Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86-2MélangesNotes et documentsL’expansion esclavagiste du Bagui...

Mélanges
Notes et documents

L’expansion esclavagiste du Baguirmi dans les régions animistes du Logone pendant la dernière décennie du XIXe siècle

Alain Vivien
p. 143-157

Texte intégral

1Du xve au xviiie siècle, le Baguirmi fut le principal État oriental de la plaine du Tchad, entre le Lac, mouvance du Bornou, et le pays hadjeraï, ensemble ethniquement et politiquement complexe de populations hétérogènes installées là, probablement depuis des temps très anciens.

2Au-delà des rochers de Mongo, le plateau ouaddaïen appartenait, jusqu’au xviie siècle, au royaume toundjour.

  • 1 Nous utilisons, faute de mieux, le terme d’« empire » pour définir des espaces de souveraineté acqu (...)

3Vers l’ouest, le Baguirmi avait pour voisins, d’abord, les principautés fluviales des Kotoko, puis, par-delà le Logone, le vieil empire du Bornou, maître des routes de Tripoli (par Bilma et Mourzouk) et de Kano. L’empire de Massenya1 dépendait étroitement de celui de Koukaoua, par où transitaient les produits artisanaux, le coton et surtout les esclaves, principale matière d’exportation du Baguirmi dont les voies d’expansion possibles étaient orientées essentiellement vers le Sud animiste.

  • 2 Les dates proposées sont tirées de Vivien 1967 : 25-40.

4Dans les premières décennies du xviie siècle, un fait nouveau allait modifier l’équilibre politique du centre tchadien : la naissance d’un État centralisé et bientôt expansionniste au Ouaddaï. Certes, le changement ne fut pas immédiatement sensible. Les nouveaux maîtres de Ouara et de sa région durent tout d’abord liquider la domination toundjour (en s’appuyant, comme le suggérait Trenga (1947), sur les populations autochtones asservies), puis se libérer progressivement de la tutelle forienne, qui resta pesante jusqu’au règne d’Abd el Kerim Saboun (vers 1805 – vers 1813)2.

5Comme tous les États soudaniens au xixe siècle, le Ouaddai tirait le plus clair de ses revenus du commerce des esclaves. Ses razzias le conduisaient au sud contre le Salamat, au sud‑ouest contre les populations du lac Iro (les Goula, notamment), au nord, enfin, contre les Tama qui semblent n’avoir été alors que faiblement touchés par l’islamisation. C’est donc en pays hadjerai, dans les monts du Guera, que les influences respectives du Baguirmi et du Ouaddaï devaient immanquablement se heurter.

6Pourtant, rien de décisif ne pouvait advenir entre Melfi et Mongo. Si les populations hadjeraï étaient victimes des razzias saisonnières de ces deux grands empires qui les entouraient, le relief de leur pays facilitait une résistance qui ne se démentit pas, jusqu’après la conquête coloniale. La rivalité des deux empires devait donc se porter au-delà de ces marches impossibles à soumettre, au cœur même du Ouaddaï ou du Baguirmi.

  • 3 Peut-être Oumar Lele (vers 1732 – vers 1739) ; Saleh Dared (vers 1795 – vers 1803).

7Or, vers 1805, l’état des deux empires offrait de sérieux contrastes. Sous la conduite de Mohamed Djoda (vers 1747–vers 1795), le jeune Ouaddaï avait accompli d’énormes progrès. La menace forienne avait été écartée après la bataille au cours de laquelle le sultan d’El Fasher3 avait trouvé la mort, et les expéditions ouaddaïennes avaient poussé vers l’ouest jusqu’au Kanem, soumettant au tribut les Toundjour réfugiés dans la région de Mondo et les Kanembou de Mao, jusqu’alors sujets du Bornou ; le règne de son fils Saleh Dared, moins brillant, avait été cependant trop court pour compromettre les résultats obtenus. À l’avènement de Saboun, dans les premières années du xixe siècle, c’est donc un Ouaddaï uni, avide de conquêtes, que rencontre le Baguirmi, et cela, sur ses propres terrains de chasse.

  • 4 Laoual, ou Laouel, cité par plusieurs sources, semble plutôt un titre qu’un patronyme.
  • 5 Titre porté par le souverain du Baguirmi.

8L’empire de Massenya, pris en étau entre les Ouaddaïens, à l’est, et les Bornouans, à l’ouest, avait-il quelque chance de survivre et de maintenir son indépendance ? Sous Laoual4 (vers 1741–vers 1751), et surtout sous Mohamed el Amine (vers 1751–vers 1785), des projets militaires avaient été établis pour contenir l’expansion ouaddaïenne. Certaines traditions populaires rapportent même que le mbang5 el Amine, sur son lit de mort, avait mis en garde son fils et successeur, le premier Abd er Rahman Gaourang, contre la politique des sultans de Ouara. Celui-ci, qui ne semble pas avoir été élevé pour le pouvoir, n’a pas laissé une réputation d’habileté politique ni de courage. Il est vrai que nous le connaissons surtout par le cheikh Ibn-Omar El Tounsy (1851), historiographe de son ennemi Saboun. Selon le chroniqueur arabe, des histoires de sérail auraient provoqué des troubles intérieurs au Baguirmi et la « pieuse colère » du sultan de Ouara.

  • 6 La tradition ne permettant pas à un prince aveugle de régner, ces mutilations, peut-être d’inspirat (...)
  • 7 L’un des deux commandants en chef baguirmiens « dignitaires de l’intérieur » (les principaux dignit (...)

9Mais c’est une tradition des chroniques africaines que d’expliquer le déroulement des faits politiques au prisme des querelles familiales. Il semble surtout que le règne de Gaourang I ait commencé sous de mauvais augures : fuite de ses frères et compétiteurs à Moito, d’où il fallut les ramener manu militari pour subir à Massenya la crevaison des yeux6, ambition politique du padjia7 Aroueli qui s’était couvert de gloire sous el Amine, et qui parut bientôt menaçant aux yeux de Gaourang I, après ses retentissantes victoires sur les Boulala (défaite et mort du sultan du Fitri).

10Prenant prétexte d’une calomnie de sérail (Aroueli aurait entretenu des relations sexuelles avec Tamar, sœur et première épouse répudiée du mbang), Gaourang I aurait cherché à faire assassiner son padjia. Mais celui-ci, prévenu à temps par un eunuque, serait parvenu à s’enfuir à Bougoumène, petite cité baguirmienne du Chari. Tout ceci n’aurait été qu’affaire intérieure si Saboun n’avait pas profité de cette rébellion pour intervenir au Baguirmi.

Les interventions du Ouaddaï au Baguirmi

  • 8 Vraisemblablement au cours d’une rencontre inopinée de deux troupes de razzieurs, en pays hadjeraï.
  • 9 Héritier du pouvoir.

11La version d’El Tounsy paraît bien difficile à admettre. Certaines traditions baguirmiennes rapportent que Saboun cherchait tout simplement à venger la défaite d’un prince ouaddaïen qui avait été fait prisonnier au cours d’un engagement antérieur8. Quoi qu’il en soit, le Ouaddaï jouait une grosse carte, en attaquant le Baguirmi qui n’avait jamais été vaincu. El Tounsy rapporte d’ailleurs le peu d’enthousiasme des officiers ouaddaïens pour cette expédition risquée. Saboun, qui avait prévu leur résistance, se serait arrangé pour ne révéler l’objectif de la campagne qu’au dernier moment. De son côté, Gaourang I sous-estimait la valeur de son adversaire. Ses troupes étaient divisées, conduites les unes par le tchoroma9, les autres par le padjia (apparemment réconcilié avec son souverain), tandis que lui-même s’enfermait dans Massenya, attendant que ses généraux aient repoussé l’envahisseur.

12Or, les troupes ouaddaïennes vainquirent coup sur coup les Baguirmiens envoyés contre elles et entreprirent aussitôt le siège de la capitale. L’assaut final ne rencontra que la garde des eunuques qui se firent tuer sur place. Irrités par cette ultime résistance, les Ouaddaïens massacrèrent tous ceux qu’ils trouvèrent à l’intérieur du palais. Le corps de Gaourang I lui-même n’aurait été retrouvé qu’après plusieurs jours de recherches.

13Saboun imposa non seulement un tribut au Baguirmi, mais y installa un des fils de Gaourang I, Bira, qui ne put se maintenir qu’un an (jusqu’au départ de la garnison ouaddaïenne, en 1806-1807). En effet, le padjia Aroueli qui s’était réfugié en brousse imposa un autre fils de Gaourang, Bourkoumanda III, avec qui lui-même ne tarda pas à entrer en conflit. Bourkoumanda III eut alors la mauvaise idée de se réfugier à Koukaoua, auprès du cheikh Mohamed el Kanemi, le vainqueur des Peuls. Cette erreur fut chèrement payée. Par deux fois, Massenya reçut les visites des troupes bornouanes quand, par la suite, le mbang tenta d’échapper à la tutelle de Kanemi.

14Du côté du Ouaddaï, Bourkoumanda III ne parvint qu’à limiter les dégâts, encore qu’à chaque tribut impayé, les successeurs de Saboun ne se gênèrent pas pour razzier les confins orientaux de l’empire.

15Après le règne d’Abd el Kader, marqué par un conflit avec le mahdi peul Cherk ed-Dine, arriva au pouvoir un prince difficile à juger. Hardi et bon guerrier, Mohamed Abou Sekkine (vers 1856–vers 1877) ne manquait pas de ténacité. Mais, bouffi d’orgueil et d’une cruauté difficilement imaginable, il semble avoir été affligé d’une cécité politique à peu près totale. Après avoir anéanti ce qui restait des troupes du mahdi, Abou Sekkine crut qu’il était en mesure de rompre le lien qui assujettissait son empire à celui du Ouaddaï. Sous-estimant la puissance du sultan Ali (1858‑1874), il lui aurait envoyé, en signe de dérision, des tributs de vieux esclaves, « les plus incapables de travailler qu’il pouvait trouver ». Il serait même allé jusqu’à célébrer joyeusement les funérailles d’Ali, après en avoir annoncé faussement la mort.

16La réplique ouaddaïenne ne se fit pas attendre longtemps. En 1870, l’armée d’Ali investissait Massenya, qui fut bientôt prise d’assaut. La ville fut systématiquement détruite, et de très nombreux artisans déportés dans les villes principales du Ouaddaï. Un énorme butin d’argent et d’esclaves enrichit alors la cour d’Abéché.

  • 10 En 1873, il recevait, dans la région de Laï, l’explorateur allemand Gustav Nachtigal.

17Abou Sekkine, désormais sans terre, parvint à s’enfuir dans le Sud10, d’où il soutint toutes les intrigues possibles pour chasser ou écarter du pouvoir, à Massenya, les princes baguirmiens installés par le Ouaddaï. Son fils, Bourkoumanda IV, ne parvint pas plus que son père à rallier les notables baguirmiens survivant dans ce qui restait de la capitale. Le Ouaddaï, lassé par l’instabilité du Baguirmi, finit par introniser un frère d’Abou Sekkine, Abd er Rahman Gaourang II, otage à Abéché depuis 1870. Ce dernier avait pu constater, pendant treize ans, la puissance du Ouaddaï. Aussi devint-il l’artisan d’une politique de précaution. Pendant quelques années, il s’appliqua à contenir Bourkoumanda IV, réfugié au Bornou, et à rétablir son autorité à l’est de son empire. Il ne semble pas, par ailleurs, qu’il ait jamais manqué de payer le tribut dû au Ouaddaï.

18Mais comment, dans ces conditions, le Baguirmi pouvait-il survivre ? Du pays hadjeraï au Kanem, l’Est et le Nord tchadiens appartenaient désormais aux Ouaddaïens. Au-delà du Logone s’étendait, encore intacte, la puissance bornouane dont les razzias s’exerçaient jusqu’en pays massa.

Carte : Le pays sara et les invasions baguirmiennes à la veille de la colonisation

Carte : Le pays sara et les invasions baguirmiennes à la veille de la colonisation

Les expéditions baguirmiennes au Moyen‑Logone

  • 11 En 1897, Émile Gentil constata qu’on commençait à peine à la reconstruire.
  • 12 Chef local.

19Systématiquement ruiné, sa capitale détruite11 et ses artisans déportés, le Baguirmi ne pouvait guère espérer retrouver sa grandeur passée qu’en razziant, dans le Sud, les populations animistes du Moyen-Logone qui échappaient encore aux expéditions des autres empires. Il disposait, comme base de départ, des bourgades de Laï (sur la rive droite du Logone, à 40 kilomètres au nord du confluent de la Pendé et du Logone occidental) – razziées depuis Mohamed el Amine par le padjia Aroueli – et de Goundi, en pays toumak, où les mbang avaient reconnu un « alifa12 » tributaire. De cette dernière cité, des expéditions descendaient déjà jusqu’à Doba, franchissaient la Pendé et razziaient jusqu’à Bébédjia (Nebardoum s.d) en prenant les Ngambay à revers.

  • 13 Petit dignitaire.

20En 1890, une expédition fut confiée au kassalama13 Amine. Les troupes baguirmiennes étaient sans doute peu nombreuses : peut-être quelques dizaines de cavaliers. La tactique employée, bien connue des populations du Sud régulièrement razziées, était toujours la même : une attaque par surprise, généralement à l’heure du repos. Au milieu des hurlements de guerre et du sifflement des sagaies, la cavalerie ennemie dévaste toutes les cases. La charge des chevaux brise les groupes de résistance, et les cavaliers mettent le feu aux paillotes pour accroître la panique. Les razziés qui parviennent à fuir en brousse ne risquent plus grand-chose, sitôt qu’ils ont mis une courte distance entre eux et leurs agresseurs. Quant à ceux qui sont restés sur place, les razzieurs les parquent et les trient, n’emmenant avec eux que les filles et les garçons sortis de la première enfance, les femmes jeunes et les hommes capables de travailler. Corde au cou, les captifs suivent la marche des razzieurs. On les alimente fort peu, ils ne boivent que si l’eau est abondante. Plus de la moitié meurt avant de regagner le Baguirmi. Rares sont ceux qui parviennent à s’échapper en cours de route.

21Le kassalama commença par soumettre Kelo et les populations marba des environs qui obéissaient au chef Kartoumar, puis traversa la Tandjilé et pénétra en pays ngambay. À Krim‑Krim, il obtint sans délai la soumission du chef Maïdouel ; à partir de ce moment, sa tâche se trouva fortement allégée, certains villages ngambay pratiquant la razzia à l’intérieur de leur propre ethnie. Obtenir la soumission d’un des principaux villages razzieurs augmentait les forces baguirmiennes de quelques contingents qui connaissaient admirablement le pays, géographiquement et politiquement. De son côté, appuyé par les Baguirmiens, Maïdouel avait sous la main l’occasion inespérée de s’imposer à ses voisins. Refranchissant la Tandjilé, les troupes baguirmiennes et ngambay allèrent razzier Tcheren puis Dadjilé, où le chef Baïnabé se soumit au tribut et reconnut l’autorité intermédiaire du chef Maïdouel. De là, les razzieurs allèrent piller Delbien. À Tchaouen, nouvelles soumissions ; à Tchagar, nouveau pillage. Mais le kassalama n’osa pas attaquer la grosse bourgade de Bebalem ; il envoya des émissaires au chef Goïguermar qui accepta de se soumettre et, en compensation, reçut autorité sur les villages environnants, Benoye incluse.

  • 14 Esclave eunuque chargé en principe de la garde des femmes du sultan.
  • 15 Eunuque, chef des eunuques, fréquemment investi de pouvoirs militaires, dignitaires de l’intérieur.
  • 16 Les Peul, venus de Rey-Bouba, au Cameroun actuel, restèrent d’excellents clients pour les marchands (...)

22L’expédition terminée, Maïdouel rentra à Krim-Krim ; quant au kassalama, il regagna Goundi avec sa cohorte d’esclaves, dont une bonne part était probablement destinée au paiement du tribut que le Baguirmi devait au Ouaddai. Vers 1895, Amine revint à Krim-Krim et lança une expédition, occidentale cette fois, en direction de la haute Tandjilé. Les villages razzieurs de Beissa et de Tapol se soumirent, ainsi que Lakassi, Kouroum et Keuni, qui firent également l’objet de pillages. Maïdouel de Krim-Krim accompagnait encore le kassalama. Il reçut le commandement de la nouvelle région, réserve faite de Beïssa, Kourou et des villages voisins qui restèrent sous le commandement du chef Doron, considéré comme lieutenant de Maïdouel. La même année vraisemblablement, un petit dignitaire baguirmien, le katourli14, premier représentant du ngarmané15, écartait pour toujours à Mongo, près de Doba, les Peuls qui venaient une fois de plus de traverser le pays ngambay16

23En 1895, le pays ngambay encore indépendant n’était plus représenté que par quelques villages sur la rive gauche du Logone occidental. Parmi eux, seuls Mbala, Mbalkaba et Kaba se livraient aux razzias. Quant aux villages de la rive droite, ils étaient toujours à la merci des coups de main baguirmiens partis de Doba. L’accroissement de son autorité en pays ngambay devait sauver le Baguirmi, au moment même où les coups les plus durs allaient lui être portés.

De l’intervention de Rabeh à celle des français

  • 17 Population tributaire du Baguirmi.
  • 18 L’affaire de l’alifa de Korbol avait été la cause de la rupture entre Gaourang II et Rabeh, le prem (...)

24En 1892, un conquérant d’origine soudanaise, Rabeh, se présente aux portes de l’empire baguirmien. Il dispose d’une forte armée secondée par des recrutements locaux, et bien encadrée, grâce à des lieutenants de valeur placés à la tête des « bannières » (régiments). Si elles manquent d’artillerie, ses troupes sont équipées de fusils, certains fabriqués dans de petits ateliers mobiles. Politiquement et religieusement, Rabeh se présente comme l’envoyé du mahdi soudanais. Il avance d’est en ouest, en direction de l’empire déclinant du Bornou, au sud-ouest du lac Tchad. Le Baguirmi se trouve malheureusement sur sa route. Rabeh traverse d’abord le pays madjingay et se dirige vers Goundi. L’alifa des Toumak, qui lui résiste, est pendu sur place. De là, Rabeh poursuit son chemin en pays ndam17 et attaque la cité de Bousso, sur le Chari, première bourgade baguirmienne où s’était réfugié l’alifa de Korbol qui avait récusé l’obédience rabiste18.

  • 19 Partie du Congo, son objectif consistait à remonter vers le bassin du Tchad en traversant les régio (...)
  • 20 Lors du siège de Mandjafa, l’armée de secours envoyée par le sultan Youssouf du Ouaddaï avait été a (...)
  • 21 Petit vapeur avec lequel Gentil atteint le lac Tchad, le 15 novembre 1897.
  • 22 Rejoints par les Rabistes, les Franco-Baguirmiens y furent écrasés le 17 juillet 1899. À l’occasion (...)
  • 23 À la grande fureur du naïf Gentil. Mais comment Gaourang aurait-il pu subsister sans esclaves à ven (...)

25Après la prise de Bousso, les combats de Bang-Lama et le siège de Mandjafa, toutes les villes baguirmiennes du fleuve passent aux mains de Rabeh. Du Baguirmi, il ne reste plus que les environs immédiats de Massenya (ruinée en 1870, rappelons-le) et les terrains de chasse à l’esclave, sur la rive gauche du Logone. C’est justement deux années après la traînée de poudre rabiste que Gaourang II envoie son kassalama de Krim-Krim à Keuni. Mais en octobre 1897 se présente à Bousso la mission Gentil19. Gaourang II, terrorisé par les Rabistes et peu certain du secours que ses tuteurs ouaddaïens lui apporteraient20, accepte l’alliance française, après un interminable cérémonial et de longues négociations destinés vraisemblablement à impressionner Gentil – et auxquels ce dernier se laissa prendre. Le traité franco-baguirmien ne pouvait cependant être mis en application dans l’immédiat : en novembre, Gentil rentrait en France. Rabeh, furieux de n’avoir pu intercepter le Léon Blot21, décida d’anéantir le Baguirmi qui s’était rangé du côté des Français. Jusqu’alors, Rabeh n’avait pas donné l’impression de s’inquiéter beaucoup de ce petit État en décadence qui n’avait que l’inconvénient (ou la malchance) d’entraver sa marche sur le Bornou. À partir de là, les troupes rabistes ravagèrent systématiquement le Baguirmi. En 1898, Gaourang II lui-même incendia les quartiers de Massenya reconstruits depuis 1870 et se réfugia auprès des Français qui occupaient Kouno. Après la bataille des rochers de Niellim22, Gaourang II ne pouvait plus compter sur les tirailleurs de la mission française. Il se replia alors sur le Logone, dans la région de Laï, d’où il lança des expéditions de razzia, notamment contre les Somray23

26Gaourang II rejoignit Gentil quand celui-ci revint avec des troupes fraîches et l’accompagna à Ridjil, près de Kousseri, où Rabeh trouva la mort (22 avril 1900). Puis il regagna le Baguirmi en ruine et s’installa à Tchekna, petite bourgade à une trentaine de kilomètres de Massenya, qu’il rebaptisa Massenya, en mémoire de la précédente.

  • 24 Historique des chefferies de la région de Moundou, texte dactylographié (INTSH).
  • 25 Diverses tribus soumises au Baguirmi « devaient, chaque année, un certain nombre d’esclaves au sult (...)

27Quelle avait été l’organisation politique des régions ngambay soumises à l’autorité baguirmienne ? Cette autorité allait-elle survivre à la conquête coloniale ? Les Barguirmiens, on l’a vu, « ne [razziaient] pas systématiquement eux-mêmes. Ils préféraient laisser cette opération à leurs alliés ngambay et échanger ensuite les esclaves avec [sic] des présents24 ». Les chefs de village qui acceptaient de se soumettre versaient un tribut en esclaves, fixé une fois pour toutes. Ils évitaient ainsi d’être razziés eux-mêmes ; en outre, le surplus d’esclaves qu’ils razziaient, une fois le tribut payé, leur restait25, source d’enrichissement non négligeable, dans la mesure où l’obédience baguirmienne ouvrait les routes commerciales et les marchés, alors qu’auparavant, un esclave razzié ne pouvait guère être vendu que sur place. D’autre part, la soumission au Baguirmi, qui ne provoquait pas nécessairement l’islamisation de la région soumise, avait pour conséquence l’organisation d’une structure politique nouvelle. Sous l’autorité directe du mbang, représenté par un dignitaire non résident, chef de guerre et collecteur de tributs, des chefs intermédiaires des villages soumis avaient pris le pas sur les villages voisins de la même ethnie, jusqu’alors autonomes. Ainsi s’établit une structure de dépendance reposant non sur une forme de vassalité à l’occidentale mais sur le tribut consenti : un système qui justifie l’appellation d’« empire », en ce qui concerne l’État baguirmien.

28Quant à Moakou, chef de Bao, qui n’avait pas été touchée par l’expédition de 1890, il se vit, par la force des choses, investi d’un pouvoir réel supérieur à celui des chefs des autres villages tel Bilamanda, dès lors qu’il dirigeait le seul village razzieur de sa région. Cette organisation politique souple laissait la plus large autonomie politique aux « chefferies » embryonnaires, que l’administration française encore balbutiante visait à intégrer sous son autorité. Elle n’avait qu’un tort : celui de reposer sur l’esclavage.

Tab. : Mise en place en pays ngambay de chefferies locales de « razziés-razzieurs » sous l’autorité du Baguirmi, après l’expédition de 1890

Maïdouel, chef de Krim-Krim, contrôle

• Dadjilé et villages voisins
• Laokossi (id.)
• Doron, chef de Baïssa, contrôlant lui-même Kouroum et villages voisins
• Tapol et villages voisins

Baïdedji, chef de Tchaouen, contrôle

• Delbien
• Tchafor

Goïguermar (non razzié) contrôle

• Benoyé et villages voisins

Restent indépendants quelques villages razzieurs sur la rive gauche du Logone.

29Le traité de 1897 entre Gentil et Gaourang II n’interdisait les razzias baguirmiennes que le long du Chari. Le 20 avril 1903, la convention de Laïri (signée par le successeur de Gentil, Largeau, et par Gaourang II) aborda la question, plus essentielle, de l’esclavage, et non plus seulement des razzias : Gaourang acceptait d’abolir la traite des esclaves « soit dans ses propres États, soit entre le Baguirmi et les États voisins ». Mais l’article Ier de cette convention justifiait en fait la poursuite des pratiques esclavagistes :

Les autorités françaises ne s’opposeront pas cependant à ce que chaque année, pour entretenir son armée, sa domesticité et celles des grands du royaume, aussi bien que pour repeupler progressivement les solitudes du Baguirmi, le sultan fasse passer de la rive gauche du Chari sur la rive droite, un certain nombre de Saras et de Massas des deux sexes.

  • 26 Mbarma.
  • 27 Padjia.

30Il est vrai que, par l’article IV, Gaourang II renonçait à « toute prétention sur la rive gauche du Logone ». Cette convention laissait en fait la porte ouverte à tous les abus. Un mois, jour pour jour, après sa signature, l’administrateur Bruel rencontrait à Kouno « une razzia baguirmienne, qui ramenait du pays sara 12 000 à 15 000 captifs et, la même année, le Barna26 et le Fatcha27 conduisaient au Baguirmi 3 000 à 3 500 esclaves... » Aussi, le 19 janvier suivant, une nouvelle convention, dite de Fort-Lamy, fut signée entre le lieutenant-colonel Gouraud, délégué du commissaire général du gouvernement français dans le territoire du Tchad, et le mbang Gaourang. L’article V réglait cette fois, au moins juridiquement, la question de la pratique de l’esclavage :

  • 28 Signée le même jour, une annexe transformait l’indemnité de 1 000 thalers en 10 000 francs versés e (...)

Le gouvernement français s’engage à continuer à payer annuellement au sultan une somme de mille thalers28 pour le dédommagement des pertes que lui occasionne la suppression de la traite.

31L’ère des razzias prenait fin, en dépit de quelques survivances dont les Archives nationales tchadiennes gardent la trace. Mais avec la fin de la traite s’effondrait aussi le pouvoir effectif des mbang baguirmiens. La chute s’accéléra avec la disparition, en 1918, de Gaourang II et son remplacement par un prince médiocre que les Français n’avaient pas besoin de ménager autant que son père.

  • 29 Poste français alors dénommé Behagle par arrêté d’Émile Gentil (29 mai 1900), en mémoire d’un agent (...)
  • 30 Baïoudoubé et Goïguermar, considérés comme des traîtres, furent abattus par les tirailleurs lors de (...)

32En pays ngambay, la vente locale des captifs survécut, plus ou moins clandestinement, jusqu’aux alentours de 1926, entretenue par les achats des Peuls de Rey-Bouba. Puis elle s’estompa progressivement, la répression se faisant plus active. Sur le plan politique, les chefferies embryonnaires se révélèrent utilisables aux yeux de l’administration coloniale. Après le traité de 1911 qui livrait aux Allemands du Cameroun une partie de la future République du Tchad, les nouveaux colonisateurs utilisèrent notamment les services de Goïguermar, chef de Bebalem, et de Baïoudoubé, frère du chef de Tchaouen, Baïdedji, qui s’était réfugié à Laï29. En 1914, la région fut réoccupée par les Français30 qui décidèrent le morcellement du « canton » trop vaste de Maïdouel. Après la reprise en mains du Moyen-Logone et la création de Moundou (1923), la situation politique était la suivante :

33• Le canton de Tchaouen était morcelé en cinq nouveaux cantons (Dadjilé, Krim-Krim, Laokassi, Beissa et Tapol) ;

34• Les cantons de Bao et de Tchaouen subsistaient ;

35• Celui de Bebalem était divisé en deux (Bebalem et Benoyé).

36Enfin, la zone qui n’avait jamais été tributaire du Baguirmi formait trois cantons (Mbalkabra, Mbala et Moundou). Si l’on excepte Tchaouen, les chefferies baguirmiennes avaient survécu à la conquête coloniale. Elles restèrent l’héritage le plus durable et le plus imprévu, pendant cinquante ans, de l’ancienne progression politique des maîtres de Massenya et le dernier souvenir du temps où le mbang, présent au milieu de ses soldats razzieurs, constituait l’essence même d’un Baguirmi rejeté chaque jour un peu plus du centre tchadien.

  • 31 Publiées par Jean-Louis Triaud (1987).

37Mais un coup de grâce fut bientôt porté à l’ancienne puissance baguirmienne : venue d’Égypte via la Cyrénaïque, la confrérie senoussiya, dirigée par un autre mahdi, avait étendu progressivement ses zaouia, postes religieux fortifiés en direction du sud vers le Kanem. Or, Gaourang II entretenait d’assez étroites relations avec les Senoussistes, comme le montrent plusieurs lettres de quasi-allégeance31. L’occupation de la zaouia de Bir Alali, en novembre 1901, mettait sous le contrôle du colonisateur la dernière voie d’exportation vers la Méditerranée des esclaves razziés encore par le mbang dans la région du Logone. Dans le même temps, elle plaçait sous la surveillance des autorités françaises les importations par le Baguirmi des produits manufacturés modernes, et notamment des armes et des munitions. La relative autonomie de l’ancien empire touchait définitivement à sa fin.

Haut de page

Bibliographie

Baroin Catherine, 1972, Les Marques de bétail chez les Daza et les Azza du Niger, Niamey, Centre de recherches en sciences humaines « Études Nigériennes 29 ».

Bruel Georges, 1935, La France équatoriale française, Paris, Larose.

Devallée Joseph Alfred, 1925, Monographie du Baguirmi, Bulletin de recherches congolaises 7, Brazzaville : 23-63.

Gentil Émile, 1902, La Chute de l’empire de Rabah. La mission Gentil du Congo au lac Tchad, Paris, Librairie Hachette et Cie.

IbnOmar el Tounsy Mohammed, 1851, Voyage au Ouadây, traduit de l’arabe par le Dr Perron 1845-1851, Paris, Benjamin Dupart.

Kodi Mahamat, 1992, Dignitaire et titulaires : quelques aspects des institutions baguirmiennes au xixe siècle, Paris, ARESAE.

Trenga Georges, 1947, Le Bura-Mabang du Ouaddaï, Paris, Institut d’ethnologie.

Triaud Jean-Louis, 1987. Tchad 1900-1902, Paris, L’Harmattan.

Viven Alain, 1967, Essai de concordance de cinq tables généalogiques du Baguirmi (Tchad), Journal de la société des africanistes XXXVII (1) : 25-40.

Archives

Historique des chefferies de la région de Moundou, texte dactylographié transmis au gouvernement du Tchad, le 16 août 1944, INTSH 111.

Nebardoum Philippe, Récits de Bébédjia, INTSH. C-255.

Avertissement : Les cotes des documents signalés comme provenant de l’Institut national tchadien des sciences humaines (INTSH) sont celles qui y figuraient avant les troubles civils qui ont malheureusement provoqué la dispersion ou la disparition de ces archives. Les citations qui sont faites de ces documents sont extraites de copies conservées dans les archives personnelles de l’auteur.

Haut de page

Annexe

Lettre inédite de Gaourang II à Rabeh32

Le Sultan
Mouhamad
Abdourrahman
ibnou Sultan Mahamad
Abd el Kader
ibnou Sultan Mahamat Ousman
Gouverneur du Sultan
Mahamat Youssouf Sultan
du Ouaddaï
1 302

Le Sultan
Mouhamad
Abdourrahman
ibnou Sultan Mahamad
Abd el Kader
ibnou Sultan Mahamat Ousman
Gouverneur du Sultan
Mahamat Youssouf Sultan
du Ouaddaï
1 302

AU NOM DE DIEU CLÉMENT ET MISÉRICORDIEUX
GRÂCE SOIT RENDUE À DIEU MAGNANIME ET QUE
LE SALUT SOIT SUR MOUHAMED SON PROPHÈTE

De la part de l’esclave de Dieu, le Sultan Mouhamed Abdou-Rahman, fils du Sultan Mouhamed Abdoul‑Kader, que Dieu le rende victorieux.

À son Excellence dont les intentions restent pures, dont l’éclat est étincelant, aussi brillant que la lune. Que Dieu le préserve de tout mal, le protège et le conduise sur terre comme au paradis, Son Excellence le Cheikh Rabeh, Gouverneur du Mahdimahdi que le salut soit sur toi ainsi que la grâce de Dieu.

Ensuite, si tu te préoccupes de notre situation, nous te dirons que nous sommes en parfaite santé, notre seul souci étant de nous inquiéter de Votre tranquillité.

Je vous informe qu’avant Votre arrivée, je me préparais à attaquer le kirday, le responsable de Korbol, parce qu’il m’a désobéi et a refusé de payer tribut. Lorsque j’ai appris Votre arrivée et que Vous l’aviez chassé de sa demeure, j’en fus très satisfait. J’ai appris par la suite que le kirday avait pris la fuite et s’était rendu à Bousso dans l’intention de traverser le fleuve et de se réfugier à HadjarBadanga. En ce moment-là, mes notables étaient absents, mais je pris la décision de lui couper la retraite et je réunis tous mes soldats. Lorsqu’il apprit mes préparatifs, il s’enfuit en direction du pays infidèle.

Me voici maintenant à Saroua, à Votre disposition pour appuyer Votre action car ces populations s’installent dans leur infidélité à Dieu. Les attaquer est donc une obligation selon la loi coranique, surtout que depuis toujours, nos pères les razziaient et les emmenaient comme esclaves. Malgré cela, leur nombre ne diminue pas. Nous allons, toi et moi, entreprendre à jamais une action contre eux pour faire diminuer leur nombre.

Ce que je voudrais te faire savoir est que tu ne prêtes plus l’oreille aux dires des gens qui te rapportent des propos malveillants à mon sujet. Leur but est de créer des difficultés entre nous. Dieu n’aime pas les fauteurs de troubles.

Nous sommes maintenant avec toi, unis à toi, et un pacte d’amitié doit s’installer entre nous deux, afin que notre action soit commune.

Quant au kirday, s’il vient à toi, détruis-le en toute quiétude, et le même sort lui sera réservé s’il vient à nous, lui et les siens.

Depuis deux ans je n’ai cessé de t’envoyer des émissaires qu’il a interceptés. Vous avez questionné au sujet de l’arrêt et de l’interdiction faite aux commerçants d’arriver jusqu’à toi. Il y a lieu de savoir que nous craignons le Ouaddaï. Personnellement je n’ai jamais intercepté les convois de commerçants lorsqu’ils passaient. Maintenant, tu viens de te réconcilier avec le Ouaddaï et cela est notre désir.

Tout ce que tu demandes quant au passage des marchands et quant à notre amitié te sera accordé par égard à la foi musulmane.

Nous te demandons de ne pas croire au mal à notre endroit. C’est pour cela que j’ai dépêché auprès de toi El-Hadj Issa. Tu entendras de sa bouche que j’ai couru le jour et la nuit pour rattraper le kirday avant qu’il ne s’échappe. Mes soldats ne sont pas encore de retour. Dès leur arrivée, je t’enverrai les meilleurs de mes troupes et de toute urgence, afin de signer une alliance entre nous et que la paix s’établisse.

Dieu a dit : « Tenez vos paroles, le pacte est sacré. »
De la part de celui qui fait partie de ton Haut Conseil, an 1302, 3e jour du mois de Joumada’Oula.

Lettre de Gaourang II à Rabeh recueillie par Jean Chapelle, 1964, INTSH

Lettre de Gaourang II à Rabeh recueillie par Jean Chapelle, 1964, INTSH
Haut de page

Notes

1 Nous utilisons, faute de mieux, le terme d’« empire » pour définir des espaces de souveraineté acquis par la violence et les razzias.

2 Les dates proposées sont tirées de Vivien 1967 : 25-40.

3 Peut-être Oumar Lele (vers 1732 – vers 1739) ; Saleh Dared (vers 1795 – vers 1803).

4 Laoual, ou Laouel, cité par plusieurs sources, semble plutôt un titre qu’un patronyme.

5 Titre porté par le souverain du Baguirmi.

6 La tradition ne permettant pas à un prince aveugle de régner, ces mutilations, peut-être d’inspiration ouaddaïenne, avaient pour but d’éliminer les compétiteurs dangereux, les « princes du sang ».

7 L’un des deux commandants en chef baguirmiens « dignitaires de l’intérieur » (les principaux dignitaires baguirmiens formaient deux sortes de classes : ceux de « l’intérieur » du tata (palais), au nombre de 12, et ceux de « l’extérieur », au nombre de 8). Cf. Devallée 1925 et Kodi 1992.

8 Vraisemblablement au cours d’une rencontre inopinée de deux troupes de razzieurs, en pays hadjeraï.

9 Héritier du pouvoir.

10 En 1873, il recevait, dans la région de Laï, l’explorateur allemand Gustav Nachtigal.

11 En 1897, Émile Gentil constata qu’on commençait à peine à la reconstruire.

12 Chef local.

13 Petit dignitaire.

14 Esclave eunuque chargé en principe de la garde des femmes du sultan.

15 Eunuque, chef des eunuques, fréquemment investi de pouvoirs militaires, dignitaires de l’intérieur.

16 Les Peul, venus de Rey-Bouba, au Cameroun actuel, restèrent d’excellents clients pour les marchands d’esclaves, jusqu’en 1926 au moins. Ils allaient acheter des captifs jusqu’au marché de Goundi.

17 Population tributaire du Baguirmi.

18 L’affaire de l’alifa de Korbol avait été la cause de la rupture entre Gaourang II et Rabeh, le premier ayant jusqu’alors recherché l’alliance du second. Voir Lettre de Gaourang II à Rabeh (INTSH), en annexe.

19 Partie du Congo, son objectif consistait à remonter vers le bassin du Tchad en traversant les régions de l’Oubangui et du Haut-Chari.

20 Lors du siège de Mandjafa, l’armée de secours envoyée par le sultan Youssouf du Ouaddaï avait été anéantie.

21 Petit vapeur avec lequel Gentil atteint le lac Tchad, le 15 novembre 1897.

22 Rejoints par les Rabistes, les Franco-Baguirmiens y furent écrasés le 17 juillet 1899. À l’occasion de cette bataille, appelée traditionnellement « bataille de Kouno », le kassalama Amine fut promu mbarma (premier chef de guerre et premier dignitaire de l’intérieur du Palais). Rabeh récupéra, à cette occasion, l’artillerie et les fusils modernes des Français.

23 À la grande fureur du naïf Gentil. Mais comment Gaourang aurait-il pu subsister sans esclaves à vendre ?

24 Historique des chefferies de la région de Moundou, texte dactylographié (INTSH).

25 Diverses tribus soumises au Baguirmi « devaient, chaque année, un certain nombre d’esclaves au sultan. Laï avait à fournir 200 esclaves, les Niellim, les Toumak, les Soumraï, les Ndam, les Goulet chacun 100 captifs. D’autres groupes plus faibles, 50. Au total... environ 1 000 captifs par an » (Bruel 1935).

26 Mbarma.

27 Padjia.

28 Signée le même jour, une annexe transformait l’indemnité de 1 000 thalers en 10 000 francs versés en espèces.

29 Poste français alors dénommé Behagle par arrêté d’Émile Gentil (29 mai 1900), en mémoire d’un agent commercial français représentant de firmes privées mis à mort par Rabeh dans des circonstances peu claires.

30 Baïoudoubé et Goïguermar, considérés comme des traîtres, furent abattus par les tirailleurs lors de la reconquête française au début de la Première Guerre mondiale.

31 Publiées par Jean-Louis Triaud (1987).

32 Recueillie en 1964 par Jean Chapelle, secrétaire général de l’INTSH. Traduction INTSH, 1966.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte : Le pays sara et les invasions baguirmiennes à la veille de la colonisation
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Lettre de Gaourang II à Rabeh recueillie par Jean Chapelle, 1964, INTSH
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/5115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Vivien, « L’expansion esclavagiste du Baguirmi dans les régions animistes du Logone pendant la dernière décennie du XIXe siècle », Journal des africanistes, 86-2 | 2016, 143-157.

Référence électronique

Alain Vivien, « L’expansion esclavagiste du Baguirmi dans les régions animistes du Logone pendant la dernière décennie du XIXe siècle », Journal des africanistes [En ligne], 86-2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.5115

Haut de page

Auteur

Alain Vivien

Historien VSN (INTSH, Fort‑Lamy)

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search