Navigation – Plan du site
Mélanges
In memoriam Georges Balandier (1920-2016)

Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017

Claude-Hélène Perrot
p. 387-390

Texte intégral

Georges Balandier nous a quittés le 5 octobre 2016.

1J’ai suivi les enseignements de Georges Balandier à l’École pratique des hautes études ; et je me souviens qu’on sortait de ses cours, lumineux et remarquablement articulés, avec le sentiment d’être plus intelligent. Il a dirigé ma thèse, soutenue en 1982 à l’université Paris 5, section Anthropologie. Il le fit avec attention, tout en me laissant une grande liberté. Cette façon de diriger des travaux d’étudiants resta un modèle pour moi, aussi bien à l’université d’Abidjan qu’à celle de Paris 1.

2Georges Balandier, par sa vision et par sa pratique de l’anthropologie, a eu une importance décisive pour l’historienne de terrain que je suis. C’est ce dont je voudrais rendre compte ici. Je le ferai en trois points : premièrement, son affirmation de la présence de l’histoire dans les sociétés dites traditionnelles ; ensuite, la place majeure qu’il donne au pouvoir, au politique ; et enfin, les leçons de méthode qui se dégagent de ses travaux.

3De la présence de l’histoire, je ne tardai pas à faire le constat sur mon « terrain » de recherche, au sud-est de la Côte d’Ivoire, chez les Anyi du Ndényé (ou Indénié, selon l’orthographe coloniale) et, parallèlement, chez les Eotilé de la lagune Aby, deux peuples de culture akan. Non seulement l’histoire éloignée était présente dans la mémoire des « traditionnistes », mais, au cours de mes enquêtes, il m’apparut peu à peu que des traces importantes en subsistaient, dans la vie sociale, religieuse, politique, et aussi dans des lieux, dans des objets.

  • 1 Vansina Jan, 1961, De la tradition orale. Essai de méthode historique, « Annales Sciences humaines  (...)

4Après quelques tâtonnements, un objectif ne tarda pas à s’imposer à moi : sortir de l’ombre l’histoire de ces deux peuples antérieurement à la colonisation. Ces sources non écrites, qui ne se limitaient pas aux seuls récits, formaient l’écrasante majorité de ma documentation. Or, la formation d’historienne que j’avais reçue à la Sorbonne avait été basée exclusivement sur l’exploitation de documents écrits. Mon seul recours était le petit livre de Jan Vansina, De la tradition orale. Essai de méthode historique, de 1961, que je lisais le soir à la lumière d’une lampe à pétrole, comme une espèce de bréviaire, en l’absence de tout autre guide méthodologique1.

5Quand j’entrepris mes recherches en 1963, au lendemain des Indépendances, l’époque était favorable : il n’y avait pas un village du Ndényé qui ne comptât plusieurs Anciens, connaisseurs de l’histoire, et principalement celle de leurs propres ascendants. L’héritage de leur histoire, et en premier lieu celle de leur lignage, était pour eux un legs important et précieux. Mais, malheureusement pour eux, ce legs n’intéressait guère la génération suivante, à laquelle normalement ils auraient dû le transmettre. Leurs enfants avaient alors de tout autres préoccupations : comment s’inscrire dans le temps présent, comment trouver sa place en ville, à Abidjan ou à Bouaké. Fascinés par la modernité, ils étaient attirés par tout ce qui venait d’Europe. L’interruption subie dans la transmission de leur savoir allait-elle inciter les Anciens à prêter l’oreille à la quête d’une étrangère ?

6Ainsi, au cours de mes enquêtes et de diverses expériences vécues, une évidence s’imposa à moi : le fluide de l’histoire avait pénétré de toutes parts l’ancienne société anyi. Or, que nous avait appris Georges Balandier ? Qu’aucune société humaine ne s’est trouvée hors de l’histoire.

  • 2 Dans la préface à Relire Yves Person, L’État nation face à la libération des peuples africains (tex (...)
  • 3 D’après Voyé Liliane, 1961, Présentation du texte de Georges Balandier « Phénomènes sociaux totaux (...)
  • 4 Dans un article des Cahiers d’études africaines.

7Par sa vision d’une « anthropologie dynamiste », Georges Balandier s’opposait frontalement aux deux courants dominants qu’il décrit lui-même2 : « les années cinquante ont été en Afrique sous l’influence de deux écoles françaises : d’abord celle de Marcel Griaule travaillant dans la longue durée chez les Dogon du Mali ; l’accent étant mis sur la permanence de cette civilisation, en postulant une façon d’Africain éternel qui reproduit la perfection de sa civilisation et échappe aux turbulences de l’histoire »... Certes, cette école ne nie pas que ces sociétés connaissent certains changements, mais elle considère néanmoins que c’est l’invariance, la fixité qui est leur règle. Et cette école attribue le peu de désordre, de conflit et de tension qu’elles produisent, à la force immobile des mythes qui les gouvernent. Ceux-ci effaceraient le temps historique en atrophiant la mémoire collective3. Balandier dit encore : « L’ethnographie et l’ethnologie... ne réfutaient pas la discipline historique, mais la tendance majoritaire les portait à traiter ces sociétés comme non historiques, imperméables au fluide de l’histoire ». Il souligne l’identité française de cette école en saluant l’article de Mary Douglas par cette question : les Dogon auraient-ils été connus autrement s’ils avaient été étudiés par des anthropologues britanniques et non français4 ?

  • 5 Voir note 2.

8L’autre école, celle de l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss « pratique l’évitement de l’histoire pour privilégier les formes de l’expérience humaine, parfois jusqu’à la mise en évidence d’universaux5 ». Ces universaux régiraient à leur insu les comportements des humains, sans que ceux-ci en aient conscience, et leur mise en évidence donne à l’anthropologue une position à part, qui le tient éloigné de ceux qu’il observe.

9Sur mon « terrain », il était clair que c’était du côté de Georges Balandier et de l’anthropologie dynamiste que j’allais trouver l’inspiration.

  • 6 L’Adansehene.
  • 7 Recueilli à Sankadiokro le 15 janvier 1965.

10Deuxième point : la place donnée par Georges Balandier au politique. Dans les récits que je recueillais, l’enjeu des anciens conflits, comme des plus récents, n’était autre que le pouvoir, thème récurrent dans l’œuvre de Balandier. Emmanuel Terray l’a observé chez les Abron du royaume de Gyaman, superbe ouvrage d’un anthropologue contraint de se faire historien s’il voulait comprendre quelque chose à la société qu’il étudiait – ouvrage qui malheureusement reste aujourd’hui pratiquement ignoré des Ivoiriens. Et je l’observais aussi en pays anyi. Dans les conversations que tenaient entre eux les Anciens, en petit comité, les événements du passé étaient un sujet inépuisable, et la question qui revenait invariablement était celle-ci : « Qui, à ce moment-là, commandait à qui ? » La notion de pouvoir et de la succession des hégémonies s’exprimait dans les récits que je recueillais :« L’etimu (la force), disait Nana Alou Mea, est venue trois fois dans le monde : la première fois c’est Nana Ndonzüase6 qui l’a prise ; puis le Denkyirahene l’a prise, il s’appelait Bonzemu ; enfin Osei Tu, l’Asantehene, l’a prise. Et quand les Blancs sont venus, la force est passée chez les Blancs7 ».

11Enfin, qu’en est-il des méthodes pratiquées par Georges Balandier ? Les frontières établies entre les disciplines – en particulier entre sociologie et anthropologie – ne l’intéressaient guère. Ce qui m’apparaissait, c’était la nécessité de conjuguer plusieurs disciplines. Comment aurais-je pu contribuer à la connaissance de l’histoire africaine de l’Afrique – dont Balandier réclama l’avènement en ces termes mêmes – sans recourir à la fois à l’anthropologie et à l’histoire ?

12Un point fort de la méthode enseignée et pratiquée par Georges Balandier est la place qu’il fait à l’étude des crises. Il a été désigné par ses jeunes collègues de l’EHESS comme « l’anthropologue des moments critiques ». Les crises sont pour lui des révélateurs des changements intervenus au sein de la société, et notamment dans les rapports de force antérieurement établis.

13Or, pour ma part, je découvrais que s’il était nécessaire de bien connaître les règles qui régissent la société – notamment de parenté et de succession –, il fallait aller au-delà. Plus que ces règles dont la connaissance est pour un historien un préalable obligé, il lui fallait rechercher les cas où elles n’avaient pas été appliquées, par exemple lors de la désignation d’un héritier à la chefferie, comme je l’ai constaté plusieurs fois à l’examen d’un tableau généalogique. C’est dans ces entorses faites aux règles, à des moments critiques, que se loge l’événement que l’historien s’attache à débusquer.

  • 8 Balandier Georges, 2013 [1967], Anthropologie politique, Paris, PUF : XII (préface).

14Notons que les règles dont il s’agit sont connues de ceux dont elles gouvernent l’existence, qui s’y réfèrent explicitement, contrairement aux règles que les anthropologues structuralistes cherchent à découvrir, et qu’ils sont les seuls à appréhender, se tenant à l’écart des hommes qu’ils observent. « L’anthropologie structurale recompose la société globale à partir des représentations et des catégories. L’anthropologie dynamiste construit la totalité sociale à partir des pratiques sociales et des situations qui les manifestent8. »

15Le lieu d’observation de Georges Balandier, c’est le champ des pratiques sociales. Les pratiques et les comportements quotidiens focalisent son attention, au Gabon et au Congo en particulier, et aussi dans ses travaux postérieurs à l’ère africaine, où il interroge la modernité qui est la nôtre. Sans me livrer à une anthropologie des anthropologues, je voudrais glisser ici une remarque : Georges Balandier se distingue de la plupart de ses collègues qui sont des citadins appartenant à une bourgeoisie de rang plus ou moins élevé. Le milieu social où il est né et a grandi en Franche-Comté est tout autre : c’est un monde rural où l’on vit sous la constante pression de la nécessité et qui imprègne aussi des villes comme Vesoul où « les paysans, dit-il, arrivaient sur leurs chariots grinçants dans la boutique de mon grand-père » Il évoque avec nostalgie les villages de ses paternels en Haute-Saône et ceux de ses maternels à Bains-les-Bains, dans le département voisin des Vosges. Quand sa famille émigre en région parisienne, c’est là qu’il va en vacances. Pendant la dernière guerre, sous l’Occupation nazie, réfractaire au STO, c’est en Haute-Saône qu’il se réfugie et travaille dans une ferme comme commis de culture, avant de rejoindre les FFI, au maquis voisin. Fort de ses engagements de citoyen, il apporta par la suite son soutien aux intellectuels africains qui s’opposaient au pouvoir colonial, en vue de l’émancipation de leurs pays, notamment au Sénégal (avec Alioune Diop) et en Guinée.

16Ce n’est peut-être pas un hasard s’il s’est tenu dans ses travaux au plus près des humains. En cela aussi, il a été pour moi un modèle.

Haut de page

Notes

1 Vansina Jan, 1961, De la tradition orale. Essai de méthode historique, « Annales Sciences humaines » 16, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale.

2 Dans la préface à Relire Yves Person, L’État nation face à la libération des peuples africains (textes réunis par Charles Becker, Roland Colin, Liliane Daronian et Claude Hélène Perrot, Paris, IMAF et Présence Africaine), 2015, « Yves Person, historien en lutte » : 10.

3 D’après Voyé Liliane, 1961, Présentation du texte de Georges Balandier « Phénomènes sociaux totaux et dynamique sociale », Cahiers internationaux de sociologie 30 : 23-34.

4 Dans un article des Cahiers d’études africaines.

5 Voir note 2.

6 L’Adansehene.

7 Recueilli à Sankadiokro le 15 janvier 1965.

8 Balandier Georges, 2013 [1967], Anthropologie politique, Paris, PUF : XII (préface).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude-Hélène Perrot, « Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017 », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 387-390.

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « Hommage à Georges Balandier. Société des africanistes, 8 juin 2017 », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/5946

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals