Navigation – Plan du site
Jean Rouch, ethnologue et cinéaste
Migrations, déplacements

Va-et-vient et circulation : la contemporanéité des travaux de Jean Rouch sur les migrations sahéliennes

Coming, Going and Circulating: The contemporaneity of Jean Rouch’s work on Sahelian migrations
Florence Boyer
p. 112-134

Résumés

Les travaux de Jean Rouch sur les migrations africaines restent peu connus, alors que cette thématique est présente autant dans ses produc-tions écrites que filmiques, et ce, dès les années 1950. L’objet de cet article est de montrer comment, par l’approche des migrations qu’il développe, par la description et une forme de défense des pratiques de va-et-vient, les travaux de Rouch sur les migrations sont, dans une lecture contemporaine, porteurs d’un positionnement politique qui s’appuie sur sa démarche scientifique et artistique. Il retrace les parcours des migrants saisonniers de la vallée du fleuve Niger vers Kumasi et Accra, en s’appuyant sur deux formes de discours. L’un, très normé, rend compte des enquêtes menées en 1953-1955, auprès de ces migrants à Accra. L’autre dessine une image de la migration marquée par la dimension épique. Le croisement de ces deux discours donne à voir le modèle migratoire sahélien, alors en passe de se stabiliser.

Haut de page

Texte intégral

1Moins connus que ses travaux sur le fait religieux, les travaux de Jean Rouch sur les migrations internationales africaines apparaissent à bien des égards comme précurseurs, autant en raison de leur précocité – les années 1950 –, que du type de migrations étudiées ou de l’approche de terrain et d’analyse adoptée. En France, le champ des études migratoires s’est structuré à partir des années 1970, s’intéressant alors surtout soit aux migrations internes, soit aux migrations internationales vers l’Europe. Les études africanistes n’échappent pas à cette logique : les travaux sur les migrations internationales y ont longtemps occupé une place marginale, et lorsqu’ils se sont développés, ils ont porté soit sur les migrations vers l’Europe, soit sur les logiques d’insertion urbaine des migrants. Pourtant, dans les années 1950, lorsque Jean Rouch se rend en Gold Coast pour y étudier le fait migratoire, tout comme aujourd’hui, ces migrations intra-africaines représentent l’essentiel du flux de migrants internationaux ouest-africains. Ainsi, y compris pour la période contemporaine, les travaux de Rouch restent originaux du seul fait qu’ils s’intéressent à ces mouvements entre le Sahel et la côte du golfe de Guinée, mouvements qu’il inscrit dans une histoire précoloniale et coloniale, montrant alors les liens forts entre ces espaces.

2Cependant, ses recherches ne se limitent pas au champ de ce que l’on nommera, plusieurs décennies plus tard, les études migratoires, mais s’inscrivent aussi à la croisée des études urbaines. Le fait migratoire est observé dans les espaces de destination, surtout urbains : Kumasi, Accra, Abidjan. Observer les migrations, c’est aussi observer des villes coloniales en train de se construire, de se structurer d’un point vue économique, résidentiel ou politique. La compréhension des migrants dans la ville coloniale constitue la clé d’entrée de Rouch dans ces espaces.

3L’analyse des modes d’insertion des migrants dans les espaces urbains, via le travail, le logement, les réseaux sociaux ne constitue qu’un aspect des travaux de Rouch. La connaissance qu’il a des espaces de départ, au Niger en particulier, permet d’adopter une perspective plus globale et de construire une « géographie des migrations » mettant en lien les espaces ici et là-bas, les individus du village à la ville. À contre-pied des études postérieures portant sur la migration ou la figure de l’étranger dans les capitales des pays côtiers (Antoine, Diop 1995), il mobilise son expérience nigérienne pour mettre à jour les effets et les conséquences des retours des migrants, de leurs absences et de leurs présences successives, au village comme en Gold Coast ou en Côte d’Ivoire. Cette approche globale est d’autant plus aboutie qu’apparaît une dimension encore peu présente dans les travaux contemporains sur les migrations : celle du voyage. Elle se décline tant du point de vue historique, par la construction de liens, de passerelles entre les mouvements précoloniaux et les migrations que Rouch observe, que de celui des expériences individuelles et collectives. Le déplacement est ainsi décrit tantôt sous des aspects techniques (les moyens et les conditions du déplacement), tantôt sous la forme d’un récit quasi épique, une aventure collective renouvelée par la pratique du va-et-vient. L’originalité des travaux de Rouch réside dans l’articulation des dimensions sociales, spatiales et temporelles des migrations.

4Dans cet article, notre objectif sera de mettre en évidence comment, par cette approche globale de la migration, par la description et une forme de défense des pratiques de va-et-vient, les travaux de Rouch sur les migrations sont, dans une lecture contemporaine, porteurs d’un positionnement politique qui s’appuie sur sa démarche scientifique et artistique. Plus globalement, alors que le contexte contemporain est marqué par la formalisation de politiques migratoires restrictives en Afrique de l’Ouest, comment un retour sur le modèle migratoire colonial et postcolonial tel que décrit par Rouch peut-il contribuer à alimenter la réflexion sur des pratiques de circulation et les liens qui unissent l’Afrique sahélienne à l’Afrique côtière ?

5Rouch s’est rendu en Gold Coast, la première fois, pour suivre les dynamiques d’un culte de possession (Rouch 1989), qui a été retranscrit dans Les Maîtres fous. À cette occasion, il a mené plusieurs enquêtes sur les migrations en Gold Coast, dont l’essentiel apparaît dans deux rapports de mission (Rouch 1954, 1956) ; ces rapports croisent des observations, des entretiens et des enquêtes quantitatives en milieu urbain ou sur les points de passage des migrants. J’aborderai ici le contenu de ces rapports, laissant de côté les aspects religieux de la migration, pour me centrer sur la manière dont il analyse à la fois le voyage, les conditions de travail, les modes d’organisation des migrants. Ces rapports seront mis en regard avec d’autres modes de récit, notamment les récits filmiques.

La structuration du modèle migratoire colonial : figure de l’émigrant, de l’aventurier et de l’exodant

Un système migratoire colonial ancré dans l’histoire africaine (de l’Afrique de l’Ouest)

6Les travaux ethnographiques de Rouch portant sur les migrations ont pour particularité d’ancrer ce phénomène dans l’histoire longue des mouvements de population en Afrique de l’Ouest, entre le Burkina Faso, le Mali et le Ghana actuels. Des logiques de continuité sont introduites entre les migrations saisonnières et des mouvements de population liés aux conflits et à la traite, à la mise en place des routes commerciales et à la colonisation. Ces logiques de continuité ne concernent pas seulement l’ouverture de voies et de routes, via la traite et le commerce, mais touchent aussi à l’histoire du peuplement de cette partie de l’Afrique de l’Ouest. Les deux rapports qui rendent compte de la plus importante mission ethnographique de Rouch en Gold Coast (Rouch 1954, 1956) débutent ainsi par une longue partie historique, intitulée « Esquisse historique des migrations », qui retrace l’histoire du peuplement de la Gold Coast, surtout des Northern Territories, avant l’arrivée des Portugais, pendant la présence portugaise (à partir du xve siècle) marquée par la traite, puis pendant les guerres de conquête de Samori et Babatu, à la fin du xixe siècle, avant de se terminer avec « l’occupation européenne, à partir de 1900 ».

7L’inscription des migrations contemporaines dans la continuité historique des mouvements de population entre le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Ghana actuels, permet de situer la démarche de Rouch dans une logique d’articulation de plusieurs formes de mobilité, chacune d’entre elles renvoyant à des temporalités et des rapports à l’espace originaux. Une convergence se construit progressivement autour de la consolidation d’un système migratoire colonial propre au Niger, qui reste toujours d’actualité, comme nous le verrons (Boyer 2005 ; Boyer, Mounkaila 2010). Ainsi, Rouch distingue trois formes de mobilité : celle consécutive à la guerre, celle consécutive à la traite et au commerce, et enfin les migrations proprement dites. Cette distinction, quelque peu artificielle dans la mesure où ces événements peuvent se dérouler de façon concomitante, permet de mettre en évidence à la fois des rythmes particuliers de mobilité, des formes originales d’installation et de peuplement. Sans qu’elles se positionnent dans une logique directe de cause à conséquence dans la construction des migrations de travail, elles ont été des éléments facilitateurs, participant d’un processus de familiarisation des populations du Niger avec des espaces lointains.

8Les différentes guerres évoquées par Rouch débutent au xve siècle, pour se terminer avec la pacification coloniale, au tournant des xixe et xxe siècles. Sans entrer dans le détail de chacun des conflits, il en ressort un point commun qui touche à la question migratoire. Ces guerres s’inscrivaient dans une logique de conquête de territoire, d’expansion depuis les premières migrations liées aux Wangara, c’est-à-dire à l’empire mandingue, jusqu’aux guerres de Samori et Babatu qui marquent la fin de la pacification coloniale, et l’installation des administrations britanniques et françaises. Ces différents conflits ont participé aux dynamiques du peuplement des territoires s’étendant entre le Mali actuel, le sud du Niger, le Burkina Faso, le nord du Ghana et du Nigeria. L’effet principal de ces conflits a été l’installation de petites communautés originaires de l’empire mandingue, du Zarmaganda, du pays haoussa, dans les Northern Territories en particulier ; Rouch note même que « ce sont donc les Wangara que l’on peut considérer comme ayant été à l’avant-garde des migrations actuelles en Gold Coast » (Rouch 1954 : 42). Les Wangara s’étaient installés dans les « Zongo », quartiers des étrangers, aux côtés des commerçants venus du pays haoussa ; à leur arrivée, les migrants ont aussi rejoint les Zongo. Ces petites communautés qui se sont consolidées grâce à la traite et au commerce tout au long des xviiie et xixe siècles constitueront des bases essentielles pour les migrations futures ; les Zongo notamment, malgré la destruction de certains, restent des relais importants pour l’organisation des migrations nigériennes vers les États côtiers, du Nigeria au Ghana, au Bénin ou au Togo (Spire 2011 ; Agier 1983 ; Bertrand 2010).

9Si ces différents conflits ont permis l’installation de communautés à l’extérieur de leur espace habituel, la traite et le commerce, qui se sont structurés au fil des siècles, ont permis non seulement l’ouverture de routes, mais aussi l’acquisition, pour certains, de compétences pour circuler dans le sous-continent. La traite, comme le commerce, sont mis en lien avec l’installation des Portugais, et des Européens plus largement, dans les ports de la Gold Coast, à partir du XV e siècle. Dans l’analyse qu’il fait de cette période, Rouch adopte une vision paradoxale des échanges entre le Sahel et les espaces côtiers, qui n’est pas sans lien avec la vision qu’il développe des villes et des populations côtières lors de son premier voyage à Accra (Rouch 2008).

Le débarquement portugais bouleversa en effet toute l’évolution historique de la Côte. Le pays se tournait vers la mer, donnait à la mer l’or et les esclaves, recevait de la mer les marchandises et les croyances européennes. [...] Ainsi, dès la fin du xve siècle, naissait « l’esprit de la Côte » : toute une partie de l’Afrique tournait le dos à l’Afrique (Rouch 1954 : 42).

10Rouch met ainsi en regard « deux Afriques » : l’une tournée vers l’Europe et les échanges, marquée par ce que l’on appellerait aujourd’hui des formes de métissage, l’autre qu’il qualifie « d’authentique », qui se construit et se structure à l’écart, ou du moins à distance des Européens, jusqu’à la conquête coloniale. Cependant, la mise en évidence de ces « deux Afriques » s’accompagne d’une description des échanges entre elles, via la traite et/ou le commerce ; autrement dit, une contradiction pointe, qui tient vraisemblablement à une lecture des changements sociaux consécutifs à l’arrivée des premiers Européens sur la côte, placée sous le signe de la perte d’une identité spécifique.

11Ainsi, pris par cette logique d’opposition entre « deux Afriques », Rouch ne présente pas les routes de la traite, puis commerciales, comme des éléments de continuité entre le Sahel et la côte. Elles sont présentées plutôt comme des traits d’union mettant en contact des sociétés différentes : ceux qui circulent, ceux qui contrôlent les routes, qui font payer l’impôt du passage et assurent la sécurité des caravanes. Plus que sur la manière dont ces différents groupes se complètent, s’associent, il insiste sur la construction de ce qui deviendra, au cours du xxe siècle, l’eldorado de la Gold Coast.

Si les itinéraires demeuraient contrôlés par la garde sévère des Ashanti, ils étaient cependant suivis par les conducteurs d’esclaves qu’accompagnaient d’autres marchands. La présence des Européens avait bouleversé bien des courants traditionnels : l’or ne remontait plus vers le Mali ou le Songhay, mais descendait vers les forts de la Côte d’où remontait le sel européen, qui venait concurrencer le sel de Taoudéni, transporté en plaques depuis Tombouctou ; les tissus européens commençaient à apparaître sur les marchés de l’intérieur, concurrençant les pagnes haoussa ou les étoffes ayant traversé le désert. Seul, le commerce de la kola demeurait inchangé. Ainsi, à l’occasion du commerce des hommes, se répandait lentement, dans tout l’Ouest africain, la réputation de Kumasi, Kintampo, Salaga et des richesses inépuisables des factoreries de la Côte (Rouch 1954 : 44).

12Malgré cette logique d’opposition entre une Afrique du Sahel et une Afrique côtière, ce trait d’union que constitue le commerce a non seulement permis l’ouverture de routes, mais aussi la circulation de produits, d’informations sur les lieux-relais de ce commerce, villes intermédiaires entre ces deux mondes. Le mythe de l’eldorado de la Gold Coast et des Northern Territories trouve son origine dans ces circulations anciennes.

13Ainsi, la mise à jour de continuités historiques entre les guerres, le commerce et les migrations, ne tient pas tant à la mise en lien de lieux, de groupes sociaux, qu’à la transformation de communautés déjà installées, de circulations déjà effectives, sous l’effet de la conquête et de la pacification coloniale. Les communautés anciennement installées se transforment en lieux d’accueil, potentiellement d’entraide, alors que le commerce laisse la place ou accompagne les circulations migrantes. L’histoire migratoire qui débute au tournant des xixe et xxe siècles se présente comme l’histoire d’une autonomisation d’une forme de mobilité par rapport aux précédentes ; ainsi, Rouch privilégie la description de la montée en puissance progressive des migrations sahéliennes vers les villes-relais du commerce. Si celles-ci le sont restées tout au long de la période, et le sont à bien des égards encore aujourd’hui, il n’en reste pas moins que cette approche mettant en lien migration et commerce inscrit les travaux de Rouch dans la lignée de travaux plus récents, développés surtout dans les années 1980-1990, tant sur le continent africain qu’en Europe. Ces travaux (Peraldi 2001 ; Tarrius 2002) montrent ainsi les continuités entre d’anciennes routes et pratiques commerçantes et des pratiques de migration. Interrogeant les catégories de commerçants et de migrants, elles montrent également les formes de porosité entre ces statuts, selon les moments de la migration et au long de la vie des personnes mobiles.

14Dans la démarche de Rouch cependant, la description de l’autonomisation des migrations internationales, en regard des mobilités commerçantes surtout, contribue à rendre compte d’un système migratoire original, celui qui relie le Niger – et pour partie le Mali – aux espaces côtiers du Ghana, plus tardivement de la Côte d’Ivoire, du Bénin ou du Togo. Toujours d’actualité, selon des formes quasi similaires (Boyer et Mounkaila 2010 ; Marchal et Quesnel 1997) à celles décrites dès les années 1920-1930, ce système migratoire s’appuie, d’une part, sur le caractère temporaire des mouvements et, d’autre part sur cette combinaison complexe entre des migrations reposant sur des nécessités économiques, l’habitude et la recherche de prestige.

15Afin de comprendre à la fois les logiques autour desquelles se structure ce système migratoire à l’époque de Rouch et sa pérennité, il est nécessaire de s’arrêter sur les catégories mobilisées pour désigner ceux qui pratiquent la migration. En effet, les termes employés varient selon les périodes, selon les locuteurs, bien que les uns et les autres se retrouvent pour dessiner cette figure du migrant nigérien : un homme, qui circule régulièrement entre son village et des espaces urbains, et qui pratique souvent le commerce lorsqu’il est en ville, soit par facilité d’accès, soit par refus d’un emploi stable.

Usage des catégories : aventuriers, migrants, émigrants, « Gold Coastiers », exodant ?

16Même s’il semble tomber doucement en désuétude, le terme exodant désigne, encore aujourd’hui, les migrants qui, tout au long de leur vie active, quittent temporairement leur village pour s’employer dans les espaces urbains du golfe de Guinée. L’origine de ce terme, particulier au contexte nigérien, n’est pas véritablement connue. L’hypothèse la plus probable est qu’il s’agit d’une déformation du terme exode, employé par les administrateurs coloniaux pour désigner ces migrations circulaires (Boyer 2005). L’émergence de ce terme, son passage dans le sens commun, au point qu’il renvoie à la figure même du migrant nigérien, n’est pas connue. Dans ses différents rapports concernant la Gold Coast, la Côte d’Ivoire, plus largement les migrations nigériennes en Afrique de l’Ouest (Rouch 1954 ; Rouch 1956 ; Étude des migrations en Afrique occidentale, 1961), Rouch ne fait, à notre connaissance, jamais mention de ce terme. Soit celui-ci n’était pas en usage dans les années 1950-1960 – ce qui est peu probable si l’on accepte l’hypothèse de son émergence pendant la période coloniale –, soit il lui a préféré d’autres termes, dont ceux d’émigrant, d’aventurier, ou de Gold Coastier.

17Dans son rapport de terrain de 1956, Rouch explicite clairement le choix du terme émigrant dans une note de bas de page :

J’emploierai le plus souvent le terme « émigrants » plutôt que celui « d’immigrants », l’enquête ayant peut-être été menée en territoire de destination, mais avec l’optique des territoires d’origine. C’est aussi la raison pour laquelle ils seront désignés par le nom de « Gold Coastiers » (Rouch 1956 : 36).

18Cette note a une double importance ; d’une part, elle se réfère à la distinction classique entre émigrant et immigrant, inscrivant la réflexion dans le champ classique des migrations. D’autre part, elle renvoie à la démarche adoptée et revendiquée par Rouch, à savoir interroger les migrations du point de vue des pays de départ, et non de celui des espaces d’arrivée. Nous reviendrons sur ce dernier point ; cependant, la revendication de cette démarche apparaît paradoxale. En effet, bien que cette étude aborde la question des relations aux espaces d’origine, notamment au travers de la question des transferts d’argent, elle porte exclusivement sur la manière dont les migrants nigériens sont installés en Gold Coast (conditions de travail, de logement, organisation politique...). Autrement dit, on se situe dans la perspective du pays d’arrivée et des conditions de vie de la communauté nigérienne dans ce pays. La revendication du point de vue du pays de départ ne concerne pas spécifiquement l’étude proprement dite, mais plutôt la manière dont Rouch a été amené à la faire, c’est-à-dire en suivant la route des migrants songhay du Niger jusqu’en Gold Coast. Bien qu’au fil des textes, le terme immigrant apparaisse à plusieurs occasions, vraisemblablement comme synonyme d’émigrant, cette volonté d’utiliser plutôt émigrant constitue un choix épistémologique, qui rejoint la manière dont Rouch envisage la ville coloniale et ces deux Afriques évoquées précédemment. L’intérêt de Rouch n’est pas directement cette Afrique urbaine et côtière, mais plutôt ces paysans nigériens qui se « débrouillent » dans les grandes villes. Sous la forme d’une quasi-épopée, Moi, un noir montre bien cet accent mis sur ce que les migrants disent et font de et avec la ville, et non sur ce que la ville fait d’eux. Cette dernière n’est racontée qu’au travers des yeux de l’étranger.

19Au-delà de ces catégories, dont les définitions étaient encore en passe d’être normalisées au moment où écrit Rouch, deux autres termes méritent davantage d’attention : celui de Gold Coastier et celui d’aventurier. Le terme de Gold Coastier est celui alors utilisé dans le sens commun au Niger ; ainsi, Damouré Zika, qui accompagna Rouch dans ses voyages, utilise uniquement ce terme dans son journal (Zika 2007). Gold Coastier fait explicitement référence à celui qui a l’expérience de la migration, dans une période où la Gold Coast était quasiment l’unique destination. Le terme est utilisé dans une logique de désignation d’un espace que Rouch qualifie lui-même d’eldorado ; ainsi, cette catégorie s’inscrit dans un système de représentations de la Gold Coast, comme un pays où l’on trouve ce que l’on n’a pas chez soi : les cotonnades européennes, les tissus... Se consolide alors progressivement, au fil des départs toujours plus nombreux, l’image « d’une ville plus riche que toutes les autres » (Rouch 1956 : 50). Cette représentation de la Gold Coast, et surtout de Kumasi et Accra, va perdurer jusqu’à la fin des années 1960, bien qu’aux indépendances, elle commence à être concurrencée par une autre destination, Abidjan. Les expulsions du Ghana en 1969, qui ont concerné plusieurs centaines de milliers de Nigériens, ont mis un coup d’arrêt brutal à ces mouvements (Bredeloup 1995), et Abidjan s’impose alors comme le nouvel eldorado pour toutes les populations de l’ouest du Niger et au-delà. On peut faire l’hypothèse que le terme de Gold Coastier disparaît à cette période, remplacé par celui d’exodant, qui désignerait exclusivement, dans un premier temps, les mouvements vers la capitale ivoirienne, son sens s’étendant progressivement pour désigner un type de migration particulier plutôt qu’une destination.

20Une autre catégorie revient, dans les écrits sur la Gold Coast. Moins utilisée que celle d’émigrant, elle apparaît surtout dans la description de la mise en place de l’habitude des départs en migration. Il s’agit de la catégorie d’aventurier : le terme désigne surtout les premiers migrants qui quittaient le Niger à pied, empruntant des routes non encore sécurisées, risquant d’être attaqués lorsqu’ils retournaient chargés de marchandises. À partir des années 1930, les difficultés du voyage et son caractère héroïque sont atténués par la construction de routes et le développement du transport par camion : l’habitude de partir est instituée, et la connaissance, l’expérience de la route, si elles contribuent au prestige de celui qui migre, ne constituent plus vraiment une aventure. Le terme revient cependant, dans la description faite de la fermeture de la frontière de la Gold Coast pendant la Seconde Guerre mondiale : si les migrants continuent à partir, le passage clandestin de la frontière leur redonne un aspect héroïque. À la fin de la guerre, le système se remet en place :

[D]ès l’ouverture des frontières, ce fut un nouveau « rush » vers la Gold Coast. Le développement général des transports routiers facilita encore les migrations. Avec le transport automobile, tous les risques du voyage étaient terminés, mais il restait aux émigrants le combat journalier dans les villes ou les mines, l’attrait de l’inconnu (car aucun Gold Coastier ne révèle les secrets d’Accra ou de Kumasi), le mythe de l’Eldorado, le prestige du marché de Kumasi et des boutiques d’Accra. Pour se marier au Niger ou au Soudan, un jeune homme continua à montrer sa hardiesse et son habileté en ramenant de Gold Coast les pagnes et les imprimés de la dot (Rouch 1956 : 56).

21L’aventure, au sens de partir, prendre des risques dans un voyage vers l’inconnu, disparaît au profit d’une mise en avant de l’adaptation des migrants au nouvel environnement urbain, à un type de travail autre. La migration n’en reste pas moins une forme de passage, d’épreuve qu’un jeune doit vivre pour acquérir un statut social. Cette représentation de la migration, qui s’écarte d’une vision économique, traverse l’ensemble de la littérature scientifique sur les migrations africaines jusqu’à aujourd’hui (Bardem 1993 ; Timera, 2001 ; Bredeloup, 2014 ; Amselle, 1976) ; d’autant plus qu’elle reste forte, y compris dans les villages du Gorouol ou du Zarmaganda nigérien (Boyer et Mounkaila, 2010), où partir est le passage obligé des jeunes hommes.

22Contrairement à ce que l’on constate dans d’autres espaces ouest-africains (Bredeloup 2014), la catégorie aventurier reste peu utilisée dans le contexte nigérien, celle d’exodant lui ayant été préférée dans le sens commun. Cependant, elle peut se retrouver dans la période contemporaine, renouvelant cette représentation d’un voyage potentiellement dangereux, à l’image de celui des premiers migrants, pour désigner des migrations soit vers la Libye, soit vers des espaces peu connus, peu explorés par les Nigériens. À l’inverse de celle d’exodant, elle porte une dimension individuelle de la migration, mettant en avant une forme d’accomplissement de cet individu par le voyage (Bredeloup 2014).

23Ainsi, que ce soit par l’approche historique mobilisée, les catégories utilisées pour énoncer la migration et les représentations dont elle est porteuse, Rouch donne à voir le système migratoire qui se structure dans la première moitié du xxe siècle. Dès cette période, les départs vers la Côte entrent dans une logique d’habitude, qui autorise à sortir d’une vision de la migration uniquement déterminée par les aspects économiques, ou les rythmes particuliers du travail au Sahel. Cette dernière dimension conserve une portée contemporaine forte, dans la mesure où si les rythmes des mobilités, les destinations ont pu évoluer au cours des décennies selon diverses conjonctures, les départs sont ancrés dans les sociétés, au Niger, le fait de migrer étant un élément constitutif de ces sociétés (Boyer et Mounkaila 2010), au-delà du seul monde songhay qui intéressait alors Rouch. Dans cette perspective, la ville espace de destination, fréquentée et habitée temporairement, connue uniquement par une partie des membres de ces sociétés, devient un lieu d’appartenance, de référence à distance pour l’ensemble des groupes ; elle se construit d’un côté sur des pratiques, notamment de travail et de modes d’organisation, et, de l’autre, sur des représentations, oscillant entre le secret et l’émancipation possible.

Les migrants dans la ville : espace du travail et de la fable

24Dans ses carnets de mission 1946-1951 (Rouch 2008), Rouch porte un regard dur sur la ville de Lomé et ses habitants, première ville côtière dans laquelle il se rend en 1950 :

Qu’on nous comprenne bien, nous venions de ces brousses du Nord, où la confiance était la seule attitude possible, où les hommes que nous côtoyions nous paraissaient de vrais hommes sans doute très différents de nous, mais forts de cette différence même, et nous tombions soudainement sur des Noirs dont la seule caractéristique évidente semblait être de nous caricaturer. Je n’oublierai jamais le véritable ébahissement qui nous prit, au lendemain de notre arrivée à Lomé, lorsque nous vîmes des fenêtres de l’Hôtel du Golfe un défilé de garçons et de filles habillés en étudiants anglais : c’était une chorale protestante se rendant à une répétition (Rouch 2008 : 159).

25Si après avoir assisté à une cérémonie de chants donnée par cette même chorale, il revint sur ces propos, il n’en reste pas moins qu’il prolonge et donne à voir cette coupure historique entre une Afrique côtière tournée vers la mer et une « Afrique des savanes ». Il se positionne en quelque sorte du côté des migrants, adoptant leur regard sur un monde étranger.

26Les écrits, comme la filmographie, sur les espaces urbains, lieux d’installation des migrants, reprennent cette même perspective. Rouch donne à voir la ville et la vie des migrants en Gold Coast, n’évoquant les relations avec les populations locales que dans les descriptions du travail, les réduisant alors à des employeurs ou aux autorités coloniales. Cette ville des migrants est aussi, d’un côté, l’espace qui est gardé secret, et, d’un autre côté, l’espace d’une émancipation, d’une autonomisation possible. Cette ville émancipatrice, porteuse d’un imaginaire touchant la fable, se retrouve surtout dans la filmographie, notamment dans Moi, un noir et dans Jaguar.

27Ainsi, dans la manière dont il aborde les migrants dans la ville, Rouch assume toujours son regard d’ethnologue de l’espace de départ et du fait migratoire, et non d’ethnologue de l’urbain. Deux éléments de la description des migrants dans la ville font ressortir particulièrement cette approche : d’une part, le travail qui est quasi systématiquement questionné en lien avec la circulation, et, d’autre part, l’ambivalence entre une ville espace d’émancipation et une ville qui reste secrète pour ceux qui ne migrent pas.

Le travail : description des filières et des figures de la migration nigérienne

28Bien que la migration soit devenue progressivement une habitude, voire une norme sociale, les Gold Coastiers partent aussi pour « chercher quelque chose » et pouvoir rentrer dans leur village auréolés d’un certain prestige. L’accès au travail constitue donc un élément fondamental pour la réussite du séjour en Gold Coast. Les rapports de mission qui rendent compte des enquêtes menées de 1953 à 1955 décrivent très finement les différents types d’emploi occupés par les migrants en Gold Coast, selon une distinction classique entre le travail salarié et le travail indépendant, essentiellement le commerce. Au-delà des aspects touchant aux conditions de travail, aux revenus, on peut retenir deux éléments qui participent à la construction de ce qui est déjà et deviendra encore plus, à partir des années 1960-1970, le particularisme des migrations nigériennes. En effet, quel que soit le type d’activité, il ressort, d’une part, que les migrants choisissent leur activité, peuvent en changer et, d’autre part, que, quel que soit le type d’activité dans lequel ils sont engagés, le retour régulier dans leur village d’origine constitue un trait fondamental :

La répartition en Gold Coast se fait suivant des règles subtiles qui mêlent les goûts personnels, les coutumes, les habitudes et les conditions économiques. Les facteurs purement géographiques importent vraiment peu : il est complètement égal aux immigrants de passer leur séjour au bord de la mer, dans la plaine, la montagne ou la forêt ; ils viennent là où il y a du travail, de l’argent, et surtout où ils retrouvent des compatriotes (Rouch 1956 : 75).

29Ce constat introduit ce que l’on appellera plus tard des filières migratoires (Simon 1995), c’est-à-dire une organisation fondée sur le partage d’un même espace d’origine, de liens familiaux, amicaux ; organisation qui facilite l’accès au travail, au logement, à des systèmes d’entraide, associé généralement à des spécialités. Ainsi, Rouch est le témoin de l’émergence, à Accra ou à Kumasi, de villages ou de quartiers portant le nom du village d’origine au Niger ; cette concentration géographique, dans la ville, des migrants, guide bien sûr leurs itinéraires et a donné lieu à des spécialisations en termes d’activité. L’organisation des migrants, d’un côté, et la dimension du choix, de l’autonomie de l’individu-migrant, d’un autre côté, participent du relatif échec des systèmes de recrutement officiel, pour les mines d’or, par exemple. La migration nigérienne se distingue alors de la migration burkinabè, celle-ci étant marquée par des recrutements, parfois forcés, de main-d’œuvre pour la Côte d’Ivoire (Étude des migrations en Afrique occidentale 1961) ; cette différenciation des migrations s’accentuera, par la suite, au fil des décennies. Y compris quand les Nigériens se sont tournés vers la Côte d’Ivoire, ils ont conservé l’autonomie de leurs mouvements, acquise par le biais des expériences migratoires en Gold Coast. Contrairement aux Burkinabè, ils ne se dirigeront que très marginalement vers les espaces ruraux, privilégiant Abidjan où ils se spécialisent dans le commerce.

30Dans la description du salariat, notamment du travail dans les mines, comme du commerce, l’accent est mis systématiquement sur la nécessité qu’il y a à envisager le séjour des migrants comme temporaire, à favoriser leur retour régulier dans leur espace d’origine. Cette question de la circulation des migrants est discutée sous la forme de suggestions :

[E]lles [les mines] ne doivent pas chercher à fixer artificiellement des gens qui ne veulent pas l’être, mais s’efforcer de s’attacher une main-d’œuvre continuellement mobile, c’est-à-dire favoriser les allers et retours fréquents (4 mois tous les 2 ans) entre la mine et les villages des mineurs ; ainsi, les cultures seront faites et les chefs de villages, au lieu d’interdire le départ des jeunes vers les mines, les encourageront (Rouch 1956 : 98).

31Une telle perspective va à l’encontre des logiques du salariat et d’une vision des espaces urbains comme espaces de sédentarisation des populations sous la forme d’un exode rural. L’originalité de la démarche de Rouch, liée à la perspective qu’il adopte de l’espace de départ, est de prôner non la sédentarité, qui était pourtant une obsession coloniale, mais plutôt la reconnaissance de la particularité du Sahel, dont les systèmes de production se sont construits dans la complémentarité entre des ressources issues des espaces locaux et celles issues des mobilités. D’autres auteurs, dont les travaux ont porté exclusivement sur le Sahel, ont pu mettre en avant l’originalité de ces systèmes de production (Gallais 1975 ; Olivier de Sardan 1984) ; l’apport de Rouch est d’avoir observé ces systèmes des deux côtés de la chaîne migratoire.

32Aux côtés de la description des différentes formes de salariat, est mise en avant l’activité commerciale, celle-ci étant observée à la fois du point de vue des commerçants itinérants, que Rouch associe aux migrants, et de celui d’une activité développée en milieu urbain. On peut s’attarder sur la figure du nyama nyamaze, dans la mesure où elle a traversé le temps jusqu’à aujourd’hui et où elle n’est pas spécifique à la Gold Coast. Le nyama nyamaze est un commerçant ambulant ou disposant d’une table dans un marché ou au bord des rues ; il vend des marchandises de valeur réduite, de la pacotille.

Le métier du nyama-nyama est l’idéal des jeunes Zabrama. En effet, il assure une existence peu fatigante et très estimée, laisse une très grande liberté et n’exige pas une mise de fonds importante. Un « nyama nyama izè » peut vendre son fonds à un camarade, et partir sur l’heure. C’est un commerce fort important, car l’Africain préfère acheter dans la rue plutôt qu’entrer dans un magasin. Ses prix sont souvent inférieurs à ceux des boutiques, car il n’y a pas de frais d’installation (Rouch 1956 : 117).

33Le terme de nyama-nyama, avec des déformations sonores selon les lieux, se retrouve aujourd’hui dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest, désignant à la fois un type de marchandises de peu de valeur, et ceux qui en assurent la vente dans les rues. Du Nigeria à la Côte d’Ivoire, la figure du « nyama nyama izè » reste celle du migrant circulaire nigérien, qui apparaît pendant quelques mois avant de disparaître vers son village, pour revenir ensuite. En Côte d’Ivoire, il est désigné aussi sous le terme de garba (prénom courant au Niger), terme qui en est venu à qualifier un plat d’attiéké, servi uniquement avec de l’huile et un œuf dur ; plat le moins cher vendu dans la rue, le garba a été créé et commercialisé par les migrants nigériens. Ainsi, du nyama-nyama au garba, se construit au fil des décennies à la fois un mode d’organisation des migrants nigériens, mais aussi une figure originale dans le champ des migrations internationales en Afrique de l’Ouest. Engagés dans des formes de circulation, ces migrants sont réticents à accepter des emplois salariés ; comme ils disposent de peu de moyens lorsqu’ils arrivent à destination, le petit commerce de rue est pour eux une voie facile d’accès au travail – bien que ce commerce ne génère que des revenus modiques –, avec un minimum de contraintes, au sens où il facilite la circulation. L’insertion dans ce type d’activités est d’autant plus facilitée qu’elle peut s’appuyer sur la présence de communautés nigériennes installées dans les villes côtières, et sur des filières migratoires anciennes.

La ville, espace d’émancipation et du secret

  • 1 Je n’aborderai pas ici Les Maîtres fous, film qui porte aussi sur la migration, mais en se centrant (...)

34Aux côtés du travail, et en lien avec celui-ci, la migration comme la vie en ville constituent deux expériences originales, mettant en jeu l’organisation sociale. Malgré une organisation des migrants en filière et réseaux migratoires, une installation en ville organisée autour de la communauté, la distance par rapport au village, espace d’origine, induit des changements. D’une part, la ville est un espace d’émancipation, ne serait-ce que parce que les migrants sont à distance de leurs aînés, des systèmes hiérarchiques qui prévalent dans leur village ; elle est un espace où l’anonymat est possible, un espace où se pose la question de l’expérience de l’altérité. D’autre part, l’expérience migratoire et urbaine est associée, via le retour, à l’acquisition d’un prestige ; parallèlement, le quotidien des migrants en ville peut être marqué par une certaine rudesse, des logiques de choix ou de contraintes qui ne seraient pas autorisées dans les villages. Ainsi, l’expérience migratoire est entourée d’un certain secret ; elle n’est pas racontée au village, mais simplement montrée via les marchandises, les biens ramenés avec soi. Ces deux éléments que sont l’émancipation et le secret sont abordés autant dans les rapports de mission de Rouch que dans sa filmographie, notamment dans ses principaux films sur la migration vers la côte : Moi, un noir et Jaguar1.

35Cette relation ambivalente entre émancipation et secret se retrouve dans le rapport au travail. Dans la longue liste que dresse Rouch des métiers exercés par les migrants en Gold Coast, à plusieurs reprises, il fait référence à la honte attachée à certains types de travail, alors que d’autres sont plus valorisés. Par exemple, alors que le travail à la mine est entaché de honte, celui de l’agriculture ne l’est pas. Le premier est un travail de force, salissant, alors que le travail de la terre est identique à celui du village, bien qu’il soit peu valorisant pour cette dernière raison. Le travail de pousseur de charrette est également associé à la honte. À l’inverse, les métiers du commerce sont ceux qui jouissent du plus grand prestige. Aujourd’hui, cette question de la honte liée à certaines activités est encore présente dans les récits des migrants, mais il manque toujours une étude approfondie sur les logiques d’association entre honte et travail, et les dimensions symboliques qu’elles recouvrent. Il n’en reste pas moins que cette dimension qu’est la honte participe de la construction du secret autour la migration ; si la honte est acceptable entre pairs, dans une logique de connivence et de partage d’expériences, elle ne peut être divulguée au village, devant les parents, les épouses, les sœurs... au risque de perdre le prestige que les migrants sont pourtant partis chercher. Cette question de la honte reste posée à l’échelle du groupe des migrants, sans distinction de catégories sociales alors même que celles-ci peuvent influer sur les représentations sociales de la honte, particulièrement dans des sociétés marquées par les traces de l’esclavage (Olivier de Sardan 1976, Boyer 2005).

36Au fil de leurs expériences à l’extérieur, l’émancipation des migrants tient à l’émergence de formes d’individualisme qui seront analysées plus tardivement (Marie 1997 ; Timera 2001). La possible transgression des règles qui ont cours au village, l’accès à un travail et à une capacité d’épargner pour soi et pour préparer son retour sont autant d’éléments participant de cette émancipation via la migration et la vie en ville. Celle-ci n’entre pas en contradiction avec les formes d’organisation qui se construisent sur place : désignation de chefs, entraide, vie en commun selon des regroupements par village d’origine... En effet, ces formes d’organisation renvoient non pas tant à la reproduction de normes qu’à la construction d’autres normes, propres à la ville. La connivence qui rassemble les migrants autour de cette expérience commune autorise autant la transgression que l’insertion dans un système différent de normes. En migration s’invente un autre monde, les migrants deviennent autres et font, dans le même temps, l’expérience de l’altérité. Le film Jaguar reflète en partie cette expérience du devenir autre :

[L]es personnages sont les protagonistes d’une fiction qui ne dit pas son nom, plus précisément, Jaguar est l’équivalent d’un essai romancé. Le modèle idéal de Rouch, explicité dans Petit à petit, c’est les Lettres persanes de Montesquieu. Lam, le berger peulh, Illo, le pêcheur bozo et Damouré, l’écrivain public songhaï sont, comme les créatures de Montesquieu, des chargés de mission. Quelle mission ? Quitter leur village, s’éloigner de leur lieu habituel, aller loin. Pour quoi faire ? Pour être quelqu’un d’autre (Scheinfeigel 2008 : 76).

37Ces personnages, compagnons de tous les voyages de Rouch en Gold Coast et au Niger, jouent et réinventent le voyage qui les mène en Gold Coast ; ils mettent en scène l’expérience migratoire, se positionnant tour à tour comme migrant, comme ethnologue. De la même manière qu’Oumarou Ganda, dans Moi, un noir, qui se fait guide à Abidjan, relate une sorte d’épopée urbaine, le récit qui se construit ne vise pas à transcrire la réalité de l’expérience migratoire ; tout comme le style de Rouch dans ses rapports de mission de 1954 et 1956 prend un tour plus lyrique lorsqu’il en vient à décrire les premiers migrants qui découvrent les marchés de Kumasi ou d’Accra. Dans ces différents récits, l’imaginaire rencontre la réalité ; Maxime Scheinfeigel présente le cinéma de Rouch comme « une volonté de nier l’opposition de ces deux pôles, de les unir [...] au point de les rendre irrécusables grâce à la justesse et à l’adéquation du mélange » (Scheinfeigel 2008 : 20), ces deux pôles étant « la vérité vraie » et « la vérité inventée ». Une telle analyse peut être reprise, non pas tant pour comprendre le mode de récit de Rouch, mais plutôt celui adopté par les migrants, qu’il se charge de retranscrire et de donner à voir. Cette dimension fabuleuse du récit se retrouve également dans le journal de Damouré Zika – d’Accra, il dit : « Nous arrivons dans cette grande ville, plus grande que celle de Dakar, des innombrables boutiques, des jolis marchés, Accra est beau, des voitures sans nombre » (Zika 2007 : 33).

38Ces différents récits, produits par Rouch lui-même, par ses accompagnateurs, personnages de ses films, entretiennent en définitive du secret autour de l’expérience migratoire, en mettant l’accent sur sa dimension épique, sur le merveilleux et le fabuleux. Ils fonctionnent en écho de certaines chansons populaires qui, au fil des décennies, ont célébré les charmes des villes côtières, d’Accra et d’Abidjan. Ainsi, si les rapports de mission de 1954 et 1956 donnent à voir une certaine réalité de la migration, par la finesse des descriptions, la précision des multiples comptages qui ont pu être effectués, ils sont contrebalancés par ces mises en scène des expériences migratoires et urbaines, inscrites dans le fabuleux et l’épopée. En suivant les migrants depuis le bord du fleuve Niger, Rouch a fait siennes leurs habitudes, il a partagé leur expérience et leur connivence.

39Ces différents récits peuvent être mis en regard d’un film plus récent, Koukan Kourcia. Le cri de l’alouette. Si le réalisateur Elhadji Magori Sani emprunte la même voie que les migrants, entre un village de l’Ader et Abidjan, il prend le parti inverse de Rouch. Accompagné de la Zabaya Hussey, chanteuse populaire qui a vanté la gloire d’Abidjan dans les années 1970, il part chercher son père, mettant à mal, tout au long du film, les discours épiques sur la migration qui ont traversé les décennies. Par là, il brise ce secret entretenu autour de ce qui se passe réellement là-bas. Cependant, ce film ne se présente pas comme un récit critique de la migration, mais plutôt comme un récit de la nécessité du retour, le réalisateur rappelant lui-même pendant le film que, même si l’on part, il faut toujours revenir.

Circuler, « aller chercher » : l’actualité des travaux de Rouch sur les migrations nigériennes

Cette pauvreté relative du Songhay peut expliquer les très importantes migrations saisonnières des jeunes gens et des hommes de ce pays vers l’étranger, en particulier vers la Gold Coast. En dehors de toute idée de gain, la migration de Gold Coast a des causes plus profondes, c’est une véritable épreuve de jeunes gens (qui ensuite y prennent goût). Dans toute la région de Tillabéry-Ansongo, un jeune homme, pour se marier, doit avoir été au moins une fois à Koumassi ou à Accra, et en avoir rapporté des pagnes de couleur. [...] Sur place, les Songhay laissent volontiers le travail des mines aux Mossi et préfèrent les petits métiers de la ville (dockers, manœuvres, marchands de bimbeloteries, de tissus...). Pour tous ceux qui sont allés à Koumassi et Accra, ces villes sont des sortes de La Mecque, des creusets de nouvelles religions, en particulier des danses de possession (Hauka) (Rouch, 2005 : 44-45).

40Cette longue citation, d’un ouvrage paru en 1954, résonne étrangement dans la période contemporaine. En effet, des travaux menés au Niger dans les années 1990-2000, sur les migrations circulaires (Mounkaila 1998 ; Boyer 2005) dans le Zamarganda et dans la région du Gorouol, pourraient reprendre à leur compte l’essentiel du propos, hormis la référence finale aux danses de possession, l’Islam occupant aujourd’hui la place.

41La dimension de la pauvreté reste indéniable dans cette région, comme dans l’ensemble du Niger, pour expliquer les départs ; elle est même sans doute plus accentuée que dans les années 1950, les périodes de disette, la succession des famines (1970-1980) se faisant de plus en plus fréquentes. Également, l’accès à la terre est limité par la croissance de la population. Aujourd’hui, comme dans les années 1950, les jeunes hommes n’ont d’autres choix que de partir pour se marier – certes, pour des raisons économiques, à savoir rassembler l’argent et les biens indispensables au paiement de la dot, mais aussi pour des raisons symboliques. La migration reste cette « épreuve » que tout jeune homme se doit d’expérimenter pour devenir un homme, acquérir statut et prestige social. La continuité ne s’arrête pas là, mais touche à maints aspects du fait migratoire. Dans les espaces urbains, qui ne sont aujourd’hui plus seulement Accra ou Kumasi, mais Lomé, Cotonou, Lagos, Tripoli ou Dakar, les migrants nigériens restent des commerçants, avec des spécialités différentes selon leur région d’origine, l’histoire migratoire, les possibilités d’insertion dans les lieux de destination. Dans les années 2000, les Songhay et les Bellah de la vallée du Gorouol occupaient toujours une rue de Treichville à Abidjan, où ils vendaient des planches de bois. La lecture contemporaine des travaux de Rouch permet de mettre en évidence le rôle fondateur de cette histoire migratoire qui a débuté au début du xxe siècle ; tout se passe comme si les migrants nigériens avaient trouvé, dès les années 1930, leur modèle migratoire. Cette reproduction du modèle migratoire pendant environ un siècle peut avoir un aspect déroutant pour le chercheur aujourd’hui, d’autant plus si l’on regarde du côté du Sénégal ou du Mali, où les dynamiques de changement ont pu être fortes.

42Deux éléments peuvent être mis en avant pour tenter de comprendre cette pérennité du système migratoire. Contrairement à ce qui a pu se passer dans ces deux derniers pays, les migrants nigériens reviennent régulièrement dans leur village, ne s’installant que rarement à l’étranger. Surtout, la migration d’origine rurale reste majoritairement masculine, rares étant les hommes qui parviennent à négocier la venue de leur femme et de leurs enfants en migration. Le maintien des familles dans les villages concourt largement à ces retours réguliers, bien que les durées de présence à l’étranger s’allongent. En effet, alors qu’à l’époque où Rouch écrit, les migrations étaient surtout saisonnières, aujourd’hui, les hommes restent absents pendant deux ans, trois ans, voire plus, s’inscrivant dans une logique de migration circulaire. Le fait que les migrations nigériennes restent de proximité, c’està-dire concernent surtout l’Afrique de l’Ouest, la Libye, l’Algérie, plus récemment l’Afrique centrale, participe aussi de la régularité des retours. Cependant, aucun de ces éléments ne suffit à comprendre la poursuite des va-et-vient, même si l’on peut invoquer aussi le poids des hiérarchies sociales, qui induit un contrôle fort sur les individus. Peut-être faut-il alors en appeler à cette dimension symbolique de la migration, que Rouch met beaucoup plus en avant que la dimension économique, en anthropologue des religions qu’il était. En effet, si partir constitue un moyen d’acquérir statut et prestige social, celui-ci n’est reconnu qu’au moment du retour. Autrement dit, la dimension épique, d’épreuve de la migration n’a de sens que pour ceux qui restent en arrière, par le biais du retour.

43Le retour est aussi le moment où s’articulent les dimensions symboliques et économiques de la migration. En effet, l’acquisition du prestige, la reconnaissance de l’épreuve accomplie, passe par la distribution des gains de la migration à ses proches, y compris « en amont », par l’envoi d’argent. Dès les années 1950, les envois d’argent étaient réguliers.

Les « Gold Coastiers » se sont d’ailleurs créé eux-mêmes cette obligation d’envoi d’argent : à force de parler, au retour, de la vie opulente qu’ils menaient en Gold Coast, leurs auditeurs sont devenus persuadés qu’il leur est facile de leur envoyer de l’argent (Rouch 1956 : 136).

44Hier comme aujourd’hui, ces envois permettent de payer l’impôt, de faire face à des dépenses imprévues, de santé, par exemple, ou de surmonter une période de forte disette ou de famine. Cependant, seul le retour consacre véritablement la réussite du migrant aux yeux de ceux qui sont restés en arrière. Les gains de la migration sont alors distribués aux proches, la famille, les amis, sous forme de cadeaux, soit en argent, soit en biens (vêtements, chaussures, savon...). Cette logique redistributive, dont la portée est surtout symbolique, va à l’encontre de la logique d’épargne que les migrants ont pu adopter tout au long de leur séjour à l’extérieur. En effet, les gains de la migration étant bien souvent modestes, ils disparaissent très vite.

Il peut sembler assez extraordinaire que soit ainsi gaspillé en un jour le produit de plusieurs mois de travail (Rouch 1954 : 144).

45Ce qui apparaît ainsi comme une dilapidation des biens acquis au fil des mois constitue en fait une démonstration de la réussite, donne à voir les récits épiques et fabuleux sur la côte, d’autant plus que les biens ramenés sont soit introuvables, soit rares au Niger. Une fois encore, la dimension économique n’est jamais absente : dans des économies rurales qui restent faiblement monétarisées, acquérir des biens de consommation courante, ou plus simplement les sacs de mil et de riz qui permettront de passer la période de soudure, n’est bien souvent possible que grâce à la migration.

46Ainsi, l’actualité des travaux de Rouch sur la migration réside notamment dans le fait qu’il a mis l’accent sur la dimension symbolique de ces mouvements. Si elle ne suffit pas non plus à elle seule à faire comprendre la pérennité du système migratoire, elle permet de jeter un regard différent sur les espaces locaux, un regard qui oblige à prendre en compte le lointain. « Aller chercher », c’est-à-dire quitter son village pour tenter de gagner quelque chose à l’extérieur, constitue un élément fondamental tant des économies que de l’organisation des sociétés rurales au Niger.

47Cependant, la démarche de Rouch ne se limite pas à la mise en avant de la dimension symbolique. Adoptant et assumant le point de vue des espaces de départ, il en vient à défendre les pratiques de circulation, de va-et-vient des migrants nigériens. Dans les travaux sur les migrations, tels qu’ils se sont développés en France à partir des années 1970-1980, l’approche a d’abord porté sur les espaces de destination, interrogeant les processus d’insertion et d’intégration (Simon 1995 ; Antoine et Diop 1995). L’intérêt pour les espaces de départ est venu plus tardivement, au travers de travaux sur les investissements des migrants, par exemple, et a contribué à ouvrir la voie à des approches mettant en avant la circulation.

48Bien que rarement cités, les travaux de Rouch sur la migration, par leur aspect précurseur, constituent un apport non négligeable pour les études migratoires. En effet, en adoptant le point de vue des espaces de départ, et surtout en suivant à plusieurs reprises les migrants pendant leur voyage, il en est venu à mettre en avant, voire à défendre cette pratique du va-et-vient que l’on qualifiera, à partir des années 1980-1990, de « circulation » ou de « migration circulaire ». Ainsi, il a même appelé les responsables d’usines, de mines, à s’adapter aux rythmes de ces migrants, à leur présence temporaire mais sans cesse renouvelée. En partant du principe que les migrants n’ont pas à s’adapter aux contraintes du travail dans les pays de destination, mais que c’est l’organisation du travail dans ces mêmes pays qui doit être revue pour s’adapter aux logiques des migrants, Rouch prend le parti inverse de celui des travaux actuels sur les migrations saisonnières et circulaires.

49À l’heure où la circulation dans l’espace ouest-africain, comme l’accueil des étrangers, sont de plus en plus mis en question, à l’heure où le Niger – en tant que pays de transit vers la Libye et l’Europe – est soumis aux injonctions européennes de contrôle de ses frontières et de fixation de sa population, la relecture des travaux de Rouch apparaît d’autant plus urgente. Son apport dans une analyse des migrations qui met en avant le paradigme de la mobilité, qui assume le point de vue des migrants et des espaces de départ n’en est que d’autant plus original et précurseur. Il autorise à jeter un regard critique sur les approches contemporaines des migrations nigériennes, notamment celles mises en avant dans les politiques migratoires et de développement.

Haut de page

Bibliographie

Références Bibliographiques

1961, Étude des migrations en Afrique occidentale : colloque Niamey, Lagos Bukavo London, CCTA/CSA, 8 fascicules.

agier Michel, 1983, Commerce et sociabilité : les négociants soudanais du quartier Zongo de Lomé (Togo), Paris, Éditions de l’ORSTOM.

Amselle Jean-Loup (dir.), 1976, Les Migrations africaines, Paris, Maspéro.

antoine Philippe, Diop Abdoulaye Bara (dir.), 1995, La Ville à guichets fermés ? Itinéraires, réseaux et insertion urbaine, Dakar, IFAN/ORSTOM.

bardem Isabelle, 1993, L’émancipation des jeunes : un facteur négligé des migrations interafricaines, Cahiers des sciences humaines 29 (2-3) : 375-393.

bertrand Monique, 2010, Migration internationale et métropolisation en Afrique de l’Ouest. Le cas des Zabrama du Grand Accra, Ghana, Espace populations sociétés 2-3 : 307-320.

Boyer Florence, Mounkaila Harouna, 2010, Partir pour aider ceux qui restent ou la dépendance face aux migrations : l’exemple des paysans sahéliens, Hommes et migrations 1286-1287 : 212-220.

Boyer Florence, 2005a, Être migrant et Touareg de Bankilaré (Niger) à Abidjan (Côte d’Ivoire) : des parcours fixes, une spatialité nomade, thèse de doctorat en géographie, université de Poitiers.

Boyer Florence, 2005b, Le projet migratoire des migrants touaregs de la zone de Bankilaré : la pauvreté désavouée, Stichproben. Vienna Journal of African Studies 2(8) : 47-67.

Boyer Florence, 2005c, L’esclavage chez les Touaregs de Bankilaré au miroir des migrations circulaires, Cahiers d’études africaines 3-4 : 771-804.

Bredeloup Sylvie, 2014, Migrations d’aventures. Terrains africains, Paris, CTHS.

Bredeloup Sylvie, 1995, Expulsion des ressortissants ouest-africains au sein du continent africain (1954-1995), Mondes en développement 23 (91) : 117-121.

Gallais Jean, 1975, La Condition sahélienne. Pasteurs et paysans du Gourma, Paris, Éditions du CNRS.

marchal Jean-Yves, Quesnel André, 1997, Dans les vallées du Burkina Faso, l’installation de la mobilité, in Jean-Marc Gastellu (dir.), La Ruralité dans les pays du Sud à la fin du xxe siècle, Paris, ORSTOM : 595-614.

marie Alain (dir.), 1997, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala.

Mounkaila Harouna, 2002, De la migration circulaire à l’abandon du territoire local dans le Zarmaganda (Niger), Revue européenne des migrations internationales 18(2) : 161-187.

Mounkaila Harouna, 1998, Migrations, environnement et santé au Niger : dynamique récente des migrations Songhaï-Zarma dans le département de Tillabéri (ouest du Niger), thèse de troisième cycle, Bordeaux 3.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1984, Les Sociétés songhay-zarma (Niger/ Mali), Paris, Karthala.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1976, Quand nos pères étaient captifs... Récits paysans du Niger, Paris, Nubia. peraldi, Michel (dir.), 2001, Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose.

Rouch Jean, 2008, Alors le Noir et le Blanc seront amis. Carnets de mission 1946-1951, Paris, Mille et une Nuits.

Rouch Jean, 2005, Les Songhay, Paris, l’Harmattan.

Rouch Jean, 1956, Migrations au Ghana (Gold Coast). Enquête 1953-1955, Paris, Société des africanistes.

Rouch Jean, 1954, Notes sur les migrations en Gold Coast (Premier rapport de la mission effectuée en Gold Coast de mars à décembre 1954), Accra, CNRS.

Rouch Jean, 1950, Les Sorkawa. Pêcheurs itinérants du Moyen Niger, Africa : Journal of the International African Institute 20 (1) : 5-25

scheinfeigel Maxime, 2008, Jean Rouch, Paris, CNRS Éditions.

simon Gildas, 1995, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, Presses universitaires de France.

spire Amandine, 2011, L’Étranger et la Ville en Afrique de l’Ouest. Lomé au regard d’Accra, Paris, Karthala.

tarrius Alain, 2002, La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland.

timera Mahamet, 2001, Les migrations des jeunes Sahéliens : affirmation de soi et émancipation, Autrepart (18) : 37-49

Zika Damouré, 2007, Journal de route, Paris, Mille et une Nuits.

Références Filmographiques

Magori sani Elhadji, 2010, Koukan Kourcia. Le cri de la tourterelle, DVD, Maggia Images, SMAC, 62 min.

Rouch Jean, 1956, Les Maîtres fous, DVD, Éditions Montparnasse, 28 min.

Rouch Jean, 1959, Moi, un noir, DVD, Éditions Montparnasse, 70 min.

Rouch Jean, 1967, Jaguar, DVD, Éditions Montparnasse, 88 min.

Haut de page

Notes

1 Je n’aborderai pas ici Les Maîtres fous, film qui porte aussi sur la migration, mais en se centrant sur le culte des Hauka.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Boyer, « Va-et-vient et circulation : la contemporanéité des travaux de Jean Rouch sur les migrations sahéliennes », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 112-134.

Référence électronique

Florence Boyer, « Va-et-vient et circulation : la contemporanéité des travaux de Jean Rouch sur les migrations sahéliennes », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5365

Haut de page

Auteur

Florence Boyer

(IRD) – Unité de Recherche Migrations et Sociétés (Urmis)

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals