Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86-2MélangesComptes rendusGoldenberg André, 2014, L’Art che...

Mélanges
Comptes rendus

Goldenberg André, 2014, L’Art chez les Juifs du Maroc

Paris, Somogy
Marie-Luce Gélard
p. 233-235
Référence(s) :

Goldenberg André, 2014, L’Art chez les Juifs du Maroc, Paris, Somogy, 240 p.

Texte intégral

1Voici un beau livre, accompagné d’un texte très instructif et d’illustrations d’une grande qualité esthétique et didactique. L’ouvrage débute par un utile historique sur la présence de la population juive au Maroc. Installés depuis des siècles, les Juifs du Maroc n’y sont plus aujourd’hui que quelques milliers. L’auteur propose de retrouver les traces de leur culture matérielle aujourd’hui presque disparue, au travers du patrimoine, par des photographies d’objets, de lieux, de tableaux, de gravures, etc. L’exceptionnelle iconographie et sa diversité invite le lecteur à une appréhension singulière de la culture juive marocaine. L’auteur décrit les conditions de vie de cette minorité, longtemps assignée à habiter dans des quartiers réservés (mellahs) pour mieux assurer sa sécurité. Les Juifs marocains étaient alors, pour la plupart, commerçants et artisans.

2Dans ce livre, émaillé d’encarts courts qui permettent une lecture rapide et très didactique pour le lecteur non spécialiste, Goldenberg propose de regrouper des photographies de ces objets perdus, témoins dispersés aujourd’hui dans des collections privées. Car les départs du Maroc de la communauté juive en 1948 (guerre israélo‑arabe), puis après la déclaration d’indépendance, en1956, se sont faits sans bagages. Les Juifs furent contraints de se séparer de tous leurs biens.

3Goldenberg aborde le « sens artistique » des Juifs du Maroc, question qui, selon lui, n’a jamais été étudiée. Il propose donc de mettre en lumière l’art décoratif des productions artisanales en abordant tradition et innovation, objets sacrés et profanes dont il fournit des illustrations nombreuses (bougeoir pour Chabbat, lampe de Hanouka, couvre-mezouza, bijoux, plateau, selle de cheval, etc.).

  • 7 Le propos est peut être ici un peu excessif.

4Les Juifs du Maroc ont depuis fort longtemps fabriqué des bijoux puisqu’ils détenaient une sorte de monopole de l’utilisation du feu, longtemps évitée par les Musulmans. C’est ainsi que durant des siècles, tous7 les bijoux ont été faits par des artisans juifs (voir les belles photographies de bijoux reproduites dans l’ouvrage, les parures de mariage mais aussi les bijoux du quotidien).

5La présentation des objets de culte en argent est très intéressante et fournit là encore des illustrations d’une grande richesse. C’est aussi le cas des bijoux destinés aux populations berbères, lesquelles ont longtemps privilégié l’argent pour sa blancheur. Les bijoux étaient produits dans les mellahs des villages. L’auteur décrit les différentes inventions décoratives, notamment celles des fibules triangulaires et des bijoux composés d’émaux.

6Les artisans juifs qui travaillaient aussi le cuivre fabriquaient de nombreuses pièces de dinanderie (plateaux, boîtes à thé, bouilloires, seaux pour le hammam, brûle-parfums, etc.). Le travail du fer, réservé aux populations noires et juives jusqu’au milieu du xxe siècle, était consacré à la confection des armes et des étriers.

7Les Juifs marocains étaient également spécialisés dans le domaine du textile, et particulièrement de la soie, confectionnant des ceintures comme les célèbres « ceintures de brocart de Fès », ou encore la passementerie. Les Juifs, nous explique l’auteur, étaient aussi très impliqués dans l’utilisation du « fil d’or ». Cette activité fut longtemps l’une des plus renommées du mellah de Fès. La description de la fabrication de ce « fil d’or » est détaillée dans tout son processus technique, dans l’histoire supposée de son origine sicilienne et dans son application aux objets religieux ainsi que profanes.

8L’auteur s’attarde aussi sur un costume funéraire appelé mortaja, utilisé à Tanger et réalisé du vivant de la personne par des tailleurs spécialisés. Le costume était complexe, composé de plusieurs tuniques dont certaines étaient portées le jour de Kippour par les hommes, sous leurs vêtements ordinaires.

9Les artisans juifs qui fabriquaient les broderies produisaient des pièces pour les Musulmans aisés. Le tissage de la laine était surtout pratiqué dans les mellahs ruraux. D’autres artisanats sont décrits, comme le travail de la peau et du cuir, lequel n’est cependant pas une spécificité de la population juive ; aussi l’auteur nous propose‑t‑il de n’étudier que les objets dont l’origine est certaine. En effet, ce qui l’intéresse, c’est bien de montrer les « goûts artistiques des Juifs » (p. 54). Les objets sont, là encore, très bien mis en valeur par les photographies : babouches, selles de chevaux, sacoches, etc. Certains cuirs sont utilisés pour la confection de parchemins, peu usités par les Musulmans qui préfèrent le papier, produit dès le xiie siècle. Il était d’un usage répandu pour les textes de la liturgie juive et pour certains contrats de mariage. La peau sert aussi à la confection des instruments de musique.

10Le travail du bois est aussi pris en charge par les artisans juifs et joue un grand rôle dans l’ameublement des maisons, la décoration et les anciennes réalisations comme les balustrades, les claustras et les portes des greniers. L’auteur relève surtout des décors et une esthétique spécifique des populations amazighophones. L’inventaire s’achève par un rapide aperçu de la céramique et du travail de la pierre (pierres tombales).

11La partie conclusive de l’ouvrage, intitulée « L’art, signes et symboles » détaille le sens artistique et les choix esthétiques opérés afin de parvenir à la définition « du particularisme juif de l’art marocain » (p. 182). L’auteur décrit finement, enfin, l’utilisation de décors géométriques et anthropomorphes, de symboles, ou la figuration du monde animal, qui permettent de reconnaître une ornementation provenant d’un artisan juif. L’ambition d’André Goldenberg est atteinte, car au travers d’un « musée imaginaire », son analyse permet de mieux connaître la communauté juive marocaine, par l’examen attentif et minutieux de sa production matérielle, aujourd’hui éparpillée.

Haut de page

Notes

7 Le propos est peut être ici un peu excessif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « Goldenberg André, 2014, L’Art chez les Juifs du Maroc », Journal des africanistes, 86-2 | 2016, 233-235.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « Goldenberg André, 2014, L’Art chez les Juifs du Maroc », Journal des africanistes [En ligne], 86-2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.5145

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search