Navigation – Plan du site
Mélanges
Anthropologie visuelle

Margot Dias: Films ethnographiques 1958-1961 (Mozambique)

Damien Mottier
p. 441-446
Référence(s) :

Coffret 2 DVD : Margot Dias : Filmes Etnográficos (1958-1961), image et réalisation : Margot Dias, sonorisation et montage des entretiens : Catarina Alves Costa et Pedro Duarte, production : Missão de estudos das minorias étnicas do ultramar português / Junta de Investigações do Ultramar / Ministério do Ultramar, édition : Cinemateca portuguesa – Museu do Cinema / Direção-geral do Património Cultural, Museu Nacional de Etnologia, 2016

Texte intégral

  • 1 Dias Jorge, 1964, Os Maconde de Moçambique, vol. 1 : « Aspectos Históricos e económicos », Lisboa, (...)

1Margot et Jorge Dias ont pratiqué au nord-est du Mozambique une ethnographie que l’on pourrait qualifier de conjugale. Lui, professeur d’anthropologie et elle, musicienne de formation, se sont consacrés pendant plusieurs années, de 1958 à 1961, avec leur collègue Manuel Viegas Guerreiro, à un travail de terrain qui a mené à la publication d’une célèbre monographie sur les Makonde en quatre volumes1. Malgré son implication à toutes les étapes de cette recherche collective, Margot Dias est quelque peu restée dans l’ombre du grand ethnologue portugais. Désormais disponible en DVD, sa contribution filmique à leur ethnographie ouvre de nouvelles perspectives et permet de revisiter, à travers elle, une période fondatrice de l’ethnologie portugaise.

  • 2 Ces films sont eux-mêmes à inscrire dans un travail de collecte plus large, puisque les objets coll (...)

2Accompli sans prétention d’auteur, le geste cinématographique de Margot Dias s’inscrit dans un paradigme muséal qui est l’une des lignes de force de l’histoire du cinéma ethnographique. Sans parler des ethnologues-cinéastes les plus connus – qu’aurait-été le cinéma ethnographique sans la proximité de Jean Rouch avec le Musée de l’Homme, de John Marshall ou Robert Gardner avec le Peabody Museum, d’Henri Brandt avec le Musée d’Ethnographie de Neuchâtel, etc. – les musées d’ethnographie ont en effet favorisé la production de documents visuels et sonores dont l’ambition minimale était, sinon d’accéder à une nouvelle forme de compréhension ethnographique, du moins de contribuer à un travail de sauvegarde et de réinscrire les artefacts prélevés sur le terrain, puis exposés dans les musées, dans leur contexte d’usage et leur univers de sens. La plupart des vingt-huit films de ce coffret, divisé en quatre ensembles thématiques (vie quotidienne, rituels, instruments de musique, techniques matérielles) et un ensemble géographique (Angola), qu’un entretien filmé en 1996 avec Margot Dias vient compléter, témoignent de cette économie de la collecte cinématographique qui oscille entre notation filmique, description plus ou moins suivie des activités et impressions de voyage2. Il s’agit donc d’un cinéma en « mode mineur », appréciable quelles qu’en soient les limites pour son humilité documentaire.

  • 3 Catarina Alves Costa a mené de longue date un travail de mise en contexte des films dans le cadre d (...)

3Sonorisé par l’anthropologue cinéaste Catarina Alves Costa3 sur la base des enregistrements réalisés sur le terrain par Margot Dias, ce corpus d’une durée totale de 273 minutes est placé sous le signe du fragment et du film-document. Conformément à une logique de l’inventaire, Margot Dias a divisé la vie sociale en différentes unités d’actions dont elle tente de restituer le déroulement. Relativement autonomes les uns des autres, les films, d’une durée variable de deux à vingt minutes, contribuent dès lors qu’ils sont mis en relation à l’élaboration d’une monographie filmée sur la vie quotidienne, rituelle et matérielle des Makonde.

4Le regard de Margot Dias résiste à toute forme de sophistication. Les sauts assez fréquents du noir et blanc à la couleur ou inversement au sein d’une même séquence d’action ne semblent commandés par rien d’autre que l’impératif de poursuivre la description. Et ce qui pourrait apparaît de prime abord comme une faute de style ou un défaut de maîtrise cinématographique (changement brutal d’exposition) traduit en réalité l’éthique de son regard, discipliné par une quête d’authenticité ethnographique. Il pourrait bien entendu lui être reproché de maintenir la situation coloniale hors champ, j’y reviendrai, et de ne pas suffisamment s’engager dans la relation avec les personnes filmées. Mais cet engagement se noue ailleurs, dans des enregistrements sonores qu’elle a effectués séparément et que les éditeurs de ce coffret ont judicieusement décidé d’inscrire dans l’image. Tout l’intérêt de ces enregistrements sonores est de nous introduire dans les situations d’énonciation verbale du travail ethnographique. Margot filme muet, avec une caméra Revere 16 mm, puis elle enregistre avec un EMI sound recorder les paroles, les chants, les musiques. Les consignes qu’elle transmet à ses interlocuteurs ne sont pas coupées – « go ahead now », « thank you », etc. – et les rires ou les conversations viennent régulièrement enrichir ces prises de son effectuées à la demande. Sa voix est présente, celles de Jorge Dias ou de Manuel Viegas Guerreiro également. Le son, non synchrone, ne vient donc pas seulement illustrer l’image ; il l’enrichit d’une dimension relationnelle que le regard distancié de Margot Dias peine à traduire. Si l’on écarte les procédés les plus conventionnels qui consistent, parfois abusivement, à accompagner les descriptions des activités matérielles d’une performance musicale, on ne peut donc que se réjouir des effets produits par cette combinaison des registres d’énonciations visuelle et sonore. Le sentiment d’étrangeté provoqué, par exemple, par le surgissement dans l’espace filmique de la voix d’un informateur, enregistrée comme un écho à celle des ethnologues au cours de séances de traduction du portugais en langue vernaculaire, puis montée sur des séquences qui n’entretiennent qu’un rapport éloigné avec les mots et les phrases prononcés aussi distinctement que possible, peut être perçu comme un discours formel sur l’élaboration des savoirs ethnologiques. L’ethnologie serait-elle un simple processus de traduction ? Comment soumettre cet exercice à l’épreuve du réel, au saisissement du sens et des choses, à la compréhension des rapports sociaux et à la formation des cultures ? La cinématographie peut-elle nous y aider ? À quelle condition ?

  • 4 Jorge Dias s’intéressait à l’histoire, l’économie, la religion, les structures politiques ; Viegas (...)
  • 5 Que l’on pense par exemple aux travaux de Max Gluckman et des membres du Rhodes Livingstone Institu (...)
  • 6 Mueda, Memoria e Massacre, Ruy Guerra, 1979. Voir à ce sujet la thèse de Raquel Schefer, 2015, La F (...)

5S’il présente un moindre intérêt ethnographique, le premier ensemble de films consacré à la vie quotidienne est sans doute le plus audacieux du point de vue cinématographique, car il se soustrait à la logique de l’inventaire et ne souscrit à aucune évidence des choses vues ou regardées. Margot Dias balaie en des mouvements panoramiques intuitifs les fluctuations de la vie quotidienne et cherche à en saisir la dynamique ; ses impressions visuelles sont organisées sans souci d’explicitation, coordonnées par la seule intentionnalité de son regard, tandis que des mots simples (« rain », « house », etc.) sont prononcés en portugais puis traduits depuis un espace sonore indéterminé, comme une voix intérieure. Jorge Dias, qui dirige cette mission de terrain selon une stricte division du travail ethnographique4, n’est pas absent de l’ensemble de ces fragments documentaires. Il apparait parfois subrepticement dans le champ, bord cadre, entouré de ses informateurs et observe à distance. La situation coloniale, qui est une condition de cette « mission d’étude sur les minorités ethniques des territoires portugais d’Outre-mer », n’est jamais abordée ou traitée pour elle-même, mais évacuée alors même qu’elle atteint en ces années un point critique et que plusieurs ethnologues ou ethnologues cinéastes, ailleurs en Afrique, ont su intégrer la dynamique du changement social à leur réflexion5. Mueda, épicentre de ce travail de terrain et haut-lieu de la culture Makonde, est tristement connu pour le massacre qui, perpétré en 1960, a précipité le déclenchement de la lutte armée et le mouvement révolutionnaire mozambicain. Cet épisode tragique de l’histoire coloniale du Mozambique auquel le cinéaste Ruy Guerra a consacré, vingt ans plus tard, un film manifeste6, est évoqué pudiquement par Margot Dias au cours de l’entretien accordé à Joaquim Pais de Brito en 1996. Mais elle préfère retenir l’émotion, toujours aussi vive, de la rencontre ethnographique et s’effondre en relisant un passage des notes préparatoires au volume V de leur monographie des Makonde au terme duquel elle réalise finalement : « They were able to accept me in their community ». C’est bien entendu à elle que doit revenir le dernier mot, ainsi qu’aux protagonistes des films et à leurs descendants dont l’image ainsi formée, leur image, va enfin pouvoir être restituée grâce à cette édition.

6Le coffret DVD est accompagné d’un beau livret de 76 pages, en portugais et en anglais, qui offre un précieux éclairage sur les films et leur contribution à la naissance du cinéma ethnographique portugais, ainsi que sur le travail d’édition mené conjointement par le Musée National d’Ethnologie et la Cinémathèque portugaise. Il s’agit assurément d’un exemple à suivre. Car malgré l’existence de plate-forme comme Documentary Educational Resources, l’histoire du film ethnographique souffre d’un corpus mal défini dont on ne connaît, trop souvent, que les productions jugées les plus valeureuses, selon des critères qui ne font que peu de place à l’épanouissement de cette « majorité » du film ethnographique, placée sous le signe du devenir-archive, de la notation cinématographique et du film-document réalisé sans véritable prétention d’auteur, en « mode mineur ». Il revient donc aux musées d’ethnographie, qui sont des partenaires historiques du film ethnographique, de suivre l’exemple portugais.

Haut de page

Notes

1 Dias Jorge, 1964, Os Maconde de Moçambique, vol. 1 : « Aspectos Históricos e económicos », Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar. Dias Jorge, Dias Margot, 1964, Os Maconde de Moçambique, vol. 2 : « Cultura Material », Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar. Dias Jorge, Dias Margot, 1970, Os Maconde de Moçambique, vol. III : « Vida Social e Ritual », Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar. Viegas Guerreiro Manuel, 1966, Os Maconde de Moçambique, vol IV : « Sabedoria, Língua, Literatura e Jogos », Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar.

2 Ces films sont eux-mêmes à inscrire dans un travail de collecte plus large, puisque les objets collectés par cette mission ont mené à la création en 1962, par Jorge Dias, du Musée National d’Ethnologie à Lisbonne.

3 Catarina Alves Costa a mené de longue date un travail de mise en contexte des films dans le cadre de cette mission. Voir, Alves Costa 1997, Guia para os filmes realizados por Margot Dias em Moçambique 1958/1961, Lisboa, Museu Nacional de Etnologia, Instituto Portugues de Museus, Ministério da Cultura.

4 Jorge Dias s’intéressait à l’histoire, l’économie, la religion, les structures politiques ; Viegas Guerreiro au langage et aux traditions orales ; Margot Dias à la culture matérielle, aux rituels de puberté et à la parenté.

5 Que l’on pense par exemple aux travaux de Max Gluckman et des membres du Rhodes Livingstone Institut, à Georges Balandier, Michel Leiris ou encore, parmi les ethnologues cinéastes, à Jean Rouch.

6 Mueda, Memoria e Massacre, Ruy Guerra, 1979. Voir à ce sujet la thèse de Raquel Schefer, 2015, La Forme-Evénement : le cinéma révolutionnaire mozambicain et le cinéma de libération, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Mottier, « Margot Dias: Films ethnographiques 1958-1961 (Mozambique) », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 441-446.

Référence électronique

Damien Mottier, « Margot Dias: Films ethnographiques 1958-1961 (Mozambique) », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6059

Haut de page

Auteur

Damien Mottier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals