Navigation – Plan du site
Mélanges
In memoriam Georges Balandier (1920-2016)

Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017

François Gaulme
p. 383-386

Texte intégral

1Au moment de prononcer cet hommage, une question me vient inévitablement à l’esprit : Pourquoi Maria Texeira, au nom de la Société, m’a-t-elle demandé de le faire, alors que je ne suis à vrai dire qu’un disciple très mineur de Georges Balandier ? Je suppose que c’est en raison du court article que j’ai publié au moment de sa mort sur le site du Monde Afrique, le 5 octobre 2016, en réponse à celui de Jean Copans.

2Ce dernier affirmait que notre maître commun n’avait « jamais cherché à fonder une école théorique ou méthodologique », se référant à « la dispersion de ses centres d’intérêt [...] empêchant de fait toute mobilisation disciplinaire ou idéologique autour de lui. » Je répondais alors : « Non ! Georges Balandier a bien été, plus encore qu’un simple chef d’école, un « passeur entre deux époques ». Derrière sa curiosité, certes, universelle (comparant, par exemple, l’Afrique et le Japon avec une prédilection gourmande), il a été pour moi une sorte d’Héraclite des sciences humaines, exprimant mieux que tout autre le changement permanent de toute société : « on ne se baigne jamais deux fois dans le même bain socioculturel ». À ce titre, il eut bien de très nombreux disciples, directs ou indirects, dont je ne suis que l’un des plus humbles d’un point de vue scientifique, n’ayant produit qu’en partie au cours de ma carrière professionnelle des analyses universitaires en nombre limité. Mais sa méthode d’appréhension du réel comme éternellement changeant m’a servi en toutes circonstances, même dans des tâches plus pratiques et jusque dans des commentaires à chaud de l’actualité. Il se trouve d’ailleurs qu’ayant récemment travaillé sur le Pacifque Sud et le monde polynésien, j’ai été frappé de ce que le Marshall Sahlins d’Islands of History devait, par exemple, à l’approche de Georges Balandier.

3Dans cet hommage, qui sera personnel et restreint, contrairement au livre de Jean Copans, à son aspect africaniste, conformément à l’objet de notre Société, je tenais à ce que Claude-Hélène Perrot pût intervenir au même titre que moi. Nous avions l’un comme l’autre avec notre maître des relations d’admiration respectueuse, ne favorisant pas une familiarité que, de son côté, il n’encourageait pas. Évoquer une œuvre, c’est aussi évoquer un homme. Claude-Hélène vous dira ses impressions. Quant aux miennes, j’ai été surpris de la continuité et de la discrétion de sa vie, si distante d’un goût du vedettariat qui prédomine à notre époque : son numéro téléphonique de domicile du square Carpeaux, Marcadet 75 22, que je connaissais par cœur lorsque j’étais son étudiant, est devenu à la fin 01 46 27 05 22, mais Mme Balandier (dont nous savions indirectement le rôle aussi discret qu’essentiel auprès de son mari) n’est restée pour moi qu’une voix au bout du fil (« De la part de qui ? »). Claude-Hélène Perrot et moi sommes allés chez lui pour fêter son quatre-vingt-dixième anniversaire : rien n’y avait changé depuis l’époque de mes études...

4Notre collègue insistera ici sur l’apport et l’expérience de Georges Balandier en Afrique de l’Ouest. Pour ma part, je commencerai en me concentrant (au risque d’une petite distorsion chronologique) sur l’Afrique centrale (Gabon et Congo), aire sur laquelle nous sommes tous, chercheurs d’origines et de nationalités différentes, ses disciples tant il en renouvela la vision et les principes analytiques.

  • 1 Sociologie des Brazzavilles noires, 1985, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences pol (...)

5Deux ouvrages gémellaires sont révolutionnaires à cet égard, comme le souligne d’ailleurs Jean Copans dans son livre : Sociologie des Brazzavilles noires et Sociologie actuelle de l’Afrique noire1. Georges Balandier surgit de la sorte en 1955 comme un météore pour approcher de manière entièrement neuve à la fois la ville africaine en pleine évolution (face au poncif du « village » intemporel) et les mutations religieuses, qu’il analyse comme le produit d’une profonde crise sociale devant déboucher in fine sur une revendication politique face à ce qui était encore la « situation coloniale ».

  • 2 Lasserre George, 1958, Libreville. La ville et sa région (Gabon-A.E.F). Étude de géographie humaine(...)

6Arrivé au Gabon dix ans après l’indépendance, je n’ai pu qu’y retrouver immédiatement les traces de son influence intellectuelle. Georges Lasserre, éminent représentant de cette grande école de géographie tropicale de Bordeaux, avait dès 1958 publié un livre sur Libreville où je vivais. Il y évoquait (p. 33) « cet ensemble de 22 villages africains qui constitue les Librevilles noires »2 : hommage-référence incontestable à Georges Balandier, alors que, dans les faits Libreville, plus ancienne que Brazzaville, n’avait pas, comme celle-ci, dans son plan, une séparation entre quartiers blancs et noirs. Mais la grille des « Brazzavilles noires » s’était imposée là aussi, presque abusivement.

7Quant à Sociologie actuelle de l’Afrique noire, ce livre a lancé toute la recherche ultérieure sur le Bwiti fang, analysé de manière dynamique puisqu’il était lui-même un phénomène syncrétique et vivant, dans une société traditionnelle sujette à des « crises » multiples (politique, culturelle, économique, etc.) et notamment celle du culte des ancêtres, le Byeri.

8À l’opposé de la société segmentaire fang, Georges Balandier y développait aussi une méthode comparative pour analyser en parallèle les crises spécifiques du monde kongo dans le contexte de « situation coloniale », se traduisant elles aussi par la créativité religieuse et le syncrétisme non plus sous la forme de l’association cultuelle, mais sous celle de l’aggrégation de disciples autour d’un prophète. Là aussi, de multiples études ont été faites depuis sur les diverses manifestations du prophétisme kongo, tant au Congo-Brazzaville qu’en RDC et en Angola. Ces analyses, au croisement du politique et du religieux, sont plus actuelles que jamais, avec la crise du Pool et la rébellion des disciples du « pasteur Tumi » d’un côté du fleuve, et la confrontation parallèle à Kinshasa et au Bas-Congo, de l’autre, entre le gouvernement et la secte Bunda dia Kongo.

9Dix ans après ce coup de tonnerre qui a lancé sa carrière universitaire à Paris, un Georges Balandier éloigné du terrain par la force des choses donnera, avec La Vie quotidienne au royaume de Kongo du XVIeau XVIIIe siècle, le complément historique indispensable à son analyse diachronique antérieure de la société kongo ; non sans un certain art du masque, car il était autant un styliste et un artiste qu’un savant. En effet, le livre est publié dans une collection grand public chez Hachette, évoquant plus volontiers les modes féminines sous Louis XIV ou Napoléon que des crises sociétales africaines...

10Pour ne pas être trop long, revenons maintenant un peu en arrière avec ce livre véritablement majeur, dans tous les sens du mot, qu’est Afrique ambiguë. Je me limiterai, comme dit précédemment, à commenter sa partie consacrée à l’Afrique centrale, sans insister sur des thèmes transversaux pourtant essentiels, comme l’opposition tradition/modernité.

11Ce livre, publié dans une première version en 1957 et modifié juste après les indépendances (en 1962), comme avait l’habitude de le faire Georges Balandier, est pour moi un très grand livre, même si certaines analyses et quelques expressions ont un peu vieilli avec les situations qu’il décrivait. Publié, pourrait-on dire, face à face avec le chef-d’œuvre de Lévi-Strauss, Tristes tropiques, je les ai lus l’un et l’autre avec une obstination d’adolescent, dans ma chambre de lycéen chez mes parents, sans toujours comprendre ce que je lisais. J’étais fasciné alors par le chapitre d’Afrique ambiguë sur les Pygmées (chap. V, « Impasses », sous-section « Au Congo, les Négrilles entrent en scène ») et leurs relations avec les Batéké. Cette question n’a été traitée que bien tardivement par les pouvoirs des États indépendants, quand elle l’a été tout court, et l’« impasse » n’a fait que s’aggraver depuis pour ces peuples, en RDC notamment, où ils sont devenus les victimes de conflits qui ne les concernent pas.

12Plus tard, coopérant au Gabon, j’en ai surtout retenu le passage extraordinaire où Georges Balandier évoque sa rencontre avec celui qui deviendra le premier président de l’État indépendant, Léon Mba, qu’il ne nomme pas mais que l’on reconnaît immédiatement dans toute son ambiguïté (« M. ») de principal leader de l’opposition, avec son comportement de « commis », ses « études ethnographiques » sur les Fang, mais aussi sa participation au « culte nouveau du bwiti ».

  • 3 Balandier Georges, 1962 [1957], Afrique ambiguë, Paris, Plon : 347-348.

13Il y a cette phrase : « J’essaie de me représenter cet homme inquiet, effacé, précautionneux, paré de peaux et la face fardée, prêt à bondir pour animer la danse sacrée. Quel est son vrai visage3 ? » Un tel « crayon » et le récit de l’entretien avec Léon Mba qui suit est digne, dans sa fulgurance mais en un style moins contourné, d’être comparé à celui du deuxième duc de Saint-Simon avec le père Le Tellier, à la veille d’événements déterminants pour l’histoire : la publication de la bulle Unigenitus d’un côté, les indépendances africaines de l’autre. Georges Balandier a parfaitement senti, dès avant la fin d’une « situation coloniale » qu’il n’a cessé de dénoncer, que sortir de celle-ci ne serait pas cependant facile, au vu de ce qu’était cette « vieille Afrique » traversée d’idées nouvelles mais aussi de mouvements parfaitement contradictoires – d’où le titre du livre, qui restera aussi connu et emblématique d’une analyse lucide et en profondeur des réalités contemporaines, sinon plus, que le détail même de son contenu. Beaucoup ne s’en souviennent guère aujourd’hui, alors que le titre est toujours un symbole extrêmement « actuel », pour reprendre un terme cher à Balandier, qui caractérise toute son œuvre.

14Pour terminer sur une note plus personnelle de mes relations avec ce maître incomparable (car il faut toujours en revenir à l’homme à l’origine de toute percée épistémologique, aussi désincarnée que puisse paraître celle-ci), c’est du fait de ces notations multiples mais convergentes sur la situation alors contemporaine de l’Afrique centrale, celle qui prévalait il y a environ un demi-siècle, que je me suis adressé à lui par lettre, comme on le faisait alors, car je les considère toujours comme essentielles pour l’analyse du destin de cette région, même s’il s’agit d’une époque et d’un contexte international entièrement révolus. C’est ainsi que je suis devenu, en 1971, son élève en troisième cycle aux Hautes Études, pensant préparer une thèse sur le Bwiti et l’achevant en fait par une analyse politique du passé précolonial de la côte gabonaise. J’effectuais ainsi, sans m’en douter sur le moment, une évolution intellectuelle qui n’aurait pas été possible sans le cadre de pensée proposé et non imposé à ses disciples par Georges Balandier. Je me mettais inconsciemment en phase avec les leçons de mon maître pour qui, finalement, tout se résumait dans ces matières, comme il l’a parfaitement montré dans Anthropologie politique (paru en 1969), à l’union inséparable de ces deux domaines pourtant distincts que sont ce que nous appelons par facilité le « religieux » et le « politique », convergence empirique (et non tirée de déductions a priori) qui fut, je le crois profondément, au centre même de sa quête personnelle de chercheur africaniste.

Haut de page

Notes

1 Sociologie des Brazzavilles noires, 1985, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, « Références » ; Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique des changements sociaux en Afrique centrale, 1955, Paris, PUF, « Bibliothèque de sociologie contemporaine ».

2 Lasserre George, 1958, Libreville. La ville et sa région (Gabon-A.E.F). Étude de géographie humaine, Paris, Colin : 33.

3 Balandier Georges, 1962 [1957], Afrique ambiguë, Paris, Plon : 347-348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gaulme, « Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017 », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 383-386.

Référence électronique

François Gaulme, « Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017 », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5935

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals