Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Bellec Dominique (établi et annoté par), Coquery-Vidrovitch Catherine (présenté par), 2014, Le Rapport Brazza. Mission Pierre Savorgan de Brazza. Commission Lanessan

Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, « Les Transparents », 308 p.
Paulette Roulon-Doko
p. 449‑451
Référence(s) :

Bellec Dominique (établi et annoté par), Coquery-Vidrovitch Catherine (présenté par), 2014, Le Rapport Brazza. Mission Pierre Savorgan de Brazza. Commission Lanessan, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, « Les Transparents », 308 p.

Texte intégral

1Pierre Savorgnan de Brazza était un officier de la Marine française qui explora l’Afrique centrale au cours de trois missions (1875‑1879, 1880‑1882 et 1883-1885), démarrant ainsi l’expansion coloniale française qui s’appropria le « Congo français » composé du Gabon, du Moyen-Congo et de l’Oubangui-Chari dont il fut nommé commissaire général en 1886. Remercié en 1887, il se retira à Alger et « demanda sa retraite l’année suivante » (p. 12). Cependant, suite au scandale international de l’État indépendant du Congo, la Chambre des députés décida d’une nouvelle mission « chargée de démontrer que le Congo français était irréprochable » (p. 12), qu’elle confia à Brazza. C’est ainsi que de mars à août 1905, Brazza retourna au Congo, où il accumula des notes sur la situation qu’il observait. Suite à la brusque disparition de Brazza, mort le 9 septembre 1905 sur le bateau qui le ramenait en France, l’ensemble de ses archives furent envoyées au ministre des Colonies qui chargea une commission présidée par Jean-Marie de Lanessan de rédiger le rapport final. Mais son contenu ayant été jugé trop explosif, le rapport finit par être enterré et ne fut jamais rendu public. En 1907, seuls « 10 exemplaires numérotés et destinés à demeurer confidentiels » (p. 36) furent imprimés et, à l’exception d’un exemplaire remis au ministre, placés dans le coffre-fort du ministère. C’est donc ce rapport qui « fut oublié » et qu’on « crut perdu, jusqu’à ce qu’un exemplaire soit retrouvé dans les archives d’outremer en 1965 » (p. 9). Il est aujourd’hui publié, plus de 100 ans après les faits relatés.

2Un scrupuleux travail d’édition a été fait pour permettre une lecture aisée du texte du rapport. Les rares mots manquants ont été ajoutés, ainsi qu’un important jeu de notes de bas de page nécessaires à la compréhension, tous signalés entre crochets. Cela permet en particulier de distinguer ces notes ajoutées des notes du texte original. La première partie du texte, intitulée « Accusations et discussions », « représentant environ les trois quarts du Rapport complet » (p. 47), a été distribuée en trois sections, la seconde partie, intitulée « organisation nouvelle », constitue la quatrième section. Chacune de ces sections est précédée d’une pertinente présentation rédigée par Catherine Coquery-Vidrovitch. Enfin, au texte du rapport ont été ajoutées, en annexe, une quinzaine de pièces complémentaires (p. 251‑301).

3La première section traite des « Responsabilités des fonctionnaires du Congo français » et notamment du commissaire général du gouvernement Gentil qui n’a jamais apporté un « concours loyal » (p. 262) à la mission, cherchant au contraire à en entraver le bon déroulement. De nombreux témoignages, qu’il a réfutés systématiquement et que la commission a minorés autant qu’elle l’a pu, soulignaient son arbitraire et sa brutalité (sévices et exécutions) vis à vis des indigènes. Tous les fonctionnaires furent de plus impliqués dans des affaires d’enlèvement de femmes prises en otage pour contraindre leurs maris « à payer l’impôt ou à effectuer le portage » (p. 89). Ce qui conduisit au « fait de Bangui (détention et mort de femmes et d’enfants » (p. 85) dont Brazza chercha à montrer que ce n’était pas un fait isolé mais un système. La seconde section examine l’« Organisation financière ». Dans une situation de maigres ressources allouées à la colonie, la perception de l’impôt par capitation instauré en 1894, que l’administration avait du mal à faire rentrer, fut très souvent laissée au bon vouloir des sociétés concessionnaires, à l’encontre des directives du ministère. Ce système favorisa de nombreux abus et dérives. La troisième section, plus longue que les deux premières, traite du régime commercial en vigueur (produits exportés [caoutchouc, bois, ivoire] / produits importés [alcools surtout]), puis examine le système des concessions territoriales datant de 1899 en particulier au Gabon et en Oubangui-Chari dont les pratiques furent très critiquées et les résultats jugés très faibles. Enfin, le rapport constatait l’inexistence des travaux publics fondamentaux pour établir « des voies de communication et des moyens de transport » (p. 201). La quatrième section, « Organisation nouvelle », montre « la vision bien particulière de l’avenir » (p. 207) qu’ont les hauts fonctionnaires coloniaux, dans l’optique, bien sûr, de l’intérêt impérial de la France et peu, voire pas, du bien-être des « indigènes » dont est invariablement soulignée « l’infériorité ». Aucune sanction sérieuse ne fut prise contre des administrateurs, tout au plus des mutations. Le bilan est dans l’ensemble négatif : « En dehors des sultanats, les autres populations indigènes de la colonie nous échappent presque complètement » (p. 222) et « des services d’enseignement et d’assistance médicale qui constituent un puissant moyen de gagner la confiance des indigènes » (p. 223) sont totalement absents. S’y ajoutent, par surcroît, une insuffisance juridique et militaire. Les réformes envisagées, en l’occurrence de modestes réformes sanitaires et judiciaires, visaient principalement à consolider la conquête. Les annexes comportent de nombreuses lettres écrites par Brazza, nous permettant de lire ses propos sans qu’ils soient lissés ou édulcorés comme les informations du rapport, en particulier sa dénonciation de l’attitude de Gentil ; mais aussi des lettres d’administrateurs (le commandant Lenfant et l’ancien président du tribunal de Brazzaville Douillet) apportant leur soutien à Gentil ; et enfin, une « Lettre des jeunes gens gabonais » qui apporte, quant à elle, un témoignage poignant et terrible de la situation des indigènes au Gabon, détaillant les excès du pouvoir dont ils sont les victimes (p. 271‑278).

4Une postface de Patrick Farbiaz, fondateur de l’association « Sortir du colonialisme » et coéditeur de ce livre, rappelle l’importance de la « lutte pour l’ouverture des archives » afin de tordre le cou au secret qui continue à s’opposer à toute transparence. Il faut aussi souligner la qualité du travail d’édition de Dominique Bellec, codirecteur de la collection « Les Transparents » qui a choisi de publier ce texte pour, précise-t-il, faire entendre « des voix subversives encore pour nous parce qu’elles disent ce qui aurait pu être et que nous avons brûlé » (quatrième de couverture).

5J’encourage chacun à découvrir ce texte dont il a fallu attendre un siècle pour qu’il soit enfin porté à la connaissance de tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Bellec Dominique (établi et annoté par), Coquery-Vidrovitch Catherine (présenté par), 2014, Le Rapport Brazza. Mission Pierre Savorgan de Brazza. Commission Lanessan », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 449‑451.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Bellec Dominique (établi et annoté par), Coquery-Vidrovitch Catherine (présenté par), 2014, Le Rapport Brazza. Mission Pierre Savorgan de Brazza. Commission Lanessan », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6103

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals