Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes-rendus

Lambert Aurélien, 2014, Les Objets africains, ici et là-bas

Paris, L’Harmattan, 248 p.
Julien Bondaz
p. 469-471
Référence(s) :

Lambert Aurélien, 2014. Les Objets africains, ici et là-bas, Paris, L’Harmattan, 248 p

Texte intégral

  • 1 Bonnain Rolande, 2001, L’Empire des masques. Les collectionneurs d’arts premiers aujourd’hui, Paris (...)

1Le livre d’Aurélien Lambert, tiré d’une thèse en sociologie, apporte une contribution supplémentaire aux travaux consacrés aux collectionneurs d’art primitif. Il s’inscrit ainsi dans les perspectives ouvertes dans les années 2000 par les ouvrages de Rolande Bonnain puis de Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini1, que l’auteur mobilise à juste titre et auquel il emprunte certains propos de collectionneurs pour les faire dialoguer avec ceux de ses propres informateurs. Par rapport à ces deux ouvrages, celui-ci présente un défaut et une originalité heuristique. On peut regretter en effet que la description des pratiques de collection soit presque absente, l’essentiel de la démonstration s’appuyant sur les discours des acteurs, qu’il s’agisse d’extraits d’entretiens ou de forums internet. L’intérêt consacré à ces communautés virtuelles de collectionneurs est d’ailleurs louable, bien que certains biais dans l’analyse auraient mérité d’être soulignés. Dans la même perspective, la question des achats d’œuvres d’art africain sur internet par les collectionneurs trouve fort opportunément sa place dans cet ouvrage (p. 182‑183) et invite à de futurs développements.

2Le défi de l’ouvrage, son originalité même, réside cependant davantage dans la volonté d’inscrire les pratiques de collection dans un ensemble plus large de pratiques, dans des réseaux d’acteurs transnationaux, qui permettent d’articuler le monde des amateurs à ceux des marchands, des conservateurs, des experts, qu’ils se trouvent en Europe (l’enquête était principalement focalisée sur la France) ou au Mali. L’auteur reprend ainsi à son compte les analyses qu’Howard Becker avait proposées au sujet des « mondes de l’art », en proposant une description des mondes de l’art africain, tout en les complétant par une réflexion désormais classique en sociologie sur la valorisation des œuvres, c’est-à-dire sur la manière dont les divers acteurs produisent ou évaluent les œuvres d’art africain.

3En soulignant les débats, voire les controverses, concernant des critères d’évaluation variables selon les contextes, en pointant la récurrence des critiques visant les experts, Lambert rend bien compte de l’arène sociale que constitue le marché de l’art africain. Les rapports de domination postcoloniaux (notamment observables dans les relations que les marchands européens entretiennent avec leurs homologues africains) ne sont sans doute pas assez mis en exergue, mais la diversité des extraits d’entretien proposés, dont certains se révèlent parfois quasi-surréalistes (« Les arts traditionnels, c’est comme le bodybuilding : il faut en faire un peu tous les jours », p. 149), rend bien compte de l’hétérogénéité des discours ou – mais la réflexivité manque ici – des stratégies de positionnement et des logiques de distinction. La diversité des données mobilisées et des interlocuteurs rencontrés est présentée comme prétexte à une « ethnographie combinatoire » (p. 8).

4Le caractère ethnographique de l’enquête reste cependant superficiel, notamment pour ce qui concerne la partie consacrée aux acteurs maliens, moins convaincante que les autres. Cela s’explique sans doute par la courte durée de l’enquête et les références bibliographiques peu fournies (la crise que traverse actuellement le Mali n’est par ailleurs pas prise en compte). Quoi qu’il en soit, la présentation de certains aspects de la société malienne, réduite à la culture bamana, est par moments trop rapide : s’appuyant sur des lectures parfois limitées ou datées, elle tend par endroit à trop simplifier le propos (sur les castes, notamment). Une mise en équivalence discutable est en outre proposée entre l’islam, la colonisation, l’ethnologie et le tourisme, les quatre paraissant jouer un même rôle dans « l’abandon des croyances et des coutumes traditionnelles » (p. 82).

  • 2 Steiner Christopher B., 1994, African Art in Transit, Cambridge, Cambridge University Press ; « The (...)

5Sur le plan théorique, on peut par ailleurs s’interroger sur la mise en regard des objets qui circulent au Mali avec ceux qui alimentent le marché de l’art occidental, subsumés sous la catégorie d’« objets africains ». On retrouve ici comme ailleurs une forme de discours culturaliste ou essentialiste, qui postule une homogénéité des sociétés africaines, soit sous la plume de l’auteur, soit sous celle d’auteurs africains qu’il mobilise, comme en témoigne les expressions « l’Afrique » ou « les Africains ». D’autres désignations, telles « le continent noir » (p. 155 et 171) ou « les territoires autochtones » (p. 157) sont plus problématiques encore et démontrent que l’auteur n’est guère familier des débats en cours depuis les années 1970 parmi les spécialistes de l’Afrique subsaharienne ou au sein des postcolonial studies. La littérature anglophone, centrale sur ces questions, est hélas ignorée, ce qui révèle d’autres lacunes, qu’il s’agisse de l’histoire des collections et des musées (l’auteur prétend par exemple que la muséologie participative est récente alors qu’elle s’est développée depuis presqu’un demi-siècle en Amérique du Nord) ou de la marchandisation de l’art africain, pour l’étude de laquelle les travaux de Christopher B. Steiner sont depuis longtemps incontournables2. Les matériaux proposés dans cet ouvrage sont donc d’un intérêt certain et la perspective adoptée par l’auteur est tout à fait heuristique, mais certains manques théoriques empêchent que le stade descriptif soit ici totalement dépassé, sur un sujet il est vrai éminemment polémique et qui reste difficile à investiguer.

Haut de page

Notes

1 Bonnain Rolande, 2001, L’Empire des masques. Les collectionneurs d’arts premiers aujourd’hui, Paris, Stock ; Derlon Brigitte, Jeudy-Ballini Monique, 2008, La Passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Paris, Gallimard.

2 Steiner Christopher B., 1994, African Art in Transit, Cambridge, Cambridge University Press ; « The Art of the Trade : On the Creation of Authenticity in the African Art Market », in George E. Marcus, Fred R. Myers (dir.), 1995, The Traffic in Culture, Berkeley, University of California Press: 151-66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Lambert Aurélien, 2014, Les Objets africains, ici et là-bas », Journal des africanistes, 87-1/2 | 2017, 469-471.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Lambert Aurélien, 2014, Les Objets africains, ici et là-bas », Journal des africanistes [En ligne], 87-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/6169

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals