Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Ducournau Claire, 2017, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960‑2012)

Paris, CNRS, 442 p.
Elara Bertho
p. 465-469
Référence(s) :

Ducournau Claire, 2017, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960‑2012), Paris, CNRS, 442 p.

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un classique africain ? Quels sont les mécanismes de réception et de consécration des écrivains francophones d’Afrique subsaharienne ? Comment quantifier et analyser la réputation littéraire sur des marchés du livre mondialisés ? Quel rôle joue la francophonie institutionnelle dans la production et la reconnaissance de ces littératures ?

2Adoptant une approche d’histoire sociale des littératures africaines, Claire Ducournau affronte ces questionnements théoriques au sujet de l’espace littéraire africain. Ce riche ouvrage analyse « les mécanismes permettant à ces auteurs d’écrire, de publier, et de se voir reconnus sur différentes scènes littéraires » (p. 13). À partir de recherches en archives, de collectes de données auprès d’organes de presse, de nombreux entretiens avec des auteurs et des acteurs du monde de l’édition en France et en Afrique, l’auteur dresse tout à la fois un « portrait de groupe » (p. 259) des auteurs francophones, sous la forme d’un large panorama de la consécration littéraire africaine, ainsi que des études de cas situées, en prenant des exemples précis de trajectoires éditoriales. La contribution majeure de l’ouvrage est la constitution d’une base de données prosopographique de 404 auteurs francophones, listés en annexe (p. 412‑418), particulièrement utile. Parmi ces écrivains, 151 sont davantage reconnus sur la scène éditoriale et font l’objet d’une analyse plus poussée. Ce choix de l’étude quantitative permet de dégager de grandes constantes dans la fabrique de l’histoire et de la consécration littéraires francophones : le rôle des intermédiaires culturels (souvent blancs, français et masculins), le rôle de la mobilité géographique des écrivains africains (qui viennent chercher une reconnaissance littéraire et institutionnelle en France par la remise de prix littéraires, notamment), le fonctionnement d’un marché du livre francophone « géographiquement dissocié » (p. 393) où la France joue un rôle fondamental par ses instances de légitimation et ses structures éditoriales. Pour autant, l’étude laisse aussi place à des analyses plus poussées de cas singuliers, en montrant l’écart qu’il peut exister entre des figures d’auteurs comme Amadou Hampaté Bâ, qui ne prend la plume sous son nom propre qu’à l’âge de 70 ans, Tierno Monénembo et ses rapports conflictuels avec Le Seuil pour le choix du titre des Crapauds-brousse, ou encore Alain Mabanckou, qui incarne la figure de l’icône médiatique, sachant jouer des réseaux sociaux et des médias pour augmenter sa réputation littéraire.

  • 1 Jounin Nicolas, Palomares Élise, Rabaud Aude, 2008, Ethnicisations ordinaires, voix minoritaires, S (...)

3Ducournau interroge le « marquage africain » qui correspond en France à une « niche de marché » (p. 16). Au sein d’un espace littéraire africain destiné à une diffusion sur un marché dominé par le rôle de la France, les écrivains sont soumis à ce que l’auteur appelle une « ethnicisation ordinaire » (p. 24), reprenant le terme à une étude de Nicolas Jounin, Élise Palomares et Aude Rabaud1. Dans cette relation qui se noue entre l’auteur africain et l’intermédiaire français, Ducournau étudie l’« impensé raciste » (p. 38) de l’assignation identitaire qui se retrouve par exemple dans la constitution de collections spécialisées de littérature africaine, dans l’étiquette controversée de « francophonie », dans l’horizon d’attente façonné par l’exotisme ou encore dans le néocolonialisme des structures de légitimation littéraire.

4Un large prologue (p. 31‑87) est consacré à la controverse de la « littérature-monde en français », du nom du manifeste paru dans Le Monde des livres en 2007, à l’initiative de Michel Le Bris et Jean Rouaud, avec notamment les signatures d’Alain Mabanckou, d’Abdourahman Waberi, mais aussi d’Anna Moï, de Nancy Huston, entre autres. Ducournau en fournit une analyse éclairante, en montrant comment cette controverse littéraire a pour lieu implicite la maison d’édition Gallimard, et plus particulièrement la collection « Continents noirs », dirigée par Jean-Noël Schifano, comme cible. Au-delà de la polémique, c’est finalement un rapport conflictuel entre les auteurs et les agents culturels qui se joue par déclarations publiques interposées. De la part d’une maison qui cherche à rattraper son retard relatif par rapport à d’autres maisons d’édition françaises dans le domaine de la francophonie, l’objet de la controverse peut finalement être lu comme « un placement réussi de la maison à l’international, qui l’engage dans le virage du postcolonial et de la world literature à la française » (p. 78) : Gallimard joue alors tout à la fois d’une rhétorique de la résistance face à un marché mondialisé, tout en usant, dans le même temps, d’un marketing visant la « valorisation intellectuelle et marchande de ce discours oppositionnel » (p. 81).

5La première partie de l’essai est une analyse dans la longue durée de la francophonie institutionnelle, qui comporte trois volets : la valorisation progressive de la littérature francophone africaine dans le monde de l’édition, les mécanismes des prix littéraires avec le cas de l’ADELF (et, depuis 1960, le grand prix littéraire d’Afrique noire), le discours spécifique des revues françaises sur ces littératures (à partir des cas de La Quinzaine littéraire et du Magazine littéraire). Depuis 1960, la croissance continue du nombre de titres parus va de pair avec une hégémonie du genre romanesque et une reconnaissance accrue des auteurs africains, jusqu’à l’élection de Léopold Sédar Senghor à l’Académie française, en 1983, qui marque un tournant dans l’histoire de ces littératures. Le marché français du monde de l’édition reste incontournable pour accéder à une légitimité transnationale. L’auteur fournit des analyses éclairantes des différentes maisons d’édition et collections ayant participé à la reconnaissance de ces littératures (notamment Karthala, Dapper, L’Harmattan, « Le Monde noir Poche » des éditions Hatier, Le Serpent à plumes, Présence africaine, « Babel » d’Actes Sud, « Continents noirs » de Gallimard). Les revues françaises ne rendent compte que marginalement de ces littératures : à titre d’exemple, Le Magazine littéraire ne consacre que 0,4 % de ses pages à des écrivains africains francophones entre 1966 et 2006. Cette stratégie d’invisibilisation se double d’une « assignation minoritaire » (p. 216) de discours spécifiques tenus sur ces écrivains, considérés comme distincts, différents, souvent dérangeants, en tous cas figures de l’« altérité radicale » (p. 242). Ces constats d’ensemble s’adossent à d’intéressantes trajectoires personnelles d’acteurs du marché du livre : ainsi d’Amadou Seydou Traoré, éditeur, libraire et écrivain malien (p. 104‑106), de Pierre Astier, fondateur des éditions du Serpent à plumes (p. 162‑165), ou de Robert Cornevin, l’un des présidents les plus influents de l’ADELF (p. 192‑198).

6La seconde partie de l’ouvrage, centrée sur la consécration littéraire, définit les mécanismes de réputation littéraire à partir de listes de visibilité issues de plusieurs bases de données. Claire Ducournau établit ainsi de nombreux tableaux et graphiques modélisant les populations des auteurs étudiés. Elle dégage trois grandes tendances : la sédentarisation hors d’Afrique sur le long terme des écrivains, leur professionnalisation relative et la féminisation constante du métier. L’analyse aboutit à cet intéressant paradoxe : « c’est à mesure que se façonne et s’affirme une image de l’Afrique littéraire sur le marché du livre mondial que se distend le lien géographique concret au continent des écrivains qui la produisent » (p. 396). En effet, les intellectuels issus d’Afrique se caractérisent par une très grande mobilité (ce que confirme la carte des pays de résidence p. 281), qui est la marque d’une élite sociale et culturelle, fortement diplômée (p. 289). Les différents indicateurs de réputation littéraire croisés par l’auteur aboutissent à la délimitation de seuils de visibilité (voir le tableau p. 312), correspondant à l’« effet Matthieu », à savoir le renforcement croissant de la réputation de quelques-uns (Ahmadou Kourouma, Léopold Sédar Senghor, Ousmane Sembène, Henri Lopès, Sony Labou Tansi, Mongo Beti) au détriment d’une quantité d’autres. Des études de cas de trajectoires éditoriales viennent compléter ce portrait de groupe : notamment la constitution de l’icône médiatique qu’est désormais Alain Mabanckou (p. 359‑360), le rapport ambivalent qu’entretient Marie Ndiaye avec l’étiquette « Afrique » (p. 362), la situation de Ken Bugul entre le champ littéraire français et sénégalais (p. 382‑384) induisant des effets de lectures opposés sur la question du féminisme.

7Cet essai constitue donc une contribution importante à l’histoire littéraire ainsi qu’à l’histoire sociale des écrivains issus d’Afrique. À la croisée des disciplines, cette large enquête multisite, croisant de nombreuses sources, rend compte de la complexité des mécanismes de consécration littéraire.

Haut de page

Notes

1 Jounin Nicolas, Palomares Élise, Rabaud Aude, 2008, Ethnicisations ordinaires, voix minoritaires, Sociétés contemporaines 70 (2) : 7‑23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elara Bertho, « Ducournau Claire, 2017, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960‑2012) », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 465-469.

Référence électronique

Elara Bertho, « Ducournau Claire, 2017, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960‑2012) », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6157

Haut de page

Auteur

Elara Bertho

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals