Navigation – Plan du site
Jean Rouch, ethnologue et cinéaste
Migrations, déplacements

Migrations et acculturation dans l’Afrique de l’Ouest des années 1950 sous l’œil de Jean Rouch

Migrations and acculturation in 1950s West Africa, through the eyes of Jean Rouch
Alice Gallois
p. 96-111

Résumés

L’enquête que Jean Rouch mène sur les migrations en pays côtiers entre 1953 et 1958 constitue un moment charnière de son parcours et pose véritablement les fondements de son œuvre, tant ethnographique que cinématographique. C’est alors qu’il contribue à renouveler les méthodes d’étude et de diffusion des résultats de ses recherches.
À partir du milieu des années 1950, Jean Rouch pratique ainsi et revendique une démarche d’ethnographe-cinéaste se faisant le médiateur des phénomènes d’acculturation dans les régions qu’il étudie. Le film devient un médium permettant une mise en ordre de la connaissance ethnographique, entremêlant des questionnements sur la situation ethnographique en soi et sur la posture du cinéaste.

Haut de page

Texte intégral

1Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la recherche sur l’Afrique se professionnalise, en s’appuyant sur la création et le développement d’instituts de recherche dans les colonies, notamment autour de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) ou de l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM). La prise de conscience de l’acculturation générée par la colonisation suscite un intérêt accru pour la recension des coutumes africaines, jusque-là supposées immuables, et désormais conçues comme un patrimoine menacé de disparition. De surcroît, à partir des années 1950, les chercheurs acquièrent davantage d’autonomie face au pouvoir colonial et participent au renouvellement du regard porté sur les populations africaines. Ce changement de paradigme scientifique se traduit par l’intérêt nouveau de la sociologie pour l’Afrique ; les thèmes privilégiés par les chercheurs et les instituts de recherche s’organisent autour de la formidable croissance urbaine, des dynamiques des rapports économiques, sociaux et politiques, en perpétuelle mutation. Le sociologue Georges Balandier pense la spécificité de la « situation coloniale » (Balandier 1951) comme rapport de forces et de tensions réciproques conditionnant toute autre réalité. Des scientifiques, dont les propositions sont éprouvées par l’expérience du terrain, circulent entre métropole et colonies, formant de véritables réseaux, propices aux échanges intellectuels et ayant une relative indépendance quant au pouvoir colonial (Suremain 2001). Jean Rouch appartient à cette catégorie de chercheurs qui a su saisir les transformations des sociétés africaines, tout en développant une démarche scientifique personnelle nourrie par l’outil audiovisuel.

2Dans cette perspective, il s’agit ici d’analyser un corpus d’écrits scientifiques et de films produits par Rouch entre 1953 et 1958, ainsi que des archives papier provenant des fonds du Comité du film ethnographique et du CNRS. Ces films seront appréhendés non pas seulement comme témoignages historiques, mais aussi comme révélateurs de représentations : que donnent à voir, à cet égard, les films de Rouch et en quoi participent-ils à l’évolution des regards sur l’Afrique et ses populations ?

  • 1 En particulier : l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), le musée de l’Homme et le Comité du fi (...)

3Étudier le parcours de Rouch, c’est envisager le cinéaste ethnologue comme médiateur de connaissances scientifiques. En tant qu’héritier d’une certaine « culture coloniale », intégré à des réseaux institutionnels1, il produit, perpétue et transgresse les représentations de l’Afrique. Il s’agit d’interroger notre corpus filmique sur la manière dont le cinéaste cherche à s’emparer d’une « réalité » dont il est le témoin, pour la reconstruire en un document ethnographique ou en un « docufiction ». Trois films feront particulièrement l’objet de notre attention ici : Les Maîtres fous (1954), Moi, un noir (1958), Jaguar (1964). De quelle(s) réalité(s) ces films témoignent-ils ?

4La contradiction qui semble à première vue au centre de l’itinéraire intellectuel de Rouch tient aux exigences qu’implique un projet scientifique – la quête de l’objectivité – et la volonté du cinéaste de revendiquer la création artistique à la fois comme médium et comme productrice de connaissances.

5Afin de venir combler certaines lacunes historiographiques, les travaux scientifiques écrits de Rouch ont également été examinés. Comme l’a écrit Peter Loïzos, cité par Marc-Henri Piault, « sa réputation en tant qu’ethnographe est limitée aux spécialistes de l’Afrique de l’Ouest, des Songhay plus particulièrement, mais sa réputation dans le cinéma est internationale » (Piault 2000 : 208). De la même façon, Piault estime qu’on ne rend pas « suffisamment hommage à sa qualité d’ethnologue » (Piault 1997 : 9). Notre démarche vise à interroger ce déséquilibre et à réévaluer son travail écrit. Élève de Marcel Griaule, il continue, dans les années 1940, de privilégier l’étude des systèmes de pensée des Dogons au détriment des évolutions sociales et culturelles. Pourtant, c’est justement celles-ci qui seront, dès la décennie suivante, au cœur de son travail.

6Pour questionner la façon dont les travaux tant écrits qu’audiovisuels de Rouch ont contribué à renouveler l’anthropologie, nous axerons notre analyse sur les années 1950. Cette période charnière, au cours de laquelle il a mené un travail d’enquête socio-anthropologique d’envergure sur les migrations en Afrique occidentale (1952-1958), a donné lieu à une production scientifique, mais aussi artistique, majeure.

Jean Rouch face au renouvellement de l’ethnologie française : objets et méthodes

7Les profonds bouleversements nés avec la Seconde Guerre mondiale et l’émergence de nations et de peuples considérés comme mineurs ont mis au premier plan des champs de recherche qui concernaient jusque-là seulement les ethnologues, entraînant la sollicitation de ces spécialistes pour la connaissance qu’ils ont de certaines civilisations. Cet infléchissement se manifeste dans les sections de socio-ethnologie des instituts établis dans les différents territoires, encore placés sous la domination française. La conjoncture se révèle favorable, en termes financiers, pour mener à bien des études : avec la naissance du CNRS, c’est un nouveau paysage institutionnel qui se dessine, rendant propice le développement de la discipline et son renouvellement d’approches (Tai 2001). Rouch va jouer un rôle de premier plan dans l’impulsion donnée, par le CNRS, à de nouvelles enquêtes de terrain dans plusieurs pays d’Afrique occidentale.

8Son étude sur les migrations est clairement ancrée dans une démarche historicisante. Il restitue le phénomène migratoire, depuis le XVe siècle, afin de comprendre la délimitation des espaces par des « frontières artificielles » (Rouch 1956 : 13) et de déterminer précisément l’impact qu’a eu la colonisation dans les déplacements des hommes. Balandier reconnaît d’ailleurs, dès 1955, l’intérêt de cette étude :

Les recherches de Jean Rouch concernant les Songhay (peuple nigérien) dans leur habitat actuel et dans leurs « colonies » en pays étrangers, montrent ce qu’une étude ouverte sur la perspective historique, visant à l’inventaire complet d’une société et d’une culture originale, peut présenter comme résultats valables (Balandier 1955 : 525).

9Comme Balandier au Congo, Rouch étudie, dès les années 1950, les réseaux urbains et certains conflits sociaux dans le monde colonial. Il montre non seulement ces nouveaux ensembles urbains et, en filigrane, les conséquences de l’implantation européenne en Afrique, mais également la manière dont les populations réagissent. Il semble donc inaugurer, en même temps que Balandier, une nouvelle ethnographie de l’Afrique contemporaine.

10D’un point de vue méthodologique, l’ethnologie connaît également de profondes mutations. L’observation directe, plus qu’un moyen de collecter des données, s’affirme comme un véritable instrument de découverte, une méthode qui, dûment conduite, permet d’accéder à certaines dimensions du social. Elle impose par là une relation sociale au milieu observé. L’ethnographe doit adopter une posture à partir de laquelle il va étudier la communauté concernée, et Rouch fait clairement le choix de l’observation participante. Par ailleurs, son recours systématique à l’image et au son, lors de ces enquêtes, marque un véritable tournant dans la méthodologie d’investigation.

Enquêter sur les migrations : les missions de Jean Rouch

11Entre 1953 et 1955, Rouch se rend en Gold Coast, ayant obtenu du CNRS une bourse de quelques centaines de francs, et de l’IFAN, la solde d’un assistant africain, celle d’un chauffeur et des frais de transport : Damouré Zika devient l’assistant officiel de Rouch, tandis que Lam Ibrahim Dia prend la fonction de chauffeur. D’autres assistants et interprètes se joignent au groupe. Rouch bénéficie donc d’une bonne connaissance du terrain et de l’appui des hommes qui l’accompagnent, rencontrés lors de sa précédente enquête, entre 1950 et 1951, tels que Ibrahim Dia, Illo Gaoudel ou Douma Besso. À partir du mois de juin 1954, un Zerma de Birni, immigrant très régulièrement en Gold Coast, s’intègre au groupe. Circulator de l’Association des émigrants français à Accra, Adamou Al Hadj Kofo va désormais jouer un rôle important dans la mise en contact avec les migrants.

12L’enquête, qu’il mène lors de cette mission, sur les migrations des Songhay du Niger en Gold Coast constitue un tournant essentiel dans le parcours scientifique de Rouch tant du point de vue de sa démarche que du thème qu’il aborde. Elle pose véritablement les fondements de son œuvre, ethnographique, mais aussi cinématographique, et lui permet d’accéder à la reconnaissance des milieux scientifiques. Le chercheur est ainsi conforté dans ses choix et ses méthodes d’investigation, à une époque où la discipline ethnographique doit impérativement se renouveler, tant du point de vue de ses objets de prédilection que des outils et méthodes employés.

13Pour introduire les résultats de la première partie de son enquête, Rouch revient sur les origines de son étude : « ce travail de 1954 est le complément de l’enquête 1950-1951 [qui] avait permis de prendre un premier contact avec la Gold Coast, avec les immigrants venus de territoires français » (Rouch 1956 : 9). La mission qu’il a réalisée aux côtés de Roger Rosfelder a ainsi « créé la confiance indispensable entre observateur et observés ». Rouch considère en effet « qu’à partir du moment où l’observateur devient un simple spectateur mêlé à d’autres spectateurs, à partir du moment, surtout, où il parle et comprend suffisamment la langue pour savoir tout ce qui se dit et y répondre parfois, il participe au même titre que ses voisins » (Rouch 1956 : 16).

14C’est également au cours de son étude sur les migrations des populations sahéliennes qu’il développe ses méthodes de collecte d’information. Il s’appuie sur l’application de trois types d’entretiens : des conversations directes avec les immigrants sur le lieu même de leur travail ou chez eux, des réunions générales regroupant divers groupes socioprofessionnels (dockers, ouvriers, mineurs, commerçants...) et des questionnaires systématiques, individuels puis collectifs, dans la région d’Accra. L’utilisation de questionnaires est prônée par Marcel Griaule qui considère qu’eux seuls permettent « une application [de] la méthode comparatiste » (Griaule 1957 : 38). Pour son enquête sur les migrations, Rouch s’appuie sur près de 500 questionnaires individuels. Bien qu’il reconnaisse que « les questionnaires écrits intimident et [que] les réponses sont souvent arbitraires » (Rouch 1956 : 10), il préconise leur emploi, car, dit-il, « c’est quand même le seul moyen d’obtenir des statistiques ».

15Au gré de ses recherches, l’ethnographe-cinéaste « invente » ses sources, afin d’obtenir des réponses aux problématiques qui se posent à lui. L’usage des statistiques faisant alors partie intégrante du métier d’ethnographe, il complète son corpus par l’utilisation de questionnaires collectifs, « moins impressionnants » (Rouch 1956 : 10) et qui, par conséquent, « semblent avoir donné les meilleurs résultats » (Rouch 1956 : 10). Les témoignages qui émanent des réunions collectives lui permettent « d’enregistrer les sentiments d’une communauté, mais surtout des plaintes et réclamations que les émigrants n’auraient jamais osé formuler en dehors du cérémonial du “meeting” » (Rouch 1956 : 10). Dans un souci constant de croiser ses sources d’information, il enregistre des « conversations particulières » qui lui donnent l’occasion de prolonger « l’enquête en profondeur » puisqu’elles restituent des situations particulières et « fourni[ssent ainsi] les recoupements indispensables » (Rouch 1956 : 10) à l’enquête. C’est un travail novateur : en 1954, la distinction entre les pratiques sociologiques et ethnographiques est encore une affaire d’institutionnalisation des disciplines.

16Dès son retour de Gold Coast, Rouch envisage de poursuivre son enquête. Il rédige, le 23 janvier 1956, l’avant-projet d’une étude systématique des migrations en Afrique occidentale. Ne voulant plus se cantonner à la seule colonie britannique, il envisage d’étendre son champ d’études à la Côte d’Ivoire. Le CNRS l’a en effet chargé de piloter, depuis Abidjan, une enquête de sociologie urbaine. Celle-ci débute en novembre 1956 et prend fin en mai de l’année suivante. C’est sous sa direction que trois jeunes chercheurs effectuent leurs premières enquêtes : Henri Raulin, Guy Le Moal et Suzanne Bernus.

17Après cette nouvelle mission, il rentre à Paris pour préparer l’enquêtepilote d’étude des migrations à Bouaké, en Côte d’Ivoire, qui reçoit du CNRS un accueil particulièrement élogieux :

  • 2 Rapport de Léon Pales. Dossier personnel de Jean Rouch. CNRS (910024/DPC).

L’étude de M. Jean Rouch et de ses collaborateurs peut être citée en exemple, car elle illustre la Recherche à la fois « pure » et « appliquée » et qu’elle implique de la part de ses auteurs la mise en jeu de quelques principes fondamentaux : l’intérêt scientifique et humain, les connaissances, la méthode et l’objectif ; enfin – dans le cas particulier – l’action en équipe de chercheurs appartenant à des nationalités et à des disciplines différentes, les Africains étant eux-mêmes étroitement associés à ces travaux2.

18Le CNRS charge Rouch de piloter l’enquête systématique en Côte d’Ivoire et au Ghana sur le thème qui l’occupe depuis quelques années déjà. Il devient ainsi le responsable d’apprentis chercheurs, tels que Marc-Henri et Colette Piault et Albert de Surgy, tous trois étudiants en psychologie sociale, et Suzanne Vianès, diplômée d’ethnologie, tout en dirigeant de jeunes chercheurs (de formation ou non) africains, nigériens pour la plupart. De janvier à juillet 1958, c’est en tant que directeur scientifique de la mission « Migrations » qu’il chapeaute la sous-mission en Côte d’Ivoire menée, sur place, par Surgy (février 1958-février 1959). Cette mission, comme les deux précédentes, est un projet conjoint avec la Commission centrale technique pour l’Afrique au sud du Sahara (CCTA) et le Comité scientifique africain (CSA). Créés respectivement en 1950 et 1949, ces deux organismes sont liés à des institutions telles que l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM), qui prendra le nom, en 1984, d’Institut de recherche pour le développement (IRD). La mission « migrations » ne prend fin qu’en août 1959 ; les mois qui suivent servent à l’analyse des données. Durant l’année 1961 sont organisées plusieurs manifestations destinées à faire connaître ces travaux de recherche d’une grande ampleur. C’est ainsi qu’a lieu, à Niamey, l’un des colloques organisés par la CCTA/CSA sur les migrations, duquel découlera la publication du premier rapport de l’enquête « Migrations » (Rouch 1961), faisant suite à l’édition, par le même organisme, d’un Rapport sur les activités de la mission Migration, en 1957, et à celle, par la Société des africanistes, d’un rapport de l’ethnologue sur les migrations au Ghana (Rouch 1956).

Étudier les migrations et les phénomènes d’acculturation en Afrique

19Ce n’est que dans les années 1950 qu’apparaissent, pour l’Afrique, les premières études sociologiques importantes, dont celles de Balandier : Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique sociale en Afrique centrale. L’auteur note, dès 1955, que la revalorisation de l’étude des peuples jusque-là considérés comme « primitifs » n’est pas la conséquence « d’une sorte de conversion généralisée [mais bien] le résultat d’une nécessité » (Balandier 1971 : 525). Donnée majeure de l’histoire de l’Afrique occidentale des années 1950, c’est bien tel que le phénomène migratoire s’est imposé, entre autres parce que ces migrations ont nourri une extraordinaire croissance urbaine. Pour Rouch, la confrontation à ce phénomène s’est accompagnée d’une réelle évolution de sa démarche. S’éloignant, de fait, de Marcel Griaule, Rouch a découvert de façon empirique une anthropologie dynamique, en analysant les processus d’acculturation, suscités par la mise en présence de plusieurs cultures. Parti de la question de l’émigration de certains Songhay, le chercheur a été amené à élargir son terrain pour enquêter dans les pays côtiers. C’est dans le cadre des missions effectuées pour le compte du CNRS, nous l’avons dit, qu’il a commencé à filmer la Gold Coast puis, quelques années plus tard, la ville d’Abidjan.

20L’enquête en Gold Coast (1953-1955) vise à étudier l’ensemble des dimensions de la migration songhay et zerma dans ce pays : comportements, itinéraires, durée et lieu de séjour, économie, relations entre migrants et avec les habitants locaux, mentalités, activités politiques et vie religieuse. Pour Rouch, il est inconcevable d’étudier les phénomènes d’acculturation « si on ne connaît pas, d’abord, ce qu’était cette société avant ces changements ». Rouch estime qu’« il faut dix ans de contacts répétés avec un groupe ethnique ou une région pour atteindre cette connaissance profonde, pour recueillir les mythes, pour comprendre la symbolique, sans lesquels toute étude esthétique [...] semble aujourd’hui illusoire » (Rouch 1967 : 25).

21L’enquête aboutit à un premier rapport intitulé Migrations au Ghana (Gold Coast) qui présente l’analyse des données récoltées sur le terrain (Rouch 1956). Il se compose de sept chapitres, traitant chacun d’un aspect ethnographique et/ou sociologique de la vie des migrants. Après avoir esquissé l’histoire des migrations depuis l’arrivée des Portugais au xve siècle et leur géographie, l’auteur s’attache à développer les aspects socio-économiques des migrations. Puis, deux chapitres sont respectivement consacrés à l’organisation religieuse et à la vie politique des émigrants.

22Il ressort de l’étude que le nombre de migrants issus des territoires français a doublé depuis 1948, pour atteindre près de 400 000 en 1954. L’âge moyen est de 28 ans pour les émigrants songhay dont 4 % seulement s’avèrent sédentarisés, et 71 % ont moins de deux ans de séjour. Les émigrants quittent leur pays à la fin de la saison des pluies, en octobre, pour revenir aux alentours du mois de mai, au moment du retour de ladite saison.

23Chez certains migrants nigériens, la religion d’origine – l’islam – se trouve renforcée avec l’émigration, tandis que d’autres développent des formes religieuses nouvelles. À côté de la persistance des religions dites « traditionnelles » existe une très grande diversité de mouvements religieux issus de syncrétismes que les phénomènes migratoires ont contribué à créer. Au-delà de l’histoire proprement religieuse, « c’est tout le mouvement social qu’ils éclairent, et ces innovations sont un moment du débat entre sujétion et liberté, entre tradition et modernité, institué par la situation coloniale » (Cocquery-Vidrovitch et Moniot 1974 : 241). De tels mouvements ont reçu, de la part des administrateurs et missionnaires, des jugements souvent péjoratifs, car « ils n’avaient pour eux ni le côté rassurant et familier, une fois domestiqué par l’anthropologie, des “sociétés traditionnelles”, ni les apparences d’une évolution moderne et efficace » (Cocquery-Vidrovitch et Moniot 1974 : 246).

24Rouch est ainsi l’un des premiers à s’intéresser aux évolutions des mythes et des cultes ancestraux qui apparaissent pendant la période coloniale. Le développement de nouvelles formes religieuses, tel que le culte des Hauka, qui se propagent très rapidement dans les faubourgs des grandes villes va, dès lors, constituer l’un de ses objets d’étude privilégiés. L’apparition de ces pratiques « culturelles » dans un contexte urbain pose la question d’un phénomène d’acculturation. Ayant vu le jour au Niger en 1926, le culte des Hauka se serait répandu en Gold Coast très rapidement, avec le phénomène migratoire. Il aurait été importé de la mer Rouge (Malia) par un paysan haoussa, ancien combattant de la guerre de 14-18, au cours d’un pèlerinage à La Mecque. Les nouveaux génies se seraient ensuite progressivement infiltrés auprès des jeunes gens du pays zarma-songhay. C’est ce que Rouch explique dans La Religion et la Magie songhay (Rouch 1960), et en introduction du film Les Maître fous, tout en rejetant l’hypothèse d’une fonction politique des Hauka (Olivier de Sardan 1993 : 174). Son étude naît d’une conjoncture spécifique : dans le cadre de son enquête en Gold Coast sur les migrations, Rouch découvre par hasard ce culte et en donne une restitution audiovisuelle dans le premier film marquant de sa carrière, Les Maîtres fous (1954). Il porte à l’écran la réunion, dans la périphérie d’Accra, de certains immigrés pour y effectuer une cérémonie dédiée aux Hauka, les génies de la force. L’essentiel de cette cérémonie repose sur des crises de possession collectives auxquelles se livrent ces émigrants originaires du Niger. Ayant indéniablement la forme et la valeur d’un témoignage audiovisuel, ce film constitue un pan essentiel de l’étude du phénomène d’acculturation. Toutefois, si les traces filmées du culte des Hauka à Accra dressent le constat d’une nouvelle pratique religieuse dont l’existence serait liée à une population immigrée, le processus d’acculturation n’y est pas questionné dans toute la complexité de la notion.

25Au moyen d’une caméra à ressorts Bell et Howell qu’il faut remonter toutes les 25 secondes, le film est tourné en deux jours. Damouré Zika est chargé d’enregistrer le son au moyen de l’un des premiers magnétophones portatifs, l’Acémahone, pesant entre 20 et 30 kilos et disposant d’une autonomie de près d’une demi-heure. Mais, très vite, se pose la question de l’intelligibilité des dialogues qui ne sont ni en zarma-songhay, ni en haoussa. C’est donc l’interprétation de la langue des Hauka qui sert à Rouch de base pour enregistrer son commentaire aux côtés de l’ingénieur André Cotin : « c’est par un commentaire off improvisé sur les images que Rouch explique, synthétise et bonimente ce spectacle qui nous est à la fois (absolument) étrange et (trop) familier » (Bluher 2005 : 65). La contextualisation permet de désamorcer le caractère étrange des phénomènes, tel qu’il peut apparaître pour un public (occidental) non familiarisé avec ces pratiques. En montrant l’enchevêtrement du cérémoniel et du quotidien, le film contextualise le spectaculaire. Rouch comprend très tôt l’importance du commentaire qui assume à la fois la fonction narrative et la contextualisation des images : c’est lui qui donne au public l’accès aux informations non fournies par l’image. Rouch devient médiateur.

Médiatiser les transformations socioéconomiques de l’Afrique des années 1950

26Au cours de la mission en Gold Coast (1953-1955), Rouch tourne les images d’un autre film : Jaguar. Illustration sur le mode fictionnel de l’enquête qu’il mène alors, le film opère un profond changement dans sa démarche de cinéaste-ethnologue. Tourné en 1954, il n’est terminé qu’en 1967, soit treize ans plus tard. Avec ce film, la fiction devient, pour Rouch, une entrée privilégiée pour pénétrer la réalité. Jaguar est un témoignage de l’impact de la colonisation sur les structures économiques et sociales dites « traditionnelles », susceptibles de disparaître.

27Une première version muette est montée dans le cadre de la mission du CNRS. Considéré comme le premier film d’« ethnofiction » de Rouch, Jaguar met en scène la réalité à la façon de Nanook of the North de Robert Flaherty. L’improvisation de l’expérience vécue est placée au cœur de la démarche : désormais, les « sujets » des films interviennent en tant qu’eux-mêmes. Une série d’éléments techniques de réalisation est alors convoquée pour servir ce genre cinématographique : le travail doit se faire en équipe non professionnelle, tandis que la caméra à l’épaule remplace le trépied, augmentant ainsi la dimension de l’improvisation. Le montage est essentiellement réalisé lors du tournage. Rouch revendique la porosité entre réel et fiction :

Pour moi, cinéaste et ethnographe, il n’y a pratiquement aucune frontière entre le film documentaire et le film de fiction. Le cinéma, art du double, est déjà le passage du monde du réel au monde de l’imaginaire, et l’ethnographie, science des systèmes de la pensée des autres, est une traversée permanente d’un univers conceptuel à un autre (Rouch 1992 : 44).

  • 3 Commentaire de Rouch, au début de Moi, un noir.

28Moi, un noir (1959) est le premier long métrage de Rouch à paraître sur les écrans, bien qu’il ait été tourné trois ans après les images de Jaguar (dont on a indiqué qu’il est sorti en 1967). L’expérience qu’il a acquise « aussi bien au niveau du tournage – en 1954 – que de la sonorisation » (Rouch 1996 : 53) de Jaguar conduit Rouch à entremêler davantage encore les genres cinématographiques. Moi, un Noir, qui se déroule à Treichville, la périphérie d’Abidjan, narre l’histoire de jeunes Nigériens qui ont quitté leur village et leur vie traditionnelle pour aller travailler à Abidjan — « la capitale de l’argent », selon les termes de l’un des protagonistes, Edward G. Robinson. Ils représentent la nouvelle classe sociale des faubourgs des grandes villes, une « jeunesse coincée entre la tradition et le machinisme3 ». Le spectateur découvre le quotidien du faubourg populaire de Treichville et des jeunes gens déracinés, à la fois fascinés et nostalgiques.

  • 4 Notons que les protagonistes ne jouent pas tout à fait leur propre vie, voire pas du tout, en ce qu (...)

29C’est une fiction qui n’en est qu’à moitié une, puisque le cinéaste demande aux protagonistes de jouer leur propre vie4. Les protagonistes ne sont pas des acteurs, tel Oumarou Ganda, docker ayant immigré. Il est à noter qu’il travaille déjà pour Rouch comme enquêteur-statisticien, lorsqu’il interprète le héros de Moi, un noir.

30Le film peut être considéré comme un document didactique visant à transmettre une réalité par la sensibilisation au quotidien de jeunes prolétaires nigériens. Il intègre résolument l’enquête sur les migrations qui tend, tout à la fois, vers un renouvellement profond des méthodes, de l’objet et des moyens de diffusion de la recherche.

  • 5 C’est notamment le cas lors de l’exposition de son œuvre photographique, présentée au musée de l’Ho (...)
  • 6 Les Villes tentaculaires (1895). Émile Verhaeren (1855-1916) est un poète belge de langue française

31C’est donc surtout au travers des films d’« ethnofiction » que Rouch témoigne de l’empreinte du phénomène de colonisation, tant dans Jaguar que dans Moi, un noir. Rouch a nommé les espaces urbains qu’il a étudiés au moment des décolonisations « villes tentaculaires5 » en référence, très probablement, au recueil de poésie écrit par Émile Verhaeren6, dans lequel cet écrivain blâme les villes qui s’agrandissent et « vident » les campagnes. La « vision de l’urbanité comme extérieure à l’Afrique “authentique” » (Goerg 2006a : 7) fait partie du discours occidental ambiant de cette époque, et qui s’est perpétué pendant de nombreuses décennies. Si cette dénomination a été employée par Rouch, ce n’est d’ailleurs pas tout à fait étranger à une telle idée.

32Jaguar et Moi, un noir s’ancrent – en partie, pour l’un, et entièrement, pour l’autre – dans des espaces urbains : Accra, Kumasi, pour le premier film, et Abidjan pour le second. Le processus d’urbanisation de l’Afrique occidentale s’est intensifié à la fin de l’époque coloniale (CoqueryVidrovitch 1988 et 1993 ; Goerg 2006a et 2006b), engendrant de profondes mutations sociales et politiques.

33Ces deux films peuvent être considérés comme d’intéressantes illustrations de l’implantation européenne qui s’effectue essentiellement à partir de villes et de ports appartenant à des espaces très riches de ressources naturelles, et aux conséquences socio-économiques qu’elle implique.

34Rouch décrit, dans ses films, l’urbanisation grandissante de l’Afrique côtière de l’Ouest. À propos de Treichville, quartier pauvre d’Abidjan, il dit dans Moi, un noir :

Là où il n’y avait que des marécages, se dresse aujourd’hui une ville aux rues et avenues d’angles droits comme New York ou Chicago.

35Comme l’a souligné Odile Goerg, « rares sont encore les analystes, à l’instar du géographe Jean Dresch, du sociologue Balandier ou du cinéaste Rouch, qui voient dans la ville le lieu de profondes mutations » (Goerg 2006b : 15). Tout en faisant le constat des transformations sociales et culturelles induites par l’urbanisation et les déplacements de population – champs privilégiés de l’anthropologie –, l’ethnographe cherche à restituer le phénomène de migration dans son contexte historique. Ainsi, dans Jaguar, son commentaire indique que le voyage s’accomplissait vers les régions côtières déjà pendant la période précoloniale. Lorsqu’il s’exclame que les protagonistes « marchent sur les traces de leurs ancêtres », le phénomène migratoire est replacé non seulement dans une profondeur historique, mais Rouch invite à le penser comme une pratique traditionnelle. La nouveauté tiendrait, d’après Rouch qui la condamne, à l’orientation économique du voyage. Si la Gold Coast était déjà perçue comme un pays mythique pour les populations du Sahel, la motivation de Damouré et de ses amis réside dans le caractère attractif que constitue la ville occidentalisée et une certaine « modernité » lui étant associée. Il s’agit de gagner de l’argent pour pouvoir acquérir de nouveaux produits de consommation, et susciter ainsi respect et envie de la part de ceux restés au pays. Se dessine aussi, d’après Rouch, un nouveau type de voyage initiatique, celui du héros des temps modernes.

Le désenchantement de la modernité : l’Afrique vue par Rouch

36Dans Jaguar ou Moi, un noir, Rouch n’aborde pas « directement » les questions de colonialisme ou de dépendance économique. Le cinéaste-ethnologue présente rarement une situation uniquement en termes de domination ou de pouvoir : il témoigne plus de la façon dont les individus réagissent dans ces situations de domination. Ce sont davantage les phénomènes d’uniformisation sociétale ou l’hégémonie de la civilisation occidentale pensée comme archétypale qui sont visés par son œuvre, dans le sens où ils tendent à lisser les différences culturelles et à leur substituer un modèle unifié, unique. Les dérives de l’occidentalisation sont pointées par les choix cinématographiques de Rouch.

37Dans Jaguar, Rouch, par l’intermédiaire de son protagoniste, dénonce, avec une légèreté de ton, l’exploitation de l’or par les Européens et, plus encore, le ridicule de leurs pratiques. L’argent est considéré par le cinéaste comme un élément de dégradation, qui fausse les rapports entre les êtres. Il critique l’individualisme qui semble avoir remplacé la cohésion sociale permise par les structures qu’il estime « traditionnelles ».

38La question de l’alcool est, elle aussi, convoquée à plusieurs reprises. Dans Moi, un noir, Robinson se débauche le samedi soir. Pourtant, il ne semble pas être tenu responsable par le cinéaste de son attitude : il est victime de la pénétration de produits importés d’Occident. C’est également le cas de Damouré dans Jaguar. Après le travail, il tente de se réconforter en absorbant un whisky ou un cognac, ce qui amène Illo, qui a rencontré son ami ivre, à s’exclamer : « Ce pays n’est pas bon pour nous ! » C’est d’ailleurs ce constat qui contribue à hâter leur retour dans leur région d’origine.

39Les héros rouchiens semblent ainsi confrontés à la coexistence de deux modèles de société, partagés entre l’attirance pour la représentation qu’ils se font de l’Occident et la conscience des conséquences que ce système « imposé » induit. Si les exemples cités précédemment – la problématique de l’argent ou la consommation d’alcool – traduisent une attitude de désaveu ou d’oppression, certains comportements, a contrario, révèlent une appropriation des codes du système colonial dépeignant un autre aspect du phénomène d’acculturation. Dans Jaguar, par exemple, Damouré est engagé dans une scierie et gravit rapidement les différents échelons de la hiérarchie, passant de simple manœuvre à contremaître. Son comportement se trouve radicalement changé par cette ascension sociale fulgurante qui lui donne le sentiment d’accéder à une forme de puissance, habituellement détenue par les seuls blancs. Il s’empresse d’ailleurs d’exercer son pouvoir : son attitude vis-à-vis des ouvriers est calquée sur celle que devrait avoir un colon à cette place. Ainsi, il se comporte comme une véritable brute, critiquant à tout va ses hommes, jusqu’à la caricature puisqu’il se met à hurler : « On ne peut pas travailler avec des nègres ! »

40Rouch semble considérer que les conséquences néfastes du pouvoir ne peuvent être que le fait d’Occidentaux, et que si elles atteignent les Africains – présentés comme un groupe homogène –, ce ne peut être qu’à cause de l’impact de la situation coloniale : Damouré est, semble-t-il, davantage considéré comme victime que comme responsable de sa propre propension à reproduire les inconduites des Blancs. Cette séquence met en évidence le phénomène de réappropriation par les élites africaines – ici économiques – et dénonce cette forme d’acculturation qui tend à « blanchir » les noirs. Après avoir affirmé son autorité, Damouré se doit de tenir son rang et donc de dépenser son argent pour mieux se montrer... Il peut enfin dire : « Je suis urbain ! » – avant de se vanter, cigarette aux lèvres, d’être devenu complètement « jaguar ». Le terme, qui provient du nom de la marque de voiture anglaise, renvoie directement au mythe de l’Occident.

41Moi, un noir est, selon Frédéric Delmeulle, « le premier film français [projeté] à représenter la colonisation au quotidien, en cette fin des années 1950... » (Delmeulle 1993 : 66), constituant « un tableau particulièrement sombre de cette société qui n’est déjà plus complètement coloniale : ces quelques Nigériens sont surexploités, et ils n’ont droit à aucun des rêves auxquels ils prétendent » (Delmeulle 1993 : 100). L’analyse comparée de ces deux films invite à penser que Rouch a davantage osé aborder les corollaires de la colonisation dans Moi, un noir que dans Jaguar ; les trois années séparant les deux tournages pouvant suffire à de profondes transformations des mentalités. C’est l’idée qu’esquisse Frédéric Delmeulle lorsqu’il discerne, dans l’échec de la première tentative de sortie de Jaguar, « le signe d’une certaine immaturité quant à la question coloniale »(Delmeulle 1993 : 100) à la fois « du cinéaste, du public, voire de la société ».

42Les différentes missions que mène Rouch, en Gold Coast et en Côte d’Ivoire dans les années 1950, s’emparent du phénomène migratoire dans ces régions. Si l’enquête se traduit par un certain nombre de documents écrits, elle s’est nourrie aussi du travail cinématographique de l’ethnographe. Les Maîtres fous, Jaguar et Moi, un noir illustrent ainsi un renouvellement profond des méthodes et des objets d’étude, tout autant que des modes de diffusion de la recherche. Véritable médiateur, Rouch, à travers la caméra, décrit en filigrane l’impact de la colonisation sur les structures sociales et culturelles de l’Afrique. Ces documents audiovisuels, ces traces filmées commentées par l’ethnologue-cinéaste montrent tantôt les formes conservées d’une société traditionnelle, tantôt les lieux d’acculturation. Si « les films “urbains” tournés en particulier en Côte d’Ivoire, sont des filmsconstats », pour reprendre l’expression de Piault, « on n’y verra cependant pas une approche des causes ou des conséquences, une mise en question directe de la colonisation ou du développement » (Piault 2000 : 204). Ce sont des témoignages qui portent à l’écran les relations complexes entre les traditions et la « modernité ».

Haut de page

Bibliographie

Balandier Georges, 1951, La situation coloniale. Approche théorique, Cahiers internationaux de sociologie 11 : 44-79.

Balandier Georges, 1955, France. Revue de l’ethnologie en 1952-1954, in William L. Thomas (ed.), Yearbook of Anthropology, Werner-Gren Fondation for Anthropologicla Research Incorporated, New York : 525.

Balandier Georges, 1971 [1955], Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique sociale en Afrique centrale, Paris, PUF.

Bluher Dominique, 2005, Du documentaire, de la fiction et de leur alliage, in Dominique Bluher, François Thomas (dir.), Le Court Métrage français de 1945 à 1968. De l’âge d’or aux contrebandiers, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Coquery-Vidrovitch Catherine, 1988, Villes coloniales et histoire des Africains, Vingtième siècle. Revue d’histoire 20 (1) : 49-73.

Coquery-Vidrovitch Catherine, 1993, Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel.

coQuery-vidrovitch Catherine, Moniot Henri, 2005, L’Afrique noire de 1800 à nos jours, Paris, PUF [1re édition : 1974].

delmeulle Frédéric, 1993, Le cinéma français et l’empire colonial, de Dien Bien Phu à la Nouvelle Vague : 1954-1958, in Frédéric Delmeulle, Stéphane Dubreil, Thierry Lefebvre (dir.), Du réel au simulacre. Cinéma, photographie, histoire, Paris, L’Harmattan.

Goerg Odile, 2006a, Villes d’Afrique : circulations et expressions culturelles, Afrique & histoire 5 : 7-14.

Goerg Odile, 2006b, Domination coloniale, construction de « la ville » en Afrique et domination, Afrique & histoire (5) : 15-45.

griaule Marcel, 1957, Méthode de l’ethnographie, Paris, PUF.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1993, La surinterprétation politique : les cultes de possession hawka du Niger, in Jean-François Bayart (dir.), Religion et modernité politique en Afrique noire, Paris, Karthala.

Piault Marc-Henri, 1997, Regards croisés, regards partagés, préface à Jean Rouch, Les Hommes et les dieux du fleuve. Essai ethnographique sur les populations songhay du Moyen Niger. 1941-1983, Paris, Artcom’ : 7-20.

Piault Marc-Henri, 2000, Anthropologie et cinéma : passage à l’image, passage par l’image, Paris, Nathan.

Rouch Jean, 1956, Migrations au Ghana (Gold Coast), Paris, Société des africanistes.

Rouch Jean, 1957, Rapport sur les activités de la mission Migration, London/Bukavu/ Lagos, CCTA/CSA.

Rouch Jean, 1960, La Religion et la Magie songhay, Paris, PUF.

Rouch Jean, 1961, Migrations en Afrique occidentale, premier rapport de l’enquête « Migration », Londres, CCTA/CSA.

Rouch Jean, 1967, Premier catalogue sélectif international de films ethnographiques sur l’Afrique noire : préface, Paris, Unesco.

Rouch Jean, 1992, La mise en scène de la réalité et le point de vue documentaire sur l’imaginaire, in Serge Toffetti (dir.), Jean Rouch et le renard pâle, Turin, Éditions du Centre culturel français de Turin/Cinémathèque de Turin.

Rouch Jean, 1996, Parole dominée, parole dominante. Entretien réalisé par Colette Piault, CinémAction 81 : 148-160.

Suremain Albane de, 2001, L’Afrique en revues : le discours africaniste français, des « sciences coloniales » aux sciences sociales, 1919-1964, Thèse d’histoire, Paris 7.

Tai Li-Chuan, 2001, L’Ethnologie française entre colonialisme et décolonisation (1920-1960), thèse de doctorat d’histoire, EHESS.

Haut de page

Notes

1 En particulier : l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), le musée de l’Homme et le Comité du film ethnographique (CFE), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Centre d’études linguistiques et historiques par la tradition orale (CELHTO).

2 Rapport de Léon Pales. Dossier personnel de Jean Rouch. CNRS (910024/DPC).

3 Commentaire de Rouch, au début de Moi, un noir.

4 Notons que les protagonistes ne jouent pas tout à fait leur propre vie, voire pas du tout, en ce qui concerne le marin italien, qui n’est autre que Edmond Bernus, que Rouch dirige dans le cadre de la mission du CNRS.

5 C’est notamment le cas lors de l’exposition de son œuvre photographique, présentée au musée de l’Homme, du 4 octobre au 31 décembre 2000 : Jean Rouch. Récits photographiques.

6 Les Villes tentaculaires (1895). Émile Verhaeren (1855-1916) est un poète belge de langue française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Gallois, « Migrations et acculturation dans l’Afrique de l’Ouest des années 1950 sous l’œil de Jean Rouch », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 96-111.

Référence électronique

Alice Gallois, « Migrations et acculturation dans l’Afrique de l’Ouest des années 1950 sous l’œil de Jean Rouch », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5317

Haut de page

Auteur

Alice Gallois

Lerass – Université de Toulouse 2 Jean Jaurès
Équipe Médiapolis – Grecom

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals