Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents

Le fonds d’archives sonores de Jean Rouch à la BnF

Agnès Gallois-Cheillan, Alain Carou et Pascal Cordereix
p. 416-419

Texte intégral

1En 2008, une grande partie des archives de Jean Rouch, conservées par Jocelyne Rouch et par le Comité du film ethnographique (CFE), ont été déposées à la Bibliothèque nationale de France, en même temps que le Centre national du cinéma et de l’image animée lançait un vaste travail de collecte et d’inventaire des films. Les archives sonores sont conservées au département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, les archives écrites (carnets, dessins, correspondance, documentations diverses...) et les photographies au département des manuscrits de la de la même institution.

2Le fonds d’archives sonores provenant du CFE couvre une période allant de 1950 (la première mission de Rouch, dite « Rouch-Rosfelder ») à 1997 (pour le long métrage Le Rêve plus fort que la mort). Il comprend plus de 2 000 bandes magnétiques, une trentaine de cassettes audio analogiques, ainsi que deux cahiers, des feuilles manuscrites avec notes, numéros de prises, et des feuilles de tirage son.

3L’état de conservation des bandes est très variable (bandes « tuilées », collants desséchés). Les techniques d’enregistrement utilisées l’étaient aussi : les films postérieurs au début des années 1960 comportent souvent des pistes de synchronisation, ce qui n’est pas le cas des bandes enregistrées avant la mise au point de techniques de tournage légères, assurant la synchronisation image/son. Rouch a été personnellement très impliqué dans la mise au point de ces techniques, comme on le sait. Les bandes de Chronique d’un été, par leur hétérogénéité technique, en portent ainsi directement, matériellement la trace.

4Un inventaire des bandes a été effectué avec l’aide d’Andrea Paganini, permettant de diviser ce fonds en trois parties distinctes : les archives relatives au travail de Rouch (c’est la grande majorité des enregistrements) ; celles liées aux travaux de réalisateurs proches de lui ; et enfin les archives déposées au Comité du film ethnographique et livrées avec les autres bandes.

5Les archives concernant le travail de Rouch ont elles-mêmes été divisées en trois ensembles : les archives liées à ses films dits « finis », c’est-à-dire ayant fait l’objet d’une projection publique (70 titres, 1380 bandes) ; les archives liées à ses films dits « non finis », c’est-à-dire en travail, montés partiellement, à l’état de rushes, et qui n’ont jamais été montrés (38 titres identifiés, 181 bandes) ; les « autres » enregistrements (nombreux enregistrements au Niger, enregistrements chez les Dogons...).

6Chaque bande magnétique a été numérisée au format de conservation WAVE en haute définition, avec un fichier joint comprenant les métadonnées techniques relatives à cette numérisation. Pour une partie du fonds, les indications écrites sur les boîtiers et sur les bobines, souvent de la main de Rouch, ont été numérisées également, de manière à les rendre aussi accessibles aux chercheurs.

Trois instruments de recherche en ligne

7Les archives sonores de Rouch sont aujourd’hui décrites dans le catalogue BnF-archives et manuscrits. Ce catalogue a la particularité de proposer un traitement documentaire en format EAD (Encoded Archive Description), développé dans les années 1990. Basé sur le langage XML, il permet de structurer très précisément la description des fonds d’archives, ainsi que des éléments d’information et des liens dynamiques qui ne sont pas disponibles dans le format MARC utilisé par le Catalogue général de la BnF. L’indexation analytique utilise, comme dans les bibliothèques universitaires et de nombreuses bibliothèques de recherche, le langage RAMEAU (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié).

8Chaque sous-ensemble des archives sonores de Rouch a fait l’objet d’un instrument de recherche particulier dans le catalogue BnF Archives et manuscrits :

  • 1950-1997 : Archives sonores de Jean Rouch - Films finis1.

  • 1961-1994 : Archives sonores de Jean Rouch - Films non finis2.

    • 3 « 1950-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Autres enregistrements », URL : http://archives (...)

    1950-1994 : Archives sonores de Jean Rouch - Autres enregistrements3.

9Dans les deux instruments de recherche liés aux œuvres de Rouch, les archives sont classées par les titres des films, lesquels sont présentés par ordre chronologique, en prenant en compte la date de début de tournage, parfois bien antérieure à celle de la « sortie » publique du film.

10Les enregistrements de terrain réalisés au cours d’une mission liée à un film dont on conserve des archives sont classés au film, même s’ils n’ont pas été utilisés (par exemple, la mission 1953-1955 et le film Jaguar).

11Les enregistrements réalisés lors d’une mission au cours de laquelle ont été tournés des films dont nous n’avons pas d’archive par ailleurs figurent dans l’instrument de recherche consacré aux « autres » enregistrements de Rouch (par exemple, la mission 1950-1951 dont ne restent que dix bandes, et rien pour Cimetière dans la falaise ou Bataille sur le grand fleuve). Destiné à faciliter l’étude des films et de leur genèse, ce mode de classement ne conduit pour autant nullement à perdre la trace des missions au cours desquelles ces enregistrements furent réalisés. Celles-ci sont en effet interrogeables dans les index, tout comme les notions d’aire géographique ou de pays, le type d’archive (rushes, sons d’ambiance, commentaires). Les index permettent également des recherches par noms, lieux géographiques, sujets, genres (fiction, documentaire, « ethnofiction »)...

12Les fichiers numériques sonores sont à présent consultables par les chercheurs dans la salle P de la BnF (salle de lecture du département de l’Audiovisuel). Les originaux de la documentation visuelle non numérisée sont accessibles sur demande auprès du département de l’Audiovisuel.

13À ce jour, les enregistrements disposant d’une description détaillée concernent les années 1950-1960 : Jaguar ; Les Maîtres fous ; Mammy Water ; Moi, un noir ; Baby Ghana ; Chronique d’un été.

Un ensemble semi-autonome

14L’entrée des archives sonores de Rouch dans les collections du département de l’Audiovisuel de la BnF s’inscrit dans une longue tradition. Ce dernier, en effet, est l’héritier des Archives de la parole, fondées en 1911 par Ferdinand Brunot, et de la Phonothèque nationale, créée en 1938. Et si la collecte du dépôt légal est au cœur de l’activité du département, des origines à nos jours, ses collections sont régulièrement enrichies par de grands fonds d’archives sonores dont l’importance en fait une forme de mémoire orale de l’humanité (Cordereix 2014). À la BnF, les archives sonores de Rouch côtoient celles d’autres grands collecteurs de terrain ayant œuvré sur le continent africain, celles notamment de Simha Arom, de Charles Duvelle4, et pour partie celles de Gilbert Rouget, avec qui Rouch collabora étroitement (Sigui 1967, Horendi...).

15Pour une bonne part, ces archives sont évidemment indissociables de l’œuvre filmique de Rouch. On y trouvera ainsi la première fixation définitive du montage sonore de certains films (Wanzerbé, par exemple). Mais les enregistrements de terrain constituent une réalité autonome, même quand ils ont été réalisés en lien avec un tournage. Paganini a ainsi montré comment le son de l’abattage d’un arbre, enregistré en Gold Coast lors de la mission 19531955, voyage de film en film avec des déplacements de signification (Paganini 2013). À cet égard, les archives sonores peuvent devenir une source pour les chercheurs. Elles fournissent des indications sur l’origine d’un matériau sonore et sur le travail auquel il a été soumis (réemplois, remontages).

  • 5 Rouch, pour ses premiers films tournés au Niger, avait puisé dans des phonothèques existantes, cell (...)

16Les archives permettent de toucher du doigt l’importance du travail avec la matière sonore dans la postproduction des films de Rouch. Certains sons d’ambiance captés dans un contexte précis deviennent, au fil des films, les éléments d’une petite sonothèque spécifiquement rouchienne très évocatrice : avertisseurs d’automobiles, airs de musique « high life5 »... La bande magnétique reçoit l’inscription des sons qui vont servir au bruitage. Elle conserve trace des versions des commentaires successivement enregistrés par l’auteur, adepte de la méthode des « approximations successives ».

17Il existe enfin, on l’aura compris, un abondant matériau inédit que Rouch n’a pas eu le loisir ou le désir d’exploiter. C’est le cas, par exemple, des enregistrements – et des rushes cinématographiques – des fêtes des harristes en novembre 1966 à Bregbo (Côte d’Ivoire), coréalisés avec Colette Piault. C’est le cas également d’un riche ensemble réalisé pendant la mission en Gold Coast et mis au jour par Paganini : le public a pu en découvrir une sélection présentée sous forme d’installation au Festival Cinéma du réel 2017. Tissé de conversations à bâtons rompus, de musiques, de rumeurs de la grande ville, d’avant-plans et d’arrière-plans, ce corpus, bien que resté à l’état brut, tient du documentaire sonore et montre de façon éloquente la consistance propre de la pratique de l’enregistrement sonore chez Rouch.

Haut de page

Bibliographie

Cordereix Pascal, 2014, Les fonds sonores du département de l’audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, Bulletin de l’Institut Pierre-Renouvin 40 : 140-151…
URL : http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=BIPR_040_0141

Paganini Andrea, 2013, Déplacements de sons, déplacements d’images : un exemple de réemploi dans l’œuvre de Jean Rouch, Revue de la BnF 54 (3) : 32-29.
URL : https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2013-3-page-32.htm

Haut de page

Notes

1 « 1950-1997 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films finis », URL : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc90685z. L’ensemble des liens mentionnés dans ces pages ont fait l’objet d’une vérification le 20 août 2017.

2 « 1961-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films non finis », URL : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc96277c

3 « 1950-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Autres enregistrements », URL : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc97378x

4 Voir la présentation du fonds Charles Duvelle, URL : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc990549

5 Rouch, pour ses premiers films tournés au Niger, avait puisé dans des phonothèques existantes, celle de la RTF et celle du musée de l’Homme, comme l’attestent des récépissés conservés dans le fonds, au département des Manuscrits de la BnF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Gallois-Cheillan, Alain Carou et Pascal Cordereix, « Le fonds d’archives sonores de Jean Rouch à la BnF », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 416-419.

Référence électronique

Agnès Gallois-Cheillan, Alain Carou et Pascal Cordereix, « Le fonds d’archives sonores de Jean Rouch à la BnF », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6025

Haut de page

Auteurs

Agnès Gallois-Cheillan

Chargée de collections, BnF, Département de l’audiovisuel, service des documents sonores

Alain Carou

Conservateur en chef, BnF, Département de l’audiovisuel, service images

Pascal Cordereix

Conservateur général, BnF, Département de l’audiovisuel, service des documents sonores

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals