mallum qui doivent traverser le fleuve les quatre gumti22, grandes pirogues « à profil élégant de nef hiéroglyphique à la proue relevée » (Prins 2013 : 392), composées d’éléments de bois assemblés et cousus et pouvant transporter de 40 à 50 personnes, et 12 baska, de gabarit inférieur, pirogues de guerre et de commerce appartenant à la cité. Mais la saison sèche étant suffisamment avancée, les gens du Mallum trouvent un gué au sud de Ass, soit à 1,5 kilomètre de Maïlao, et le gros de la troupe passe ainsi sur l’autre rive23. À Massenya, deux partis ne cessent de s’affronter. Les deux principaux notables, le patia et le mbarma, militent pour une intervention. Le kirema et le galdima, soutenus par les religieux, continuent d’exprimer leur opposition, au nom des principes de l’islam : « Ne sont-ils par des pèlerins et l’islam ne nous vient-il pas des fellata ? » Il faut signaler qu’au Baguirmi, les rapports entre notables guerriers et religieux relèvent d’une longue inimitié sans cesse réactivée. Les uns et les autres ont enfin pu manger dans le même plat, sous Mbang Gaourang, quasiment à l’arrivée des tout premiers colonisateurs. Les marabouts se voient accusés d’avoir les mains souillées d’encre ; leur contact se révélant attentatoire aux vertus guerrières. Pour les Barma, le métier des armes était incompatible avec l’étude du Coran. La décadence du Bornou, avec ses May dominés par leurs chapelains semblait leur donner raison.

  • 24 Archives d’Abderaman Elu, et informations de Djerma Motman de N’Djamena.

35Toujours conduits par Patia Mamat Narye, l’âme du parti de la guerre, les premiers l’emportent : la mobilisation du ban et de l’arrière-ban des armées de Massenya est décrétée. Les chiffres qui apparaissent dans la « tradition de Massenya24 » sont manifestement exagérés. Ils renseignent néanmoins sur le poids militaire respectif des différents notables.

  • 25 Ce mot n’est pas le plus approprié pour désigner les cavaliers baguirmiens équipés de « cuirasses » (...)
  • 26 Rappelons que la cavalerie est composée d’étalons, monopole du Mbang et de ses deux principaux nota (...)
  • 27 Huard (1964 : 384) dit avoir vu encore en 1950 au Baguirmi « des chevaux de parade protégés par une (...)
  • 28 Reyna (1990 : 135 à 143) livre, à travers une compilation de textes, une synthèse sur l’armée du Ba (...)

36Le patia Nariye et le ngarmane (chef des eunuques) rassemblent 1 800 cuirassiers25, armures et casques, montés sur des chevaux26 avec caparaçons de cotonnade molletonnée (lubut du kanuri lebde) et environ 4 000 lanciers (mala sinda) avec des chevaux sans lubut27. Le mbarma Walbala dispose, pour sa part, de 1 000 cuirassiers avec chevaux équipés de lubut, et le kirema, presque autant. Il faut y ajouter 4 000 piétons d’origine servile (mala klot), placés en protection du Mbang. La totalité des dignitaires rassemblerait ainsi autour d’elle une trentaine de milliers de combattants. Les traditions orales insistent généralement sur la mobilisation de la totalité des forces du Baguirmi. La statistique baguirmienne est toujours restée étrangère à la vérité, mais la défaite d’Arsi, événement incommensurable, a naturellement suscité une inflation de chiffres. Barth (2011 : 401), en observant le retour du Mbang Abd El Kader à Massenya, après une expédition de six mois dans le Guéra, se montre surpris du petit nombre de cavaliers, de 700 à 800, qui l’accompagnent. Il ne s’agissait certes que d’une campagne de razzia et de reprise en main d’une région insoumise qui aurait pu mobiliser 2 000 cavaliers n’ayant pas tous participé à l’entrée triomphale dans la capitale. Par ailleurs, après avoir estimé, voire surestimé, la population du royaume entre un million et un million et demi de personnes, Barth (2011: 450) avance: « [T]he whole military force, in the present reduced state of the Kingdom, can hardly be more than 3000 horse and 10000 foot including the Shuwa population, who surpass the black natives in breeding horses ». Ces estimations faites en 1852, six ans auparavant, restaient valables pour la bataille d’Arsi28.

  • 29 Les pèlerins disposent de deux types d’arc, le grand arc des Peuls de l’Ouest et celui, à double co (...)
  • 30 Les « barres de fer » de nos informateurs sont des masses d’arme en fer à section cylindrique ou ca (...)

37Le Mallum, pour sa part, pouvait aligner moins d’une dizaine de milliers d’hommes en armes, la plupart des Peuls équipés d’arcs29. Toutefois, les Bornouans disposaient tous de « barres de fer30 ».

La bataille d’Arsi et l’écrasement de l’armée baguirmienne (1858)

38La lente marche des pèlerins autorise tous les contacts entre l’entourage du Mbang et celui du Mallum, et les intrigues vont bon train, chacun essayant de voir quel parti tirer de l’autre en cas de conflit. C’est entre les différentes fractions arabes, celles venues du Bornou et celles du Baguirmi, que se développa le plus d’intelligence. Les fellata du Baguirmi, toujours sous le coup de la frayeur que fait régner le Mbang à leur encontre, ne bougent pas. Le Mallum décide de prendre ses quartiers d’hivernage, en pleine saison des pluies, à Bougoumène, grosse bourgade baguirmienne, en raison des possibilités de pêche et de culture. Mais Massenya ne peut laisser se répandre dans la région ces bandes grouillantes de pèlerins, dont certains se révèlent de véritables pillards professionnels. Cette région est jugée trop proche de la capitale, et le Mbang Abdel Kader se décide à mettre en mouvement son armée dès la fin des pluies.

39Rien de plus dissemblable que ces deux partis qui se font face. D’un côté une armée des royaumes soudanais, organisation martiale avec ses notables, sa cavalerie, sa piétaille d’esclaves, l’arrière-ban des vassaux et les inévitables pillards qui s’invitent à toutes les batailles. Elle est aux ordres d’un monarque qui aurait préféré éviter cette rencontre. De l’autre côté, une troupe où jusque-là règne l’idéal du pèlerinage, peu organisée mais communiant dans la même foi insufflée par son « mahdi », lui-même se voulant au-dessus des contingences humaines. La disparité s’exprime également dans les armes. Une armée de lanciers, cuirassiers, chevaux légers et piétons armés de couteaux de jet et de sagaies affronte une foule dépourvue de cavaliers et qui manie des armes inusitées au Baguirmi. Les pèlerins disposent d’une archerie et d’unités de massiers, porteurs de masses d’arme.

  • 31 À cette époque, la mousquetterie est absente ou très peu développée au Baguirmi, elle deviendra imp (...)
  • 32 Barma et Arabes définissent les Peuls du Baguirmi comme « Fellata am harba », « Peuls à la lance », (...)

40Les gens du Mallum, avertis des préparatifs, prennent position au sud de Bougoumène à la confluence du Chari et du Bahr Ergig (Ba Batchikam), plus précisément entre le Chari et le marigot d’Arsi. Prise entre deux voies d’eau, la position est militairement forte. On doit être au mois d’octobre, et le lit du marigot d’Arsi est encore fangeux, avec la présence de mares. La force du Baguirmi tient à son énorme cavalerie, mais elle ne peut se déployer à cet endroit. L’arme du cavalier est la lance31. Le Baguirmi ne connaît pas l’arc. En revanche, chaque Peul qui a rallié le Mallum depuis l’ouest, le Bornou ou le Diamaré porte un arc et un carquois de flèches qu’il a pris soin de bien approvisionner32.

41La troupe baguirmienne est loin de présenter un front uni. Elle a connaissance que le Mbang a pris sa décision contre l’avis des religieux qui n’ont cessé de répéter que tout prince du Dār al‑Islām a l’impérieux devoir de protéger les pèlerins se rendant à La Mecque. Certains croient en la sainteté du Mallum et à la légitimité de son entreprise. La majorité, en proie au doute, demeure dans l’expectative, attendant un signe confirmant ou infirmant la main de Dieu. Le signe ne manquera pas de se produire, et rapidement : l’arme d’élite, la cavalerie du patia, est d’entrée aculée par des volées de flèches peules sur le marigot d’Arsi, dans lequel elle s’embourbe. Ce spectacle entraîne une certaine confusion dans les rangs de l’armée, d’autant que les cavaliers qui essaient d’échapper à l’enlisement se jettent sur ceux du Mbarma, contrariant ainsi leur progression. Le Mbarma Walbala, le second grand notable, lâche pied et, dans son mouvement de reflux, met en déroute les fantassins qui, à leur tour, entraînent dans une peur panique le corps des eunuques de la garde du Mbang. S’ensuit une folle mêlée où les pèlerins, invoquant le nom de Dieu, assomment les guerriers baguirmiens à coups de bâton et de masse d’arme.

  • 33 Les Arabes showa ont régulièrement été décrits par les premiers voyageurs comme prompts à partager (...)

42C’est le moment que choisissent pour se retourner contre le Mbang les auxiliaires arabes, montés sur leurs petits chevaux et qui interviennent généralement lors du pillage final33. Les Arabes devraient pourtant être proches du Mbang, du moins certains khashim bayt (lignage). Sa mère n’est-elle pas une Arabe chiderat ? Néanmoins, ce sont eux qui tuent le Mbang Abdel Kader, s’emparent de ses riches vêtements et offrent sa tête et celles de ses fils au Mallum.

43Trop souvent exploités et spoliés par les Mbang, les Arabes du Kozzam, du Dagama, tout comme les Salamat se rallient alors au Mallum, l’incitant à « effacer la chefferie du Baguirmi ».

44Il existe d’autres versions – que l’on dira « populaires » – où s’enchaînent de véritables stéréotypes de narration concernant la mort du Mbang et sa disparition l’une officielle, celle de Massenya, et l’autre plus en accord avec les récits mythiques des Barma du fleuve.

  • 34 Adim (Khadim, de l’arabe khadama, « servir un maître ») a acquis par euphémisme le sens d’eunuque ( (...)

45• Alors que les 400 adim34 de la garde du Mbang, environnés par la nuée des archers peuls, succombent sous les flèches, le sultan, au milieu d’eux, lit le « Guide des bienfaits » (dalait al kerat). On ne retrouvera pas son corps.

  • 35 Les graines d’oseille de Guinée (Hibiscus sabdariffa) particulièrement déhiscentes s’échappent très (...)

46• Sur les rives du Chari, le Mallum Galba est présenté comme un grand faki. Il prend des graines d’oseille dans sa bouche et crache des guerriers armés d’arcs ; ou il souffle sur des panicules de sorgho rouge, et ce sont des guerriers équipés de leur lance35 qui apparaissent, en même temps qu’il énonce divers noms de Dieu. Le fils du Mbang, le Ngar Murba, jette à terre par trois fois le Mallum en le saisissant par les cheveux ; par trois fois, le Mallum se relève. Ngar Murba retrouve son père au cœur de la bataille pour lui crier : « Ce Mallum n’est pas un homme, mais un djinn, il faut abandonner le combat. » Les Barma font « leur » prière, mais rien n’y fait, les flèches des Peuls sont les plus fortes.

Fig 2 : Type de cité baguirmienne de la rive droite du Chari, durant la saison sèche

Fig 2 : Type de cité baguirmienne de la rive droite du Chari, durant la saison sèche

© Christian Seignobos

  • 36 Le culte du cavalier englouti ou du chef qui disparaît dans l’eau sur sa monture au cours d’une bat (...)
  • 37 Le Mbang est enterré dans un cercueil de planches de Ficus platyphylla, allongé sur un lit de charb (...)
  • 38 Ces récits stéréotypés manifestent un tournant de l’histoire du Baguirmi. Lawal (Lahoual/ Lowan) es (...)

47La tradition populaire reconstitue la mort du Mbang sur le canevas du mythe en honneur sur le Chari et que l’on retrouve le plus explicitement dans la cité de Bousso36. Le Mbang Abdel Kader se retire sous un Ficus platyphylla (kob, këb), arbre immense qui est un substitut du Mbang, également bouturé comme borne aux frontières du royaume, et il disparaît37. Dans les traditions populaires du Baguirmi, il faut impérativement que le Mbang disparaisse sinon sous un kob, du moins englouti dans l’eau et la terre mêlées afin que son principe de fécondité continue à enrichir et à faire prospérer le royaume38.

48Arsi est un désastre sans précédent pour le Baguirmi. Peut-il survivre à la déroute et à la destruction de son armée ?

49Massenya vacille, et tout son système de contrôle de l’espace au sud du Chari est emporté. Les alliés du Baguirmi, têtes de pont et relais de traite sur les rives du Logone depuis les Musgum jusqu’aux Sumray en passant par les Kim (Laï Taba, sur le Logone, sera créé plus tard), vont subir la vindicte de leurs voisins, régulièrement attaqués au cours des saisons sèches. À chaque désastre de Massenya, comme Arsi, plus tard devant les attaques du royaume du Wadday, les vassaux du Baguirmi doivent se replier vers le Chari et se barricader en des lieux inhospitaliers. Les Musgum du poste avancé de Pouss repassent le Logone pour se réfugier dans les rôneraies de Mogroum, près du Chari où réside une partie des leurs. Les Kim s’enferment dans leur muraille ou gagnent l’intérieur des terres, le Ba Illi, tout comme les Sumray. Après avoir refait ses forces, le Baguirmi réactivera ses relais de traite et leur réassurera sa protection.

  • 39 Informateur Ngar Mamat Barka, chef de Maïlao.

50Si les royaumes soudaniens sont tous des prédateurs, le Baguirmi l’est plus que tout autre. L’appareil dynastique ne fait qu’un avec l’armée, qui repose sur une hiérarchie de notables articulée avec des apanages structurant l’espace du royaume. Massenya pleure 327 grands et petits dignitaires au rang desquels le patia, le ngarmane, les fils du Mbang en âge de combattre, le murba et le daba. Les deb ngollo (personne/grande) qui peuvent se prévaloir d’une place dans la titulature pléthorique de Massenya sont décimés. Le tchiroma Mamadi, l’héritier, lui-même grièvement blessé, est relevé d’entre les morts et mis sur un brancard. Les mala Klot et une poignée de notables réussissent, les armes à la main, à se frayer un passage parmi la horde des Arabes. Arrivés à Massenya, les Barma, craignant le pire, se lamentent : « Sans son Mbang, le Baguirmi n’est rien, nous ne pouvons tenir sans sultan face aux Arabes. » Un notable, le naïb, prend les choses en main et fait rapidement procéder à l’intronisation de Mamadi, à peine remis de ses blessures39.

51Mais le Mallum Debaba est un mystique, il refuse de marcher sur Massenya comme l’incitaient à le faire les Arabes et la plupart des Peuls : « abolir » cette chefferie et en proclamer une autre au nom de l’islam. Lorsque le Mallum reprend son chemin, toujours en remontant le Chari, c’est pour beaucoup une grande déception.

La mutation des pèlerins en pillards

52Le Baguirmi n’est pas le Bornou, ni même de ces cités kotoko restées dans l’orbe du Bornou, c’est un royaume bien moins policé. La population, fruste et violente, manifeste une suspicion quasi maladive envers l’étranger, comme l’a éprouvé Barth durant tout son séjour. Les relations entre pèlerins et populations locales se dégradent très rapidement.

53Les berges du Chari sont alors ravagées par les gens du Mallum, qui ont pris conscience que plus aucune force ne peut s’opposer à eux. Après la victoire d’Arsi, le pèlerinage change de visage ; pour une majorité, il n’est plus un moyen d’accéder à la rédemption. Tous les pèlerins ont épuisé leurs réserves, ils ne pourront survivre que par la rapine. Les Barma sont traités de mauvais musulmans, un beau prétexte. Aux topoï de débauche dont on accable généralement la cour de Massenya s’ajoute le soupçon de paganisme envers ces « nouveaux circoncis » que seraient les gens du fleuve (les Bage de ba = fleuve et ge = les gens), populations barmaïsées dans la seconde partie du xviiie siècle, mais qui ont maintenu certains rituels concernant le fleuve.

54Face à eux, les Peuls qui se sont toujours sentis comme un peuple missionné par l’islam ne cachent plus leur prétention. Pour les pèlerins peuls, Dieu leur a donné le pouvoir à Arsi.

55Les cités du fleuve se barricadent, les armes à la main, derrière ce qu’il leur reste de muraille, comme à Mafaling. Quant aux bourgs secondaires et aux villages, ils pratiquent la politique de la terre brûlée. Ils enterrent une partie de leurs récoltes et partent avec le reste et leur bétail se réfugier dans des végétations ripicoles touffues sur les bords de l’un ou de l’autre des Ba IIli de l’interfluve Chari‑Logone. Toutes les anciennes cités banre, en aval d’Onoko, et dam, en amont, disposent d’un ou de plusieurs sanctuaires refuges qui, généralement, combinent des bosquets protecteurs intégrés à des rôneraies pouvant assurer leur subsistance pendant plusieurs mois. Ils réactivent là des réflexes séculaires depuis les xive et xve siècles, devant les razzias, toujours venues du nord‑est, des kuka-Medogo, des Peuls darkan, des Bulala, des Barma...

56Les Mbara, groupe de forgerons et de réducteurs de fer, au service du Baguirmi (dans l’apanage du notable ngarmane), qui avaient quitté le Ba‑Illi pour s’installer sur la rive gauche du Chari en face d’Andja, furent pillés et refoulés à nouveau vers le Ba‑Illi par les hordes de pèlerins (Seignobos 1986 : 110).

57Devant la nécessité de survivre, les pèlerins vont subir une sorte de mutation. Au cours de la première année du pèlerinage, ils s’étaient organisés en mosquées mobiles par affinité d’origine avec, à la tête de chacune, un conducteur de prières issu des plus lettrés. Il s’agissait, le plus souvent, d’interprètes (turjman) qui traduisaient les prêches du Mallum délivrés en fulfulde ou en arabe. Chacun prétendait avoir reçu l’agrément du Mallum lui-même.

58Lorsqu’il fallut s’organiser pour trouver de quoi survivre, ces mosquées mobiles se transformèrent, selon les dires des pèlerins, en « tar put » (bouche/ feu), groupe de gens apparentés ou partageant le même intérêt, cellule de base du partage du butin au sein des colonnes de razzias baguirmiennes. Après chaque acte de pillage, et surtout en fin de campagne, les tar put font leurs comptes, sous l’arbitrage des notables instigateurs de la razzia.

  • 40 Lafana, entre Mafaling et Bousso, la seule bourgade installée de part et d’autre du fleuve, faisait (...)

59Ainsi, plusieurs de ces groupements de pèlerins transformés en tar put vont s’associer avec des Barma du fleuve de la cité de Lafana40, en particulier, pour piller les groupements païens (kirdi) de l’interfluve. Ces Baguirmiens de Lafana sont des passeurs sur le Chari, mais une partie d’entre eux accompagne les armées des grands notables comme courtiers et négociateurs auprès d’un certain nombre de villages païens. La grande « industrie » du Baguirmi reposait sur la ponction d’esclaves dans les réservoirs prolifiques du sud, chez les Ndam, Gabri, Tobanga, Ngambay, Sara... La spécialité du Baguirmi reconnue sur tous les marchés de traite ottomans et arabes étant la grande fabrique d’eunuques (Barth 2011 : 404).

  • 41 Nachtigal devait, quelque quatorze années plus tard, en avril 1872, lui rendre visite alors qu’il c (...)

60Ces courtiers de Lafana, profitant de l’inertie de Massenya, organisent alors des descentes à trois ou quatre jours de marche vers le Logone, afin de piller récoltes et bétail, etc., et, bien entendu, esclaves. Ils emploient ainsi la masse guerrière que représentaient les pèlerins en armes, l’arc des pèlerins se substituant aux chevaux des notables comme avantage militaire sur les Kirdi de l’interfluve. Ils se rendent depuis Lafana en pays sumray, mais sont tenus en échec par le chef Guedegue (i.e. Guedik)41 enfermé dans sa muraille de Goubougou. Guedegue contrôlait à cette époque tout l’interfluve de Mofou jusqu’à Laï-Taba et même au-delà du Logone, à Kolon. Lorsque les pèlerins se retirent du pays sumray, ils sont harcelés par des groupes de cavaliers montés sur poneys ; malheur aux isolés. Cette expédition se révélera très meurtrière pour les gens du Mallum. Partout les Alifa païens tributaires de Massenya comme ceux des Bua de Korbol ou des Tumak de Goundi reprennent leur indépendance et refoulent les bandes de pèlerins razzieurs. En partant de Baigane sur le Chari, de semblables bandes atteignent Kaar (Bongor) sur la rive orientale du Logone. Ils cassent les greniers massa et razzient le bétail.

  • 42 Prins (2013 : 50,51), premier résident français auprès de Gaourang II, décrit, en mars 1898, la sui (...)

61La famine qui sévissait dans les rangs des pèlerins les contraignait à se disperser en bandes pour aller toujours plus loin récolter des tubercules sauvages, chasser, pêcher42. En mars 1872, Nachtigal (1880 : 371) rapporte une situation de disette comparable sur ces mêmes rives du Chari :

Mandjafa [...] est une ville murée qui, en temps de paix, compte de quatre à cinq mille habitants. Pour le moment elle semblait complètement déserte. J’appris toutefois que la majeure partie de la population se tenait renfermée chez elle à cause de la famine, et, effectivement, en fait de grains, ici, pas plus qu’en aval, je ne trouve mon compte. Les gens se nourrissaient des fruits [...] en tant du moins que les singes et autres hôtes des forêts leur laissaient à glaner après eux ; fort heureusement qu’ils avaient comme ressource supplémentaire les abondants poissons du Chari. Le repas d’hospitalité que le bourgmestre m’envoya, se composait, par le fait, d’un énorme poisson long de près de deux mètres.

Fig 3 : Cavaliers baguirmiens. Carquois peuls. Masses d’armes des Bornouans

Fig 3 : Cavaliers baguirmiens. Carquois peuls. Masses d’armes des Bornouans

© Christian Seignobos

  • 43 Je renvoie à mon article « Les parades à la razzia dans la zone soudanienne au xixe siècle : la dom (...)

62Toutefois, nos informateurs, qui eurent aussi à subir de sérieuses disettes43, affirment que le poisson « ne tient pas au corps » et ne saurait suffire à lui seul. Cette soudaine surpopulation aux abois devait affamer toute une vaste région. Les troupes du Mallum, trop nombreuses et trop composites, ne peuvent être tenues en main. En dépit de la rigueur dans le traitement des délinquants et des peines capitales prononcées par le Mallum lui-même, cette troupe s’avère ingouvernable. Pour le Mallum, l’esprit du pèlerinage a fait long feu et tourne même au cauchemar, ce qui explique sa volonté de s’isoler avec quelques-uns et de s’abîmer dans la lecture du Coran et dans la prière.

Les tribulations des pèlerins

63Le religieux, certes inestimable dans les discours accompagnant un peuple de pèlerins, devient superflu voire dérisoire dans les périodes de forte insécurité et de famine, mettant à mal l’organisation des rythmes de la communauté des croyants en marche, comme disciplinée d’en haut. Subissant cette disette chronique, chaque pèlerin cherche à survivre. Le pèlerinage ne surmonte pas le test du dénuement au quotidien. Les mises en scène du Mallum dans ses sorties sont de plus en plus tristement servies et, du reste, il sort moins en public.

64Les rivalités ethniques, latentes, apparaissent au grand jour. Les Peuls, surtout après la victoire d’Arsi qu’ils considèrent comme la leur, veulent imposer leur loi ; les Bornouans, plus nombreux, s’y opposent. Les Arabes, toujours présentés comme de grands velléitaires, abandonnent la partie et rejoignent leurs campements et leurs troupeaux.

  • 44 Toutes les grandes cités du Chari : Bougoumène, Manjaffa, Onoko, Mondo, Mafaling, disposaient de mu (...)
  • 45 Le poriyo est une élévation de terre-poubelle. Il fait office de beffroi, d’autel et de lieu d’orda (...)

65Sur le Chari, la seule cité à résister au Mallum, c’est Bousso. Son Mbang, Ando Bousso, avait également péri à Arsi ; la cité, qui vient de nommer son successeur, fait face44. La bataille dure plusieurs jours, les gens de Bousso se battent sur sept à huit rangs de profondeur, par classes d’âge, abrités derrière d’immenses boucliers de phragmites tressés qui les mettent à l’abri des flèches. Elle se déroule jusque dans la cité, mais sans jamais réussir à prendre la concession du chef et son poriyo45. Avec l’échec de la prise de Bousso, l’autorité du Mallum se dégrade fortement. Et, fait inconcevable auparavant, les pèlerins organisent des débats, des délibérations publiques contradictoires. L’imaginaire du pèlerinage s’est dissipé. Une partie des pèlerins vit dans l’inconfort moral des atrocités commises – souvent de leur fait – autour d’eux et contre des musulmans. Certains pèlerins ont dû échanger leurs enfants contre un koro de mil (mesure la plus usitée) ; les enfants meurent en nombre, comment résister à la morbidité ambiante ?

66Le long siège stérile devant Bousso ravive les dissensions entre communautés. Chaque jour éclatent des bagarres, soit avec les gens de la région à coups de barre de fer – décidément l’arme la plus répandue à l’époque –, soit à l’intérieur même des colonies de pèlerins. Dans le village de Yiari, où le Mallum avait établi son camp, une rixe éclate entre Peuls et Bornouans de la suite rapprochée du Mallum et dégénère. Le Mallum, lui-même pris à parti, est roué de coups, mais il en réchappe.

Fig 4 : Arsi, une vue partielle de la bataille

Fig 4 : Arsi, une vue partielle de la bataille

© Christian Seignobos

67Le Mallum cherche alors à prendre la route de l’est en empruntant le cours du Batha de Laïri. Il passe par Korbol, puis attaque le bourg de Laïri qui lui barre le passage. Les guerriers de Laïri, sous le commandement de leur chef Ngar Burku, s’étaient mutuellement attaché les chevilles sur plusieurs lignes, s’interdisant ainsi de fuir et s’obligeant à combattre jusqu’au dernier. Les Baguirmiens de Massenya qui, entre-temps, se sont ressaisis, viennent à leur secours et renvoient les bandes de pèlerins vers le Chari.

  • 46 On dispose de celle de Oppenheim « Rabeh und das Tschadseegebiet » (C590), INSH, Ndjamena), non dat (...)

68Le Mallum descend vers Niellim avec ses derniers fidèles peuls et ils gagnent le pays tunia pour remonter ensuite le bahr Salamat. C’est au lac Iro que le Mallum serait mort noyé en se baignant. Le reste, principalement des Peuls, est mis en déroute par les Gula, population du lac Iro. D’autres versions disent que le Mallum a été tué par les Bua de Korbol46 ou des Kirdi du Guera. Une partie d’entre eux gagne la région de Melfi et certains poursuivent jusqu’à Abéché ; rares sont ceux qui arriveront au terme du pèlerinage.

69Fatiguée par les troubles constants qui agitent les groupes de pèlerins, souvent regroupés par affinités régionales, perdant la foi en leur guide, une partie des pèlerins se met à cultiver, comme à Delfin et dans les bourgs voisins de Yiari. Ils entreprennent même une deuxième saison de culture et demandent à Massenya l’autorisation de séjourner quelque temps dans l’arrière-pays de Bousso. D’autres, en revanche, épuisés, ne songent qu’à retourner chez eux, mais ils vont le faire par petits groupes et ils deviennent la proie des Baguirmiens, qui les arrêtent et les réduisent en esclavage pour les vendre à Massenya, puis au Wadday.

70L’Alifa de Kousseri se pose en héritier du Mallum, mais les pèlerins ne lui accordent pas leur confiance. Il devient le chef de file des non-Peuls, Kotoko et Bornouans, toutefois, là encore, son leadership se voit contesté. Il décide alors de rentrer chez lui et de descendre le Chari. Il sera rejoint pour les mêmes raisons par un groupe important de Kotoko et de Bornouans. Mais Massenya s’oppose à leur départ. Ce sont là des gens actifs et qui pratiquent des métiers : forgerons, foulons, tisserands, peu développés au Baguirmi. C’est une richesse pour le Baguirmi et la région de Bousso. Se sentant pris au piège, certains pèlerins décident quand même de partir. Le nouveau Mbang Mamadi les fait massacrer à leur départ, sur la rive gauche du Chari, à Miltou (ce qui est également signalé par Devallée, 1925). Les rescapés et d’autres candidats au retour vont devoir rejoindre leurs villages en passant par l’interfluve boisé du Logone et Chari. Ils atteignent enfin la région du Madiagho et s’installent sur d’anciens sites Sô, comme à Kenken, Oulsi, Bata, sur la route Mandelia-Logone Gana, à Ali Garga, Maïlao, où l’on trouve aujourd’hui leurs descendants.

Les conséquences du pèlerinage

71L’affaiblissement définitif du Baguirmi est indubitablement lié au passage du Mallum. Il deviendra le vassal, rétif certes, du Waddaï tout en cherchant sans cesse à recouvrer sa pleine autonomie. Le coup fatal lui sera porté ultérieurement par le conquérant venu du Nil, Rabeh, à la fin du xixe siècle. L’autre conséquence, plus immédiate, est l’installation de colonies d’anciens pèlerins qui seront englobés dans la communauté la mieux représentée, celle des Bornouans.

Le temps des règlements de comptes sans fin

72Mbang Mamadi (1858-1884) montre, dès sa nomination une volonté de régner différemment de son père, qui laissait une réputation de douceur – toutes choses égales par ailleurs, nous sommes au Baguirmi. Il écarte sa famille du pouvoir et fait essoriller ses frères survivants, avant d’épurer l’assemblée des grands dignitaires. Mais le royaume réclame en priorité une reprise en main des populations flottantes d’éleveurs Arabes showa.

  • 47 Le massacre de chefs, fruit d’une vengeance implacable, se retrouve dans tout le bassin du lac Tcha (...)
  • 48 Prins (2013 : 316) relevait en 1899 la version que la cour de Gaourang voulait donner de l’événemen (...)

73La vengeance de Mbang Mamadi fut propre à frapper les esprits. Les Arabes factieux qui avaient, après Arsi, suivi le Mallum, abandonnèrent le Chari et la cause du Mallum. Arrivés sur les bords du Ba Batchikam, ils s’arrêtèrent à Irr où ils demandèrent le pardon et l’oubli du passé, l’aman, au nouveau Mbang. Mamadi accepta et ne décréta aucune mesure à leur encontre. Il confirma chacun de ces chefs félons dans leurs prérogatives à la tête de leurs groupements. Plus tard, il convoqua une grande fête de huit jours avec musique et danses à Massenya. Auparavant, il avait fait creuser une fosse cimentée d’argile à l’intérieur de la muraille du palais (gër). Il fit confectionner par les tisserands bornouans des boubous à l’ancienne, mais sans manches ni trous pour passer les bras. Quand les cheiks arabes furent assemblés, il les fit appeler l’un après l’autre et chacun dut revêtir un de ces boubous qui l’emprisonnait comme une camisole, et fut égorgé. Tous les corps furent jetés dans la fosse47. Ne les voyant pas revenir, pris de doute, puis de frayeur, les autres invités comprennent le guet-apens. Ils cherchent à s’enfuir, mais les portes se referment sur eux et ils sont massacrés par les gardes. La tradition rapporte que la mère de l’un des cheiks assassinés invectiva le Mbang en ces termes : « La chose (ou le père) du couteau qui a faim, son urine est du sang » (Abbu Sakin al dju bolla dam). Cet acte de perfidie valut à Mbang Mamadi l’appellation d’Abbu Sakin (i.e. « le père au couteau48 »).

  • 49 Cette pratique fut assez communément employée, vers la même époque, par d’autres princes, toujours (...)
  • 50 Ce contentieux n’en finit pas. En 1979, Acyl Ahmat (Arabe d’Ati), à la tête d’une faction des rebel (...)
  • 51 Informateur Abderaman Elu.

74Mamadi Ab Sakin nomma ensuite les fils de ces cheiks à la tête des grands kashim bayt arabes en leur disant : « Vos pères ont tué le mien, j’ai tué vos pères, maintenant nous sommes quittes49. » Quant aux Arabes chiderat, Abbu Sakin fit détruire plusieurs de leurs villages et égorger les hommes. Une partie d’entre eux s’enfuit vers le nord, en particulier à Em Brigue, à l’emplacement actuel du quartier « Repos », à N’Djamena. Par la suite, les Arabes, toujours irréconciliables, soutiendront dans leur majorité les prétendants imposés par le Wadday contre Abbu Sakin50. La suspicion est partout dans l’entourage du Mbang Ab Sakin. Au Baguirmi, il n’existe que deux grandes mosquées, à Massenya et à Moïto « où peut se dire la prière pour les sultans ». Les gens d’Abugern bâtirent, vers 1865, une grande mosquée. Massenya les accusa de vouloir « relever le royaume peul de Darkan ». Les religieux de la cité furent rassemblés dans la mosquée et exécutés51. Ab Sakin veut réformer et mettre au pas le corps des notables baguirmiens. Le Mbang s’en prend en particulier au mbarma Walbala à qui l’on reproche son comportement à la bataille d’Arsi, et qu’il humilie en public en le contraignant à porter des vêtements féminins. Ces notables, accompagnés de leurs clients, partent au Wadday. Ils reviendront, comme guides de l’armée waddayenne, avec le sultan Ali devant Massenya, une douzaine d’années plus tard, en 1871. Lors de ce siège mémorable, fut utilisée pour la première fois une charge de poudre pour faire sauter la muraille ; il sera suivi du sac de la ville. Mbang Mamadi Ab Sakin devra dès lors résider à Bougoumène, relever les fortifications de la cité et solliciter l’appui du Bornou. Le Wadday, de son côté, place un prétendant, Abdouraman, son neveu, dans les ruines de Massenya. C’en est fini de l’indépendance du Baguirmi.

Une communauté issue des pèlerins : les Borno Malama

  • 52 Dans les relevés d’itinéraires de Massenya à Lafana ou à Bousso, Barth (2011 : 590) note, en 1852, (...)

75Avant l’épopée du Mallum, les Bornouans (byo, en tar barma) étaient présents à Logone Birni, au Madiagho, au village de Djomogotoli, au sud-est d’Arsi, et naturellement à Massenya, où ils disposaient de leur quartier. Des familles de pèlerins s’étaient également établies dans les cités baguirmiennes du fleuve, voire en villages, comme à Delfin, près de Bousso, fondé par la famille de Blama Muti52. Il y eut aussi quelques pénétrations anciennes de Byo-Balao, c’est-à-dire de Bornouans Kotoko, comme vers Baléniéré (bala = « kotoko », niyeere = « coton »), sur les rives du Chari. À partir du xviiie siècle, le pèlerinage à La Mecque va structurer les routes commerciales sahéliennes vers l’est. La voie du sahel est une route alternative tardive pour les pèlerins, celle des mystiques et des pauvres qui n’ont pas les moyens de se joindre aux caravanes trans-sahariennes passant par le Kawar et le Fezzan (Dewière 2015 : 315). Les Peuls comme les Bornouans y ont été des acteurs majeurs, essaimant leurs colonies au Baguirmi, au Darfour et au Seenaar. Tous ces Bornouans seront alors englobés sous le nom de « Borno malama » après le passage du Mallum, de même que ceux qui, par la suite, fuiront le royaume du Bornou après sa conquête par Rabeh, vers 1896. Leur présence est signalée à Lafana, près de Bousso (Prins 2013 : 395).

  • 53 Par la suite, les Borno malama vont se répandre dans tout le Baguirmi. Les administrateurs Boujol e (...)

76Après le passage du Mallum, plusieurs milliers de Bornouans se répartissent en de nombreux petits établissements – la tradition parle de 90. Le Mbang les regroupa en huit gros villages dont les principaux étaient : Delfin Bornou, Boudabogo Bornou, Sounou-Mani Bornou et Irwa, au nord de Bousso. Appelés Byo malama au Baguirmi et Borno malama dans le reste du Tchad, ces Bornouans ont maintenu leur cohésion et leur langue. Ils ont néanmoins adopté les scarifications baguirmiennes53. Ils étaient administrés depuis Massenya par un Kada Byo et s’acquittaient d’un double « impôt », à Massenya et à Bousso : 20 coudées de gabaga (bandelettes de coton tissées), véritable production libératoire, et 15 mesures (koro) de mil par chef de famille. Les forgerons bornouans disposaient aussi d’un représentant, le kada byo milma.

77Certains pèlerins étaient partis de chez eux munis d’un stock de graines, pour cultiver, comme cela se pratiquait pour les individus impécunieux, pendant la saison des pluies, avant de reprendre leur route durant la saison sèche. Cette réserve de semences s’épuisa rapidement et les pèlerins durent en chercher d’autres. Mais la culture locale de Lapia, sorghos repiqués à cycle long, demande trop de temps entre les pépinières, le repiquage en cours de saison des pluies et la récolte cinq mois et demi plus tard. Ils auraient préféré des sorghos rouges à cycle court, des Djarto, même s’ils étaient modérément appréciés au niveau gustatif, mais peu de semences étaient disponibles. Les petits mils nteng, culture peu exigeante, offraient des rendements trop bas. Le manque de temps pour réaliser des cultures, le difficile accès à la terre auprès des villages barma, la confrontation à de nouvelles techniques culturales ont cantonné les pèlerins, malgré eux, dans un système s’appuyant sur les produits de cueillette et la rapine.

Carte 3 : Le pèlerinage de Mallum Debaba

Carte 3 : Le pèlerinage de Mallum Debaba

78Baguirmiens et Bornouans cultivent avec la même houe de base, la bano. Les Baguirmiens avaient adopté la bano du Bornou en abandonnant leurs outils à manche droit dérivés de l’iler. Mais les techniques culturales n’étaient pas pour autant identiques, les pèlerins bornouans auraient cultivé à plat et non, comme les Barma, sur des billons longilignes. Le résultat se solda dans les sols sablonneux par un engorgement des parcelles et la destruction des plants. Même à Bousso, les premières récoltes furent à ce point médiocre qu’elles poussèrent les pèlerins à continuer à vivre de cueillette. Toutefois, dans ce pays où il est difficile d’imaginer, à l’époque, une savane arborée plus indiciblement trouée de mares, ce sont elles qui assurèrent leur survie. Ils y collectaient poissons, amphibiens, « riz rouge » sauvage, rhizomes et fleurs de Nympheae. Ils eurent aussi recours, comme les populations locales, à la récolte de germes de rônier dans les immenses rôneraies de la région de Bousso, des pays sarwa et kwang, pour des séjours parfois de plusieurs mois.

  • 54 Les cotonniers pérennes sont le Gossypium arboreum race sudanense (niyeere masara : de masir, « Égy (...)
  • 55 La forme bayillo (pl. wayil’be), du verbe waylugo, « transformer », « forger », n’est plus employée (...)

79Ce n’est qu’en se stabilisant sur certains terroirs villageois que les Bornouans purent faire montre de leurs qualités de cultivateurs. Assez rapidement, leurs villages devinrent prospères. Ils développent la culture de certains cotonniers arbrisseaux54, culture peu courante dans cette partie méridionale du Baguirmi et se livrent, parallèlement, au tissage. Certains autres se spécialisent dans le métier de foulons grâce à l’indigotier (alin). Des forgerons – il y en avait parmi les pèlerins bornouans – vont chercher à se rapprocher des Baylao, forgerons locaux. Les Baylao représentent un groupe ancien qui a contracté une sorte de haddadisation (ségrégation sociale basée sur le métier de la forge) au Baguirmi (xvie siècle) en intégrant un cadre musulman non arabe, mais peul, d’où leur appellation, en peul, de « Baylao55 ». Les fellata baagarmi les appellent, en effet, Waylbe (Gaden 1908) ou encore Niyola, du nom de leur principal village (région de Bousso). En tant que forgerons, ils seront, comme les autres, refoulés sur les marges du Baguirmi, la forge ayant été abolie, rappelons-le, dans le royaume. Ils s’installent alors à proximité des gros gisements de fer méridionaux de Gourgara et de Biri, sur la rive gauche du Chari, en amont de Bousso, pour à la fois contrôler les réductions de fer et forger. Ils entraînent avec eux des familles de forgerons descendant des populations dam de Bousso qui avaient conservé leur ancienne langue. Des Haddad bulala viendront ensuite les rejoindre, si bien que certains Baylao se présentent comme originaires du Fitri. Lorsque les forgerons Borno malama font leur apparition, ces groupes vont encore fusionner tout en adoptant la langue kanuri. Dès lors, on les désigne aussi comme Byo biri (les Bornouans de Biri). L’étrangeté de ces Baylao, qui n’ont jamais cessé d’élever du gros bétail tout en forgeant, et leurs origines par trop complexes, font que les populations voisines les suspectent toujours de parler entre eux une langue propre. Toutefois, le vocabulaire que j’ai pu relever à Biri en 1978 se révèle très proche du kanuri. Les Bornouans ont apporté de nouveaux outils, une petite enclume de fer, des marteaux diversifiés et la généralisation des pinces pour un travail du fer plus sophistiqué.

80Les Borno-Malama influencent une autre activité où on ne les attendait pas : la pêche, à travers la diffusion du tirbeyin. « Cet engin curieux » (Blache et Miton 1962 : 22 et 49), difficilement classable, est constitué d’un cône de filet à petite maille fixé à un cercle de bois souple de 1 mètre de diamètre. Sur ce cercle prend appui une armature de quatre montants de bois de 1 mètre maintenus à égale distance et qui se rejoignent sur le haut où se trouve accrochée la pointe du filet. Cet outil de pêche se manie comme un panier de capture. Le pêcheur avance dans les herbiers, jette l’engin là où il subodore la présence de poissons et il le maintient plaqué au fond, le pied posé sur l’anneau de bois. « Il n’y a plus qu’à lâcher la ganse : le filet tombe et le poisson en cherchant une issue pour s’échapper, s’enfile lui-même dans le cône du filet » (Monod 1929 : 308). Pour Monod, il s’agit d’une technique bornouane (1929 : 306, fig. 35). Elle est également signalée sur la planche 22 des engins de pêche de Blache et Miton (1962 : 89), tout au long de l’El Beïd qui faisait frontière entre le Bornou et les principautés kotoko. Blache et Miton manifestent leur surprise de retrouver le tirbeyin quasi sous la même appellation, terbele, sur les rives du Ba illi, entre Ngam et Kawalke, à l’ouest de Bousso, plus au sud, sur le Bahr Salamat et jusque chez les Sara Majingay. L’engin est trop sophistiqué pour qu’il s’agisse d’un simple phénomène de convergence d’une technique appliquée aux mêmes besoins. Il ne peut être redevable qu’à une diffusion.

  • 56 Ngar Moustafa Modou et Blama Goubdo de Delfin Bornou (1978).

81Le terbele a été introduit par les pèlerins bornouans du Mallum qui l’utilisaient dans leur lente remontée du Chari et non pas, comme le suggèrent Blache et Miton, par les bannières de Rabeh. Nos informateurs, Borno malama56, sont catégoriques sur le sujet, et ils ajoutent, non sans exagération, n’avoir pu survivre que grâce à lui, chaque famille disposant d’au moins deux. Ils ont pu facilement fabriquer sur place les filets avec des cordelettes de niébé textile ou de fibres d’hibiscus sauvages. Grâce au terbele, à pied et sans le recours à une pirogue, ils ont pu écumer les innombrables mares des plaines du Chari.

  • 57 On pourrait avancer le chiffre au Tchad de 40 000 à 45 000 Borno malama et de 1 600 Baylao. Une étu (...)
  • 58 Dans un récit de Bulama Hadji Bighe, « Comment les Bornu sont arrivés dans la région de Bousso », M (...)

82Durant la période coloniale, les descendants de Borno malama se sont répandus dans toute la partie méridionale du Tchad. Ces communautés se sont montrées très mobiles, à la recherche de nouvelles terres cultivables. On remarque que les Borno malama ne se mêlent pas facilement aux autres groupes, y compris bornouans. Leur présence se remarque aussi dans les villes de Sarh, Moundou et Kélo où ils sont commerçants57. Ignorants ou très au fait de leur propre histoire, ils portent généralement un jugement dépréciatif58 sur Mallum Debaba qui, par son habileté et ses « maraboutages », aurait abusé leurs parents.

83Le pèlerinage de Mallum Debaba se prête particulièrement bien, par son « tragique », à « l’histoire-récit ». Il n’en participe pas moins à cette trame historique propre au Baguirmi, celle de la confrontation sans fin de deux sociétés, peule et barma, indissociables et pourtant irréconciliables. Au-delà, il renseigne sur bien des aspects des États soudaniens du circum tchadien, à la veille de la conquête coloniale. Le rayonnement de certains cercles religieux rénovateurs peuls jusqu’au milieu du xixe siècle prouve leur capacité à mobiliser, à travers leurs prédicateurs, des foules de plusieurs milliers de croyants, et à répondre à leurs aspirations religieuses, et dans le cas de Mallum Debaba, ou encore à les entraîner dans un périple, du Bornou à la région de Bousso, de plus de 500 kilomètres et jusqu’au lac Iro à plus de 1 000, sans compter les linéaments des différents parcours.

84Cet épisode témoigne aussi de la capacité d’une foule à migrer en dépit des insécurités dans des royaumes à fort encadrement politique prédateur et à travers de vastes mosaïques ethniques. Il donne en outre des indications sur les façons de survivre. Il montre par ailleurs que les routes du pèlerinage ne sont aptes à supporter que des pèlerins organisés en groupes restreints.

85Ces formes de croisades-pèlerinages, forcément ambiguës, mêlent des objectifs, des intérêts, des visions et des fantasmes les plus divers. Ces rassemblements, d’entrée pluriethniques, sont mus par une même foi. Mais que l’entreprise soit mise en échec et les clivages communautaires se révèlent immédiatement au grand jour.

86Qu’un religieux enfin à la tête de quelques milliers de pèlerins – combien réellement ? –, troupe hétéroclite avec femmes et enfants, ait pu faire vaciller un royaume multiséculaire comme le Baguirmi, tendrait à montrer la fragilité des états sahéliens précoloniaux. Ces encadrements politiques qui ne font qu’un avec un appareil dynastique guerrier hypertrophié au service d’une économie de pillages saisonniers aux confins de leurs juridictions portent en eux une faiblesse structurelle. Frappés au cœur, le prince tué, le collège de notables décimé, et c’est tout le maillage complexe de leurs apanages territoriaux maintenant ensemble les communautés disparates du royaume qui lâche. Quelque temps plus tard, ces mêmes principautés ne pourront résister à de nouveaux conquérants équipés de fusils à tir rapide et s’inspirant de méthodes militaires occidentales, comme Rabeh, dans le bassin du lac Tchad.

  • 59 Pour les populations des rives du Chari, le comput même des âges s’est longtemps basé sur le passag (...)

87Le passage de Mallum Debaba avait à ce point marqué les esprits59 que lorsque Rabeh se présenta au sud du pays, à Korbol, en 1889, une trentaine d’années après, Mbang Gaourang lui fit cette réponse : « Le Baguirmi est un pays trop petit pour la multitude qui t’accompagne et nous avons déjà eu un précédent fâcheux avec un Mallum fellata »...

Haut de page

Bibliographie

Barth Heinrich, 2011, Travels and Discoveries in North and Central Africa. Being a Journal of an Expedition Undertaken under the Auspices of H.B.M’s Government, in the Years 1849-1855, vol. V, Cambridge, Cambridge Library collection.

Blache Jacques, miton François, stauch Alfred, 1962, Première contribution à la connaissance de la pêche dans le bassin hydrographique Logone-Chari-lac Tchad, Paris, ORSTOM.

Boujol Robert, Clupot, 1941, La subdivision de Melfi, Société de recherches congolaises XXVIII : 13-82.

Boujol Robert, 1939, Le Baguirmi, royaume musulman de l’Afrique central, Archives nationales, 20000002/14/281.

Carbou Henri, 1912, La Région du Tchad et du Ouaddaï, Paris, Ernest Leroux.

Devallée M., 1925, Le Baguirmi, Bulletin de la Société des recherches congolaises 7 : 3-76.

Dewière Rémi, 2015, L’Esclave, le Savant et le Sultan. Représentations du monde et diplomatie au sultanat du Borno (xvie-xviie siècles), thèse de doctorat, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Gaden Henri, 1908, Note sur le dialecte foul parlé par les Foulbé du Baguirmi, Paris, Imprimerie nationale.

Gaden Henri, 1909, Essai de grammaire de la langue baguirmienne, suivi de textes, Paris, Ernest Leroux.

Huard Paul, 1964, Nouvelle contribution à l’étude du fer du Sahara au Tchad, Bulletin de l’IFAN 26 (série B) : 297-396.

Kodi Mahamat, 1993, Islam, société et pouvoir politique au Baguirmi (Tchad) des origines au milieu du xixe siècle, thèse de doctorat, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lanier H. lieut., 1925, L’ancien royaume du Baguirmi, histoire et coutumes, Renseignements coloniaux et documents, supplément à l’Afrique française 10 : 457-474.

Mohammadou Eldridge, 1975, Kalfu ou l’émirat Peul de Baguirmi et les Toorobbe de Sokkoto, Africa Zamani, Revue d’histoire africaine 4 : 67-114.

Mohammadou Eldridge, 1988, Les Lamidats du Diamaré et du Mayo Louti au xixe siècle (Nord-Cameroun), Tokyo, Tokyo University.

Monod Théodore, 1929, L’Industrie des pêches au Cameroun, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales.

Nachtigal Gustave, 1880, Voyage du Bornou au Baguirmi, Le Tour du monde, Paris, Librairie Hachette et Cie : 337-416.

Ngare Amed, 1994, Histoire structurale du royaume du Baguirmi, des origines à l’occupation coloniale (xvie, début xxe siècle), thèse de doctorat, université Paul-Valery/Montpellier 2.

Pâques Viviana, 1967, Origine et caractères du pouvoir royal au Baguirmi, Journal de la Société des africanistes XXXVII (2) : 183-214.

Pâques Viviana, 1977, Le Roi pêcheur et le Roi chasseur, Strasbourg, Institut d’anthropologie.

Prins Pierre, 2013, Une histoire inconnue de l’Afrique centrale 1895-1899, t. II, Paris, Éditions du CTHS.

Reyna Stephen P., 1990, Wars without End. The Political Economy of a Precolonial African State, Hanover-London, University Press of New England.

Saad Abubakar, 1970, The Emirate of Fombina, Ph. D. thesis, Zaria.

Seignobos Christian, 1984, Instruments aratoires du Tchad méridional et du Nord-Cameroun, Cahiers ORSTOM XX (3-4), Série « Sciences humaines » : 537-573.

Seignobos Christian, 1986, Les Mbara et autres gens de la muraille et du fer dans l’interfluve Chari-Logone, in Christian seignobos, Henri tourneux, Francine lafarge (dir.), Les Mbara et leur langue (Tchad), Paris, Selaf : 13-118.

Seignobos Christian, 1989, Les parades à la razzia dans la zone soudanienne au xixe siècle : la domestication de la cueillette, in Michel Eldin, Pierre Milleville (dir.), Le Risque en agriculture, Paris, Éditions de l’ORSTOM : 355-373.

Seignobos Christian, Tourneux Henri, Hentic Alain, Planchenault Dominique, 1987, Le Poney du Logone, Maisons-Alfort, CIRAD-IEMVT. seignobos Christian, iyebi-mandjek Olivier, 2000, Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun, Paris, MINREST/IRD.

Seignobos Christian, Jamin Fabien, 2003, La Case obus, histoire et reconstitution, Marseille, Parenthèses-Patrimoine sans frontières.

Urvoy Yves, 1968 [1949], Histoire de l’empire du Bornou, Paris, Librairie Larose.

Vivien Alain, 1967, Essai de concordance de cinq tables généalogiques du Baguirmi (Tchad), Journal de la Société des africanistes XXXVII (I) : 25-39. works John A., 1976, Pilgrims in a Strange Land, Hausa Communities in Chad, New York, Columbia University Press.

Zeltner Jean-Claude, 1980, Pages d’histoire du Kanem, pays tchadien, Paris, L’Harmattan.

Zeltner Jean-Claude, 1997, Les Pays du Tchad et la montée des périls, 1795-1850, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Annexe

Cet article s’appuie sur des sources de natures différentes, dont les incunables : textes des administrateurs coloniaux (Devallée, Carbou, Lanier) et, avant eux, des grands voyageurs (Barth et Nachtigal), mais j’ai eu également accès aux archives, en arabe, d’Abderaman Elu, dites « La tradition de Massenya ». Abderaman Elu, de père arabe et de mère barma, est le descendant d’une famille de lettrés, sorte de chapelains attachés à la dynastie de Massenya. Il s’agit donc d’une histoire officielle, mais particulièrement bien documentée. Abderaman ne parle pas français, ou mal ; ses connaissances combinent un corpus de textes arabes et des traditions orales sous forme de récits de traditionalistes barma. Il a assuré à la radio nationale tchadienne, de 1971 à 1978, quelques chroniques d’histoire en langue arabe, concernant principalement le Baguirmi. Il fut pour nous un commentateur avisé à qui nous avions recours pour certains sujets et contextes historiques quant au fonctionnement des rouages de l’État baguirmien.

Nous avons également recueilli des « traditions orales » auprès de chefs de villages, comme celui de Maïlao, ngar Mamat Barka ; de Delfin avec ngar Moustafa Modou, de l’ancien chef de Bousso, Mbang Hadji Amin ou encore auprès des notables de notre ami Dahirou El Adj Ali, lui-même Ful’be haussa, chef du canton peul de Bogo Moro, chez qui j’ai souvent résidé. Les Ful’be de Bogo-Moro sont issus des communautés peules de Sokkoto qui ont fui devant les Anglais après la prise de l’Émirat en 1903, convaincus de ne pouvoir vivre leur religion comme par le passé et conserver leurs nombreux esclaves. Ils ont engagé une migration vers l’Est, le Soudan occidental encore libre de toute mainmise coloniale. Ce groupe très structuré s’est arrêté à Bogo, dans le Diamaré (Cameroun). Le lamidat de Bogo s’avérant incapable de supporter une telle charge en hommes et en troupeaux, ils furent alors invités par l’administration coloniale française (1907) à s’établir sur les rives du Chari, désertées après le passage des bannières de Rabeh. Le Mbang Gaourang II fut bien contraint de les accueillir60. Arrivés tardivement dans la zone, ces Ful’be n’ont pas moins fait l’effort de collecter des pans entiers de l’histoire du Baguirmi. Le reste est issu de mémoires familiales conservées par les descendants de pèlerins ayant suivi le Mallum. Nous en avons réuni une trentaine (auprès d’interlocuteurs bornouans, kotoko, peuls et arabes). Nous n’en livrons que quatre qui rendent compte de la teneur d’ensemble de ces témoignages. Ils ont été relevés à des époques non synchrones entre les années 1975 et 1995, au hasard d’enquêtes dont l’objet ne concernait pas le pèlerinage du Mallum.

Informateurs : Moustafa Modou, chef de village de Delfin Bornou, et Blama Goubdo, tous deux Borno malama (1978)
Mallum Daba (ou Sheref ed Din) est un grand mystique peul qui séduit autant par sa personne que par ses paroles. Depuis le Bornou, il prêche pour un retour à la pureté religieuse. Un grand nombre de personnes le suivent, au fur et à mesure qu’il avance. C’est comme un épais nuage de criquets qui arrive aux portes du Baguirmi. Le sultan du Baguirmi prend peur et refuse le passage aux pèlerins.

Le Mallum le balaie grâce à son pouvoir d’engendrer autant de guerriers qu’il le veut. Le sultan Abdel Kader trouve la mort à la bataille d’Arsi. Le Mallum ne sait que faire de cette victoire qu’il attribue à Dieu, ce qui le confirme simplement dans le bien-fondé de son pèlerinage, au contraire de son entourage de Peuls et d’Arabes qui, eux, voudraient qu’il poursuive son avantage jusqu’à Massenya, la capitale.

Après Arsi, la troupe de pèlerins remonte le Ba Bousso (Chari). Le Mallum cherche à ménager les communautés riveraines qu’il traverse, mais derrière lui ses gens commettent pillages et exactions. Les pèlerins cessent de prier et chaque groupe se reconvertit en « tar put » (groupe de partage du butin). Avec les Barma de Mafaling et de Lafana, ils reprennent à leur compte les razzias conduites par les notables de Massenya vers le sud. Il n’y eut par la suite qu’une seule bataille, mais elle fut d’une grande âpreté, avec la tentative par les pèlerins de la prise de la vaste cité de Bousso. C’était la seule cité du Chari qui ne s’était pas vidée à l’arrivée de la foule de pèlerins. La bataille dura sept jours, et se solda par un échec. Mal nourris, épuisés, ils décident de faire une pause et de s’établir quelque temps autour de Bousso, à l’ouest de Delfin Sara et à Yiari, gros village choisi par le Mallum pour y dresser son camp. Les pèlerins entrent en conflit avec les habitants de Yiari car certains veulent prendre de force des terres pour les cultiver. Quant aux semences, les autochtones refusent d’ouvrir leurs réserves aux nouveaux venus. Les bagarres se multiplient et dégénèrent à coups de barre de fer. Une autre bataille, autrement plus grave, éclate entre Bornouans et Peuls de l’entourage du Mallum. Celui-ci est pris à partie et certains cherchent à attenter à ses jours. Il ne sera que blessé. À Yiari, le Mallum, lassé de la multitude qui ne cesse de l’importuner, sélectionne une partie de ses fidèles, des Peuls surtout et quelques Bornouans afin de poursuivre son pèlerinage. Ils partent à Korbol pour emprunter la voie du Batha de Laïri, mais la route est coupée par les Baguirmiens. Ils reviennent alors sur Korbol. Les échecs des pèlerins devant Bousso, puis devant Laïri incitent le puissant chef des païens de Korbol, vassal du Baguirmi, à attaquer les bandes du Mallum. Des hommes liges du Mallum auraient été tués et le Mallum blessé. Ils rejoignent le Chari et décident de le suivre jusqu’à l’embouchure du Bahr Salamat, puis de remonter cette rivière.

En cours de route, le long du Bahr Salamat, Mallum Daba se serait-il noyé en voulant se baigner dans le lac Iro, ou avait-il lui-même projeté de disparaître là ? Les Kirdi du lac Iro se mobilisent pour chasser les pèlerins, qui partent à Melfi. D’autres atteindront Abéché où ils se livrent à certaines activités et même contractent des mariages. Bien peu poursuivent le pèlerinage.

Les Bornouans restés à Bousso se concentrent vers Delfin, qui avait été fondé par des pèlerins bornouans ayant précédé de longue date le Mallum. Il y avait déjà là un chef, Blama Muti. Ces Bornouans appartenaient même à l’apanage de la gumsu, première femme du sultan.

Blama Moustafa Modou, descendant d’une famille de pèlerins, est le dixième chef à la tête du bourg de Delfin.

Blama Dede, chef du village de Malfuso (au sud du lac Tchad, au Cameroun), est un fellata yillaga arabisé. Il est aussi le descendant d’un accompagnateur du Mallum (1994)
Amadou Hame et son frère sont des bergers peuls de Mindif (Cameroun). Quand ils apprennent la nouvelle qu’un Mallum peul, Abbu Chier, a écrasé les Baguirmiens sur le Chari, ils pensent à l’opportunité de fructueux pillages. Ils se regroupent avec d’autres jeunes Peuls des villages de Dargala et de Goudoum-Goudoum tentés par l’aventure. Ils sont une trentaine et prennent pour guides des chasseurs (gaw) habitués à faire des campagnes de chasse de l’autre côté du Logone. Ils retrouvent les pèlerins au niveau d’Onoko, sur le Chari. De là, ils vont se battre contre les Baguirmiens de Bousso et les Kirdi de Korbol. Ils escortent ensuite le Mallum jusque dans les montagnes du Baguirmi61 [le Guera], puis ils le quittent pour s’établir à Melfi, où ils décident de vivre auprès des éleveurs fellata Baagarmi, et à Ngama auprès des Arabes. Comme ils sont de bons bergers, ils seront recrutés pour travailler dans de grands élevages chez les Arabes dar begli. Ils repassent le Chari et s’établissent à Abbou Ngaraka, près de Woulki. Totalement arabisés, ils résident, en 1994, avec leurs propres troupeaux, au sud du lac Tchad. Leur khashim bayt est appelé Arabe fellata, eux savent encore qu’ils sont Yillaga.

Informateur : Alhadji Gadam, Kotoko de Goulfey, Cameroun (1986)
Mallum Debaba, dit Abbu Chier, était un Peul de Sokkoto. Il portait une volumineuse coiffure de cheveux tressés qu’il devait écarter pour montrer son visage. On entendait parler du Mallum Debaba en pays kotoko bien avant son arrivée. Les gens voyaient en lui le mahdi. Le grand-père de l’informateur, Mahamat A., décida de le rejoindre à Kousseri. Il vendit tous ses biens et partit avec trois de ses fils. Beaucoup de gens de Goulfey étaient avec eux.

Au Baguirmi, le sultan et ses notables s’opposent au passage du Mallum. Il y a une bataille à Arsi. Dans la mêlée, un fils du sultan se jette sur le Mallum, mais son cheval perd ses deux pattes arrière. Le prince se précipite auprès de son frère aîné et lui crie : « cet homme, c’est le diable ! » Jamais on n’a compté autant de morts après une bataille. Le sultan, ses fils, ses notables sont parmi les morts. On entend partout chez les pèlerins : « Le royaume du Baguirmi est tombé ! Le royaume du Baguirmi est tombé ! Marchons sur Massenya ! » Le Mallum refuse et c’est la consternation parmi la multitude. On lui dit : « À quoi bon poursuivre jusqu’à La Mecque, construisons le royaume de Dieu à Massenya ! » Imperturbable, le Mallum répond que lui est parti pour le pèlerinage à La Mecque et que rien ne le détournera de son dessein. Comme il est aussi prophète, on se range à son avis.

La proximité de l’enclos où se tient le Mallum au cours des étapes est un véritable caravansérail ; c’est une ruche. Il reçoit de continuelles visites, les gens le sollicitent pour des prières, des bénédictions, des conseils, des commentaires du Coran. Il place devant sa porte des djora, du mot peul joo’da signifiant « Reste là, ne bouge pas ». C’est ce que disent les plantons peuls qui contrôlent les visiteurs et annoncent leur arrivée au Mallum. L’enclos du Mallum est protégé par des vanneries (sharganiye). À l’intérieur, une aire de prière bien délimitée et une simple hutte de paille montée sur des arceaux de bois souple, conforme aux habitations des éleveurs peuls. Elle est montée à chaque étape. Il y passe la nuit et y tient à l’abri ses « corans ». Alors que le Mallum s’enferme avec ses livres, son entourage se bat pour savoir qui doit diriger en son nom les pèlerins. Lui n’impose personne, mais il cherche à ramener la concorde entre les différentes factions. À l’exception de quelques jugements publics, il ne sort plus.

Après une bagarre plus violente que les autres entre Peuls et Bornouans dans la région de Bousso, il prend la décision de laisser le gros des pèlerins sur place. Il pense qu’ultérieurement et individuellement, ils pourront poursuivre le pèlerinage. Après avoir fait reconnaître la route du Bahr Salamat, le Mallum reprend alors son chemin avec une poignée de fidèles peuls. Plus personne n’entend ensuite parler de lui.

Informateur : Bachir Sale, Kotoko de Kousseri, Cameroun (1978)
Lorsque Mallum Debaba fait son entrée dans la muraille de Kousseri, il vient d’Afadé, via Maltam, précédé de son aura. Déjà une foule immense l’accompagne. Partout où il s’arrête et encourage les gens à vivre en accord avec l’enseignement coranique, la population le suit.

À Kousseri, les deux grands-oncles de Bachir, Mayna Zuruku et Adji Abba, ainsi que sa grand-tante Falama décident de tout laisser et de partir. Deux cousines se joignent à eux. Aucun ne reviendra à Kousseri. Mais à l’époque, c’est tout Kousseri qui voulait partir à la suite du Mallum. L’alifa, le premier notable de la cité, se met en route avec ses serviteurs. Les princes veulent être du pèlerinage, dont Amin. Eux réussiront à revenir et Amin deviendra même sultan de Kousseri62. C’est, parmi les pèlerins, un des rares qui aurait atteint Abéché, voire le Seenaar.

Fig 5 : Terbele et paniers à poissons, pays toumak

Fig 5 : Terbele et paniers à poissons, pays toumak

© Christian Seignobos

Les sultans d’Afadé, de Goulfey, de Kousseri n’osent parler devant le Mallum, ni même émettre en cachette des réserves. Ils laissent partir leurs gens... Ce qui leur sera par la suite reproché. La foule des pèlerins passe le Logone à Gidan et traverse le Madiagho par Mandelia. Le sultan du Baguirmi envoie une missive au Mallum : « Le sultan du Bornou t’a accordé ses faveurs pour demeurer chez lui, grand bien lui fasse, quant à moi, je refuse ton passage. » Le sultan envoie même une flottille sur le Chari pour surveiller les pèlerins et les dissuader de passer sur la rive orientale. Mais la saison sèche arrive et des gués apparaissent un peu partout, favorisant le franchissement du fleuve par les pèlerins.

Le sultan rassemble son armée et la bataille a lieu au sud de Bougoumène, à Arsi. Mallum Debaba possède une gargoulette remplie d’eau. Il prend de l’eau dans sa bouche et crache des archers peuls. Le sultan essaie par trois fois de se saisir du Mallum, par trois fois, celui-ci disparaît. Les archers peuls anéantissent la cavalerie baguirmienne. Le sultan lui-même, écrasé par les chevaux en fuite, disparaît dans la terre fangeuse. Son corps ne sera pas retrouvé.

Le Mallum aurait voulu, lors de son passage le long du Chari, que les pèlerins vivent de la sadaka (aumône) des populations locales, mais il y avait bien trop peu de monde pour ce faire et trop de pèlerins, après la victoire d’Arsi, s’étaient transformés en voleurs et en pillards. Le Mallum ne savait que faire de cette multitude qu’il n’avait pas découragée de le suivre. Il ne pouvait la renvoyer et il ne pouvait la diriger.

Lorsque le Mallum disparut après être allé à Niellim, les gens se dispersèrent et cherchèrent à regagner leurs villages, mais ils se faisaient arrêter par les Baguirmiens cherchant à se venger d’Arsi. Les Baguirmiens mutilaient les hommes en leur arrachant une jambe, les laissant ainsi mourir ; femmes et enfants étaient vendus comme esclaves. Le reste des pèlerins, se sentant comme pris au piège, préféra se terrer dans la région de Bousso en attendant des jours meilleurs, et c’est finalement là qu’ils se sont fixés.

Haut de page

Notes

1 « Debaba », ici, ne renvoie nullement à la region « Debaba », au nord du Baguirmi, entre Kozzan et Fitri.

2 Carbou (1912 : 55) parle du « faqih Cheref ed Dîn, Poul de naissance et originaire des pays du Niger », à ne pas confondre avec Sharaf al Din des Ouled Sliman qui dominaient encore le Kanem à la fin du xixe siècle (cf. Zeltner 1980 : 256).

3 Cf. Muhammad M. Alhadjj, 1973, « The Mahdist Tradition in Northern Nigeria ».

4 Il s’agit de correspondances sur ce même sujet entre Shehu Mohaman Bello et moddibbo Adama de Yola ; lettre extraite de « Majmu’ba’d rasa il amîr al mu’uminin Muhammad Bello » vers 1849, citée par Sa’ad Abubakar (1970 : 489).

5 La plupart des données de cet article ont été rassemblées entre 1973 et 1979 alors que j’enseignais au département de géographie à l’université du Tchad.

6 Barth, vol. II, 2011, fait le portrait de « Chékou Omar », qui sera repris par Urvoy (1949 : 111).

7 Seignobos 2000 : 111.

8 Carbou (1912 : 54-55) donne l’itinéraire généralement suivi par les pèlerins depuis le Bornou jusqu’à Djedda, et il précise : « Avant la prise d’Abéché [par les Français], les pèlerins étaient assez souvent maltraités au Ouaddaï [...]. Aussi, dans ces derniers temps, la route de la Batha était-elle désertée par les pèlerins, qui passaient plus au sud, dans le cercle de Melfi [...]. La voie du Kouti [plus au sud encore] était également fort utilisée. Elle présentait du reste l’avantage de se prêter tout particulièrement au trafic des esclaves. Le sultan Senoussi, marchand d’esclaves lui-même, entretenait les meilleures relations avec les Pouls fanatiques qui traversaient son territoire ».

9 Les Peuls darkan ont toujours été présentés comme premiers occupants de la terre de Massenya. Ils seront ensuite appelés fellata Gnagna (du nom de la femme peule du mythe de la fondation de Massenya) en remplacement du terme de Darkan, devenu subversif car il faisait référence au royaume peul détruit par les Barma. Il s’agissait en réalité de trois « tribus » fellata. La tribu des Forkobe (fukaraa’be, sing., pukaraajo), qui faisait référence aux étudiants en sciences coraniques de la cité de Biddiri et à sa fonction religieuse ; la tribu des Kanumuuji (Peuls venus du Kanem) à la cité de Abugern, et celle des Djobto (Peuls barma), descendants de Darkan. (Paques, 1967 : 193). Tous ces Fellata portent les scarifications baguirmiennes.

10 « Fittobe », fi’tu’be, viendrait sans doute de fi’tugo en peul, « rester seul », « les derniers », désignation peu usitée pour les descendants des anciens lignages des Peuls « sacerdotaux » de Biddiri et d’Abugern, à l’origine de l’islamisation de la région.

11 Les fellata sont soumis, en principe, à une zakkat en bétail qu’ils doivent verser après la fête du tabaski : 1 bœuf pour 30 têtes de bétail et 1 génisse toutes les 40 têtes ; les poulains mâles sont élevés pour le Mbang. Mais les notables intermédiaires prennent également leur part, ce qui rend très arbitraires tous ces prélèvements.

12 Informateurs, entre autres : Abderaman Elu à N’Djamena et Djama Bouba à TchiknaMassenya. Toutefois, les exploits guerriers et les aventures de cour de Patia Arueli ont alimenté une énorme production de récits et de chants encore connus du petit peuple barma dans les années 1970.

13 Le centre de lettrés peuls de Biddiri à 10 km de Massenya, créé bien avant la capitale du Baguirmi, a provoqué non seulement l’islamisation du Baguirmi, mais a islamisé le fondateur de la dynastie du Wadday ; il est également crédité d’avoir fourni nombre de religieux réformateurs pour le Bornou (cf. Gaden 1908, Mohammadou 1975). C’est à Biddiri que sont enterrés les grands religieux « car l’islam a commencé là » (Barth 2011 : 418).

14 Cet événement reste généralement méconnu des chroniques peules car il fut un échec. On le retrouve néanmoins signalé par Mohammadou (1975 : 111-112 et 1988 : 170-171).

15 Parmi ceux qui étaient contre chez les Hille’en, les Kaga’en (subdivisés en Bu’du’en, Boray’en) et les Kaga Juba, majoritaires (les Kaga sont issus d’une région du Bornou). Auraient été favorables les lignages esclaves Bedere’en et Ellere’en ainsi que les Abdala’en, Baa’en, Kanumu’en ou encore Mono’en.

16 Migri est devenu, entre-temps, Anja, puis, déserté, le lieu est aujourd’hui appelé Kut Anja (l’« ancien site d’Anja »).

17 Nos informateurs principaux sont faki Ahmat, Peul Hille’en de Djalingol-Doundéré, Mal Djama Bouba, Kaga’en de Kalfou (Cameroun) et l’entourage du chef de canton de Malboum (Tchad), Malam Hamadou.

18 Barth 2011, vol. III, p. 339: « He described to me with delight how his countrymen had driven back the fellata who were endeavouring to establish the Jemmara in their country, and that they had undertaken afterwards a successful expedition against Bogo, one of the settelments of that nation. »

19 Barth (2011 : 442) signale que le Mbang Abd El Kader jeune, alors en mauvais termes avec son père, Mbang Othman Bugoman, avait trouvé refuge durant quelques années chez les Peuls, à Gurin, encore capitale de l’Adamawa.

20 Carbou (1912 : 55) fait traverser le Chari par le Mallum « du côté de Bougouman, en 1857, avec une troupe immense de pèlerins qu’attirait sa réputation de sainteté : on le considérait comme mahdi ».

21 Le Madiagho est la pointe de terre comprise à l’intérieur de la confluence du Chari et du Logone. Lorsque Barth la traverse, en 1852, pour entrer au Baguirmi par A’su (Ass) et par Mele, il signale une majorité de villages bornouans (kanuri) dont il loue le côté industrieux des habitants. Il s’agit presque toujours de groupes qui ont cherché à se soustraire aux tributs dont les accablaient leurs notables de tutelle, ou encore à fuir des périodes de troubles dans le royaume.

22 Les gumti servent à une chasse à l’hippopotame, véritable activité identitaire pour les cités du fleuve, relevant à la fois du rituel, du ludique et de l’économique.

23 Informateur : Ngar Mamat Barka, chef de Maïlao.

24 Archives d’Abderaman Elu, et informations de Djerma Motman de N’Djamena.

25 Ce mot n’est pas le plus approprié pour désigner les cavaliers baguirmiens équipés de « cuirasses ». En effet, le Baguirmi utilisait peu les armures à lamelles de fer telles que décrites dans les États hausa, au Bornou, ou même chez les Peuls. Leurs armures sont composées de sortes de casaques molletonnées pour les cavaliers, les chevaux et certains fantassins. Nachtigal (1880 : 375) signale que la matière cotonneuse du Ceiba pentandra fournit « une ouate excellente pour les cottes de guerre [...] que l’on pique à la façon de nos courtes-pointes. Cette bourre a l’avantage de ne jamais s’empeloter ». Il existe également des casques molletonnés. Les Baguirmiens appuyaient leur choix sur le fait que les armures métalliques pouvaient s’avérer dangereuses lors de chutes de cheval et qu’elles imposaient une aide pour les revêtir ou les enlever. Mais une des raisons tient au rapport que les Baguirmiens entretiennent avec le fer. Les forgerons sont, au Baguirmi, marginalisés géographiquement au sud du Chari, à moins qu’ils ne s’agisse de communautés de Haddad installées au nord, vers le lac. La forge est un interdit pour le Barma, instauré au moment de la formation du royaume. C’est le Mbang qui, lors de sa nomination, puis de sa mort, réunit autour de sa personne tous les attributs symboliques des anciens « rois-forgerons ».

26 Rappelons que la cavalerie est composée d’étalons, monopole du Mbang et de ses deux principaux notables.

27 Huard (1964 : 384) dit avoir vu encore en 1950 au Baguirmi « des chevaux de parade protégés par une jupe de cuir, un frontal orné de métal [...] et une large bande de poitrail renforcée de plaques de métal, le tout constituant une protection légère mais efficace ». Il n’est pas impossible que cet équipement ait existé moins d’un siècle auparavant au Baguirmi.

28 Reyna (1990 : 135 à 143) livre, à travers une compilation de textes, une synthèse sur l’armée du Baguirmi.

29 Les pèlerins disposent de deux types d’arc, le grand arc des Peuls de l’Ouest et celui, à double courbure, de 1,40 mètres, en bois de Ziziphus mauritiana, Acacia ataxacantha ou de bambou. La corde faite à partir de boyaux de gazelle ou de bœuf touche, non tendue, le rentrant central de l’arc. C’est l’arc des chasseurs, gaw bornouans ou Haddad kanembou. Les flèches de 0,45 mètre de longueur sont sans empenne, en roseau ou en Sesbania spp. . Elles portent une pointe de fer à une ou deux barbules qui s’enfoncent dans le roseau où elle est maintenue par des tendons de bœuf. La portée des flèches atteint 120 à 130 mètres. Les pèlerins ne semblent pas avoir disposé de poison sagittaire, trop éloignés des zones à Strophantus sarmentosus des monts Mandara. Il n’est toutefois pas exclu que certains pèlerins chasseurs aient pu emporter avec eux une réserve de graines de Strophantus.

30 Les « barres de fer » de nos informateurs sont des masses d’arme en fer à section cylindrique ou carrée de 1,5 cm de diamètre pour 0,55 m à 0,70 mètre de longueur. Sur la partie distale, la tête est arrondie, légèrement évasée. Elles sont équipées d’une poignée de cuir avec un pommeau aplati plus ou moins évasé et une lanière de cuir pour l’attacher au poignet. On retrouve encore aujourd’hui cette arme au sud du Bornou et chez des populations des monts Mandara centraux, Marghi, Bana, Jimi, etc.

31 À cette époque, la mousquetterie est absente ou très peu développée au Baguirmi, elle deviendra importante sous le règne du Mbang suivant. Des mousquets ottomans seraient parvenus dans le circum tchadien sous Idriss Alawma (1571-1603), favorisant sa conquête sur les Sô. Leur usage aurait ensuite disparu. Mbang Hadji Wuli, au milieu du xviiie siècle, possédait des mousquets venus de Travous au Fezzan, lors de la prise des cités du Chari ; ce fut toujours l’arme des piétons et des esclaves du May ou du Mbang. Ces éphémères mousquetteries auraient tenu tant que les « techniciens » étrangers accompagnaient les expéditions. Par la suite, ce savoir-faire ne put être conservé par les cercles de forgerons locaux et les fabricants de poudre (salpêtre, charbon de Calotropis procera, etc.). Leur perte d’efficacité poussa alors à leur abandon.

32 Barma et Arabes définissent les Peuls du Baguirmi comme « Fellata am harba », « Peuls à la lance », par opposition aux Peuls venus de l’Ouest et porteurs d’arcs.

33 Les Arabes showa ont régulièrement été décrits par les premiers voyageurs comme prompts à partager les dividendes de la victoire sans prise de risques. Guerriers à la recherche d’opportunités, ils auraient toujours évolué sur le flanc des armées du Bornu et du Baguirmi en campagne, à quelque distance, tels des charognards.

34 Adim (Khadim, de l’arabe khadama, « servir un maître ») a acquis par euphémisme le sens d’eunuque (cf. Encyclopédie de l’Islam). Au Baguirmi, le terme demeure ambigu au point que l’on doit le compléter. Le premier sens désigne les eunuques, comme les adimbang (ceux du Mbang) (Gaden 1909) ; le second désigne des jeunes gens, en général des fils de chefs païens tributaires du Baguirmi, élevés à la cour de Massenya. Ils sont un peu là en otage en même temps qu’ils reçoivent une éducation baguirmienne préfigurant une barmaïsation des élites païennes.

35 Les graines d’oseille de Guinée (Hibiscus sabdariffa) particulièrement déhiscentes s’échappent très rapidement de leur coque, rendant compte d’une image de rapidité et d’abondance. Quant au sorgho rouge, il appartient à toutes les pratiques sacrificielles sur les bords du Chari.

36 Le culte du cavalier englouti ou du chef qui disparaît dans l’eau sur sa monture au cours d’une bataille est décrit par Paques pour Bousso (1977 : 101,127,152). Mokkaden, un bras mort du Chari, est le lieu de sacrifice annuel lors de la montée des eaux et qui concerne la fécondité de la terre, les pêches collectives, etc. Ces mares rituelles doivent s’assécher et se recharger en eau chaque saison des pluies. C’est le retour des eaux qui occasionne les sacrifices offerts à ce chef qui a donné, devant tous, sa vie en s’enfonçant dans l’eau sur sa monture. C’est d’abord le symbole d’une alliance entre deux groupes auparavant antagonistes. Le chef des autochtones, qui se sacrifie, devient le médium qui apportera la fécondité à la terre et aux eaux. Ce culte était répandu dans une grande partie du bassin du lac Tchad méridional (Seignobos, 1987 : 86,87).

37 Le Mbang est enterré dans un cercueil de planches de Ficus platyphylla, allongé sur un lit de charbon de bois de Balanites aegyptiaca.

38 Ces récits stéréotypés manifestent un tournant de l’histoire du Baguirmi. Lawal (Lahoual/ Lowan) est décrit comme un Mbang tyrannique, mais surtout un souverain faisant peu de cas de la religion. Il est renversé en 1751 par son frère, Mbang Hadji Wuli, revenu du pèlerinage de La Mecque. La bataille se déroule à Sadaw, près d’une mare entre Seyta et Mile. Battu, Lawal est désarçonné et piétiné dans la boue de la mare par les chevaux de sa propre troupe en déroute (Paques 1977 : 100). On ne retrouve pas son corps. Pour les Barma, c’est une fin rituelle propre aux Mbang.

39 Informateur Ngar Mamat Barka, chef de Maïlao.

40 Lafana, entre Mafaling et Bousso, la seule bourgade installée de part et d’autre du fleuve, faisait partie, avec Maïpa (Mandjafa) et Banglame (Baïgane), des trois grands passages pour le franchissement du Chari par les armées de Massenya.

41 Nachtigal devait, quelque quatorze années plus tard, en avril 1872, lui rendre visite alors qu’il cherchait à rencontrer le Mbang Abbu-Sakin (Nachtigal 1880 : 378).

42 Prins (2013 : 50,51), premier résident français auprès de Gaourang II, décrit, en mars 1898, la suite du Mbang en fuite le long du Chari, cherchant à tirer sa nourriture du fleuve. C’est toute une « ville volante, immense » qui vit une disette comme auparavant l’avait endurée les pèlerins du Mallum.

43 Je renvoie à mon article « Les parades à la razzia dans la zone soudanienne au xixe siècle : la domestication de la cueillette » (1989). Je prends comme exemple la rôneraie des Kwang, les parcs à Ficus gnaphalocarpa des Sumray et, pour le pays tobanga (Gabri Nord), l’importance accordée aux tubercules sauvages, toutes regions qui furent sillonnées par des bandes de pèlerins

44 Toutes les grandes cités du Chari : Bougoumène, Manjaffa, Onoko, Mondo, Mafaling, disposaient de murailles de terre qui furent rasées sous Mbang Hadji Wuli, puis relevées ensuite pour certaines. Bousso, cité populeuse, n’a jamais, en revanche, été protégée par une muraille.

45 Le poriyo est une élévation de terre-poubelle. Il fait office de beffroi, d’autel et de lieu d’ordalie. Il représente aussi l’emblème du pouvoir du Mbang de la cité. Notre informateur, Mbang Hadji Amin Bousso, fut adim de Mbang Gaourang lors de la bataille de Kousseri contre Rabeh en 1900. Il est décédé à Bousso en 1977.

46 On dispose de celle de Oppenheim « Rabeh und das Tschadseegebiet » (C590), INSH, Ndjamena), non datée. « [L]’entretien de ses nombreuses troupes était très lourd, elles se prenaient de querelles entre elles. Et quand on en vint aux mains avec les peuples païens boa (au-dessus de Niellim), le faki Mohammad [cheref ed Din] fut tué. Une partie de ses compagnons resta là où le chef était mort ; elle fusionna avec les habitants du pays. La majeure partie des Foulbé et des Arabes nomades du Bornou et du Baguirmi qui s’étaient attachés au faki cherchèrent à retourner dans leur patrie. La minorité, toutefois, poursuivit son pèlerinage en passant par le Ouaddaï ».

47 Le massacre de chefs, fruit d’une vengeance implacable, se retrouve dans tout le bassin du lac Tchad, selon le procédé du « boubou sans manches ». Les Musgum Kadey, vassaux du Bornou, invitent leurs ennemis, les chefs musgum kalang, pour une réconciliation, et leur font subir le même sort (Seignobos, 2003 : 32).

48 Prins (2013 : 316) relevait en 1899 la version que la cour de Gaourang voulait donner de l’événement : « Ces Arabes, fanatisés par des pèlerins Fellata en marche vers La Mecque, en 1865, s’étaient alliés à ces derniers pour forcer le passage qu’Abdel Kader leur refusait, exigeant le paiement d’un droit coutumier. Au cours du combat, et grâce à leur cavalerie, le m’bang vaincu fut tué. Il appartenait à son fils et successeur Mohamed de repondre congrûment à cette trahison. Il n’y manqua point [...], y méritant double renommée de fils respectueux du sang paternel et de croyant fidèle à la loi du talion, ainsi que ce surnom gravé dans l’histoire du Baguirmi comme la plus belle des armes parlantes [Abu Sakkin : le père du couteau]. »

49 Cette pratique fut assez communément employée, vers la même époque, par d’autres princes, toujours à l’encontre d’éleveurs transhumants, éléments difficilement contrôlables. À Doulo, capitale du Wandala, le Tlikse Boukar Male (i.e. Boukar Adjama, 1789-1845) voulut prendre les devants sur une menace que les Peuls chassés du Bornou auraient fait peser sur ses terres. Le Tlikse invita les notables représentant les Peuls, Iliya Assa, Belal Mamarou, et ses fils Baba et Dalil, Peuls ngara, installés à Haïssa Harde et qu’il avait nommés, se défiant déjà du précédent représentant Bara Ingu. Ils les fit égorger à leur arrivée dans son palais. Les Peuls prirent alors la fuite vers le sud, dans la région de Bogo (informateur : Malam Hamadou, de Malboum, Peul Ngara de Petté).

50 Ce contentieux n’en finit pas. En 1979, Acyl Ahmat (Arabe d’Ati), à la tête d’une faction des rebelles du Frolinat, le Comité démocratique révolutionnaire (CDR), composé d’Arabes du Batha, des Khozzan, des Uled Rachid, armés et financés par Kadhafi, fait abattre – égorger, dit-on – le Mbang de Massenya, Mahamat Youssouf. Le 19 juillet 1983, Acyl Ahmat fut, à son tour, tué dans « un accident » à Laï.

51 Informateur Abderaman Elu.

52 Dans les relevés d’itinéraires de Massenya à Lafana ou à Bousso, Barth (2011 : 590) note, en 1852, la présence de gros villages kanuri tels que Garam, Bultiri et Dilfin.

53 Par la suite, les Borno malama vont se répandre dans tout le Baguirmi. Les administrateurs Boujol et Clupot (1937) signalent des Bornouans sur les rives du Ba Laïri et dans le nord du Dekakiré.

54 Les cotonniers pérennes sont le Gossypium arboreum race sudanense (niyeere masara : de masir, « Égypte »), six à sept ans d’exploitation, et le Gossypium hirsutum (niyeere barma), quatre à cinq ans. Le niyeere bala pourrait être le dernier à s’être diffusé depuis la côte à travers les États peuls : Gossypium barbadense. Les inter-influences entre Baguirmi et Bornou ont favorisé une forme d’homogénéisation de la culture cotonnière. Cette culture est ancienne au Baguirmi, apportée par les Peuls, ce dont témoigne l’emprunt du terme fulfulde li’eere et son évolution en niyeere (en tar barma).

55 La forme bayillo (pl. wayil’be), du verbe waylugo, « transformer », « forger », n’est plus employée dans la région. Les Peuls du nord du Cameroun emploient pour « forgeron » : kilaajo ou gudiijo, qui est un emprunt au Giziga.

56 Ngar Moustafa Modou et Blama Goubdo de Delfin Bornou (1978).

57 On pourrait avancer le chiffre au Tchad de 40 000 à 45 000 Borno malama et de 1 600 Baylao. Une étude sur cette communauté et sur la diaspora bornouane, à l’est du Bornou, restait encore à faire dans les années 1980.

58 Dans un récit de Bulama Hadji Bighe, « Comment les Bornu sont arrivés dans la région de Bousso », Mission catholique de Bousso, 1978, on peut lire : « Apparut un jour dans les régions du Nord Nigeria un être étrange, un vrai démon ayant pris l’aspect d’homme. Il était d’origine Foulatta et on l’appelait Malloum Dababa. Là où il passait, les gens devenaient comme fous : ils oubliaient terre, femme, enfants et parenté pour le suivre comme des aveugles. Le nombre de pèlerins grossissait sans cesse et comme un nuage de sauterelles, ils se déversèrent dans les territoires du Baguirmi. Le sultan qui s’opposait à leur descente le long du Chari fut tué au combat. Après cela Malloum Dababa disparut un jour dans un trou de rocher abandonnant tous les pèlerins à leur triste sort. Un grand nombre d’entre eux trouva la mort, les autres s’installèrent là où ils purent. »

59 Pour les populations des rives du Chari, le comput même des âges s’est longtemps basé sur le passage du Mallum fellata : « Mon grand-père est né deux ans avant l’arrivée du Mallum [ou] dix ans après le passage du Mallum »...

60 Le Baguirmi, vidé par les guerres de Rabeh, devait peu à peu être repeuplé sur les deux rives du Chari par le trop-plein des éleveurs peuls du Cameroun (régions de Petté, Djoulgouf et Kalfou), en même temps que les Peuls-Mbororo transhumants (Anagamba, Hontorbe, Uuda’en) descendant du Niger, poussés par de récurrentes sécheresses, peuplaient, eux, la zone de Dourbali dans le nord du Baguirmi. Les Peuls auraient-ils alors insidieusement reconquis la terre du Baguirmi ?

61 Cela rejoint d’autres traditions mentionnées par Mbang Hadji Bousso, selon qui le Mallum aurait trouvé la mort en pays hadjeray (Guéra). Le chef de Maïlao, Ngar Mamat Barka, se range également à cet avis.

62 Le prince Amin, dit Amin-le-mineur, restera longtemps à Logone-Birni comme prétendant au pouvoir à Kousseri contre le sultan Tahir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Le camp de Mallum Debaba
Crédits © Christian Seignobos
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Carte 1 : Carte de situation, ethnies et principautés
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Carte 2 : La tentative de conquête de Ardo Ahi Buulo
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig 2 : Type de cité baguirmienne de la rive droite du Chari, durant la saison sèche
Crédits © Christian Seignobos
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig 3 : Cavaliers baguirmiens. Carquois peuls. Masses d’armes des Bornouans
Crédits © Christian Seignobos
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig 4 : Arsi, une vue partielle de la bataille
Crédits © Christian Seignobos
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Carte 3 : Le pèlerinage de Mallum Debaba
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig 5 : Terbele et paniers à poissons, pays toumak
Crédits © Christian Seignobos
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5073/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Du Bornou au Baguirmi, le pèlerinage d’un mahdi, Mallum Debaba (1856-1860) », Journal des africanistes, 86-2 | 2016, 52-91.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Du Bornou au Baguirmi, le pèlerinage d’un mahdi, Mallum Debaba (1856-1860) », Journal des africanistes [En ligne], 86-2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.5073

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

Géographe, IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search