Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Beek E.A. Walter. van, Peek Philip M. (eds.), 2013, Reviewing Reality. Dynamics of African Divination

Münster, Lit verlag
Anne Fournier
p. 215-217
Référence(s) :

Beek E.A. W. van, Peek Philip M. (eds.), 2013, Reviewing Reality. Dynamics of African Divination, Münster, Lit verlag, 395 p.

Texte intégral

1L’ouvrage édité par Walter E. A. Beek et Philip M. Peek adopte une perspective extrêmement vaste et ouverte. Il offre des contributions sur l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Est et l’Afrique Australe ainsi que quelques comparaisons intercontinentales. Le très vaste panorama géographique et thématique qu’il propose contribuera peut-être, comme le souhaitent les éditeurs, à réduire l’étanchéité traditionnelle entre les réseaux de recherche et de citation anglophone et francophone. L’ouvrage ne se limite pas à embrasser une très vaste aire géographique, il a aussi l’audace de s’aventurer jusque sur les marges de la science instituée, pour ouvrir ses pages à des chercheurs-devins (Nomfundo Lily-Rose Mlisa et Wim van Binsbergen), qui s’appuient sur leur propre expérience de praticiens. De manière un peu provocatrice, mais convaincante sur de nombreux points, le chapitre de van Binsbergen brocarde ainsi les certitudes de la science sérieuse, drapée dans sa dignité et ses méthodes, et invite à porter avec humilité davantage d’attention aux phénomènes encore inexpliqués. Ron Eglash fait appel à des concepts empruntés aux mathématiques et à la modélisation pour affirmer, « à la Lévi-Strauss », que la logique interne à une société peut être la principale force qui oriente son évolution ; il appuie ce propos en se livrant à une comparaison des modes de pensée et de divination africains – plutôt fondés sur l’idée du chaos déterministe – et amérindiens – plutôt fondés sur la notion de hasard, différence que l’on ne peut certes attribuer à des facteurs environnementaux... Quand on aborde la lecture de Reviewing Reality. Dynamics of African Divination, mieux vaut donc abandonner ses préjugés pour se laisser entraîner dans un bouillonnement exploratoire.

2L’un des charmes de l’ouvrage est de présenter, au lecteur curieux, une véritable caverne d’Ali Baba des procédés divinatoires. Le matériel divinatoire est en effet extrêmement disparate : un surligneur qui marque des passages de la Bible (Ndaya, dans la diaspora congolaise), des branchettes de faux-ébénier qui parlent quand on les brûle (Wendy James, chez les Uduk de la frontière éthiopo‑soudanienne), des oracles à friction (Patricia Lamarche de Largentaye, dans le bassin du Congo), un gong fendu qui évoque à la fois la matrice maternelle et un phallus (René Devisch, chez les Yaka du Congo), un très étonnant crabe qui déplace des objets dans un pot (van Beek, chez les Kapsiki/Higi du Nord-Cameroun et du nord-est du Nigéria)... On recourt aussi à la pure intuition (Mlisa, chez les Xhosa d’Afrique du Sud). Des procédés plus familiers, comme le bâton de divination (Els Baerends, chez les Anufom du Nord-Togo), le jet de lots d’objets divers (Paulo Granjo, dans le sud du Mozambique) et la possession (Devisch, chez les Yaka du Congo, et Véronique Duchêne chez les Anyi de Côte d’Ivoire) figurent aussi dans la liste. Certains devins, comme ceux de la divination Ifá des Yoruba du Nigeria, présentée par Aredemi Souleiman Ajala, recourent à des procédés très variés qui dépendent de l’entité en action et du problème à régler : selon les cas, ils jettent des objets, emploient des poudres végétales ou une sorte de cordelette, également utilisée chez les Moba du Nord-Togo (de Surgy). Dans cet incroyable foisonnement, la palme de l’esthétique ira sans conteste aux extraordinaires tables divinatoires des Lyela du Burkina Faso (Luc Pecquet), construites sur le même principe que celles des Dogon, mais qu’on m’accordera d’estimer plus belles. Le renard blond vient y tracer le destin en laissant l’empreinte de ses pattes délicates...

3S’il vaut la peine d’étudier la divination, ce n’est cependant pas pour se pencher sur un séduisant bric-à-brac exotique de pratiques plus ou moins archaïques. De Surgy expose de manière très convaincante en quoi l’étude de la divination est un extraordinaire outil de recherche anthropologique qui permet de connaître les préoccupations des individus et, surtout, les concepts utilisés pour formuler et analyser les problèmes, identifier leurs causes et déterminer les moyens de les résoudre. Il souligne un point important : même quand la plupart des consultants n’en ont qu’une idée partielle ou vague, l’ensemble de la société raisonne selon le système implicite sur lequel se fonde le savoir des devins. Tout comme le font aussi Julie Ndaya et Wim van Brinsberger, de Surgy insiste en outre sur le caractère actuel de la divination. Les contributions de Mlisa et d’Ajala, avec la divination Ifa des Yoruba plaident d’ailleurs pour que la divination soit associée à la médecine moderne comme procédé thérapeutique. Les éditeurs indiquent que cette fonction thérapeutique de la divination n’a pas reçu suffisamment d’attention. Les pratiques divinatoires, ajoute de Surgy, assurent d’importantes fonctions sociologiques et psychologiques. Dans l’étude de Baerends, la divination apparaît effectivement comme un puissant instrument de contrôle social. Les problèmes des vivants sont censés découler du jugement des ancêtres qui les punissent pour leur mauvaise conduite, ce qui amène la question du rôle des devins : dans quelle mesure expriment-ils l’opinion publique ou la forgent-ils ? Dans une veine assez proche, Granjo discute la nécessité d’une certaine autoprotection de la corporation des devins confrontée aux autres membres de la société ; la pratique divinatoire est en effet souvent encadrée par des institutions.

4De Surgy affirme aussi que la divination représente un moyen de manipuler les forces invisibles ou inconscientes qui pèsent sur l’existence des humains. Ces questions sont traitées dans deux articles. Devisch présente, de manière très intéressante, le devin comme un être hybride et ambivalent : après s’être incorporé un esprit animal, l’initiante (chez les Yaka, ce sont des femmes qui officient) connaît une nouvelle naissance et développe des capacités de clairvoyance extrasensorielle, un gong fendu qui est son double l’accompagne désormais. C’est son caractère hybride qui la rend apte à opérer la jonction entre les deux mondes pour délivrer l’oracle, les capacités extrasensorielles qu’elle a acquises lui donnent accès à un type particulier de communication avec les consultants. Peek suit une piste analogue dans sa synthèse sur la nature des devins africains : ils sont très fréquemment associés à des êtres invisibles décrits comme leurs conjoints ou leurs jumeaux ; c’est par la vertu de tels processus de doublement, de couplage ou de jumelage, qui expriment une forme de complétude, que le devin acquiert la capacité de comprendre autrui. Car les devins sont avant tout des passeurs capables d’aller et venir entre le monde quotidien et celui de l’invisible. Véronique Duchêne insiste sur la création, lors de la consultation, d’un espace oraculaire dédié à ce passage ; chez les Anyi, il est matérialisé par un trait de kaolin et présente l’originalité de comporter une partie publique et une partie privée.

5La question de la divination comme manipulation de signes est posée de deux manières. Granjo discute en détail le statut des séries d’objets utilisés comme matériel divinatoire au Mozambique : ces objets n’étant finalement que le support de la relation entre le devin et un esprit, la substitution du matériel divinatoire est non seulement possible, mais avérée quand on consulte les sources anciennes. Cependant, il est des cas où pratiques divinatoires et concepts disparaissent ensemble, comme le démontre James au sujet des Uduk, déplacés et vivant une existence de réfugiés dans une grande détresse. Pecquet, quant à lui, prend le parti de considérer la trace du renard sur les tables divinatoires comme une forme d’écriture ; s’il conclut à l’intérêt méthodologique de cette approche qui aide à prendre en compte certains aspects matériels de la divination, il estime qu’elle montre des limites quand on s’interroge sur les statuts respectifs du devin, et du renard et sur l’existence d’une syntaxe.

6Pour finir, il faut mentionner que l’ouvrage renferme de riches descriptions ethnographiques, et que l’on trouve, dans son introduction, une synthèse sur les différents angles d’approche des études sur la divination en Afrique et au-delà. Les références des conférences et ouvrages dédiés à la divination seront utiles à tous ceux que ce sujet intéresse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Fournier, « Beek E.A. Walter. van, Peek Philip M. (eds.), 2013, Reviewing Reality. Dynamics of African Divination », Journal des africanistes, 86 : 2 | 2016, 215-217.

Référence électronique

Anne Fournier, « Beek E.A. Walter. van, Peek Philip M. (eds.), 2013, Reviewing Reality. Dynamics of African Divination », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5120

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals