Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bornand Sandra, Leguy Cécile, 2013, Anthropologie des pratiques langagières

Paris, Armand Colin
Frank Jablonka
p. 217-219
Référence(s) :

Bornand Sandra, Leguy Cécile, 2013, Anthropologie des pratiques langagières, Paris, Armand Colin, 205 p., « Collection U »

Texte intégral

1Cet ouvrage, dédié à Geneviève Calame-Griaule pour son travail pionnier en anthropologie du langage et de la communication en Afrique, est un manuel destiné à présenter le panorama des différentes approches anthropologiques sur les pratiques langagières, surtout depuis les années 1960. Il remonte, pour ce faire, aux prémices de l’histoire de l’ethnolinguistique du xxe siècle avec Boas et Sapir, à considérer comme les principaux fondateurs du champ disciplinaire. Si Boas et la théorie de la relativité linguistique dite de Sapir-Whorf représentent le point de départ de la réflexion, c’est principalement pour ancrer la présentation des différents courants d’anthropologie linguistique dans une optique d’épistémologie diachronique.

2Il est d’emblée évident que l’anthropologie de l’Afrique ne représente qu’un enjeu mineur de l’ouvrage recensé ; la visée est davantage théorique et méthodologique en transversalité par rapport aux terrains d’enquête. La perspective adoptée se veut « pragmatique et énonciative » et s’inscrit dans une posture engagée qui s’intéresse « aux enjeux de pouvoir et de domination ainsi que des stratégies de parole ou de discours relevant de l’implicite, du non‑dit » (p. 7). Ce sont notamment les travaux de Catherine Kerbrat‑Orecchioni qui sont convoqués par rapport à ce dernier point. Les transgressions pragmatiques telles que l’injure ou le blasphème, mais aussi le tabou sont couvertes par cette programmatique (p. 8, 10).

3En dehors de l’« Introduction » et de la « Conclusion générale », l’ouvrage s’articule en six chapitres qui présentent les approches en anthropologie du langage et de la communication considérées comme majeures et représentatives pour l’évolution épistémologique de la discipline. S’agissant d’un manuel, on comprendra que la discussion n’est à chaque fois pas excessivement approfondie, mais le lecteur appréciera chapitre par chapitre les longues citations des principaux auteurs discutés qui aideront surtout le public étudiant à se faire une idée des grandes lignes des courants présentés, et la riche bibliographie donnée pour chaque chapitre invitera le lecteur à approfondir ses connaissances en fonction de ses intérêts. Les chapitres sont consacrés à « La notion de contexte » (Malinowski, Goffman, etc., p. 23‑42), à « Différentes manières d’appréhender la communication » (Palo Alto, Grize, etc., p. 43‑70), à « Un objet spécifique, la parole » (les travaux de Calame-Griaule sur la parole chez les Dogon ; aussi l’Ethnography of Speaking – soit « ethnographie de la parole / de la communication », mais le terme anglais est ici préféré – à partir de Dell Hymes, etc., p. 73‑99), aux « Arts de la parole, de la mémoire et de l’improvisation » (encore Calame‑Griaule, p. 101-129), à « Observer les situations d’interlocution » (Masquelier, etc., p. 131‑146), et enfin aux perspectives « Pour une anthropologie pragmatique et énonciative » (entre autres lignées, dans la continuité de l’École de Chicago et du déconstructionnisme derridien, p. 147‑169). Comme tout choix nécessaire, la composition du manuel est sélective, mais on ne dira certainement pas que la sélection ne soit, tout compte fait, pas représentative pour les discours disciplinaires, surtout pour le public français. Les auteurs attirent à cet égard à juste titre l’attention sur le fait que l’anthropologie et la linguistique se sont développées pari passu aux États‑Unis, contrairement à l’évolution disciplinaire et interdisciplinaire dans le contexte français. La seule surprise est la quasi‑absence de la phénoménologie sociale (surtout Schütz) et, dans la suite de celle‑ci, de l’ethnométhodologie. En effet, ce qui est indiqué dans le chapitre vi s’applique réflexivement à l’ouvrage lui-même : « Il ne s’agit pas seulement de se mettre à l’écoute de “ce qui est dit”, mais de confronter discours et pratiques en étant également attentif à tout ce qui ne se dit pas, tout comme à ce qui se dit de manière détournée » (p. 169). Digne d’attention est certes aussi la relation esquissée entre l’ethnolinguistique et la sociolinguistique. Dans la lignée de Calame-Griaule, la priorité est accordée à la première, la sociolinguistique ne figurant que « comme une branche particulièrement développée de l’ethnolinguistique » (p. 19). Cette répartition des sous‑disciplines est sans doute compréhensible et tout à fait justifiée du point de vue de l’anthropologie, mais elle demeure discutable, dans la mesure où il existe des branches de la sociolinguistique qui ne se réclament pas expressément des approches ethnologiques (surtout quantitatives et basées sur corpus). Le dialogue est ici parfois plutôt ardu.

4On constatera par ailleurs que le lecteur mettra à son profit la réception de l’ouvrage recensé en parallèle avec la lecture de l’Anthropologie de la communication d’Yves Winkin (Paris, Seuil, 2001), avec lequel les thématiques abordées se recoupent en partie. Comme chez celui-ci, l’un des points de départ de l’exposition de l’anthropologie des processus communicationnels est l’ancien modèle de la transmission de l’information de Shannon et Weaver (p. 44‑46), dépassé par la suite vers des orientations davantage phénoménologiques – par exemple, Husserl est évoqué dans le contexte de la théorie bourdieusienne de l’habitus (p. 86) et de l’intentionnalité (p. 88) ; Ricœur est également convoqué à maintes reprises) – et compréhensives. Un autre ouvrage édité par Winkin, La Nouvelle Communication (Paris, Seuil, 2000), est largement discuté dans le contexte de la présentation de l’École de Palo Alto (chapitre II), surtout par rapport à ce que l’on appelle communément le « collège invisible » (autour de Birdwhistell, Edward Hall et al. ; la parole est également donnée à Goodenough, autre auteur proche de ce cercle), tout en en mettant en relief les affinités entre Goodenough et le « collège ». On reconnaîtra en cette orientation un courant majeur de la pensée anthropologique qui a marqué la confection du volume dans son ensemble, quoique ce soit moins par voie explicite que « subliminale » – ce qui est naturellement tout à fait légitime.

5Parlant des rapports de domination du point de vue de l’anthropologie du langage et de la communication, les auteurs accordent surtout vers la fin de l’ouvrage (en particulier chapitre VI) beaucoup d’attention aux procédures à qualifier comme rituelles (comme des insultes, par exemple), mais aussi à la subversion et à l’implicite. Il est dans ce sens encore intéressant que les auteurs retournent dans un geste réflexif sur les problèmes intrinsèques à la discipline même, faits éventuellement non étrangers à des ritualisations d’ordre communicationnel : le lecteur, en effet, est invité « à tenir compte des implicites de l’anthropologie, de tout ce qui “ne se dit pas” dans la pratique de la discipline. Ne faut-il pas inviter également à tenir compte de l’implicite en anthropologie ? » (P. 172.) La même observation fine et sans conteste tout à fait pertinente peut s’appliquer tout aussi bien à la discipline “sœur” de l’anthropologie, à maints endroits évoquée dans l’ouvrage recensé : la linguistique anthropologique (voire l’ethno‑/sociolinguistique). C’est aussi en vertu du charme de la réflexivité intégrée dans la programmatique du présent volume que non seulement le public étudiant, mais aussi toute personne intéressée, spécialiste ou non, consultera volontiers ce manuel pour se laisser guider dans sa propre réflexion en anthropologie des pratiques langagières et plus généralement communicationnelles, et pour aller plus loin dans ses questionnements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Jablonka, « Bornand Sandra, Leguy Cécile, 2013, Anthropologie des pratiques langagières », Journal des africanistes, 86 : 2 | 2016, 217-219.

Référence électronique

Frank Jablonka, « Bornand Sandra, Leguy Cécile, 2013, Anthropologie des pratiques langagières », Journal des africanistes [En ligne], 86 : 2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5124

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals