Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86-2MélangesComptes rendusMiran‑Guyon Marie, 2015, Guerres ...

Mélanges
Comptes rendus

MiranGuyon Marie, 2015, Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002‑2013)

Paris, Karthala
Bernard Salvaing
p. 237-239
Référence(s) :

MiranGuyon Marie, 2015, Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002-2013), Paris, Karthala, 350 p.

Texte intégral

1Marie Miran‑Guyon a voulu écrire « deux livres autonomes rédigés comme un diptyque » : un livre d’analyse historique (encore en préparation), traitant de « l’inscription religieuse dans les constructions de la nation ivoirienne de 1893 à 2002 » et le présent ouvrage, « explorant la dimension religieuse de l’histoire politique de la Côte d’Ivoire » de 2002 à 2013.

2Ce dernier ouvrage accorde une place majeure à l’événement et au discours des protagonistes, et la théorisation de l’historien, sans disparaître totalement, y est mise délibérément à l’arrière-plan de l’exposé des positions des personnages évoqués à l’aide de citations longues et multiples. Et de fait, Miran‑Guyon indique clairement « sa volonté d’être à l’écoute des acteurs en privilégiant moins le texte seul que l’articulation du texte au contexte » (p. 45), et de « prêter attention à ce que disent les acteurs même si leur cosmogonie nous semble étrange ». Cette écriture, qui rompt avec le discours historique aujourd’hui dominant, plus préoccupé de conceptualisation, nous paraît ici tout à fait justifiée et féconde. Le deuxième ouvrage, en préparation, devrait partie d’un point de vue mettant davantage en perspective les faits analysés, y compris dans la longue durée.

3L’auteur écrit : « Cet ouvrage a sans doute des atours universitaires – en dépit de son parti pris résolument non théorique ! je l’ai écrit, cependant, en m’adressant non pas à mes pairs mais à un lecteur ivoirien imaginaire » (p. 47). On veut bien croire que cette démarche procède de l’empathie ressentie à l’égard des habitants d’un pays aimé et meurtri, et du souci de leur apporter des outils pour une meilleure compréhension mutuelle. Mais elle n’en est pas moins utile au lecteur non ivoirien, particulièrement à celui marqué par le désenchantement du monde, qui peine à cerner la logique de comportements qui lui sont incompréhensibles. Il s’imprègne ainsi du discours des protagonistes et se glisse dans leur esprit. Cette vision de l’intérieur aurait été impossible sans l’impressionnante connaissance du terrain que révèle l’ouvrage.

4Ainsi apprend-on que la longue résistance de Laurent Gbagbo dans son bunker n’était pas un baroud d’honneur, mais un comportement dicté par la conviction d’une victoire finale procédant d’une intervention divine, devant survenir après de rudes épreuves, et annoncée par une prophétie du pasteur Malachie Koné. Il est vrai que la Côte d’Ivoire est surnommée par les pentecôtistes « la nouvelle Jérusalem ou le pays béni de Dieu ». Les protagonistes des deux bords sont imprégnés par une vision religieuse, dans laquelle « les conceptions du politique [sont forgées] dans l’imaginaire religieux et y [sont restées] étroitement articulées ». Ils mènent simultanément « une guerre sur le plan politique et militaire et une guerre invisible dans le champ mystique » – soulignons à ce titre la référence faite à des auteurs comme Stephen Ellis et Michael McGovern, qui attire l’attention sur les analogies entre les guerres civiles au Liberia et en Côte d’Ivoire.

5Ce comportement s’observe partout ; il est particulièrement présent dans les milieux pentecôtistes et chez les adeptes des religions africaines, qui semblent catalyser l’expression identitaire locale face aux « étrangers », notamment au sud-ouest du pays. Et il apparaît que les catholiques comme les fidèles des Églises protestantes « historiques », encore plus que les musulmans, ont été davantage divisés par rapport à la conduite à tenir. Pourtant, il faut se garder de « surdéterminer le religieux ». Marie Miran‑Guyon souligne que les facteurs religieux ne sont pas à la base des désaccords entre le Nord et le Sud du pays. Elle rappelle que Guillaume Soro et son entourage sont souvent des chrétiens. Ainsi, « contrairement à l’intégrisme chrétien du Sud, l’islam n’a pas servi de référent théologico‑politique pour contrôler le Nord ».

6La volonté d’apaisement des notabilités musulmanes apparaît également. La rébellion n’est donc pas un djihad, comme on a voulu parfois le faire croire : « Le moteur des violences ne fut pas le facteur religieux mais la politisation des différends entre “autochtones” et “non autochtones” ou “étrangers”, articulée à des référents ethniques et nationaux et à des imaginaires contradictoires sur les droits à la terre. Schématiquement : un certain nombre de Wè furent amenés à penser que la réélection de Laurent Gbagbo allait leur permettre de récupérer définitivement leurs terres, dont ils pensaient avoir été spoliés par les “étrangers”. »

7S’il faut formuler quelques regrets par rapport à cet ouvrage passionnant et riche d’enseignements, on se demandera pourquoi William Wadé Harris y est qualifié de « prophète pentecôtiste » (p. 69), dans un raccourci pour le moins étonnant. Peut-être peut-on également regretter que la focalisation sur le discours tenu dans les régions de crise conduise à ignorer largement ce qui s’est dit dans les régions restées plus calmes, en particulier le Sud-Est ivoirien : il aurait été utile de comprendre comment certains lieux ont échappé à la brutalisation du champ politique ivoirien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Salvaing, « MiranGuyon Marie, 2015, Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002‑2013) », Journal des africanistes, 86-2 | 2016, 237-239.

Référence électronique

Bernard Salvaing, « MiranGuyon Marie, 2015, Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002‑2013) », Journal des africanistes [En ligne], 86-2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5151 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.5151

Haut de page

Auteur

Bernard Salvaing

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search