Skip to navigation – Site map
Mélanges
Comptes-rendus

Caratini Sophie, « La Trilogie coloniale » : Antinea, mon amour, 20171 | La Fille du chasseur, 2011| Les Sept Cercles. Une Odyssée noire, 2015

Charles-Henry Pradelles de Latour
p. 451-459
Bibliographical reference

Caratini Sophie, « La Trilogie coloniale », Antinea, mon amour, 2017 [2002, 2009], Paris, Éditions Thierry Marchaisse, 422 p.

Caratini Sophie, « La Trilogie coloniale », La Fille du chasseur, 2011, Paris, Éditions Thierry Marchaisse, 360 p.

Caratini Sophie, « La Trilogie coloniale », Les Sept Cercles. Une Odyssée noire, 2015, Paris, Éditions Thierry Marchaisse, 398 p.

Full text

  • 1 Édition totalement « refondue » de La dernière marche de l’empire (La Découverte 2009), lui-même de (...)

1Jean Du Boucher, Marien mint Touileb et Moussa Djibi Wagne ont appartenu au GN (Groupement nomade), chargé de maintenir la paix dans le désert mauritanien à trois époques différentes, avant, pendant, et après la guerre de 40, d’où le titre de Trilogie coloniale embrassant ces trois biographies, qui constituent des ouvrages lisibles indépendamment l’un de l’autre. Chacun des protagonistes susnommés nous fait découvrir les différents corps de ce groupe unique en son genre, où les officiers, peu nombreux – 10 pour 400 à 600 hommes – se plient, malgré la rigidité de leur discipline, aux règles du milieu d’accueil en devenant eux-mêmes des nomades de type maure, chameliers et guerriers ; parlant, pour certains d’entre eux, l’arabe local. Cependant, en dehors de cette unité de lieu et de temps, l’originalité de ces trois biographies tient avant tout à l’anthropologie nouvelle qui s’y déploie.

2« Au pied des monts l’oued a dessiné une vallée, et ils sont là. Enfin ! » s’écrit Jean Du Boucher. « Depuis le temps que j’en entends parler ! Je compte à peu près une trentaine de guerriers superbes, tête nue, la taille bien prise dans une étoffe bleue sombre, le fusil en bandoulière et le poignard d’argent ciselé à la ceinture. [...] Les Rgaybat ! Je reste un moment sans voix. » (2017 : 165). Du Boucher, jeune sous-lieutenant, tient ces propos à Sophie Caratini qui occupe ici une double place, celle de l’ethnologue des Rgaybat, dont le lieutenant n’ignore pas les travaux, et celle de biographe qui transcrit ses propos dans le premier volume de La Trilogie. Les Rgaybat sont par tradition des razzieurs qui se lancent, à 14 ou 15 ans, dans des raids de pillage soigneusement préparés par des espionnages menés dans la plus grande discrétion. Ils attaquent par surprise et ne font pas de quartiers. Ils prennent les troupeaux de chameaux, tuent les hommes, capturent les enfants noirs pour les vendre comme esclaves et laissent quelques chamelles aux femmes avec des petits enfants afin que ces derniers ne manquent pas de lait. La fameuse razzia de Tiguigil menée contre le GN, au cours de laquelle un officier français avait été tué d’un coup de poignard dans le dos, n’avait cessé de se raconter jusqu’à Du Boucher qui la relate à Sophie Caratini. Cette évocation laisse entrevoir l’anxiété du jeune lieutenant quand, accompagné de quelques goumiers, il fait face à cette armée de Rgaybat en grande tenue. « J’oublie, dit-il, que je n’ai que 23 ans et que toute la gravité que j’essaye de mettre dans mon regard accentue la jeunesse de mes traits » (p. 166). S’ensuivent les longues salutations traditionnelles, puis le Rgaybi déclare que sa tribu est en paix avec la France ; le silence s’installe ; le thé est préparé sur place. « Je m’attendais à être immédiatement accablé de compliments hypocrites, et de ces flatteries dont les goumiers sont prolixes. Pas du tout. » Après les premiers verres bus en silence, le noble Rgaybi daigne prononcer quelques mots : « Regardez nos troupeaux, ils ont soif. Personne ne peut faire la guerre avec des chameaux fatigués. » Une paix va être scellée entre les deux partis. « Les Rgaybat sont des princes », déclare Du Boucher (p. 169). Après ce coup de chapeau, Sophie Caratini l’ethnologue passe la main à Sophie Caratini la biographe. On n’entendra plus beaucoup parler des Rgaybat dans la trilogie sinon en toile de fond, l’accent étant mis dorénavant sur la vie des personnes interviewées, en premier lieu Du Boucher.

3Un Gascon de la lignée des D’Artagnan, qui, très jeune, prête son bras à la force armée de la France, et qui choisit à sa sortie de Saint-Cyr le corps des méharistes, l’aventure du désert contre la vie de caserne. Il apprend que dans ce corps d’armée le danger le plus grand n’est pas l’ennemi mais le désert. Lorsqu’il omet de se protéger la tête du soleil le jour et du froid la nuit, la nature le réveille la gorge en feu, et l’angine se transforme en un abcès purulent. « Nous, les méharistes, nous ne savons pas parler du désert. Pourtant ça nous travaille au point d’y retourner. Pourquoi ? Je ne sais pas ; il n’y a rien là-bas, pas de distractions, pas de femmes, la nourriture est infâme, la boisson pire encore... Il fait chaud, froid, il y a la soif... la folie... une sorte d’envoûtement. » (2017 : 323). Univers de forces contradictoires qui n’est que violence, et que d’Ornano met si bien en prose sous la forme d’une figure de l’Atlantide, Antinéa, mon amour (p. 54), que l’éditeur reprend pour le titre du premier ouvrage de la trilogie. Du Boucher est attachant non seulement par son apprentissage de la vie du désert et par sa franchise militaire parfois emprunte de naïveté, mais aussi par sa vie intime dont il fait état librement. À l’instar de nombreux officiers, il se marie traditionnellement avec une fille vierge de goumier rgaybat qui préfère se retrouver dans les bras d’un jeune Blanc que dans ceux d’un vieux de sa tribu qu’on l’aurait forcée d’épouser. La forte dot versée pour ses épousailles honore ses parents, et la ferveur de son jeune époux l’enflamme le soir. Aussi, à l’aube, elle attend la dernière minute pour le quitter. « Elle fuit d’un pas léger, sans le regarder, sans oser le chercher des yeux alors qu’il est là au milieu des soldats. » (p. 337). Vie diurne du GN qui, matin et soir, est scandée par les levées et descentes du drapeau au son du clairon, et est en permanence mobilisée par une guerre de renseignements pour localiser les Rgaybat et lutter contre eux ; vie nocturne qui, dans le campement des officiers, unit les ennemis du jour. « Le premier amour... tout est là. » (p. 17).

4Du Boucher parle de sa vie en suivant le cours des événements qui, malgré les changements brutaux et les pertes subies, l’amène à se retrouver en fin de parcours dans un état conforme à celui auquel il était prédestiné : commandant en chef de l’armée française implantée en Mauritanie ; Mariem mint Touileb, la fille du chasseur interviewée dans le deuxième volume de la trilogie, se retrouve au contraire étrangère à elle-même. « Il y a des jours, dit-elle, où je me demande : est-ce que c’était moi ? Est-ce que vraiment j’ai vécu ça ? Ou est-ce que c’est une autre, ou est-ce que c’est un rêve ? Ma vie dans le désert, les grandes traversées avec le Groupe nomade, mon gavage, mes mariages avec... Est-ce que ça a existé ? » (p. 11). Les premiers mots de son histoire se rapportent aux alliances matrimoniales qu’elle contracta avec des hommes différents, dont le dernier l’a fait entrer définitivement dans la civilisation européenne. L’altérité maritale.

5L’alliance matrimoniale de ses parents est déjà, en elle-même, hors du commun. Sa mère, Fatoumata mint Dlaym, qui est une Ladem, d’une tribu maure de riches nomades, épouse un Nmadi, d’une tribu déconsidérée de chasseurs d’origines berbères diverses. Après avoir obtenu d’être répudiée par son premier mari qu’elle avait été obligée d’épouser toute jeune, Fatoumata est attirée par ould Touileb, le futur père de Mariem, qu’elle rencontre de façon fortuite auprès d’un puits saisonnier. Les demandes en mariage du Nmadi ayant été repoussées à plusieurs reprises par les Dlaym en raison de leur différence de statuts, son père enlève sa mère après l’avoir épousée religieusement en secret. Cette femme, qui avait vécu dans un milieu protégé de guerriers riches en bétail et en esclaves dévoués à leur service, part vivre dans une tribu pauvre n’ayant d’autres richesses que leurs chiens dressés pour la chasse. Les Namdi, disait-on, sont des chiens parce qu’ils n’ont que des chiens. Grâce à l’accueil chaleureux de sa belle-mère, Fatoumata s’acclimate à la vie tribale de ses alliés et participe activement à la gaymara, la grande chasse d’hiver. Pour cela, il fallait aller loin, au-delà de l’erg Tiridi que les Rgaybat considèrent comme étant habité par des démons, des mauvais djinns. Dès que les Nmadi avaient tué un addrax, une grosse antilope, ils laissaient sur place femmes et enfants pour faire sécher les viandes au soleil et piler les os, nourriture réservée aux chiens. Et, de lieu en lieu, de campement en campement, ils continuaient de chasser tandis que les outres qui s’alourdissaient de réserves de nourriture pour l’été rendaient le retour plus difficile que l’aller. Quand Mariem, première fille du couple, eut 4 ans, son père décida d’aller rejoindre le GN d’Atar chargé de garder la frontière du Nord ; il l’enleva silencieusement de nuit des bras de sa propre mère qui l’avait sevrée et enlacée de tendresse, comme le font en Mauritanie toutes les grands-mères. Arrachement sauvage. « Il voulait vivre une vie héroïque, pour lui c’était l’évasion, la nouveauté... c’était aussi l’aventure à dos de chameau » (p. 70).

6Les Français sont alors appréciés car ils arrêtent les guerres entre tribus et entretiennent avec elles des rapports d’égal à égal. Les nomades étaient des hommes libres, des guerriers qui, en dépit de leurs rivalités, ont le sens de l’honneur, et le GN est un corps de soldats respecté pour sa réputation militaire et son organisation rigoureusement planifiée : « D’un côté, tu avais le carré des tirailleurs sénégalais, et en arrière, avec un grand espace entre les deux, le goum, le campement des Maures, mais en avant tu avais les Français » (p. 155). L’emplacement des tentes correspondait à la hiérarchie des grades. Il fallait que tout soit bien calculé, bien tracé, et toujours de la même manière de déplacement en déplacement, tous les deux ou trois mois. Avec ses activités quotidiennes encadrées par les rappels au drapeau, bannière de l’unité du Groupe, le GN exerçait une force d’attraction non négligeable et était rejoint par de nombreux artisans avec leur famille. Le père de Mariem est d’abord accepté comme guide en raison de sa connaissance du terrain, puis comme goumier. Il profite de cette promotion pour retrouver lors de ses permissions les parties de son lignage localisées dans la Mauritanie espagnole. La parenté, la parenté... Seul lien à reconstruire pour les Nmadi dont les origines diverses sont souvent perdues. Il renoue ainsi avec la vie éprouvante des traversées du désert où Fatoumata doit accoucher seule de son troisième enfant, sans aide, au milieu des sables ; lui-même faillit mourir d’une occlusion intestinale qui l’obligea à rester avec tous les siens de longs mois chez des parents éloignés. En compensation des soins traditionnels reçus, ceux-ci avaient exigé le « prix du sang », c’està-dire tous ses biens. Revenu trop tard, il perd son emploi. Quant à Mariem, elle connaît dans le désert la folie ; elle est soignée au moyen d’incisions sur les chevilles, de saignées, et par trois coups de fusil tirés près de son oreille. Les épreuves douloureuses qui ponctuent son enfance s’enchaînent avec celles de ses mariages.

7En regardant de près les données ethnographiques de l’alliance matrimoniale maure, on constate qu’elle est fondée sur l’engagement tacite que le mari prend, religieusement devant un marabout et traditionnellement en payant la dot, de respecter sa femme. Fatoumata explique en effet à Mariem : « Si ton mari te dit un mot de travers, un mot pas gentil, tu me préviens, tu pars... Il ne faut pas accepter » (p. 209). Si on dit que la dot n’est jamais entièrement payée (p. 214), c’est parce que cette alliance traditionnelle, scellée en public le jour où les présents offerts sont distribués à toutes les personnes présentes à la fête, ne peut être totale. À la différence de l’écrit qui est intangible, la parole est réversible. Il y a donc, dans la dot versée, un reliquat, un manque de parole donnée, qui doit être payé si l’engagement de l’époux est pris en défaut, lorsqu’il rompt le pacte marital en battant et en maltraitant à plusieurs reprises son épouse. En Afrique, les alliances matrimoniales contractées selon diverses modalités de la dot ont pour point commun de protéger l’épouse et/ou de lui ménager une porte de sortie. Mariem explique à Sophie Caratini qu’une jeune fille maure est mariée très jeune, à l’âge de 8 à 12 ans, parce que ses parents craignent qu’elle perde sa virginité, la honte des hontes. « Au moment de sa puberté, une fille fait peur [...]. Un accident est vite arrivé. Elle peut être violée, elle peut se laisser séduire, elle peut... » (p. 207). Aussi, à la suite d’un premier mariage contraint avec un homme plus âgé qu’elle, une jeune femme malmenée est en droit d’exiger, en prenant ses parents et des voisins à témoin, d’être répudiée et de pouvoir ensuite se remarier avec un homme de son choix, un homme qu’elle aime. Après un premier mariage raté avec un adulte qu’elle fit et qui la fit souffrir durant quatre années, Mariem obtient de force le divorce. Chez les Maures, le divorce est souvent un véritable combat.

8Elle rencontre ensuite un métis avec lequel elle file son premier amour qui ne dure pas longtemps ; elle le surprend en flagrant délit d’adultère. Un adjudant-chef méhariste, parlant couramment le hassaniya des Maures et familier des mœurs mauritaniennes, lui fait la cour et l’épouse sans lui dire qu’il est déjà marié en France et qu’il n’est pas converti à l’islam comme il le laisse entendre. Avant de s’en apercevoir, elle part, accompagnée de sa mère et de ses jeunes sœurs, vivre avec lui à Akjoujt. Premier contact avec la ville, et première confrontation avec le lit, meuble par excellence du sédentaire, qui, trop souple et trop élevé, l’indispose au point qu’elle refuse de l’utiliser. La trahison de son époux dévoilée, un parachutiste tombe éperdument amoureuse d’elle. Prisonnière de cet amour fou qui l’envoûte, elle le suit à Nouakchott où, par extrême jalousie, il l’isole avec sa famille dans une tente où il la rejoint quotidiennement. Il veut vivre avec elle un amour parfait, comme la tenue militaire tirée à quatre épingles qu’il porte en permanence. Au grand soulagement de Mariem, il est muté dans un autre poste, et elle profite d’un temps de répit, sans homme. Elle a alors 18 ans, et déjà trois enfants, un fils de son premier mari éduqué par son père, et deux filles élevées selon la coutume par sa mère.

9Aicha, sa belle-sœur, plus âgée qu’elle, avait fait un parcours rompant avec l’usage habituel. Née en Mauritanie, elle avait vécu une grande partie de sa vie aux Antilles et en France dont elle parlait la langue sans accent. Pleine d’allant et de vie, elle ouvrit, en bonne place, à Nouakchott, un bar restaurant très en vue où le menu fretin de la capitale se retrouvait avec plaisir pour manger, danser et jouer au poker. C’était le début de la ville et de la modernité. Mariem, engagée comme serveuse, commence à apprendre le français et les « bonnes manières », telles que manger avec des couverts. Le jour, elle porte des robes courtes pour l’époque et des talons aiguille, et le soir, pour rentrer chez sa mère, elle remet la melhafa, un tissu drapé autour du corps qui couvre la tête. Un jeune coopérant, timide, qui se fait plumer au poker, vient souvent au restaurant pour la voir. Elle est mauritanienne, réputée être, à ses dires, très belle, et lui a fait l’École de la France d’Outremer et a appris l’arabe classique aux Langues O, mais il ne comprend pas l’arabe local, l’hassaniya. Ils appartiennent à deux univers totalement étrangers, la vie nomade d’un côté et la vie distinguée des grandes familles françaises de l’autre. Cependant ils se fiancent, se marient à l’église catholique et à la mairie, mettent au monde trois enfants, et vivent ensemble dans l’univers mondain des Blancs. Le couple tient bon ! Mystère ? Non, pas vraiment, et c’est là où sa biographie, déjà captivante, est aussi éclairante. Lui, Xavier, cherche à la rendre autonome, indépendante, en lui apprenant à conduire une voiture et à même piloter un avion. Elle devient la première aviatrice mauritanienne saluée par la presse. Dans son foyer, elle se soumet à toutes les obligations de la nouvelle condition imposées par son mari. Elle apprend à lire et à écrire le français, à faire siennes les mœurs occidentales, et à se comporter avec courtoisie et politesse comme il se doit dans les milieux formels de la politique et de la diplomatie. Le couple est en cela à l’image des relations entre la France et la Mauritanie, qui, à la même époque, au début des années 1960, s’inversent. La France donne à la Mauritanie son indépendance, son autonomie, et la Mauritanie se soumet aux mœurs sociales et administratives de l’ex-puissance colonisatrice. Cependant, Mariem reste critique à l’égard de la supériorité affichée des Occidentaux. « J’avais, dit-elle, tellement entendu de discours sur la différence qu’on fait entre eux et nous ; on m’avait tellement valorisé la culture française et dévalorisé la culture mauritanienne, que lorsque je me suis retrouvée réellement au contact des Français, là, je me suis tout de suite sentie supérieure, du moins à certains d’entre eux, et inférieure à d’autre, aussi... Quelle désillusion ! Je découvrais finalement que les gens n’avaient rien à m’apprendre, ni sur les valeurs humaines, ni sur le respect du prochain, ni même sur l’honnêteté de l’individu envers lui-même, et envers l’autre [...] J’ai découvert que c’est moi qui aurais pu leur apprendre quelque chose » (p. 321). Cet aveu se termine par une apologie de sa mère, femme forte et dévouée qu’elle remercie de tout son cœur. Dans les discontinuités auxquelles Mariem a été confrontée, c’est sa mère qui a assuré la continuité, et qui, en définitive, lui permis de faire face à l’altérité.

10Le troisième volume (2015) donne la parole à Moussa Djbi Wagne qui est originaire de la région du Fouta Toro, située sur la rive droite du Sénégal, car il avait fait aussi partie du « carré » des tirailleurs dits « sénégalais » dans un GN durant une douzaine d’années. Ce Halpoular’, lutteur et baroudeur, animé d’un désir de vivre inépuisable, connaît durant son existence des départs inopinés sans regarder en arrière, des emplois des plus divers dans différents pays, et un retour difficile et définitif à la case départ. Bavard, il décrit, à chacune de ces étapes, le milieu dans lequel il avait vécu tout en disant ce qu’il pense des personnes qu’il avait côtoyées, en premier lieu dans le village de son enfance. Les ethnologues, au cercle desquels j’appartiens, ont sur le terrain des informateurs qui, d’interviews en interviews et d’observations en observations, les introduisent dans les arcanes de la société, qu’ils décrivent ensuite objectivement en partant des relations parentales afin de rendre compte de l’organisation sociale. Sophie Caratini, au contraire, confère à son informateur le soin de parler de sa société à partir de ses souvenirs et de ses impressions personnelles. D’une façon inédite dans le domaine de l’anthropologie, l’informateur devient le narrateur et l’ethnologue s’efface au point de n’être que la destinatrice silencieuse du discours émis.

11Cet abord subjectif de la société présente, entre autres, deux avantages remarquables. Tout d’abord, cette option est ouverte aux contradictions internes de la vie traditionnelle auxquelles l’ethnologue n’a que rarement accès. Ainsi, au début de son récit, Moussa Wagne relate de façon presque idyllique le respect que les cadets doivent obligatoirement aux aînés au sein de la famille élargie qui, selon ses dires, est au principe de la paix villageoise. Chacun restant à sa place, tout va bien dans le meilleur des mondes. Cependant, un jour, Wagne est, dans le cadre de l’armée, giflé à deux reprises par un caporal-chef, un de ses aînés dans l’ordre familial qui, lors d’un rassemblement, lui reproche de porter une chéchia au lieu d’un béret. Face à cette agression injustifiée, le lutteur envoie sans ménagement son supérieur au tapis. L’affaire remonte jusqu’à l’état-major de Dakar qui lui donne raison. Enfin, une justice ! Mais, lorsqu’il retourne quelques années plus tard dans son village, il est reçu, d’abord dans la demeure de son père, par un silence glacial. Il vérifie alors à ses dépens que, si la réputation d’un Halpoular’ se confond avec celle de sa famille, la honte de ses parents est sa honte. Malgré son sentiment d’injustice « justifiée », Wagne dut faire amende honorable auprès de l’aîné qui l’avait maltraité. La hiérarchie verticale et autoritaire qui préside aux liens de filiation est traditionnellement contrebalancée au village par la solidarité horizontale et égalitaire des membres d’une classe d’âge, fedde en langue peule. Dans l’enfance, elle est le premier lien collectif où chacun apprend à vivre avec les autres en jouant. À l’adolescence, elle est un lieu de liberté où, l’ordre des castes étant suspendu, on joue avec les mots, devinettes et proverbes, et on parle de tout, même de l’homosexualité pourtant strictement interdite en terre d’Islam. À l’âge adulte, les membres d’une fedde s’entraident en vue d’élargir leurs relations commerciales, et tout au long de la vie ils peuvent compter les uns sur les autres. Lorsqu’à la fin de son parcours Moussa Wagne est rejeté de partout, il est accueilli par un membre de sa classe d’âge qui l’abrite sans le juger et le comprend tout en se taisant.

12En second lieu, la vision subjective des événements autorise le narrateur à critiquer, sans haine certes, mais sans réserve non plus, les comportements des Blancs à l’égard des Noirs, que l’ethnologue en général connaît sans pouvoir trop en parler : « Vous n’êtes pas payés, lui dit-on, pour faire de la politique, mais un travail scientifique », alors que les deux aspects sont souvent interdépendants, comme ne cessait de le répéter Georges Balandier. Wagne ironise à propos des officiers du GN qui lui apprennent ce qu’ils appellent des « exercices ».

Ce qui leur importait le plus était de nous entraîner à rester bien en ligne, à marcher en avant, et à revenir en arrière et à s’arrêter tous ensemble à leur signal... Je ne réfléchissais plus ; mes pieds s’immobilisaient quand on leur disait : « Halte ». Au cri de « En avant », ils se mettaient à marcher, ils faisaient un, ils faisaient un, deux, droite, gauche ; ils étaient devenus autonomes... Ils répondaient par réflexe à la voix du chef, comme s’ils vivaient leurs propres oreilles, sans que mon esprit s’en mêle. Tu peux comprendre ça, toi ? (p. 168.)

13Le tirailleur sénégalais était entièrement soumis aux ordres sans être informés de quoi que ce soit ; rien ne leur était dit, sinon qu’ils risquaient d’être attaqués la nuit par l’ennemi : « Les Rgaybat, tu les connais bien, ils sont doubles » (p. 181). Toutefois, Wagne ne garde pas un trop mauvais souvenir du GN, surtout lorsqu’il compare son sort avec celui de ses congénères qui, dans les années 1940, étaient partis en France pour faire la guerre. Il déplore cependant la séparation spatiale et fonctionnelle que les officiers maintenaient entre eux et les Maures au groupement nomade. Deux styles de vie, militaire et éleveur, deux types d’habitation, le « carré » et le « goum », deux cuisines, le mil moulu et le lait caillé, deux rapports aux femmes, les prostituées et la vie familiale, qui assuraient aux Maures une supériorité sur les Noirs. Ségrégation raciale que Moussa Wagne retrouve avec amertume au cœur des dissensions politiques de la Mauritanie devenue indépendante. Lorsque, après une trentaine d’années passées au Nigeria, à Maiduguri, comme hôtelier, il revient définitivement dans son village, le dictateur de la Mauritanie, Moawiya ould Taya, en guerre contre le Sénégal, fait massacrer un grand nombre de Noirs. Les Maures, qui occupent les postes administratifs importants, refusent de lui attribuer une carte d’identité malienne et de restituer à sa famille les terres confisquées pour créer des rizières étatiques dont la culture se détériore d’années en années. La description ethnologique euphorique de la vie du village durant les années 1930 se termine par une critique politique acerbe du gouvernement malien des années 1980, et par une vision pessimiste de l’avenir de son pays. La vie coloniale est passée par là.

14Dans les trois volumes de la « Trilogie coloniale », la parole, entièrement donnée à l’informateur, implique que le récit soit construit sur le mode d’un dialogue dont une seule voix est audible, l’autre étant uniquement suggérée. Les informateurs parlent toujours à la première personne et n’emploient le « tu » que pour répondre aux questions de Sophie Caratini que nous n’entendons pas, mais dont on devine le contenu à travers les réponses données, et pour faire écho à des questions qui relancent la narration. À ce moment-là, la destinatrice n’est présente que par quelques allusions faites soit à l’ethnologue des Rgaybat, soit à la représentante du monde occidental, ou tout simplement à l’interlocutrice attentive et invisible. Cette oreille tendue est bienvenue ; elle met en contact direct les informateurs et les lecteurs.

15Ainsi le lecteur suit-il avec un intérêt soutenu les récits ordonnés selon les étapes historiques d’un cycle de vie et présentés sous une forme romanesque souvent captivante. Les descriptions ethnologiques, nombreuses et toujours très détaillées, que ce soient l’élevage des chameaux, la culture du mil sur les bords du Sénégal ou les premiers soins donnés aux nourrissons, se lisent d’autant plus facilement qu’elles sont délivrées non pas pour leur valeur intrinsèque comme dans les monographies, mais pour éclairer des portions de vie et les rapports entre des proches, parents ou voisins. À tout moment, la subjectivité l’emporte sur l’objectivité sans que celle-ci ait à en souffrir.

16Les trois volumes contrastent ainsi avec ceux publiés dans la collection « Terres humaines » où les anthropologues se mettent eux-mêmes en scène en train de découvrir, parfois à leurs corps défendant, their people. Pour la première fois, ici, on nous montre que la fonction de l’ethnologue est aussi d’écouter et de laisser aux lecteurs le soin d’interpréter les données comme ils l’entendent. « La Trilogie coloniale » est novatrice tant par sa présentation personnalisée du matériel de terrain que par son approche littéraire, l’une n’allant pas sans l’autre. Le style accompagne l’œuvre.

Top of page

Notes

1 Édition totalement « refondue » de La dernière marche de l’empire (La Découverte 2009), lui-même deuxième version de L’Éducation saharienne d’un képi noir paru en 2002 à L’Harmattan.

Top of page

References

Bibliographical reference

Charles-Henry Pradelles de Latour, « Caratini Sophie, « La Trilogie coloniale » : Antinea, mon amour, 2017 | La Fille du chasseur, 2011| Les Sept Cercles. Une Odyssée noire, 2015 », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 451-459.

Electronic reference

Charles-Henry Pradelles de Latour, « Caratini Sophie, « La Trilogie coloniale » : Antinea, mon amour, 2017 | La Fille du chasseur, 2011| Les Sept Cercles. Une Odyssée noire, 2015 », Journal des africanistes [Online], 87-1/2 | 2017, Online since 01 March 2019, connection on 18 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6117

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals