Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Mulazzani Simone (dir.), 2013, Le Capsien de Hergla (Tunisie). Culture, environnement et économie

Francfort, Africa Magna Verlag
Christian Dupuy
p. 239-241
Référence(s) :

Mulazzani Simone (dir.), 2013, Le Capsien de Hergla (Tunisie). Culture, environnement et économie, Francfort, Africa Magna Verlag, 439 p., « Reports in African Archaeology » 4.

Texte intégral

1Cette imposante monographie pluridisciplinaire est consacrée à l’étude d’une butte sablo-limoneuse située sur les bords d’une sebkha-lagune de Tunisie orientale, à proximité du village d’Hergla. Elle est signée par quarante-deux chercheurs qui, à travers une trentaine d’articles, s’intéressent à son processus de formation au regard de la géologie et de la géographie régionale, à l’évolution de son environnement naturel depuis le début de l’Holocène et, le plus grand nombre d’entre eux, à ses vestiges archéologiques accumulés sur plus d’un mètre dans sa partie supérieure. Ces dépôts, pris dans un sédiment grisâtre chargé en cendre, ont été fouillés entre 2002 à 2007 sur 108 mètres carrés par décapages successifs de 2 à 3 centimètres d’épaisseur. Des dizaines de milliers d’artefacts et d’écofacts ont été ainsi découverts, et leur position, enregistrée sur informatique. Sept niveaux d’occupation successifs ont été identifiés. Dix-huit datations au carbone 14 sur coquilles de mollusque et huit sur coquilles d’œuf d’autruche rattachent ces vestiges au VIIe millénaire av. J.-C. et à la première moitié du VIe millénaire av. J.‑C. On doit leur existence à des chasseurs-collecteurs-pêcheurs dénommés « Capsiens » en référence à leur outillage lithique, comparable à celui découvert au début du xxe siècle au voisinage de la ville antique de Capsa, l’actuelle Gafsa du Sud tunisien.

2La fouille planimétrique a révélé un ensemble de structures jamais mises en évidence jusqu’ici dans ce type de gisement du nord de l’Afrique : foyers, fosses, aires de préparation et de consommation de coquillages, trous de poteaux, alignements de pierres et empierrements... Mulazzani émet de prudentes hypothèses sur les activités domestiques et sur l’habitat y afférant. Sa prudence se justifie par la disparition des parties en élévation qui pouvaient être en roseaux, bois, peaux d’animaux, torchis, et, plus encore, par les remplois réguliers des pierres liés à l’intense fréquentation du site dont témoignent la fragmentation élevée et la dispersion importante des coquilles d’autruche, des restes de faune, de l’outillage osseux et de la céramique, consécutifs aux piétinements, creusements, comblements et nettoyages opérés à chaque réoccupation. À ces perturbations anthropiques régulières s’ajoutent des mouvements post‑dépositionnels d’objets imperceptibles à la fouille et qui compliquent un peu plus la lecture des vestiges. Des tessons de céramique faite au tour, donc d’époque historique, retrouvés épars dans les niveaux épipaléolithiques, attestent de ce phénomène. L’activité racinaire, les terriers et galeries des animaux fouisseurs, les ravinements et les craquelures provoqués par les intempéries, comblés ensuite par les affaissements de terrain, expliquent ces intrusions.

3Les analyses des objets archéologiques menées avec rigueur, niveau par niveau, apportent beaucoup à la connaissance des savoir-faire et des modes de vie. L’outillage de pierre taillée (11 757 pièces examinées) consiste surtout en des éclats épais et larges tirés du calcaire à gros grains local et en des lamelles et des microlithes en calcaire fin et en silex exogènes. Ces roches se trouvent à plus d’une journée de marche d’Hergla. Certains des nucléus importés ont été débités sur place par pression. Les outils polis en pierre sont rares ; ils se limitent à quatre fragments de boules en grès et en calcaire perforées par abrasion rotative bifaciale, trois molettes, une pierre à rainure, et à une herminette au tranchant taillé. Les trois derniers niveaux d’occupation datés de la première moitié du VIe millénaire av. J.-‑C. ont livré 13 pièces en obsidienne. De par sa signature géochimique, ce verre volcanique provient de l’île de Pantelleria, située à 70 kilomètres à l’est du cap Bon et à 155 kilomètres à vol d’oiseau d’Hergla. Sa présence implique la pratique de la navigation et un réseau d’approvisionnement complexe. Deux autres faits surviennent à cette même époque : l’utilisation d’armatures triangulaires et rectangulaires aux dépens des segments et des trapèzes privilégiés jusque-là, et l’apparition de la poterie modelée par colombins (80 tessons de dimensions très réduites ont été découverts). Cette dernière, de fabrication probablement locale au regard de la nature de l’argile utilisée, conduit les auteurs à parler d’un Épipaléolithique à céramique et non pas de Néolithique, étant donné qu’aucun reste d’animaux domestiques et de plantes cultivées n’est attesté sur le site. Les os longs des bovidés sauvages chassés et consommés étaient parfois récupérés pour être chauffés et appointés. Cet outillage osseux était destiné au travail des peaux et du cuir, comme le suggèrent les traces d’usure observées sur certaines pièces.

4Les coquilles d’autruche étaient exploitées, elles aussi, à l’occasion, à des fins utilitaires. Certaines d’entre elles, décorées par incision, servaient de récipients que l’on portait au feu tel des marmites, à en juger par leurs altérations thermiques. Des tests étaient taillés sur place en rondelles et percés en leur centre au moyen d’un foret. Ces grains d’enfilage, à l’instar des coquillages également percés, entraient dans la composition des parures.

5Les fouilles ont conduit à la découverte de deux sépultures individuelles en fosse et de restes humains épars se rattachant à au moins 4 individus dont 2 adultes et 2 adolescents. La question de l’appartenance des deux tombes au Capsien est posée au regard du résultat radiométrique « carbone 14 » obtenu sur les ossements de l’un des individus inhumés. Celui-ci renvoie à un âge de quinze siècles plus récent que le dernier niveau d’occupation. La mauvaise conservation du collagène pourrait expliquer cet écart. De nouvelles datations mériteraient d’être réalisées sur la bioapatite purifiée des ossements afin de se prononcer sur leur relation avec l’occupation épipaléolithique.

6Le secteur d’Hergla prodiguait aux Capsiens des ressources spontanées variées : coquillages tirés de la lagune, poissons pêchés en zone côtière, graminées sauvages et escargots collectés dans la steppe avoisinante, bovidés et carnivores chassés aux alentours des campements. Une lecture attentive de ce livre permettra de préciser ce tableau brossé ici à grands traits et de suivre Mulazzani dans ses conclusions qui, entre autres constats importants, soulèvent plusieurs questions. Quel rôle ont joué les Capsiens dans le développement des industries à lames et à trapèzes autour de la Méditerranée occidentale ? Quel était leur degré de mobilité ? À quel(s) moment(s) se sont-ils tournés vers l’économie agro-pastorale ? À suivre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Mulazzani Simone (dir.), 2013, Le Capsien de Hergla (Tunisie). Culture, environnement et économie », Journal des africanistes, 86-2 | 2016, 239-241.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Mulazzani Simone (dir.), 2013, Le Capsien de Hergla (Tunisie). Culture, environnement et économie », Journal des africanistes [En ligne], 86-2 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5153

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals